CULTURES ET TRADITIONS JUIVES :  DARNNA.COM
Musique andalouse, histoire juive, culture judéo-berbère, judéo-espagnol, littérature juive, Rabbins, cimetières juifs au Maroc, Patrimoine juif au Maroc 
Les saints juifs et lieux de pelerinage juifs au Maroc.
Post par: ahmed (IP enregistr)
Date: 09 mai 2006 a 19:19

Bonjour a toutes et a tous,
J'aimerais qu'on enumere les lieux de pelerinage juifs et les saints juifs au Maroc.
J'ai entendu parler d'Iligh (Sud du Maroc) et j'ai vu sur 2M un reportage sur celui d'Ouazzane (Nord).
Quels sont les autres lieux avec les particularites et avec un peu d'histoire si c'est possible.
Merci.




Re: Les saints juifs et lieux de p?lerinage juifs au Maroc.
Post par: darlett (IP enregistr)
Date: 09 mai 2006 a 23:17

Salut Ahmed et merci pour ta participation.

J'ai trouve quelque part sur le forum quelques photos qui se rapportent justement a un Saint placees par Messaoud.

Voici le lien

[www.darnna.com]




Re: Les saints juifs et lieux de p?lerinage juifs au Maroc.
Post par: ahmed (IP enregistr)
Date: 10 mai 2006 a 12:25

Merci Darlett pour le lien.
Y' a t'il d'autres lieux et d'autres saints?

Re: Les saints juifs et lieux de p?lerinage juifs au Maroc.
Post par: suzanne (IP enregistr)
Date: 10 mai 2006 a 17:08

ahmed , tu veux une personne qui sait tout de ca , interpelle madame place de france (allias soly) elle sait tout.

Re: Les saints juifs et lieux de p?lerinage juifs au Maroc.
Post par: ahmed (IP enregistr)
Date: 11 mai 2006 a 14:48

suzanne a ecrit:
-------------------------------------------------------
> ahmed , tu veux une personne qui sait tout de ca
> , interpelle madame place de france (allias soly)
> elle sait tout.


Place de france, si tu nous entends..... (lol)


Re: Les saints juifs et lieux de pelerinage juifs au Maroc.
Post par: nanouche (IP enregistr)
Date: 11 mai 2006 a 16:02

bonjour

j'ai recuperer chez ma mere une photo

prise dans un sait dont je ne rappelle plus

le nom.

dans la photo: moi agee de 10 ans {bouh bouh j'etais moche!!}

ma mere avec le foulard, julie que aidait ma mere a nous elever

et une femme musulmane qui a insiste a se joindre a nous

et bien sur l'ane (il est mignon non??}









Re: Les saints juifs et lieux de p?lerinage juifs au Maroc.
Post par: salama (IP enregistr)
Date: 24 mai 2006 a 22:35

Nanouche,

elle est belle ta photo. Sjoukran,

salima

Re: Les saints juifs et lieux de p?lerinage juifs au Maroc.
Post par: darlett (IP enregistr)
Date: 13 mars 2007 a 07:28

La Hiloula du Saint Rabbi Haim Pinto en 1966


Re: Les saints juifs et lieux de p?lerinage juifs au Maroc.
Post par: darlett (IP enregistr)
Date: 13 mars 2007 a 07:29

Hiloula de Meir Baal Haness a Fes en 1985


Re: Les saints juifs et lieux de p?lerinage juifs au Maroc.
Post par: darlett (IP enregistr)
Date: 13 mars 2007 a 07:31

La Hiloula de Rabbi Pinhas Cohen Azoug en 1972 au Blvd Ziraoui a Casablanca (proche de chez moi !)


Re: Les saints juifs et lieux de pelerinage juifs au Maroc.
Post par: gerard (IP enregistr)
Date: 08 juin 2007 a 16:54

Reportage interessant sur "Les mystères des Hilloulas"






C’est un petit chemin au milieu des oliviers qui mène vers le village de Draâ. Il est difficile d’accès et est constitué en grande partie d’une piste non goudronnée. Depuis le mercredi 23 mai, des barrages de gendarmes sont installés sur la route qui mène vers ce chemin. La raison : des pèlerins juifs venus de plusieurs villes du Maroc et même d’Israël et de France se sont donnés rendez-vous dans ce petit patelin se trouvant à 15 kilomètre de la ville de Demnate (à 90 kilomètres de Marrakech).

"La communauté juive se rend depuis des années à ce lieu pour organiser une Hilloula, appellation donnée aux moussems juifs qui sont comme les moussems musulmans, des cérémonies organisés à la mémoire d'un saint.
La dernière Hilloula en date concerne le saint David Draâ. Elle a eu lieu du 23 au 27 mai dans le village de Draâ. Pourquoi ce village ? « C'est là où se trouve la tombe du saint qui est décédé il y a 700 ans », répond le Hazzan (Rabbin) Isaac Ammar.

Au Maroc, une dizaine de saints sont vénérés par la communauté juive au Maroc. Or, selon le représentant de la communauté juive à Marrakech-Essaouira, Jacky Kadoch, il en existe environ 300
à travers le Royaume.
Les Hilloula, nous explique-t-il, ont été instaurées dans les rites hébreux pour « la commémoration de "Lag Ba Omer", jour du décès du grand rabbin et saint Chimon Bar Yohaï. Puis, cette date est devenue une occasion d'honorer la mémoire de tous les saints juifs dans le monde. Faisant de même ici au Maroc, nous organisons une série de Hilloula chaque année en différents endroits et en différentes dates », précise le président de la communauté juive à Marrakech- ssaouira"



lire la suite [www.lereporter.ma]







Re: Les saints juifs et lieux de pelerinage juifs au Maroc.
Post par: gerard (IP enregistr)
Date: 08 juin 2007 a 23:12

« Le culte des saints et les pèlerinages des juifs au Maroc » est le sujet de recherche du jeune chercheur Hassan Majdi pour l’obtention de son doctorat. Menant des recherches sur le sujet pendant des mois, il commence à connaître par cœur les pratiques de la communauté juive, ses cultes, ses rites... A travers cet entretien, Hassan Majdi explique le phénomène des saints juifs au Maroc.


Pouvez-vous nous donner une idée sur le phénomène des Hilloulah au Maroc ?

Le culte des saints chez les Juifs du Maroc, comme chez les Musulmans du Maroc naît d’une idée toute simple : le croyant se considère comme étant très loin de l’essence suprême de Dieu qui lui est inaccessible. Cette distance spirituelle et physique à la fois, détermine aux yeux du croyant l’attitude de Dieu envers lui. La quantité des mortels qui ont recours à l’aide divine est innombrable, mais l’homme en détresse n’est pas toujours sûr que Dieu se souvienne de lui pour l’exaucer. Il a donc recours à l’intercession d’une personnalité célèbre dont les vertus exceptionnelles la rapprochent de Dieu et dont les qualités humaines sont communes aux mortels.

De nos jours encore, les juifs du Maroc croient obstinément au pouvoir d’intercession de nombreux rabbins, -appelés Rabbi- remarqués pour leur pouvoir, leur vie exemplaire et leur bienveillance à l’égard d’autrui. Ils visitent tout au long de l’année les sanctuaires de grandes célébrités hagiographique, tel Amran Ben Diwan, Moulay Ighli, David Draâ, Umosheh, R.david ben Barukh.... Mais c’est surtout pour la commémoration de la hilloulah qu’une multitude de pèlerins afflue aux sanctuaires... C’est un événement religieux et social qui occupe une place de choix dans le cycle annuel de la vie juive marocaine.

Le séjour dans les sanctuaires pendant les festivités annuelles (Hilloulot) dure généralement sept jours.

