LE MAROC :  DARNNA.COM
Geographie, histoire, differentes villes du Maroc.  
LA PHARMACOPEE MAROCAINE TRADITIONNELLE
Posté par: souirri (IP enregistré)
Date: 11 avril 2006 a 00:36

En lisant l'ouvrage aujourd'hui epuise : A LA PHARMACOPEE MAROCAINE TRADITIONNELLE, Par Jamal Bellakhadar, edition Le Fennec (Maroc) et Ibis (France) ",
un recensement precis des plantes de la pharmacopee marocaine, des mineraux et des produits d'origine animale qui ont constitue la seule medication connue dans notre pays pendant des siecles, J'ai pense que ca pouvait etre un beau sujet que nous pouvons partager .
Justice est rendue a la medecine de nos aieux et aux therapies actuelles de nos paysans et de ceux qui sont restes proches d'une certaine authenticite.

Voyage dans le lexique des plaines, des steppes et des montagnes.




l'huile d'argan
.





Re: LA PHARMACOP?E MAROCAINE TRADITIONNELLE
Posté par: souirri (IP enregistré)
Date: 11 avril 2006 a 00:49

----------- L'arganier



L'huile d'Argane est extraite de l'amande du fruit de l'Arganier. Cet arbre unique au Monde par ses caract?ristiques, existe uniquement dans le Sud-ouest du Maroc.





L'arganier a ?t? consid?r? pendant longtemps comme un produit social ou plut?t familial, soit par la production fruiti?re source d'extraction de l'huile d'argan, destin?e ? l'alimentation des populations rurales du secteur de l'arganier, soit par sa production feuill?re, consomm?e par des dizaines de milliers de ch?vres.


Propri?t?s Cosm?tiques - Outre son emploi dans l'alimentation humaine, cette huile est utilis?e pour les soins corporels, dans le traitement de l'acn? juv?nile, de la varicelle et des rhumatismes.

Par ses propri?t?s hypocholest?rol?miantes, elle est ?galement indiqu?e pour les traitements contre les risques d'art?rioscl?rose.


L'acide linol?ique est d?terminant dans la r?duction de l'infarctus du myocarde, du taux du cholest?rol total et dans la participation au d?veloppement c?r?bral (Charrouf, 1988).


Son utilisation traditionnelle contre le dess?chement cutan? et le vieillissement physiologique de la peau ont suscit? l'int?r?t de certains laboratoires, qui l'ont int?gr?e dans des produits cosm?tiques commercialis?s, tels que Gal?nic (gamme Argane), Yves Rocher (Accaciane), et Colgate Palmolive (Savon dermathologique Antin?a).

La coloration rouge?tre de l'huile est due ? sa teneur ?lev?e en pigments carot?no?des, repr?sent?s essentiellement par les xanthophylles (50mg pour 100g d'huile).


La richesse de l'huile d'Argan en st?rols (160mg pour 100g d'huile) permet son incorporation dans les produits cosm?tiques et remplace ainsi le cholest?rol capable de p?n?trerla peau et constitue une source exog?ne pouvant augmenter le taux de cholest?rol sanguin (Rahmani, 1990).


Huile d?argane propri?t?s cosm?tiques et m?dicinales Usages traditionnels : (source : la pharmacop?e marocaine traditionnelle).


Soins des cheveux, souplesse des cheveux, Soins du cuir chevelu, soigne les irritations, Soins de la peau, peaux s?ches, Soins des peaux rid?es, Acn? Varicelle (r?duit les traces des boutons) Ecz?ma Ger?ures Br?lures Surdit? chronique Ongles cassants Rhumatismes Douleurs articulaires Stimule et d?veloppe les capacit?s c?r?brales Stimule la production de sperme (azospermie). Pr?vient les risques de fausse-couche.


Plus d'infos sur [www.argania-spinoza.com]






Re: LA PHARMACOP?E MAROCAINE TRADITIONNELLE
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 11 avril 2006 a 08:53

Magnifique sujet, Souirri ! La science populaire vehiculee par nos grands meres et arrieres grands meres qui nous permettait d'attenuer, si ce n'est faire disparaitre rapidement un mal de tete (avec un bandeau et un oignon !), une douleur au ventre (le fameux zaatar), des peines d'amour (en devorant tous les jours des gateaux grand sourire classique), etc,etc...

Ils avaient autant d'effets, si ce n'est plus, que la medecine actuelle qui nous bourre en medicaments douteux avec effets benefiques incertains sur la douleur en question mais aux contrecoups secondaires annonces ou dissumiles egalement certains.





