CULTURES ET TRADITIONS JUIVES :  DARNNA.COM
Musique andalouse, histoire juive, culture judéo-berbère, judéo-espagnol, littérature juive, Rabbins, cimetières juifs au Maroc, Patrimoine juif au Maroc 
La femme dans la TORAH
Posté par: gisou (IP enregistré)
Date: 28 août 2007 a 16:32

La femme dans la TORAH

LA FEMME JUIVE
Cher(e)s ami(e)s, c’est avec beaucoup de plaisir que je vous propose l’étude d’un texte qui traite de la question : « Regard sur la femme juive » écrit par le Rabbin Meir Rebibo chlita, guide spirituel de la communauté juive de Charenton. Le Rav chlita est également une personnalité incontournable,au charisme exceptionnel du Beth-Din de Paris. Puit de science et de Torah, qu'il sait parfaitement à l'instar de nos grands maitres, conjuguer ,avec brio, la qualité primordiale du vrai Talmid Haham (sage): la modestie. Excellente étude.
Rabbin Mikaël JOURNO

LA FEMME VERTUEUSE

אֶשׁת חַיִל

ECHET HAYIL

Notre génération a vu se réaliser des inventions merveilleuses et un développement extraordinaire dans plusieurs domaines, mais par contre, elle est restée très arriérée en ce qui concerne les responsabilités et le joug moral et spirituel.
En effet, des gens semblant avoir des réponses à toutes sortes de questions, vivent sur des idées préconçues sans pour autant vérifier leur véracité.
Parmi ces préjugés, il en est un concernant l’infériorité du statut des femmes dans le judaïsme par rapport aux hommes, comme si la femme occupait une moindre place dans le judaïsme et serait donc lésée par rapport à l’homme.
Cette idée est erronée à la base et dénuée de tout fondement : elle fait partie des idéologies liées à la mode.
La majorité des gens les encouragent et les adoptent comme des perroquets sans les vérifier; il y en a même qui préfèrent vivre toute leur vie sur de faux préjugés comme celui-ci afin de noircir le judaïsme. Nous essaierons ci-après de rappeler quelques faits connus sur certains des aspects concernant les femmes vertueuses ayant vécu à des époques différentes et s’étant distinguées par leurs vertus et leurs actions.

La Thora nous parle du caractère de bonté, de générosité de la femme, car elle fut créée sur cette base. Comme le dit le verset: "il n’est pas bon que l’homme reste seul, je lui ferai une aide digne de lui" (Béréchit 2). La femme fut créée pour aider et assister son mari en vue de la construction du monde. L’homme et la femme se complètent et c’est seulement quand ils sont ensemble qu’ils méritent de porter le nom "d’Adam" (homme).
C’est ainsi que nos sages nous enseignent (traité Yévamot). Rabbi Elazar dit : "tout homme qui n’a pas de femme n’est pas considéré un homme". Nombreuses sont donc les femmes qui se sont distinguées dans plusieurs domaines de la vertu et de l’héroïsme spirituel.

SARAH:notre mère s’est distinguée par sa beauté spirituelle et physique. Voici comment on explique le verset " et toutes les âmes qu’ils firent à Haran", à savoir qu’Avraham convertissait les hommes au monothéisme et sarah agissait de même avec les femmes. A deux, ils se mirent avec abnégation à influencer et à rapprocher les gens de l’époque à la foi et au monothéisme. dans un monde où les individus étaient opposés à leurs idéologies, Avraham amenait chez lui des invités et Sarah s’en occupait. De même Sarah se sacrifia pour l’éducation de son fils Yitshak et l’empêcha de subir l’influence néfaste de Yichmaèl et quand elle vit qu’il n’y avait plus rien à espérer de Yichmaèl, elle dit à son mari: ’Renvoie cette servante et son fils ". ce fut difficile pour Avraham de les renvoyer sur simple demande de Sarah. Mais le Saint béni soit-il fut d’accord avec elle et dit à Avraham: "pour tout ce que Sarah te dit, obéis à sa voix".
Nos sages commentèrent ce verset en disant "obéis à l’esprit saint qui est en elle ".
D’ici on apprend, disent les Hakhamim, qu’Avraham était à un milieu inférieur de prophétie par rapport à Sarah.
Et voici que le temps arriva pour Avraham de chercher une épouse pour son fils Yisthak, duquel allait descendre le peuple juif.
Et quel était le critère que l’on exigeait de la femme qui conviendrait à la maison d’Avraham, exemplaire en ce qui concerne la générosité et l’amour prodigués à tous les passants venant des quatre directions ? Ce critère, c’était bien sûr la générosité qu’Eliézer a employé pour juger
RIVKA:qui fut choisie pour devenir la base du nouveau foyer. Comme on le sait, l’un des signes de reconnaissance de la descendance d’Avraham Avinou, c’est la bonté, telle que la générosité même vis-à-vis des étrangers ou encore la réception des invités sans aucun intérêt personnel comme il le pratiquait. Rivka ayant précisément ces qualités fut choisie comme épouse de Yisthak, duquel est issu le peuple Juif.

