ROND-POINT CULTUREL :  DARNNA.COM
Litterature, Arts & Opinions  
Aller à la page: Prècèdent12345
Page courante: 5 of 5
Bibliographie - Juifs du Maroc
Posté par: darlett (IP enregistrè)
Date: 23 novembre 2009 a 02:47

Merci beaucoup Mardoche pour ces bonnes paroles et tu es le bienvenue sur notre forum.
Cependant, pour maintenir l'ordre a ce forum, je vais deplacer ce message et tu pourras le retrouver sous le lien suivant :

[www.darnna.com]


Si tu peux toi-meme, nous aider, par des souvenirs ou des photos d'ecoles ou de famille, a reconstituer virtuellement notre passe, ce serait une excellente chose.

Bien a toi
Darlett




Bibliographie - Juifs du Maroc / "Maroc, Terre des Saints", nouvel ouvrage d'Elie Azoulay
Posté par: aaron (IP enregistrè)
Date: 10 décembre 2009 a 01:51




L'écrivain Elie Azoulay a présenté, mercredi soir à Montréal, son ouvrage "Maroc, Terre des Saints: histoire et origine des saints juifs du Maroc", devant un parterre d'écrivains, d'universitaires, d'artistes et de personnalités de tous bords.

"Si ce recueil atteint la jeunesse issue de parents marocains, qui ne connaĂźt du Maroc et de ses saints que trĂšs peu de choses sinon rien, s'il atteint cette gĂ©nĂ©ration totalement assimilĂ©e aux us et coutumes du pays de sa naissance et prĂ©destinĂ©e Ă  ĂȘtre le maillon nĂ©cessaire pour la sauvegarde de notre identitĂ© et de notre patrimoine juif marocain, alors mes annĂ©es de travail acharnĂ© n'auront pas Ă©tĂ© vaines. J'aurai atteint mon but et j'en tirerai ma plus grande satisfaction", Ă©crit l'auteur en introduction de son ouvrage.


+L'histoire des saints juifs marocains revisitée+


L'ouvrage revisite l'histoire et l'origine des saints juifs marocains à travers les ùges et constitue une invite à redécouvrir cet aspect de la vie de la communauté juive marocaine.

L'auteur, natif de Casablanca, estime que bon nombre de jeunes sĂ©farades d'origine marocaine mĂ©connaissent la richesse du patrimoine cultuel et socio-historique que leurs ancĂȘtres leur ont lĂ©guĂ©, appelant Ă  poursuivre sans relĂąche le travail Ă©ducatif pour assurer la pĂ©rennitĂ© des traditions notamment religieuses et culturelles judĂ©o-marocaines.

L'ouvrage se veut une synthÚse historiographique fascinante et une rétrospective de l'histoire et de la destinée trÚs singuliÚre de 46 Saints et 23 Saintes choisis, non sans peines, parmi les 656 Tsadikim (Saints hommes) recensés au Maroc.

Il retrace ainsi les différents aspects de la vie de ces éminentes figures ayant occupé une place prépondérante dans la Sainteté juive au Maroc. L'auteur rappelle les origines de la Hilloula, cérémonie religieuse dédié initialement à la mémoire d'un grand maßtre du judaïsme, Rabbi Shimeon Bar Yohaï et célébrant des noces du saint avec la Torah.

A travers cet ouvrage de 315 pages (grand format), illustré de quelques 400 photos, l'auteur ambitionne de faire redécouvrir le précieux patrimoine religieux et culturel judéo-marocain.

"C'est dans la perpétuation de ce fabuleux patrimoine que réside notre avenir et celui de nos enfants et petits-enfants", a-t-il souligné.