Re: LA PHARMACOP?E MAROCAINE TRADITIONNELLE
Posté par: souirri (IP enregistré)
Date: 11 avril 2006 a 09:47


Bonjour darlett,
Exactement.
Tu as tout compris.
On aurait pu intituler le sujet diff?remment, mais le but est d??voquer toute cette science, tout ce savoir et tous ces produits qui font partie de notre patrimoine.


Re: LA PHARMACOPEE MAROCAINE TRADITIONNELLE
Posté par: souirri (IP enregistré)
Date: 11 avril 2006 a 10:23

Le henne.

En Afrique du nord, l'art du henne est un mode de transmission des cultures, dans les societes traditionnelles. Au Maroc, il est parfaitement integre au patrimoine culturel.



Le henne ou lawsonia inermes, arbrisseau de la famille des lythaiees, atteint, dans les oasis sahariennes, 1 metre de hauteur. Il est ramifie de feuilles simples de couleur vert brillant et de feuilles blanches a quatre petales disposees en bouquets odorants. Les feuilles fournissent une teinture jaune ou rouge.

El madjoussy ou Hinna el madjoun, est caracterise par la tonalite de verts se declinant a partir du vert jade, emeraude jusqu'au vert gris. Les sommites sont en forme de cone de pin couvert d'ecailles, de couleur blanc jaunatre. Lors de la maturation, les capitules, en s'ouvrant, donnent une substance laineuse, comme le duvet qui recouvre l'artichaut ; la graine est anguleuse comme celle du Carham. La fleur est petite et pourpree. Cette plante croit dans les montagnes.

El ghafeky , se distingue des autres henne, par la feuille qui ressemble a celle du poivre, et egalement par la fleur faghiya, ou fleur odorante, qui s'epanouit en grappes composees de petites fleurs, d'un rouge ardent, a partir desquelles on prepare l'huile de henne.

Le henne maghrebin se caracterise par les feuilles, d'un vert plus intense que celles de l'olivier ; la graine est noire comme les grains du sureau, la fleur blanche odorante est pareille a la mousse.

Ouesma , ou indigotier Razes et Henna elkoreiche dont les feuilles ont des proprietes medicinales.

Origine du henne:


Bien avant les invasions islamiques les Hebreux et les Egyptiens utilisaient le henne. A ce sujet , on decouvre dans les textes d'archives, qu'en 1298, 1235 avant Jesus-Christ, l'etude de la momie de Ramses II, revele que les cheveux etaient teints au henne. Des textes assyriens du VIIeme siecle avant J.C. decrivent les preparatifs du mariage, en precisant que la jeune fille avait les paumes et les ongles teints au henne. En Chine, les fleurs des ongles, ne sont autres que les ongles peints au henne, parure des femmes. Les Vietnamiennes laquaient leurs dents en noir, le henne additionne de produits noircissants leur offrait une teinture economique.

Lieux de culture:


En Asie, le henne est cultive dans tout le proche Orient, en Iran, en Perse, dans l'Inde occidentale, en Chine. En Afrique, il est cultive dans le Maghreb, au Senegal, au Mali, la plante supporte bien le climat subtropical. Le henne est recolte en abondance au Maroc ; dans la region d'Azzemour (33e17), sa culture fut introduite par les Stukas qui l'ont transplantee du Souss. L'odeur suave et capiteuse rappelle l'exhalaison du reseda. De nos jours, au Caire, le reseeda porte le nom du tamr elhanna.




Re: LA PHARMACOPeE MAROCAINE TRADITIONNELLE
Posté par: Marie-Jose (IP enregistré)
Date: 11 avril 2006 a 10:49

D'accord avec toi Darlett,
c'est un sujet magnifique et Souirri est un puit de connaissances sur le Maroc, comme Abdou et Tarzan chacun dans leurs domaines !

Nous allons apprendre ou re-apprendre beaucoup de choses sur le pays qui nous a vus naitre !

MERCI Souirri de cette bonne idee, et en plus toujours avec les sources pour les info !

