ROND-POINT CULTUREL :  DARNNA.COM
Litterature, Arts & Opinions  
Festival des arts populaires a marrakech du 2 au 9 juillet
Posté par: place de france (IP enregistré)
Date: 04 juillet 2005 a 10:21

Le Festival national des arts populaires de Marrakech fête cette année son quarantième anniversaire qui aura lieu du 2 au 9 juillet sous le Haut Patronage de S.M. le Roi Mohammed VI.

Une édition à laquelle le Comité d’organisation de cette manifestation porte un grand intérêt que ce soit sur le plan des artistes sélectionnés ou de leur promotion à travers les partenaires médiatiques du Festival qui ne cessent d’augmenter d’année en année.

vous pourrez visiter,Des Monuments historiques et le Souk
Découvrir la Médina; les tombeaux saadiens, le palais de la Bahia, le minaret de la Koutoubia. ainsi que les souks: souk des teinturiers, souk des cuivres et autres,Visiter les célebres jardins de Marrakech

Jardin Majorelle, la Menara, l'Agdal,Le tour des remparts de 19 km de murailles couronnées de 200 tours carrées et percées de 9 portes

Face au vieux musée, dans un décor inédit fait d’une immense scène trônant sur le bassin et d’un arrière plan avec projection sur écran d’eau, le majestueux spectacle : La « Magie des Danses Populaires et des Arts Chorégraphiques » se déroulera chaque soir à partir de 21h30.

on attend les photos ne notre cher hassan,qui sera surement sur place.
mazal tov pour ce festival tous les mmarakchi.

soly.











Re: Festival des arts populaires a marrakech du 2 au 9 juillet
Posté par: place de france (IP enregistré)
Date: 04 juillet 2005 a 10:30

tout sur ce festival

[www.madein-marrakech.com]








Re: Festival des arts populaires a marrakech du 2 au 9 juillet
Posté par: place de france (IP enregistré)
Date: 04 juillet 2005 a 10:38


Re: Festival des arts populaires a marrakech du 2 au 9 juillet
Posté par: place de france (IP enregistré)
Date: 04 juillet 2005 a 10:45

C'est vers la fin juin, que le coeur de Marrakech se met à battre plus vite et plus fort aux rythmes des troupes folkloriques venues de tout le pays.

Dans les ruines du Palais El Badi, revit l'atmosphère envoûtante et mystérieuse des mille et une nuits grâce à de nombreux spectacles présentant la diversité et l'authenticité du peuple marocain.

25 troupes nationales minutieusement sélectionnées (comme la Guedra de Goulmime, Akellal, Haha, les chameliers du désert...) se produisent pendant une semaine auxquelles viennent se joindre des troupes étrangères (Espagne, Turquie, Arabie Saoudite, Italie...)
La fin de chaque spectacle s'illumine par un éblouissant et inoubliable feu d'artifices.






soly






Re: Festival des arts populaires a marrakech du 2 au 9 juillet
Posté par: place de france (IP enregistré)
Date: 04 juillet 2005 a 10:50

MARRAKECH EST AUJOURD'HUI EN FETE REGARDEZ

ET C'EST LE JOUR DE L'INDEPENDANCE AUX USA

SOLY








Re: Festival des arts populaires a marrakech du 2 au 9 juillet
Posté par: place de france (IP enregistré)
Date: 04 juillet 2005 a 18:37

marrakech

soly









Re: Festival des arts populaires a marrakech du 2 au 9 juillet
Posté par: place de france (IP enregistré)
Date: 04 juillet 2005 a 21:16

LE CALENDRIER DU FESTIVAL,QUE J'AI COMPOSE

SOLY








Re: Festival des arts populaires a marrakech du 2 au 9 juillet
Posté par: place de france (IP enregistré)
Date: 06 juillet 2005 a 22:44

en attendant de voir les belles photo du festival,photographiees par hassan voici un link du festival

[www.marrakech-maroc.biz]
soly

Re: Festival des arts populaires a marrakech du 2 au 9 juillet
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 06 juillet 2005 a 23:02

Soly, il est tres beau ton calendrier. Chapeau !