Bibliographie - Juifs du Maroc
Posté par: darlett (IP enregistrè)
Date: 07 avril 2010 a 16:31

LE TRIANGLE DE VUE

par Anna RiviĂšre


Éditions MĂ©dit’édition. Pincounillier





L’auteur nous y conduisait sur les rives du fleuve Bou-Regreg dont l’estuaire sĂ©pare SalĂ© de Rabat. Nina, petite juive du mellah de SalĂ© revenait, en juillet 1993, sur les lieux de son enfance Ă  la recherche de traces d’un monde hĂ©las aujourd’hui disparu.

Il Ă©tait une fois des Juifs au Maroc. Des centaines de milliers. Et, parmi eux, Agar et son Ă©pouse, Alia et leurs trois enfants : Nina, Simon et Emma.

Comme si elle ne pouvait se faire Ă  l’idĂ©e de ne plus jamais revenir au pays natal, Nina dĂ©cide de revoir encore sa maison dont elle vient d’apprendre qu’elle est sur le point d’ĂȘtre dĂ©molie pour laisser la place Ă  un immeuble moderne. Cette fois, nous sommes en novembre 2007, et, comme en 1993, elle est accompagnĂ©e de son mari, AndrĂ©.

Comme le dit fort justement Jean-Pierre Allali dans la prĂ©face qui ouvre ce beau livre de mĂ©moire, « Pour tous les exilĂ©s du monde, le retour au pays natal, sur les lieux de l’enfance, des premiers jeux, de la premiĂšre Ă©cole et des premiĂšres amours, est un besoin viscĂ©ral, irrĂ©pressible ».

Mais que peut-on espĂ©rer d’un tel voyage du retour ? On sait que tout a complĂštement changĂ©, que les Juifs de SalĂ©, de Rabat, de Marrakech, de Casablanca, de Mogador, de KĂ©nitra et d’ailleurs, ceux des villes comme ceux des montagnes, emportĂ©s par le vent impitoyable de l’Histoire, sont allĂ©s planter leurs pĂ©nates sous d’autres cieux, en IsraĂ«l ,en France ou encore au Canada. Les synagogues ont disparu, tout comme les boucheries « Kasher » devenues « Halal », les Ă©coles de l’Alliance IsraĂ©lite et mĂȘme le cinĂ©ma Le ColisĂ©e oĂč toute une jeunesse insouciante venait se dĂ©tendre en admirant Zorro et Tarzan et en rĂȘvant Ă  d’autres horizons. Le cimetiĂšre de SalĂ© oĂč repose le « saint » Rabbi RaphaĂ«l Encaoua est dĂ©labrĂ©. Et le beau parc du « Triangle de vue », haut lieu des promenades d’autrefois, est mĂ©connaissable.

Restent nĂ©anmoins quelques rencontres amicales et chaleureuses comme celle avec Ali, dont la famille a bien connu, Ă  l’époque, Agar et Alia, celle avec Akim, homme de tolĂ©rance et de paix ou encore avec Mehdi, ancien pilote de ligne Ă  la retraite particuliĂšrement affable et serviable. Et puis, quand mĂȘme, quelques petits miracles : la pĂątisserie suisse, Au DĂ©lice et sa concurrente La Riviera qui servent toujours les mĂȘmes gĂąteaux au miel accompagnĂ©s d’un thĂ© Ă  la menthe, l’épicier d’antan et le bain maure sont toujours au mĂȘme endroit , le marchand mitoyen de beignets sfenjs, aussi. Sans oublier les petits cireurs de souliers qui proposent toujours leurs services aux passants et aux touristes.

Nina quittera les rives du Bou-Regreg en emportant quelques zelliges, carreaux de faïence bigarrés ornés de motifs géométriques qui recouvraient les murs de sa maison natale.
Le rĂ©cit est entrecoupĂ© de retours sur le passĂ© distinguĂ©s par l’italique qui sont autant de portraits Ă©mouvants de parents et d’amis d’antan : Jacob, Michel, Pablo, RaphaĂ«l, Julien, Pierre-Louis, Elihamecoubal, Joseph, Miryem, Mireille, Isabelle, Raymonde, LĂ©a , Simone, Denise et les autres. De nombreuses photographies et un plan dĂ©taillĂ© du centre de Rabat agrĂ©mentent cet ouvrage sympathique. Comme le dit le prĂ©facier : « Ce livre de mĂ©moire est une catharsis nĂ©cessaire et salutaire, une grande page d’amour ».
Un tĂ©moignage prĂ©cieux, sympathique et, tout compte fait, plein d’optimisme.