Y aurait-il des similitudes entre le culte des saints musulmans et celui des saints juifs ?

Les cultes des saints juifs présentent une évidente analogie avec les cultes maraboutiques des musulmans. Les cultes des saints juifs s’étaient développés du XVII au XIXème siècle, avec un léger décalage par rapport aux marabouts (XVI siècle). Les communautés juive et musulmane présentent en général des traits communs mais aussi des particularités spécifiques, surtout en ce qui concerne la personnalité du saint. La quantité des marabouts chez les Musulmans surpasse considérablement celle des saints juifs et en diffère par la complexité de leurs types...

La coexistence harmonieuse et millénaire des Juifs et des Musulmans du Maroc et leur recours indépendant au même phénomène culturel, ont donné naissance à des usages communs, sans que chacun des deux groupes ait pour cela renoncé à son droit de cultiver séparément des voies personnelles et fonctionnelles dans la création de ses saints.

Les caractéristiques spécifiquement juives que comporte le culte des saints juifs au Maroc sont les références à la cabbale, la non transmission de la baraka aux descendants du saint et l’absence de toute dimension politique.

Au cours de vos recherches, quelles sont, selon vous, les découvertes qui sont les plus surprenantes ?

Ce qui m’a beaucoup frappé c’est l’existence de nos jours encore d’une vénération des saints juifs par les Musulmans. Des saints qui sont encore invoqués et dont le secours est toujours implorés, surtout dans le domaine de la guérison...

Les Juifs aussi, de leur côté, vouent de l’admiration à quelques saints musulmans. Ils visitent les sanctuaires musulmans ouvertement, quand cela leur est permis, et en cachette dans le cas contraire...

Pourquoi avez-vous décidé de consacrer vos recherches au culte des saints juifs au Maroc ?

J’ai d’abord choisi la dimension judéo-marocaine comme une base de recherche car les juifs marocains font partie de notre mémoire. Ils sont une composante de notre identité culturelle. Il est indispensable de réhabiliter et de reconnaître leur patrimoine culturel comme acteur indépassable de la diversité humaine et culturelle du Maroc...

Quant au culte des saints chez les Juifs du Maroc, en bref, c’est un phénomène important, passionnant, complexe... C’est un univers qu’on doit explorer, c’est une mémoire millénaire vécue sur le sol marocain qu’on doit reconstituer...

Quelles sont les difficultés que vous avez rencontrées lors de vos recherches ?

La recherche scientifique au Maroc, surtout les sujets qui renvoient à la mémoire collective ne bénéficient pas de financement. Les chercheurs non affiliés à des laboratoires à l’étranger ou travaillant déjà dans une université consacrent le plus clair de leur temps à tenter de trouver les moyens pour réaliser leurs recherches. Ce qui se répercute sur la qualité des résultats de leurs travaux.

Mon cas personnel ne fait pas exception. Je suis tellement occupé par mes obligations professionnelles pour subvenir aux besoins de ma famille que j’arrive difficilement à honorer mes engagements envers mes professeurs encadrant.

Source:LeReporter


Re: Les saints juifs et lieux de pelerinage juifs au Maroc.
Post par: WANDERER (IP enregistr)
Date: 11 juin 2007 a 02:23

Gerard,

Bien dommage que nous n'ayons eu l'occsion de se croiser a Montreal..Je ne sais si vous y etes encore..Darlett et toi..
Lors de mon dernier sejour en Israel, je suis tombe sur un coffret video fait par Zev Revah : KEHILOT HAQUEDOSHIM.
Ces cassettes retracent tous les saints du Maroc et pourquoi ou comment ils ont ete veneres.
Je trouve que c'est un document unique.
Malgre toutes mes recherches pour acheter ce coffret, en Israel, en France je n'ai pas eu de succes.
Je profite de l'occasion dans cette discussion et forum sur les SAINTS DU MAROC pour lancer un appel a tous ceux qui pourraient me dire ou je pourrais obtenir ce coffret ou DVD si possible.

Bien entendu toutes autres suggestions sur le meme theme serait apprecie..

Merci
Henri

Re: Les saints juifs et lieux de pelerinage juifs au Maroc.
Post par: darlett (IP enregistr)
Date: 05 juillet 2007 a 16:48

Bonjour Wanderer,

Au sujet du coffret dont tu parles, je pense qu'il faudrait voir du cote d'un nomme Echkol qui intervient dans ce forum et qui a une connaissance enorme de tout ce qui concerne ou parait sur les Saints et les Rabbins actuels et de l'epoque.
Il faudrait aussi tenter cette recherche sur Google, cela pourrait donner aussi de bons resultats.
Amities et au plaisir de te rencontrer a Montreal ou nous y sommes encore.

Darlett

Les saints juifs et lieux de pelerinage juifs au Maroc.
Post par: darlett (IP enregistr)
Date: 23 janvier 2008 a 06:51

Agadir

(Au Sud de Agadir, à Ifrane dans l'Anti-Atlas, les tombes juives de 2000 ans, celles des 50 Nesrafimes ou martyrs juifs. A l'Est de Agadir, à Akka des ombes juives marquées par des tas de pierres comme matsévotes).

Ribbi Khalifa Malka
Asjen Ribbi Âmram ben Djouane ou Diwwane
Azemour Ribbi Avraham Ben Natane
Ribbi Avraham Moul-Niss
Ribbi 'Hayim Assouline
Ribbi Yossi HaGualili
Beni Lellal Ribbi Chlomo Amar

Casablanca

Ribbi Avraham Amselem
Ribbi Avraham Ifra'h
Ribbi Chélomo Alloul
Ribbi David Danino
Ribbi David 'Hadida
Ribbi Eliyahou
Ribbi Messod Ohana
Ribbi Yits'haq Ben Chétrite
Ribbi Yits'haq 'Haziza
Ribbi Yits'haq Qoriat

Debdou

Ribbi Chélomo Cohen Gadol
Ribbi Daoud Cohen
Ribbi Moché Ben Sultan
Ribbi Moché Mimoune
Ribbi Mordékhaï Ben Moche Cohen
Ribbi Yits'haq El Qanesi
Ribbi Yaâqov Cohen
Ribbi Yitshak Ben Moché Cohen
Ribbi Yossef Ben Bibi
Ribbi Yossef Bensimon
Ribbi Yossef Tourdjmane

Demnal

Ribbi David Drai
Les 7 fils de Ribbi Lehbo
Draa Ribbi Avraham Tordjman
Ribbi David Draa HaLévi
Ribbi David Na'hmias
Ribbi David Perez
Ribbi Meïr Benlolo
Ribbi Yaïche Bitton

El Jadida (Mazagan)

Ribbi Yahia Lakhdar
Ribbi Yahia Assouline
Ribbi Y'hia dont la maison existe encore derriere les remparts de la Cite Portugaise (le Mellah).


Essaouira

Ribbi Avraham Knafo
Ribbi Yosseff Knafo

Fez

Lala Soulika
Ribbi Aharone Monsonego
Ribbi Chaoul Serero
Ribbi Chélomo Ibn Danan
Ribbi David Haqadmone
Ribbi Matatiyahou Séréro
Ribbi Ménaché Ibn Dayan
Ribbi Raphaël Aharone Monsonego
Ribbi Raphaël Aven Tsour
Ribbi Vidal Sarfati
Ribbi Yaâqov Qaddoche
Ribbi Yéonatane Serero
Ribbi Yéhouda Ben Attar
Ribbi Yists'haq Elfassy
Ribbi Yossef BENAIM auteur de Malkhé Rabanan et de 48 autres ouvrages qui sont en cours d'édition
Ribbi Ichaya Bakish, dayan au Beth Din, vers 1600, auteur du Livre des Fragments.