Bonne journee et amities Darlett et Souirri

Marie Jos




Re: LA PHARMACOP?E MAROCAINE TRADITIONNELLE
Posté par: souirri (IP enregistré)
Date: 11 avril 2006 a 10:57

D'apres la these de Ghislaine Zahi, 1977
L'art du henne, objet de cette etude intervient a plusieurs niveaux :
- Aspect utilitaire,
- Role symbolique,
- Sa place, dans l'art contemporain.
Lieu d'etude, la ville de Marrakech, ou il trouve un plein epanouissement, et cela jusqu'a nos jours.
lire l'etude:
[www.maroc.net]

Introduction
Le Henne, la plante
Support du Henne
Usage du Henne dans le contexte Marocain
Le Henne dans les traditions
Des Hannayates a Matisse
Le Henne, un art
Conclusion
Bibliographie

Page personnelle de l'artiste : [www.maroc.net]

Plante du Paradis




Re: LA PHARMACOPeE MAROCAINE TRADITIONNELLE
Posté par: Sylvain (IP enregistré)
Date: 11 avril 2006 a 12:20

Excellent sujet Souirri, il y a un tas de choses a apprendre de cette science.
Ma cousine Caroline Elbaz, et son mari, Michel Dortes ont ecrit un livre superbement decore sur le Henne et son histoire depuis les temps immemoriaux, je lui demanderai a l'occasion, la permission d'inserer quelques belles photos extraites de son livre.

En attendant, en voici une prise lors d'un voyage a St Domingue, dans les Caraibes. Le henne est alle jusque la ...

amities

Sylvain






Re: LA PHARMACOPeE MAROCAINE TRADITIONNELLE
Posté par: souirri (IP enregistré)
Date: 11 avril 2006 a 22:19

"La portee therapeutique et hermeneutique de la baraka : Anthropologie des recherches de soins et des quetes de sens dans le Maroc urbain"


Gratuit
- Abdelwahed Mekki-Berrada, 1997
Format : PDF (taille du fichier : plus de 5 Mo)
Notes : Document de 337 pages
URL de reference : a telecharger et a lire tranquillement.
[www.collectionscanada.ca]



Resume :
Toute demarche therapeutique, visant a interpreter la maladie et a la transformer en un etat de sante, revele une hermeneutique culturelle qui autorise la mise en ordre du monde. Ainsi les pensees medicale et symbolique s'inscrivent-elles dans un reseau d'interactions dynamiques ou la maladie, polysemique et multidimensionnelle au meme titre que l'univers, est un evenement qui mobilise le patient, son entourage et les praticiens autour d'une recherche de soins et d'une quete de sens. Tel est le sujet explore dans la presente etude. L'objectif principal consiste e demontrer que la conciliation des systemes de soins et des systemes de representations est rendue possible grace a la mise en oeuvre, par les acteurs, de categories culturelles fondamentales que le chercheur se propose d'identifier [...] L'analyse des observations effectuees, et l'interpretation des modeles explicatifs elabores par les acteurs, plus particulierement ceux des tradi-praticiens, confirment la conciliation des recherches de soins de la maladie et des quetes du sens de l'univers. Celle-ci releve de la portee hermeneutique et therapeutique du concept organisateur de "baraka" autour duquel gravitent les autres categories culturelles fondamentales puisees dans un meta systeme symbolique global et actualisees dans un espace medical pluraliste [...] En fait, le systeme medical traditionnel du Maroc urbain est un systeme hermeneutique. Ses structures theoriques constituent une alternative locale face a l'Islam orthodoxe et a l'Islam integriste qui luttent pour le monopole du sens de l'univers dont les fondements architecturaux exigent sans cesse d'etre redefinis (issu du resume d'auteur)

Table des matieres :
Introduction
1 - L'anthropologie au Maroc face aux pratiques therapeutiques et a la baraka
2 - La medecine humorale preislamique en terre d'Islam : articulation des modes de connaissances scientifiques et religieux
3 - La "medecine du prophete"
4 - Concepts heuristiques et balisage theorique
5 - Introduction a l'espace medical pluraliste au Maroc urbain
6 - La medecine traditionnelle dans le Maroc urbain : recherche de soins et quetes de sens aupres de tradi-praticiens casablancais
7 - Baraka, pensee symbolique et ordonnancement du monde
Conclusion




Re: LA PHARMACOP?E MAROCAINE TRADITIONNELLE
Posté par: CASAANITA (IP enregistré)
Date: 12 avril 2006 a 09:21

Merci Souirri de nous avoir indique ce site canadien.
J'ai commence a lire cette these qui m'apprend beaucoup sur la "baraka", cette "categorie culturelle puissante" qui n'est pas un epiphenomene.
Elle intervient, en effet, dans la symbolique, la pratique et l'action collective. Elle est presente dans le champ religieux, politique et economique.
Chez les vegetaux, le mais, l'orge, le ble sont des receptacles de la baraka, les saints sont des mediateurs... il y a aussi toutes sortes de pollueurs comme les porcins, les chiens etc...
Ce n'est qu'un tout petit apercu (maladroit) de ce texte qui nous montre comment le reel est relie au monde de l'invisible (al ghayib)... etc...