MYRIAM: soeur d’Aharon et de Moshé, était un modèle exemplaire, par le mérite duquel les juifs eurent de l’eau dans le désert ( le puits de Myriam).
Au moment même où le peuple avait perdu tout espoir, elle leur insuffla la foi et la croyance en D. Nos sages nous enseignent (traité de Sota 12) qu’Amram était le chef de sa génération.
Dès que Pharaon ordonna que tous les nouveaux nés mâles soient jetés dans le Nil, Amram divorça de sa femme et fut suivi dans cet acte par tous les juifs. Sur ce, sa fille Myriam lui dit: "Papa, ta sentence est plus dure que celle de Pharaon, car celui-ci n’a décrété que sur les mâles et toi, tu as décrété sur les filles également.
Les sentences de Pharaon, pouvaient soit se matérialiser, soit ne pas se matérialiser, alors que toi, comme tu es un Tsadik, ton décret se réalisera certainement".
Il reprit par conséquent sa femme, et sur ce, tous les hommes le suivirent.
Et quand les fils d’Israël sortirent d’Egypte, on vit Myriam la Prophétesse se manifester avec des tambourins et des cymbales, ses espoirs s’étant concrétisés, comme il est dit: " Et Myriam la Prophétesse, soeur d’Aharon, prit le tambourin dans sa main et toutes les femmes suivirent après elle avec des tambourins et des instruments de danse ".
Et nos sages de se poser la question avec étonnement : " Où les femmes trouvèrent-elles des tambourins en plein désert ? ".
Ils répondent ( voir Rachi ) en disant : " Ces femmes justes étaient sûres et certaines que le Saint Béni soit-il leur ferait des miracles dans le désert et par conséquent elles amenèrent d’Egypte des tambourins ". La foi et la croyance en D. de Myriam étaient tellement tangibles au point de voir le futur dans le présent.
Les sages expliquèrent ceci en disant : " Nos ancêtres furent délivrés d’Egypte, grâce au mérite des femmes justes".

A l’époque des juges, il y eut plusieurs femmes remarquables au sein de notre peuple: l’une d’elles fut DEBORAH, la Prophétesse qui vécut pendant que les juifs souffraient du joug de Yahin, roi des Canaanéens et de Sisra, son chef des armées; elle apporta la délivrance au peuple juif qui avait succombé sous le joug ennemi. Elle mobilisa dix mille hommes et convainquit Barak Ben Avinoam de prendre le commandement de cette armée. Elle réussit à infliger une défaite décisive au roi Canaanéen et à son chef des armées et à ramener ainsi la paix et la tranquillité au peuple juif pendant 40 ans. Son mérite, disent nos sages, est d’avoir préparé des mèches que son mari allumait au Beth Hamikdash; elle fabriquait des mèches bien épaisses afin que leurs lumières soient abondantes. Le Saint Béni soit-il lui dit : " Toi, tu as eu l’intention d’amplifier ma lumière, moi de même, j’amplifierai la tienne en Juda et à Jérusalem vis-à-vis des 12 tribus d’Israël". A cette victoire, participa une autre grande femme également : il s’agit de YAEL, l’épouse de Hever le Kénite, qui rusa l’ennemi Sisera en l’invitant chez elle et en lui tranchant la tête. Et Déborah entonne à son intention le chant : " Tévorah Minachim Yaêl ...... Minachim Béohel Tévorah " ( Choftim 5 ) et qui sont les femmes qui étaient dans le " Ohel " (la tente) ? C’étaient SARAH, RIVKA, RAHEL et LEA. L’écriture vient donc placer Yaêl à leur niveau. Nos sages disent (Yalcout Choftim) " En quoi Yaël a-t-elle mérité que la victoire arrive par son entremise ? Elle était une femme " Kéchéra ", accomplissant la volonté de son mari.