Lala Soulika
Figuid (berceau de la famille Zenou) Ribbi Avraham Ben Salem


Marrakech:



(Près de Marrakech)
- à Aghbalou, la tombe de Salomane Ben Elhans.
- à Demnate, tombe de David Draa Halevy.
- sur la route de Ouarzazate, la tombe de David Lachkar (oui Moulay Ighi).
- à Sidi Rahal, tombe de Jacob Ashkenazi, dit Moul Lma.


Ribbi Avraham Abikhzer
Ribbi Avraham Abitbol
Ribbi Avraham Azoulay
Ribbi Azar HaLévi
Ribbi Baroukh Arama
Ribbi Baroukh Bemmafda
Ribbi Chélomo Taméchoute
Ribbi David Ben Safét
Ribbi David Chélouche (13 Kislev)
Ribbi David Sabbah
Ribbi Eliyahou Yissane
Ribbi 'Habib El Mizra'hi
Ribbi 'Hanania HaCohen
Ribbi 'Hayim Pinto
Ribbi Massoud Bar Mimouna
Ribbi Massoud Ben-Moha
Ribbi Massoud Bitton
Ribbi Massoud Na'hmias
Ribbi Meïr Bat Chéchat
Ribbi Mordékhaï Ben Attar
Ribbi Moché HaCohen
Ribbi Moché ben Safét
Ribbi Moché 'Haliwa
Ribbi Nissim Ben Nissim
Ribbi Peta'hiya Berdugo
Ribbi Pin'has Ben Yaïr
Ribbi Pin'has HaCohen (14 Tévéte)
Ribbi Raphaël Ben Attar
Ribbi Chalom Kinizou
Ribbi Chaoul Na'hmias
Ribbi Chélomo Ban Attar
Ribbi Chélomo BenHens
Ribbi Chélomo Cohen
Ribbi Chélomo Tamsot
Ribbi Chélomo Sémana
Ribbi Yaâqov Abikhzer
Ribbi Yaâqov Lévi
Ribbi Yaâqov 'Hazan
Ribbi Yéhouda Tsarfati
Ribbi Yits'haq Ban Safét
Ribbi Yitsd'haq Délouya
Ribbi Yisrael Abikhzer
Ribbi Yisrael Ben Mo'ha
Ribbi Yossef Pinto




Les saints juifs et lieux de pelerinage juifs au Maroc.
Post par: darlett (IP enregistr)
Date: 23 janvier 2008 a 06:53

Femme vénérée

Lalla Ribqa Dé Béné Moché

Meknes

Ribbi Baroukh Tolédano
Ribbi David (Daoud) Boussidan
Ribbi 'Hayim Messas
Ribbi Ma'hlouf Chétrit
Ribbi Raphaël Elkouby
Ribbi Raphaël Berdugo
Ribbi Yaâqov Berdugo
Mi Ighi Zarkten Ribbi David Lascar (Moulay Ighi)

Mogador (Essaouira)

Ribbi Avraham Ben Attar
Ribbi Avraham Bensoussan
Ribbi Avraham Knafo
Ribbi Avraham Qiria
Ribbi Avraham Sabbah
Ribbi Avraham Souissa
Ribbi David Attar
Ribbi David Elqayim
Ribbi David Yiflah
Ribbi 'Hayim Pinto
Ribbi Massoud Ben Tamechoute
Ribbi Réouven ben Réouven
Ribbi Yaâqov Ben Yita'h
Ribbi Yona Navone
Ribbi Yossef Knafo
Ribbi Yossef Malka

Ouezzane

Ribbi Aman Bendiouan

Ouarzazate (au Nord)

Ribbi David Moché Oumouchi

Rabat

Ribbi Avraham Berdougo
Ribbi Chalom Zagoui
Ribbi Chélomo Ben Weiche
Ribbi Chémouel Abou'hatséra
Ribbi David Bensimon
Ribbi David OuMoché
Ribbi David Sabbah
Ribbi Eliêzer Davila
Ribbi Eliyahou Mercado Malka
Ribbi Moché Ben Oualid
Ribbi Raphaël Attiya
Ribbi Raphaël Benkaoua
Ribbi Yécoutiel Berdougo
Ribbi Yossef Elmaleh
Rissani Ribbi Avraham Abou'hatséra
Ribbi David Abou'hatséra
Ribbi Massoud Abou'hatséra
Ribbi Moché Tourdjemane

Safi

Les sept fils de Ribbi Benzmero
Ribbi Aaron Cohen dont la tombe se trouve entre Safi et Eljaddida
Salé Ribbi Avraham Réva'h
Ribbi Amram Ben Safét
Ribbi Chalom Azoulay
Ribbi Ephraïm Maïmarane
Ribbi Moché Amsellem
Ribbi Moché Mamouna
Ribbi Mordekhaï Cohen
Ribbi Raphael Ankaoua
Ribbi Yi'hiya Rouimi
Séfrou Ribbi Moché Elbaz
Ribbi Eliahou Araoche
Ribbi David Arazil

Tanger

Ribbi Avraham Tolédano
Ribbi 'Habib Tolédano
Ribbi Mordékhaï Bengio
Ribbi Yéhouda Azancote
Ribbi Yéhouda Jabaly
Ribbi Yits'haq Nahon

Taroudant

Ribbi Baroukh HaCohen
Ribbi Chalom Zafrani
Ribi David ben Baroukh
Ribbi Moché Elbaz
Ribbi Pin'has HaCohen
Ribbi Yamine HaCohen

Tétouan

(cimetière à Monte Dersa) Ribbi Amram Ben Diwan
Ribbi Avraham Bibas
Ribbi Vidal Tsarfati
Ribbi Yéhouda Halfon
Ribbi Yits'haq Bengualid
Ribbi Yits'haq Ben Walid
Ribbi Yits'haq Nahon
Tinérir (Gorge de Todhra) très anciennes tombes

Source : [www.jewishmarbella.org]




Les saints juifs et lieux de pelerinage juifs au Maroc.
Post par: tullipes2002 (IP enregistr)
Date: 29 fvrier 2008 a 19:34

Dans votre magnifique liste des Rabbins du Maroc, vous avez mis de mentionner:

-R'Bii David Ben Baroukh, situe un peu plus haut qu'Agadir
-R'Bii Nessim Ben Nessim, situe du cote D'Essaouira
-R"Bii Abraham Aourirour, un peu plus haut que Settat, du cote de Souk T'Nine dont je vous transmettrai le site internet des que j'aurai retrouve mes notes.
-R'Bii Slomo L-Hlou, du cote de Berrechid
-R'Bii Ytshak Abohserra, du cote de Riche

Liliane




Les saints juifs et lieux de pelerinage juifs au Maroc.
Post par: tullipes2002 (IP enregistr)
Date: 29 fvrier 2008 a 19:37

Ainsi que les Saints Veneres (Pere et Fils)

-R'Bi Haim Ben Diouane
-R'Bi Amram Ben Diouane

Liliane




Les saints juifs et lieux de pelerinage juifs au Maroc.
Post par: tullipes2002 (IP enregistr)
Date: 29 fvrier 2008 a 20:08

Voici un article sur La Hilloula et Le Saint Venere Aouriour (Moualine Dad)du mois de Mai 2007.D'autres noms de Rabbins y sont mentionnes.



