ROND-POINT CULTUREL :  DARNNA.COM
Litterature, Arts & Opinions  
Aller à la page: 123456Suivant
Page courante: 1 of 6
Bibliographie - Juifs du Maroc
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 03 août 2005 a 15:39

Sur cette page, je voudrais tout au long de mes decouvertes, donner une liste bibliographique des ouvrages recents ou moins recents concernant les Juifs du Maroc.

Relations judéo-musulmanes au Maroc - par Stavit


« Cet ouvrage réunit les articles de vingt-trois spécialistes de nationalités et d'horizons différents - historiens, ethnologues, linguistes, musicologues... Leurs études nous révèlent qu'au-delà des différences, des particularismes et des antagonismes, un immense espace d'échanges et de dépassement des frontières ethno-religieuses a existé entre juifs et musulmans à travers les siècles, au Maroc, dans le domaine de la musique, ainsi que dans divers types d'activités intellectuelles comme la langue, la philosophie, le rituel... » (présentation de l'éditeur)






Re: Bibliographie - Juifs du Maroc
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 03 août 2005 a 16:06

Juifs du Maroc. Fastes et facettes - par Somogy





Pendant plus de mille deux cents ans, juifs et musulmans ont cohabité au Maroc et coopéré à l'épanouissement de ses richesses culturelles et artistiques. Cet ouvrage témoigne des imbrications et des sensibilités qui, en terre marocaine, se reflètent dans la culture et l'art juif : thèmes et motifs communs dans la bijouterie, le costume, la musique, le chant, la poésie, la vie quotidienne. Ce livre propose également le double regard porté par les peintres et les photographes sur un temps de commerce et d'émulation créatrice, qui, en zones rurales ou urbaines, ont fait avancer d'un même pas juifs et musulmans du Maroc.


Re: Bibliographie - Juifs du Maroc
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 03 août 2005 a 16:12

Tribus oubliées d'Israël (Les) - par Didier Nebot





Collection : Terra Hebraïca

L'Afrique judéo-berbère, des origines aux Almohades, essai historique
L’auteur explique le parcours des tribus judéo-berbères qui vécurent au début de l’ère chrétienne, sous le joug de l’empire Romain, et qui, sous le règne des Vandales, devinrent libres et indépendantes. Au VIIe siècle, ces tribus s’opposèrent aux conquérants arabes, les Almohades.

« Lorsque, dans les années 1960, l'ensemble du Maghreb acquit son indépendance, les juifs quittèrent en masse cette région. Ils y étaient depuis la nuit des temps. Il en partirent comme de vulgaires colonisateurs, laissant leur patrimoine culturel dans les mains de l'oubli.

Aujourd'hui, parler d'une présence juive dans le passé de l'Afrique du Nord relève, pour beaucoup, d'une simple anecdote à l'intérêt limité. Erreur ! Erreur d'appréciation et de jugement dans lesquels se sont engouffrés bon nombre d'auteurs. Il est temps de rétablir la vérité.

C'est cette thèse que développe avec force Didier Nebot dans ce livre. Se fondant sur de nombreuses sources historiques, il explique le parcours des tribus judéo-berbères qui vécurent, au début de l'ère chrétienne, sous le joug de l'empire Romain, et qui ensuite, sous le règne des Vandales, devinrent libres et indépendantes. Plus tard, au VIIe siècle, lorsque les Arabes décidèrent de porter la parole du prophète de par le monde, ces tribus judéo-berbères leur opposèrent une farouche résistance; mais elles succombèrent sous les coups de boutoir des Almohades et la plupart d'entre elles se convertirent à l'islam. Seuls subsistèrent quelques clans épars qui, pour certains, s'amalgamèrent au juifs venus d'Espagne au XIV et XVe siècle. » (présentation de l'éditeur)