La mère de Chimchon dénommée TSLALFONIT ( Baba Battra) avait l’habitude de tisser et de vendre sur le marché le produit de son ouvrage et grâce à cela, elle élevait ses enfants. Elle ne se contentait pas de cela uniquement : elle allait fréquenter les maisons d’étude jusqu’à pouvoir éclairer avec la Thora le bébé qu’elle portait dans son ventre. Son but était le développement spirituel de sa descendance et, grâce à ce mérite, elle put donner naissance à Samson qui fut "Nazir" dès le ventre de sa mère et qui s’imprégna de l’esprit de D. et sauva les juifs de la main des Philistins.

HANNA :dont la foi en D. était tellement grande, qu’elle ne permit pas au désespoir de l’accaparer et qui, par sa prière, mérita de faire changer les décrets du ciel. C’est précisément d’elle que nos sages apprirent les bases de la Téfila. Il est dit (Bérakhot) : " Et Hanna parlait en son coeur ". Nos sages nous enseignent : " Celui qui prie doit se concentrer ". " seulement ses lèvres bougeaient, mais sa voix n’était pas entendue ", d’où notre coutume de prier à voix basse pendant la Amida. Comme expliqué longuement dans le talmud, sa requête fut exaucée et elle mérita d’avoir un fils qui était l’équivalent de Moshé et Aharon réunis : il s’agissait de Chmouel Hanavi.

Après la destruction du 1er temple, apparut ESTHER bat Avihaïl qui fit annuler le décret de Hamane Haracha qui voulait " exterminer, assassiner et anéantir tous les juifs, du plus vieux au plus jeune, aussi bien les bébés que les femmes. Elle mit sa vie en danger et sauva son peuple de l’extermination. Par son mérite, la Méguila lui fut dédiée et ce miracle fut fixé pour toutes les générations à venir.

De même, à l’époque des Hachmonaïm, la délivrance arriva aux juifs par le biais d’une femme du nom de YEHOUDIT.
Au moment où Israël était envahi par une forte armée, que les juifs étaient presque arrivés à l’anéantissement total de leurs forces et que la seule porte de sortie semblait être la soumission totale à l’ennemi, qui de toute façon les aurait exterminé par la suite.
Cette femme qui était très belle, et pourtant très craintive de D. s’en alla au camp ennemi, rusa le chef des armées, lui donna à manger des produits lactés et lui fit boire du vin.
Dès qu’il s’endormit, elle lui trancha la tête qu’elle ramena dans le camp des juifs.
C’est ainsi que la délivrance arriva par son entremise. A la mémoire de cet épisode, nous avons la coutume de manger à Hanouka des Levivot à base de produits lactés. de même, les femmes sont tenues d’allumer les lumières de Hanouka, au même titre que les hommes.
Aussi, ont-elles l’habitude de ne pas travailler pendant le laps de temps où les lumières sont allumées et ce, à la mémoire du miracle qui s’est produit par leur mérite.

RUTH : la Moabitesse mérita d’entrer sous la coupole de la providence divine et de devenir la base du Royaume de David, à cause de son acte de générosité.
Ses actions arrivèrent à une perfection totale surtout vis-à-vis de sa belle-mère, car elle abandonna son peuple et sa famille pour se joindre à elle, comme il est expliqué dans le livre de Ruth.

BEROURIA : la femme de Rabbi Méir Baal Haness, étudiait 300 Halakhot par jour et plusieurs enseignements du talmud lui sont attribués, dont l’un est le suivant : Le verset dit " Que les fautes disparaissent de la face de la terre ".
Elle a mis l’accent sur le fait que c’est marqué Hataïm = les fautes et non Hotéïm = fauteurs, car D. les aidera à faire Téchouva.

