LE MAROC :  DARNNA.COM
Geographie, histoire, differentes villes du Maroc.  
Les evenements de FES en 1912 - Trit'l (saccage)
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 20 juillet 2007 a 05:32

Voici un document d'une tres grande valeur qui m'a ete transmis par un de nos ami darnneur, Arfidsanta, originaire de Fes que je remercie beaucoup.

Andre a, par ailleurs, mentionne egalement par un texte recapitulatif ces tragiques evenements "Les journees sanglantes de Fez du 17 au 19 avril 1912" dont voici le lien :

[www.darnna.com]

Il s'agit en effet du recit d' evenements particulierement traumatisants pour la communaute juive de Fes qui en 1912 aura subi une experience des plus eprouvante.

Ce document m'est parvenu en PDF et je n'ai pu qu'en faire la retransmission par ce moyen pas tres reussi mais sans importance etant donne l'interet du sujet traite.

Ce texte a ete redige par Vidal Serfati dans la Revue de Genealogie et d'histoire Sepharades.

Bonne lecture






Re: LE TRITEL (saccage) de FES en 1912
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 20 juillet 2007 a 05:33

Page 2






Re: LE TRITEL (saccage) de FES en 1912
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 20 juillet 2007 a 05:33

Page 3







Re: LE TRITEL (saccage) de FES en 1912
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 20 juillet 2007 a 05:34

Page 4






Re: LE TRITEL (saccage) de FES en 1912
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 20 juillet 2007 a 05:53

A ce sujet, voici quelques photos placees ailleurs pour

temoigner de ce que fut ce desastre a l'epoque.


Fes - Mellah en ruine apres un incendie en avril 1912
apres les evenements.




Ruines des maisons et magasins de la rue principale du Mellah en 1912













Re: LE TRITEL (saccage) de FES en 1912
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 20 juillet 2007 a 05:56

une autre photo suite a cet evenement...

Juifs apres l'emeute sur les ruines de leurs maisons !



Re: LE TRITEL (saccage) de FES en 1912
Posté par: Mostafa (IP enregistré)
Date: 20 juillet 2007 a 06:09

Ahurrissant..

Re: LE TRITEL (saccage) de FES en 1912
Posté par: CEREJIDO (IP enregistré)
Date: 20 juillet 2007 a 07:16

DARLETT
Images tres dures à supporter, le mot tritl je l'entends souvent pour dire RUINE ou DESORDRE mais aujourd'hui il sera dur pour moi de l'entendre,mes grands parents nés en 1885 m'avaient relaté celà en 1958 alors que j'avais 18ans! mais ils préferaient ne pas y revenir à ce genre de conversation.
Le juif a souffert, le juif souffre, le juif souffrira encore?????

Re: LE TRITEL (saccage) de FES en 1912
Posté par: admirateur (IP enregistré)
Date: 20 juillet 2007 a 14:54

Mes remerciements les meilleurs a Arfidsanta qui a apporte ce precieux document et a Arlett qui l'a attache.
J'ai pu constater qu'ils y figuraient 2 membres de la famille de Maman Z"l qui avaient trouve leur mort dans ce Tritel.
J'ignorai que l'epouse de Rabbi Binyamin Elbaz, le grand et illustre circonciseur de Fes, avait ete tuee lors de ces emeutes.
Figurez-vous que c'est rabbi Binyamin Elbaz qui m'a circoncise!!
Je me souviens bien de lui en etant tres jeune.Je le revois assis sur son petit tapis (E'rissa) sous lequel il y avai un carnet pleins de noms (les circoncis). Je me rappelle meme de sa maison au Mellah, en face de Yossef Devico. Qui d'entre les Fassis ici se souvient?

Shabbat Shalom et encore une fois merci.

Re: LE TRITEL (saccage) de FES en 1912
Posté par: andre (IP enregistré)
Date: 20 juillet 2007 a 15:04

Les cartes postales illustrant le mellah en ruine après les évènements de Fez d´avril 1912, n´ont pas pour raisons uniques les incendies, mais surtout les bombardements causés pas l´armée française.(très visible sur les cartes)

Les victimes juives mentionnées sur la liste (morts et blessés) dont la source serait Schlomo Cohen,veut laisser croire le lecteur qu´il s´agit de meutres perpétrés par les arabes... le fait est que la grande majorité avait sucombée ou avait été blessée par le bombardement intense des français sur le mellah dans lequel les rebelles s´y étaient refugiés.
Une des victimes assasinée par les arabes serait selon la liste nr.14 "L´estimable Abraham Bengio"qui était en fait marchand d´armes..

Pour quelles raisons est-ce que la france se serait elle sentie obligée de verser des indemnités à la comunauté en septembre 1916, si ce n´est qu´après avoir reconnu sa responsablité, relativement au désastre humain et materiel que les juifs du mellah avait subi????

Il faut lire la version de ce récit avec beaucoup de sceptisme.

"A"




Re: LE TRITEL (saccage) de FES en 1912
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 20 juillet 2007 a 15:21

Bonjour Andre,

Un fait est certain et bien atteste par ce texte, c'est que les Juifs ont trouve refuge dans les Palais du Sultan Moulay Hafid, alors en poste jusqu'a la succession par Moulay Youssouf en Aout 1912.

Re: LE TRITEL (saccage) de FES en 1912
Posté par: admirateur (IP enregistré)
Date: 20 juillet 2007 a 15:46

A Andre,

Ce que vous dites la me surprend un peu, car j'ai ecoute les recits de mes grands'parents qui ont survecu le Tritel, lorsque tenant dans leurs bras mm maman qui avait 1 an, s'etaient refugies au cimetiere. Quant a plusieurs autres, ils avaient trouve refuge au MAKHZEN mais pas au palais.
Il se peut qu'il y a une logique a ce que vous dites au sujet des bombardements, mais d'apres ce que j'ai retenu, ce sont surtout les rebelles qui ont cause les meurtres, incendies et viols.

Shabbat Shalom.




Re: LE TRITEL (saccage) de FES en 1912
Posté par: andre (IP enregistré)
Date: 20 juillet 2007 a 16:34

Darlett,

Le sultan Moulay Hafid avait ouvert les portes de son palais pour donner refuges dans l´une de ses cours aux juifs du mellah. Evident.

Pour admirateur,

Personne ne dénie qu´il y a eu des bavures de la part des rebelles envers la population juive dans le mellah, meurtres, pillage, vols et même viols. Mais, il faut savoir lire entre les lignes et d´un oeil critique, et ne pas "avaler" le tout sans se poser des questions.
L´histoire peut être racontée de manière différente, selon la main qui l´écrit..

Il existe d´autres versions des émeutes de fez d´avril 1912 qui ne sont pas citées dans les sources de l´auteur de la version ci-dessus et qui diffèrent remarquablement.

Shabbat Shalom

"A"

Re: LE TRITEL (saccage) de FES en 1912
Posté par: andre (IP enregistré)
Date: 21 juillet 2007 a 10:07

Carte postale envoyée par un soldat.
Evénements d´avril 1912. à Mr. Baron, a.jpg

Re: LE TRITEL (saccage) de FES en 1912
Posté par: lena (IP enregistré)
Date: 21 juillet 2007 a 13:23

Bonjour,

L'émeute de 1912 qui a certainement causé la mort à beaucoup de Juifs ainsi qu'à des musulmans étaient dû, dans son contexte politique, à la récente signature du Protectorat par Moulay Hafid mais pas seulement. Il y avait d'autres raisons plus prosaïques qui ont déclenché ce qu'on a appelé le Trit'l.
La révolte (pour multiples raisons non politiques) qui a commencé par une agression des soldats marocains (tabors) contre leurs officiers européens a dégénéré rapidement en émeute qui s'est étendue sur le Mellah, faisant des dizaines de morts, violant les femmes et saccageant maisons et commerces.
Les français, pour chasser les émeutiers se sont mis à bombarder, le Mellah causant ainsi des victimes supplémentaires par dizaines.

Il y a eu ensuite différentes versions à ces évènements suivant les intérêts de chacun.
Un fait à prendre en considération, ce sont les témoignages parmi nos familles, qui ont vécu ces évènements et qui pour la plupart impliquent aux marocains la responsabilité de ce massacre.

Amitiés
Lena

Re: LE TRITEL (saccage) de FES en 1912
Posté par: gilou (IP enregistré)
Date: 21 juillet 2007 a 14:13

ce qui restera toujours incompréhensible,et ce massacre en est l'exemple,c'est la focalisation des violences sur les juifs pour des raisons auxquelles ils sont toujours étrangers.Que beaucoup de morts aient été causées par le bombardement destiné à anéantir les "rebelles",ceci est indicutable.Mais les meurtres ,viols,saccages,vols ont été aussi indiscutablement commis par ces mèmes rebelles.Qui se sont servis,et ceci est congénital aux barbaresques jusqu'à aujourd'hui,des civils comme boucliers humains.
Il suffit de faire le rapprochement avec le camp palestinien au Liban.

Re: LE TRITEL (saccage) de FES en 1912
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 21 juillet 2007 a 14:27

Bonjour,

Il y a a ce sujet quelques informations et quelques photos impressionnantes sur le site suivant

[adafes.com]

Voici une des photos toujours de ce site.


Re: LE TRITEL (saccage) de FES en 1912
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 21 juillet 2007 a 14:30

Encore de ce site, [adafes.com]

J'ai place plus haut cette carte postale mais ici elle est agrandie.









Re: LE TRITEL (saccage) de FES en 1912
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 21 juillet 2007 a 14:34

Et d'autres encore...

Il me semble que ce temoignage est edifiant.

[adafes.com]


















Re: LE TRITEL (saccage) de FES en 1912
Posté par: Mostafa (IP enregistré)
Date: 21 juillet 2007 a 19:15

André.

S'il te plait de nous donner plus d'informations sur ce massacre.

Re: LE TRITEL (saccage) de FES en 1912
Posté par: andre (IP enregistré)
Date: 21 juillet 2007 a 22:08

Bonsoir Mostafa,

Essaye de te procurer le livre sur ce sujet,écrit par Mohamed Kenbib qui est professeur à l´université Mohammed V à Rabat et specialiste du judaïsme Marocain.

"A"

Les evenements de FES en 1912 - Trit'l (saccages)
Posté par: Vidal Serfaty (IP enregistré)
Date: 17 août 2007 a 16:51

Je suis surpris et heureux de voir que mon article est publie sur votre site.Je ne le savais pas...et peut etre tant mieux.
CEPENDANT JE DOIS PRECISER DIFFERENTS POINTS:
1- J'AI EU UNE LONGUE CARRIERE UNIVERSITAIRE, QUOIQUE PAS DANS LE DOMAINE DE L'HISTOIRE, MAIS DANS LE DOMAINE DE LA MEDECINE, ET J'AI EN TOUS CAS APPRIS A ETRE TRES RIGOUREUX ET ACQUERIR UN ESPRIT SCIENTIFIQUE CARTESIEN QUI SE VEUT SANS FAILLES.
2- AVANT D'ECRIRE CET ARTICLE J'AI RECUEILLI PENDANT DES ANNEES DE LA DOCUMENTATION ET ENTRE AUTRES DE NOMBREUX DOCUMENTS RECUEILLIS A L'ALLIANCE ISRAELITE UNIVERSELLE A PARIS. D'AUTRE PART CET ARTICLE A ETE PUBLIE DANS UN JOURNAL SCIENTIQUE ET SPECIALISE. ET PUIS EGALEMENT DEPUIS PRES DE 20 ANS JE FAIS DES RECHERCHES SUR LA COMMUNAUTE DE FES ET MA FAMILLE QUI CONNUT UNE LONGUE LIGNEE DE RABBINS CELEBRES REMONTANT THEORIQUENT JUSQU'A RASHI. ET PEUT ETRE AI- JE HERITE DE MON ARRIERE GRAND PERE RABBI ABNER ISRAEL HASSARFATI QUI ECRIVIT LA PREMIERE CELEBRE CHRONIQUE HISTORIQUE DE FES LE "YAHAS FAS".
3- POUR CONNAITRE AU MIEUX LA DOCUMENTATION DE CE GENRE DE SUJET IL FAUT BIEN CONNAITRE L'HEBREU ET SAVOIR LE LIRE ET LE COMPRENDRE. JE VIS EN ISRAEL DEPUIS 38 ANS.
4-LE GRAND RABBIN VIDAL HASSARFATI ETAIT MON GRAND PERE ET SI JE NE L'AI PAS CONNU, J'AI EU DES RECITS PAR MON PERE ET MES ONCLES. ET MOI MEME SUIS NATIF DE FES.
5-JE CONNAIS PARFAITEMENT LA "THESE" DU PROFESSEUR MOHAMED KENBIB MAIS AUTANT QUE JE SACHE IL NE CONNAIT PAS L'HEBREU ET N'A PU ETRE SUR PLACE COMME SHLOMO COHEN ET AUTRES TEMOINS ET NE PEUT ETRE SPECIALEMENT SPECIALISTE DE LA COMMUNAUTE DE FES.
6-IL SE PEUT QUE LE BOMBARDEMENT FRANCAIS AIT TOUCHE LE MELLAH, MAIS L'ESSENTIEL DU SACCAGE A ETE CAUSE PAR LA POPULATION LOCALE.ET LES PHOTOS QUE L'ON VOIT NE PEUVENT PROUVER QUE CE FUT SEULEMENT UN BOMBARDEMENT???VOIR ALORS DES PHOTOS DES SACCAGES DE CASABLANCA ET AUTRES MELLAHS OU IL NE PUT AVOIR EU DE CANONS.
7-LE GOUVERNEMENT FRANCAIS A ACCEPTE DE DEDOMMAGER PARTIELLEMENT LA COMMUNAUTE APRES DE LONGUES TRACTATIONS ET CE APRES PLUS DE 4 LONGUES ANNEES DE DIFFICILES DISCUSSIONS ET LA PRESENCE A PARIS DE PERSONNALITES DE LA COMMUNAUTE DONT MON GRAND PERE. ET AVEC L'AIDE PRECIEUSE DE L'ALLIANCE ISRAELITE ET MEME DU CONSUL D'ANGLETERRE PAR EXEMPLE.ET CE FUT FINALEMENT UN GESTE HUMANITAIRE D'UNE PUISSANCE QUI ETAIT UN PROTECTORAT ET A ENTRE AUTRES AUSSI AIDE A RECONSTRUIRE TOUTE LA VILLE DE FES ET A LA DEVELOPPER ET NON PAS UNE RECONNAISSANCE DE LA RESPONSABILITE DE LA FRANCE
8- DE NOMBREUX DONS ONT EGALEMENT ETE RECUEILLIS VENANT DE TOUTES SORTES D'ORGANISATIONS JUIVES DE PAR LE MONDE. ET CA C'EST LA SOLIDARITE JUIVE SANS CONDITIONS.
9-ET PUIS AVANT TOUT IL FAUT RECONNAITRE L'ACTION EXCEPTIONNELLE DU SULTAN MOULAY HAFID ET AUTRES PERSONNALITES MUSULMANES. ET S'ILS ONT AGI COMME ILS ONT AGI C'EST AUSSI PEUT ETRE PARCE QU'ILS ONT ETE CHOQUES PAR LE COMPORTEMENT DU PEUPLE. ET DE TOUTES FACONS IL FAUT LEUR ETRE PARTICULEREMENT RECONNAISSANTS.
ET SURTOUT, SURTOUT BIEN SE SOUVENIR DE L'AMITIE QU'IL Y EUT ENTRE MUSULMANS ET JUIFS A DIFFERENTES EPOQUES. ET NE PAS GENERALISER!
10- ET SI DEJA ON DOIT SE REFERER A UN VERITABLE AUTEUR, ALORS JE CONSEILLE LA THESE DE DOCTORAT D'UNIVERSITE DE ABRAHAM BOUHSIRA: "LA COMMUNAUTE JUIVE DE FES" A LA FACULTE DES SCIENCES SOCIALES DE SRASBOURG PARTICULIEREMENT REPUTEE.
11-LORSQUE L'ON ,SOIT DISANT,CRITIQUE OU MEME LORSQUE L'ON VEUT EMETTRE DES REMARQUES IL FAUT SAVOIR LE FAIRE DE MANIERE SCIENTIFIQUE ET SAVOIR DONNER DES REFERENCES.