Éliahou Hillel

Éditions MĂ©dit’édition. Pincounillier. PrĂ©face de Jean-Pierre Allali. FĂ©vrier 2010. 224 pages.




Bibliographie - Juifs du Maroc / L 'exil au Maghreb
Posté par: aaron (IP enregistrè)
Date: 30 novembre 2010 a 19:27

La condition juive sous l’islam 1148-1912

Le 9 novembre 2010, a Ă©tĂ© publiĂ© le livre « L’exil au Maghreb, la condition juive sous l’islam 1148-1912 » de Paul B. Fenton et David G. Littman aux Presses universitaires de Paris Sorbonne. Cet ouvrage majeur prĂ©sente une anthologie chronologique de rĂ©cits de tĂ©moins oculaires en AlgĂ©rie et au Maroc. Puis, par une sĂ©lection d’archives du Quai d’Orsay, du Foreign Office, de l’Alliance israĂ©lite universelle (AIU) et de son homologue britannique l’Anglo-Jewish Association, il dĂ©crit les efforts diplomatiques dĂ©ployĂ©s en faveur des Juifs maltraitĂ©s au Maghreb. Il dĂ©mythifie la « tolĂ©rance interconfessionnelle Ă©galitaire et harmonieuse sous l’islam incarnĂ©e par al-Andalous ».



C’est un ouvrage vĂ©ritablement monumental, fruit d’un labeur de quarante annĂ©es de recherches, que nous proposent deux grands savants spĂ©cialistes d’un sujet douloureux s’il en fut et pourtant relativement mĂ©connu, celui de la condition des Juifs en terres d’islam. Loin des clichĂ©s de l’Âge d’or, les auteurs, en puisant au meilleures sources : relations de voyageurs, arrĂȘtĂ©s de dĂ©cisionnaires musulmans, rapports de diplomates, complaintes de dirigeants communautaires juifs, extraits d’ouvrages
, nous brossent, Ă  travers une anthologie d’excellente qualitĂ©, un tableau Ă©difiant de ce que fut, au cours des siĂšcles et avant l’arrivĂ©e de la colonisation, la vie de Juifs au Maghreb : un enfer. On redĂ©couvre, avec horreur, que le statut infamant de la dhimma, ne fut pas un vain mot, quelques obligations ou vexations secondaires, mais un tourment au quotidien, avec son lot d’exactions, de viols, de meurtres et de destructions.

Bibliographie - Juifs du Maroc / L 'exil au Maghreb
Posté par: aaron (IP enregistrè)
Date: 30 novembre 2010 a 19:41

L 'exil au Maghreb / interview de l'auteur

Comment est né ce livre ?

David G. Littman : Je me suis intĂ©ressĂ© au destin des Juifs du Maghreb lors d’une mission humanitaire au Maroc en 1961 pour amener des enfants Juifs clandestinement en IsraĂ«l (« OpĂ©ration Mural »).

DĂšs 1969, j’ai effectuĂ© des recherches sur leur histoire et celle des Juifs d’Orient, au quai d’Orsay, puis Ă  la bibliothĂšque de l’Alliance IsraĂ©lite Universelle (AIU) oĂč ces archives Ă©taient alors peu explorĂ©es. J’y ai dĂ©couvert les fragments d’une mĂ©moire collective faite de persĂ©cutions, de brimades et d’humiliations, dont la pĂ©riode coloniale et l’exode dĂšs 1948 avaient presque effacĂ© le souvenir.