Re: LA PHARMACOP?E MAROCAINE TRADITIONNELLE
Posté par: souirri (IP enregistré)
Date: 12 avril 2006 a 12:33

CASAANITA,


Comme on dit chez nous :
Bs Saha wal afiya out issir
On l'ecrit aussi comme ca :
Bssa7a wal 3afiya out issir
" Que ca t'apporte sante, quietude et facilite. " ; 3 choses qu'on ne trouve pas dans les produits de grande distribution.


ah et la baraka.

Amities.




Re: LA PHARMACOP?E MAROCAINE TRADITIONNELLE
Posté par: souirri (IP enregistré)
Date: 12 avril 2006 a 13:13

Cet article aborde entre autre les mecanismes presidant a la formation du nom, plus particulierement du nom vernaculaire (= populaire) d'une categorie de plantes.
Il s interessa a quelques noms populaires marocains (region de Rabat Sale), a l'exclusion du berbere ; en outre les plantes citees font partie de la pharmacopee traditionnelle.

1-, un meme nom (par exemple fasuh a celle qui denoue ") peut designer une plante (la ferule) ou une categorie de plantes ayant les memes caracteristiques, reelles ou supposees ; par exemple, seront appelees hiata a la couturiere ?, sauge cicatrisante ou toute autre plante ayant des proprietes semblables.
2-, denomination selon des criteres :
a) morphologiques
ud el attas a le bois qui fait eternuer ?, pyrethre (Chrysanthemum pyrethrum),
rihen " l'odoriferante ", myrte (Myrtus communis),
henza a la puante e (Cleome arabica),

b) ethologiques : associees au comportement des plantes
luwwa-ya a celle qui s'enroule ", bryone (Bryonia dioica)
c) par comparaison a un animal
'ayn dib ? oeil de chacal ?, graine d'acacia (Acacia sp.), qui se presente sous un aspect ovale ; le centre, c'est-a-dire la graine elle-meme, de forme aplatie et de couleur brun fonce, brillant ; elle est entouree d'un arille orange vif qui peut evoquer un oeil ; celui-ci est aussi inquietant dans la culture arabe (cf. le mauvais oeil, le regard malveillant). Pourquoi le chacal ? C'est un animal ruse, souvent assimile ou confondu avec le renard ; le renard et le chacal evoquent l'intelligence (malefique ?)3. Cet ensemble de caracteristiques est coherent si l'on considere que l'acacia est utilise a des fins magiques.
ggsset l'haya a houppette de serpent ?, petite centauree, Centaurium erythraea............................................

on structure notre sujet petit a petit.





reference.

Renee Claisse, Bruno de Foucault et Annick Delelis-Dusollier, Nommer les plantes et les formations vegetales*, L'Homme, 153 - Observer Nommer Classer, 2000




Re: LA PHARMACOP?E MAROCAINE TRADITIONNELLE
Posté par: souirri (IP enregistré)
Date: 12 avril 2006 a 16:34

Continuons les mecanismes de nominations des plantes

-Par comparaison a un objet
Gaeta ? la petite trompette ?, fleur de Datura stramonium.

- Par derivation par rapport a son origine geographique, reelle ou supposee :
Sana Makka ? sene de La Mecque ?, casse (Cassia sp.),
Ja-wi ? le javanais ?, benjoin (Styrax benzoin) :
La plante est en realite consideree comme originaire de La Mecque ;
Les fumigations sont benefiques, honorent le createur et, par glissement, les bons genies (les genies musulmans) ; sera alors appelee : ja-wi- mekawi.

-par derivation de son utilisation par l'homme :
Hiata a la couturiere ?, sauge cicatrisante (Salvia sp.) et de la toute autre plante cicatrisante.
Fasuh ? celle qui denoue ?, Ferula communis ; le terme arabe d?signe l'exsudat de ferule, celle qui denoue les sortileges ; les femmes mettent un peu de cette pate noire dans la cambrure de leurs chaussures pour se preserver des mauvais sorts, sur lesquels elles pourraient marcher par inadvertance4.
Bu neffe ? l'utile ?, Thapsia garganica, panacee de la medecine arabe.