EXCUSEZ MOI D'AVOIR ETE SI LONG. LA VERITE DOIT SORTIR DE LA DISCUSSION....MAIS A CONDITION QU'ELLE SOIT VERITABLEMENT FONDEE ET ARGUMENTEE, PAS PARTIELLE ET DEMEUREE OBJECTIVE ET SCIENTIFIQUE.
EN TOUT CAS UN GRAND MERCI A DARLETT.
VIDAL SERFATY.

Les evenements de FES en 1912 - Trit'l (saccages)
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 18 août 2007 a 01:05

Je suis tres heureuse de recevoir ainsi directement ces commentaires de Vidal Serfati, de qui provient le temoignage place ci-dessus. Le nom de Mohammed Kenbib a ete cite et voici sa version des evenements suivant l'ouvrage "Juifs de Fes" parue en 2004 aux editions Elysee.



LE TRITEL*
Mohammed Kenbib




Les premieres deceptions juives

Les officiers charges de la "reorganisation des tabors cherifiens" et les instructeurs - venus directement de metropole - prirent exempe sur leur chef. Bien que se trouvant en premiere ligne", ils ne modifierent en rien leur comportement. Ils commencerent meme a renvoyer sans menagementles soldats juges inaptes. La substitution du francais a l'arabe comme langue d'instruction dans les cinq premiers tabors (soit pres de 5.000 hommes au total) nes d la refonte des troupes du Makhzen se fit aussi de maniere abrupte. Nul compte ne fut non plus tenu de l'opposition des soldats a des reglements et une justice militaires negligeant leur qualite de Musulmans, ni de leur reticences a manipuler des paquets de cartouches enduites de graisse de porc, a porter des havresacs, et a monter a cru les chevaux.

Une grande brutalite marqua aussi la mise en application des premieres mesures de lutte contre la contrebande d'armes. Les autorites militaires francaises se proposaient de requisitionner tous les fusils et les munitions que detenaient les habitants de Fes-Jdid, de la Medina, et du Mellah et dont la quantite semble avoir notablement augmente tant a la faveur des prelevements effectues sur les stocks du Makhzen au profit des milices formees lors des evenements de 1907-1908 que los du siege de a ville au printemps de 1911.

En raison du role habituel des Juifs dans l'approvisionnement des tribus en armes, ce fut vers le Mellah qu'elles orienteres les premieres perquisitions. Elles stimulerent le zele des soldats en leur promettant des primes (50 francs) en cas de decouvertesde caches de fusils ou de cartouches. D'autant plus "alleches" que leur solde etait derisoire (un quart de franc par jour), ces derniers se livrerent, en particulier dans les journee du 5 avril, a toutes sortes d'exces au Mellah, defoncant les portes des boutiques et des maisons, "violentant les femmes, frappant les gens a coups de crosse et provoquant des scenes effroyable de desordre".

Ces violences et l'arrestation d'un commercant accuse de cacher des cartouches et conduit manu militari dans une caserve ou "sur ordre d'officiers francais, il recut a titre de question une cruelle bastonnade" provoquerent un choc enorme au Mellah. Ss habitants ne parvenaient pas a admettre que n'aient pas ete pris en consideration ni "les transports d'allegresse" avec lesquels ils avaient accueili tant les troupes de Moiniers (1911) que l'ambassade conduite par Regnault (24 mars 1912), ni leur contribution au ravitaillement des forces francaises stationnees a Fes meme, Sefrou et Meknes, ni leur francophilie et leur disponibilite a collaborer a l'affermissement du Protectorat.

Plus vives encore furent la surprise et la deception du directeur des ecoles de l'AIUa Fes, El Maleh, Representant une association ayant ete l'un des principaux instrumets de propagation de l'influence francaise au Maroc, il eut l'impression de voir s'ecrouler d'un coup les "acquis" de pres d'un demi-siecle d'efforts. D'autant que les derniers graves desordres auxquels le Mellah de Fes ait ete confronte remontaient a 1830. Ce quartier etait demeure a l'abri de toute violence lors de la grande "revolte des tanneurs" (1873) et meme pendant la phase critique de quasi-vacances du pouvoir dans a capitale en 1907-1908, la regression sous laquelle s'instaurait le nouveau regime lui semblait de fort mauvais augure.

"Les pillage qu'a subis le Mellah il y a plus d'un siecle devaient etre des scenes pacifiques a cote des perquisitions illegales..., veritables dragonnades..., ordonnees par l'autorite militaire... rapporta-t-il. Je fremis d'indignation a faire abolir au Maroc soumis a la volonte despotique d'un souverain absolu, revit en 1912 de par la volonte de chefs francais dans un pays de protectorat.".

Le refus de Regnault d'ouvrir une enquete accrut l'indignation d'El Maleh. Pour demeurer credible aux yeux de ses coreligionnaires, principalement ceux qu'il s'efforcait de dissuader de tout activisme sioniste, il dut hausse le ton. Avec l'appui d'un depute francais present a Fes, ils menaca d'etaler toute l'affaire dans la presse europeenne et devant la Chambre des deputes.

Les petites gens du Mellah ne furent pas loin d'assimiler "l'invasion" de leur quartier par des detachements de soldats a une tentative de mise a sac : "les commercants allerent implorer les notables israelites (lesquels) supplierent a leur tour les autorites qui eloignerent ces (malfaiteurs) musulmans" dit a ce propos un temoin. Meme si certains d'entre eux eurent plus de details par la suite, la memoire collecive ne les retint guere par une epreuve encore plus terrible s'abattit sur eux douze jours plus tard.


*Tritel signifie saccage en arabe.




Les evenements de FES en 1912 - Trit'l (saccages)
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 18 août 2007 a 03:29

Le pillage du Mellah et son bombardement - par Mohammed Kenbib

(suite)

Tenus en echec devant ces objectifs, les mutins et les emeutiers repartirent vers Fes-Jdid. Ils s'y rabattirent sur quelques boutiques appartenant a des Europeens. Leur dechainement s'etendit au Mellah voisin. Ils deborderent sur ce quartier a la fois a la recherche de Francais pouvant y etre refugies et pour "chatier" les Juifs ; ceux-ci s'etat ouverement rejouis de l'"arrivee des ennemis" et ayant facilite le ravitaillement de leurs troupes.

La "xenophobie" qu'inspiraient a la foule la presence d'Europeens dans la cite et leur volonte de mainmise sur le pays rejaillissait d'une certaine maniere depuis plusieurs annees deja sur les Juifs. L'une des chansons satiriques en vogue dans la capitale vouait ainsi "les Chretiens a l'hamecon" (ou au crochet) et les "Juifs a la broche" ; la derniere strophe reservait aux Musulmans le jasmin (du paradis)

Les insultes echangees lors des perquisitions dont le Mellah fut le theatre douze jours plus tot, les accrochages ayant ponctue la recherche d'armes de contrebande, et l'insistance de notables juifs sur la necessite de severes sanctions contre les soldats les ayant malmenes ou ranconnees n'etaient pas non plus de nature a temperer la fureur des mutins. La richesse du mobilier et l'abondance des marchandises constatees par ces derniers dans des maisons et des magasins fouilles avaient sans doute deja exicete leurs convoitises. Habitues comme ils l'etaient a razzier les biens des tribus contre lesquelles ils partaient en harkas, il ne pouvaient etre tentes de laisser libre cours aux instincts de pillage.

Des Musulmans du petit peuple travaillant au Mellah meme n'etaient pas mieux disposes a l'egard de leurs clients ou employeurs juifs. En butte a des invectives et des bourrades quasi-quotidiennes, notamment en periode de fete (la Paque celebree quelques jours plus tot), les maitres fourniers et les mitrons collectant les "trihas" (planches} de pain petri dans les maisons juives et les plateaux de patisseries et les rapportant apres la cuisson s'empresserent en effet de se joindre aux emeutiers. Et ce sous les "youyou" de femmes de Fes-Jdid elles aussi employees en permanence ou de maniere plus episodique a des taches menageres dans ce quartier.

Le "desarmement" dont le Mellah avait ete l'objet au debut du mois d'avril facilita son invasion. Des Juifs essayerent bien de se defendre du haut de la tour en commandant l'entree. Mais commes ils n'avaient pu soustraire aux perquisitions que quelques vieux fusils, leurs tirs ne servirent qu'a exciter encore davantage les assaillants ; "Les portes du Mellah furent fermees, rapporte El Maleh. Malheureusement, elles n'etaient pas gardees car es Israelites manquaient de fusils et de munitions... Nos ecoles furent envahies par des groupes de femmes et d'enfants... Ils ne savaient pas que notre presence leur serait fatale car les revoltes recherchaient pour les massacrer tous les Francais de Fes...Nous avions en tout 5 fusils pour plus de 400 refugies".

La nouvelle de l'invasion du Mellah parvint rapidement au general Brulard. Celui-ci commandait, en l'absence de Moinier parti le 13 avril pour Rabat, les troupes francaises stationnees sur le plateau de Dar Debibagh et le promontoire de Dhar Mehraz - situes a environs trois kilometres au sud de la ville. Son principal souci fut cependant de "porter secours a l'ambassade".

C'est pourquoi il ordonna par telephone a ses forces de contourner ce quartier et de couper a travers les vergers qu'il surplombait. Pourtant une ouverture, avait ete specialement pratiquee depuis 1911 dans la muraille sud du Mellah pour faciliter ses communications avec Dar Debibagh. Sa rue principale assurait le passage entre les campements des troupes et Fes-Jdid (dont un secteur etait occupes par des magasins appartenant a des Europeens).

L'un des buts de cette manoeuvre etait d'eviter que ces forces ne soient retardees par les emeutiers ayant envahi le quartier juif, de detourner l'attention de ces derniers en les laissant se livrer au pillage et, eventuellement, s'entret-tuer pour le partage du butin. Sachant que les secours des mutins avaient en fait deja pris position sur les remparts du Mellah.Lorsque les compagnies appelees a la rescousse emprunterent l'itineraire qui leur etait indique, elles essuyerent un feu tellement nourri qu'elle ne purent "avancer que pied a pied"> Les zouaves algeriens et les tirailleurs tunisiens et senegtalais subirent de "grosses pertes" et durent meme battre en retraite".

Pour arreter les tirs, le general resolut de faire bombarder le Mellah pendant plusieurs heures.l Par la suite, il fit valoir et l'importance des pertes essuyees par ses soldats et la confusion creee l'intensite des coups de feu provenant des remparts de ce quartier et donnant l'impression que les Juifs participaient a la revolte".
Pour eviter que ceux-ci soient pris sous le feu de canons francais dans l'eventualite d'une guerre de conquete, le Ministere de la Guerre avait pourtant fait proceder depuis plusieurs annees deja au releve systematique de l'emplacement des Mellah la ou il en existant.

