LE MAROC :  DARNNA.COM
Geographie, histoire, differentes villes du Maroc.  
Tetouan d'hier et d'aujourd'hui
Posté par: gerard (IP enregistrè)
Date: 26 juin 2007 a 23:39

Oued Laou : Le bijou de la Méditerranée



Oued Laou est l’une des plages de la Méditerranée les plus paisibles à proximité de Tétouan. Les amateurs de poissons frais et de pêche à la ligne doivent absolument faire un détour par cette région aux multiples atouts.

Les plages du Nord sont réputées pour leur beauté. Le village de Oued Laou n’est pas en reste. Cette bourgade située à 50 km de Tétouan possède une vue imprenable sur la mer du même nom. Pour s’y rendre, il suffit d’emprunter la route de Chefchaouen et de profiter au passage des paysages des cascades d’Akchour. Pour se baigner ou se bronzer au soleil, les habitants de Tétouan sont obligés de sortir de la ville et se rendre soit à Mdiq, à Martil ou plus loin à Oued Laou.





Re: Tetuan
Posté par: tarzan (IP enregistrè)
Date: 27 juin 2007 a 02:27



OUED LAOU √† 45 kms de T√©touan sur route c√īti√®re M√©dit√®rrann√©nne,mais constitu√© de plage √† gallets polis et non enti√®rement de sable fin.

On peut atteindre également ce village de pêcheurs et de lieu d'èstivants par une route venant du Sud par Chaouen,celle-ci étant très sinueuse,demande de beaucoup de précaution de conduite,car le paysage montagneux qu'on le traverse est très pitoresque surtout en dépassant le barrage de TALAMBOT.

Ce village s'agrandit chaque année,et se constitue de magnifiques résidences secondaires,dont la plupart des privilégiés habitants les villes voisines de Tétouan et de Tanger.

Néanmoins par ailleurs également des résidents étrangers de toutes nationalités et des Marocains éxpatriés originaires de cette région.

Certain devenus retraités,loues leurs résidences pendant la saison èstivale,ce qui leurs permets un revenu subtentiel à leurs besoins familiaux.

Actuellement encore peu connu,ce village √©tant isol√© des centres de renoms comme Marina-Smir,M√©diq,Cabo N√©gro o√Ļ habritent les grands palaces et les installations des Clubs pr√©stigieux comme le"CLUB MEDITERRANNEE"de Restinga.

Mais peut-√™tre que l'avenir est tr√®s prom√©tteur,les grands travaux en cours de r√©alisation de l'auto-route de Tanger √† Sa√Įdia,va pouvoir attirer davantage d'investisseurs pour r√©aliser de nouveaux projets sur ces merveilleux tron√ßons de c√īte M√©dit√©rrann√©√©nne encore compl√©tement vierge.

" T A R Z A N " ./.

Re: Tetuan
Posté par: ETTEDGUI ALBERT (IP enregistrè)
Date: 27 juin 2007 a 21:07

information tres interressante mon cher ami tarzan , merci.
AMITIES ALBERT E

Re: Tetuan
Posté par: tarzan (IP enregistrè)
Date: 29 juin 2007 a 03:51


Cher ami ALBERT,

Il faut davantage d'investisseurs,en èspèrant que tu puisses apporter ta générosité,sait-on jamais ????

Dans les environs des jours prochains,un BEL HOTEL FLAMBANT NEUF ERIGE PRES DE LA PLAGE,AVEC LES MONOGRAMMES(A.E.).????


Ne serait-ce que, pour un premier maillon de cette nouvelle cha√ģne ????

J'èspère que tu comprends mes idées.


" LES CONSEILLEURS NE SONT PAS LES PAYEURS !!!!!!! " .



" T A R Z A N " ./.

Re: Tetuan
Posté par: Mostafa (IP enregistrè)
Date: 03 juillet 2007 a 22:50




La place du Feddan à Tétouan. C'est dans cetteplace qu'a vécule célèbre écrivain marocain Mohamed Choukri. Son livre "Le Pain nu" relate la vie des années 50 dans cette place et les bas-fonds de Tétouan. Le livre était interdit au Maroc jusqu'en 2000. il a été traduit en 38 langues.
tetouan1.jpg

Re: Tetuan
Posté par: Mostafa (IP enregistrè)
Date: 03 juillet 2007 a 22:53




La fontaine de Bab L'Oukla à Tétouan.
image975.jpg

Re: Tetuan
Posté par: Mostafa (IP enregistrè)
Date: 03 juillet 2007 a 22:54




Le centre de la ville de Tétouan.
cntr.jpg

Re: Tetuan
Posté par: tarzan (IP enregistrè)
Date: 09 juillet 2007 a 03:54


Connaissez-vous le secrèt du CAFE NIPPON de Tétouan ?


