CULTURES ET TRADITIONS JUIVES :  DARNNA.COM
Musique andalouse, histoire juive, culture judéo-berbère, judéo-espagnol, littérature juive, Rabbins, cimetières juifs au Maroc, Patrimoine juif au Maroc 
Les 36 Saints Juifs Marocains
Posté par: akachmir (IP enregistré)
Date: 05 avril 2009 a 00:52

Les 36 Saints Juifs Marocains :

Parmi les 652 figures hagiographiques, on a cité une sélection de 36 principaux saints juifs marocains. Le nombre 36 rappelle la vieille légende selon laquelle dans chaque génération, l’humanité donne naissance à lamed vav saddiquim « Trente six justes » qui maintiennent le monde et lui donnent une raison d’être.

La liste qui suit a été traduit littéralement aussi fidèlement que possible, de l’Hébreu ou du judéo-arabe. Le culte des saints chez les Juifs du Maroc est en bref, un phénomène important, passionné, complexe par ses éléments dans les diverses activités de la vie quotidienne.

Le Judaïsme marocain, au cours de son existence millénaire, n’a jamais élevé des monuments qui rappellent dignement sa création. Leur fierté s’est donc reportée sur leurs grands rabbins et sur leurs saints qui ont garanti leur survie et, est devenue pour les Juifs, leur raison d’être et la flamme de leur joie de vivre.

1- R.Abner Ha-Sarfati : né et mort à Fès (1827-1883) où il est enseveli, auprès de R.Yehudah Ben Attar et de Lala Sol Ha-Saddiquah
2- R.Abraham Awriwer (Mwalin Dad), vénéré aussi par les musulmans et l’intitulent « Sidi Brahim »

3- R.Abraham Moul Annes (maître du miracle), enseveli à Azemmour et les musulmans le vénèrent.

4- R.Amran Ben Diwan est l’un des saints les plus célèbres. Les Juifs du Maroc affluent de tous les coins du monde pour se recueillir sur sa tombe à Ouezzane

5- R.Daniel Hashomer Ashkenazi (Arba Touggana), réputé pour sa thaumaturgie et des maladies mentales.Les musulmans le vénèrent et l’appellent « Sidi Denil »

6- R.David Alshqar (Casablanca), avec Moulay Ighi en considération. La tradition situe son origine en Terre Sainte.

7- R.David Ben-Barukh (Azrou N’Bahamou), on le désigne également par R.David Ben Barukh Ha-Cohen, Azzogh et David U Barukh sa hillulah le 3 Tebet.

8- R.David Ben Barukh (Taroudant), on le désigne affectueusement par Baba Dadu ou David Ben Barukh le jeune.

9- R.David Ben Safet (Marrakech), son nom complet David Ben Safet Ha-Levi, on le désigne aussi par El Khdar ou Sidi Moul Sor (maître du rempart)

10- R.David Ha-Levi Dra (Drâa). Son sanctuaire est situé à une quinzaine de kms de Demnate, on l’appelle aussi Moul Ennakhla (le maître du palmier vert)

11- R.David Nahmias (Tazda), père de R. Yosef Nahmias sa hillulah, mois d’elul ; des admirateurs musulmans le nomment R. David Hamias.

12- R.David U- Mosher, on célèbre sa hillulah à la néoménie de la kislew et ses fidèles continuent à perpétuer son culte en Israël, les musulmans aussi l’appellent R.David U Messi.

13- R.Eliyahu (Casablanca) ou R. Eliyahu Ha- Cohen : Moul Dar Beida (le maître de Casablanca) ou Kandil El Bled (le luminaire de la ville), enterré à Bab Marrakech, place appelée « bhira » près d’autres saints R.Yishaq Qoriat, R. Messoud Ohana et Lalla Saida. Leurs ossements furent transférés au nouveau cimetière de Ben Msik.

14- R.Hananiah Ha-Cohen (Marrakech) est considéré comme le principal saint de la ville. On le nomme aussi R. Haninia ou moul Chajera El Khadra (le maître de l’arbre vert), les musulmans le vénèrent.

15- R..Hayyim Pinto (Mogador) appartient à l’illustre famille Pinto qui a donné naissance à plusieurs saints. On l’appelle R. Hayyim Pinto le grand pour le distinguer de son petit-fils qui porte le même nom. Né à Agadir, il résida depuis l’âge de dix ans à Mogador. Son érudition et sa thaumaturgie lui valurent la célébrité de son vivant

16- R.Hayyim Pinto (Casablanca), c’est un saint populaire qui a vécu à Mogador et à Casablanca où il mourut le 16 Heshwan 1937, enseveli dans l’ancien cimetière de la ville.

17- Lalla Sol Ha-Saddiqah (Fes), Sol Hatshuel, la fille de R.Hayyim et de Smiha, est née à Tanger en 1817, on l’appelle aussi Lalla Solica, elle est la sainte juive la plus célébre au Maroc.

18- R.Makhluf Ben Yosef Abihasira (Tarkellil à Tafilalet), on célèbre sa hillulah à la néoménie de Tebet. Les musulmans le vénèrent et le nomment Bayo. Dans plusieurs localités en Israël, ses fidèles lui ont dédié un sanctuaire.

19- Meârat Oufran (la grotte d’Oufran) est aussi appelée Meârat ha-Nisrafim (la grotte des brûlés). Le cimetière d’Oufran est ancien, la trdition défend d’y pénétrer, une cinquantaine de juifs, parmi eux : R.Yehudah Ben Naphtali Afrat furent brûlés en martyres en 1792. Les musulmans font aussi le pèlerinage.