Re: Festival des arts populaires a marrakech du 2 au 9 juillet
Posté par: place de france (IP enregistré)
Date: 08 juillet 2005 a 10:17


Marrakech et sa région : à Marrakech, le voyageur s'émerveille du spectacle des murailles ocres rougeoyant au soleil couchant, sur fond de ciel bleu et de neige immaculée des hauts sommets de l'Atlas. Ici respire l'histoire de la civilisation arabo-andalouse : la mosquée de la Koutoubia fut érigée au XIIe siècle par le sultan almohade Yacoub El Mansour à l'identique de celle de la Giralda de Séville, avec son minaret dominant de 70m la vieille médina ! En journée, on flâne aux souks animés débordant de tissus, cuirs, bijoux et épices parfumées dans les ruelles étroites de la médina ; l'après-midi, on arpente en calèche les jardins luxuriants des palais de la Ménara, Bahia et El Badi ; en soirée, la place Djemaa El Fna s'illumine des feux des grillades sur l'air joyeux des musiciens et des charmeurs de serpent. Hors de la palmeraie s'élancent les routes menant aux villages berbères accrochés au relief abrupt de l'Atlas, avec en haute montagne des pistes de trek dans une nature grandiose et la célèbre station de sports d'hiver d'Oukaimeden à près de 2700m d'altitude.


SOLY

Re: Festival des arts populaires a marrakech du 2 au 9 juillet
Posté par: place de france (IP enregistré)
Date: 11 juillet 2005 a 08:29

Le rideau est tombé, hier soir, sur la quarantième édition du festival national des arts populaires. Une édition qui a permis à tous ceux qui ont eu le bonheur d'être présents à Marrakech, entre le 2 et le 9 juillet, de voyager dans le temps et au cœur de différentes cultures. L'édition a commencé en apothéose avec la présentation d'une nouvelle création où douze troupes folkloriques, représentatives de toutes les régions du Royaume ont donné un spectacle d'une valeur indéniable pour la valorisation des arts populaires.

J'ESPERE QUE HASSAN ,NOUS A FILME QUELQUES PHOTOS SOUVENIRS.

SOLY

Re: Festival des arts populaires a marrakech du 2 au 9 juillet
Posté par: place de france (IP enregistré)
Date: 11 juillet 2005 a 08:33