Les obus de la melinite provoquerent des incendies, detruisirent "des rangees entieres de maisons" et firent sans doute plus de morts et de blessees parmi les Juifs que n'en firent les violences des emeutiers. Certains de ces derniers perirent du reste sous les decombres en meme temps que des personnes qu'ils etaient en train de ranconner ou de forcer a reveler les cachettes d'argent et de bijoux.

Le temoignage d'une Juive ayant vecu ces tragique evenements et dont le recit recele, malgre quelques confusions, des details d'une grande precision, semble indiquer que les plus graves degats etaient effectivement imputables aux "obus francais". A ses dires, le premier pilonnage emporta a lui seul "plus de cent jeunes hommes israelites" qui essayaient de repousser les emeutiers du haut des remparts de leur quartier :

"Le Mellah fut envahi par des Musulmans a cheval et armes... (Ils) nous mettaient en joue en disant "donnez la zettata, batards !". Terrorises, nous (leur) donnions tout, (les) suppliant seulement de nous laisser la vie sauve. Ils dechargeaient la poudre sur quiconque refusait de donner et les depouillaient... Beaucoup de Juifs enterrerent leurs biens ou les jeterent dans les puits... Alors que nous etions dans nos maisons nous vimes une grande flamme montait jusqu'au fond du ciel... Les obus firent tomber la moitie du Mellah... Les Francais (tiraient) de gros obus qui atteignirent les jeunes gens juifs ; il ne resta parmi ceux-ci grand ni petit."

Le saccage s'etendit le lendemain (18 avril) du fait de l'afflux a Fez, a l'occasion du souk hebdomadaires du jeudi. "d'un grand nombre de bedouins des tribus voisines qui se sont joints aux emeutiers", de l'exploitation deliberee des desordres par certains d'entre eux pour faire disparaitre toute trace des creances que detenaient sur leux des Israelites, et de l'echec des "oulemas (ayant) essaye d'intervenir aupres des soldats cherifiens et de precher le calme a la population. Cette extension ne parait cependant pas avoir entraine de pertes supplementaires en vies humaines chez les Juifs car ce fut dans un Mellah abandonne par ses habitants que le pillage se poursuivit.

Que des blesses juifs demeures bloques sous les decombres pendant les 17 et 18 avril avaient refuse, quand ils en furent degages le 19, le secours de medecins francais, etait d'ailleurs significatif en tant que tel du ressentiment des Israelites contre le general Brulard. El Maleh, qui reprit rapidement ses reclamations contre les officiers ayant ordonne les perquisitions du 5 avril, exprima explicitement le sentiment de ses coreligionnaires. Ceux-ci estimaient qu'en les desarmant, les Francais les avaient laisses sans defense, voire livres en boucs-emissaires a la fureur des emeutiers.

"Nous etions abandonnes a notre sort alors que cent tirailleurs auraient suffi a empecher notre malheur, ecrit-il. Nous avons ete les victimes expiatoires et innocentes du mouvement anti-francais qui a eclate a Fes... Nous avons ete le plus cruellement atteints tant il est vrai qu'a toute explosion de la colere populaire au Maroc, c'est sur les Mellahs que s'exercent les vengeances et que s'assouvissent les haines.

Le president de l'AIU estima lui aussi que "la protection et la defense du Mellah s'imposait de (facon) d'autant plus imperieuse que la proclamation du Protectorat devait fatalement exciter les elements turbulents et louches, eveiller le fanatisme populaire et exposer davantage (ce quartier) aux entreprises d'emeutiers. Il s'abstint cependant de toute critique contre des autorites francaises qui non seulement n'avaient rien fait pour defendre ses coreligionnaires mais le pressaient de contribuer, a la reparations de degats causes en partie par leur negligence. Son insistance sur le role qe la francophilie afichee par ces derniers eut dans le dechainement des fureurs qu'ils eurent a subir n'en revelait pas moins a contrario, l'etendue des defaillance de Brulard et de Regnault.

Les Israelites marocains ont ete consideres de tout temps par la France, ecrivait-il, comme les pionniers de sa civilisation... Ils ont ete des auxiliaires actifs de (ses) consuls... (dans la propagation) dans le pays de l'influence et du prestige francais. L'accueil qu'ils ont fait aux soldats francais et la satisfaction qu'ils ont temoignee de l'etablissement du Protectorat les ont naturellement designes aux haines et aux vengeances des adversaires de l'action francaise. C'est ce qui fait comprendre l'explosion de fanatisme et de fureur sauvage qui vient de reduire en ruine le quartier israelite de Fea et qui a fait des veuves et des orphelins si nombreux.

Leur rapide eparpillement dans diverses directions, notamment les jardins avoisinnants, une petite zone d'habitat sauvage dite des Nuawel (huttes) occupee extra-muros par leur coreligionnaires les plus miserables et le cimetiere du Mellah, permit a la majorite des Juifs d'echapper aux emeutiers et aux bombardements. Pres de 2.000 furent admis dans l'enceinte du palais tard dans la soiree du 17 avril. Les autres y affluerent tout au long de la matinee du 18. Ceux qui etaient demeures caches les rejoignirent apres que le Sultant eut charge (vendredi 19) un crieur public de parcouir leur quartier et ses environs immeidats et de les appeler a se refugier au "Dar el Makhzen". Le total de (leurs) victimes denombrees fut de 51 morts et 72blesses (contre 63 tues et 72 blesses - algeriens, tunisiens et senegalais pour la plupart - parmi les troupes francaises et les civils europeens). Les combats et surtout les represailles firent plus de 1.000 morts parmi les Musulmans.








Mohammed Kenbib, historien et sociologue, est docteur d'Etat en-lettres et sciences Humaines de Paris, Sorbonne. Il est l'auteur de nombreux articles et ouvrages portant essentiellement sur l'histoire de l'Empire Cherifien, dont Juifs et Musulmans au Maroc, 1859-1948 qui inclut le texte ci-dessus sur le massacre des Juifs du Mellah de Fes.

Texte tire du livre "Les Juifs de Fez" paru aux Editions Elysee.




Les evenements de FES en 1912 - Trit'l (saccages)
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 18 août 2007 a 04:00

Toujours sur ce theme, voici quelques photos
reprises du livre "Les Juifs de Fes" sur ces journees terribles
vecues par nos grands-parents a Fes.
















Les evenements de FES en 1912 - Trit'l (saccages)
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 18 août 2007 a 04:05

Le temoignage de Mohammed Kenbib tend a faire porter la responsabilite de ce massacre en grande partie aux soldats francais alors, que celui de Vidal Sarfaty, au contraire denonce les emeutiers musulmans responsables des degats les plus importants. En effet, les Juifs, desarmes precedemment par les soldats francais ne purent se defendre contre leurs agresseurs et comme les recits ci-dessus le demontre, ces journees furent tragiques.




Les evenements de FES en 1912 - Trit'l (saccages)
Posté par: MESSAGE DEPLACE (IP enregistré)
Date: 18 août 2007 a 04:31

Posté par: alad
Date: 21 février 2006 a 13:26


gogol
ma mere m a souvent parle des evenements de 1912 (tritel) . mon grand-pere a ete blesse ce qui lui a cause une invalidite definitive. les femmes se badigeonnaient la face avec des "cendres" afin de ne pas etre violees.

Les evenements de FES en 1912 - Trit'l (saccages)
Posté par: MESSAGE DEPLACE (IP enregistré)
Date: 18 août 2007 a 04:33

Posté par: andre
Date: 21 février 2006 a 17:07


voila un resume des evenements de Fez du 17 au 19 avril 1912.

Bonne lecture.


Les journees sanglantes de Fez du 17 au 19 avril 1912

Resume


Suite au traite de protectorat franco-marocain du 30 mars 1912 dit ‘Traite de Fez’, et impose au sultan Moulay Hafid par les francais, les autorites militaires francaises devaient assurer la securite de la ville imperiale dans laquelle le gouvernement cherifien avait siege et son sultan residait.

A cette epoque, les juifs observaient une certaine passivite dans le conflit opposant le sultan Moulay Hafid aux musulmans, qui ne cachaient pas leur indignation, face au passage des troupes cherifiennes sous le controle total d’officiers francais.

Les marchands musulmans avaient refuses leur appui financier au sultan.
Entre temps, des officiers francais etaient arrives directement de la metropole pour reorganiser les tabors (bataillons) cherifiens.

La population de Fez reagit par une grande insurection qui fut marquee entre autre par des violences contre les juifs.

Avec grande brutalite, les autorites militaires francaises requisitionaient toutes les armes et munitions que detenaient les habitants de Fez-Jdid, de la medina et du mellah.
Les juifs avaient un role habituel d’approvisioner les tribus en armes, et c’est pourquoi, les premieres perquisitions prirent lieu au mellah en cette journee du 5 avril 1912.
Autant bien les officiers francais que les soldats cherifiens prirent part a ces perquisitions qui furent des plus sauvages; femmes violees et hommes frappes a coup de crosse , portes defoncees etc..etc..

A rappeler que la solde des recrues natives etait derisoire, soit 1/4 de franc par jour, et que les francais avaient promis une prime de 50 francs en cas de decouverte de cache d’armes!
Les francais avaient totalement ignore que les juifs contribuaient au ravitaillement des troupes francaises stationees a Fez, Sefrou et Meknes.

Le directeur des ecoles de leA.I.U ( Alliance Israelite Universelle) de Fez,
Mr. El Maleh, avait declare que ‘ les soldats francais etaient une horde de sauvages sans foi ni loi, animes d’une haine farouche contre les juifs’.
Douze jours plus tard, une epreuve encore plus terrible s’abbatit sur les juifs du mellah.
L’explosion se produit le mercredi 17 avril alors que les officiers francais notifiaient les recrues natives cherifiennes apartenant a trois tabors, (1 tabor = 1000 hommes), que leur solde etait reduite de moitie pour cause de retenue etc..etc..
Une mutinerie immediate prit lieu. Les soldats se trouvant dans la Casbah Cherarda commencerent par massacrer leurs instructeurs francais, apres quoi les mutins se precipiterent en direction de la medina exitant les masses populaires qui les suivirent.
Ce fut sur le Deuh, le quartier europeen, qu’ils commencerent leurs saccages, les locaux du telegraphe, des agences de la compagnie Marocaine, du credit foncier deAlgerie et de Tunisie etc..etc..
Les assieges repousserent les mutins avec l’aide des soldats Marocains qui n’avaient pas pris part a la mutinerie. Les mutins se replierent alors sur Fez-Jdid et sur le mellah...lls etaient dechaines.

Ils recherchaient en premier lieu les francais qui s’y etaient refuges, et continuerent leur route vers le mellah pour chatier les juifs, lesquels avaient contribue au ravitaillement des troupes francaises.
Les juifs essayerent de se defendre, mais ils n’avaient pu cacher que 5 vieux fusils durant les perquisitions du debut du mois d’avril.
Les insurges voulaient massacrer tous les francais de Fez.

C’etait le general Brulard qui commandait les troupes de Dar Debibagh et Dhar Mehraz. Le general Moinier etant absent car il se trouvait a Rabat.
Le general Brulard voulait porter secours a l’ambassade.
Des mutins se trouvaient sur les remparts du mellah. Dans leur atteinte de penetrer au mellah, les zouaves algeriens et les tirailleurs tunisiens et senegalais subirent de grosses pertes.
Alors, le general Brulard decide de faire bombarder le mellah.

Les obus provoquerent des incendies et detruisirent de nombreuses maisons. Ces bombardements firent beaucoup plus de morts et de blesses parmi les juifs que les violences faites par les emeutiers.

Tard dans la soiree de ce mercredi 17 avril 1912, les juifs allerent chercher refuge dans le cimetiere au mellah ainsi que’ l’enceinte du palais du Sultan.
Ils y resteront, dans la cour des menageries, quelques deux semaines, jusqu’e ce que le calme soit retabli.
Le lendemain, jeudi 18 avril, les pillages se poursuivirent dans un mellah quasiment vide de ses habitants. Le vendredi 19 avril, les juifs qui etaient restes caches furent invites, par un porte parole du Sultan Moulay Hafid, a se refugier au ‘Dar el Mahzene.
Le bilan de ces journees sanglantes fut de 51 morts et 72 blesses parmi les juifs, alors qu’il y eu plus de 1000 morts parmi les musulmans.
Le cadavre d’un riche negociant juif, Abraham Bengio fut decouvert a Fez-Jdid le 20 avril.
Des renforts francais arriverent de Meknes. Un comite de secours fut forme pour venir en aide aux Israelites.
La repression du soulevement ne se fit pas attendre. Plusieurs des insurges furent executes dans les rues des le 19 avril ainsi que les jours qui suivirent.
Le general Moinier arriva a Fez le diamanche 21 avril et encore plus de rebelles
furent fusilles sous ses ordres.
Le general Lyautey, nomme fin avril 1912, residant general de France au Maroc, avec pleins pouvoirs, arrive le 12 mai 1912 a Fez qui est assiegee, accompagne du colonel Giraud. Il prend le controle de la ville et le 17 septembre 1912, le Sultan Moulay Hafid abdique et son frere Moulay Youssef le succeda.

