LES COMMUNAUTES JUIVES DANS LE MONDE :  DARNNA.COM
Maroc, Amerique du Nord, Europe, Israel et ailleurs ... 
Depart des Juifs du Maroc
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 15 août 2005 a 21:40

Sujet extremement important qu'il est bon d'ouvrir afin de faire une analyse sur les raisons qui ont poussees les Juifs a quitter le Maroc.

En premier un article trouve au hasard de mes recherches.


Migrations des Juifs du Maroc en France
par Armand Lévy

Citation:
<< En premier lieu, l'indépendance du Maroc en 1956 provoque le départ d'un certain nombre d'Européens, dont les Français, qui s'en vont, emportant avec eux leur savoir technique et aussi les capitaux. Pendant 5 à 6 ans, le pays nouvellement indépendant construit ses structures administratives, relance son économie.
La période des fiançailles : de 1956 à 1961, les Juifs marocains participent à cette oeuvre : postes clés dans la haute administration, s'associent à des hommes d'affaires marocains musulmans.
Vient la période du désenchantement: difficultés intérieures, méfiance vis à vis des Juifs à qui on reproche d'être sionistes et de soutenir l'état d'Israël contre les frères arabes. Juifs et Sionistes sont confondus. L'arrivée de Nasser lors de la conférence de Casablanca augmente les inquiétudes.
Les vieilles craintes des Juifs marocains réapparaissent: avec le départ des Français, les Juifs se trouveraient seuls à affronter l'ensemble des autres Marocains, habitués à en faire les boucs émissaires devant des situations qu'ils ne dominent pas. >>



Lire tout l'article dans :


[www.cerij.org]







Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: Adeline (IP enregistré)
Date: 16 août 2005 a 15:28

J'ai trouve cette conversation dans le site

[essafa3.iquebec.com]

Je la place ici car je crois qu'elle est en relation avec le titre qui propose d'analyser les raisons du depart des Juifs du Maroc.

Ce texte montre en gros une co-existence entre Juifs et Musulmans avec des hauts et des bas.


Interview d’une vieille personne qui habitait le quartier d’El Mellah, devenu Hay Essalam ou quartier de la paix, où cohabitent en harmonie musulmans et juifs depuis plusieurs années. L’interview est réalisée le samedi 22 novembre 2002. Questions préparées par les élèves de la 2ème/3 et 4.

Q 1 : Quel âge avez-vous madame ?
R : J’ai 56 ans.

Q 2 : En quelle année habitiez-vous le quartier d’El Mellah ?
R : J’y habite depuis trente-trois ans.

Q 3 : En quelle année les juifs sont-ils arrivés à Marrakech ?
R : Je n’ai aucune idée, mais je suis venue habiter au quartier en 1969 et ils étaient déjà là. Certains d’entre eux commençaient à vendre leur maison et partir ailleurs.

Q 4 : Quel était le nombre de juifs dans le quartier par rapport aux musulmans ?
R : Ils étaient peu nombreux. La plupart d’entre eux ont quitté le quartier. J’ai connu six familles de juifs avec qui j’avais une relation amicale. Quand je suis arrivée dans le quartier, il y avait une femme juive avec son fils qui habitaient chez moi sous le même toit. Notre relation était fraternelle. Elle est restée avec nous deux ans avant que mon mari la chasse quand il avait appris qu’elle vendait du vin. Malgré cela, elle me rendait visite de temps en temps quand mon mari n’était pas là. Les autres juifs du quartier étaient embêtés par les jeunes gamins comme vous( âgés entre 10 et 15 ans) Ils leur tiraient leur panier de marchandises, les tiraient par les vêtements… Ils avaient peur des enfants du quartier. Mais depuis 1972, les juifs se promenaient librement dans les rues de la ville sans être embêtés par quiconque. J’ai travaillé aussi chez un juif(je lui lavais le linge, faisais le ménage…) et il me payait 15dh / jour. Je devais travailler après la mort de mon mari. Ce juif me donnait aussi du chocolat pour mes filles et du shampoing… Pendant la guerre du Golf, il a vendu sa maison et a quitté le pays.

Q 5 : Pourquoi les premiers juifs ont-ils choisi d’habiter le quartier ?
R : Dans chaque ville du Maroc, il y a un mellah, quartier de juifs. A Marrakech, le Mellah était habité au début par les juifs, ce n’est qu’après qu’il y a eu cette cohabitation entre juifs et musulmans. Les premiers vendaient leur maison et les seconds les achetaient. Actuellement, il n’y a que les musulmans, les autres juifs habitent dans de nouveaux quartiers : ils se sont dispersés dans les villes du royaume.

Q 6 : Comment était la cohabitation entre les juifs et les marrakchis ?
R : Entre les adultes juifs et marrakchis, il n’y a pas eu de problèmes : ils échangeaient des visites, des gâteaux pendant les jours de fête, présentaient les condoléances les uns les autres… On vivait comme dans une famille. Souvent, quand je suis en retard, mes enfants sont gardés par la voisine juive.

Q 7 : Y a t-il eu des conflits entre marrakchis et juifs ?
R : Rarement, mais quand il y a un malentendu, le juif évite la confrontation et préfère rentrer chez lui et fermer la porte de sa maison. Actuellement, le juif se sent en sécurité et sait qu’il a les mêmes droits que tout marocain.

Q 8 : Quel était le sentiment des marrakchis envers les juifs vivant dans le quartier ?
R : Un sentiment ordinaire.

Q 9 : Comment les juifs se comportaient-ils avec les habitants du quartier ?
R : Bien comme je l’ai dit, ils se comportaient poliment et humainement avec nous.

Q 10 : Quels étaient les métiers pratiqués par les juifs ?
R : Pour les hommes, ils pratiquaient surtout le commerce ( vente de tissus, de bijoux…) et les femmes faisaient de la couture, de la broderie chez elles (pantalons, gandouras…)

Q 11 : Y a t-il des coutumes que les marrakchis ont pris des juifs et vice-versa ?
R : Non

Q 12 : Avez-vous déjà connu des juifs qui sont devenus musulmans ?
R : Oui, j’ai connu un juif français qui est venu au Maroc et qui a demandé la main d’une jeune fille marocaine. Les parents de cette dernière lui ont demandé de se convertir à l’islam s’il voulait épouser leur fille. Il a accepté. Actuellement, ils vivent en France.

Q 13 : Quel est le secret de cette harmonie entre les habitants du quartier ?
R : C’est simple, c’est le respect mutuel.

Q 14 : Avez-vous déjà connu un mariage entre juifs et musulmans ?
R : Non, seulement l’exemple que je viens de vous citer.

Q 15 : Selon vous, pourquoi a t’on changé le nom du quartier ?
R : Pour donner l’exemple de cette harmonie qui unit les deux religions.

Q 16 : Que pensez-vous du conflit palestino-israélien ?
R : Je vois que c’est un conflit dur, pénible et inhumain. Il nous touche tous. Les Israéliens tuent les Palestiniens sans pitié. Cela ne devrait pas avoir lieu, c’est pénible.

Q 17 : Quelles solutions proposeriez-vous à ce conflit ?
R : Nous prions Dieu, le tout puissant, de faire cesser ce conflit que nous ne voulons pas, que nous n’apprécions pas. Nous sommes impuissants. Nous prions Dieu de régler ce problème. Selon moi, si nous voulons que les deux peuples puissent vivre en paix et en harmonie comme au quartier El Mellah, nous devons, tous les deux, renoncer à la force et à la violence. Nous, musulmans, ne devons plus réclamer une chose qui est entre leurs mains ; nous devons nous entendre avec eux.






Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: hassanazdod (IP enregistré)
Date: 16 août 2005 a 15:51

ADELINE
BRAVO POUR CE TEXTE QUI M A BEAUCOUP EMU
ETANT MARRAKCHI MOI MEME JE CROIS Y ETRE DE TOUT MON COEUR SAUF LA QUESTION N?11
DES COUTUMES , des traditions,des recettes juifs et musulmans s echangeaient tout cela avec simplicite et modestie
preuve incontestable c est RAHMA la juive du mellah de marrakech qui a appris a ma grande soeur FADMA l art de la broderie.RAHMA est partie a ashdod et ma soeur est aujourdh ui a la tete de deux magasins de broderie de luxe a marrakech et n hesite pas a dire a tous ses clients que c est grace a rahma qu elle est la ou elle est.sachant que je pianote sur internet elle m a demande de rechercher ses traces.elle voudrait lui temoigner sa gratitude (40 ans apres)
je lancerai un appel de recherche bientot
mes amitiees
le fait que les jeunes lyceens de marrakech s interessent au passe est une excellente chose.moi ca me donne chaud au coeur
hassan de marrakech
encore une fois merci ADELINE

Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: Adeline (IP enregistré)
Date: 17 août 2005 a 12:33

Je suis contente de cet interet pour ce texte qui m'a moi-meme touche et temoigne de la relation et l'echange amical entre les 2 communautes au Maroc de cette epoque.

Bien amicalement

Adeline

Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: hassanazdod (IP enregistré)
Date: 17 août 2005 a 14:21

adeline
j ai fait un tour sur le site que tu as propose et je suis sidere par les ecrits de ces adolescentes des colleges de marrakech toutes pour la tolerance et la cohabitation
on dit que la verite sort de la bouche des enfants et cette verite elle m a vraiment rassure et rejouie
merci
hassan

Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: tarzan (IP enregistré)
Date: 21 août 2005 a 21:00

Chères Darlett et Adeline,c'est tres émouvant de lire des articles de ce genre,et je regrette vraiment de tous ces départs de juifs marocains,qui ont provoquer un vide,de cette mauvaise politique responsable de cette grande erreur,pour réparer ceci,il faut patienter encore quelques temps pour avoir des jours meilleurs et d'une entente cordiale de paix,comme il éxistait autrefois !!!!!!
Tarzan.

Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: Arrik (IP enregistré)
Date: 27 août 2005 a 23:14

Tarzan shalom

Ces coexistence et entente ne reviendront que si le Maroc reçoit un ambassadeur israélien

Arrik

Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: Messaoud (IP enregistré)
Date: 28 août 2005 a 16:55

pas forcement cher arrik: la coexistance et l'entente exitaient et et subsistent encore loin des protocoles administratifs (au maroc en tous les cas)




Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: Arrik (IP enregistré)
Date: 28 août 2005 a 22:28

Oui mais uniquement ches les musulmans qui ont connu et approché la communauté juive

Pas chez les nouvelles générations qui ne connaissent même pas la présence des Juifs au Maroc depuis 18 siècles

L'histoire des Juifs du Maroc n'est écrite dans aucun livre scolaire

Je suis bien placé pour en parler, j'ai rencontré l'an passé le Ministre marocain de la Recherche et ce sujet a été évoqué douloureusement

Bien à toi

Arrik




Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: messaoud (IP enregistré)
Date: 29 août 2005 a 02:20

De quel ministre et de quelle recherche s'agit il!?
Moi je parle du point de vue de la realité sociale , et non du point de vue protocolaire; tous ce que tu dis est bien vrais et peut etre valable pour les jeunes de quelle communauté que ce soit. Et il n'est pas necessaire que l'histoire d'une communauté soit ecrite dans les livres scolaires pour que son peuple soit connu.
l'histoire des berberes par exemple est-elle ecrite dans les livres scolaires?
Il y a d'autres moyens plus efficaces pour faire connaitre les differents peuples que les programmes scolaires.
C'est un sujet vaste qui merite d'etre discuté a part
Amitié

Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: LOVE (IP enregistré)
Date: 29 août 2005 a 19:17

jE SUIS TOUT A FAIT D'ACCORD AVEC ARRIK.......LA NOUVELLE GENERATION N'A PAS DU TOUT LA MEME VISION QUE LEURS PARENTS SUR LA COMMUNAUTE JUIVE MAROCAINE......LES JEUNES SONT INTOXIQUES PAR LA TELE ET LES MEDIAS SPECIALISES EN LA MATIERE.......DOMMAGE -
LOVE

Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: andre (IP enregistré)
Date: 30 août 2005 a 10:12

Bonjour Messaoud,

Je pense qu´il doit s´agir de Monsieur Habib El Malki, ministre de l´éducation nationale, de l´enseignement supérieur, de la formation des cadres et de la recherche scientifique.