Par Majdoulein El Atouabi
Le moussem de Moulay Abraham

Jeunes et moins jeunes se prosternent sur le tombeau de
Rabbi Abraham Aouriour, couvert d’ecritures saintes et d’offrandes.
(TNIOUNI / NICHANE)



Comme chaque année en pareille période, des juifs marocains et du monde affluent par milliers pour honorer leurs saints au Maroc. Dénommés Tsadikim, ils sont l'objet d'un véritable culte, avec ses traditions et ses rites spécifiques. Bienvenue à la Hiloula.


Situé à une quarantaine de kilomètres de Settat, dans la commune rurale de Sidi Mohamed Ben Rahal, la localité de Dad est ce qu’on peut appeler un trou perdu au fin fond de la Chaouia. Petit hameau enclavé au beau milieu d’une vallée aride, parsemée de rocailles et balayée par
les vents chauds, ce village d’environ une centaine de familles vit au rythme des récoltes agricoles, plutôt maigres ces derniers temps. Et si ce n’était Rabbi Abraham Aouriour, le saint juif qu’il abrite, Dad n’aurait sans doute jamais émergé de l’anonymat. Deux fois par an, à l’occasion de deux fêtes dénommées Hiloula, ce saint attire en effet des nuées de pèlerins d’un genre particulier, qui affluent du Maroc et des quatre coins du globe pour le célébrer. Ce dimanche 6 mai marque justement la clôture de l’une de ces deux fêtes. Célébrant l’ensemble des saints juifs à travers le monde, cette “Hiloula générale”, en quelque sorte, intervient au trente-troisième jour après “Pessah”, la Pâque juive. Plus spécifique, l’autre Hiloula commémore, elle, l’anniversaire du décès du saint. Dans le cas d’espèce, elle se situe au milieu du mois d’août. Pendant ces deux périodes, comme par enchantement, Dad émerge de sa somnolence et cède à une étrange effervescence.

Ha Houma Zaw !

Venus en masse pour clôturer les festivités qui durent depuis jeudi, les pèlerins de ce dimanche comptent une majorité de juifs marocains, avec un grand pourcentage de Casablancais. Parmi eux, quelques visages familiers dont Serge Berdugo, le président de la communauté juive au Maroc, et Boris Toledano, le président de la communauté juive de Casablanca. Confortablement installés dans des berlines luxueuses ou dans des autocars climatisés, ces citadins bon chic bon genre défilent en rase campagne sous les yeux émerveillés des enfants du pays. Leur destination: “Moaline Dad”, le sanctuaire où gisent le vénéré Rabbi Abraham Aouriour et son disciple Rabbi Nessim Ben Nessim. Tout le long de l’étroite piste d’une dizaine de kilomètres qui mène au sanctuaire, des gendarmes et des militaires sans armes surveillent le va-et-vient incessant des véhicules. Sourire et amabilité de rigueur, ils vérifient les identités des passagers et notent les numéros des plaques minéralogiques. Et ce n’est qu’une fois dépassé le dernier barrage de gendarmes que les pèlerins découvrent le sanctuaire, composé de deux rangées de maisonnettes blanchies à la chaux et bâties en surplomb de la vallée de Dad. Ils sont aussitôt accueillis par les youyous et les chants de joie dont le fameux “Ha Houma Zaw, Ha Houma Zaw (ils sont venus, ils sont venus)”, entonné en chœur par les femmes de l’ancienne génération.

Une fête de famille “Au-delà du simple devoir religieux, la Hiloula constitue pour nous une occasion de nous retrouver en famille et entre amis. C’est avant tout une fête, un moyen pour maintenir le contact avec nos origines et perpétuer nos traditions”, explique Serge Berdugo, en désignant du regard la foule d’enfants et de jeunes personnes réunis au milieu du sanctuaire. Contrairement aux autres Moussems marocains, célébrant des saints musulmans, où l’on croise un public campagnard très typé, la Hiloula est une fête où l’on trouve de tout. Beaux gosses bodybuildés et midinettes branchées aux silhouettes de mannequins côtoient ici rabbins barbus et mystiques fervents. Cette ambiance pour le moins bigarrée, la Hiloula la doit à son programme riche et varié.

Partout au Maroc, dans les innombrables lieux de pèlerinage juif, et en plus des tables rondes et des séminaires, les fidèles ponctuent leurs prières et cantiques par d’interminables festins arrosés au whisky et à la mahia. Ils s’adonnent également à divers jeux et organisent des soirées dansantes animées par des formations musicales. Cette année, l’animation du Moussem de Moaline Dad a été confiée à deux ténors de la scène musicale juive marocaine. Il s’agit de Michel Abittan et Maxime Karoutchi, qui ont littéralement enflammé la scène trois jours durant. Cela dit, de l’aveu même des pèlerins, la dimension mystique du pèlerinage ne doit pas être prise à la légère. “La plupart des gens qui effectuent un pèlerinage dans l’un ou l’autre saint juif au Maroc le font pour une raison bien déterminée : faire des vœux et s’imprégner de la baraka de ces saints réputés faiseurs de miracles”, nous déclare Samy, industriel casablancais dont la famille est originaire de Settat. Vieilles filles en quête d’époux, femmes stériles désirant enfanter, vieillards malades cherchant la rémission ou hommes d’affaires souhaitant la prospérité, les requêtes des pèlerins sont nombreuses et varient en fonction des saints visités. Dans la tradition juive, comme d’ailleurs dans la musulmane, chaque saint est en effet investi d’un pouvoir particulier. C’est ainsi qu’à Asjen, dans la région de Ouezzane, Rabbi Amram Ben Diwane est réputé pour son pouvoir contre la stérilité. À Ben Ahmed, Rabbi Yahia Lakhdar détiendrait, quant à lui, le pouvoir de guérison de diverses maladies.

Des rites spéciaux

“Rabbi Abraham Aouriour, lui, est en quelque sorte un saint généraliste. Il guérirait aussi bien la stérilité que la cécité et la paraplégie. Contrairement à d’autre saints juifs du Maroc, qui ont des pouvoirs spécifiques contre le vitiligo, le choléra ou les morsures de serpent et de scorpion”, affirme, le plus sérieusement du monde, Evelyne Oliel-Grauz, une juive française d’origine marocaine, enseignante d’Histoire à la Sorbonne. Parmi ces saints spécialisés, on peut justement citer Rabbi David Ben Barukh et Rabbi Shalom Zawi, réputés soigner la cécité. Rabbi Raphael Anqawa guérirait la possession et Lalla Luna Bat-Khalifa les maladies de la gorge. Auteur de plusieurs recherches sur les saints juifs au Maroc, Evelyne Oliel-Grauz explique que “hormis la variété et la différence de leurs pouvoirs, les saints juifs du Maroc font l’objet des mêmes rites, avec quelques légères variantes”. Ainsi, avant de partir à la Hiloula, les pèlerins se coupent les ongles et font leurs ablutions. Une fois dans les lieux saints, ils préparent un plat de couscous rituel dénommé “Mâarouf”, à base de semoule, d’amandes et de fruits confits, auquel sont conviés les autres pèlerins et riverains, généralement musulmans, du sanctuaire du saint vénéré. Des offrandes, principalement des Sefer Thorah (rouleaux d’écritures saintes), sont déposées en mémoire de personnes disparues, et des sacrifices de moutons ou de bovins sont effectués en l’honneur des saints sous la supervision d’un rabbin dénommé Shohet. Parfois, des enchères (principalement de cierges) et des quêtes sont organisées pour réunir les fonds nécessaires à l’entretien du sanctuaire.