Articulée autour des danses et arts chorégraphiques, la représentation de l'édition 2005 contenait d'heureuses innovations, signées Lahcen Zinoun. Le metteur en scène avait su conférer au spectacle magie et créativité. “Les figures chorégraphiques vont concerner aussi bien les grandes danses collectives (ahidous, ahwash), les danses rituelles (soufisme populaire), que certaines danses dérivées. On relèvera également que les éléments naturels sont en rapport étroit avec les éléments de la composition folklorique dans une série intéressante de correspondance”, avaient souligné les organisateurs dans le dossier de presse.
Le spectacle offert, tous les soirs, dans les magnifiques jardins de la Ménara, avait ainsi permis aux différentes troupes de donner la pleine mesure de ces danses collectives qui sont le reflet «d'une joie collective où se mêlent le ludique et le rituel, des danses qui séduisent et intriguent». L'immense plateau de plus de 500 m_ planté sur le bassin de la Ménara s'est prêté, chaque soir, aux prestations de troupes, dépositaires du patrimoine national et qui ont fait revivre, devant les yeux émerveillés des spectateurs, le plus beau de nos héritages.
Résolument ouvert sur l'international, le festival nous a aussi emmené, cette année, à la découvertes de danses et de chants, venus de France, d'Espagne, du Brésil, de l'Inde, de Chine et du Sénégal. “Chacune de ces troupes devait se produire dans le respect de la thématique choisie pour cette édition”, explique le Président du Festival. Ce fut le cas cette année où grâce à de talentueux danseurs, les spectateurs marrakchis ont eu le privilège d'applaudir des ballets et des troupes dans des représentations d'une excellente facture.
Que ce soit pour la troupe du Ballet belge In Principae, le Ballet Naïli d'Avignon, la troupe indienne Odissi Vision, la troupe brésilienne Alerta Geral, Jbara Fusion d'Espagne, les Frères Guissé du Sénégal ou le Jeune Ballet académique de Pékin (Chine), l'accueil du public a reflété ce sens de la fête, cher à tous les Marocains et particulièrement, les Marrakchis. Le Théâtre royal a ainsi résonné, tous les soirs, de sons, de mouvements et de danses venus d'ailleurs. La fusion réalisée entre la troupe brésilienne et les gnaoua, dans un excellent métissage interculturel, a révélé combien ces danses, de prime abord, éloignées l'une de l'autre sont proches puisqu'elles reflètent les mêmes aspirations et rêves.
La fête a également battu son plein avec les différentes représentations de troupes qui ont investi la place El Harti. Ces soirées gratuites avaient permis à des troupes étrangères et marocaines de se produire, jusqu'à une heure tardive, pour la plus grande joie des habitants de la ville ocre. La soirée consacrée au groupe Mégri avait également permis à Jalila et Hassan d'offrir au festival un répertoire nouveau, spécialement composé pour l'occasion. Le public a hautement apprécié.
La soirée des stars fut un autre moment féerique de cette édition. Le Palais des Congrès, qui affichait complet ce vendredi 8 juillet, accueillait Abdou Chérif, un chanteur d'une grande envergure qui avait choisi, depuis plusieurs années, de vivre en Egypte. Interprétant avec maestria les œuvres éternelles du défunt Abdelhalim Hafid, Abdou Chérif s'est imposé comme une figure emblématique de la chanson arabe. L'accueil qui lui a été réservé à Marrakech témoigne de cette célébrité et de cette notoriété que cet artiste, entier, a su se forger.
Le Festival lui a décerné en cette occasion, en partenariat avec le comité national de la musique, membre du comité international de la musique de l'UNESCO, le rabab d'or, une distinction qui salue, non seulement le talent et le génie de la star, mais aussi son rayonnement et sa créativité. Au cours de cette soirée mémorable, le public a fortement applaudi les prestations de Jalila Mégri, que l'on avait surnommée, à ses débuts, la petite Fayrouz du Maghreb et de Karima Skalli, qui a interprété, de façon magistrale des chansons de Oum Kaltoum, Ismahane et Leïla Mourad.
Samedi soir, les troupes folkloriques devaient donner, dans les jardins de la Ménara, l'ultime représentation du spectacle La magie des danses et des arts populaires. Au même moment, le public du Théâtre Royal pourra assister à une représentation du Jeune ballet académique de Pékin. “C'est le parcours le plus artistique, le plus inventif et le plus poétique qui nous vient tout droit du pays du Soleil Levant. L'œuvre sera dépourvue de toute mièvrerie, dans une composition sensible qui témoigne du grand talent de ce Jeune ballet chinois. C'est une sorte de miroir magique aux larmes d'argent, d'étoiles dorées et de créatures fantastiques… ”, peut-on lire dans le catalogue de présentation. Le public pourra juger sur pièce ce 9 juillet. Cette même soirée connaîtra aussi un défilé de mode traditionnelle marocaine de haute couture.
Sur la place Harti, la troupe indienne de danse folklorique Odissi Vision et la troupe des Frères Guissé du Sénégal devaient, pour cette soirée de clôture, offrir aux spectateurs, une palette riche de danses et musiques. Les Frères Guissé, qui “tirent la force, la richesse et la beauté de leur musique d'un ancrage aux confluences de plusieurs traditions culturelles du Sénégal et de l'Ouest africain… ” vont développer différentes expressions artistiques.
Il y aura le Pekaan, un genre musical unique qui s'articule autour de l'histoire des pêcheurs ; le Goumbala qui est le chant incantatoire des chasseurs ; le Dilleré, musique des tisserands ; le Yeela, hymne des griots, ces maîtres de la parole ; le Rippo, musique des jeunes du village mais aussi reflet de la tristesse et de la nostalgie… Un spectacle haut en couleurs, en perspective.
Tout au long d'une semaine, Marrakech, berceau des traditions séculaires, a été à la hauteur de sa réputation. Elle fut une terre de dialogue et d'échanges enrichissants à travers d'heureux mariage et métissages entre le passé, le présent et le futur.