Le "Café NIPPON" sur trouve sur la Calle Mohamed Torrès,non loin du Cinéma Avénida.

La spécialité de ce café est la composition du café au lait :


1¬į-

Il faut le faire avec du café torréfié de chez"CARRION",le torréfacteur Espagnol réputé de Tétouan.

2¬į -

Le pr√©parer avec de l'eau de source de"BOUANNANE",origine d'une petite montagne pr√®s de T√©touan,celle-ci est transport√©e par main d'homme dans des cruches en argile entourr√©es de branchage d'arbuste de la r√©gion pour en garder sa fra√ģcheur,celle-ci est en vente par les paysans qui ambulent dans les rues de T√©touan,coiff√©s de chapeau en doum.

3¬į -

Et pour finir,servir avec du lait de chèvre de la région.


Le secret m'a été raconter par mon ami Mr.BAKKALI,un enfant de Tétouan.

" AH ! QUEL GOUT !!!!! " . Cela vaut le détour.......


" T A R Z A N " ./.

Re: Tetuan
Posté par: tarzan (IP enregistrè)
Date: 09 juillet 2007 a 04:07



L'APPELLATION DE LA MONNAIE EN EX-ZONE NORD : TETOUAN-AL HOCEIMA-NADOR-LARACHE-CHAOUEN-TARGUIST-AZILAH et TANGER.


LES GENS DE"L'INTERIEUR" ou du "SUD",NE VOUS AFFOLLEZ-PAS ?


QUAND ON VOUS DIT : 20 RIALS,NE CROYEZ PAS QUE C'EST 1 DIRHAM !!!!


C'EST CALCULER DE L'ANCIENNE PESETA,IL FAUT MULTIPLIER PAR DIX :


CE QUI FAIT EXACTEMENT 10 DIRHAMS.

Alors,ne vous trompez pas,fa√ģtes bien vos comptes.


" T A R Z A N " ./.

Re: Tetuan
Posté par: tarzan (IP enregistrè)
Date: 09 juillet 2007 a 04:14



DAns les Provinces du NORD,il n'y a pas de "limoun"(Orange)mais il y a "litchin"(prononciation de la région).

Ce sera plus facile à dire naranja (sic...),les gens du tèrroir comprendront mieux.


" T A R Z A N " Le Jebalo.

Re: Tetuan
Posté par: darlett (IP enregistrè)
Date: 20 janvier 2008 a 11:05

TETOUAN
RUE DES JUIFS
DEBUT DU XX¬į SIECLE



Re: Tetuan
Posté par: darlett (IP enregistrè)
Date: 20 janvier 2008 a 11:06

TETOUAN CIMETIERE JUIF
D'APRES UNE PEINTURE DE GIRARDOT
DEBUT DU XX¬į SIECLE


Photo transmise par Arrik Delouya







Re: Tetuan
Posté par: darlett (IP enregistrè)
Date: 20 janvier 2008 a 11:06

TETOUAN
LE CIMETIERE JUIF


Photo transmise par Arrik Delouya







Re: Tetuan
Posté par: darlett (IP enregistrè)
Date: 20 janvier 2008 a 11:07

TETOUAN FIN DU XIX¬į SIECLE
LE CIMETIRE JUIF


Photo transmise par Arrik Delouya






Re: Tetuan
Posté par: darlett (IP enregistrè)
Date: 23 janvier 2008 a 01:25



TETOUAN
ECOLE AIU
DEBUT XX¬į SIECLE


Photo transmise par Arrik Delouya



Tetouan
Posté par: alex (IP enregistrè)
Date: 23 janvier 2008 a 02:01

voila un document sur l histoire des juifs a tetouan
[www.sefarad.org]
j ai tente de retrouver un document sur les habitants de tetouan au debuts de 20 siecles mais je sait plus ou est il! en tout si je me souvient les juifs fesait presque le 1/3 des habitants . maintenant on parle de 50 personnes!

Tetouan
Posté par: darlett (IP enregistrè)
Date: 23 janvier 2008 a 22:04

Histoire des Juifs de Tétouan

[www.sefarad.org]


T√©touan (anciennement Tamuda), d√©truite par les Espagnols en 1399, est reconstruite √† la fin du 15√® si√®cle gr√Ęce √† l'arriv√©e de juifs et de musulmans fuyant l'Inquisition. La communaut√© juive de la ville a donc la particularit√© d'√™tre enti√®rement s√©farade et hispanophone - comme en t√©moignent la majorit√© des grandes familles de T√©touan: Abudaraham, Almosnino, Bendelac, Bibas, Caz√®s, Coriat, Crudo, Falcon, Hadida, Nahon, Taurel...