Peu apres le gouvernement Marocain sera transfere a Rabat.
Moulay Hafid succombera en 1937 a Enghien-les-Bains, age alors de 62 ans.


"A"

Les evenements de FES en 1912 - Trit'l (saccages)
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 20 août 2007 a 19:54

J'ai recu quelques photocopies de cartes postales anciennes du Maroc,
de la part de Martin Weil que je remercie vivement pour cet apport.
Et parmi le tas, j'en ai trouve une relatant aussi les douloureux
evemements de 1912.

Cette carte est une carte Flandrin d'une maison incendiee le
17 avril 1912 par les "Askars revoltes" .








Les evenements de FES en 1912 - Trit'l (saccages)
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 27 décembre 2007 a 22:02

Un temoignage de "Haim" paru sur l' ouvrage commun de Marie Berdugo-Cohen, Yolande Cohen et Joseph Lévy Cohen sur les Juifs du Maroc. Haim s'exprime a propos de ce qu'on a nomme "Les evenements de Fes en 1912 - du Trit'l.


***************


En 1907, les Français avaient déjà débarqué à Casablanca. Il leur fallait rentrer à Fez puisque c'était la capitale du Maroc à l'époque. C'était là où il y avait la royauté. Il fallait trouver une façon pour que le roi du Maroc signe le protectorat. Les Français avec la complicité du Glaoui ont détrôné et déporté Moulay Abdel Aziz, qui ne voulait pas signer le protocole d'accord du protectorat français sur le Maroc. Ce deuxième roi qu'ils avaient mis à la place de Moulay Abdel Aziz n'a pas voulu non plus signer et il a été déporté dans une île près de Marseille.


C'est à cette époque-là qu'il y a eu un tritl. Les arabes, les bledards sont descendus sur le mellah de Fez, ils ont pillé, massacré, violé les femmes des juifs. Les juifs sautaient de terrasse en terrasse, ramassaient les enfants et les jetaient à d'autres juifs qui les recevaient dans une couverture. Eux, ils s'accrochaient et glissaient des terrasses tant bien que mal. Ils fuyaient tous vers le cimetière où ils se cachaient. Le cimetière était à côté du palais du roi et c'est après qu'il y a eu un ordre pour que tous les juifs rentrent dans son palais. Les juifs sont rentrés dans le palais et ils y sont restés plusieurs jours ; les riches arabes de Fez qui étaient contre ce qui était arrivé sont venus avec des chevaux chargés de ravitaillement. Tout arabe qui avait des relations commerciales avec un juif lui a apporté des habits, de la nourriture et tout ce dont il avait besoin. À cette époque-là, les juifs avaient des armes ; ils se sont défendus jusqu'à épuisement des munitions. Il y a eu six cents morts parmi les juifs : des femmes, des enfants, des vieillards. C'est après que les troupes françaises sont rentrées. Elles ont fusillé tous ceux qui avaient pillé. Elles ont fusillé de mille à mille cinq cents arabes, et après on leur a coupé la tête. Les juifs ont mis du sel sur ces têtes-là et les ont clouées à leur porte pour faire peur aux arabes. C'est pour cela qu'on a appelé mellah le quartier des juifs ; ça vient du mot melh, sel. Ils salaient ainsi les têtes coupées des gens révoltés contre le roi.


D'après ce que feu mon père m'a raconté, les Français ont dit aux juifs de faire une déclaration de tout ce qui avait été pillé, volé et saccagé. La France a donné ordre d'indemniser les juifs victimes du tritl, et les juifs de France ont ramassé une bonne somme d'argent qu'ils ont donnée au grand rabbin pour la distribuer à ceux qui avaient été pillés. Tout ce qui a été volé, d'autre part, a été entreposé chez moi, mais personne ne pouvait rien récupérer. C'est le service des séquestres qui les a ramassés. La France en a indemnisé certains, mais les sommes ont été mal réparties.

Fez en a profité en ce sens que toutes les ambassades se trouvaient dans cette ville, et comme l'Allemagne avait perdu la guerre, les juifs ne voulaient plus garder la nationalité allemande. Ils l'ont alors convertie en nationalité française. Comme la France assurait le protectorat au Maroc, les juifs de Fez se sont fait naturaliser Français pour être bien avec elle. C'est pour cela que pendant la guerre on venait mobiliser les juifs dans le mellah de Fez. Ils étaient devenus Français par naturalisation.

Les evenements de FES en 1912 - Trit'l (saccages)
Posté par: alex (IP enregistré)
Date: 28 décembre 2007 a 09:14

ce sujet ma vraiment choque, j entendais parle des evenements des fes de 1912 et le changement de la capital. mais on nous a jamais dit des details aux ecoles. je sais pas s il faut s excuser ou quoi faire dans de telles situation , evidement c est plus facil de trouver des excuses ( les documents que vous avez presentaient tous montrent en quel etat etaient ces recrutes mais aussi qu il etaient des pilleurs et donc deja des creminels qui ne representent la vrai populaion) . egalement l action du sultant etait bien place et honoable, et meme si il ne pouvait ni sauver le mellah ni meme prendre bien soins des refugies dans son pallais ( ou dar lmakhzen) c est due a leur nombre ( j ai lu 12000 personnes vivaient a ce mellah et le maroc etait en ruine alors l etat ne peut pas faire grand chose pour des milliers de refugiees) . j apprecie que des marchands arabs qui font de la commerce avec les juifs ont tente d aider ( ils connaissent mieux les juifs que ces emutiers ).
mais tout ca, et meme si on rendra la france reponsable de la grande part des morts ( les bombardements ) ceci ne changera pas la seule realite confirme. les juifs de fes ont ete massacre sans raison et pendant 3 jours ( tout ce temps la pour mobiliser une force a leur secours . de l autre part l ambassade de france et des autres pays d europe ne semble pas etre saccage!!!). c est honteux et terrible.
je pense envoyer une copie des documents a mes amis ( surtout ceux qui sont au maroc) la bas on sait une seule version d histoire : les marocains ( musulmans ou juifs) ont vecu des temps defficile surtout apres 1844 (la battaille d isly que le maroc a perdu face au france ) puis les francais sont venu et en 1912 lorsqu on a signe le protectorat les fassi sont revoltes contre l armee francaise et lyaute les massacres et puis il deplacera la capital a rabat pour punir la ville imperialle. je me rappel d aucun mot sur le mellah ou comment les evenements etait declenches. il semble que l etat tente tellement de garder l image du pays de tolerence qu il a peur de nous reveler les pages noires de notre histoire meme si l etat (le sultan) n etait pas responsable.
ce tritl fait honte au maroc

Les evenements de FES en 1912 - Trit'l (saccages)
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 12 janvier 2008 a 10:51

Les evenements de Fes sont relates sur le site [www.sodyna.com]

Ainsi on peut lire :

Les Juifs font les frais des ambitions franco-allemandes

Le 4 mai 1911, suite à une insurrection des marocains nationalistes, les villes de Fès, de Mekhnès et de Rabat sont occupées par les troupes françaises. L'événement provoque un conflit d’intérêts avec les allemands. En avril, des Berbères attaquent le quartier juif de Mekhnès et de Fès. Les Juifs forment un groupe d’auto-défense et repoussent au terme de cinq jours les émeutiers musulmans. Le général français Moinier débarque à Fès le 21 mai. En juillet 1911, un navire de guerre allemand débarque à Agadir. Le 4 novembre 1911, les gouvernements français et allemands signent des accords d’ententes sur leurs zones d’influences respectives en Afrique du Nord.
De Lituanie à Mekhnès


1912 / 1956 ; Maroc sous protectorat français.

Le 30 mars 1912, le traité de Fès imposé et signé entre Moulay Hafiz et le gouvernement français établit le protectorat Français sur le Maroc. La Régence est placée sous les ordres du général Hubert Lyautey qui est nommé résident général jusqu’en 1925. Des gouverneurs militaires sont nommés par régions ainsi que des gouverneurs civils de chaque localité. La communauté juive marocaine est évaluée à plus de 110 000 âmes, dont près de 2 000 âmes à Debdou, la ville des Cohanim. Quelques familles juives quittent les Méllahs, les quartiers juifs, et s’installent en ville, dans les quartiers musulmans ou européens.


Le massacre de Fès.

Le 17 avril 1912 à Fès, les Tabors, les recrues marocaines engagées dans les troupes françaises, se mutinent contre les autorités françaises. Ils sont soutenus en partie par une population musulmane déchaînée. Ils tuent des officiers français à qui ils coupent les têtes, puis, ils se ruent dans le Méllah où ils massacrent pendant trois jours des centaines d’hommes, de femmes et d'enfants juifs, puis, ils pillent et incendient les maisons. Les survivants sont sauvés de justesse suite à l’arrivée du sultan Moulay Yusuf. Le 20 avril Moulay Hafiz nomme une commission de 14 membres, dont le Naguid des Juifs et un représentant de l’Alliance en vue d'évaluer des réparations. En mai, de nouveaux heurts éclatent entre les musulmans et les français. Le 12 août, Moulay Hafiz abdique, Yusuf monte sur le trône.

Les evenements de FES en 1912 - Trit'l (saccages)
Posté par: akachmir (IP enregistré)
Date: 15 janvier 2008 a 21:07

Le Tritel de Fès
Après lecture des sujets du massacre de Mellah de Fès, je contribue par quelques notes et témoignages divers :

- Le Sultan Moulay Hafid est assiègé dans son Palais. La petite garnison française est incapable de défendre la colonie française. Des renforts sont en route, lorsque le 17 Avril, la populace sans avertissement change d’objectif et s’attaque au Mellah. Le bilan est très lourd : 60 morts et plusieurs blessés, la communauté entièrement dépouillée, le tiers du mellah livré au feu et les 12.000 survivants se retrouvent sans abri et sans nourriture. La ménagerie du Palais est évacuée et les malheureux survivants hébétés sont logés dans les cages aux fauves. Hubert Jacques, a fait dans son livre « Les journées sanglantes de Fès » une saisissante description de ces événements qui ont tant marqué l’esprit public dans tout le Maroc. (événements déjà cités dans ce forum).

- C’est vers midi et demi que l’alarme fut donnée au Mellah. Aussitôt toutes les portes furent fermées et les Juifs n’eurent plus qu’un seul espoir : celui que leurs portes pourraient résister aux assauts.

- Par suite de faits de contrebande de cartouches récemment signalés dans le Mellah, l’autorité militaire avait fait rendre toutes les armes du Mellah. Les malheureux sans moyens de défense, se trouvaient donc aucun secours possible, exposés à la fureur bien connue des émeutiers.
- Vers 2 heures, les portes criblées de balles et attaquées au pic et à la hache, tombaient en livrant passage à un torrent de pillards. Les Juifs terrorisés, tendentes ad sidera palma, leur dirent de prendre leurs biens et leurs richesses, mais de leur laisser la vie sauve.

- Par bonheur, une porte nouvelle avait été récemment ouverte dans le mur d’enceinte, permettant de communiquer directement avec la route de Dar-Debibagh. C’est par cette issue que presque tous réussissent à fuir pendant que les envahisseurs s’attardaient à piller.

- Le Sultan prévenu, il fit ouvrir une des portes du palais donnant près du Mellah et offrit asile à tous les rescapés, il a subvenu à leur nourriture et mit à leur disposition tout ce qu’il avait, ordonnant d’ouvrir les caisses et de distribuer les vivres qu’il comptait emporter pour son prochain voyage.

- L’autorité militaire française fit distribuer mille petits pains arabes et le consul d’Angleterre douze cents. Mais là se bornait le premier effort, toutes les réserves de la ville étant épuisées. Le lendemain, les malheureux tombaient d’inanition, sans qu’il fut possible de leur venir en aide. Ils grouillaient par centaines, entassés les uns sur les autres dans de grandes cours, des couloirs, vieux magasins, écuries, sous les voûtes…., partout, enfin.

- Un spectacle le plus original était celui de plusieurs centaines de femmes, de jeunes filles et d’enfants blottis dans des cages bardées de fer réservées aux bêtes féroces du Sultan.

- Pendant une quinzaine de jours, les secours affluant, ils purent, petit à petit regagner leurs demeures hâtivement remises en état provisoire.

- Le trésorier de la Communauté, Shlomo Cohen qui tenait les Chroniques de la ville depuis 1879, rapporte également ces événements avec beaucoup de précision (voir réponses déjà cités précédemment par Arlett).

- RabbiYossef Messas se fait le porte parole de la Communauté de Meknès et envoie une lettre aux habitants de Fès où il exprime la douleur profonde et sincère de ses compatriotes : « Comment pourrais-je décrire l’étendue de notre deuil, la profondeur de notre douleur à l’annonce de cette funeste nouvelle. Notre cœur a fondu, notre langue s’est collée à notre palais, il n’y avait plus en nous aucune vie, notre esprit s’est noirci et aucune nourriture n’est venue à notre bouche, toute la ville est émoi, chacun pleure, de chaque gorge monte une prière et une lamentation. Comment en une nuit est tombée aux pieds…. Que Dieu vous protège et subvienne à vos besoins de sa main large et généreuse et qu’un tel malheur jamais ne revient… »

- M. Moyal le directeur de l’école d’Alliance confirme dans le rapport qu’il envoie à Paris. « C’est seulement Vendredi entre cinq heures et six heures qu’un fuyard nous arriva et nous raconta le sac de Fès. Dès le samedi soir on organise une souscription qui rapporte dans les 10.000 francs. Jamais il ne m’a été donné d’assister à un pareil élan de générosité. Plusieurs notables dont la fortune ne dépasse pas 20 à 30.000 francs ont souscrit de 225 à 425 francs, des journaliers qui ne gagnent pas 2 francs par jour, nous ont apporté de 5 à 10 francs. En ces pareils moments les Isrëlites de Meknès ont à mon avis donné un exemple de solidarité unique au monde.