La perle du Sud continue de fasciner les tourites étrangers. Cité qui témoigne d’une grande succession de civilisations, Marrrakech entend jouer son rôle dans le Maroc moderne avec notamment son Festival international du film. La ville de Marrakech, perle du Sud fascine toujours les visiteurs étrangers. La mythique «Ville Rouge», ainsi nommée en raison de la couleur rougeâtre de ses murs et de ses monuments. Cette cité est l’une des grandes villes islamiques de l’Afrique du Nord et l'expression sincère d'une succession de civilisations et de dynasties.
C’est en 1062 que Youssef ben Tachfine, à la tête des Almoravides, construit la cité pour contrôler le Haut-Atlas. Aujourd'hui, la ville conserve encore des vestiges de cette dynastie : les ruines de la Casbah d'Abou Baker, la mosquée de Ben Youssef, le palais de Ali Ben Youssef et la porte de Bab Aylane. Autre exemple, la palmeraie qui recouvre actuellement 13.000 hectares à l'est de la ville est l'œuvre également des Almoravides.
Sous le règne des souverains Almohades (1147-1269) Marrakech connut une prospérité nouvelle. En effet, dès 1147 Abdelmoumen Al Mouahidi fit construire sur les ruines des fondations almoravides, la mosquée de la koutoubia avec son haut minaret de 77 m.
La renaissance de la capitale sous les souverains Saâdiens (1510-1659) donna lieu à une nouvelle floraison artistique attestée par les ruines du palais El-Badii, les tombeaux Sâdiens et la réalisation d’un grand nombre de fontaines.
A l'arrivée des Alaouites et de Moulay Hassan 1er consacré Roi en 1873, la ville retrouva tout son prestige avec la restauration de la kasbah et des remparts.
Les Berbères et les Arabes s'y rejoignent, les nomades et les montagnards y convergent, les marchandises y abondent, l'artisanat y fleurit, palaces, hôtels, restaurants, golfs : Marrakech est bien la capitale touristique du sud marocain. Marrakech, c’est également la porte du Sud marocain. Malgré le climat chaud, la végétation abonde. On trouve aujourd’hui des parcs publics, des jardins et des arbres fruitiers en bordure des grandes artères de ville et cela est considéré par les habitants comme un défi à l’aridité.
Marrakech est formée de deux villes. La médina entourée de remparts. Cette cité a été construite à l’époque des Almoravides pour lutter contre les attaques des Almohades, symbolise Marrakech. Guéliz, la nouvelle ville hors des remparts et créée sous le protectorat et c’est là que se trouvent regrouper les grands cafés et les grands hôtels.
D’autre part, la ville a son festival national des arts populaires qui réunit chaque année dans la ville des troupes de musiciens et de danseurs venus de tout le Royaume. Cette cité prétend jouer dans l’avenir un rôle cinématographique important en Afrique grâce à son Festival international du film.
Promenade
Après la visite de Jamaa el-Fna, il est intéressant de se diriger vers le nord decette place où se trouvent les souks et la mosquée Sidi Ben Youssef, la plus grande de la ville après la koutoubia. Le visiteur peut également faire un tour à la «koubba», le tombeau almoravide, la médersa Ben Youssef et le musée de Marrakech. Au sud de la place, après le riad Zitoun el-qadim, il y a les tombeaux Saadiens. Les tanneries de bab ed-Debbagh et la Menara valent également le détour. Le jardin Majorelle à la couleur déposée Le jardin Majorelle, îlot de calme et de fraîcheur est situé en plein cœur de la ville de Marrakech. Sa notoriété n'a été que grandissante ces dernières années, et c'est bien légitime.
Le jardin porte le nom de son créateur, peintre et grand amateur de botanique Jacques Majorelle. Laissé à l'abandon après la mort de son propriétaire, le jardin ne doit son salut qu'à ses nouveaux acquéreurs: Yves Saint Laurent et Pierre Bergé. Le jardin Majorelle se trouve à l'angle du Boulevard Safi, au nord de la ville derrière la gare routière. Le bleu vif dans toute la propriété de Jacques Majorelle est une couleur «déposée». Autres curiosités, la visite des souks vaut également le détour : souk Smarine, souk Ghazal, souk el-Batna, souk el-attarine, souk el-Kebir, le souk des bijoutiers et souk des Cherratine

soly


Re: Festival des arts populaires a marrakech du 2 au 9 juillet
Posté par: place de france (IP enregistré)
Date: 11 juillet 2005 a 09:01

Programme annuel des Festivals et Moussems






FETES ET FESTIVALS

Les fêtes égrènent les saisons, célèbrant les ressources locales. Les festivals sont consacrés aux arts et aux traditions populaires. Les moussems sont de grands rassemblements rendant hommage à un saint homme. Ne manquez aucune occasion de faire la fête. Vous admirerez des fantasias, des danses, des chants, des costumes traditionnels, vous participerez aux processions et aux dégustations. Ces manifestations dépendent souvent des conditions locales (récoltes) ou du calendrier lunaire. Il est donc impossible d'en donner les dates longtemps à l'avance.





Les Moussems
Moussem Moulay Idriss : (Fès / Septembre)
Cet événement est l'hommage de la ville entière à son Saint patron et représente l'un des plus importants du pays. les Syndics des corporations, soutenus des notables de leurs corps de métiers, font une collecte. Ces contributions serviront à couvrir les frais des festivités et le montant des offrandes. la hausse du Mausolée du Saint, en soie bordée d'or, constitue le tribut annuel des Tisserands. Marchands, tanneurs, dinandiers, forgerons, cordonniers, offrent des taureaux prétendus aux sacrifices et d'énormes bougies colorées et décorées pour l'illumination du sanctuaire. le grand jour arrive. L'exhibition des offrandes que conduit une longue et fracassante parade commence dès le matin et se poursuit jusqu'au coucher du soleil.