Développement économique et rayonnement spirituel

Cette communaut√© se d√©veloppe et s'√©panouit au cours du 16√® si√®cle, participant tr√®s activement √† la prosp√©rit√© de T√©touan qui devient alors un important port d'√©changes, un des principaux centres de commerce avec l'Occident et le si√®ge des ambassades √©trang√®res. De nombreux juifs jouent un r√īle majeur dans la vie commerciale de la cit√© et multiplient les contacts avec l'Empire ottoman (la Palestine en particulier), le Maghreb, Livourne, Londres, Amsterdam, Gibraltar et, bien s√Ľr, avec l'Espagne. Vers la fin du si√®cle, elle accueille des marranes portugais ainsi que des juifs venus d'autres villes du Maroc et elle poursuit son d√©veloppement.

La communauté de Tétouan est également rayonnante sur le plan spirituel. En 1530, R Hayyim Bibas, arrivé à Fez alors qu'il était encore enfant, avec sa famille fuyant l'Inquisition espagnole, est invité à venir la diriger. Quelques années plus tard, il fonde avec son fils une yeshivah qui deviendra célèbre dans toute l'Afrique du Nord et même au- delà. Même si la splendide synagogue Bibas est détruite lors de la rébellion de 1610, on compte sept synagogues à Tétouan en 1727.

Au 19è siècle, la communauté de la ville vénère le dayyan R.Isaac ben Walid, auteur de Va Yomer Yitzhak qui constitue une source de renseignements extrêmement précieuse sur l'histoire sociale, économique et religieuse de juifs de Tétouan. Cet érudit sera l'un des plus grands soutiens de l'entreprise scolaire de l'Alliance.

.../...




Tetouan
Posté par: darlett (IP enregistrè)
Date: 23 janvier 2008 a 22:05

L'ambigu√Įt√© des autorit√©s

Les 17√® et 18√® si√®cles sont marqu√©s par une politique ambigu√ę des autorit√©s vis- √† - vis des juifs. Le sultan leur impose de tr√®s lourdes taxes et nombre d'entre eux sont victimes des violences antijuives qui se d√©cha√ģnent en 1655. Mais d'autre part, lorsque tous les repr√©sentants d '√©trangers sont expuls√©s de la ville, en 1772, des juifs deviennent repr√©sentants consulaires de divers pays europ√©ens et sont donc, m√™me indirectement, des interlocuteurs du pouvoir. En 1790 portant, de nouvelles exactions ont lieu contre des habitations juives.

L'ann√©e 1808 marque une date- cl√©, puisqu'un d√©cret d'expulsion de tous les juifs de la ville est promulgu√©, afin de faire de T√©touan une cit√© exclusivement musulmane. Une d√©l√©gation de la communaut√© se rend √† Fez pour tenter de plaider sa cause, mais elle obtient seulement l'autorisation pour les juifs de construire leurs propres quartiers en dehors des limites de la ville: c'est le d√©but du d√©veloppement de la Juderia, le quartier juif de T√©touan. La s√©gr√©gation spatiale s'accompagne de mesures de marginalisation sociale et professionnelle puisque certains m√©tiers sont d√©sormais interdits aux juifs, contraints par ailleurs de porter un v√™tement distinctif noir et fr√©quemment victimes de bastonnades. Ainsi priv√©s de ressources, les juifs de T√©touan s'appauvrissent consid√©rablement. La plupart des 9000 √Ęmes qui composent la communaut√© au milieu du 19√® si√®cle sont r√©duites √† la mis√®re. Aussi l'√©migration s'amplifie-t-elle de mani√®re spectaculaire - vers Mellila, Gibraltar, Oran, mais aussi en direction de contr√©es plus lointaines: nombreux sont les juifs de T√©touan √† aller s'√©tablir √† Buenos-Aires, Rio de Janeiro, Lima ou Caracas...

.../...