Un air de nostalgie

“Autrefois, pour participer à la Hiloula, les femmes devaient se voiler les cheveux, porter des vêtements longs et s’abstenir de se maquiller. Les femmes en période de menstruation étaient également interdites de séjour dans les lieux saints. Aujourd’hui, les choses ont beaucoup changé”, se remémore, nostalgique, Esther, une sexagénaire venue d’Israël pour fêter le Moussem de Moaline Dad. Autour d’Esther, des femmes jeunes, modernes et maquillées, circulent en effet à proximité du tombeau de Rabbi Abraham Aouriour, sans susciter la moindre réprobation. Visiblement émus, des jeunes et des moins jeunes viennent de temps à autre s’agenouiller devant le tombeau du saint pour émettre quelques vœux et prières inaudibles. D’autres allument des cierges ou jettent des bougies dans l’immense brasier attenant au tombeau. Les plus mystiques s’abandonnent à la ferveur religieuse et enchaînent les cantiques à voix haute. Mais l’ambiance reste cependant bon enfant et, très vite, la fête reprend le dessus. Un air de nostalgie souffle sur l’assistance lorsque Michel Abittan entonne quelques morceaux mythiques du répertoire juif marocain. Des “Ya Hesra Âala Zman” et des youyous stridents fusent de part et d’autre de la salle. À l’extérieur, de jeunes Casablancais, en charge du kiosque où l’on vend des bougies, de la mahia, du vin Casher et de la bière fraîche, font leurs comptes. Les larges sourires dessinés sur leurs visages trahissent une recette conséquente.

Plus loin, à l’extérieur du sanctuaire, des villageois de Dad proposent à la vente des œufs beldi, du lben et leur célèbre menthe des brouj. Lorsqu’on leur demande leur avis sur Rabbi Abraham Aouriour, ils sont unanimes : “C’est un homme saint. Sans lui, que serions-nous devenus. C’est à lui que nous devons l’électrification du village et dans un an, toujours grâce à lui, nous aurons accès à l’eau potable”… Un autre miracle, bien inattendu, de Rabbi Aouriour !





Tsadikim. Des saints et des hommes

Auteur d'un excellent ouvrage qui fait aujourd'hui référence en matière de recherche sur les saints juifs du Maroc, Issachar Ben Ami répertorie dans son livre "Le culte des saints et pèlerinages judéo-musulmans au Maroc" environ 652 saints juifs dont 25 femmes et parmi lesquels au moins une trentaine sont revendiqués aussi bien par les juifs que par les musulmans. Parmi ces hommes et femmes, certains doivent leur notoriété à des miracles qu'ils auraient accomplis, à leurs supposés pouvoirs ou à leur érudition. On citera à titre d'exemple Rabbi Amram Ben Diwan d'Asjen à Ouazzane, qui trône en tête des saints juifs du Maroc en termes de popularité. Il est suivi de Rabbi Yahia Lakhdar de Ben Ahmed et Rabbi Abraham Aouriour, qui a connu ces dernières années un regain d’intérêt spectaculaire auprès de la communauté juive marocaine. Rabbin venu de Jérusalem à la fin du 17ème siècle, Rabbi Abraham s'établit dans la région de Dad et y créa une Hichiva (grande synagogue) où il enseigna le Talmud à des rabbins marocains. Cette école, qui existe toujours dans le sanctuaire de Moaline Dad, regroupe les tombeaux de plusieurs disciples de Rabbi Abraham et explique en partie sa vénération actuelle. Mais Rabbi Abraham, qui fut par la suite baptisé Aouriour (ricin en arabe), en raison d'un plant de ricin qui a fleuri sur sa tombe, doit sa notoriété à un miracle. La présence de son tombeau dans la région de Dad aurait en effet protégé les habitants musulmans de cette région d'une terrible épidémie qui avait fait des milliers de morts. Depuis lors, le tombeau de Rabbi Abraham Aouriour est devenu un lieu de pèlerinage pour les musulmans de la région, qui l'ont baptisé… Sidi Brahim. Il a fallu attendre le début du vingtième siècle pour que la communauté juive s'y intéresse. Aujourd'hui, une commission désignée par le conseil de la communauté et présidée par Gabriel Ruimy veille à son entretien.




[www.telquel-online.com]




Les saints juifs et lieux de pelerinage juifs au Maroc.
Post par: darlett (IP enregistr)
Date: 29 fvrier 2008 a 20:18

Merci Liliane, superbe cet article et j'ai fait quelques petites corrections afin qu'il soit plus visible.




Les saints juifs et lieux de pelerinage juifs au Maroc.
Post par: darlett (IP enregistr)
Date: 06 mars 2008 a 07:50

Il y a des articles et il y a aussi des videos retransmises par la television marocaine qui souligne ces Hiloulot. En voici une par exemple


Les saints juifs et lieux de pelerinage juifs au Maroc.
Post par: CEREJIDO (IP enregistr)
Date: 06 mars 2008 a 11:23

DARLETT
Merveilleuse cette vidéo concernant la hiloula au Maroc et compliments aux autorités marocaines qui nous respectent, mais par contre, je ne comprends pas et c'est dans le menu, l'intrusion des intermitents du spectacle on lit : ICROYABLE UN JUIF CEDE SA PLACE ? en parlant de David PUJADAS de FRANCE 2 !! bizarre. aussi ce vulgaire barbu de NETOURE KERTA qui jusqu'à preuve du contraire n'est autre qu'un hezbollah déguisé en juif orthodoxe et enfin ça devient marrant ce Kabbaliste qui guérit une femme de soldat Afghan.




Les saints juifs et lieux de pelerinage juifs au Maroc.
Post par: geoseb (IP enregistr)
Date: 10 juin 2008 a 20:21

Dans le souci de préserver ce magnifique joyau de notre patrimoine, nous avons décidé de mettre en place un site sur chaque saint enterré au Maroc.
Nous avons commencé par un saint de la région d'Essaouira, soit RABBI NESSIM BEN NESSIM, enterré au village de Ait Bayoud - Région d'ESSAOUIRA.
Nous comptons sur vous si vous avez quelques photos, histoires vécues, pour alimenter ce site à la mémoire de ce grand Saint.
Je vous laisse l'adresse: [www.rabbinessimbnessim.com]
Merci

G.S

Les saints juifs et lieux de pelerinage juifs au Maroc.
Post par: echkol (IP enregistr)
Date: 10 juin 2008 a 21:59

GEORGES

merci
toda raba
a toi qui (je le sais est un SUPER MEC)car tu fait des choses pour nos saints avec ton coeur
"D" te donne la santé pour tout ce que tu fait

david

Les saints juifs et lieux de pelerinage juifs au Maroc.
Post par: nounou27 (IP enregistr)
Date: 07 juillet 2008 a 08:50

salut tt le monde,
je connais le hannuka, est ce qu il y a qqun qui peut me dire c quoi en arabe, ou plutot comment vous dites ca au maroc ?
merci merci encore.......je suis une grande curieuse moi tongue sticking out smiley

Les saints juifs et lieux de pelerinage juifs au Maroc.
Post par: sayaa (IP enregistr)
Date: 08 juillet 2008 a 13:42

hier en regardant les infos sur la première chaine marocaine,el aoula,un reportage nous montrait la hiloula de safi. je vais essayer de retrouver la video.

Les saints juifs et lieux de pelerinage juifs au Maroc.
Post par: geoseb (IP enregistr)
Date: 04 mai 2009 a 15:40

Comme à chaque année, la magnifique organisation et comité du lieu saint de Rabbi Nessim Ben Nessim (Zhl), nous a laissé savoir les dates et programme de la Hilloula du Saint Rabbi, elle se tiendra du 08 au 12 Mai 2009 sur le site à Ait Bayout - Essaouira, je vous laisse la fiche annonce.
Également, afin de vous mettre l eau à la bouche, le dimanche 10 Mai, dans le cadre du programme, sera organisé à Essaouira, un déjeuner et visite du lieu saint de Rabbi Haim pinto (zhl).
Pour y être chaque année, je tiens à féliciter le comité organisateur de son professionnalisme et de son accueil.