J’ai confrontĂ© ces tĂ©moignages avec les rapports de l’homologue britannique de l’Alliance, l’Anglo-Jewish Association (AJA), et les documents du Foreign Office (FO) Ă  Londres. Les archives de l’AIU ont constituĂ© une source incontournable : elles Ă©clairent de l’intĂ©rieur la condition abjecte de la grande majoritĂ© des Juifs du Maghreb, dĂ©truisant des mythes.

En 1972, j’ai discutĂ© Ă  JĂ©rusalem avec deux historiens Ă©minents du judaĂŻsme oriental, Shlomo Dov Goitein et Hayyim Zeev Hirschberg. Le premier m’a vivement encouragĂ© Ă  poursuivre mes recherches originelles et le professeur Hirschberg m’a proposĂ© de me concentrer sur le Maroc et de collaborer Ă  l’ouvrage qu’il Ă©crivait sur l’histoire des Juifs du Maghreb.
Afin d’assurer une vision Ă©quilibrĂ©e, Hirschberg a proposĂ© de complĂ©ter la documentation de l’AIU avec des rĂ©cits de voyageurs non-Juifs du XIXe siĂšcle et des siĂšcles prĂ©cĂ©dents. Par son intermĂ©diaire, j’ai rencontrĂ© en 1975 un doctorant, Paul B. Fenton qui avait visitĂ© des communautĂ©s juives en voie d’extinction au Maroc et m’a communiquĂ© des sources hĂ©braĂŻques et arabes. (...)
Au fil des siÚcles, quelles sont les lignes de continuité et les évolutions ?
Paul B. Fenton : MĂȘme si, lors de sa conquĂȘte de l’Afrique du Nord et d’autres rĂ©gions, l’islam a Ă©pargnĂ© « les gens du Livre » (Juifs, chrĂ©tiens), tandis que les autres peuples conquis devaient embrasser la nouvelle religion ou ĂȘtre massacrĂ©s, la thĂ©ologie et la lĂ©gislation musulmanes ont tout mis en Ɠuvre pour contraindre les Juifs et les chrĂ©tiens Ă  se convertir.
Les brimades physiques et Ă©conomiques liĂ©es au statut du dhimmi ont fini par Ă©roder les communautĂ©s chrĂ©tiennes au Maghreb. Des communautĂ©s chrĂ©tiennes jadis florissantes : le christianisme nord-africain prĂ©islamique avait donnĂ© un des pĂšres de l’Eglise, St Augustin, mort Ă  Hippone (aujourd’hui Annaba, AlgĂ©rie).
Les communautĂ©s juives ont tenu bon, mais au prix d’immenses sacrifices. Leur histoire est ponctuĂ©e par une longue sĂ©rie de massacres, de persĂ©cutions et de conversions forcĂ©es, dont le paroxysme est marquĂ© par leur extermination Ă  l’époque des Almohades (1147-1269) et par l’activitĂ© anti-judaĂŻque du thĂ©ologien Abd al-KarĂźm al-MaghĂźlĂź (vers 1493) de Tlemçen dont les prĂ©dications haineuses peuvent ĂȘtre comparĂ©es Ă  l’Ɠuvre de Luther.

Lire la suite ICI

Bibliographie - Juifs du Maroc /Asher le devin et autres contes de Fes
Posté par: aaron (IP enregistrè)
Date: 10 décembre 2010 a 16:59

Ami Bouganim est dĂ©cidĂ©ment un auteur aussi prolifique que divers (1). Il est aussi bien capable de nous offrir des monographies trĂšs intĂ©ressantes que des rĂ©cits folkloriques ou des portraits Ă©difiants (2). Depuis la parution de ses RĂ©cits du Mellah (3), il s’inscrit rĂ©solument dans la lignĂ©e des tĂ©moins d’un temps hĂ©las disparu, celui du petit monde tout Ă  la fois exotique et tendre du judaĂŻsme marocain. Son nouvel ouvrage, dans l’esprit des prĂ©cĂ©dents, nous transporte au Maroc, le pays de son enfance oĂč vivait, il n’y a pas si longtemps, une importante communautĂ© juive, aujourd’hui installĂ©e, pour l’essentiel, en IsraĂ«l, en France et au Canada.