Tetouan
Posté par: darlett (IP enregistrè)
Date: 23 janvier 2008 a 22:06

Retrouvailles historiques avec l'Espagne

Le 6 f√©vrier 1860, les Espagnols conqui√®rent T√©touan. Les juifs, qui ont subi deux jours plus t√īt de nouvelles violences, les accueillent avec enthousiasme. "Ce jour-l√†, historique √† plus d'un titre, Espagnols et S√©farades se retrouvaient face √† face", √©crit Sarah Leibovici, sp√©cialiste de l'histoire des juifs de T√©touan. L'occupation espagnole de la ville ne dure que deux ans, puisqu'elle prend fin le 2 mai 1862, mais elle redonne aux juifs un sentiment de s√©curit√© et d'espoir d'un avenir meilleur. Ils jouissent d√©sormais de la libert√© religieuse et culturelle et participent au conseil mixte r√©cemment mis en place, o√Ļ juifs et musulmans se r√©unissent √† parit√©. Attir√©s par la possibilit√© d'un meilleur niveau de vie, des juifs des villes de l'int√©rieur s'installent √† T√©touan.
L'embellie est malheureusement de courte durée. En 1867 et 1868, les attaquent de tribus montagnardes, de pirates du Rif, remettent en cause la sécurité des habitants de Tétouan, dont une partie est décimée par des épidémies. La sécheresse frappe la région. Le mouvement migratoire des juifs de Tétouan s'amplifie encore.

En 1912, T√©touan passe de nouveau sous domination espagnole et le sort des juifs conna√ģt une nette am√©lioration. La Couronne prot√®ge officiellement les institutions juives, l'obligation faite aux juifs de r√©sider dans la Juderia est assouplie et il leur est d√©sormais possible d'acqu√©rir des maisons dans les divers quartiers de la ville. Par ailleurs, les taxes sp√©ciales que les juifs devaient acquitter sont abolies. L'accession du franquisme entra√ģne toutefois une certaine d√©gradation de la vie des juifs de T√©touan, sur le plan √©conomique en tout cas.

La fin d'une histoire...

Avec l'ind√©pendance du Maroc, T√©touan devient marocaine. De nombreux juifs optent pour le d√©part, notamment en direction de Ceuta et de Mellila rest√©es sous contr√īle espagnol. Le recensement de 1960 fait appara√ģtre la pr√©sence de 3103 juifs √† T√©touan. Une nouvelle vague d'√©migration se d√©veloppe apr√®s la Guerre des Six Jours, cette fois vers Isra√ęl. Il reste environ mille juifs √† T√©touan en 1968. Au d√©but des ann√©es 1990, on ne comptait gu√®re plus de deux cents juifs √† T√©touan.

Source : [www.sefarad.org]

Tetouan d'hier et d'aujourd'hui
Posté par: darlett (IP enregistrè)
Date: 23 janvier 2008 a 22:11

"Il était une fois... il était une dernière fois..."

[www.sefarad.org]



José Garzon est l'un des derniers élèves de l'Alliance à Tétouan.

Il est n√© en 1963 et habitait le centre-ville. Il n'en a pas moins connu la Juderia o√Ļ vivaient ses grands-parents. Dans les ann√©es cinquante, le nombre des synagogues s'√©levait - par d√©cret rabbinique! - √† un maximum de quinze. Chaque communaut√© avait sa synagogue, les T√©touanais ne se m√™lant pas aux habitants du Rif. A la maison, on parlait le haketia - le jud√©o-arabo-espagnol ; dans la rue, l'espagnol; √† l'Alliance, le fran√ßais. Le ladino reparaissait dans les pri√®res, le deuxi√®me soir de P√Ęque surtout. Les chercheurs du multi-linguisme n'√©taient pas encore n√©s!

Dans les ann√©es soixante , la ville comptait cent mille habitants dont six mille juifs; l'√©cole Ruben et Stella Tajouri r√©unissait quatre cents √©l√®ves. Les mati√®res g√©n√©rales se tenaient exclusivement en fran√ßais, les cours du juda√Įsme √©taient dispens√©s, √† partir de 16 heures trente, au Talmud Torah o√Ļ les √©l√®ves √©taient accueillis avec un go√Ľter. Jos√© garde un souvenir √©mouvant de la coexistence entre musulmans, juifs et chr√©tiens dans la ville: " Le jour de la Saint-Jean, d√©clare- t-il, nous allions br√Ľler Judas; le jour de Pourim, les musulmans se d√©guisaient et les chr√©tiens br√Ľlaient Haman!" Jos√© Garzon a v√©cu la fermeture de l'√©cole de l'Alliance √† T√©touan. A partir de la Sixi√®me, il est interne √† l'√©cole de Tanger. Puis il est admis √† l'Ecole normale isra√©lite orientale o√Ļ , dans sa commu naut√© scolaire √† majorit√© marocaine, les T√©touanais passaient pour... des na√Įfs, " parce qu'ils parlaient le plus pur des fran√ßais, sans un mot d'argot, et se montraient tatillons sur les r√®gles de grammaire qu'ils connaissaient par coeur". Aujourd'hui, Jos√© Garzon , l'un des tout derniers √©l√®ves de l'√©cole de l'Alliance de T√©touan, est un des pilliers, comme intendant, de la derni√®re √©cole de l'Alliance, le coll√®ge Georges Leven √† Paris - c'est-√†-dire de la plus r√©cente!-