Moussem Moulay Idriss Zarhoun : (Meknès)
c'est la plus grande fête que connaît cette petite ville sainte, ville étalée sur un éperon rocheux, dominant la vallée de l'Oued Khoumane et la plaine de Volubilis. Celle-ci abrite le mausolée du fondateur de la première dynastie arabe ayant régné au Maroc "Les Idrissides". Chaque année, à la fin de l'été, les différentes corporations de la médina viennent, les unes après les autres, rendre hommage à leur saint, apportant ainsi de nombreuses offrandes et sacrifices accompagnés de chants et de musiques dont la reproduction de nombreuses processions de troupes folkloriques telles que les Aissaouas, les Hmadcha, et les Hal Touat.

Moussem Moulay Abdellah : (El Jadida / Août)
La cité de Moulay Abdellah se situe à environ 10km à l'ouest d'El Jadida. Là où se déroule chaque année ce Moussem grandiose groupant des milliers de personnes venant de toutes parts du royaume et autres. Son immense célébrité est due à ses splendides fantasias.

Moussem des Fiançailles : (Imilchil / Septembre)
Le moussem d'Imilchil a acquis une renommée internationale qui en fait aujourd'hui un lieu de pèlerinage touristique Imilchil est un petit village du Haut Atlas qui se trouve à 2600 mètres d'altitude. Il est de coutume que les jeunes filles de la région se marient le jour du Moussem. Autrefois, un Saint homme bénissait les unions à Agdoul et la légende dit qu'elles vivaient toujours dans la joie et le bonheur. C'est sur l'emplacement où est enterré cet homme vénéré du Haut Atlas que se tient cette cérémonie de fiançailles. C'est l'occasion pour quelques 30.000 personnes des Hauts plateaux de se rassembler sous les tentes pendant une durée de trois jours avec leurs troupeaux, leurs chevaux et leurs dromadaires. Alors, aux jeunes filles d'évaluer leur beauté, et de se parer de leurs magnifiques bijoux et de danser pendant de longues heures, avant que leurs destinée les emmène là où leur nouveau refuge les attend.

Moussem de Guelmim : (Asrir / juin)
Cette à caractère plutôt commercial, marque le rassemblement d'un nombre inconsidérable de dromadaires. Le Moussem coonaît un franc succès de tous les visiteurs quant aux somptueuses festivités qui l'accompagnent et plus particulièrement la danse de la "Guedra" que vous pouvez admirer paisiblement à partir de votre tente autour d'un succulent méchoui.

Moussem de Tan Tan : ( fin mai / début juin)
Moussem de tan Tan ou le grand rassemblement des Hommes Bleus : Dans cette petite cité en plein Sahara, se déploie chaque année un immense rassemblement de toutes les tribus mitoyennes à l'occasion du Moussem Sidi Mohamed Maa El Aynine qui couvre à la fois un caractère religieux et commercial.

Moussem des Roses : (mi-mai)
Moussem des Roses (Kelaa des M'Gouna) : Au cours de cette journée, et dans un des plus féeriques, se déroulent des manifestations diverses parmi lesquelles on trouve : folklore, expositions artisanales, une pléiade de chars fleuris formant ainsi un petit paradis roulant, élection de "Miss Roses" suivi d'une agréable randonnée à dos de chameaux, et pour clore en beauté : une extraordinaire excursion dans la vallée des roses.

Moussem des cerises : (Sefrou / juin)
moussem des Cerises : Trois journées de fête, de koie et d'allegresse, où de nombreuses compétitions sportives, une fantasia, une retraite aux flambeaux et des attractions foraines ont lieu, le tout suivi de l'élection de "Miss Cerisette" bien sûr après avoir assisté au défilé de son cortège.

Moussem des Dattes : (Erfoud / début octobre)
Moussem des Dattes : Erfoud, ville de fondation coloniale, a gardé les arcades crépies de roses et des alignements de tamaris; son attrait réside dans sa situation au bord de l'oued Ziz, en plein cœur de Tafilalet. dans sa région, où poussent près d'un million de palmiers, se déroule annuellement cette magnifique fête. Cependant, tous les habitants de la région procèdent en familles ou entre amis à la récolte des dattes, par laquelle on acquière une gamme de production très étendue, notamment : Bouzekri, Boufegous, Majhoul, Bouslikhan et autres.