"A"

Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: messaoud (IP enregistré)
Date: 30 août 2005 a 14:23

Andre
merci pour l'eclaircissement ca ne doit etre que cela

Love

"LA NOUVELLE GENERATION N'A PAS DU TOUT LA MEME VISION QUE LEURS PARENTS SUR LA COMMUNAUTE" sic... est bien un postulat universel applicable a toutes les communités de tout age;

mais la coexistance entre communautés differentes ne peut pas etre tissée que par les individus les constituants eux memes et pas necessairement par l'intervention d'une instance gouvernementale tel qu'un ministre ou un consul. La quetion est d'ordre social et non politique et portant sur des siecles et non sur la durée d'un mandat




Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 30 août 2005 a 15:19

Bien juste, Messaoud, ce que tu affirmes concernant la vision des choses d'une generation par rapport a la precedente. C'est indiscuttable.
C'est aussi juste que la relation entre les communautes n'est nullement l'affaire des policiciens, neanmoins, il faudrait admettre l'impact immense d'une politique, d'un esprit sur les individus eux-memes.
Il y a enormement de facteurs qui entrent en jeu dans une opinion ou une perception des choses. Il y a en premier la situation economique, ensuite l'influence des politiciens, ensuite la presence efficace et inevitable des medias avec leur martelement quotidien de propos et images justes et fausses a la fois, et a cela s'ajouteraient des manipulations d'ordre religieuses...
Ces medias qui de moins en moins se limitent a transmettre l'information mais de plus en plus manipulent et font un expose de points de vue.
Et voila le cocktail d'idees fausses qui s'etend et qui de plus trouve forcement quelques opportunistes pour vehiculer et faire vehiculer cet esprit d'hostilite.




Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: messaoud (IP enregistré)
Date: 30 août 2005 a 15:59

Que dieu te protege chere darlett pour cet eclaircissement tres noble et humain; Il y a des antagonismes entre la societe civile et le contingent gouvernemental;

dis moi darlett,
- l'heure affichée avec chaque message est relatif a quelle region du monde et si possible:
- as tu plus d'informations sur le personnage "Isso", sa religion, nom réel ou légendaire...
- comment seront considérés les marocains dont la genealogie maternelle s'est avérée appartenant a la communauté juive?

Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: Arrik (IP enregistré)
Date: 30 août 2005 a 16:36

LOVE a ecrit:
-------------------------------------------------------
> jE SUIS TOUT A FAIT D'ACCORD AVEC ARRIK.......LA
> NOUVELLE GENERATION N'A PAS DU TOUT LA MEME VISION
> QUE LEURS PARENTS SUR LA COMMUNAUTE JUIVE
> MAROCAINE......LES JEUNES SONT INTOXIQUES PAR LA
> TELE ET LES MEDIAS SPECIALISES EN LA
> MATIERE.......DOMMAGE -
> LOVE


Les nouvelles générations ont également grandi dans la haine du juif que l'on voit à la TV représenté par le "colon Israélien" , le méchant et en face de lui le pauvre martyr palestinien avec lequel le jeune marocain va bien sûr trouver une identification, source inéluctable deu nouvel intégrisme et du nouveau fanatisme qui s'empare du Maroc

Ces jeunes marocains ne savent rien de la coexistence pacifique qui a régneé au Royaume du Maroc autrefois

C'est cette coexistence pacifique à partir de l'Ecole marocaine qui m'interesse pour ré-former et ré-apprendre, c'est un long programme pédagogique qui devra prendre 20 ans pour arriver à des résultats, 20 années c'est une génération à lever....

Je suis en laision permanente avec des chercheurs de haut niveau au maroc et des centres de ercherche qui essaient de ré-apprendre avec la nouvelle histoire sur la présence des Juifs du Maroc à aprtir d'archives arabes, un sans-précédent qui ne va pas sans conséquences

Bien sincèrement




Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: Arrik (IP enregistré)
Date: 30 août 2005 a 16:39

André, ton éclaircissement n'est pas bon
Je donnerai le nom plus tard
là n'est pas la question

Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: LOVE (IP enregistré)
Date: 30 août 2005 a 22:30

SUR CE SUJET, je n'ai plus rien à dire DARLETT a tout dit avec diplomatie et réalité et je suis tout à fait d'accord avec elle. Merci DARLETT - LOVE

Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: simonicci (IP enregistré)
Date: 07 septembre 2005 a 17:36

Parlant de la coexistence non seulement pacifique mais surtout humaine et fraternelle.
J'ai vecu la periode des annees 30; et constate que la fraternite sans restriction existait surtout quand musulmanes et juives partageaient le meme patio ; leur unique chambre respective ouverte sur la meme aire de cuisson , et leurs canouns cuisant leurs repas etaient aussi voisins .
Elles echangeaient les echantillons de leurs chefs d'oeuvres cullinaires ; s'epmruntaient un verre d'huile ou un peu de farine.
Leur voisinage etait admirable ; elles se relayaient au chevet des enfants malades et surtout etaient pleines de sollicicitude pour la voisine ; sans distinction. Allah pour toutes.
Cela ne pouvait etre dans les maisons cossues ; fermees sans fenetres.
Les femmes musulmanes riches etaient isolees , enfermees et l'epoux les accomampanait au bain maure et les raccompagnait ensuite 'a la maison ou elles demeuraient cloitrees jusqu'au prochain bain.
Il est entendu que les generations successives ont pu vivre des experiecesdifferentes en fonction des periodes et environnements.
villes ; villages; quartiers.
Au mellah de mazagan ; musulmans et juifs vivaient non seument en bonne entente mais aussi dans un climat de support mutuel.
Je rend ce temoignage en hommage 'a toutes ces personnes humaines non encore infectees par la politique de segregation religieuse .
Les coeurs etaient purs et les esprits libres
Isaac







Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: Arrik (IP enregistré)
Date: 07 septembre 2005 a 19:19

Isaac

Ton témoignage est capital
au vu et au su de ton vécu,

tu aprles du cru et du vécu
Yallah yaoudi et tu le fais juste sans dissonnances

Kapara ala ton honnéteté

Tu respires la qualité

Bien à toi

Arrik

Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: simonicci (IP enregistré)
Date: 08 septembre 2005 a 17:37

J'ai vecu 'a Rabat daans les annees 50.
Mr Allal Karakchou ; un riche constructeur qui construisait une ecole 'a ses frais ; puis en remmettait la clef 'a SM MOHAMED V
au profit du peuple marocain ; m'a raconte l'anectode suivante qu'il disait vecue.
C'est ainsi ; qu'un paysan musulman
escroque par un juif ; c'est rendu chez le grand rabbin Encaoua pour demander de l'aide.
Le grand Rabbin a convoque le commercant juif et lui a dit:
J'ai appris avec delectation que tu as roule un musulman ; et alors avec fierte l'escroc a raconte par le detail toute l'operation.
Et le rabbin de lui dire ; j'ai tes aveux ; rends lui son bien ;ou je t'envoie moi-meme au Pacha pour te mettre en prison.
Les musulmans respectaient les saints juifs comme des hommes proches de Allah.
Dailleurs les juifs appelaient Dieu par son nom de ALLAH.
Quel desastre que cinq siecles de voisinage et respect soient oublies.
Avec Mr Karrakchou et les freres Ghandouri Ahmed et Messaoud ; nous faisions des affaires sans contrats et l'argent changeait de mains sur une simple poignee de mains.une maison etait cedee dans ces conditions et payye avant ou plus tard sans problemes.
je n'ai plus jamais connu nulle part cet attachement 'a l'integrite basee sur nos nos croyances en nos religions respectives.
Isaac

Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: eva (IP enregistré)
Date: 11 septembre 2005 a 09:58

Simonicci,

Avez vous encore des contacts avec la famille Kerakchou ?

Je suis originaire de Rabat et je suis allée au lycée avec une des petites filles de Mr karakchou.

P.s : Je suis en plein démenagement, si je ne vous répond pas tout de suite c'est que l'instalation n'aura lieu que le 12.09 au soir.


Cordialement.

Eva

Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: simonicci (IP enregistré)
Date: 11 septembre 2005 a 19:58

Chere Eva
Malheureusement les deux freres Karrakchou Allal et Hafid sont decedes
depuis longtemps.
J'ai quitte Rabat en 1968 ; et garde un contact durant une dizaines d'annees.
Vers 1973 ; Allal est venu 'a Montreal 'a la recherche de maisons prefabriquees.
Comme le veut la coutume musulmane les epouses ne rencontrent pas
d'hommes en dehors de la proche famille.
Quand invite 'a son domicile au soussi ; nous etions toujours entre hommes.Mais mon epouse se rendait au domiile des femmes.
Ainsi; je n'ai plus de nouvelles.
Par ailleurs ; je sais que Ahmed Ghandouri est decede ; mais je n'ai aucune nouvelle de son frere Messaoud,qui devrait etre tres age.
Nos relations privilegiees son demeurees un grand regret tout au long de ma vie.
Mes filles Claude et Danielle oiknine ont etudie au Lycee Lalla Aicha jusqu'en 1968.
ALLAH M'AAK
ISAAC

Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 28 décembre 2005 a 10:54

Un dialogue de l'ecrivain marocain Tahar Ben Jelloun avec sa fille sur "Le racisme explique a ma fille" - Edition Seuil 1998

Passage extrait de: Le racisme explique a ma fille (Tahar Ben Jelloun)

Au Maroc, les Juifs et les musulmans ont vecu presque onze siecles ensemble. LesJuifs avaient leurs quartiers,qu'on appelle mellah. Ils ne se melangeaient pas avec les musulmans mais ne se disputaient pas avec eux. Entre eux, il y avait un peu de mefiance, mais aussi du respect. Le plus important, c'est que, lorsque les Juifs se faisaient massacrer en Europe, ils etaient proteges au Maroc. Aumoment de l'occupation de la France par l'Allemagne, le roi du Maroc, Mohammed V, a refuse de les livrer au marechal Petain qui les lui reclamait pour les envoyer dans les campsde concentration des nazis,c'est-e-dire en enfer. Il les a proteges. Le roi a repondu a Petain: « Ce sont mes sujets, ce sont des citoyens marocains. Ici, ils sont chez eux, ils sont en securite. Je m'engage a les proteger. » Les juifs marocains qui se sont eparpilles dans le monde l'aiment beaucoup. Aujourd'hui, il reste quelques milliers de Juifs au Maroc. Et ceux qui sont partis aiment y revenir. C'est le pays arabe et musulman qui compte le plus de Juifs sur son sol. Tu sais comment les Juifs marocains appellent Sefrou, une petite ville au sud de Fez e Ils l'appellent la e petite Jerusaleme.-

La fille de Tahar Ben Jelloun :

Mais pourquoi sont-ils partis e


Tahar Ben Jelloun :

Quand le Maroc est devenu independant, en 1956, ils ont eu peur, ne sachant pas ce qui allait se passer. Des juifs qui etaient deja installes en Israel les incitaient a les rejoindre. Ensuite, les guerres de 1967 et de 1973 entre Israel et les pays arabes ont fini par les decider a quitter leur pays natal pour aller soit en Israel, soit en Europe ou en Amerique du Nord. Mais les Marocains musulmans regrettaient ces departs, parce que, pendant plus de mille ans, Juifs et musulmans ont vecu dans la paix. Il existe des chants et des poemes qui ont ete composes en arabe par des Juifs et des musulmans. C'est une preuve de la bonne entente entre les deux communautes.

La fille de Tahar Ben Jelloun :

Alors les Marocains ne sont pas racistes !

Tahar Ben Jelloun :

Cette affirmation n'a pas de sens. Il n'existe pas de peuple raciste ou non raciste dans sa globalite. Les Marocains sont comme tout le monde. Parmi eux, on rencontre des gens racistes et des gens non racistes.-

La fille de Tahar Ben Jelloun:

Aiment-ils les etrangers ?