Amicalement
Georges SEBAT


RabbiNessim1.jpg

[www.rabbinessimbnessim.com]

PELERINAGE
Post par: akachmir (IP enregistr)
Date: 05 mai 2009 a 03:33

PELERINAGE :

Quand le sanctuaire n’est pas loin, les fidèles le visitent une fois par semaine et allument des cierges. Mais si la sépulture du saint se trouve éloigné, on choisit le pèlerinage des sanctuaires locaux ou voisins. L’un des éléments culminants de la vie spirituelle des Juifs du Maroc est sans doute la Hillula, qui illustre la concrétisation du bien intense qui rattache le fidèle à son saint et attire toujours de grandes foules de fidèles. La figure de Saint est un signe distinctif, vertu, piété, une vision onirique, peu après le décès, une colonne de feu ou de lumière sur la tombe, et autres phénomènes……

Le pèlerinage d’un saint en dehors du cadre général de la Hillula est motivé par des raisons personnelles. Si la première visite a pour but la sollicitation d’un secours urgent, on revient une seconde fois pour exprimer sa gratitude. Chaque famille a son rabbin protecteur dont le nom est inscrit sur le mur intérieur du logis et à qui est dédiée la lampe qui brûle dans tout intérieur israélite. Le Juif trépolitain jure souvent par la formule suivante : « Par le père, par la lampe, je dis la vérité ». Les vœux des fidèles concernent tous les domaines de la vie. On s’installe donc dans le sanctuaire même, que l’on ne quitte qu’après l’exaucement du vœu. Une femme malade séjourna une année entière au sanctuaire de Rabbi David Ha-Levis.

Quelques règles à respecter avant le pèlerinage ou la « Ziara » :

- Se purifier avant le départ, se couper les ongles et parfois on s’impose le jeûne.
- L’allumage des cierges, apporter avec soi un repas « mârouf »
- La femme impure ne peut guère être présente, ou quand elle a ses règles, le maquillage est déconseillé, aussi elle est tenue à s’habiller chastement.
- Appliquer les rites et coutumes multiples aux alentours de la sépulture sainte : on prie, on chante, on danse, on abat des animaux, on participe à des séoudat. On dépose sur la tombe des bouteilles d’eau ou d’huile, des bijoux, des pièces de monnaie et divers objets personnels. Les femmes stériles déposent leurs ceintures. Sur les branches de l’arbre qui ombrage la sépulture, on accroche des lambeaux de vêtements, des chiffons, des rubans ou des foulards.
- Les dévotions et les prières ou invocations subliment l’âme du pèlerin qui rentre chez lui renforcé dans sa foi en la grandeur et en la bienveillance du grand nombre de coreligionnaires qui partagent ses croyances.

Nos Juifs marocains visitent les sanctuaires tout le long de l’année surtout de grandes célébrités, tels Amram Ben Diwan, Moulay Ighi, Rabbi David U-Mosheh, Rabbi Ben Barukh ou Rabbi Daniel Hashomer Ashkenazi. Au terme du pèlerinage préparé minutieusement à l’avance dans les moindres détails, le fidèle déjà moralement prédisposé à cette rencontre avec la sainteté, se trouve enrichi d’une nouvelle expérience émotionnelle.

Si le coeur qui bat pouvait parler




Culte des Saints juifs
Post par: akachmir (IP enregistr)
Date: 26 avril 2009 a 05:42

Important pour ma recherche et surtout pour le plaisir d’une lecture qui me conduit vers l’amitié profonde que j’ai toujours porté à nos Juifs marocains en particulier. Avec émotion de découvrir un autre monde, à la vraie histoire de mes aïeuls que l’on a connu naguère, fascinant et généreux, dans la ferveur de la foi, dans l’ardeur d’une sensibilité spirituelle, religieuse et affective.

Les Juifs berbérophones avaient, avec leurs dialectes vivants et un folklore qui n'a rien à envier à celui de leurs voisins musulmans, une littérature orale traditionnelle et religieuse. Ils constituaient naguère de petites communautés groupées dans des mellahs. Il nous importe de savoir que le berbère a été, jusqu'à ces dernières années, l'une des langues vernaculaires des communautés juives vivant dans la montagne marocaine et le Sud du pays.

Trois illustres familles du Maroc, Abihasira, Pinto et Ben-Barukh Ha-Cohen ont engendré des saints et des rabbins de grand renom. On leur concède de nos jours encore, un haut degré de sainteté et leur progéniture continue à jouir du prestige familial. Mon étude n’est pas une recherche historique, ni aborder la sociologie ou la science des religions ; elle est folklorique descriptive du culte des saints exercé de nos jours encore par les anciens Juifs marocains. La pénurie de documents écrits, accroît l’importance de chaque information, mention ou narration. Grâce à la lecture de quelques anciens ouvrages juifs que mon étude trouve la trace de mes aïeuls berbères, beaucoup plus proche au judaïsme qu’à l’islam par ses coutumes et ses rites ; et ignorée dans l’histoire arabe marocain.

Après l’exode total des Israélites du Maroc, un risque réel existe aujourd’hui pour les saints juifs. Voir certaines traditions musulmanes relatives aux Saints, évincer celles des Juifs dont le souvenir risque de sombrer dans l’oubli. Comme je le mentionne, je ressens l’urgence à ma recherche en raison des changements culturels qui se sont produits pendant notre génération.

La question a, à mon avis, une importance considérable. Elle peut permettre de retracer le rôle joué dès l’antiquité, même au point de vue religieux… Les fameuses traditions soi-disant musulmanes sont tout simplement de très vieilles superstitions, les unes du terroir, les autres de tribu qui ont été successivement païennes, juives, chrétiennes avant d’être musulmanes. Les mythes liés au monde de la nature exprimaient pleinement la vie religieuse des autochtones berbères. Certains chercheurs vont jusqu’à analyser ce phénomène ancien et n’hésitent pas à considérer le culte traditionnel des Saints juifs comme des éléments de la nature qui auraient vécu, selon la tradition dans les temps reculés d’une continuité de vénération ancienne.

Dans la vallée du Todgha (Tinghir), dans la région de Tiznit (Wijjan, Asaka), de Ouarzazate (Imini), à Ufran de l'Anti-Atlas, à Illigh et ailleurs, non seulement le berbère était un parler juif de communication dans le milieu familial, social et économique et dans les contacts avec les autres groupes ethniques et confessionnels. Certaines prières, les bénédictions de la Torah entre autres, étaient dites uniquement en berbère et notamment la Haggada de Pesah, la pièce la plus importante et la plus précieuse de notre collection.