En lisant le livre de notre regrettée amie Sarah Leibovici (1), qui relate l'ouverture de la première école de l'Alliance, on a envie d'ajouter en préambule "Il était une fois", tant cet événement s'est révélé épique. En témoignant des dernières années de cette école, je commencerai donc par cette même formule :

Il était une fois...Il était une dernière fois...

Adossée aux collines du Dersa et butant sur les pieds du Rif, Tétouan ressemble à un drap de satin blanc négligemment jeté au creux d'une vallée. Son encastrement a toujours nui à son développement urbain et contribué à son isolement. Les deux occupations espagnoles n'ont pas été vécues comme un viol de son intégrité, mais comme une symbiose entre deux cultures soeurs, andalouse et maghrébine. Nous, petits juifs tétouanais, évoluons dans une sérénité quasi biblique, mélangeant nos langages et mixant nos patries sans prendre conscience d'être la dernière génération scolarisée à l'école juive tétouanaise. A la maison, nous parlions espagnol, à l'école le français exclusivement, avec nos grands- parents le Hakétia (2) et enfin, avec les commerçants, un arabe dialectal hybride. Ajoutez à cela l'anglais parfois, l'hébreu et l'arabe littéraire imposés par l'école, et vous comprendrez quel défi était lancé à ces petits enfants.




Tetouan d'hier et d'aujourd'hui
Posté par: darlett (IP enregistrè)
Date: 23 janvier 2008 a 22:13

Culture universelle

Sionistes sans r√©serve, nous montrions au Maroc et au roi un attachement sans faille. D'un autre c√īt√©, c'√©tait la t√©l√©vision espagnole qui √©tait allum√©e dans nos foyers et les valeurs r√©publicaines fran√ßaises qui nous √©taient transmises par nos enseignants. Et tout cela nous semblait naturel!!! J'ai pris conscience de cette appartenance multiple le jour o√Ļ, lorsque je pr√©sentai mon dossier de naturalisation, le fonctionnaire fran√ßais me dit: " A la case nationalit√© d'origine, je note marocaine, mais en face de culture, je marque quoi? " Je lui r√©pondis, ne trouvant d'autre formulation plus ad√©quate: " je suis un enfant de l'Alliance isra√©lite universelle", et c'est ainsi , qu'au minist√®re de l'Int√©rieur, dans le dossier d'un T√©touanais, en face de " culture", il y a √©crit " universelle"...

Le premier souvenir qui m'a fortement marqu√© est la disparition de camarades qui, du jour au lendemain, laissaient leurs bancs vacants. Entre nous, on savait. Ils √©taient partis soudainement la veille en Espagne, √† Caracas ou √† Jerez. Jerez n'√©tait pas pour nous la capitale espagnole du vin, mais l'habile d√©guisement de Eretz, la terre, la terre d'Isra√ęl.Il faut dire qu'en cette veille de guerre de Kippour, nos parents nous apprenaient √† nous m√©fier de nos camarades d'√©cole musulmans avec qui nous entretenions pourtant des relations plus qu'amicales. D'ailleurs, ils n'√©taient pas dupes, eux qui, dans l'innocence de leurs dix ans, venaient nous attendre √† la sortie de la synagogue le Shabbat midi pour notre promenade.

S'inscrire √† l'√©cole de l'Alliance n'√©tait pas un choix, c'√©tait une √©vidence. Ma m√®re avait √©t√© scolaris√©e dans les anciens locaux situ√©s dans la Juderia (3), ma grand-m√®re aussi, ainsi que mon arri√®re grand- m√®re. Alors, lorsque le dernier directeur, M Isaac Benabou, annon√ßa en 1974 la fermeture de l'√©cole, l'√©motion fut vive. Certes, plusieurs solutions avaient √©t√© tent√©es: regrouper les classes ( CE1-CE2,CM1-CM2,6¬į-5¬į), ouvrir l'√©cole aux non-juifs..., mais en vain. Du fait du manque d'effectifs, il n'y avait pas d'autre alternative que la fermeture. Comment faire, alors que l'√©cole repr√©sentait le centre de notre vie?