Les Festivals
Festival de culture Asilah (août)
un moment de brassage culturel : Le festival culturel d'Asilah a lieu dans cette localité du nord du Maroc, et réunit chaque année un grand nombre de penseurs, chercheurs académiciens et artistes-peintres de divers pays.

Festival des Musiques populaires d' Agadir (juillet)
c'est la ville d'Agadir qui abrite ce festival des musiques populaires et nomades. Un rendez-vous authentique qui met en valeur les musiques et les traditions chansonnières du Maroc profond, et pluriel : Ahwash des villages de montagne, Rway's (musiciens poètes itinérants du Souss et de l'Atlas), Lâabate (chanteuses) de Taroudant, Ganga (Gnaoua berbérophones des campagnes), musiciens nomades et griots du Sud du Maroc. Cette culture si riche mêle musique, poésie, faits de société et spiritualité. Pour mieux l'apprécier, des conférences ainsi que des projections de films éclairent les thèmes développés dans le festival. Et pour les plus jeunes, des ateliers d'initiation aux arts des spectacles. Au carrefour de toutes ces influences, Agadir s'impose comme l'hôte naturel des réjouissances. Le «Village du Festival» est le lieu de convergence de toutes les manifestations. Doté d'un campement nomade au bord de l'océan, faisant face à une grande scène et bordé aux alentours de tentes caïdales, le «Village du Festival» est le théâtre de concerts et de spectacles uniques. Cinq scènes dont un théâtre de plein air à l'ancienne sont dédiées aux festivités modernes ou traditionnelles.

Festival des Arts Populaires de Marrakech : (juin)
Chaque année au mois de juin, la ville de Marrakech vibre au rythme de son Festival folklorique, qui se passe dans le cadre impérial du Palais El Badii, ce somptueux palais dont l'immense cour est recouverte de tapis et de décors traditionnels aux mille et une facettes, est prêt pour accueillir musiciens, chanteurs, danseurs, tous issus du monde de l'art et de la tradition populaire au Maroc; sans oublier les milliers de spectateurs venus de partout savourer ces grands moments. On y trouve un panache réunissant, et les danses rituelles de l'Atlas, et celles d'origine saharienne comme la "Dekkah" et la "Guedra", ou encore "les danses rituelles des Gnaouas, cérémonies mystiques héritières des cultes animistes de l'Afrique noire.

Festival de Musique Gnaoua d'Essaouira : (Juin)
Cet événement a pour objet de rassembler les meilleures formations de la Musique Gnaouie, ainsi ainsi qu'une multitude de groupes de Jazz américains et européens. Ce spectacle a vu le jour pour la première fois en 1960, ce fut une telle révélation que, tout de suite, ce festival prit place parmi les grands"Shows" de classe mondiale.

Festival des Musiques Sacrées du Monde de Fès (mai / juin)
Fès, capitale spirituelle du pays, devient le lieu, chaque année, de rassemblement et de convergence qui se côtoient dans le monde, sans se connaître. Placé sous le thème de la mondialisation, cet événement né en 1994, a d'ores et déjà acquis une aura internationale.

Festival de Jazz des Oudayas ( Rabat-octobre)
Reflétant ainsi parfaitement les ambitions du partenariat euro-méditerranéen évoque lors de la conférence de Barcelone en 1995, cet évènement aura eu lieu l'année suivante et aurait été imposé comme un haut lieu de rencontres, d'échanges et d'expressions, ayant comme principal objet le développement de ce que l'on appelle aujourd'hui le Jazz européen, tout en permettant à l'occasion, l'ouverture de la scène aux jazzmen marocains dont la musique syncopée est profondément ancrée dans les traditions millénaires du Maghreb.

Festival International du Film de Marrakech (septembre)
Né en 2000, Cet événement solennel permet, au delà de son impact substantiel sur les plans économique et touristique, la création non seulement d'une plate-forme de rencontres, d'échanges et de dialogue mais également une promesse de collaboration entre ceux qui font et aiment le 7ème art. Le festival est organisé par la Fondation du festival international du film de Marrakech et présidé par SAR le Prince Moulay Rachid.

soly















Désolé, seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster sur ce forum.
Veuillez cliquer sur S'identifier pour vous enregistrer

   Rechercher sur
 

  Web    
Darnna

© 2008 Darnna.com - All rights reserved.

'