On pourrait ajouter encore plusieurs exemples de femmes de valeur, telles que la Suinnamite qui aida la Prophète Elisha ou encore la veuve de Tsarephat qui nourrit le prophète Elie.

Et le roi Salomon de conclure son livre de proverbes par la paragraphe de " Echet Hayil ", poème de louange par excellence en l’honneur de la femme. Et à celui qui a les yeux bandés ou l’esprit borné ou qui pense que le judaïsme rabaisse la femme, nous conclurons en citant le roi Salomon ( livre des proverbes )." Mensonge que la grâce ! Vanité que la beauté la femme qui craint l’éternel est seule digne de louanges.Rendez-lui pour le fruit de ses mains et qu’aux portes, ses oeuvres disent son éloge"

Rabbin Meir REBIBO
Charenton ,Haver BETH DIN




[irpourdemain.over-blog.com]

La femme dans la TORAH
Posté par: allan2004 (IP enregistré)
Date: 29 septembre 2007 a 17:31

Comment admettre alors cette aberration contenue dans la prière du matin que doit en principe dire tout Juif : "Merci, mon Dieu, d ene m'avoir pas fait femme" ? Quelle intolérance, quel "racisme" ! insupportable et je connais les réactions de certains prétendus religieux qui vont oser répondre que cette phrase ,'écarte nullement la femme mais qu'elle la protège, mon oeil ! Si la fezmme est relégué au rang de génitrice, felle au foyer, femme soumise au mari qui doit cacehr ses cheveux, ses bras, bref, s'enlaidir, pour n'appartenir qu'à un seul homme, alors, où est la place de la femme, sinon une palce de soumise, esclave et quasiment sans droit de parler ou de contester la parole du mari, du père du rabbin ?

La femme dans la TORAH
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 01 octobre 2007 a 04:21

La femme est certainement discriminee dans la religion juive tout autant que musulmane.
Non seulement, elle est enlaidie et s'habille chaudement, niant jusqu'aux saisons mais elle est separee de l'homme, non seulement dans la priere, mais aussi lors de toutes les festivites familiales et a Jerusalem, on a ete jusqu'a faire des divisions dans les autobus du quartier ultra-orthodoxe de Mea Shearim.en determinant la place des femmes a l'arriere du bus, et les hommes a l'avant !!!

La religion juive refuse d'evoluer et d'adapter les textes et les interdits a l'epoque actuelle. Quant a la religion musulmane, c'est exactement la meme chose, sauf que les islamistes s'en servent en plus, pour aiguiser l'identification et l'appartenance religieuse dans un but de manipulation future.

De plus la religion n'est pas la meilleure invention de l'homme...




La femme dans la TORAH
Posté par: marylou (IP enregistré)
Date: 01 octobre 2007 a 09:49

completement daccord avec darlett et allan ! j ai vu plus d une femme a l hopital qui devait se faire operer d urgence et qui attendait l accord de son mari.. et les femmes juives orthodoxes comme les musulmanes marchent toujours derriere leurs maris...
le mot baal ( epoux ds l hebreu moderne) veut dire textuellement proprietaire...

La femme dans la TORAH
Posté par: marylou (IP enregistré)
Date: 01 octobre 2007 a 09:53

j oubliais!
pire encore!
il y a peu de temps j assistai a une shivaa ou un pseudo-rabbin noir de la tete aux pieds hurlait ds un micro a une assemblee d hommes ( les femmes etaient separees) que les guerres d israel etaient la consequences du fait que les jeunes filles non religieuses s habillent de facon devergondee!

le pire c est que personne n a ose contester / moi je me suis levee et je suis partie' mon epoux aussi.

La femme dans la TORAH
Posté par: allan2004 (IP enregistré)
Date: 01 octobre 2007 a 10:27

Ravi que ma modeste contribution ait soulevé autant de commentaires. Notre but serait atteint lorsque les religieux eux-mêmes reconnaîtront leur ostracisme vis à vis des femmes, en prétextant que c'est dans la loi mosaïque et surtout lorsque les femmes elle-mêmes se révolteront, oh certes, pas comme des mégères, mais comme des êtres responsables, ce qu'elles sont depuis que le monde est monde. Il ne faudrait pas que ces religieux (de toute obédience, Juifs, Musulmans, Chrétiens, Bouddhistes...) oublient qu'ils sont là à grâce à une femme qui les a portés en son sein pendant neuf mois et passe une énorme partie de sa vie à élever, aimer et voir grandir. rendons grâce aux femmes, non comme des êtres à part mais comme des compléments à l'homme, tout comme l'homme n'est que le complément de la femme, car tous deux sont en fait incomplets séparément.