L'enseignement tr√®s la√Įc dispens√© par nos professeurs, dont certains √©taient des coop√©rantsfran√ßais, se compl√©tait par une formation religieuse suivie √† la Esnoga (4) tous les soirs et par des activit√©s ludiques au Centre culturel fran√ßais ou espagnol le week-end. Fermer l'√©cole, c'√©tait mettre en p√©ril cet √©quilibre. De plus, l'Ittihad jouait un r√īle social de premier plan . La grande majorit√© des familles b√©n√©ficiaient de la gratuit√© ou participaient tr√®s modestement aux frais. Plusieurs enfants √©taient nourris gratuitement et avaient acc√®s au vestiaire.


.../...

Tetouan d'hier et d'aujourd'hui
Posté par: darlett (IP enregistrè)
Date: 23 janvier 2008 a 22:14

Un internat à Tanger

Comme pour l'ouverture de l'√©cole en 1862, l'Alliance se trouvait confront√©e √† un probl√®me qui d√©passait sa mission √©ducative. Et elle l'assuma, faisant valoir le m√©rite scolaire des jeunes T√©touanais. En effet, parfaitement bilingues, forts en grammaire, en calcul et en h√©breu, jouissant d'une r√©putation d'enfants studieux et disciplin√©s quoique na√Įfs, ils avaient marqu√© les esprits en r√©ussissant r√©guli√®rement les concours d'entr√©e √† l'E.N.H.et √† l'E.N.I.O. Ainsi pour ma g√©n√©ration ( 1976-77), sur huit candidats admis √† l'ENIO, trois √©taient t√©touanais. La plus √©tonnante des aventures fut imagin√©e: ouvrir un internat √† Tanger, distante de soixante kilom√®tres, qui accueillerait une quarantaine d'enfants pour quelques ann√©es.
Soixante kilomètres : un monde ! ! !

Tous les dimanches soir ou lundis matin, un vieil autobus nous emmenait vers la ville voisine par une route sinueuse et nous rentrions vendredi midi par nos propres moyens. Si l'autobus faisait d√©faut, une cha√ģne de taxis prenait le relais. La s√©paration avec nos parents fut brutale et certains renonc√®rent en cours d'ann√©e: les plus jeunes d'entre nous n'avaient pas douze ans ! ! !

Comment ne pas rendre hommage √† nos deux ma√ģtres d'internat, M. Jos√© Albo, professeur de math√©matiques, et MP. Semtob Cohen, professeur de Kodesh et d'h√©breu, qui avaient en charge la mise en pratique de notre p√©riple hebdomadaire. T√©touanais d'origine et b√©n√©ficiant ainsi de la confiance de nos parents, ils avaient servi dans les √©coles d'Iran. Par leur t√©nacit√© et leur d√©vouement, ils rendirent possible le projet de l'Alliance. La rencontre avec nos camarades de la cosmopolite Tanger fut surprenante. Nous √©tions √©tonn√©s par ces jeunes au fran√ßais argotis√©, habill√©s du dernier chic et √† la pratique religieuse disparate. De notre c√īt√©, avec notre fran√ßais si pur qu'il semblait vieillot, nos bootes montagnardes Ouka et notre Hak√©tia d√©suet, nous faisions figure de Jebli ( 5). Portant l'osmose se fit rapidement , d√©montrant de nouveau la capacit√© √©mancipatrice de l'Alliance par l'√©ducation.



Ya Hasra...

Aujourd'hui, alors qu'il ne reste plus qu'une cinquantaine de juifs à Tétouan, l'empreinte qu'a laissée l'école est encore forte. Dans la Juderia, et au centre-ville, n'importe quel passant peut vous indiquer le chemin de la shcuela(7).
Lorsque je retourne √† T√©touan et que je m'arr√™te devant la grande √©cole, aujourd'hui devenus le centre culturel fran√ßais, je regarde √† travers les lourdes portes de fer forg√© , la large b√Ętisse de deux √©tages, l'immense cours de r√©cr√©ation, un souffle sort de ma gorge et qui forme ces deux mots magiques, intraduisibles, qui t√©moignent √† eux deux de nos souvenirs et de notre nostalgie, cette expression que tout Marocain conna√ģt : Ya Hasra...

( Avec l'aimable autorisation de l'A.I.U.)