Ami Bouganim, dans une Ă©criture colorĂ©e, nous prĂ©sente Élie l’increvable, un trĂšs vieil homme qui habitait l’une des derniĂšres cahutes de Nowawel dans le mellah de FĂšs et qui se lamentait de n’avoir pas d’enfant qui lirait le kaddish sur sa tombe. Sans compter que la sociĂ©tĂ© mortuaire locale, trĂšs sourcilleuse quant Ă  la lignĂ©e de ses membres, ne voulait pas de lui en son sein. Dans ces conditions, autant se prĂ©parer Ă  mourir. Mais Élie s’avĂšre vĂ©ritablement increvable au grand dam de son entourage. Cela nous vaut des situations cocasses et savoureuses. Voici aussi Bouskila l’escroc, Asher le devin, les deux sƓurs jumelles qui se ressemblent comme deux gouttes d’eau et qu’on cherche Ă  marier Ă  deux jumeaux, ce qui n’est pas, on le dĂ©couvre rapidement, une mince affaire. Ami Bouganim nous parle aussi de Sol el-Fassia, drĂŽle de dĂ©lurĂ©e particuliĂšrement dĂ©brouillarde, de la « Maison du plaisir » et du « MaĂźtre de l’Alliance » et, en bouquet final, de la trĂšs sainte et vĂ©nĂ©rĂ©e Sol Hatchuel, de Tanger, qui refusa de se convertir Ă  l’islam et fut dĂ©capitĂ©e.

Original et décapant.
Jean-Pierre Allali (crif.org)

Bibliographie - Juifs du Maroc / Retour sur Proverbes judéo-espagnols
Posté par: aaron (IP enregistrè)
Date: 10 octobre 2011 a 21:48

Reine Akriche est nĂ©e en 1909 Ă  Oran, dans une famille juive originaire de TĂ©touan, au Maroc. Sous le titre de “Refranes y dichos de mi abuela BeĂŻda LĂ©vy”, elle recueillit d’abord pieusement les proverbes et expressions judĂ©o-espagnols de son enfance. Ce trĂ©sor de la mĂ©moire d’un peuple et d’une langue (le judĂ©o-espagnol vernaculaire du Maroc, ou haketiya, recastillanisĂ© au 19e siĂšcle, surtout Ă  partir de 1860), elle me confia rĂ©cemment le soin de le publier, avec les lacunes dues Ă  l’oubli et Ă  la dĂ©culturation. La mĂ©thode n’est certes pas irrĂ©prochable aux yeux des universitaires, il eĂ»t fallu procĂ©der Ă  un enregistrement prĂ©alable de ces 264 proverbes et expressions judĂ©o-espagnols au lieu de les consigner par Ă©crit. Mais le temps passe et le temps presse. C’est pourquoi j’ai choisi d’éditer rapidement ce petit livre dans un Ă©tat de relatif inachĂšvement qui le rend encore plus attachant. Les lecteurs intĂ©ressĂ©s par les diffĂ©rentes modalitĂ©s du judĂ©o-espagnol, ladino ou judĂ©o-espagnol calque, djudezmo du Levant, haketiya du Maghreb, se reporteront toujours avec profit aux livres et aux nombreuses publications du professeur HaĂŻm Vidal Sephiha.
Christian Nicaise