Si le coeur qui bat pouvait parler




Les saints juifs et lieux de pelerinage juifs au Maroc.
Post par: JAMOUNE (IP enregistr)
Date: 02 juin 2009 a 21:52

illigh si je ne me trompe pas se trouve pas loin de sidi hmad oumoussa( ahmed fils de moise!!) qui est un grand saint du sud marocain du souss exactement, est ce que c est un saint (recuperer) par nous les chleuhs musulamans !? desole c est ma premiere participation

Les saints juifs et lieux de pelerinage juifs au Maroc.
Post par: echkol (IP enregistr)
Date: 24 juin 2009 a 22:19

Citation:
darlett
Femme vénérée
Lalla Ribqa Dé Béné Moché

Meknes

Ribbi Baroukh Tolédano
Ribbi David (Daoud) Boussidan
Ribbi 'Hayim Messas
Ribbi Ma'hlouf Chétrit
Ribbi Raphaël Elkouby
Ribbi Raphaël Berdugo
Ribbi Yaâqov Berdugo
Mi Ighi Zarkten Ribbi David Lascar (Moulay Ighi)

Mogador (Essaouira)

Ribbi Avraham Ben Attar
Ribbi Avraham Bensoussan
Ribbi Avraham Knafo
Ribbi Avraham Qiria
Ribbi Avraham Sabbah
Ribbi Avraham Souissa
Ribbi David Attar
Ribbi David Elqayim
Ribbi David Yiflah
Ribbi 'Hayim Pinto
Ribbi Massoud Ben Tamechoute
Ribbi Réouven ben Réouven
Ribbi Yaâqov Ben Yita'h
Ribbi Yona Navone
Ribbi Yossef Knafo
Ribbi Yossef Malka

Ouezzane

Ribbi Aman Bendiouan

Ouarzazate (au Nord)

Ribbi David Moché Oumouchi

Rabat

Ribbi Avraham Berdougo
Ribbi Chalom Zagoui
Ribbi Chélomo Ben Weiche
Ribbi Chémouel Abou'hatséra
Ribbi David Bensimon
Ribbi David OuMoché
Ribbi David Sabbah
Ribbi Eliêzer Davila
Ribbi Eliyahou Mercado Malka
Ribbi Moché Ben Oualid
Ribbi Raphaël Attiya
Ribbi Raphaël Benkaoua
Ribbi Yécoutiel Berdougo
Ribbi Yossef Elmaleh
Rissani Ribbi Avraham Abou'hatséra
Ribbi David Abou'hatséra
Ribbi Massoud Abou'hatséra
Ribbi Moché Tourdjemane

Safi

Les sept fils de Ribbi Benzmero
Ribbi Aaron Cohen dont la tombe se trouve entre Safi et Eljaddida
Salé Ribbi Avraham Réva'h
Ribbi Amram Ben Safét
Ribbi Chalom Azoulay
Ribbi Ephraïm Maïmarane
Ribbi Moché Amsellem
Ribbi Moché Mamouna
Ribbi Mordekhaï Cohen
Ribbi Raphael Ankaoua
Ribbi Yi'hiya Rouimi
Séfrou Ribbi Moché Elbaz
Ribbi Eliahou Araoche
Ribbi David Arazil

Tanger

Ribbi Avraham Tolédano
Ribbi 'Habib Tolédano
Ribbi Mordékhaï Bengio
Ribbi Yéhouda Azancote
Ribbi Yéhouda Jabaly
Ribbi Yits'haq Nahon

Taroudant

Ribbi Baroukh HaCohen
Ribbi Chalom Zafrani
Ribi David ben Baroukh
Ribbi Moché Elbaz
Ribbi Pin'has HaCohen
Ribbi Yamine HaCohen

Tétouan

(cimetière à Monte Dersa) Ribbi Amram Ben Diwan
Ribbi Avraham Bibas
Ribbi Vidal Tsarfati
Ribbi Yéhouda Halfon
Ribbi Yits'haq Bengualid
Ribbi Yits'haq Ben Walid
Ribbi Yits'haq Nahon
Tinérir (Gorge de Todhra) très anciennes tombes

Source : [www.jewishmarbella.org]
=======================================================================
tu as oublier le maitre RABBI YAAKOV BIBAS (mogador-Essaouira)
c'etait le prof de RABBI HAIM PINTO
david

Les saints juifs et lieux de pelerinage juifs au Maroc.
Post par: echkol (IP enregistr)
Date: 24 juin 2009 a 22:25

2008_07300205.JPG
RABBI YAAKOV BIBAS c'etait le maitre de Rabbi HAIM PINTO

Re: Les saints juifs et lieux de pelerinage juifs au Maroc.
Post par: daviddavid (IP enregistr)
Date: 02 avril 2011 a 01:57

shaloum nanouche je crois d’après la photo prise dans la région chaouia entre CASABLANCA et MARRAKECH près de la rivière OUM RABIE...
c'est là que se trouver le saint DAD ; visité chaque année au mois de mai c'est une région touristique et bien sécurisée ...à bientôt .

la hilloula de Rabbi Haim Pinto à Essaouira
Post par: aaron (IP enregistr)
Date: 24 septembre 2011 a 21:58

Près de deux mille pèlerins juifs se sont retrouvés jeudi soir à la Cité des Alizés à Essaouira pour célébrer la hilloula de Rabbi Haim Pinto.

Le premier jour de ce moussem annuel de quatre jours a été marqué par l'organisation d'une réception à laquelle ont été conviés outre les pèlerins venus de différents coins du monde, le gouverneur de la province d'Essaouira, Nabil Kharroubi, les représentants des autorités locales et d'autres personnalités.
"Les juifs présents à ce moussem sont venus pour renouveler, comme chaque année, leur attachement au Trône alaouite et prier pour la paix dans le monde", a déclaré le rabbin David Pinto, mettant en exergue l'ouverture du Maroc sur les civilisations et les religions.

L'assistance a, à cette occasion, observé une minute de silence à la mémoire de SAR la Princesse Lalla Aicha, tante de SM le Roi, décédée le 4 septembre dernier.

Le gouverneur, qui a aussi rappelé la portée profonde de ce moussem "riche de significations et de symboles", a appelé à transmettre aux générations futures "les valeurs communes entre juifs et musulmans et leur faire découvrir la dimension spirituelle qui nous rend responsables et solidaires contre le mal et disponibles pour notre bien commun".

Décédé le 28 septembre en 1845 à l'âge de 96 ans, le Rabbin Haim Pinto a pu réaliser un de ses grands et nobles rêves, la construction à Essaouira d'une synagogue dans laquelle il passait la majeure partie du temps à prier Dieu et enseignait la Torah.
from [www.aufaitmaroc.com]

la hilloula de Rabbi Haim Pinto à Essaouira
Post par: akachmir (IP enregistr)
Date: 16 dcembre 2011 a 21:22

Parmi les 652 figures hagiographiques, on a cité une sélection de 36 principaux saints juifs marocains. Le nombre 36 rappelle la vieille légende selon laquelle dans chaque génération, l’humanité donne naissance à lamed vav saddiquim « Trente six justes » qui maintiennent le monde et lui donnent une raison d’être.
La liste qui suit a été traduit littéralement aussi fidèlement que possible, de l’Hébreu ou du judéo-arabe. Le culte des saints chez les Juifs du Maroc est en bref, un phénomène important, passionné, complexe par ses éléments dans les diverses activités de la vie quotidienne.
Le Judaïsme marocain, au cours de son existence millénaire, n’a jamais élevé des monuments qui rappellent dignement sa création. Leur fierté s’est donc reportée sur leurs grands rabbins et sur leurs saints qui ont garanti leur survie et, est devenue pour les Juifs, leur raison d’être et la flamme de leur joie de vivre.
1- R.Abner Ha-Sarfati : né et mort à Fès (1827-1883) où il est enseveli, auprès de R.Yehudah Ben Attar et de Lala Sol Ha-Saddiquah
2- R.Abraham Awriwer (Mwalin Dad), vénéré aussi par les musulmans et l’intitulent « Sidi Brahim »
3- R.Abraham Moul Annes (maître du miracle), enseveli à Azemmour et les musulmans le vénèrent.