- Le rédacteur de Chroniques de Fès écrit en 1912 (cité par Rabbi David Ovadia dans son livre « Fès et les Rabbins » : De Meknès, ils ont envoyé une lettre de condoléances, de l’argent, des vêtements usagés et du pain sec qu’ils ont ramassé dans les familles. Notre communauté a été vexée par cette aide apportée par la communauté de Meknès. Certains vont jusqu’à dire qu’à Meknès, on s’est même réjoui de nos malheurs à cause du mal que nous disons d’eux. Pour l’argent, nous n’avions d’autre solution que de l’accepter. Pour les vêtements nous les avons distribués aux Juifs de Meknès qui habitaient chez nous. Quant au pain sec, nous l’avons jeté parce qu’il était immangeable » Ce qui tiendrait à prouver que même aux moments les plus critiques, le folklore ne perd pas ses droits….

Si le coeur qui bat pouvait parler

Les evenements de FES en 1912 - Trit'l (saccages)
Posté par: akachmir (IP enregistré)
Date: 15 janvier 2008 a 21:20

Suite et conclusion

Querelle d’un autre âge car avec cet épisode apocalyptique prend fin un période, celle du vieux Maroc archaïque renfermé sur ses préjugés et ses coutumes. On le quitte sans regrets dans l’ensemble de la communauté juive marocaine. Deux attaques en dix ans, la traumatisme du massacre et du pillage de Fès, le Vieux Maroc disparaît sous ses plus mauvais jours, et il est rejeté dans l’obscurité des temps ou comme on dit à Meknès : Zmane (du mot hébreu temps). Désormais dans la conscience collective il y a distinctement deux temps dans l'histoire: avant et après. Avant l'arrivée des Français et après. Une nouvelle aube se lève.

Si le coeur qui bat pouvait parler




Les evenements de FES en 1912 - Trit'l (saccages)
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 15 janvier 2008 a 21:38

Voici a ce sujet le temoignage de Hubert-Jacques

Les Evènements de Fès les 17 - 18 - 19 avril 1912


Le 30 mars 1912 le sultan Moulay Hafid signe à Fès le traité de Protectorat mais la nouvelle doit rester secrète jusqu'à son départ pour Rabat fixé au 17 avril . Le départ du sultan et celui de l'ambassade conduite par M.Régnault, ministre de la France à Tanger, qui avait reçu la signature du traité doivent avoir lieu le même jour, à quelques heures d'intervalle.

La situation politique du moment est sérieuse, une bonne partie du Moyen Atlas est en effervescence et les dispositions de la population de Fès à l'égard de la France sont moins bonnes qu'un an auparavant où les troupes du général Moinier avaient rompu l'encerclement de la ville par les tribus insurgées de la région. L'occupation de Fès par les troupes françaises n'a amélioré en rien la situation de la population et la déception est perceptible.

Le secret de la signature du traité et du départ du sultan a été éventé et des rumeurs font état de la présence autour de la ville de guetteurs des tribus qui envisagent de se rassembler pour attaquer la ville et reprendre à l'ambassadeur « l'acte de vente » d'une partie du domaine de l'islam à une puissance infidèle.


La révolte
Le 17 avril au matin, à l'occasion de la paye, deux tabors d'infanterie et un de cavalerie, casernés à la Casbah des Cherarda, se mutinent et agressent leurs instructeurs. Ils se rendent au Dar el-Makhzen pour exposer leurs griefs au sultan qui les fait renvoyer sans vraiment les recevoir. Les tabors révoltés se répandent en ville et massacrent leurs officiers et les chrétiens qu'ils rencontrent.
On s'attend d'un moment à l'autre à l'invasion du quartier du Douh où habitent la plupart des européens et où se trouvent les principales ambassades et l'hôpital militaire. Le général Brulard, commandant d'armes, établit son poste de commandement à l'hôpital.
Les émeutiers massacrent les militaires et civils français qu'ils rencontrent, l'hôtel de France est envahi et la propriétaire est tuée. Le poste des télégraphistes à l'entrée du Douh est incendié.
Le Mellah est envahi et pillé . Une dizaine de milliers de juifs se précipitent vers le Dar el-makhzen qui leur ouvre ses portes.
L'émeute partie de Fès-Jdid se propage de proche en proche jusqu'au bas de la ville et tous les quartiers sont atteints.
Il faudra l'intervention des troupes casernées à Dar Makhzen et à Dar Debibagh et de leurs sections d'artillerie qui bombardent les quartiers occupés par les émeutiers pour dégager les européens assiégés. La plupart d'entre eux ont été sauvés par des Fassis qui au péril de leur vie les ont caché, quelques uns ont été recueillis par le pacha de Fès-Jdid et conduits au Dar el-Makhzen puis de là à Dar Debibagh pendant la nuit.
Après une soixantaine d'heures d'insurrection la situation est progressivement contrôlée mais les dégâts sont majeurs. La grande rue du Mellah n'est plus qu'un amas de ruines où gisent des cadavres d'hommes, de femmes et d'enfants conséquence tout à la fois des massacres commis par les émeutiers et des bombardements par l'artillerie pour déloger les révoltés .
La population du Mellah est entassée dans les cours du Dar el-makhzen où elle commence à mourir de faim malgré les distributions de pain que fait faire Moulay Hafid. Pour les mettre à l'abri des intempéries les femmes et les enfants sont logés dans les cages inoccupées de la ménagerie du sultan où ils voisinent avec les fauves.
Les pertes humaines sont importantes, environ soixante cinq morts et soixante quinze blessés pour les civils européens et les militaires français ou marocains. Les pertes du Mellah sont d'au moins une cinquantaine de tués et d'une quarantaine de blessés. Les pertes concernant les tabors révoltés et la population musulmane n'ont pu être évaluées « même approximativement » !

Les causes
Les causes de la sédition ont été décrites comme multiples et utilisées par chacun en fonction de ses intérêts ou de sa lecture politique des événements.
Pour M .Régnault la révolte des tabors est un accident fortuit ayant des causes purement militaires. Le général Moinier au contraire la tient pour totalement fomentée par le Makhzen.

Les soldats marocains (askris) des tabors auraient été conduits à la révolte par deux mesures militaires principales: le sac et l'ordinaire. Il avait été décidé que l'askri porterait le sac, or il assimilait le sac à un bât (barda) et considérait son port comme une humiliation à laquelle il ne voulait se soumettre à aucun prix.
Quant à l'ordinaire, une réforme de la solde a été annoncée lors de la paye du 17 avril : le soldat recevait une solde incluant une indemnité pour se nourrir, il se nourrissait ensuite comme il le voulait, généralement mal car il utilisait cette indemnité pour nourrir aussi la ou les femmes qui vivaient avec lui .L'état major a décidé de supprimer l'indemnité de nourriture, en augmentant légèrement la solde mais en retenant la moitié ou les deux tiers de cette solde pour la création de l'ordinaire, l'askri serait mieux nourri mais plus sa compagne . Ce serait l'étincelle qui aurait mis le feu aux poudres.

Pour les tenants de l'origine politique de la révolte le sultan porte une lourde responsabilité dans l'atmosphère de malaise qui règne au Maroc depuis quelques mois: ses tergiversations dans la négociation en vue de la signature du traité de protectorat, ses menaces d'abdiquer, sa hâte à quitter Fès après la signature et certains propos tenus aux oulémas pour leur prouver qu'il n'avait cédé que sous la contrainte; propos parfois également déformés et grossis par un entourage qui ne souhaite pas voir se mettre en place une nouvelle organisation administrative et qui aurait pu pousser à la révolte des soldats .
Cette lecture différente des causes de l'insurrection entraîne une tension dans les relations entre civils et militaires, relations qui n'avaient jamais été très cordiales .Le général Moinier persuadé de la trahison du sultan, du makhzen et d'une bonne partie de la population de Fès veut proclamer l'état de siège, exercer des représailles et lever une contribution de guerre pour punir la ville. M .Régnault exerçant les fonctions -à défaut d'en avoir déjà le titre- de résident général s'oppose à ces mesures.
Le gouvernement français autorise la proclamation de l'état de siége, interdit les représailles et ordonne de surseoir au recouvrement de toute indemnité . Il se rend compte également de l'urgence qu'il y a à réunir tous les pouvoirs civils et militaires dans une même main qui ne pouvait être que militaire.
L’arrivée de Lyautey
Le décret du 27 avril 1912 nomme le général Lyautey commissaire Résident Général de la République Française au Maroc.
M.Régnault initialement pressenti pour être le premier Résident Général quitte Fès le 6 juin 1912 en même temps que le sultan. Les deux convois se séparent au col du Zegota, l'un se dirige vers Rabat, l'autre sur Tanger, où le « Du-Chayla » attend le ministre pour le ramener en France.


Enfin seul, le général Lyautey peut donner libre cours à son génie organisateur. Le Protectorat qui avait mal commencé bénéficiera finalement des émeutes de Fès avec la nomination de Lyautey dont l'oeuvre marquera durablement le Maroc.

Bibliographie:
- Capperon Louis : Au secours de Fès 1912 Librairie militaire H. Charles-Lavauzelle
- Hubert-Jacques : Les journées sanglantes de Fès 1913 Librairie Chapelot
- Dr F Weisberger : Au seuil du Maroc moderne 1947 Les éditions de la Porte .


Source : www.adafes.com




Les evenements de FES en 1912 - Trit'l (saccages)
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 16 janvier 2008 a 02:10

Toujours concernant cet evenement, voici ce que ce document donne comme temoignage. Il s'agit de ma traduction personnelle de l'hebreu au francais et excusez les imperfections de langage. je corrigerai plus tard.

La signature du Protectorat entre le Maroc, la France et l'Espagne le 30 Mars 1912 a ouvert la voie a une revolte generale de la population contre le Roi qui fut accuse d'avoir trahi son peuple et vendu son pays.
Dans sa ville de Fes, le roi etait en etat de siege. Le 17 avril, les soldats du roi combattirent les francais et en tuerent quelques uns. Les petites forces francaises n'etaient pas en mesure de combattre le soulevement populaire. Lorsque les francais virent qu'ils ne pouvaient seuls combattre les forces locales, ils se retrancherent dans des abris solides. Les emeutiers frustres de ne pouvoir les atteindre, retournerent leur rage contre les juifs beaucoup plus vulnerables.

Ainsi commencerent 3 jours de ravages et pillages, evenement qui porte le nom arabe de TRIT'L qui signafia l'un des plus grand carnage vecu par les Juifs pendant ce millenaire.
Leur souvenir resta marque longtemps en eux et symbolisa une epoque terrible qui souligna l'arrivee des Francais au Maroc.




Les evenements de FES en 1912 - Trit'l (saccages)
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 16 janvier 2008 a 04:22

Il s'agit du temoignage du directeur de l'Alliance Israelite Universelle de Fes ou c'etait sa premiere annee d'activite au Maroc, dans un document qu'il envoya a Paris et dans lequel il loua la bonte de la communaute de Meknes qui participa a l'aide des Juifs de Fes a la suite des evenements.

(Texte traduit de l'hebreu par mes soins)

"Seulement Jeudi entre 5h et 6 heures du soir, nous avons appris pour la premiere fois ce qui s'etait passe a Fes par l'arrivee d'un refugie. Samedi soir, nous avons organise immediatement une collecte de 10.000 Francs. Je n'avais jamais vu une telle generosite.
Quelques notables dont leur richesse ne s'elevait pas plus que 25.000 ou 30.000 francs firent don de 225 a 425 francs et les ouvriers qui ne gagnaient pas plus de 2 francs par jours, firent don de 5 et 10 francs chacun. A cette occasion, les Juifs de Meknes demontrerent une generosite si grande, qu'on n'avait jamais encore vue ici."

Ce qui se disait d'un cote, n'etait pas ressemblant a ce que dit a Fes et que ce temoignage confirme :
"De Meknes, ils ont envoye des condoleances et de l'argent, et de vieux vetements et du paix rassis, qu'ils ont recueillis dans les familles. Notre communaute s'est sentie vexee de cette aide venue de la communaute de Meknes et le bruit se repand que les gens de Meknes se sont rejouis de ce qui arrivait aux Juifs de Fes et qu'ils medisaient sur eux. En ce qui concerne l'argent, il n'y avait pas le choix mais les vetements defriches, nous les avons distribues aux Juifs de Meknes qui habitaient chez nous et le pain nous l'avons jete car il etait immangeable"

"Le souvenir de ces evenements a ete vif pendant quelques annees a Fes et il y eut des differends avec les representants du Protectorat sur le montant des indemnites qui leur revenaient et les Juifs de Fes n'eurent qu'une petite compensation d'un grand malheur".




Les evenements de FES en 1912 - Trit'l (saccages)
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 07 février 2008 a 04:29

Pour revenir a ces emeutes sanglantes de Fes en 1912, voici en inedit un temoignage detaille paru sur Le Bulletin annuel de l'Alliance Israelite Universelle au Maroc.
Les evenements sont decrits en menus details et j'espere que la lecture ne sera pas trop laborieuse mais c'est le mieux que j'ai pu faire avec ses documents.