Extrait :
DISCRÉTION


Boca cerrada no la entran moscas = Dans la bouche fermĂ©e, les mouches n’entrent pas. (Se dit de celui qui parle Ă  tort et Ă  travers.)
El que de este mundo quiere gozar, solo que oyer, ver y callar = Celui qui veut jouir de ce monde doit entendre, voir, et se taire.
Hamete que en todo se mete = Curieux qui se mĂȘle de tout.
Mal tenga quien diga mal de mi, y mas mal tenga quien me lo venga a decir = Malheur à celui qui dira du mal de moi, et plus encore à celui qui viendra me le dire (i.e. à celui qui me le répÚtera.)
Mas el ruido que las nueces = Plus de bruit que les noix. (Equivaut Ă  "Beaucoup de bruit pour rien".)
Ni da puerta ni llabe = Ni il n’ouvre la porte, ni il n'en donne la clĂ©. (Se dit de quelqu’un qui ne donne aucun indice pour trouver la solution.)
Poco mal y mucho trapito = Peu de mal et beaucoup de pansement. (Se dit de celui qui fait beaucoup d'histoires pour un tout petit bobo. À rapprocher de “Beaucoup de bruit pour rien”.)
Toma teta y callate = Prends le sein et tais-toi. (Se dit de quelqu’un dont on peut acheter le silence.)

Bibliographie - Juifs du Maroc / Mardochée
Posté par: aaron (IP enregistrè)
Date: 29 octobre 2011 a 18:13

MARDOCHEE

de Kebir-Mustapha Ammi





Dans "Mardochée", Kebir-Mustapha Ammi raconte le périple trouble de Charles de Foucauld au Maroc


On connait le pĂšre Charles de Foucauld qui fut bĂ©atifiĂ© par le Vatican en 2005. Mais on connaĂźt moins que ce saint de l’église chrĂ©tienne a d’abord servi comme espion au Maroc durant onze mois, en 1886.
Jeune officier, Ă  peine sorti de Saint-Cyr, il voulait que son pays, la France, occupe le Maroc. D’autres nations, comme l’Espagne, le Portugal, l’Angleterre et l’Allemagne, le convoitaient aussi. Mais Comment donner un avantage Ă  la France et lui permettre ainsi de damer le pion aux puissances rivales ? C’est Ă  cela que s’est employĂ© le jeune Charles de Foucauld.

AprĂšs mĂ»re rĂ©flexion, il lui apparut que le meilleur moyen de collecter des informations de premiĂšre main Ă©tait de se rendre au Maroc et de l’explorer de long en large. Il prit langue avec un Marocain, MardochĂ©e Abi Serour, et dĂ©cida de sillonner le Maroc. Cette expĂ©dition dura onze mois.

Son livre ‘’Reconnaissance au Maroc’’, qui fut primĂ© par la SociĂ©tĂ© de GĂ©ographie, raconte cette aventure qui lui a permis de collecter un nombre impressionnant de d’informations pour le compte de l'armĂ©e française. Il rencontra nombre de gens et vista plusieurs rĂ©gions. Il passe le Maroc au crible. L’homme est intelligent, rusĂ©, observateur et intelligent. Rien ne lui Ă©chappe. Mais il ne dit pas tout. Celui qui se fit appeler Joseph Aleman et qui se dĂ©guisa en rabbin juif fait l'impasse sur bien des choses.

Avec ‘’MardochĂ©e’’, paru aux Ă©ditions Gallimard, Karim Mustapha Ammi apporte un autre Ă©clairage pour rĂ©tablir l’autre part de la vĂ©ritĂ©, celle que l’Histoire n’a pas daignĂ© jusque lĂ  entendre. Qui est qui ? Et qui a fait quoi ? Rien n’importe que cela Ă  celui qui fut le guide de Charles de Foucauld et qui se livre ici Ă  une troublante confession, Ă  la veille de sa mort.

Juif marocain, MardochĂ©e confesse ce que le futur bĂ©atifiĂ© s'est efforcĂ© de taire. Mais il dit surtout sa culpabilitĂ© d'avoir ouvert les portes de son pays Ă  la France. Cette culpabilitĂ© est le cƓur du livre qu’on le voit Ă©crire dans une terrible souffrance.
MardochĂ©e ne se pardonne pas d’avoir acceptĂ© de servir Joseph Aleman. Il dissĂšque cette culpabilitĂ© sans concessions. Il pressent la tragĂ©die que sa faute va faire vivre aux siens.