« Après avoir arpenté les recoins les plus secrets de la bibliothèque nationale, j'ai découvert un monde étrange et oublié, celui de ces tribus judéo-berbères qui bousculèrent la destinée des pays du Maghreb dans l'Antiquité. J'ai pu reconstituer le parcours de ces juifs qui, chassés il y a 20 siècles de Judée par Titus, se réfugièrent en Afrique du Nord. Saint Augustin et Tertullien m'ont permis de retrouver la trace de ces berbères qui, intégrant ces juifs parmi eux, judaïsèrent en masse, et opposèrent par la suite une farouche résistance à l'envahisseur arabe. Au XIIe siècle ces tribus s'effondrèrent sous les coups de boutoir des Almohades, qui ne leur laissèrent le choix qu'entre la conversion à l'Islam et la mort. Moi qui hier ne connaissais rien de ce passé, je me sens aujourd'hui plus riche, car je sais qu'en tout juif originaire d'Afrique coule un peu de sang berbère. J'ai compris que ceux qui se croient arabes sont en fait d'anciens berbères. J'ai eu envie par ce livre de leur tendre une main amicale et de leur dire : "nous sommes frères". » (Didier Nebot, 03 janvier 2000)

[www.bibliomonde.com]








Re: Bibliographie - Juifs du Maroc
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 03 août 2005 a 16:16

Deux mille ans de vie juive au Maroc
par Haïm Zafrani





Ce livre évoque la mémoire de ce qui fut (et reste) la plus importante communauté juive du monde arabe. La nouvelle édition a été mise à jour et augmentée d’une postface remplaçant l’épilogue des éditions précédentes.
« L'ouvrage de Haïm Zafrani restitue en trois cents pages l'essentiel des composantes de la vie juive marocaine et plus généralement maghrébine, au cours des deux derniers millénaires. Depuis les premières vagues de dispersion des juifs palestiniens jusqu'à la désintégration de la communauté marocaine sous l'effet conjugué de l'indépendance du pays et d'un incessant mouvement d'Aliyah, une « société juive bipolaire » a généré et perpétué une culture fort originale insérée et enracinée en terre d'islam, la population juive ne s'est pas montrée imperméable aux influences arabo-berbères, sans renoncer pour autant à cultiver sa riche tradition religieuse, ravivée par les megorashim venus d'Espagne après l'Expulsion. Ce tour d'horizon historique circonstancié permet de mieux saisir le sens du syncrétisme culturel des juifs marocains, de leurs rites propres - comme la mimouna et la hilloula - et de la « mémoire judéo-maghrébine » qu' ils ont reçue en héritage. Le mépris condescendant qu'a pu manifester à leur égard (et que manifeste encore) un certain establishment israélien n'en parait que plus déplacé. » (extrait du site de Chochana P.)

« Le judaïsme marocain entretient avec la pensée juive universelle et ses divers modes d’expresiion des liens étroits et des relations privilégiées au niveau de la création littéraire hébraïque classique et traditionnelle. Toutefois, ce judaïsme est aussi le produit du terroir marocain où il a prospéré durant deux millénaires. Dans cet espace de convergence et de dialogue, s’est élaborée une personnalité judéo-marocaine multipolaire complexe. Cet ouvrage apporte un éclairage inédit sur l’Histoire d’une communauté éclatée et sa mémoire. » (extrait d’un article de Jean-Michel Zurfluh, dans le Temps du Maroc, 8 Octobre 1999).

Ce livre a reçu le Prix Grand Atlas de la Création en 1999, décerné par l’ambassadeur de France au Maroc, au titre de la promotion et de la diffusion du livre.