(1) Sarah Leibovici, Chronique des juifs de Tétouan, Maisonneuve et Larose, 1984
(2) Haketia: Dialecte parlé dans la zone nord du Maroc, composé essentiellement d'arabe, d'espagnol et d'hébreu.
(3) Juderia: Quartier r√©serv√© aux juifs. Il s'agit en fait du nouveau quartier par Moulay Sliman en 1808 et agrandi en 1882 et o√Ļ les juifs
résidèrent jusqu'au début de ce siècle.
(4) Esnoga; Synagogue en Hakétia
(5) Jebli: Par r√©f√©rence √† Djeballa, cha√ģne montagneuse √† proximit√© de T√©touan. Terme p√©joratif qui pourrait se traduire: p√©quenot.
(6) Rue de la nouvelle Ecole
(7) A Tétouan, l'homme de la rue appelle ainsi les écoles juives ou catholiques pour les différencier des écoles musulmanes dénommées Madrassa.


Source : [www.sefarad.org]

Tetouan d'hier et d'aujourd'hui
Posté par: CHELO (IP enregistrè)
Date: 18 fťvrier 2008 a 16:25

Bonjour, encore et encore des émotions. Je suis née à TETOUAN en 1944, de Alberto et Simita CHOCRON. Mes parents habitaient la JUDERIA et j'y suis retournée il y a trois ans. Quelqu'un connait-il ma famille ou mes grands parents ? Mon grand père s'appelait Oscar - nous avons tous immigré à CASABLANCA, en 1950. Je serais heureuse de recevoir des informations en ce sens. CHELO

Re: Tetuan
Posté par: mriziga (IP enregistrè)
Date: 18 fťvrier 2008 a 18:19

Citation:
tarzan

L'APPELLATION DE LA MONNAIE EN EX-ZONE NORD : TETOUAN-AL HOCEIMA-NADOR-LARACHE-CHAOUEN-TARGUIST-AZILAH et TANGER.


LES GENS DE"L'INTERIEUR" ou du "SUD",NE VOUS AFFOLLEZ-PAS ?


QUAND ON VOUS DIT : 20 RIALS,NE CROYEZ PAS QUE C'EST 1 DIRHAM !!!!


C'EST CALCULER DE L'ANCIENNE PESETA,IL FAUT MULTIPLIER PAR DIX :


CE QUI FAIT EXACTEMENT 10 DIRHAMS.

Alors,ne vous trompez pas,fa√ģtes bien vos comptes.


" T A R Z A N " ./.

C'est vrai pour le rial, puisque je me suis fait avoir √† tanger en 1972 de passage j'ai vus ou plut√īt entendu un marchand de dates qui crie en disant que le Kilo des dates 5 rials j'ai achet√© mon kilo de date et j'ai payer cinq rials mais de chez nous (25 centimes) l√† le marchand ma regarder avec un sourir et en me disant (N'TINA MEN ADAKHILIYA) je lui dit que oui et l√† il ma expliquer que 5 rials chez eux c'est l'√©quivalent de 50 rials (2,50Dh) de l'interieur, j'ai pay√© les 45 rials qui reste. Depuis je me m√©fie √† chaque foi que je suis √† l'exterieur!

1 rial dans le nord c'est 10 rials (0,50 Dh) dans le reste du pays
2 " " " " " 20 " (1 Dh) " " " " "
Etc...




Tetouan d'hier et d'aujourd'hui
Posté par: tarzan (IP enregistrè)
Date: 19 fťvrier 2008 a 02:49

mriziga,


Bravo,pour ta remarque.

Mais,si tu vas à oUJDA,là on parle de franc,qui est en réalité aujourd'hui le centime du dirham.

Par éxemple,le billet de l'autobus est de 250 francs,miatén ou hmmsine frank,c'est à dire 2 dhs,50.

" C'EST SEULEMENT QUESTION D'ELOCUTION !!!!! "


" T A R Z A N " ./.




Tetouan d'hier et d'aujourd'hui
Posté par: delphinos (IP enregistrè)
Date: 19 fťvrier 2008 a 04:16

Citation:
tarzan
mriziga,

Bravo,pour ta remarque.

Mais,si tu vas à oUJDA,là on parle de franc,qui est en réalité aujourd'hui le centime du dirham.

Par éxemple,le billet de l'autobus est de 250 francs,miatén ou hmmsine frank,c'est à dire 2 dhs,50.