-sans transformation :
Ici le terme vernaculaire marocain, kalitus, a ete emprunte au vernaculaire francais, eucalyptus, et au terme scientifique Eucalyptus sp. Remarquons l'existence du cas inverse ou le terme vernaculaire marocain (ou arabe), harmal, est conserve dans le vernaculaire francais, harmel, et dans le nom scientifique (Peganum harmala) ; il en est de meme pour retem (Retama retam), qui vient du marocain rtem.


il reste une derniere partie pour se familiariser avec les mecanismes a l'origine des noms des plantes.




Re: LA PHARMACOP?E MAROCAINE TRADITIONNELLE
Posté par: souirri (IP enregistré)
Date: 12 avril 2006 a 16:49

DERNIERE PARTIE
les m?canismes pr?sidant ? la formation du nom populaire des plantes.



Nom sans rapport avec la nomenclature scientifique.
- r?f?rence au surnaturel.

Bied el gol ? oeuf de l'ogre ? :
?, Mandragora autumnalis. La mandragore, plante tr?s toxique, semble se r?f?rer ? un mythe. La d?monologie en Islam rapporte que les d?mons m?les et femelles s'accouplent et pondent des oeufs, d'o? ?closent d'autres d?mons ; selon la tradition populaire, l'ogre se prom?ne la nuit et d?pose ses oeufs dans le sable. La mandragore marocaine pousse en bordure de mer ; sa racine pivotante peut atteindre un m?tre de long et ?voque une apparence humaine avec deux ? jambes ? et souvent deux ? bras ? ; elle est parfois dot?e d'un diverticule ?voquant un p?nis et dans le cas contraire assimil?e ? un ?tre f?minin. Dans la logique du mythe, on peut dire que les oeufs enfouis dans le sable par l'ogre ont ?clos, donnant naissance ? des d?mons m?les et femelles.

Structures complexes :

-`asa Musa ? b?ton de Mo?se ?, laurier-rose (Nerium oleander) ; Sidi Musa, dont un sanctuaire se trouve ? Rabat-Sal?, est le nom arabe de Mo?se, le ma?tre des eaux qui ouvrit les flots pour permettre le passage de son peuple. Dans la confr?rie religieuse des Gnawa, le pouvoir mythique de Sidi Musa sur la mer est ?voqu? au cours des lila (nuits sacr?es) par la danse du moqqadem (directeur du culte), un bol d'eau en ?quilibre sur la t?te. Le laurier-rose, qui fleurit le long des oueds, notamment dans le Sud marocain, est une plante magique pouvant d?tourner le mauvais oeil et prot?ger celui qui la poss?de de tous les mauvais sorts. Le terme `asa Musa implique donc les structures ? comparaison ? objet ? (b?ton) et le surnaturel (Mo?se).

-kaff Myriam ? main de Marie ?, rose de J?richo, Anastatica hierochuntica ; cette plante herbac?e des milieux d?sertiques s'ouvre au contact de l'eau. Marie ?voque la douceur selon la population de Rabat-Sal? ; sa pr?sence favoriserait les accouchements, le bassin de la parturiente s'ouvrant comme s'ouvre la main de Marie dans une assiette d'eau.

-umm nas ? la m?re des gens ?, r?sine de Commiphora africana ; les gens qui sont ?voqu?s sont les g?nies bons et mauvais dont on peut prononcer le nom, comme si la parole avait pouvoir d'injonction, de mise en demeure, ce qui est par ailleurs une des caract?ristiques de la parole magique.

- sakta, maskuta ? la silencieuse ?, g?alba ? la victorieuse ?, plantes ne pouvant ?tre d?termin?es dans la syst?matique botanique.


synth?se eff?ctu? par moi meme de l'article cit? plus haut.

Re: LA PHARMACOP?E MAROCAINE TRADITIONNELLE
Posté par: CASAANITA (IP enregistré)
Date: 13 avril 2006 a 12:22

Quand j'ai lu le mot de ga?ta (petite clochette) j'ai tout de suite pens? ? l'instrument de musique la ga?ta gallega (ou asturiana etc...), sorte de cornemuse ? deux bourdons.
En cherchant, j'ai vu que cet instrument ?tait sans doute n? en Egypte et qu'il rythmait la marche des fantassins romains.
Cela fait aussi penser ? la ga?ta basque, un hautbois rustique.
Cher Souiri, tout cela ne pourrait-il pas avoir la m?me origine comme l'alja?ta (ou mizmar) de la musique chaoui?



Désolé, seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster sur ce forum.
Veuillez cliquer sur S'identifier pour vous enregistrer

   Rechercher sur
 

  Web    
Darnna

� 2008 Darnna.com - All rights reserved.

'