« Le foyer le plus intense de fanatisme musulman et d'humiliation juive fut, jusqu'à ces derniers temps, le sultanat du Maroc. Les quartiers juifs ou mellahs de Fez, de Marrakech, de Casablanca, de Tétouan, de Mogador, étaient strictement clos, et les sévères lois du Coran, relatives aux " infidèles " méprisables y étaient appliquées à des milliers d'hommes. Non seulement les sultans, mais n'importe quel fonctionnaire se considérait en droit de sévir contre les Juifs comme bon lui semblait : de les battre, de les spolier, de les bannir. Parfois, lorsque les cris des victimes s’élevaient trop haut, les diplomates des pays européens résidant au Maroc y faisaient écho, surtout dans le port de Tanger ou sont concentrées les plus importantes entreprises juives. L'Alliance Israélite de Paris et l'Anglo-Jewish Association de Londres s'adressaient à leurs gouvernements, demandant qu’ils prissent la défense des Juifs marocains. Mais le salut n’arriva qu'en 1912, lorsque le Maroc passa sous le protectorat de la France et de l'Espagne. Dépités par l'occupation étrangères, les Maures passèrent leur colère sur les Juifs et organisèrent un véritable pogrome à Fez. Mais, par la suite, ces excès devinrent beaucoup plus rares. sur 120000 juifs marocains, 90000 se trouvent sous la protection du résident général français, 20000 sous celle du résident espagnol, et 10000 sous celle du corps diplomatique international à Tanger. Les Séphardim, ou habitants des ports, pour la plupart gros commerçants, parlent entre eux l'espagnol, mais tous manient plusieurs langues européennes. À l'intérieur du pays, les Séphardim se sont confondus avec la population juive indigène; ils usent de l'arabe. Partout, les écoles de l'alliance israélite appareillage la civilisation française, mais le mouvement assimiler heures qui en résultent trouverez, dans le celui-ci vain, une opposition nationale, inspirant à la reconnaissance de la culture géographique sur une base européenne. » (extrait du Précis d'histoire juive, Éditions du Cerf)

[www.bibliomonde.com]





Re: Bibliographie - Juifs du Maroc
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 03 août 2005 a 16:21

VIE JUIVE AU MAROC (La)
par Aviva Lancet-Muller (direction de l'ouvrage),
Dominique Champault (direction de l'ouvrage)






Sous titre : Arts et traditions.

Le livre présente des objets de la vie quotidienne, souvenir de la plus importante communauté juive du monde arabe.
Un beau livre dont les notices ont été écrites par des spécialistes.






Re: Bibliographie - Juifs du Maroc
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 03 août 2005 a 16:31

MARRAKECH LA ROUGE
par Hélène Gans Perez
( Livre )
Métropolis
Collection Cuisine de mes souvenir (La)
février 1996





L’atmosphère des années heureuses (un peu idéalisées) juste avant le départ des juifs du Maroc en 1956. Un ouvrage plein de nostalgie : description de la vie quotidienne, recettes de cuisines, souvenirs autobiographiques…
À travers cette description pleine de nostalgie, d’odeurs et de saveurs, de la Marrakech à l’époque où musulmans et juifs se côtoyaient dans la médina, l’auteur nous livre ses souvenirs d’enfance. Trente-neuf recettes de cuisines sont proposées pour entretenir le souvenir.






Re: Bibliographie - Juifs du Maroc
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 03 août 2005 a 16:35

UNE JEUNESSE JUIVE AU MAROC par Harmattan (L')
Collection Mémoire du XXe siècle - 2001

par Hanania-Alain Amar







Dans ce récit au style vivant et d'une grande richesse informative, Hanania-Alain Amar nous invite à un itinéraire. Il s'agit du témoignage d'un descendant d'une famille juive établie au Maroc depuis plus de deux millénaires. L'ouvrage est comparable à une tresse dont chacun des brins se mêle harmonieusement aux autres, apportant un regard sur l'histoire, la culture, le monde de vie quotidien d'une communauté juive chérifienne entre 1860 et 1972. On y retrouve chronologiquement l'époque impériale, le protectorat, le temps de l'indépendance et de ses conséquences, notamment pour l'auteur : l'exil. À travers des anecdotes, des réalités historiques et familiales étayées par une solide bibliographie, ce livre - qui mêle tendresse, humour et émotion contenue - est une précieuse source pour découvrir une époque et un monde peu connus du public français.
L'auteur : Hanania-Alain Amar est né à Rabat en 1947. Il y a vécu jusque dans les années 1970. Ancien interne des Hôpitaux de Paris, il est psychiatre et psychothérapeute. Responsable à l'Association Française de Psychiatre, passionné par les questions d'éthique, il a publié de nombreux articles dans des revues spécialisées.