Voici dont tous les documents inedits que je place les uns apres les autres.
Bonne lecture








Les evenements de FES en 1912 - Trit'l (saccages)
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 07 février 2008 a 04:31

BULLETIN ANNUEL DE L'ALLIANCE ISRAELITE UNIVERSELLE PARU EN 1912


















.../...




Les evenements de FES en 1912 - Trit'l (saccages)
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 07 février 2008 a 04:33

.../...

















.../...




Les evenements de FES en 1912 - Trit'l (saccages)
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 07 février 2008 a 04:43

.../...(Bulletin annuel de l'AIU paru en 1912)

Ce temoignage est passionnant car c'est un temoignage "on live" de ce qui s'est vraiment passe
durant ces emeutes et il ne fait aucun doute d'apres ces papiers
que les assaillants etaient les "Berberes et les Askrits" revoltes.


















.../...




Les evenements de FES en 1912 - Trit'l (saccages)
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 07 février 2008 a 04:46

.../...(Bulletin annuel de l'AIU paru en 1912)













Et une lettre du Gerant du Consulat de France a Fes

a la communaute israelite signee L. Mercier...





.../...




Les evenements de FES en 1912 - Trit'l (saccages)
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 07 février 2008 a 04:50

.../...(Bulletin annuel de l'AIU paru en 1912)


Voici la reponse du Resident Lyautey pour annoncer les reparations
futures du Mellah

















.../...




Les evenements de FES en 1912 - Trit'l (saccages)
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 07 février 2008 a 04:51

.../... (Bulletin annuel de l'AIU)













Les evenements de FES en 1912 - Trit'l (saccage)
Posté par: andre (IP enregistré)
Date: 07 février 2008 a 16:22

Ce qui semble curieux dans cette correspondance, est l´absence totale d´une mention des causes de la majorité des dégats concernant les maisons du mellah et dont le bombardement de ce dernier par l´artillerie française en était responsable...

"A"




Les evenements de FES en 1912 - Trit'l (saccage)
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 07 février 2008 a 18:56

Bonjour Andre,

J'ai trouve egalement ce temoignage qui rappelle mot a mot la catastrophe qui a detruit le Mellah et qui a ensuite ete nomme "Tritel" Ici aussi on parle d'emeutes survenues en Avril mais curieusement, il ne s'agit pas de 1912 mais 1911 ??
A mon avis, il s'agit d'une erreur dans la date car ce n'est pas possible que ces evenements aient eu lieu aussi en Avril, a peu pres aux memes dates que ceux de 1912.

Les premiers textes sont dates du 3 avril, 12 avril, puis rien du tout jusqu'au 24 avril, date ou les emeutes ont cesse. Or, nous savons que les emeutes appelees Tritel se sont deroulees du 17 au 19 avril. A mon avis, il ne s'agit que d'une erreur dans la date.

Ce qui ressort de cette histoire et de tout ce que ces temoignages procurent, c'est que la situation des Juifs etait on ne peut plus insecurisante et desastreuse. Ils etaient a la merci du bon vouloir de chacun, aucune justice, aucune securite ni materielle, ni physique, contraints de s'habiller, se comporter d'une certaine maniere. Tres souvent ils etaient victimes d'agressions dont personne ne repondait ensuite. Tout etait permis envers les Juifs et ce n'est que l'arrivee des Francais qui a mis fin a ce chaos en bouleversant la structure et l'education des habitants du Mellah

Concernant les evenements ci-dessus, qui je le repete sont dates de l'annee 1911 (a mon avis par erreur car les dates et la description correspondent au fameux Trit'l), les Francais ne sont pas pris a partie dans cette correspondance mais au contraire, ils etaient consideres et loues comme etant des sauveurs. Voici a ce sujet un autre temoignage qui confirme cela.











Et voici ici comment l'arrivee des troupes francaise, commandees par le General Moinier est decrite :

"L'entree des troupes francaises au Mellah a occasionne d'indescriptibles manifestations de joies"





Les evenements de FES en 1912 - Trit'l (saccage)
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 07 février 2008 a 19:07

Non, je reviens sur ce que j'ai ecrit plus haut, je vais continuer mes recherches mais apparemment, il s'agit d'emeutes et desordre qui devaient bien avoir eu lieu en 1911 et pas en 1912, date du Tritel et qui ne visaient pas particulierement le Mellah mais toute la ville de Fes et les autres villes de Sefrou, Mequinez (meknes), etc...etc... Les bombardements signales plus haut, frappaient toute la ville, et etaient situes hors du Mellah.




Les evenements de FES en 1912 - Trit'l (saccage)
Posté par: andre (IP enregistré)
Date: 07 février 2008 a 21:16

Bonsoir Darlett,

Il s´agit de 2 périodes distinctes pendant lesquelles il y a eu des émeutes et par coïncidence, avec 1 an d´intervalle.

Les émeutes de Fez du 17 au 19 avril 1912 n´ont rien à voir avec celles décrites ci-dessus.

"A"

Les evenements de FES en 1912 - Trit'l (saccage)
Posté par: itri (IP enregistré)
Date: 07 février 2008 a 22:08

bonsoir darlett ce que tu as la c'est la rebelle berbere.toutes les tribus se sont ralliees pour destituer le roi .l'attaque a commence a fes si tu veux plus de renseignement je te les procurerai.

Les evenements de FES en 1912 - Trit'l (saccage)
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 08 février 2008 a 08:01

Oui en effet Andre, il s'agit de 2 periodes differentes mais les temoignages abondent de miseres et de persecutions quotidiennes.

Merci Itri. Oui, je serais interessee a comprendre un peu mieux ce qui s'est passe a cette epoque. Je suppose que les accords recents passes avec les francais ont provoque cette revolte qui comme a l'accoutume, eut des retombees sur les Juifs.

Les evenements de FES en 1912 - Trit'l (saccage)
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 08 février 2008 a 08:18

En 1922, le journal francais "Paix et Droit" publie cet article sur lequel on annonce le depart des Juifs de Fes.




Re: LE TRITEL (saccage) de FES en 1912
Posté par: roger (IP enregistré)
Date: 20 août 2008 a 17:46

2 des 45 tués font partie de ma famille

N°24 Sultana ELBAZ , femme de Rabbi Benyamin ELBAZ, mon grand-père paternel: son dernier fils avait survécu en tétant son sang

n°25 Robida Cohen la femme De Joseph BOTBOL cousin germain de ma mère Messody BOTBOL

Ce message s'est coupé je ne sais pas pourquoi

Le frère de mon grand-père maternel a fait partie de la commission d'indemnisation

J'ai une suite pour une partie du Mellah qui n'avait pas été endommagé car protégé par des tireurs dont mon grand-père Abraham Botbol (cousin germain de de Joseph BOTBOL)qui avait fait son service militaire

Roger ELBAZ




Re: LE TRITEL (saccage) de FES en 1912
Posté par: admirateur (IP enregistré)
Date: 21 août 2008 a 08:23

Bonjour Roger,

Si vous etes le petit-fils de Rabbi Benyamin Elbaz, vous devriez alors connaitre un autre petit fils qui repond au meme prenom que son grand'pere: Benyamin et avec lequel j'ai fait une classe a "Em-Habanim" de Fes.
Est-ce que vous seriez le fils de Jacob installe en Israel et qui a un fils du nom de Raphy?
J'ai ete, comme des centaines, pour ne pas dire des milliers, circoncis par ce Grand homme Rabbi Benyamin. En tant qu'enfant j'entrai chez lui librement car il habitait en voisinage avec mon oncle dans une maison situee face a l'epicerie Yossef Devico.
Abraham Botbol que vous citez, n'etait pas par hasard a la direction de l'ecole "em-Habanim" de Fes?
Je serai heureux d'avoir la suite sur le Mellah.
Merci d'avance.

Re: LE TRITEL (saccage) de FES en 1912
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 23 août 2008 a 13:36

Message de Roger avec des details interessants. Je l'ai recu en message prive mais etant donne qu'il donne quelques renseignements sur les evenements d'alors, je le place ici.

-------------------------------

Voici ce qui se disait dans ma famille :

A propos de la Convention d’Algésiras de 1906

C’était une sorte de Yalta où les puissances se sont partagées l’Afrique….et que comme d’habitude, chaque pays a essayé de contourner et d’étendre son influence.

Une des conséquences de cette Convention signée par tous les pays influents en particulier la Russie et les Etats Unis, est très grave pour les juifs nés au Maroc et étant marocain à la naissance.
Quelle que soit la nationalité obtenue après, s’ils reviennent sur le territoire marocain, ils sont marocains avec toutes les conséquences d’un pays antidémocratique et gouverné par les lois islamiques.
Donc faire très attention en cas de problèmes au Maroc.

A propos du tritel

La France a évidemment essayé d’augmenter son influence en particulier au Maroc.
Elle avait obtenu après coup de former l’armée marocaine.
Les instructeurs militaires français ont voulu les équiper comme leurs soldats et en particulier de porter leur barda.

Que veut dire barda en arabe ? Ce sont les 2 grands couffins portés de part et d’autre par les ânes pour transporter les marchandises.
Lorsque les instructeurs français ont voulu leur faire porter leurs équipements, les soldats marocains se sont révoltés en disant qu’ils les traitaient comme des ânes.
D’où les émeutes « TRITEL » de FES de 1912 qui n’étaient que la continuation d’autres émeutes donnant lieu à des pogroms.
Les soldats marocains se sont d’abord dirigés vers le palais royal et la demeure du pacha. C’est celui-ci qui leur aurait dit de marcher plutôt vers le Mellah (Quartier juif) sans défense.

Il ne faut pas s’étonner si la très grande majorité des juifs du Maroc a essayé de fuir cette situation (même par ceux qui n’avaient rien subi mais qui ressentaient des grandes craintes au fond d’eux-mêmes) en changeant de nationalité ou en partant en France, en Israël, etc.
Même ceux qui ont nié cet état de fait savent que la situation peut dégénérer à n’importe quel moment et que les juifs seront toujours les boucs émissaires.

J’ai une anecdote intéressante qui explique pourquoi mon arrière grand-père (Makhlouf BOTBOL) est devenu français et tous ses enfants ont fait leur service militaire. Mais ce sera pour plus tard.

Parmi les 45 victimes du Tritel de FES de 1912 :
N°24 : Sultana ELBAZ née RIMOKH, femme de mon grand-père paternel, le rabbin Benyamine ELBAZ
N° 25 : Robida BOTBOL née COHEN, femme de Joseph, frère aîné de mon grand-père Abraham BOTBOL.

Durant les émeutes mon grand-père maternel ayant fait son service militaire, défendît avec d’autres personnes, l’accès à un quartier du Mellah qui ne pouvait se faire que par une ruelle très étroite.
Lorsqu’il épuisèrent leurs munitions ils s’enfuirent.
Pour être juste il faut dire que beaucoup de juifs qui se trouvaient en Médina (Quartier arabe) ont été cachés et sauvés par des Marocains en particulier mon oncle Charles BOTBOL qui est resté caché une semaine en Médina.

Le calme rétabli 2 frères de mon grand-père firent partie de la commission chargée d’indemniser les victimes

Re: LE TRITEL (saccage) de FES en 1912
Posté par: andre (IP enregistré)
Date: 25 août 2008 a 22:37

Le traité d´Algeciras du 18 juin 1906 ne mentionne les juifs Marocains nulle part.

L´acte general de la conférence avait pour but d´adopté les points suivants:

I. Une Déclaration relative à l'organisation de la police;

II. Un Règlement concernant la surveillance et la répression de la contrebande des armes;

III:Un Acte de Concession d'une Banque d'Etat Marocaine;

IV. Une déclaration concernant un meilleur rendement des impôts et la création de nouveaux revenus;

V. Un Règlement sur les Douanes de l'Empire et la répression de la fraude et de la contrebande;

VI. Une Déclaration relative aux Services Publics et aux Travaux Publics; et, ayant jugé que ces différents documents pourraient être utilement coordonnés en un seul instrument.


Dire que les soldats Marocains se sont revoltés parceque les instructeurs français les traités comme des ânes, c´est vraiement simplifier et banaliser le problème qui était de loin bien plus complexe que tel.

Et prétendre que le pacha ou le sultan aurait dirigé les émeutiers vers le mellah, est également un paradoxe, surtout lorsqu´il est prouvé que le sultan ouvra les portes de son palais pour donner refuge aux juifs du mellah.

"A"

Re: LE TRITEL (saccage) de FES en 1912
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 27 août 2008 a 15:57

Toujours de la part de Roger et pour completer ce recit terrible sur ces evenements traumatisants pour les familles qui subirent directement ce carnage.

------------------


Pour être tout à fait complet, il se disait aussi dans ma famille que ma grand-mère paternelle Sultana RIMOKH/ELBAZ avait été tuée par malchance.
Pour ceux qui connaissent les vieilles maisons du Mellah, chaque étage est circulaire avec des chambres tout autour (Plusieurs familles peuvent vivre au même étage) et il y a donc on gros « trou » au centre, entouré par une balustrade.

Un soldat marocain est rentré au rez-de-chaussée dans la maison désertée.
Et il aurait dit : « J’ai fait tout ça et je n’ai pas tiré un seul coup de feu ! »
Et il a tiré un coup en l’air.