Tahar Ben Jelloun:

Ils sont connus pour leurs traditions d'hospitalite. Ils aiment accueillir les etrangers de passage, leur montrer le pays, leur faire gouter leur cuisine. De tout temps, les familles marocaines ont ete hospitalieres , cela est aussi valable pour les autres Maghrebins, pour les Arabes du desert, les Bedouins, les nomades, etc ...


Tahar Ben Jelloun (Edition Seuil 1998)





Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: mimouna (IP enregistré)
Date: 05 janvier 2006 a 19:48

Moi qui fait partie de la nouvelle generation, je trouve honteux qu'on parle de notre propre pays dans trois ou quatres chapitres dans nos manuels, et d'une vingtaine de pays ds les chapitres restants..bourrage de crane inutile!! Et preuve que l'on veut nous entretenir dans une espece d'amnesie collective.
Sinon darlett, je t'assure qu'on a des auteurs Marocains bcp plus fins et subtiles que Tahar Ben Jelloun





Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 05 janvier 2006 a 21:27

N'oublies pas Mimouna que Tahar Ben Jelloun dialogue avec sa fille, d'ou la note plutot naive de l'echange. Mais les idees ne sont pas fausses en gros.

Je ne connais pas trop Tahar Ben Jelloun. J'ai lu il y a quelques bonnes annees un des ses livres qui a, si je ne me trompe, obtenu un prix en France. Ce livre s'intitulait "Harrouda". Je me souviens avoir ete moyennement choquee par la crudite du language. (Peut-etre etait-ce une traduction de l'arabe ?)





Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 05 janvier 2006 a 21:36

Et il me semble tout a fait normal que les manuels d'education scolaire parle du monde entier et pas uniquement du Maroc. C'est un peu de cette maniere que l'analyse de la ressemblance ou dissemblance d'un pays par rapport a un autre peut se faire.

Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: mimouna (IP enregistré)
Date: 06 janvier 2006 a 01:02

Tahar Ben Jelloun ecrit uniquement en Francais,et j'avais ressenti la meme chose que toi darlett quand j'avais lu les premieres pages de "La nuit sacree".
Mais j'ai decouvert plus tard des auteurs tres fins, qui maitrisait fort bien l'art du roman et grace a eux je me suis reconciliee avec la litterature Marocaine (Arabe et Francaise).





Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: gilou (IP enregistré)
Date: 08 janvier 2006 a 00:34

Comme dans tous les pays musulmans regis par la charia, les juifs n'avaient aucun droit permanent: le statut de dhimmi les soumettaient au bon vouloir du roi et des juges islamiques. La mansuetude des rois, des caids et pachas etait achetee en permanence par l'impot specifique et les contributions ponctuelles aleatoires. Leurs temoignages en justice etait sans valeur.
Dans la vie quotidienne, la discrimination vestimentaire etait obligatoire avec d'autres interdictions vexatoires dont celle d'habitation. Mais ils avaient la liberte de culte et de travail sans restrictions. Le protectorat francais au Maroc a delivre les juifs de la soumission juridique de la dhimmitude.

Ceux qui ont emigre entre 1949 et 1956 etaient les defavorises qui s'etaient vu promettre une vie materielle plus valorisante et prospere en Israel, leurs relations avec les musulmans etant plutot neutres.

Apres l'independance, la cause de l'emigration fut culturelle, l'arabisation progressive faisant craindre l'abandon des cultures francaises et espagnoles qui impregnaient les classes moyennes, alors que les autorites marocaines manifestaient la volonte de leur accorder une egalite citoyenne innatendue.

Jusqu'a 1967 les plus favorises qui pouvaient envoyer leurs enfants etudier en france ont vecu sans problemes majeurs malgre la politique anti-israelienne du Royaume.
L'emigration ulterieure qui a touche les classes superieures, a ete due a l'attitude agressive de pratiquement tous les marocains,imposant pendant quelques semaines sur leurs compatriotes juifs des mesures coercitives pour les punir de la douloureuse defaite de JUIN 67. Ceux qui choisirent de rester le firent pour des raisons purement economiques. Les attentats de Casablanca prouvent la fragilite de leur situation.







Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: agai (IP enregistré)
Date: 08 janvier 2006 a 03:06

tout a fait le contraire ,nous visitons le maroc chaque annee et nous nous sentons en securite et nous sommes comme avant bien recu par la population




Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 08 janvier 2006 a 12:10

Bonjour Gilou et bienvenu (e?) sur Darnna,

A ton analyse sur les differentes causes du depart des Juifs du Maroc j'ajouterais l'enorme activite dans les annees 60 des divers mouvements de jeunesse dont le Dror, l'Ihud Habonim, la shomer Hatsair, etc... Activites qui consistaient a recruter les jeunes pour les initier a la vie culturelle et sociale en Israel et leur faire connaitre plus particulierement les kibboutzim.
Cette activite etait couverte par des envoyes speciaux formes en Israel et ramenes ensuite au Maroc et ailleurs pour l'organisation et la mise en place de ces "nids" de rencontres. Les jeunes apprenaient a se connaitre, a comprendre et analyser la realite quotidienne en Israel et etaient "endoctrines" pour ensuite rejoindre les kibboutzim.

Ainsi sont arrives en Israel des groupes "garin" qui se formaient en France, Belgique, Suisse et Maroc.

Cette jeunesse etait pour la plupart une jeunesse dont le trace et destinee menaient vers l'Europe ou le Canada. Cet enseignement a servi a les faire devier et a les diriger vers Israel ou ils ont rejoint kibbutz et universites. J'ai moi-meme ete recrute dans l'un de ses mouvements alors que je me trouvais a bonne distance psychique d'Israel et de cet ideal sionniste.

voici une photo de mon groupe (enfin les garcons ! Je vais chercher les filles ailleurs)

Sur la photo de gauche a droite
Mon frere Gad, Dov, Guy, Jeff et Yonathan






Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 08 janvier 2006 a 12:14

Gilou, je lis par ailleurs que tu est le fils Farache. J'en conclus donc que tu es bien masculin.

Bienvenu sur darnna


Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: gilou (IP enregistré)
Date: 08 janvier 2006 a 22:45

Merci de votre accueil,Darlett

j'ai vu que vos parents et vous-meme habitiez un immeuble a l'angle des bds ziraoui et moulay-youssef; d'apres une photo de balcon je pense qu'il se situait en face de l'ecole elbilia qui nous avait achete la maison ou nous avons vecu de 1935 a 1960.Nous ne nous sommes donc pas connus.et c'est dommage.
J'ai quitte le Maroc en 1967.

Pour revenir a l'emigration,il est evident que sans le devouement et l'efficacite des organisateurs les premiers departs n'auraient jamais pu se realiser.
Certaines interventions utiles doivent rester dans l'ombre qui leur a permis de jouer.Mais en 1967 ,le reproche fut fait a leurs auteurs d'etre des agents espions de l'enemi israelien,ne leur laissant d'autre choix que fuir. C'est le changement radical d'attitude, la violence des propos et les menaces de musulmans "amis" qui me fait douter du sort de ceux qui vivent encore dans les pays musulmans.

Bonne soiree





Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 09 janvier 2006 a 12:01

Bonjour Gilou,

J'ai moi aussi quitte le Maroc en 1967 et je me souviens tres bien de cette ecole Elbilia dans laquelle mes cousins enseignaient les Maths.

Les mouvements de jeunesse que j'ai connu fonctionnaient vers les annees 1964- 1967 et etaient totalement clandestins. Nous-memes, nous ne savions pas les noms ni prenoms des dirigeants. Nous ne fonctionnions que sous le couvert de pseudonymes. L'ideologie transmise visait tout d'abord les kibbutzim et avaient pour but de renforcer ces agglomerations socialistes en Israel.
Le changement de ton dans les pays arabes a eu lieu suite a la defaite de 67 evidemment et la ce fut l'exode totale. Il me semble que le gros des departs a eu lieu a cette epoque justement.

Mais ce nom de Farache me dit quelque chose. Aviez-vous un commerce ou une affaire quelconque au Maroc ?

Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: simonicci (IP enregistré)
Date: 09 janvier 2006 a 16:07

Chere Darlett;
Cette rubrique fait couler beaucoup d'encre.
Il faut se dire que dans les annees 1940 et 1950, une partie importante de la jeunesse juive etait arabophone.
L'attraction des villes de la cote ; Casa et Rabat amenait des familles du sud tentant d'ameliorer leur situation economique ; trouvant plus de chances de travailler que chez eux.dans leur patelin.
Certains petits artisans gagnaient leurs vies plus facilement une fois installes aides par les comites des communautes juives.
Vers 1947 et apres 'a Casablanca les locaux de la soupe populaire juive servaient de lieu d'etude de l'hebreu ainsi que de reunions preparatoires en vue de la Alia.Ceci apresle repas du soir.
A Casablanca le shaliah se nommait Sam Abitbol ; qui etait harcele par la police Francaise et a ete oblige de se refugier en Israel.
Des jeunes filles instruites et eduquees attendaient que les jeunes juifs sortent des cafes maures ou ils fumaient du kif et consommaient du hashish en jouant aux cartes ou au jeu de dames avec leurs amis musulmans.
Elles leurs demandaient de les escorter 'a leur domicile pretextant avoir peur de circuler seules en medina.
Alors elles leurs parlaient du reve d'un etat Hebreu comme aux temps es rois David et Salomon.
Ces jeunes ne parlaient qu'un Francais casse qu'ils ne lisaient pas du tout.
Les cours d'hebreu et de familiarisation avec l'idee du Erets Hakidoucha et ce avant la creation de l'etat d'Israel etaient donnes etavaient un succes certain.
Escortes ils passaient la frontiere avec l"Algerie alors Francaise ou ils s'embarquaient pour Marseilledans l'attente du voyage final.
Les Anglais les internaient 'a l'ile de Chypre ; alors colonie Anglaise.
La Haganah introduisait clandestinement en israel des emigrants de tous pays notamment d"Europe.
A Casa nous etions une equipe de jeunes 'a encadrer et preparer ces jeunes en les initiants au camping au Pont Blondin ;'a une quinzaine de kilometres de Casablanca.
Vers 1952 ; Les mouvements Habonim et Dror operaient 'a Rabat ou la jeunesse etait eduquee ;mais peu portee 'a tout abandonner pour parir 'a l'aventure en laissant les parents sur place.
L'exode des familles a commence beaucoup plus tard.
Le principal de la federation sioniste etait S.D LEVI.
IL fournissait le soutien materiel et la documentation necessaire .
Je dois dire que tout n'etait pas rose mais n'etait pas noir non plus.
C'est avec emotion que je me souviens de cette periode heureuse de ma jeunesse.
Bien sur quelques bavures ; nous nous sommes rendus compte qu'un jeune parti laissait une famille de plusieursenfants en bas age ; avec un pere aveugle.
Ce jeune homme etait par son travail le seul soutien de sa famille.
La communaute a pris en charge la famille.
Isaac







Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: mimouna (IP enregistré)
Date: 09 janvier 2006 a 19:43

Mais pourquoi Israel ? N'avez vous pas pressenti les consequences et dangers d'une telle entreprise ? D'autant que les populations autochtones vous consideraient comme des colons occidenteaux ?





Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: gilou (IP enregistré)
Date: 09 janvier 2006 a 21:42

Bonsoir Darlett,

En effet,ma mere etait directrice de l'ecole Narcisse Leven puis de William Walid, et entre autres activites et proprietes abandonnees en 1967`il y avait les Transports Farache qui existent encore. IL y avait des Farache de Safi et Mogador non apparentes et un cousin germain e Casa.

Je suis etonne de lire dans le commentaire de Simonicci que la plupart de juifs en 1940 parlaient un "francais casse qu'ils ne lisaient pas du tout".
Pratiquement tous les enfants juifs marocains depuis les annees 20 etaient scolarises dans les ecoles de l'alliance israelite,de Tanger a OUarzazate et leurs resutats aux examens du certificat d'etude et du brevet etaient excellents. Et si les fumeurs de kif juifs se comptaient sur les doigts, les jeunes filles eduquees ne les frequentaient surement pas.