BasĂ© sur des faits avĂ©rĂ©s, ‘’MardochĂ©e’’ n’est pas uniquement un roman historique, il peut bien sĂ»r se lire comme un roman d’aventures dans le Maroc du 19Ăšme siĂšcle. On suit deux voyageurs, Joseph Aleman et son guide, qui sillonnent le pays du Nord au Sud et d’Est en Ouest, en prenant des risques inconsidĂ©rĂ©s. Ils vivent de nombreuses aventures et manquent souvent d’ĂȘtre dĂ©masquĂ©s. Mais ce roman qui est une plongĂ©e dans la mĂ©moire offre une autre lecture de l’Histoire en posant des questions, notamment sur l’imposture Ă  laquelle s'est livrĂ© Charles de Foucauld pour que son pays - la France- entreprenne la conquĂȘte du Maroc.

Romancier, essayiste et dramaturge, K.M. Ammi est nĂ© au Maroc en 1952. AprĂšs avoir obtenu son baccalaurĂ©at, il part en France, puis en Angleterre avant un sĂ©jour de plusieurs annĂ©es aux États-Unis. De retour en France, il devient professeur d’anglais et enseigne aujourd’hui en rĂ©gion parisienne, oĂč il vit. Il est notamment l’auteur d’une importante biographie d’Abd el-Kader, de romans pour la jeunesse, Le partage du monde et Feuille de verre (Gallimard Jeunesse) et de deux romans, Le ciel sans dĂ©tours (collection blanche, 2007) et Les vertus immorales (collection blanche, 2009).




Bibliographie - Juifs du Maroc
Posté par: darlett (IP enregistrè)
Date: 14 juin 2012 a 16:15



Juifs en pays arabes - Le grand déracinement, 1850-1975

Bensoussan, Georges








Résumé :

L’histoire des communautĂ©s juives d’Afrique du Nord et du Proche et Moyen-Orient, certaines vieilles de deux millĂ©naires, a fait l’objet de lectures superficielles, parfois passionnelles.

Sous l’effet de l’occupation par les EuropĂ©ens, les Juifs d’Orient, majoritairement sĂ©farades, ont accĂ©dĂ© Ă  une forme de modernitĂ© culturelle et parfois Ă  un rĂ©el dĂ©veloppement Ă©conomique et se sont affranchis de l’ancestral statut de dhimmis. BientĂŽt le conflit autour de la Palestine et la collusion de certains leaders arabes avec les pays de l’Axe ont fini de dissoudre les ultimes liens qu’une longue cohabitation avait jadis Ă©tablis. Lorsque les puissances europĂ©ennes durent lĂącher prise, les Juifs furent contraints de partir et de former une autre diaspora, non sans avoir subi presque partout humiliation et spoliation, voire parfois violences et pogroms. Du Maroc Ă  l’Égypte et de la Libye au YĂ©men sans oublier l’Irak et la Tunisie, des centaines de milliers d’habitants des pays arabo-musulmans se sont comme volatilisĂ©s en une gĂ©nĂ©ration Ă  peine. En outre, ces minoritĂ©s juives ont Ă©tĂ© Ă©clipsĂ©es par la prĂ©dominance d’un judaĂŻsme ashkĂ©naze lui-mĂȘme recouvert par l’ombre immense de la Shoah.

Cet Ă©pisode de l’histoire du peuple juif, lourd d’innombrables drames humains, est aujourd’hui largement oubliĂ©, voire occultĂ©.
À l’appui d’une documentation inĂ©dite considĂ©rable, Georges Bensoussan envisage ce phĂ©nomĂšne dans toute son Ă©paisseur.