[www.bibliomonde.com]






Re: Bibliographie - Juifs du Maroc
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 03 août 2005 a 16:41

IL ETAIT UNE FOIS DES JUIFS AU MAROC - par Armand Levy
Harmattan (L')
Collection Comprendre le Moyen-Orient
octobre 1995




Un livre de témoignage, d'histoire et d'évocation, un brin nostalgique, de la vie quotidienne des juifs au Maroc.
L'auteur décrit la vie des mellahs et le passage des juifs du Maroc à la modernité au cours du XXe siècle. Il insiste aussi sur la protection des juifs du Maroc par Mohamed V face au gouvernement de Vichy et à ses lois antisémites. Armand Lévy évoque ensuite le départ pour Israël.

« Originaire de Mogador, Armand Lévy est né à Casablanca en 1932. Dans ce livre, il évoque le passé à la fois lointain et proche de la judaïcité marocaine, qui a joué et joue encore un rôle important dans l'histoire juive. Il donne dans ce récit une "Image du dedans" où ses souvenirs personnels sont enrichis par des témoignages recueillis auprès de ses parents; ils sont complétés par des recherches documentaires. L'homme juif de la plaine, le citadin, celui de la montagne ont connu une double culture, celle qu'ils ont héritée de la tradition biblique juive et celle liée aux traditions locales. L'influence des Juifs expulsés d'Espagne au XVe siècle a gardé des racines profondes chez ceux d'entre eux qui ont habité les villes de Tanger, Tétouan, Melilla, Larache... Des influences anglaises ont sensibilisé les Juifs de Mogador et de Tanger ; enfin, la culture française, avec l'installation du Protectorat français en 1912, a gagné la majeure partie de cette population. Un va-et-vient entre la mémoire orale et la mémoire écrite constitue l'originalité de ce livre qui fait resurgir le vécu de cette communauté toujours attachée au pays où elle a pris naissance, où elle a forgé son identité et sa culture en étroite collaboration avec celle des Berbères et des Arabes. L'auteur insiste sur la protection que le Sultan Mohammed Ben Youssef, qui deviendra le roi Mohammed V, a accordée aux Juifs pendant la période de Vichy. Dans les années cinquante, des Juifs se sont engagés dans la lutte pour l'indépendance du Maroc et dans les efforts de développement de ce jeune Etat, même si en majorité, ils ont choisi le départ pour Israël, pour la France, le Canada ou l'Espagne. Mais l'émigration n'a pas entraîné la rupture définitive : parmi les pays arabes, le Maroc est le seul qui abrite encore une communauté juive active. Et l'on connaît le rôle joué par le roi Hassan II dans le processus de paix au Proche-Orient. Au Maroc, dans le passé lointain et récent, qui n'était "ni enfer, ni paradis", des Arabes et des Juifs ont coexisté dans la rencontre et un certain respect de leurs cultures. Cette coexistence ouvre l'espoir d'un avenir de paix qui ne pourra se réaliser que dans une mutuelle reconnaissance. » (présentation de l'éditeur)

Le livre a été préfacé par le professeur Doris Bensimon.


[www.bibliomonde.com]


Re: Bibliographie - Juifs du Maroc
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 03 août 2005 a 16:47

INSOUMIS (L’)
par Abraham Serfaty, Mikhaël Elbaz

( Livre )
Desclée de Brouwer
Collection Midrash







Le sous-titre du livre : Juifs-Marocains et rebelles. Le célèbre opposant marocain revient sur son parcours et ses engagements. Il évoque notamment sa nostalgie d’un pays où juifs, musulmans et chrétiens vivrait en symbiose. Le Maroc aurait pu être ce pays.
Ce livre est un dialogue entre un anthropologue, spécialiste de l’immigration des juifs marocains et une figure mythique de la résistance à la dictature d’Hassan II du Maroc. Abraham Serfaty insistante sur la question qui lui tient tant à cœur des relations entre juifs et musulmans. Il dit sa nostalgie de l’ancienne Andalousie. Il se souvient de la cohabitation entre les trois communautés juives, musulmanes et chrétiennes dans la médina de Casablanca. A. Serfaty, le juif arabe, ne se reconnaît ni dans le nationalisme arabe, ni dans le sionisme. Il a toujours dénoncé le sort fait aux Palestiniens, mais il évoque aussi le sort des juifs marocains pauvres devenus des citoyens de seconde zone de la société israélienne.