4- R.Amran Ben Diwan est l’un des saints les plus célèbres. Les Juifs du Maroc affluent de tous les coins du monde pour se recueillir sur sa tombe à Ouezzane

5- R. Daniel Hashomer Ashkenazi (Arba Touggana), réputé pour sa thaumaturgie et des maladies mentales. Les musulmans le vénèrent et l’appellent « Sidi Denil »

6- R.David Alshqar (Casablanca), avec Moulay Ighi en considération. La tradition situe son origine en Terre Sainte.

7- R.David Ben-Barukh (Azrou N’Bahamou), on le désigne également par R.David Ben Barukh Ha-Cohen, Azzogh et David U Barukh sa hillulah le 3 Tebet.

8- R.David Ben Barukh (Taroudant), on le désigne affectueusement par Baba Dadu ou David Ben Barukh le jeune.

9- R.David Ben Safet (Marrakech), son nom complet David Ben Safet Ha-Levi, on le désigne aussi par El Khdar ou Sidi Moul Sor (maître du rempart)

10- R.David Ha-Levi Dra (Drâa). Son sanctuaire est situé à une quinzaine de kms de Demnate, on l’appelle aussi Moul Ennakhla (le maître du palmier vert)

11- R.David Nahmias (Tazda), père de R. Yosef Nahmias sa hillulah, mois d’elul ; des admirateurs musulmans le nomment R. David Hamias.

12- R.David U- Mosher, on célèbre sa hillulah à la néoménie de la kislew et ses fidèles continuent à perpétuer son culte en Israël, les musulmans aussi l’appellent R.David U Messi.

13-R.Eliyahu (Casablanca) ou R. Eliyahu Ha- Cohen : Moul Dar Beida (le maître de Casablanca) ou Kandil El Bled (le luminaire de la ville), enterré à Bab Marrakech, place appelée « bhira » près d’autres saints R.Yishaq Qoriat, R. Messoud Ohana et Lalla Saida. Leurs ossements furent transférés au nouveau cimetière de Ben Msik.

14-R.Hananiah Ha-Cohen (Marrakech) est considéré comme le principal saint de la ville. On le nomme aussi R. Haninia ou moul Chajera El Khadra (le maître de l’arbre vert), les musulmans le vénèrent.

15-R..Hayyim Pinto (Mogador) appartient à l’illustre famille Pinto qui a donné naissance à plusieurs saints. On l’appelle R. Hayyim Pinto le grand pour le distinguer de son petit-fils qui porte le même nom. Né à Agadir, il résida depuis l’âge de dix ans à Mogador. Son érudition et sa thaumaturgie lui valurent la célébrité de son vivant

16-R.Hayyim Pinto (Casablanca), c’est un saint populaire qui a vécu à Mogador et à Casablanca où il mourut le 16 Heshwan 1937, enseveli dans l’ancien cimetière de la ville.

17-Lalla Sol Ha-Saddiqah (Fes), Sol Hatshuel, la fille de R.Hayyim et de Smiha, est née à Tanger en 1817, on l’appelle aussi Lalla Solica, elle est la sainte juive la plus célébre au Maroc.

18-R.Makhluf Ben Yosef Abihasira (Tarkellil à Tafilalet), on célèbre sa hillulah à la néoménie de Tebet. Les musulmans le vénèrent et le nomment Bayo. Dans plusieurs localités en Israël, ses fidèles lui ont dédié un sanctuaire.

19-Meârat Oufran (la grotte d’Oufran) est aussi appelée Meârat ha-Nisrafim (la grotte des brûlés). Le cimetière d’Oufran est ancien, la trdition défend d’y pénétrer, une cinquantaine de juifs, parmi eux : R.Yehudah Ben Naphtali Afrat furent brûlés en martyres en 1792. Les musulmans font aussi le pèlerinage.

20-Maulay Ighi (Demnate), il figure dans les différentes listes des sept ou dix saints qui seraient venus convertir les autochtones ou collecter des dons. Les autorités lui témoignent beaucoup d’honneur et de respect.

21-Moul Djebel El kbir (Sefrou), le maître de la Grande Montagne. On localise sa sépulture entre Sefrou et Bhalil, route vers Fès. Connue du nom de « Kaf el Yahud » (la grotte du Juif), beaucoup de traditions pensent qu’il s’agit de R.Shimôn Bar-Yohay, le prophète Daniel et R.Amran Ben Diwane

22- Moul Timhdart (Tabia), la désignation suggérerait la profession du saint qui était maître d’école de son vivant. Les musulmans le vénèrent et le nomment « Nwdain » le saint des Juifs.

23 - Ouled Zemmour (Safi) ou Ouled Zmirou (fils), d’après la tradition sept frères ensevelis ensemble. Ils appartiennent à une famille d’expulsés d’Espagne, cette illustre famille est devenue légendaire.

24-R.Pinhas Ha-Cohen (Marrakech), on le nomme également R.Pinhas Khalifa ha-Cohen Azzogh ou Baba Pinhas, décédé le 14 Tebet 5712 (le 12 janvier 1952)

25-Raphael Anqawa (Salé) 1848-1935, sa grande science et ses facultés lui valurent la sainteté et le respect. Il a légué au Judaïsme plusieurs ouvrages Talmudiques et juridiques dignes d’intérêt.

26-Sefer Tislit (le rouleau de la loi de Tislit), à Tazenaght. Le rouleau transféré en Israël, il se trouve aujourd’hui dans une synagogue d’Ashkelon où les Juifs originaires du Maroc continuent à célébrer sa hillulah annuelle.

27-R.Shalom Zawi (Rabat). Il est enseveli dans la partie ancienne du cimetière, dans la cour d’une synagogue, vers 1815.

28-R.Shelomou Ben-Lhans (Ourika-Aghbalou). Il est l’un des saints les plus réputés chez les Juifs du Maroc. Il serait le frère de R.Hayyim Lashqar.

29-R.Shelomoh Ben Tameshut (Marrakech) était un rabbin célèbre contemporain de l’éminent R.Yishaq Deluya, il aurait été assassiné par des musulmans.

30-R.Yahya El Khdar (Ben Amed), son sanctuaire est le mieux entretenu des sanctuaires juifs du Maroc. On y trouve une grande synagogue où on n’y voit aucun tombeau de saint. On célèbre sa hillulah le jour de la Mimouna, il serait le frère de R.Elyahu de Casablanca.

31- R.Yahya Lahlu (Ksar Essouk), les musulmans le vénèrent et le désignent du nomde « Abar », sa hillulah est célèbré à Shoshan-Purim.

32- R.Yahudah Ben Attar (Fès). Les gens du peuple le nomment R.Yahudah le Grand (1655-1733). Il était le saint patron de la ville de Fès.

33-R. Yahudah Zabali (Ksar-Kébir), les musulmans s’approprient ce saint qu’ils nomment « Sidi Bel Abbas » malgré les témoignages flagrants qui prouvent sa judeïté.Il mourut en 1780.

34-R. Yishaq Abihasera (Toulal à Meknès). Il est le fils de l’ancêtre de cette dynastie, R.Yaaqob qui est enseveli à Damenhour, en Egypte, né à Boudenib au Tafilalet, fut tué par des musulmans à Bareka en 1912

35-R. Yishaq Ben Walid à Tétuan (1777-1870), il est l’auteur du célèbre ouvrage Wayyomer Yishaq, sa hillulah le 9 Adar.

36-R. Yosef Bajayo (Ntifa) était un rabbin collecteur. Il est mort à Tabia et enterré à Ntifa.

Si le coeur qui bat pouvait parler



Dsol, seuls les utilisateurs enregistrs peuvent poster sur ce forum.
Veuillez cliquer sur S'identifier pour vous enregistrer

   Rechercher sur
 

  Web    
Darnna

� 2008 Darnna.com - All rights reserved.

'