Son livre, appelĂ© Ă  faire date, sera pour tous ses lecteurs une dĂ©couverte et mĂȘme pour une partie d’entre eux un vĂ©ritable choc.


PrĂ©sentation de l’éditeur :

Comment, et in fine pourquoi, de trÚs anciennes communautés juives ont-elles été déracinées en moins de 25 ans aprÚs la Seconde Guerre mondiale ?

Georges Bensoussan explore les racines de l’exode, plus profondes que dans le seul conflit israĂ©loarabe mĂȘme si, en effet, il a retenti ici avec violence. Il s’agit d’analyser comment la modernitĂ© culturelle (l’alphabĂ©tisation des filles, le recul de l’ñge du mariage, l’occidentalisation du nom, du costume et des moeurs) et » laĂŻcisante » (avec la perte progressive du pouvoir des rabbins) a obligĂ© Ă  redĂ©finir les identitĂ©s, d’expliciter les soubassements psychiques des conflits politiques, et de comprendre comment, depuis les annĂ©es 1920, la naissance de l’anticolonialisme des Arabes a structurĂ© le destin des minoritĂ©s juives prises malgrĂ© elles dans le conflit colonisĂ©-colonisateur.

Alors qu’elles Ă©taient, elles, triplement colonisĂ©es : par le maĂźtre musulman, l’arrivant europĂ©en et le judaĂŻsme ashkĂ©naze. La Seconde Guerre mondiale a mis en lumiĂšre les failles qui se dessinaient depuis trente ou quarante ans dĂ©jà
 Elle a mis Ă  nu la fragilitĂ© de la condition juive face au colonisateur. Partant, elle a soulignĂ© la » peur juive » sur la rive sud de la MĂ©diterranĂ©e, une peur qui aboutira aux dĂ©parts massifs des annĂ©es 1940-50.

Paru le : 24/05/2012
ISBN / EAN13 : 9782847348873
Nombre de pages : 976




Bibliographie - Juifs du Maroc / Le marcheur de FĂšs
Posté par: gerard (IP enregistrè)
Date: 10 décembre 2013 a 19:59

Voulant mieux connaĂźtre son pĂšre naturel, nĂ© Ă  FĂšs en 1936, Éric Fottorino dĂ©cide en 2012 de se rendre dans cette ville du Maroc. Son pĂšre, trop malade pour quitter la Haute-Garonne, le guide Ă  distance avec ses souvenirs.






Le voyage s'avĂšre un vĂ©ritable pĂšlerinage. Il rencontre des amis d'enfance de son pĂšre qui lui font visiter les quartiers oĂč ils ont grandi, le cimetiĂšre oĂč est enterrĂ©e sa soeur morte accidentellement Ă  l'Ăąge de 17 ans et le quartier juif de FĂšs oĂč ne vit plus aucun Juif.

Sa quĂȘte toute personnelle de filiation s'ouvre sur l'histoire de FĂšs et sur celle de la communautĂ© juive du Maroc. C'est racontĂ© par petites touches dĂ©licates et avec une certaine distance.

«Je ne suis pas nostalgique de mes souvenirs. Je suis nostalgique des tiens», écrit-il à son pÚre. L'auteur dit aussi se sentir «comme une ùme trÚs ancienne qui navigue entre deux mondes», entre le passé et le présent.

Ses découvertes lui permettent de mieux définir ses origines et d'étoffer sa relation avec son pÚre qu'il a connu sur le tard. Ce récit plein de tendresse donne aussi le goût de visiter ou de revisiter FÚs et nous renseigne sur la montée et le déclin du judaïsme en Afrique du Nord.


Source: lapresse

Aller à la page: Prècèdent12345
Page courante: 5 of 5


Dèsolè, seuls les utilisateurs enregistrès peuvent poster sur ce forum.
Veuillez cliquer sur S'identifier pour vous enregistrer

   Rechercher sur
 

  Web    
Darnna

ïżœ 2008 Darnna.com - All rights reserved.

'