« Son judaïsme interrogé par Kafka, éclairé par la Kabbale, revivifié par la poésie de Celan ou la passion d'Edmond Jabès, véhicule la modernité d'Hanna Arendt et refuse de s'embarrasser d'un séparatisme israélo-palestinien en même temps qu'il appelle de ses voeux une République Saharaoui et requiert l'existence d'une ancienneté judéo-berbère toujours refoulée au nom d'un pan-arabisme injustifié. Abraham Serfaty a choisi son combat en faveur des Judéo-marocains qui, à ses yeux, ont servi, sans s'en rendre compte, les desseins des Juifs nantis du Makhzen alliés aux sionistes. C'est ainsi qu'on dirigea les plus démunis vers les régions et les tâches les plus rudes d'Israël. Selon Sarfaty, ce genre d'opération ne peut aboutir qu'à un renforcement du fondamentalisme religieux, prodigue de ses largesses et de ses exigences jusqu'au-boutistes. Celui qui a tenu bon face à ses tortionnaires, se souvient avec nostalgie de la civilisation sépharade rayonnant sous les Omeyades. Celui qui a vu sa famille pâtir de ses engagements et le soutenir envers et contre tout, rêve d'une Palestine où Juifs et Arabes auraient trouvé leur place. Homme libre, Serfaty a rompu avec le PC marocain à cause du dogmatisme de celui-ci; il a rompu avec certains Juifs du Makhzen, plus nantis que juifs. Il s'affirme insoumis et rebelle car ses visées d'espoir se sont trop souvent brûlé les ailes. Né en 1926, Abraham Serfaty peut enfin s'abreuver à la lumière du Maroc et rêver de ce côté-là de la Méditerranée. Hassan II n'est plus, son ministre Driss Basri a dû s'en aller. Maïmonide et Yeyoshua Lebowitz s'unissent pour baliser le chemin de Serfaty qui, parti de l'éthique a espéré en la politique qui l'a ramené droit à l'éthique. Son judaïsme interrogé par Kafka, éclairé par la Kabbale, revivifié par la poésie de Celan ou la passion d'Edmond Jabès, véhicule la modernité d'Hanna Arendt et refuse de s'embarrasser d'un séparatisme israélo-palestinien en même temps qu'il appelle de ses voeux une République Saharaoui et requiert l'existence d'une ancienneté judéo-berbère toujours refoulée au nom d'un pan-arabisme injustifié. Abraham Serfaty a choisi son combat en faveur des Judéo-marocains qui, à ses yeux, ont servi, sans s'en rendre compte, les desseins des Juifs nantis du Makhzen alliés aux sionistes. C'est ainsi qu'on dirigea les plus démunis vers les régions et les tâches les plus rudes d'Israël. Selon Sarfaty, ce genre d'opération ne peut aboutir qu'à un renforcement du fondamentalisme religieux, prodigue de ses largesses et de ses exigences jusqu'au-boutistes. Celui qui a tenu bon face à ses tortionnaires, se souvient avec nostalgie de la civilisation sépharade rayonnant sous les Omeyades. Celui qui a vu sa famille pâtir de ses engagements et le soutenir envers et contre tout, rêve d'une Palestine où Juifs et Arabes auraient trouvé leur place. Homme libre, Serfaty a rompu avec le PC marocain à cause du dogmatisme de celui-ci ; il a rompu avec certains Juifs du Makhzen, plus nantis que juifs. Il s'affirme insoumis et rebelle car ses visées d'espoir se sont trop souvent brûlé les ailes. Né en 1926, Abraham Serfaty peut enfin s'abreuver à la lumière du Maroc et rêver de ce côté-là de la Méditerranée. Hassan II n'est plus, son ministre Driss Basri a dû s'en aller. Maïmonide et Yeyoshua Lebowitz s'unissent pour baliser le chemin de Serfaty qui, parti de l'éthique a espéré en la politique qui l'a ramené droit à l'éthique. » (un extrait de la présentation de l'éditeur)