Malheureusement ma grand-mère était cachée tout en haut car elle avait son dernier enfant qui venait de naître et elle ne pouvait pas se sauver en sautant d’une terrasse à une autre, les maisons étant espacées de 1 à 2 mètres, taille des ruelles.
La balle l’a atteinte en pleine poitrine et elle est morte par hémorragie.
Son petit dernier a survécu en tétant son sang (c’est ce qui se disait). Je ne sais pas si ça peut être vrai

Re: LE TRITEL (saccage) de FES en 1912
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 27 août 2008 a 17:19

et encore (de la part de Roger)

---------------

C'est la 1ère fois que j'entends parler de ces bombardements de cette manière
Les soldats marocains ont d'abord tuer leurs officiers instructeurs
Quand ils sont rentrés au Mellah ils ont pillé, volé,.
violé....bien avant l'attaque de l'armée française

Quand celle-ci a bombardé cetains quartiers, il n'y avait plus de juifs.
Je ne vois pas pourquoi certains leur cherchent des excuses

Mais j'ai moins d'infos sur ces bombardements puisque justement les juifs n'étaient plus présent.




Les evenements de FES en 1912 - Trit'l (saccage)
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 15 octobre 2009 a 04:58

Une lettre attestant de l'aide aux familles juives apres les evenements de Fes "Tritel" en 1912. Il s'agit d'une liste des personnes de la communauté juive de Mazagan ayant souscrit à l'aide des juifs de Fès, datée du 10/06/1912.


Les evenements de FES en 1912 - Trit'l (saccage)
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 15 octobre 2009 a 05:02

Il y eut meme quelques souscripteurs juifs de Livourne. Document en date du 12/07/1912


Re: LE TRITEL (saccage) de FES en 1912
Posté par: Lakhdar Omar (IP enregistré)
Date: 15 octobre 2009 a 10:52

Concernant les événement de Fès de 1912, il faudrait consulter auusi l'Illustration de mai 1912. On y trouve la suite de ces évenements avec des documents intéressants.
Ci-joint quelques photos que j'ai trouvées dans les vieux journaux.
phot2.jpg

Re: LE TRITEL (saccage) de FES en 1912
Posté par: Lakhdar Omar (IP enregistré)
Date: 15 octobre 2009 a 10:53

phot3.jpg

Re: LE TRITEL (saccage) de FES en 1912
Posté par: Lakhdar Omar (IP enregistré)
Date: 15 octobre 2009 a 10:56

phot2.jpg

Re: LE TRITEL (saccage) de FES en 1912
Posté par: hifad med (IP enregistré)
Date: 15 octobre 2009 a 15:06

Ces témoignages et ces documents sont très interessants et vous m'apprenez que ces événements ont commencé en réalité en 1911.Par simple curiosité intellectuelle , je scrute personnellement leurs répétitions dans les prochaines années sous peut être d'autres masques , d'autres formes mais les mêmes dans leur structure profonde et je vous prends pour témoins pour ce faire si vous le voulez bien.Dans la répétition de nos situations vêcues et des événements , la durée minimale qui sépare le fait initial et sa répétition est une année.Je ne m'étonne pas si ces événements de 1911 se répétent à la même date en 1912.Je dirais que cette initiale s'étale sur une année puisqu'il s'agit de grands événements.Donc les dates possibles de leur répétition seront ( 2011-2012/2021-2022/2031-2032/ etc jusqu'à la répétition de tous les événements que vous citez ici avec des dates précises et des témoignages vivants et j'y ajouterai l'annonce de l'autonomie du Rif pour l'été 2010, la ville de fes sous les projecteurs de plus en plus , que ce soit la révolte des tribus du nord ou d'autres régions , ou celle des militaires qui ne veulent plus supporter el badrâ, la selle et non chouari qu'on met sur la bardâ en forme ,comme vous dites , de deux couffins liés qui pendent de chaque côté. Tous ces propos , ces petits faits , ces actions constituent pour moi les signes précurseurs de l'approche de la répétition qui est inévitable , incoutournable qu'elle nous soit consciente ou pas.Les juifs , les français et le palais seront de nouveau mêlés à ces événements malgré eux et en agent passifs cette fois-ci car on ne peut être libre que dans la situation initiale.La répétition est celle où s'exerce la justice divine qui vient équilibrer les événements de la situation initiale avant de les annuler définitivement.Tous ceux qui étaient mêlés à ces événements , ou pour qui la dynamique de la répétition fait jouer ce rôle ,vont subir en bien ou en mal les événements de la situation initiale dont vous donnez ici quelques constituants significatifs.

Re: LE TRITEL (saccage) de FES en 1912
Posté par: Lakhdar Omar (IP enregistré)
Date: 15 octobre 2009 a 15:27

Bonjour Si Hifad,

Pour ce qui est du passé, ayant le courage et l’honnêteté de dire les choses comme elles ont été. Nos concitoyens Juifs étaient souvent maltraités et humiliés par des foules musulmanes sujettes à des actes de fanatisme dans des régions où le despotisme et la cruauté de certains caïds ont été la cause principale de l’entière extinction de toutes espèces d’instruction.

Encore une autre fois, lors du bombardement de Mogador par les troupes du Prince de Joinville en 1844, les tribus de Chiadma forcèrent la Porte de Bab Doukkala et s'emparèrent de la ville qu'ils gardèrent pendant quarante jours. Ils se livrèrent, notamment dans le quartier des Juifs, à tous les excès et à toutes les violences. Les commerçants Israélites, comptant sur l'occupation de la ville par les Français après le bombardement, avaient conservé leurs marchandises dans la ville, au lieu de les envoyer à Marrakech. Les Chiadma rançonnèrent impitoyablement ces malheureux, enlevant de jour et de nuit, tout ce qu'ils trouvaient dans les maisons, et jusqu'aux serrures des portes et des fenêtres. Ils emmenèrent aussi dans les montagnes un grand nombre de juives, dont ils firent leurs femmes, après les avoir contraintes à changer de religion.
Le pacha Ben Treiss qui avait supervisé en personne la résistance de la cité, dut faire intervenir la garnison militaire pour pourchasser les brigands. En 1846, Moulay Sliman, fils du roi à l'époque, avait essayé de châtier les tribus responsables de ces actes de vandalismes, mais sans succés, car elles s’étaient réfugiées dans les montagnes. (extrait du bouquin « Sur les traces de Castello real à Amagdoul »

Si Hifad voilà un autre cas similaire !

Re: LE TRITEL (saccage) de FES en 1912
Posté par: hifad med (IP enregistré)
Date: 15 octobre 2009 a 16:18

bonjour si omar

Si Omar toujours bien documenté! La ressemblance des événements est en effet frappante.Mon arrière grand-père paternel a participé à l'une de ces razias et il s'est contenté d'apporter au village une belle porte en thuya , selon mon père alors que d'autres se sont plutôt interessés à l'or , à l'argent , aux pierres précieuses et aux belles femmes .Mais ils se sont attaqués à tous les habitants de la ville qui sont là depuis sa reconstruction par Sidi Mohamed Ben Abdellah contre leur gré . il n' y a pas une seule rue qui porte le nom de ahl Haha ou Chiadma.Ce sont des tribus dissidentes et la ville est reconstruite justement pour servir de base militaire pour les soldats du Sultan contre les tribus avoisinantes.Les gens de Haha ont toujours pillé le port de Mogador et les agents du Sultan qui venaient chez eux pour percevoir les impôts.Je ne sais pas si vous avez lu le livre publié par Frédéric Damgaard , celui du consul du Danemark à Mogador.Il raconte que douze Chioukhs de Haha et de Chiadma ont été massacrés par les habitants de la ville.Ils étaient entrés en ville en laissant leurs armées un peu loin en vue d'ouvrir les portes de la ville au moment opportun choisi pour l'attaque et malheureusement pour eux , les habitants ont eu vent de la nouvelle et les ont tous tués. Leurs soldats , dans l'absence de leurs chefs , ont fini par rebrousser chemin.Nos amis juifs de par leur instruction et les gens de l'écrit , comme on dit chez nous , ont toujours été sollicités par les Sultans et les occupants successifs du pays , ce qui engendre des ressentiments chez leurs concitoyens arabes ou amazighs qui finissent par se venger atrocement sur eux en cas de faiblesse du Sultan ou du départ de l'occupant.

Re: LE TRITEL (saccage) de FES en 1912
Posté par: skamed (IP enregistré)
Date: 15 octobre 2009 a 22:09

Hifad nous dit :
"et j'y ajouterai l'annonce de l'autonomie du Rif pour l'été 2010"
------------------------------------------------------------------

Ne faut-il pas, cher ami, attendre 2021 pour annoncer l'autonomie du Rif, puisque la premiere Republique du Rif etait declaree entre 1921 et 1922 ? Selon ta theorie de la repetition des evenements.
------------------------------------------------------------------

Et ilajoute :
"Mon arrière grand-père paternel a participé à l'une de ces razias et il s'est contenté d'apporter au village une belle porte en thuya , selon mon père alors que d'autres se sont plutôt interessés à l'or , à l'argent , aux pierres précieuses et aux belles femmes .Mais ils se sont attaqués à tous les habitants de la ville qui sont là depuis sa reconstruction par Sidi Mohamed Ben Abdellah contre leur gré ."
-------------------------------------------------------------------

Donc, toujours d'apres ta theorie, les habitants d'Essaouira doivent des maintenant se barricader contre d'eventuelles invasions des Chiadma-Haha et de futures razzias, de futures tueries. Un autre episode de la "SIBA" en quelque sorte.
Pauvres Souiris, ils sont appeles a disparaitre. Les Chiadma-Haha a l'Est, la montee de la mer a l'Ouest.

Au lieu de broyer des idees noires, pense cher ami a un petit projet d'auberge ou de motel que tu pourrais realiser sur ta propriete de Sidi Kaouki, seul ou avec notre groupe d'amis souiris.
C'est pas une bonne idee, ca ?

Re: LE TRITEL (saccage) de FES en 1912
Posté par: Lakhdar Omar (IP enregistré)
Date: 15 octobre 2009 a 22:46

Si Hifad bonjour,

Au sujet des douze Chioukh qui avaient envahi Essaouira vers 1800, c'étaient des gens du fameux caïd Bacha Bella ( il y a une rue à la casbah qui porte encore son nom). Ce n'est pas Damgaard qui a écrit ce texte ( traduction du bouquin de Höst); c'est un Anglais mais je ne me souviens pads de son nom.

Cette histoire m'interesse beacoup. Si tu as des informations qui proviennent d'autres sources ce serait très interssant!

Re: LE TRITEL (saccage) de FES en 1912
Posté par: hifad med (IP enregistré)
Date: 15 octobre 2009 a 23:43

Cher skamed

Ce n'est pas moi qui le dit , ce sont les mouvements amazighs du Rif qui ont décidé de lancer leur idée de l'autonomie en été 2010.Pour moi, c'est un signe précurseur du retour des événements de 1912 , ce qui correspond à 2012 et j'apprends ici avec intérêt que cela a commencé en 1911 d'où les dates possibles de la répérition 2011-2012/2021-2022 etc.c'est la date équivalente qui est importante: pour la crise d'octobre 1929 qui correspond à octobre 2029 vous avez constaté que c'est arrivé bien avant en octobre 2008 mais à la veille de l'une de ses dates équivalentes , c'est-à-dire en 2009.Je serai heureux que mes amis souiris m'envoient de tempd en temps des clients car c'est très tôt pour penser à la création d'une maison d'hôtes : le tourisme rural n'est pas encore assez développé dans la région et Essaouira elle-même est tributaire aux excursions organisées par les établissements de Marrakech et d'Agadir et ce genre de clients n'y dépasse même pas une nuitée ou deux au maximum.Merci quand même pour le conseil et sois le bienvenu le premier pour donner l'exemple .Quant aux événements de Mogador et cités par Si Omar , c'est en 1844 , ce qui correspondrait à 2014/2024/2034/2044/ etc et il faut bien les attendre sous d'autres formes peut être méconnaissables pour nous mais bien réels .et crois-moi , je vis actuellement à la campagne et il suffirait d'un rien pour plonger le Maroc de nouveau dans la siba ou , qu'à dieu ne plaise , une guerre civile dont tous les ingrédients sont là de plus en plus visibles.Je t'invite à lire mon dernier article sur mon blog sur les événements du 11 septembre 2001 à New York et le bombardement d'Hiroshima et de Nagasaki aussi étrange que cela puisse vous paraître en faisant correspondre les constituants de la situation initiale et de sa répétition.
Si omar , ce n'est pas Damgard qui a écrit ce livre , c'est un manuscrit qu'il a acheté je crois aux héritiers et il l'a publié à son compte .mon ami My Brahim , l'artiste-peintre , l'un des rares au Maroc à fabriquer lui-même ses couleurs à partir de fleurs et de plantes du terroir , le frère de l'ancien propriétaire du café Mogador a un exemplaire que lui a dédié son ami Frédéric et c'est lui qui me l'a prêté.Lorsque tu seras là nous irons ensemble chez lui à Tidzi où il habite et nous lui demanderons de te le prêter ou d'en faire une photocopie..