A Mimouna, je veux dire que les juifs ne peuvent etre colonisateurs de leur terre ancestrale dont ils avaient ete depossedes par les romains. Les arabes fanatises par le Mufti Hossein, allie d'Hitler, n'ont jamais vu en nous que des juifs qu'il fallait eliminer. Meme a Jerusalem et Hebron ou les pogroms etaient anterieurs a 1948. Le concept de colonisation est utilise pour camoufler la veritable raison du conflit. Le president iranien vient de le confirmer. Ce que les gens civilises ne pouvaient imaginer est cet acharnement de violence aveugle, qui n'a d'egal que le notre a vouloir partager et coexister en paix.





Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 09 janvier 2006 a 22:19

Dans ce cas Gilou, si ta mere etait directrice de l'ecole Narcisse Leven, tu as donc certainement des photos souvenirs de cette ecole ?

C'est aussi etonnant de lire le texte de Simonicci qui affirme que les Juifs du Maroc des annees 40 parlaient un francais casse ! Je peux t'affirmer que mes parents dont mon pere ne en 1912 parlait un francais parfait ! Et ceci tout autant que ma mere qui elle est nee en 1922 ! Ils avaient tout deux etudie a 'AIU, mon pere a Mogador et ma mere a Casablanca et possedaient ce fameux certificat d'etudes et avaient meme fait quelques classes au dela ! Mon pere possedait une enorme bibliotheque ou tronaient tous les grands classiques de la litterature francaise. Il lisait enormement.
Ma mere en partant dernierement nous a laissee une bibliotheque lourde de quelques centaines de livres, les siens et ceux de mon pere. Il y avait des livres d'histoire, de medecine, de litterature, des larousses anciens et nouveaux, des Atlas anciens, de la geographie, etc, etc... et le tout en francais. Il y avait entre autre une enorme collection d'une vingtaine d'annees des fameux "Historia" relies soigneusement et conserves.

Ma grand-mere maternelle avait etudie a Mogador et sa scolarite s'etait faite en anglais. Mon grand-pere paternel etait fonctionnaire un temps a la police et un autre temps enseignant en francais !

Pour ce qui est du Kif ou Hashish, je n'ai jamais vu cela ni de pres, ni de loin dans ma famille.

Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: simonicci (IP enregistré)
Date: 10 janvier 2006 a 13:16

Reponse 'a Darlett et Gilou
Je n'ai pas dit que tous les juifs parlaient un francais casse; mais certains qui venaient du sud ou de l'interieur du pays n'avaient surement pas frotte tres longtemps leurs culottes sur les bancs de l"Alliance Israelite Universelle.
La majorite des juifs marocains avaient recu grace'a l"Alliance une formation exceptionnelle ; mais ceux dont je parle etaient des migrants economiques qui venaient 'a Casablanca chercher un meilleur sort et une chance dans la grande ville.
Je parle d'une epoque que j'ai vecue .
Ces nouveaux venus etaient intelligents et industrieux.
Ils reussissaient 'a s'integrer avec succes.
Mettons que nous ne parlons pas de la meme epoque .
Forcement ;j'ai 78 ans et j'ai vecu avant .
Mes souvenirs remontent 'a 1938 ;ainsi j'ai vecula seconde guerre mondiale et l'apres guerre.
Jusqu'a 1968 ; date de mon depart du Maroc ;j'ai pu observer les modifications de structure de la societe Marocaine ainsi que de la colonie juive avec ses differences.
Iln'y a aucun mal 'a appeler une chat; un chat.
Amicalement
Isaac

Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: gilou (IP enregistré)
Date: 11 janvier 2006 a 16:54

Malheureusement,Darlett, je n'ai emporte pratiquement rien en quittant ma maison : archives familiales et professionnelles, bibliotheque rare, meubles ont probablement ete detruits ou disperses.

Venant au monde nu, toute richesse est relative. Ma mere avait des photos et des documents datant de sa premiere annee d'enseignante a Larache en 1914,ou a 16 ans elle avait des eleves de son age !! Sabetae Israel (le vieux) l'avait demandee en mariage!!!

Mon unique regret est de ne plus pouvoir aller prier sur les tombes des etres chers.

A bientot





Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 11 janvier 2006 a 22:32

Le probleme c'est que j'avoue ne pas savoir qui c'est Sabetai Israel !

Quant aux photos, bien dommage en effet !

Mais pourquoi ne peux-tu pas aller prier sur les tombes de tes chers qui apparemment semblent enterres au Maroc ? Les pelerinages se font sans arrets et les cimetieres sont extremement bien entretenus.


Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: gilou (IP enregistré)
Date: 12 janvier 2006 a 02:26

Cours complementaire a Casablanca (annees 45/55)


Parmi les professeurs du cours complementaire


Les freres Sabetay
Le grand etait le Directeur (Israel)
Le petit de taille (Petit pain) prof de math.(Sabetae)

tu as frequente peut-etre le cours complementaire apres leur depart.
Il m'est difficile d'envisager une visite sur les tombes. J'emporterai les raisons avec moi, et beaucoup d'amis ont deja emporte les leurs, avec les souvenirs .

Albert Ettedgui ne semble pas etre le mari de Simita Benzaquen que j'ai connus a Casa n'est-ce pas ?





Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: Sylvain (IP enregistré)
Date: 16 janvier 2006 a 13:04

Salut Gilou,

Heureux de te voir sur ce site. Ta presence me remet en memoire des tas de souvenirs, ta mere, ton pere, ta tante, ta villa a l'angle des Bd Moulay Youssef et des Regiments coloniaux et tes visites au magasin de mes parents, PRINTANIA.
Je suis desole d'apprendre que tes archives et meubles sont perdus, mais malheuseument, c'est le cas de la plupart d'entre nous.
Par curiosite, lors de mon dernier passage a Casa, je suis alle voir ton ancienne villa : elle a ete detruite pour laisser place a une ecole privee.

amities
Sylvain Elbaz





Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: gilou (IP enregistré)
Date: 18 janvier 2006 a 12:08

darlett

Le rappel du souvenir de mes parents, me fait l'obligation de rappeler aux juifs europeens que les juifs du Maroc (marocains et non marocains) ont eu envers les refugies de 1940/44 une attitude exemplaire de solidarite, materielle et morale qui n'a pas ete suffisamment reconnue.

Il serait bon qu'a la faveur des commemorations , leur action fasse l'objet d'un rappel pour les descendants des acteurs de cette epoque, afin qu'ils en tirent la lecon dans la periode difficile que traverse le monde juif d'aujourd'hui.
gilou





Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: Claudina (IP enregistré)
Date: 28 février 2006 a 00:03

Gilou,

Ta maman etait-elle orientale (turque ou grecque) ? Dans ce cas, je crois que je l'ai connue. J'etais gamine. Mes parents enseignaient a l'Alliance, mon pere etait prof au Cours Complementaire, ma mere insitutrice. J'ai aussi connu une autre Madame Farache dont le prenom etait Seta, orginaire de Tanger, elle avait un fils qui est parti a la NOuvelle-Orleans en 1958, je crois.


Je suis Claudine Obadia Pilo, nee en1953, j'ai quitte le Maroc en 1967, pas a cause de la Guerre des Six Jours mais parce que mon pere s'y trouvait depuis un an, ayant trouve, grace a l'Alliance, unposte d'enseignant. La guerre des Six Jours a avance la date de notre depart, mais celui-ci etait programme.

Desolee d'avoir deborde sur le sujet, je voulais juste esayer de situer gilou.

Amities.

Claudia





Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: gilou (IP enregistré)
Date: 28 février 2006 a 08:01

Claudia,

Ma mere Elise-Lea etait effectivement nee en Turquie, elle avait debute a Larache en 1914 a l'ege de 17 ans.

Si ta maman etait Hilda qui habitait bd de Paris, nous etions tres amis, et ton pere etait un ami de mon frere Roger.





Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: Claudina (IP enregistré)
Date: 01 mars 2006 a 11:25

Gilou,

Effectivement ma mere s'appelait Hilda et habitait boulevard de Paris avant son mariage avec mon pere. Ca fait plaisir de se retrouver, meme si je dois t'avouer que je me souviens assez peu de toi, mais davantage de ta maman, elle parlait espagnol.

Mes parents nous ont quittes (1987 pour ma mere en 1997 pour mon pere).

Je ne me souviens pas de ton frere Roger, desolee.

Amities.

Claudina






Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: royrol (IP enregistré)
Date: 05 mars 2006 a 17:50

Voici une photo de ma grand mere lors de son depart de casablanca
vers israel en 1958 deux ans apres que mon grand pere s'est eteint

Sur la photo elle est au dessus de ma petite soeur
elle a vecu encore pendant 15 ans dans une petite maison seule
loin de sa famille vers rehovot.







Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: royrol (IP enregistré)
Date: 05 mars 2006 a 17:56

encore un depart pour la france c'est moi devant le bateau en 1967
depuis gibraltar et au dessus l'etiquette de mon 1 er d' jean en 1962




L?histoire des Juifs du Maroc apr?s son ind?pendance
Posté par: Bint Bladi (IP enregistré)
Date: 27 avril 2006 a 23:35

Les Juifs et le Maroc

Lundi 29 Novembre

Pourquoi ont-ils quittee

La communaute juive du Maroc apres l’independance
avec Yigal Bin-Nun, historien israelien, Universite de Paris VIII

L’histoire des Juifs du Maroc apres son independance est meconnue par la masse de
ceux qui l’ont vecue. En effet, apres la guerre, les organismes juifs internationaux ainsi que
les divers organismes israeliens ont decide de prendre en main le sort de la communaute
juive marocaine.

Les dirigeants locaux de cette communaute, malgre leur courage et leur
devouement pour les problemes sociaux et la lutte pour leurs droits, sont restes relativement
passifs. Ils se sont retrouves entre les autorites marocaines qui ont tout fait pour les retenir et
les Israeliens qui les poussaient a partir. Malgre un repit que vecurent beaucoup de Juifs juste
apres l’independance, les craintes et les mefiances ne cesserent de ronger l’atmosphere
d’entente qui commenca a s’instaurer, a tel point qu’on pourrait placer cette periode sous le
signe de la catastrophe qui n’a pas eu lieu.

Ce cycle de 8 conferences revelera aussi bien au grand public qu’aux personnes ayant
pris une part active aux evenements de l’epoque le dessous des cartes des entretiens secrets
qu’ont entretenu certains dirigeants juifs marocains avec les autorites marocaines proches du
Palais; avec les dirigeants de l’opposition et avec les emissaires israeliens de l’Agence juive et
du Mossad. On comprendra ainsi comment s’est effectuee l’immigration clandestine, comment
a ete elabore "L’accord de compromis" en aout 1961 apres le naufrage du Pisces, comment
s’est deroulee l’Operation Yakhin et quand a commence la collaboration entre les services de
securite du general Oufkir avec les agents du Mossad et le gouvernement israelien.

Lundi 29 Novembre 2004 a 20h00
« Theme: "Leassociation Charles Netter, le DEJJ et les Mouvements de Jeunesse israeliens "

Lundi 13 Decembre 2005 a 20h00
« Theme: "La rupture des relations postales, le dahir de la marocanisation et le sort des ecoles

Centre communautaire de Paris
On espere qu'a cette occasion, le role des juifs francais ayant participe a l'organisation
logistique de cette deportation de masse des juifs marocains sera enfin revelee et eclaircie.
L'’historiennee de papier Nadine Fresco pourra nous expliquer dans quelles conditions des
membres de sa famille se sont rendus au Maroc, sur la demande de groupes sionistes, pour
contribuer a cette deportation
de masse.




Re: L'histoire des Juifs du Maroc apres son independance
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 03 mai 2006 a 09:09

Beaucoup d'affirmations Bint Bladi mais aucun editeur a ce jour n'a accepte de publier les textes de Ygal Bin-Nun par non conviction.




Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: gilou (IP enregistré)
Date: 03 mai 2006 a 09:33

Bint bladi

le pseudo historien Ygal ben rien,sans autre audience que ses etudiants, ferait mieux de s'occuper des malheureux deportes du Darfour, assassines par ses amis extremistes.

Nadine Fresco est sa bete noire, mais elle dit des verites, et pas des elucubrations comme cet obsede.

je te conseille de meilleures lectures.




Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: MESSAGE DEPLACE (IP enregistré)
Date: 20 mai 2006 a 09:00

Auteur: lilaf
Date: 20 May 2006 a 04:44


salam,
salam a tous le monde, avant tous je suis musulman maghrebi, la question qui se pose tjs pourkoi cette hene entre musulman et juives,
avant tous on savent que les juives et les musulmans etaient des grands cousind alors ce qui est passe est simplement apres la querre arab-israel alors c est a vous qu il faut poser al question vous etiez bien avec les musulmans on vous respectez parce que notre prophete faisait la meme chose avec les juives de l arabie on vous respectez encore car vous etes les epuples choisis par dieu que la plupart des prophetes etaient de isrealites mais encore c est a vous il faut poser la question pour koi vous avez envaie la palestine et vous voules detruire al masjid alors il ya plus de jeu de cache cache ici la verite c est vous avez commencer la guere avec les musulmans vous savez bien meme si la palestine est la votre il faut pas toucher aux sacres places. salam





Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 20 mai 2006 a 09:36

Bonjour Lilaf,

Si tu connais l'histoire et la Bible, tu comprendras que nos ancetres ont habites ici sur cette terre en Palestine.
Les Juifs ont ete chasses d'Israel, se sont disperses a travers le monde, se sont integres a leur communaute respective. Ils ont ete, suivant les pays et les epoques, soit legerement toleres, soit persecutes ou meme extermines et la shoah en est l'exemple. 6.000.000 de Juifs ont ete gazes dans des chambres a gaz !
Ce retour vers la terre de nos ancetres ne peut qu'etre comprehensible.

La palestine sous protectorat anglais a ete partage en 1947 a l'ONU pour faire place a 2 Etats, un Etat juif, et un Etat arabe. Nous avons accepte le partage mais pas les palestiniens.

Les guerres ont suivi et nous avons elargi notre territoire consequemment.

Jusqu'a present, il ne depend que des palestiniens par des moyens politiques et non violents d'avoir un etat independant. Il ne fait aucun doute qu'une cooperation entre Israel et la Palestine permettrait aux deux une vie aisee.

Israel n'a jamais touche aux lieux saints et les lieux de culte des 3 religions sont respectes et proteges !!!!!

C'est deplorable de voir combien la propagande haineuse repandue dans le monde utilise de tels arguments afin d'ebranler et semer la haine anti-juive et t'amener toi a de tels propos.

Quoi de plus aise et de plus facile que de lancer des informations concernant une "atteinte" aux lieux saints afin d'exhorter et susciter la haine ???


J'espere que tu pourras te defaire un tout petit peu d'un parti pris evident pour lire et essayer de comprendre mes arguments.





Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: gilou (IP enregistré)
Date: 20 mai 2006 a 12:19

"c est vous avez commencer la guere avec les musulmans",
Lilaf,
puisque tu es musulman,relis attentivement le Coran, et tu verras qui a commence : c'est le Prophete a Medine et a la Mecque. Depuis les juifs ont toujours perdu sauf a partir de 1948,quand ils sont retournes dans leur pays que les musulmans et les chretiens ont occupe pendant 2000 ans.

"il faut pas toucher aux sacres places"
Tu as raison, mais il faut le dire aux musulmans pas aux juifs.(ce sont des synagogues qui brulent,pas les mosquees)

Allez,personne ne t'en veut,parce que tu ne sais pas.




Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 07 juin 2006 a 22:42

Un article interessant qui traite du sujet epineux qu'est le depart massif des Juifs du Maroc.

"Communaute. Juifs marocains : un exode programme

Au moment ou les juifs du Maroc jettent les ponts avec leurs cousins d'Israel, ils se rappellent, avec plus ou moins de douleur, les conditions dans lesquelles leur exode massif s'est effectue. Hassan II a-t-il vendu ses juifs ? Retour sur une histoire trouble."

Lire l'article en entier sur :

[www.telquel-online.com]




Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: place de france (IP enregistré)
Date: 12 juin 2006 a 07:54

L'histoire des Juifs du Maroc n'est ecrite dans aucun livre scolaire, j'ai cherche dans plusieurs livre d'histoire du Maroc et walou,on parle de tous ceux qui sont arrives au Maroc a travers les siecles, tous mais pas un mot des juifs qui sont arrives il y a 2500 ans.....................pourquoi n'a-t-on jamais parler des juifs?

Dans quelques livres on parle de berberes judaises, mais pour que ses bereberes deviennent juifs,il a fallu une presence juive a leur cotes.
les livres ou on parle des juifs sont les livres ecrits par des auteurs ca oui.

qu'avez vous a ajouter.
Soly





Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: makari (IP enregistré)
Date: 14 juin 2006 a 20:04

Bonjour tout le monde

J’ai lu avec un grand interet cette page ainsi que tout le contenu du site que je trouve tres formateur. Je n'arrive plus a le lacher. Et je vous felicite comme je vous remercie de nous informer et nous instruire et dieu sait que tout les marocains manquent de connaissances sur la realite, l'histoire et l'apport des juifs marocains pour leur pays le Maroc et j'ai toujours dit malgre qu'ils ont quitte depuis des annees ils restent plus marocains que les marocains qui y vivent encore.

Ce qui m'a incite a faire des recherches pour lire sur les juifs marocains, c'est que depuis que je vis a Montreal j'en rencontre de plus en plus et ce qui m'a touche et me touche encore qu'a chaque fois que j'en rencontre un et remarque que je suis marocaine il se precipite pour dire * moi aussi*. C’est vrai qu'on a rien appris sur les juifs marocains, aucun livre scolaire n'en parle, pourtant on parle des berberes!!!. J’ai eu des discussions avec des amis marocains et tous m'obstinaient pour dire que les arabes sont avant les juifs au Maroc, et de la mon interet a commencer pour les juifs marocains pour repondre a cette question et bien d'autres. Je n’en ai pas frequente beaucoup a Casablanca sauf 3 et j'avais alors 28 ans, vous imaginez sinon avant je ne savais meme pas l'existence des juifs marocains. j'ai appris par le biais de ces amis dont deux sont revenus au Maroc apres un depart de plus de 20 ans qu'ils revenaient pour investir au Maroc et soutenir l'economie marocaine suite a l'invitation du conseiller de sa majeste le roi. Tout ca personne ne le sait......

Je trouve deplorable le depart des juifs marocains, j'ai lu ici dans ce site des recits de depart qui ont fait couler mes larmes et me poussent de plus en plus a ne croire a aucune religion mais plus a croire en l'humanite. Rien au monde ne peut expliquer sinon moins pardonner les chagrins de ces enfants qui laissaient derriere eux leurs amis, leur ecole, leur quartier, leur vie quoi....ce depart qu'ils n'ont pas choisi, je vous lis tous et je realise que vous etes marques a vie et vous en parlez encore comme c'etait hier. Et ca me touche beaucoup......

J’aime beaucoup vous lire. Merci de me lire et excuser mon intrusion





Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 14 juin 2006 a 22:12

Merci chere Makari,

Ce message est extremement emouvant pour nous tous ici sur Darnna, et je t'en remercie beaucoup.

Finalement, au dela de notre nostalgie, si nous contribuons a faire connaitre notre longue histoire au Maroc qui a duree pas moins de 2000 ans, je crois que c'est doublement beni.

En effet, c'est bien regrettable que les livres scolaires omettent de mentionner notre presence si fructueuse au Maroc.

Nous gardons precieusement notre culture, nos traditions, les rapports de tolerance que nous avons connus tout autant que notre nostalgie et nos souvenirs, et ceci un peu partout dans le monde ou nous sommes a nouveau eparpilles.

Je te remercie pour ces quelques lignes et je te souhaite la bienvenue sur Darnna.






Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: nanouche (IP enregistré)
Date: 14 juin 2006 a 22:25

bonsoir makari

ton message m'a vraiment rechauffe le coeur et je

l'ai lu avec un enorme plaisir, merci makari

et merci de ton "intrusion"

sois la tres bienvenue sur notre site et j'espere

te lire tres bientot














Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: makari (IP enregistré)
Date: 15 juin 2006 a 15:37

Merci Darlett, Merci nanouche de votre accueil chaleureux.

Je vous souhaite une tres belle journee. Et a tres bientot.







Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: gerard (IP enregistré)
Date: 22 juillet 2006 a 14:02

Le realisateur Hassan Benjelloun a entame depuis peu le tournage d'un long metrage, Le Bar. Au menu, le depart des juifs au lendemain de l'independance du Maroc qui a perturbe la cohabitation, jusque la assez fraternelle avec la communaute musulmane.


Simon Elbaz (dans le role de Shlomo) et Rubie Kati (dans celui de Hassan).



Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: charlotte (IP enregistré)
Date: 22 juillet 2006 a 16:11

Le réalisateur marocain Hassan Benjelloun se prépare à entamer le tournage de son dernier long métrage « Le Bar ». Prévu le 05 juillet 2006, le tournage aura lieu dans plusieurs villes marocaines notamment Casablanca, Mohammedia et Bejaâd. Un parterre d'artistes marocains participera dans ce film qui remonte aux années soixante pour raconter le Maroc d'après l'indépendance.

Un nouveau long-métrage du réalisateur Hassan Benjelloun verra incessamment le jour. « le Bar » portera un regard sur une période donnée de l'histoire du Maroc et nous invitera, de ce fait, au voyage dans le temps et à la découverte du climat social, de cette mentalité et de cette ambiance qui régnaient dans les années soixante au Maroc au lendemain de l'indépendance. Ce film véhicule l'image d'un pays où, autrefois, musulmans, juifs et français se côtoyaient, nous explique le réalisateur Hassan Benjelloun. Le temps que dure la trame (quatre vingt dix minute), nous toucherons cette cohabitation qui faisait que tout ce beau monde vivait en parfaite harmonie dans la ville de Bejaâd. Cohabitation, tolérance et coexistence régissaient, en effet, les rapports entre les différentes confessions jusqu'à ce que l'intolérance et l'incompréhension s'installent et gâchent la quiétude rassurante jadis instaurée. Il est, également, question dans le film de l'exode des juifs.

Comme son titre l'indique, l'histoire de cet opus se déroule dans un bar. C'est précisément «Chez Pierre» à Bejaâd. A cet époque, cette petite ville, abritait musulmans, juifs et chrétiens. Ces communautés vivaient en paix sans que rien ne vienne ébranler leur paisible existence. Toutefois, cette vie sereine a été, malheureusement de courte durée. Car le départ des juifs en Israël va bousculer cette sérénité qui profitait à tout le monde.

Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: gerard (IP enregistré)
Date: 27 juillet 2006 a 15:02

En tournage depuis le 5 juillet, l’histoire du «Bar» se poursuit. Récit de la scene tournee actuellement:


Lundi soir à Casablanca, il est 20h. Une ambiance particulière règne dans une villa du quartier Polo à Casablanca. De gros camions surchargés sont stationnés devant cette vieille maison. Qu’on se détrompe. Ce n’est pas d’un déménagement qu’il s’agit. Ce soir-là, c’est le départ des derniers juifs marocains de Bejaad vers Casablanca. Destination : Israël. Un autobus peint en blanc et bleu occupe une partie du jardin ombragé. Ce même bus se chargera du transport de ces derniers, membres de la communauté juive du Maroc.
lire l'article sur [www.aujourdhui.ma]

Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: gerard (IP enregistré)
Date: 04 août 2006 a 15:24

Voici le spectre de la crise vue par le realisateur du film Le Bar et par Simon Levy de la communaute juive.