[www.bibliomonde.com]





Re: Bibliographie - Juifs du Maroc
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 03 août 2005 a 16:53

HASSAN II ET LES JUIFS (L’)
par Agnès Bensimon
( Livre )
Seuil (Le)
Collection Histoire immédiate (L')






Sous-titre : L'Histoire d'une l'émigration secrète : celle des juifs du Maroc vers Israël, avec la bienveillance du roi Hassan II.

« En janvier 1961, le naufrage dramatique au large du Maroc d’un vieux bateau chargé de quarante-deux émigrants juifs en partance pour Israël attira l’attention sur les activités clandestines mises en place au Maroc par le Mossad pour faire face au régime chérifien qui empêchait l’émigration. On était guère informé sur les relations privilégiées entretenues entre les services spéciaux israéliens et le roi du Maroc. Elles jouèrent un rôle indiscutable, en 1964, peu avant l’élimination de Mehdi Ben Barka par des hommes de main du général Oufkir et débouchèrent, peu à peu, sur une véritable collaboration où chacun trouvait son compte. Puisant ses informations, souvent inédites, aux meilleures sources, ce livre retrace toute l’aventure de la mystérieuse Misgueret, organisation clandestine créée par Israël au Maroc pour y défendre les communautés juives et organiser leur départ pour Israël. » (présentation de l'éditeur)

[www.bibliomonde.com]





Re: Bibliographie - Juifs du Maroc
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 03 août 2005 a 17:32

JUIFS DU MAROC - Frank Bensimon -
Éditeur : Soline - collection : Diaporama d'une diaspora




Un livre de photos anciennes (plus de 250 documents)

« L'histoire des juifs d'Afrique du Nord se confond avec la création de Carthage par les Phéniciens, il y a vingt-huit siècles, et le développement de comptoirs commerciaux de la Tunisie au Maroc Des témoignages existent sur le commerce que les juifs du Maroc pratiquaient avec les Romains, dès le IVe siècle avant J.-C. Ces premières communautés seront rejointes par les juifs de la première diaspora, lors de destruction du Temple de Jérusalem en 581 avant notre ère. Le sultan Mohammed V en exil est imposé par les autorités françaises en 1953. En 1954, des émeutes éclatent dans diverses villes, des écoles juives sont saccagées et les mellah pillés. Mohammed V revient au Maroc et l'indépendance est proclamée en 1956... »

Le « Juif » dans ses pérégrinations d'exil, c'est la reconnaissance, l'adhésion sans abnégation, l'intégration sans l'assimilation Toutes les communautés juives d'Afrique du Nord ont adopté, avec un certain bonheur, les mœurs et les coutumes des pays d'accueil. Ils ont voulu préserver le patrimoine judaïque, tout en enrichissant les us et coutumes du pays. Dans cet album vous découvrirez, l'Histoire des juifs du Maroc, une liste complète des patronymes des juifs du Maroc et un extrait du livre de Joseph Flav : « C'était les tribus françaises d'Israël, les juifs expliqués aux juifs et aux autres... ». À travers un nombre important de documents vous serez plongé dans le monde oublié du « Judéo-Arabe ».

[www.bibliomonde.net]









Re: Bibliographie - Juifs du Maroc
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 03 août 2005 a 17:36

CUISINE JUIVE MAROCAINE (La)
par Grancher
septembre 2001
Première édition : 1995
Auteurs : Nina et Viviane Moryoussef





La réédition d'un livre de cuisine de grande réputation.