Re: LE TRITEL (saccage) de FES en 1912
Posté par: Lakhdar Omar (IP enregistré)
Date: 17 octobre 2009 a 11:34

Citation:
hifad med
Cher skamed
Si omar , ce n'est pas Damgard qui a écrit ce livre , c'est un manuscrit qu'il a acheté je crois aux héritiers et il l'a publié à son compte .mon ami My Brahim , l'artiste-peintre , l'un des rares au Maroc à fabriquer lui-même ses couleurs à partir de fleurs et de plantes du terroir , le frère de l'ancien propriétaire du café Mogador a un exemplaire que lui a dédié son ami Frédéric et c'est lui qui me l'a prêté.Lorsque tu seras là nous irons ensemble chez lui à Tidzi où il habite et nous lui demanderons de te le prêter ou d'en faire une photocopie..


Bonjour Si Hifad,


Monsieur Damgaard a traduit 2 ouvrages très intéressants de georges Höst : il s'agit de :
1- Relation sur les Royaumes de Maroc et de Fes , avec la collaboration de Pierre Cailhanou
2- Histoire de l'Empereur Sidi Mohammed ben abdsallah

Puis à son compte :ESSAOUIRA Histoire & créations . Tous dans les Editions LaPorte.

Si tu as des références d'un autre ouvrage, pense à me les envoyer!

Re: LE TRITEL (saccage) de FES en 1912
Posté par: hifad med (IP enregistré)
Date: 21 octobre 2009 a 12:45

ma réponse à ce dernier message a été supprimée.

Re: LE TRITEL (saccage) de FES en 1912
Posté par: Moderateur (IP enregistré)
Date: 21 octobre 2009 a 15:06

Désolé hifad med d'avoir supprimé le message en question mais il n'était nullement relié au sujet.
Svp. essayez de respecter le sujet débattu afin de garder l'intérêt aux differents topics de ce forum.

Merci d'en tenir comptegrand sourire classique

Moderateur darnna

Re: LE TRITEL (saccage) de FES en 1912
Posté par: hifad med (IP enregistré)
Date: 21 octobre 2009 a 16:11

Depuis que j'interviens sur ce site que j'ai décovert par hasard grâce à des amis que j'ai reconnu et retrouvé ici , j'ai toujours agi d'une manière spontanée faisant comme si je suis chez moi entre frères et soeurs , à darnna à prprement parler et puisqu'il s'agit d'un site ordinaire comme les autres et d'un forum comme vous dites qui a ses prpres régles , je vous souhaite bonne continuation et ce sera mon denier message ici et ailleurs.merci votre aimable attention.

Re: LE TRITEL (saccage) de FES en 1912
Posté par: Lakhdar Omar (IP enregistré)
Date: 23 octobre 2009 a 19:47

Bonjour Si Hifad,

Tu ne veux pas faire comme Zidane dans la coupe du monde! Tu donnes un coup de tête et tu claques la porte! Heurement il y a tes amis qui ont intervenu à temps! Tant mieux pour tout le monde.

Mais j'ai une petite remarque à faire quoique je ne sais pas le fond du problème. Il est très important que dans le cadre d'un sujet concernant 'intitulé d'un forum, les intervenants se concentrent sur le sujet principal. J'ai commis moi-même une fois une erreur en débordant sur des détails qui n'intéressent pas la majorité des gens qui souhaitent apporter leur contribution. En fin de compte la participation devient de plus en plus moindre car le sujet du forum se trouve dilué dans d'autres détails.

Rendons hommage aux gens qui ont créer ce site et qui ne cessent d'innover pour l'améliorer. Nous sommes tous redevables à DARNNA pour les sujets, les images et cartes postales qui ont été mis à la dispostion de tout le monde. Seule l'ingratitude pourrait n'en déplaire à Dieu, inciter à prétendre le contraire!

Merci Darnna!

Merci Si Hifad d'être revenu !

Re: LE TRITEL (saccage) de FES en 1912
Posté par: hifad med (IP enregistré)
Date: 09 novembre 2009 a 13:55

Livre-L'Histoire du Maroc...: Un ouvrage en cours d'élaboration sur le Royaume depuis la préhistoire jusqu'en 1999
(Le Matin 07/11/2009)

L'Institut royal pour la recherche sur l'histoire du Maroc (IRRHM) est sorti hier de sa réserve pour présenter l'essentiel de sa mission et de ses travaux sur l'Histoire du Maroc et préciser le rôle joué par la science historique dans la préservation et la perpétuation de la mémoire nationale.

L'Institut scientifique, créé en octobre 2005 sur décision royale, a pour missions premières de promouvoir des études portant sur l'Histoire du Royaume, d'assurer l'archivage, la publication et la vulgarisation du patrimoine civilisationnel du Maroc et d'entreprendre la réactualisation synchronique de l'histoire. Objectif poursuivi : faciliter l'accès de ce savoir historique à un large lectorat, tout en consolidant l'identité nationale. Dans cette perspective, l'institut, depuis 2006, a entrepris la préparation d'une chronologie détaillée de l'Histoire du Maroc et a publié le 1er numéro du Bulletin de l'institut dans le but d'élaborer un ouvrage de synthèse sur l'Histoire du Maroc. «Notre volonté est de rédiger l'Histoire contemporaine du Maroc en donnant un éclairage précis et dûment documenté sur les mouvements, les mutations sociaux majeurs ainsi que les constances de l'Histoire marocaine et la façon dont les événements ont continuellement interagi au cours des siècles, a souligné le Pr. Mohamed Kably, directeur de l'IRRH, sans oublier d'ajouter, que ces travaux de recherches permettaient aujourd'hui aux historiens d'établir un lien entre les faits et les événements de l'Histoire du Maroc, ce qui n'avait pas été possible de réaliser depuis plus de 40 ans.

Cet ouvrage d'importance traitera de l'espace géographique et de la diversité nationale du Maroc, de la période préhistorique jusqu'à l'arrivée de l'Islam, de l'époque médiévale, de l'expansion ibérique et les nouvelles dynamiques au XVe siècle, des crises et des tentatives de redressement du XVIe au XVIIIe siècles et tout le long du XIXe siècle ainsi que l'histoire contemporaine depuis l'époque du protectorat jusqu'en 1999. Cet ouvrage de synthèse historique est destiné à être traduit dans plusieurs langues dont l'anglais, l'espagnol et le français afin de faire connaître leur histoire passée et présente aux Marocains intra-muros mais également outre la Méditerranée, et ceci afin d' approfondir et d'enrichir la mémoire communautaire et de renforcer les valeurs identitaires et pérennes de la nation marocaine.

«L'Institut royal est avant tout une institution scientifique et citoyenne, a déclaré le Pr. Mohamed Kably. Notre démarche consiste à concilier la recherche empirique, documentée et la sauvegarde de la mémoire collective ainsi que l'ancrage des valeurs citoyennes qui exclut la désinformation, les approximations et les allégations fallacieuses», a-t-il poursuivi. Un travail de rigueur, d'objectivité et d'impartialité auquel tient particulièrement le Pr. Mohamed Kably pour mener à bien la tâche qu'il s'est assignée et à laquelle il s'est attaché le concours de 47 auteurs, dont des professeurs, des universitaires et des historiens afin de satisfaire aux exigences requises par la recherche scientifique.

«La tâche de l'institut ne se réduit pas à produire des écrits historiques selon les normes de la profession mais d'aider par tous moyens à la publication d'ouvrages historiques de vulgarisation destinés avant tout aux élèves et aux étudiants pour participer au développement et au renforcement de leur identité historique».
Parallèlement à sa mission didactique, l'Institut royal veille à s'ouvrir sur la communauté scientifique étrangère afin d'établir des partenariats de recherches communs, d'où l'organisation d'un prochain colloque international... Une autre voie pour encourager la compréhension des apports culturels et l'interaction des civilisations et de leurs richesses les unes aux autres.
----------------------------------------------------------------------

Congrès international
L'Institut royal organisera du 12 au 14 novembre un congrès international sous le thème «Le Maghreb et la Méditerranée occidentale à l'époque ottomane » en collaboration avec le Centre d'études sur l'histoire, l'art et la culture islamiques d'Istanbul.
Cette manifestation se propose tout d'abord d'être un trait d'union entre les membres de la communauté scientifique au sens large en réunissant chercheurs et universitaires marocains, turcs, égyptiens, français, hongrois, roumains, américains, etc.
Elaborer un travail de recherche historique commun autour de la Méditerranée, de son histoire et de sa civilisation, est l'autre ambition affichée de l'institut.



Repères

Missions de l'Institut royal pour la recherche sur l'Histoire du Maroc


Promotion des études portant sur l'Histoire du Maroc,

Publication des textes et de travaux relatifs à l'Histoire du Royaume,

Organisation de conférences et de rencontres scientifiques,

Développement des archives et du fonds documentaire,

Coopération dans le cadre d'actions scientifiques avec des structures de recherche nationales et étrangères.





Par Samira EZZEL | LE MATIN





© Copyright Le Matin

Les evenements de FES en 1912 - Trit'l (saccage)
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 11 avril 2012 a 06:05

Le Centenaire du « tritel » ou
le « Pogrome de Fez »,
17-19 avril 1912


Dans quelques jours le monde juif devra s’apprête à commémorer le centenaire d’une des pages les plus sombres de l’histoire du judaïsme en terre d’islam – le « tritel » ou le « pogrome de Fez », qui eut lieu du 17 au 19 avril 1912 (30 nissan 5672).

Au début du XXe siècle, le Maroc fraye la chronique internationale. Convoité par la France qui désire étendre son empire colonial sur l’Afrique du Nord, il excite aussi les ambitions de l’Angleterre et de
> l’Allemagne et faillit être la cause d’une guerre mondiale. Profitant de l’instabilité politique interne du pays, la France propose son aide militaire au faible sultan Mouley Hafid qu’elle accule à signer en mars 1912 un traité de protectorat. Cet accord fut perçu comme une trahison de la part du « commandant des fidèles » qui vendit aux infidèles une partie du dâr al-Islâm. Presque immédiatement l’étendard de la guerre sainte fut hissé, mais impuissante devant l’armée française, la colère arabe se déversera sur les boucs émissaires traditionnels de la hargne musulmane,¬ la communauté juive, accusée d’avoir attiré les Français au Maroc. Au lendemain de la « mimouna », qui devait marquer une certaine symbiose sociale entre Juifs et musulmans, des hordes déchaînées
> envahirent le quartier juif de la capitale, et pendant trois jours sans répit le pillèrent, le saccagèrent, et en massacrèrent une partie de sa population. Les scènes de barbarie furent effroyables, enfants et vieillards fauchés, femmes et fillettes violées et des enfants kidnappés. Le plus horrifiant fut sans doute la vision apocalyptique de la fuite effrénée des 12 000 habitants du mellah qui cherchèrent refuge dans la ménagerie du sultan où ils demeurèrent sans toit, dans une misère pitoyable pendant des semaines.

La catastrophe ne se mesura pas uniquement en pertes humaines et matérielles. L’incendie du mellah allumé par les Arabes détruisit tout un univers et réduisit en cendres des trésors culturels des oratoires et des bibliothèques, accumulés au fils des siècles par une des communautés les plus anciennes du monde islamique. Des photographies bouleversantes du drame furent diffusées dans la presse internationale mobilisant le judaïsme mondial comme au temps de l’Affaire de Damas (1840). Il est significatif que la presse sioniste perçut dans le cataclysme marocain la nécessité impérieuse d’un foyer national juif. Mais, à la différence des pogromes de Kichinev tout récents, le tritel, qui les dépassa peut-être en horreur, n’engendra pas une copieuse production littéraire.

Un regard superficiel donnerait à croire que la tragédie juive de Fès a été oblitérée par les douceurs du Protectorat. Dans l’ouvrage commémoratif que vient de publier aux éditions de l’Institut Ben Zvi,

Paul Fenton, professeur à la Sorbonne, montre que la persistance de cette tragédie dans la mémoire collective du judaïsme maghrébin pourrait constituer un des facteurs de l’exode massif des Juifs du Maroc au cours du XXe siècle.

La politique coloniale de la France suscita une confrontation à triple voix, non seulement entre l’Occident chrétien et le Maghreb musulman mais aussi, en raison de ses retombées dramatiques sur la communauté juive, avec le judaïsme nord-africain. Le recul d’un siècle qui a été témoin de l’extinction des communautés juives du Maghreb, permet d’analyser avec objectivité ce chapitre douloureux de leur histoire. Son étude montre clairement les complicités machiavéliques du pouvoir chérifien et du gouvernement de Paris pour détourner la fureur inévitable de la population musulmane du colonisateur et du sultan. Enfin, ce dernier n’a pas hésité à sacrifier les plus faibles de ses sujets - la minorité juive.

Une soirée commémorative sera consacrée au centenaire du tritel à l’Institut Ben Zvi, le lundi 16 avril, le lendemain aura lieu une journée de réflexion à l’Université de Bar-Ilan, et le mercredi le Professeur Fenton donnera une conférence en français au Centre de recherche français à Jérusalem.

Paul B. Fenton

Re: LE TRITEL (saccage) de FES en 1912
Posté par: EDELL (IP enregistré)
Date: 01 juin 2013 a 17:37

Avez vous connu mon père Moise SOUDRY qui vivait en 1942 (et même avant) à 1955 Meknès Rue Attarine, rue tob , rue Ibn Ezra. Il vendait des tissus, il avait plusieurs commerces.

Merci de votre réponse. car il semble que vous avez bien connu les gens du vieux et nouveau Mellah de Meknès.

A bientot



Désolé, seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster sur ce forum.
Veuillez cliquer sur S'identifier pour vous enregistrer

   Rechercher sur
 

  Web    
Darnna

� 2008 Darnna.com - All rights reserved.

'