Quand on lui parle du climat social actuel, Benjelloun, d'un naturel optimiste, repond : "Je pense qu'on est en train de remonter la pente. On va retrouver le Maroc d'autrefois, mais autrement, avec tout ce que cela implique comme modernite".

D'autres sont plus sceptiques. Simon Levy envisage une nouvelle menace qui tente de perturber l'entente cordiale entre les deux communautes, celle des islamistes : "Ils sont les ennemis du Maroc. Ce sont des mouvements anti- democratiques, anti-judaiques, qui s'elevent contre le developpement du pays.
Tout le monde s'obstine a fermer les yeux mais ils sont bel et bien en train de s'installer". Nouveau danger " Dans ce film sans fin, une image se fixe : celle qui represente une communautes juive et musulmane comme une grande famille qui, face a des moments de crises, parfois les affronte et parfois prefere se voiler la face.

[www.casafree.com]

Nous ne pouvons toi et moi nous voiler la face: l'islamisme s'installe depuis plusieurs annees au Maroc et la est le danger pour vous, pour moi, pour cette entente entre communautes. L'exemple de l'Algerie toute proche est terrible.

Amities / Gerard




Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: Oiknine Léon (IP enregistré)
Date: 23 avril 2007 a 06:07

comme cette rubrique parle des departs des juifs du Maroc.
voici quelques statistiques.259.300 departs entre 1948 et 2001 en 53 ans. En 2007 il ne reste plus que 2.300.
Léon


nostalgie des Juifs du Maroc
Posté par: mostafa l'athée (IP enregistré)
Date: 30 avril 2007 a 18:27

dans mon enfance,mon père (musulman modéré)me parlait de ses amis artisans (juifs) qui ont quitté le maroc après "l'indépendance",partis comme ça et disparus à jamais!
dans ses propos je sentais une nostalgie déchirante, et jusqu'à sa mort en 1999(mort à 84 ans) il en voulait impitoyablement aux palestiniens et aux israeliens qui ont déchiré nos rangs nous autres marocains entre juifs et musulmans.
à l'époque ou lui sentait sa nostalgie déchirante (de la belle époque ou nos voisins du quartier étaient juifs), j'étais marxiste sympatisant de "la cause palestinienne" et défendais inconditionnllement "les arabes" contre "les sionnistes".
avec l'age la sagesse commence à me gagner et je sens que le maroc sans ses juifs manque d'équilibre..
avec la sale guerre des religions qui déchire le monde après l'avènement des intégrismes on a tous peur et on regrette la belle époque de la cohabitation paisible dont jouissait le maroc.
on dirait la nostalgie contagieuse! repose en paix,père,les vieux temps ou mon amis mohamed était fou amoureux de leur voisine la jeune sarah est révolue,à jamais!
dur,dur,dur

Re: nostalgie des Juifs du Maroc
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 06 juin 2007 a 16:56

Juifs marocains - Chronique d'une dechirure

Nous avons parle deja sur cette rubrique de ce long metrage de Hassan Benjelloun qui a debute l'annee derniere. Je ne sais pas si le film est sorti mais je serais interessee a savoir ce qu'il en est.

Le long-metrage du réalisateur Hassan Benjelloun, Le Bar, a pour theme le départ des juifs au lendemain de l’indépendance du Maroc qui a perturbe la cohabitation, jusque là (presque) fraternelle avec la communaute musulmane.

Citation:
"Plan large sur le patio de la maison de “Mustapha”. “Barbour”, un juif matelassier vient lui refaire ses matelas. Mustapha, le regarde et lui dit d’un ton rieur “Ils partent tous. Toi aussi tu vas partir ? Tu sais que si tu pars en Israël, tu ne trouveras pas de travail. Radi a t’nesh deban”. Barbour répond, agacé : “Qui t’a dit que j’allais partir ? Toute ma descendance est ici, et j’ai vu le jour ici. Je ne partirai pas !”

Cette scene correspond a 50 secondes du dernier film de Hassan Benjelloun, Le bar. A travers elle, le ton est donné et le sujet paraît évident. Le cinéaste remonte aux années 60 afin de retracer le climat social de ce Maroc d’après l’ indépendance. L’action se déroule donc, à Bejaad, dans un petit patelin qui assiste au départ des communautés juive et française. Le bar “Chez Pierre”, qui réunissait ces communautés pour des moments de détente, doit impérativement fermer. Toutefois, Shlomo, le personnage principal, refuse de quitter le pays. Or, sa présence, à elle seule, empêche la fermeture du bar car une loi stipule que, tant qu’un non musulman demeure dans la ville, l’endroit ne peut être fermé. Voilà qui entraînera des polémiques entre ceux qui voudront qu’il reste, d’autres qu’il s’en aille. Au bout du compte, Shlomo reste, alors que tous ses coreligionnaires quittent la ville.

La nostalgie du cinéaste

Pour Hassan Benjelloun, revenir sur cette période de l’histoire marquée par cette cassure était essentiel. Cette séparation à la fois soudaine et brutale, le cinéaste s’en souvient encore : “J’ai vécu à Settat, avec une famille de cinq juifs musiciens. Un jour je me suis réveillé et je n’ai trouvé personne. La rue était vide. J’ai demandé à ma mère où ils étaient partis, elle m’a répondu alors “Mchaouw L’falestine”. C’était la première fois que j’entendais ça. C’est une image qui m’a marqué. J’ai une sorte de nostalgie de cette période”.

La séparation a été douloureuse pour les deux côtés. à l’image de son personnage Shlomo, l’acteur Simon Elbaz était présent à Bejaad à cette époque. “Ces départs ont été vécus comme un arrachement, un déracinement. C’est une injustice de l’histoire. Ces différentes communautés cohabitaient ensemble au Maroc. L’art, le mode de vie, tout était partagé. C’était important que le Maroc ait son indépendance mais ça n’aurait pas dû entraîner ça”.

Vagues d’exil, entre fiction et réalité

Les relations du tandem juif/musulman n’ont pas toujours été un long fleuve tranquille. C’est une longue histoire entachée de tiraillements et de désaccords orchestrés par des événements politiques tels que la création de l’Etat d’Israël proclamé en 1948. L’événement a entraîné, par les contestations et émeutes qu’il a provoquées, une première vague d’émigration vers la Palestine. Cette période a été suivie par le départ d’une dizaine de milliers de juifs en 1955, résultant d’une négociation du pouvoir marocain avec les Etats-Unis en échange d’avantages financiers. Enfin dans les années 60, le Maroc assiste aux départs progressifs des couches populaires, exil dû en partie à la propagande anti-juive, menée par l’Istiqlal en 1967, entraînant le boycott des commerces juifs.

Ainsi, comme le précise Simon Levy, secrétaire général de la communauté juive de Casablanca, l’exode a connu trois grandes vagues. Le Bar de Benjelloun se focalise principalement sur les lendemains de l’indépendance du Maroc dans les années 60, pointant du doigt les départs précipités de l’époque. Des gens disparaissaient du jour au lendemain. Toutefois, Simon Levy émet un désaccord : “Benjelloun mélange tout. Les départs clandestins se sont faits avant 61. Après ce furent des départs organisés, avec la participation des organes du pouvoir, passeports collectifs... Quand je lui en ai parlé, il m’a répondu, ’ce film est une fiction qui s’inspire de la réalité’. Toutefois, la confusion est indéniable”.

Vue par le cinéaste, la période est longue et s’étire dans le temps, au gré d’ententes mais aussi de tensions et de ruptures. Difficile de retranscrire un tel état d’esprit en une heure et demie. Benjelloun garde un objectif : “Rendre compte d’une partie de l’histoire du Maroc. On parle souvent d’émigration, mais ces départs sont la plus grande émigration qu’on ait connue. Je veux provoquer la réflexion des gens, des jeunes qui n’ont pas vécu cette cohabitation. Je voudrais qu’ils prennent conscience que ces départs ont laissé un manque dans notre culture”. Le bar se veut être le témoin de cette coexistence et tolérance anciennes qui régissaient les rapports des deux communautés. “Les intentions restent certes tout à faits louables”, conclut Simon Levy.

Le spectre de la crise

Son propos sur la nécessité de témoigner est d’autant mieux reçu que la communauté juive est passée de 200 000 en 1960 à quelque 4000 actuellement. “Un lien indestructible nous lie au Maroc”, confie André Didier président du Comité de la communauté israélite de Fès, Sefrou, et Oujda. Pour Simon Elbaz, “ce film parvient à utiliser le passé pour traduire et exprimer une situation qui pourrait arriver à n’importe quel moment, entre communautés”. Une interrogation sur l’évolution ou la dégradation des relations d’un brassage interculturel.

Quand on lui parle du climat social actuel, Benjelloun, d’un naturel optimiste, répond : “Je pense qu’on est en train de remonter la pente. On va retrouver le Maroc d’autrefois, mais autrement, avec tout ce que cela implique comme modernité”. D’autres sont plus sceptiques. Simon Levy envisage une nouvelle menace qui tente de perturber l’entente cordiale entre les deux communautés, celle des islamistes : “Ils sont les ennemis du Maroc. Ce sont des mouvements anti- démocratiques, anti-judaïques, qui s’élèvent contre le développement du pays. Tout le monde s’obstine à fermer les yeux mais ils sont bel et bien en train de s’installer”. Nouveau danger ? Dans ce film sans fin, une image se fixe : celle qui représente communautés juive et musulmane comme une grande famille qui, face à des moments de crises, parfois les affronte et parfois préfère se voiler la face."

Source : [www.bladi.net]






Depart des Juifs du Maroc
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 22 décembre 2007 a 18:23

L’exode des Juifs du Maroc
Prof. David Bensoussan


Président de la Communauté sépharade unifiée du Québec



Peut-on dire des Juifs marocains qu’ils sont des réfugiés au même titre que les Juifs d’Égypte chassés dans les vingt-quatre heures ou les Juifs d’Irak ou de Lybie qui firent l’objet de massacres ?

Il faut s’entendre sur la définition d’un réfugié. Il y a des réfugiés en temps de guerre et cela n’est pas le cas des Juifs marocains. Il y a un ensemble de conditions qui font que l’on ne voit plus son avenir dans son pays natal et cela convient mieux à la condition des Juifs marocains.

Quelles sont donc les raisons de l’exode des Juifs marocains ?

Il y a eu un sentiment de libération avec l’établissement de l’État d’Israël. Il y a eu également la crainte qu’après le départ des Français en 1956,l’insécurité reviendrait comme aux temps qui prévalurent avant le Protectorat. Beaucoup voyaient dans l’émigration en Europe ou en Amérique la possibilité d’améliorer leurs conditions socio-économiques. Il y a eu aussi les conversions forcées de jeunes juives au début des années soixante. En parallèle à cela, le Maroc s’est aligné sur les positions radicales de la Ligue arabe, ce qui a eu pour effet de créer un malaise certain parmi les Juifs du Maroc et les répercussions des conflits du Moyen Orient les ont poussés à quitter le pays.

En quoi l’attrait de l’État hébreu a-t-il influé sur l’émigration des Juifs du Maroc?

Pour beaucoup, la renaissance de l’État d’Israël a constitué un évènement messianique marquant la fin de l’exil et de ses tourments et le début de la redemption. L’identification avec la mère patrie judéenne ne s’est jamais estompée au cours des millénaires et la liturgie juive a identifié le retour à Sion avec la fin de l’humiliation : Le vécu des Juifs en terre marocaine a connu de grands moments de symbiose certes, mais aussi de grands moments de détresse. Bien que de nombreuses personnalités juives servirent les souverains avec loyauté, il n’en demeure pas moins que le petit peuple a traversé des conditions d’humiliation difficiles et pas seulement en temps de crise. Mais la fierté ressentie avec la renaissance de l’État hébreu a été partagée par de nombreuses communautés juives à travers le monde sans qu’elles n’aient pour autant connu d’exode massif.