« La cuisine juive marocaine est exemplaire d'un modèle de fusion entre deux communauté. 100 000 familles juives marocaines sont venus en France ou dans les pays francophones. Ces recettes, reflets de la culture culinaire juive, empêcheront l'oubli. » (présentation de l'éditeur)





Re: Bibliographie - Juifs du Maroc
Posté par: hassanazdod (IP enregistré)
Date: 04 août 2005 a 15:20

ESSAI D UN MELLAH..MARRAKECH
LIVRE TRES INTERESSANT RETRACANT DANS LE DETAIL L ITININERAIRE A TRAVERS LES SIECLES DE LA FAMILLE CORCOS
A LIRE ABSOLUMENT
HASSAN DE MARRAKECH







Re: Bibliographie - Juifs du Maroc
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 11 août 2005 a 09:27

Ce n'est pas un livre mais un site interessant d'un certain Professeur Boumajdil qu'il est possible d'imprimer pour lire plus facilement avec reflexions diverses sur "Le Maroc - Terre d'accueil multiconfessionelle, la lutte contre le terrorisme, Maimonide, etc....

[bouimajdil.free.fr]


Citation:

<< Professeur de philosophie islamique à la Faculté des Lettres & Sciences Humaines de Rabat, j'ai travaillé avec plusieurs comités académiques de l'Université Mohammed V. Toute ma carrière est consacrée à la philosophie, aux cultures et religions, aux droits de l'homme, au droit humanitaire et à la recherche. J'ai participé à des conférences nationales et internationales où les résultats de mes travaux ont été discutés.

En Tant que Directeur des Relations Internationales au Ministère des Droits de l'Homme, de 1993 à 2002, j'ai initié la création d'un Centre pour les Droits de l'Homme au Maroc, en relation avec plusieurs instances internationales, notamment, les Nations Unies et la Commission Européenne. >>





Re: Bibliographie - Juifs du Maroc
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 11 août 2005 a 14:11

LE PASSE D'UNE DISCORDE

par Michel Abitbol







"A trop coller à l'actualité on se brouille avec l'histoire. Ainsi le drame du Proche-Orient n'est-il pas inscrit de toute éternité dans une inimitié judéo-arabe qui expliquerait tous les crimes et toutes les surenchères d'aujourd'hui. Michel Abitbol rappelle dans ce livre important que si le contentieux entre les uns et les autres ne met pas en jeu seulement une question d'espace, il fut des moments pour les Juifs où il valait mieux vivre en terre d'islam qu'en terre chrétienne. Plutôt l'Irak abbasside et l'Espagne des califes de Cordoue que la France capétienne ou l'Europe orthodoxe. Car, en dépit des images renvoyées par les écrans de télévision et qui inclinent à des jugements sommaires au nom d'un passé prétendument immuable, une véritable civilisation judéo-arabe rayonna de Bagdad au Caire, de Tolède à Kairouan. Et, au lendemain de leur expulsion d'Espagne en 1492, événement qui correspondit, ce n'est pas un hasard, avec la reconquête de l'émirat de Grenade, les Juifs surent trouver auprès des musulmans ottomans un havre de paix qui leur fit comparer la Turquie, comme l'écrivit l'un d'eux au XVIe siècle, à «cette large et vaste mer que Dieu a ouverte avec le bâton de Sa miséricorde comme il a ouvert la mer Rouge au temps de l'exode».

Pour autant, ces parenthèses ne peuvent faire oublier le temps du mépris et des persécutions ni la montée de la violence parallèle à celle, concomitante au début du XXe siècle, du sionisme et du nationalisme arabe. La Palestine, depuis, apparaît comme le creuset d'une haine irréductible qui se nourrit de l'ignorance des bonnes volontés et de quelques beaux pans du passé. Faut-il retourner à l'histoire décidément pour préparer des lendemains apaisés?"

[www.lire.fr]












Aller à la page: 123456Suivant
Page courante: 1 of 6


Désolé, seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster sur ce forum.
Veuillez cliquer sur S'identifier pour vous enregistrer

   Rechercher sur
 

  Web    
Darnna

© 2008 Darnna.com - All rights reserved.

'