" C'EST SEULEMENT QUESTION D'ELOCUTION !!!!! "


" T A R Z A N " ./.


tarzan a oujda c'est le doro pas le franc c'est vrai qu ils utilisent le franc mais oujda est tres connu par le doro winking smiley

doro=1 centimes

Tetouan d'hier et d'aujourd'hui
Posté par: delphinos (IP enregistrè)
Date: 19 fťvrier 2008 a 04:30

salut chelo

dernierement notre societé a marrakech a acheter une compagnie aerienne d un monsieur qui s appel frederique chocron il habite a casablanca est ce de ta famille??

Tetouan
Posté par: funck elisabeth (IP enregistrè)
Date: 05 mars 2009 a 22:51

Citation:
darlett
Histoire des Juifs de Tétouan
[www.sefarad.org]


T√©touan (anciennement Tamuda), d√©truite par les Espagnols en 1399, est reconstruite √† la fin du 15√® si√®cle gr√Ęce √† l'arriv√©e de juifs et de musulmans fuyant l'Inquisition. La communaut√© juive de la ville a donc la particularit√© d'√™tre enti√®rement s√©farade et hispanophone - comme en t√©moignent la majorit√© des grandes familles de T√©touan: Abudaraham, Almosnino, Bendelac, Bibas, Caz√®s, Coriat, Crudo, Falcon, Hadida, Nahon, Taurel...

Développement économique et rayonnement spirituel

Cette communaut√© se d√©veloppe et s'√©panouit au cours du 16√® si√®cle, participant tr√®s activement √† la prosp√©rit√© de T√©touan qui devient alors un important port d'√©changes, un des principaux centres de commerce avec l'Occident et le si√®ge des ambassades √©trang√®res. De nombreux juifs jouent un r√īle majeur dans la vie commerciale de la cit√© et multiplient les contacts avec l'Empire ottoman (la Palestine en particulier), le Maghreb, Livourne, Londres, Amsterdam, Gibraltar et, bien s√Ľr, avec l'Espagne. Vers la fin du si√®cle, elle accueille des marranes portugais ainsi que des juifs venus d'autres villes du Maroc et elle poursuit son d√©veloppement.

La communauté de Tétouan est également rayonnante sur le plan spirituel. En 1530, R Hayyim Bibas, arrivé à Fez alors qu'il était encore enfant, avec sa famille fuyant l'Inquisition espagnole, est invité à venir la diriger. Quelques années plus tard, il fonde avec son fils une yeshivah qui deviendra célèbre dans toute l'Afrique du Nord et même au- delà. Même si la splendide synagogue Bibas est détruite lors de la rébellion de 1610, on compte sept synagogues à Tétouan en 1727.

Au 19è siècle, la communauté de la ville vénère le dayyan R.Isaac ben Walid, auteur de Va Yomer Yitzhak qui constitue une source de renseignements extrêmement précieuse sur l'histoire sociale, économique et religieuse de juifs de Tétouan. Cet érudit sera l'un des plus grands soutiens de l'entreprise scolaire de l'Alliance.

.../...
je suis une descendante de ce dayyan venéré car mon arrière grand mère Simha Ben WALID est sa nièce ,je cherche des renseignements sur elle et son mari Abraham Ben Myara parti vivre au Brésil à Manaus ou Belem et mort là bas,pourriez vous m'aider car je sais que vous avez des contacts au Brésil par la famille Anidjar qui aurait une liste de toutes les tombes dans ces villes .Merci de me répondre si vous le pouvez

Tetouan
Posté par: MESSAGE DEPLACE (IP enregistrè)
Date: 23 avril 2011 a 22:00

Poste par: Bruno
Date: 16 avril 2011 a 13:23

Bonjour,

J'ai appris il y a quelques semaines, suite à des recherches généalogiques, que je se suis d'origine juive marocaine : départ des ancêtres de Tétouan pour Oran vers 1865.

Je vais à Tétouan le mois prochain à la recherche d'éventuelles traces... J'ai les noms et les dates (approximatives) de naissance de mes ascendants...

Reste-t-il une communauté juive marocaine à Tétouan ? Si oui, savez-vous comment les contacter ? Y existe-t-il des archives des tribunaux rabbiniques ? Pensez-vous que je puisse trouver des infos (actes de naissance...) dans les archives de l'Etat Civil de la mairie de Tétouan ? Connaissez-vous un guide sur place, spécialisé dans la communauté juive ?

Je suis preneur de toute info et contact ; je vous remercie






Dèsolè, seuls les utilisateurs enregistrès peuvent poster sur ce forum.
Veuillez cliquer sur S'identifier pour vous enregistrer

   Rechercher sur
 

  Web    
Darnna

ÔŅĹ 2008 Darnna.com - All rights reserved.

'