Il y eut une seconde vague d’émigration après la fin du Protectorat français Avant le Protectorat, les routes n’étaient pas sécuritaires. Les exactions commises contre les ressortissants juifs sont restées pour la plupart impunies. Les Archives de l’Alliance israélite universelle abondent d’exemples d’injustice flagrants qui ont été à l’origine de très nombreuses interventions diplomatiques. Le Protectorat a veillé à ce que le système judiciaire marocain qu’il supervisait soit mis en application de façon rigoureuse. Tout crime devenait imputable devant les autorités. Avec l’indépendance du Maroc, acceptée avec beaucoup de fierté par la communauté juive, une grande crainte latente n’en tourmentait pas moins les esprits et les Juifs se demandaient s’ils seraient à nouveau sans protection.

Quelles furent les conséquences de l’alignement du Maroc sur les positions radicales de la Ligue arabe?

Au lendemain de l’Indépendance, le courrier avec Israël fut interrompu. Les pays arabes se sont lancés dans des initiatives visant à étouffer l’État d’Israël, tout comme le boycott économique et l’opposition au détournement des eaux du Jourdain. Par ailleurs, lors de la visite du président égyptien Gamal Abdel Nasser, la police interna ceux qui se promenaient avec des kippot, et l’incident diplomatique causé par l’emprisonnement d’un rabbin suisse mit fin à cette mesure sans nom. Le naufrage du bateau Pisces avec ses émigrants clandestins au large du Détroit de Gibraltar a mis à jour la condition précaire des Juifs marocains et a suscité chez ces derniers une prise de conscience de la précarité de leur état. Les difficultés faites aux Juifs pour l’obtention d’un passeport ne firent qu’augmenter leur inquiétude. Les autorités marocaines finiront par accepter qu’une émigration discrète des communautés juives du Maroc se fasse.
À ces facteurs vint s’ajouter l’affaire des conversions forcées... Au cours de la première moitié des années soixante, la grande majorité des Juifs marocains quitta à tout jamais le Maroc. Le journal du parti Istiqlal affichait régulièrement sous le titre Encore une victoire de l’Islam les photos de filles juives mineures qui se seraient converties de leur plein gré sans permettre à leurs parents de les voir. Il y eut même un kiosque qui vantait ces rapts de mineures juives à la Foire internationale à Casablanca. Ces conversions orchestrées par le Ministère des affaires islamiques ne prirent fin qu’après plusieurs années. Mais les dommages qu’elles firent furent énormes.
L’aspiration à de meilleures conditions économiques fut aussi une des causes de migration... L’attrait de la possibilité de faire des études universitaires à l’étranger a incité de nombreux jeunes à partir pour un certain temps. Beaucoup voyaient en l’Occident la possibilité de se tailler une meilleure situation économique et enviaient la démocratie ouverte qui y prévalait, sans crainte de parler d’Israël. Ceci dit, beaucoup auraient pu revenir au Maroc car les opportunités d’affaires ne manquaient pas. Mais d’autres considérations de stabilité et de sécurité sont entrées en jeu.

Comment les conflits du Proche Orient ont-ils influé sur les relations judéo-musulmanes au Maroc ?

Au lendemain de la guerre des Six jours, il y eut des incidents isolés perpétrées contre des personnes juives. Il y eut aussi une campagne de boycottage contre les pharmacies juives sous prétexte que leurs propriétaires auraient pu faire parvenir une aide à Israël. Le Maroc envoya un détachement militaire sur les hauteurs du Golan. La solidarité exprimée par le Maroc envers les états arabes belligérants n’avait jamais pris en considération jusque là le sort des Juifs marocains établis en Israël. Ce ne sera qu’après la Guerre de Kippour en 1973 que le Maroc visera à encourager des initiatives de paix israélo-arabe. À cela vient s’ajouter en filigrane la reprise de thèses biaisées sur le conflit israélo-arabe par les médias marocains et l’influence dénaturante de l’enseignement de la haine que déversent les médias arabes contre Israël ou même contre les Juifs.

Quelle a été la position de la monarchie ?

La monarchie alaouite a protégé les Juifs contre les excès. Néanmoins, ceux ci étaient pris en étau entre les oppositions de droite (L’Istiqlal) et l’opposition de gauche. La première, nationaliste et islamiste, se promettait d’interdire l’émigration et la seconde, doctrinaire, se promettait de s’en prendre aux Juifs en qui elle voulait voir le symbole du capitalisme. Il a toujours été clair que si la monarchie venait à être renversée, les Juifs seraient les premiers à écoper. Le roi Mohamed V avait une affection réelle envers ses sujets juifs et l’avait courageusement démontré durant la Seconde guerre mondiale en refusant d’appliquer les lois racistes du Gouvernement de Vichy. Le roi Hassan II entreprit d’encourager les initiatives de paix entre Israël et l’Égypte après la guerre de Kippour. Il fut extrêmement déçu que le président égyptien Anouar El Sadate signât un traité de paix séparé avec Israël car il espérait un accord global. Les contacts et les ouvertures faites par la suite entre le Maroc et Israël furent mis en veilleuse durant l’Intifada.
Le roi Mohamed VI continue la politique de protection des Juifs. Il doit cependant composer avec le parti islamique du PJD qui fait de la propagande antijuive et anti-israélienne son cheval de bataille. Il faut cependant noter que le Maroc a été un des rares pays arabes qui a respecté le patrimoine religieux des Juifs marocains et qu’il est le seul pays arabe ou il existe un musée juif.

Qu’est-ce que le futur réserve aux Juifs marocains ?

Il est déplorable que la nouvelle génération n’ait pas connu la bonne harmonie qui existait entre Juifs, Arabes et Berbères. Cette harmonie a existé malgré les conditions d’humiliation difficiles subies par les Juifs au cours de l’histoire et dont les séquelles n’ont pas été éliminées. La nouvelle génération au Maroc est soumise à un barrage de propagande qui horrifie parfois la génération précédente qui a connu des rapports de compassion et parfois même d’amitié réelle avec les Juifs.
Quant aux Juifs du Maroc, ceux-ci ont subi plusieurs mutations au cours de l’histoire, de l’époque gréco-romaine jusqu’à l’époque contemporaine. Ils en connaissent une autre aujourd’hui. Toutefois, l’empreinte culturelle judéomarocaine est très forte et contribue à modeler le vécu des Juifs des générations futures.

Depart des Juifs du Maroc
Posté par: andre (IP enregistré)
Date: 22 décembre 2007 a 18:41

Est-ce-qu´on peut me dire, plus ou moins, combien de juifs ont quitté le Maroc pour aller en Israël, entre la création de l´état d´Israël en 1948 et l´indépendance du Maroc en 1956?

"A"

Depart des Juifs du Maroc
Posté par: Oiknine Léon (IP enregistré)
Date: 23 décembre 2007 a 05:04

Citation:
andre
Est-ce-qu´on peut me dire, plus ou moins, combien de juifs ont quitté le Maroc pour aller en Israël, entre la création de l´état d´Israël en 1948 et l´indépendance du Maroc en 1956?
"A"

Les departs des juifs du Maroc.
=======================
Je n'ai pas de chiffre pour 1956,
probablement une centaine de mille
En 1948 ils étaient 265.000
En 2001 seulement 5700 sont restés au Maroc
et 2007 il ne reste plus que 2.300

Léon

Depart des Juifs du Maroc
Posté par: CEREJIDO (IP enregistré)
Date: 23 décembre 2007 a 08:10

Oui c'est le chiffre de 2300 âmes restants actuellement qu'il faudrait prendre en compte, et la majorité se trouve à CASABLANCA.

Depart des Juifs du Maroc
Posté par: gilou (IP enregistré)
Date: 23 décembre 2007 a 11:47

1948-1956 ,78560 départs toutes destinations,dont 75000 initialement vers Israel.

Depart des Juifs du Maroc
Posté par: andre (IP enregistré)
Date: 23 décembre 2007 a 12:20

Merci à tous pour vos réponses

"A"

Re: Depart des Juifs du Maroc
Posté par: jeannot (IP enregistré)
Date: 06 février 2008 a 00:14

Toujours sur ce sujet qui a fait déjà beaucoup couler d'encre,
voici un article en PDF paru, il n'y a pas longtemps, très certainement et qui peut-être intéressera, aussi je le place :

[www.maroc-hebdo.press.ma]


Pourquoi les Juifs ont quitté le Maroc - Les réalisateurs Hassan Benjelloun et Mohamed Ismaël sortent chacun un film sur l'exode des Juifs marocains dans les années soixante. L'occasion de revenir sur ce chapitre de l'histoire du Maroc.

Depart des Juifs du Maroc
Posté par: Claudina (IP enregistré)
Date: 18 février 2008 a 17:59

Bonjour,
Juste une petite parenthèse : au musée du Bardo à Tunis, il y a une salle réservée au patrimoine juif, avec de très beaux sépharim et d'autres aobjets de culte. Je l'ai vu en 1982. Les guides inistent d'ailleurs sur ce patrimoiine culturel. Mais il ne s'agit que d'une salle et non de tout un musée. Peut-être certains Darnneurs se sont-ils rendus en Tunisie. Ils pourront confirmer s'ils ontvisité le musée du Bardo.

Amitiés.

Claudine

Depart des Juifs du Maroc
Posté par: alex (IP enregistré)
Date: 18 février 2008 a 22:34

chere claudina
il y a tout un musee au Maroc pour le patrimoine juif. une facon de nous rappelez (les musulmans) qu on ai pas les seuls marocains. pourkoi s interesse a une salle, visite ton pays et tu trouvera des salles!




Depart des Juifs du Maroc
Posté par: anidavid (IP enregistré)
Date: 04 mars 2008 a 22:13

Le congres americain a, cette semaine, reconnu a l'unanimite le sort des Juifs refugies des pays arabes

Depart des Juifs du Maroc
Posté par: badr (IP enregistré)
Date: 08 juillet 2008 a 23:27

Citation:
alex
chere claudina
il y a tout un musee au Maroc pour le patrimoine juif. une facon de nous rappelez (les musulmans) qu on ai pas les seuls marocains. pourkoi s interesse a une salle, visite ton pays et tu trouvera des salles!


Une salle de 600 m2 grand sourire classique (merci alex pour le petit rappel)

Les Juifs du Maroc, menacés ?
Posté par: gerard (IP enregistré)
Date: 09 juin 2009 a 14:44

Les Juifs du Maroc, menacés ?

Joseph Amar, 68 ans, bijoutier à la retraite, a été sauvagement assassiné, la veille de Pessah, dans une ruelle de Casablanca. 400 dirhams, soit le prix d'une vie, pour le jeune criminel qui lui a infligé deux coups de couteau mortels, l'un au cœur et le second dans le dos, au niveau des reins. Un crime abject qui a profondément bouleversé la petite communauté juive du Maroc, rapporte le Jérusalem Post, mardi 9 juin 2009.

Le soir du meurtre, Joseph Amar était coiffé d'un béret, signe distinctif de la communauté juive marocaine. S'agit-il d'un crime antisémite ? Les autorités marocaines sont en état d'alerte générale. D'autant plus que le Bureau de la lutte antiterroriste israélien a diffusé, à la mi-mars, une liste noire des pays à risque pour les touristes israéliens. Le Maroc en faisait partie. Tel est le constat aujourd'hui : il existe bel et bien un djihadisme marocain, actif, « producteur et exportateur » de bombes humaines et autres terroristes en tous genres…


Source:LeCrif sur la base du JP

Juifs du Maroc, cibles des islamistes ?
Posté par: gerard (IP enregistré)
Date: 09 juin 2009 a 14:49

Avril 2009. L'assassinat de Joseph Amar fait la une de Maroc Hebdo International. En couverture, le magazine marocain de langue française titrait en lettres rouges, « Panique chez nos Juifs ». En illustation : une grande photo de la victime. Joseph Amar, 68 ans, bijoutier à la retraite, a été sauvagement assassiné la veille de Pessah, dans une ruelle de Casablanca. 400 dirhams, soit le prix d'une vie, pour le jeune criminel qui lui a infligé deux coups de couteau mortels, l'un au cœur et le second dans le dos, au niveau des reins. Un crime abject qui a profondément bouleversé la petite communauté juive du Maroc qui se voit chaque année décupler à l'occasion des fêtes de Pessah.