La femme dans la TORAH
Posté par: marylou (IP enregistré)
Date: 02 octobre 2007 a 08:29

un juif a t il encore le droit de repudier sa femme si elle ne lui donne pas d enfants ?

je pose la question car il y a une trentaine d annees j ai assiste a un cas dramatique ou une femme avait ete laissee par son epoux qui en epousa une autre ( plus fertile) cette femme a failli en mourir de honte et de chagrin et puis il s est avere que la deuxieme non plus ne tombait pas enceinte.. pour ensuite arriver a la conclusion douloureuse que les spermatozoides ce ce monsieur ( comme apparemment se neurones) n etaient pas de bonne qualite !

comment voulez vous que les femmes adherent a la religion ?

La femme dans la TORAH
Posté par: allan2004 (IP enregistré)
Date: 02 octobre 2007 a 10:42

Cela montre bien qu'il y a aussi une différence entre foi et pratique religieuse. La pratique, contrairement à ce que disent les pratiquants, la pratique aveugle et inintelligente tue la foi ! Ce sont des humains, supposés rabbins qui ont écrit des textes se prétendant issus de la loi de Moïse réinterprétée pour servir l'homme, non pour servir la foi. S'il y a encore répudiation, comme dans le film Kadosh, c'est tout au DESHONNEUR des hommes !

La femme dans la TORAH
Posté par: gisou (IP enregistré)
Date: 02 octobre 2007 a 13:58

Personnellement,J'ai bcp aimée" la femme fue crée sur la base de bonté et de générosité"

et n'oublions pas :"Les sages expliquèrent ceci en disant : " Nos ancêtres furent délivrés d’Egypte, grâce au mérite des femmes justes".


La femme dans la TORAH
Posté par: james cohen (IP enregistré)
Date: 17 octobre 2007 a 21:07

IL M'EST ARRIVE LA MEME CHOSE ,Dans le "drash" a l'occasion d'une azkara a la memoire d'une personne decedee dans notre famille, Un pretendu Rabbin ( Hozer betchuva ) avait affirme que les filles soldates, n'etaient pas des filles honettes ( pour ne pas en dire plus) et que les problemes actuels en Israel et le monde derivaient de leur comportement .

Comme j'ai trois filles qui etaient dansl'Armee a cette epoque la , dont deux d'entre elles officiers , je me suis leve , mais au lieu de partir j'ai prie "le Saint Homme " de quitter immediatement l'assemblee.

Certaines personnes de la familles ( raprochees aux cercles religieux) me l'on reproche , mais l'honneur de ma patrie ( y compris l'Armee et mes filles ) passent avant.

Bien sur , je suis catalogue de "Hiloni" (non croyant) mais je ne suis pas moins bon juif qu'un autre.

~C

JH.COHEN

La femme dans la TORAH
Posté par: lena (IP enregistré)
Date: 18 octobre 2007 a 16:53

Mais c'est ca le probleme avec les religieux rabbins, ils se font les porte-parole de Dieu et racontent n'importe quoi au nom de Dieu et souvent ils influencent dans le sens qu'ils desirent. Apparemment, ils ne veulent pas que les femmes aillent à l'Armée et c'est ainsi qu'ils procedent.
Bravo pour la reaction!
Lena




La femme dans la TORAH
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 18 octobre 2007 a 17:08

En Israel, nous avons un Rabbin, le rav Ovadia qui a dit aussi une chose pareille. En Israel, ce serait une bonne chose de separer le pouvoir religieux du pouvoir administratif.

La femme dans la TORAH
Posté par: yasmineA (IP enregistré)
Date: 15 novembre 2011 a 19:34

Citation:
darlett
La femme est certainement discriminee dans la religion juive tout autant que musulmane.
Non seulement, elle est enlaidie et s'habille chaudement, niant jusqu'aux saisons mais elle est separee de l'homme, non seulement dans la priere, mais aussi lors de toutes les festivites familiales et a Jerusalem, on a ete jusqu'a faire des divisions dans les autobus du quartier ultra-orthodoxe de Mea Shearim.en determinant la place des femmes a l'arriere du bus, et les hommes a l'avant !!!

La religion juive refuse d'evoluer et d'adapter les textes et les interdits a l'epoque actuelle. Quant a la religion musulmane, c'est exactement la meme chose, sauf que les islamistes s'en servent en plus, pour aiguiser l'identification et l'appartenance religieuse dans un but de manipulation future.

De plus la religion n'est pas la meilleure invention de l'homme...
L’Islam n’interdit pas la mixité sous deux conditions principales: a) observation d’un devoir de réserve et de pudeur mutuel; b) ils ne doivent pas être seuls (tête à tête).
L’Islam n’interdit pas la liberté, mais le libertinage, et ce, à l’homme et à la femme. Si la femme a le devoir de pudeur devant l’homme, ainsi de même, l’homme a la même obligation face à la femme. Point de discrimination.
“Le plus parfait des croyants est celui qui a la meilleure conduite . Les meilleurs d’entre vous sont ceux qui sont les meilleurs avec leurs femmes“ Hadith (Tirmizi)

Ainsi parla le prophète de Dieu, Mohammad (Paix et Bénédiction Sur Lui) .

La femme dans la TORAH
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 16 novembre 2011 a 14:27

Yasmina, point de discrimination ? Parlons-en !

Les hommes se recouvrent-ils des pieds a la tete par un linge noir comme ils l'exigent des femmes jusqu'a, dans certaines contrees, leur enfermer jusqu'a la vue par un voile quadrille a l'emplacement des yeux ?

Les femmes ont-elles le droit de prendre une multitude d'epoux et de papillonner d'un epoux a l'autre, comme se le permet l'homme musulman sans que rien ne vient l'en empecher ?

Les hommes sont-ils sujets aux lapidations lorsqu'ils ont la mauvaise idee d'aller "tromper" leur(s) epouse(s) avec une autre ?

Les femmes s'adonnent-elles aux crimes d'honneur comme s'y adonnent en toute liberte les hommes musulmans ?

Divorce. Quels sont donc les droits de la femme qui ne peut qu'esperer dans son couple, ne pas etre repudiee un jour par son homme. qui la fera partir totalement demunue et sans enfants puisqu'elle n'a plus aucun droit ni exigence a avoir sauf ceder a son bon vouloir.

Lors des prieres, ou sont donc les femmes et pourquoi n'ont-elles pas le droit de se joindre aux hommes pour les prieres, ni meme d'obtenir un emplacement adequat dans les mosquees ?

Et si tu ne le sais pas, en Arabie Seoudite, les femmes recouvertes de noir de la tete aux pieds n'ont nullement le droit de se promener seule. de conduire une voiture, de s'adresser a un homme meme pour demander son chemin voire meme demander secours et je ne parle meme pas du fait qu'elles n'ont aucun droit politique ni de vote.

La liste est bien plus longue et il ne sert a rien ni de se voiler la face ni de se mentir, la realite est connue.




La femme dans la TORAH
Posté par: Yona55 (IP enregistré)
Date: 26 juin 2012 a 14:59

Comment vous pouvez dire toutes ces horreurs ? La femme dans la Torah est considérée comme la courrone de l'homme, l'image d'Hachem sur terre !
Herbert Paganni avait bien raison, la bible est le livre le plus lu et le plus MAL lu .
Comment peut-on dire que le judaisme est une religion qui n'évolue pas ?
C'est des phrases de personnes qui n'ont jamais étudiés ça ! Prenez un livre, et étudiez et vous verrez comment la femme est considérée dans la Torah; vous n'avez qu'a juste prendre l'éxemple de Rabbi Akiva .



Désolé, seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster sur ce forum.
Veuillez cliquer sur S'identifier pour vous enregistrer

   Rechercher sur
 

  Web    
Darnna

© 2008 Darnna.com - All rights reserved.

'