Joseph Amar a vu le jour au Mellah, quartier juif de l'ancienne Médina de Casablanca. Il y a passé la plus grande partie de sa jeunesse avant de déménager dans un petit appartement, Boulevard de Bordeaux. A l'époque coloniale française, ce quartier, investi par une grande partie de la communauté juive casablancaise, était surnommé "la petite Tel-Aviv".

Aujourd'hui encore, le mobile du crime n'est toujours pas élucidé. Le soir du meurtre, Joseph Amar était coiffé d'un béret, signe distinctif de la communauté juive marocaine. Le doute s'installe alors. S'agit-il d'un crime antisémite ? Les autorités marocaines sont en état d'alerte générale. D'autant plus que le Bureau de la lutte antiterroriste israélien a diffusé, à la mi-mars, une liste noire des pays à risque pour les touristes israéliens. Le Maroc en faisait partie. "Quoi qu'il en soit, les autorités marocaines ne veulent pas que les rumeurs sur le meurtre de Joseph Amar s'amplifient", écrit le journaliste L. Bernich, dans Maroc Hebdo International . Et de rappeler un autre crime, six ans plus tôt, déjà à Casablanca : « Surtout que l'assassinat d'Albert Rebibo par des mains obscures islamistes est toujours dans les esprits. Ce commerçant de 55 ans a été tué le 11 septembre 2003, par balles à bout portant, par deux individus cagoulés, appartenant au mouvement intégriste de la Salafia Jihadiya, alors qu'il fermait son magasin dans le Souk populaire de Casablanca, El Korea. C'était le jour anniversaire des attentats du 11 septembre aux Etats-Unis. "

Psychose dans la communauté juive

Malgré l'arrestation de l'assassin de Joseph Amar par les autorités policières, la crainte reste palpable dans la communauté juive. Ce fait divers a fait rejaillir des angoisses souvent refoulées. « Ce n'est pas la première fois qu'un crime crapuleux sème la panique parmi les Juifs marocains. L'assassinat du rabbin Elie Aferyat, 75 ans, le 13 septembre 2003 à Meknès, par deux individus après lui avoir volé 150 dirhams, a autant secoué les Juifs marocains. Depuis les attentats du 16 mai 2003 de Casablanca, un climat de psychose s'est installé dans la communauté juive du Maroc. Les citoyens marocains de confession juive se sentent menacés malgré le renforcement de la sécurité devant les lieux de culte et les établissements scolaires et culturels hébraïques", précise Bernich.

Le royaume chérifien doit régulièrement faire face à la menace terroriste. Les attentats du 16 mai 2003 ont marqué la mémoire collective marocaine. Juifs et Musulmans étaient alors unis contre la barbarie terroriste des fous d'Allah. Dans la nuit du 16 au 17 mai, cinq attentats à l'explosif endeuillent Casablanca. Les intérêts juifs et occidentaux paraissent privilégiés. Sont visés la Casa Espana, le consulat général de Belgique, le restaurant "Positano", l'hôtel Safir, le Cercle de l'Alliance israélite, ainsi qu'un cimetière juif. Bilan du carnage : 43 morts dont 3 Français.

La plupart des terroristes impliqués sont issus du même misérable bidonville casablancais. Ils étaient marchand ambulant, soudeur, poissonnier, ou encore gardien de parking. Dans les jours qui suivent, la répression est menée d'une main de fer. Grâce aux témoignages des trois kamikazes survivants, les hommes du général Hamidou Laanigri, directeur général de la sécurité, remontent la filière. L'enquête commence par l'interpellation de 4 000 suspects, dont 838 seront incarcérés. Les tribunaux, saisis très rapidement, condamneront 390 personnes entre juillet et septembre 2003: 16 peines de mort et plus de 53 condamnations à la réclusion à perpétuité. Auparavant, le parlement avait voté une loi spécifiquement antiterroriste, extrêmement répressive.

Le nouveau souverain marocain, Mohamed VI, aurait été puni pour ses réformes de libéralisation du royaume. Les fondamentalistes islamistes n'auraient pas toléré la collaboration entre les services marocains et américains après les attentats du 11 septembre. C'est du moins l'analyse du général Laanigri. Selon lui, « Casablanca est une punition visant le Maroc pour son alliance avec l'Occident. N'oubliez pas que le 13 fevrier 2003, Ben Laden a désigné nommément le Maroc parmi d'autres pays comme étant un support du Satan. Nous avons été ciblés pour notre engagement contre le terrorisme international ».

Le royaume accuse ainsi le terrorisme international et soupçonne Al Qaida. En effet, dans une cassette diffusée en février 2003, Ben Laden avait cité le Maroc parmi les pays arabes apostats, au même titre que la Jordanie, le Nigeria, le Pakistan, l'Arabie Saoudite et le Yémen. L'attentat de Casablanca intervenait quatre jours après le triple attentat suicide de Ryad du 12 mai 2003 contre des complexes résidentiels habités par des Occidentaux : il avait causé la mort de 43 personnes.Selon les conclusions des enquêteurs marocains, les terroristes impliqués appartenaient au mouvement marocain la "Salafia Jihadia". Un mouvement qui aurait des liens avec le Groupe islamique combattant marocain, le Groupe islamique combattant libyen, le Groupe
salafiste pour la prédication et le combat et le groupe Al Qaida, estiment les services de renseignements marocains.

Tel est le constat aujourd'hui : il existe bel et bien un djihadisme marocain, actif, « producteur et exportateur » de bombes humaines et autres terroristes en tous genres. Imputer ainsi les attentats de Casablanca à Al-Qaida n'est donc pas totalement exact. A l'instar de nombreux autres attentats terroristes, ils sont plutôt l'œuvre de groupes salafistes locaux autonomes qui prennent le label d'Al-Qaida, marque de fabrique des criminels islamistes en quête de légitimité. En effet, aucun des kamikazes du 16 mai n'avait de lien direct avec Al Qaida, ni n'avait séjourné dans un camp d'entraînement en Afghanistan ou au Pakistan : ils avaient été endoctrinés par des imams salafistes radicaux locaux. Mais, beaucoup d'éléments montrent que depuis 2002, un processus de récupération des maquis djihadistes maghrébins est entrepris par Al Qaida.

Par ailleurs, les autorités marocaines annoncent régulièrement le démantèlement de cellules terroristes dans le royaume, entretenant ainsi un climat délétère au sein de la communauté juive du pays. Pour cette dernière, la sensation de crainte est souvent tributaire de la situation au Proche-Orient. En janvier 2009, lors de l'opération militaire israélienne contre le Hamas dans la bande de Gaza, le site internet de l'European Strategic Intelligence and Security Center, relayait le message audio de l'émir national de l'Organisation Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQIM), Abou Moussaab Abdeloudoud, appelant les musulmans d'Afrique du nord à « aider les djihadistes » qui se préparent à viser des intérêts occidentaux et israéliens dans tous les pays de l'Afrique du nord. Le Etats-Unis et Israël sont spécifiquement visés, comme en témoignent les images qui accompagnent le message audio et qui montrent des drapeaux américains et israéliens explosant au dessus d'une carte de l'Afrique du Nord. Le communiqué attaque violemment les dirigeants et les chefs des pays arabes, qualifiés de « traîtres » et « d'alliés des Etats-Unis et d'Israël ». Plusieurs internautes ont réagi en appelant à s'attaquer aux intérêts juifs au Maroc pour venger « les frères de Gaza ». Le site avertissait ainsi que les intérêts juifs et occidentaux en Afrique du Nord pourraient faire l'objet d'attentats.

Mais il faut rappeler que la menace terroriste et la montée de l'antisémitisme restent le lot de la diaspora juive, dans son ensemble. Une opération militaire de Tsahal, même défensive et parfaitement justifiée, et ce sont toutes les communautés juives de par le monde qui se voient accusées d'intentions génocidaires à l'encontre du peuple palestinien, et traités de criminels sionistes, de massacreurs d'enfants.

Quant au royaume chérifien, malgré les retombées du conflit israélo-palestinien,, il arrive, bon grè mal grè, à préserver cette amitié judéo-arabe qui lui est propre et si exemplaire à bien des égards.

Source:JerusalemPost

Minorités au Maroc
Posté par: gerard (IP enregistré)
Date: 12 octobre 2009 a 14:48

Minorités

Le week-end passé, la communauté israélite marocaine fêtait Soukkout, «la fête des cabanes» qui commémore les 40 ans d’errance dans le désert des fils d’Israël. La veille, dans la rue, les Marocains de confession juive étaient facilement reconnaissables. Leurs vêtements soignés et leur procession en famille les faisaient se distinguer des autres passants. Un seul regard suffisait pour savoir qu’il s’agissait d’eux. Maintenant, quand on dit eux, de qui s’agit-il ? Car tout est dans la perception de ce «eux». «Eux», cela peut vouloir signifier ces Marocains dont la mosquée est la synagogue. Là, on est dans une perception qui n’exclut pas, qui intègre la partie au tout. Quand «eux» renvoie à «juifs marocains», il y a inclusion mais avec mise en avant de la différence. Par contre, quand «eux» veut dire «juifs» tout court, l’exclusion, par les temps qui courent, est clairement perceptible.
A la vue de ces familles israélites, dans la rue casablancaise, un soir de Soukkout, on se dit qu’il ne doit pas être évident de vivre en tant que minorité. Pour éviter les ennuis, la communauté juive cultive la discrétion.

Je ne cite pas tout l'article car il est bien long, mais intéressant on y parle des laics qui refusent de jeuner a Ramadan, des homosexuels, a lire sur
[www.lavieeco.com] Voici la conclusion:


Si le Maroc, au lendemain de l’Indépendance, était cette société tolérante dont les quinquagénaires se souviennent avec émotion, c’est en partie parce que sa diversité culturelle et religieuse était autrement plus importante. Outre la communauté juive, beaucoup d’étrangers vivaient en son sein et cela contribuait à sa richesse et à son ouverture d’esprit. Dans notre planète globalisée, une société frileuse n’a aucune chance de rester dans la course.




Depart des Juifs du Maroc
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 25 juin 2011 a 20:32

Les trois quart des juifs marocains pensent à partir




Les Juifs sont déjà en train de quitter le Maroc – et les trois quarts de la communauté juive, confrontés à la montée de l’islamisme, envisagent de faire leurs valises, selon un jeune Juif qui y vit toujours.

Le Juif s’appelle Zafrani. Il dit que les autres sont trop riches et ont trop de liens pour partir. Il est difficile d’obtenir de l’argent et de partir en laissant derrière soi tous ses biens et recommencer à zéro.

Zafrani fréquente une école de l’Alliance juive et s’entend bien avec les musulmans. Une minorité ne veut pas causer de problèmes – comme dans toutes les sociétés, dit-il. Fait révélateur, il suggère que l’on peut toujours soudoyer pour se débarrasser de ses ennuis. “Le Maroc te laissera tranquille pour 50 dirhams», ajoute-t-il.

Le chiffre accepté pour la population juive marocaine est de 3000 – mais Zafrani a calculé il n’y a pas plus de 2.500 Juifs marocains. Soixante étudiants juifs quittent le Maroc chaque année après avoir passé leur examen secondaire. La plupart vont aux États-Unis et en France, quelques-uns à Israël. C’est là qu’il veut aller: «C’est notre pays et nous en avons assez d’être persécutés Nous devons nous défendre pour ne pas souffrir ce que nos ancêtres ont souffert.”.

source originale :

[jewishrefugees.blogspot.com]



traduction

[largument.over-blog.com] Traduit par Ofek Enayim (‘Ami Artsi)






Désolé, seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster sur ce forum.
Veuillez cliquer sur S'identifier pour vous enregistrer

   Rechercher sur
 

  Web    
Darnna

� 2008 Darnna.com - All rights reserved.

'