20- Maulay Ighi (Demnate), il figure dans les différentes listes des sept ou dix saints qui seraient venus convertir les autochtones ou collecter des dons. Les autorités lui témoignent beaucoup d’honneur et de respect.

21- Moul Djebel El kbir (Sefrou), le maître de la Grande Montagne. On localise sa sépulture entre Sefrou et Bhalil, route vers Fès. Connue du nom de « Kaf el Yahud » (la grotte du Juif), beaucoup de traditions pensent qu’il s’agit de R.Shimôn Bar-Yohay, le prophète Daniel et R.Amran Ben Diwane

22- Moul Timhdart (Tabia), la désignation suggérerait la profession du saint qui était maître d’école de son vivant. Les musulmans le vénèrent et le nomment « Nwdain » le saint des Juifs.

23- Ouled Zemmour (Safi) ou Ouled Zmirou (fils), d’après la tradition sept frères ensevelis ensemble. Ils appartiennent à une famille d’expulsés d’Espagne, cette illustre famille est devenue légendaire.

24- R.Pinhas Ha-Cohen (Marrakech), on le nomme également R.Pinhas Khalifa ha-Cohen Azzogh ou Baba Pinhas, décédé le 14 Tebet 5712 (le 12 janvier 1952)

25- R.Raphael Anqawa (Salé) 1848-1935, sa grande science et ses facultés lui valurent la sainteté et le respect. Il a légué au Judaïsme plusieurs ouvrages Talmudiques et juridiques dignes d’intérêt.

26- Sefer Tislit (le rouleau de la loi de Tislit), à Tazenaght. Le rouleau transféré en Israël, il se trouve aujourd’hui dans une synagogue d’Ashkelon où les Juifs originaires du Maroc continuent à célébrer sa hillulah annuelle.

27- R.Shalom Zawi (Rabat). Il est enseveli dans la partie ancienne du cimetière, dans la cour d’une synagogue, vers 1815.

28- R.Shelomou Ben-Lhans (Ourika-Aghbalou). Il est l’un des saints les plus réputés chez les Juifs du Maroc. Il serait le frère de R.Hayyim Lashqar.

29- R.Shelomoh Ben Tameshut (Marrakech) était un rabbin célèbre contemporain de l’éminent R.Yishaq Deluya, il aurait été assassiné par des musulmans.

30- R.Yahya El Khdar (Ben Amed), son sanctuaire est le mieux entretenu des sanctuaires juifs du Maroc. On y trouve une grande synagogue où on n’y voit aucun tombeau de saint. On célèbre sa hillulah le jour de la Mimouna, il serait le frère de R.Elyahu de Casablanca.

31- R.Yahya Lahlu (Ksar Essouk), les musulmans le vénèrent et le désignent du nomde « Abar », sa hillulah est célèbré à Shoshan-Purim.
32- R.Yahudah Ben Attar (Fès). Les gens du peuple le nomment R.Yahudah le Grand (1655-1733). Il était le saint patron de la ville de Fès.

33- R. Yahudah Zabali (Ksar-Kébir), les musulmans s’approprient ce saint qu’ils nomment « Sidi Bel Abbas » malgré les témoignages flagrants qui prouvent sa judeïté.Il mourut en 1780.

34- R. Yishaq Abihasera (Toulal à Meknès). Il est le fils de l’ancêtre de cette dynastie, R.Yaaqob qui est enseveli à Damenhour, en Egypte, né à Boudenib au Tafilalet, fut tué par des musulmans à Bareka en 1912

35- R. Yishaq Ben Walid à Tétuan (1777-1870), il est l’auteur du célèbre ouvrage Wayyomer Yishaq, sa hillulah le 9 Adar.

36- R. Yosef Bajayo (Ntifa) était un rabbin collecteur. Il est mort à Tabia et enterré à Ntifa.

Si le coeur qui bat pouvait parler




Les 36 Saints Juifs Marocains
Posté par: akachmir (IP enregistré)
Date: 15 avril 2009 a 02:22

Ma recherche se porte sur le culte des saints, largement répandu chez nos Juifs marocains qui reste l’une de leurs caractéristiques culturelles la plus importante, un phénomène extraordinaire. Il y a 652 saints dont 25 femmes. Certain, que le nombre n’est pas encore clos d’après Ben-Ami. Ils considèrent que la sainteté doit demeurer une qualité individuelle, soit par groupes de sept, trois ou de deux frères, tel père tel fils, autres liens de parenté et certains conjoints. Car le songe chez nos Juifs marocains, joue un rôle décisif dans la recherche des tombes de leurs aïeuls et surtout dans la création des Saints.

Si le coeur qui bat pouvait parler

Les hauts faits et miracles attribués aux Saints
Posté par: akachmir (IP enregistré)
Date: 24 avril 2009 a 01:18

Les hauts faits et miracles attribués aux saints :
- Guérissons miraculeuses des maladies
- Secours dans les cas de danger
- Intervention à propos des problèmes de cœur
- En faveur de la collectivité
- Châtient ceux qui l’outragent ou ceux qui portent atteinte aux Juifs.
- Qualité de prophétiser, prédire, prévoir la mort
- Maîtrisent les forces de la nature et interviennent dans leurs lois.
- De la nourriture qui ne s’épuise pas.
- L’omniprésence du saint.
- L’acquisition du vin pour le Qiddush.
Leur localisation est définie par un amas de pierre, des roches, d’un cimetière collectif dans des grottes, dans des sites montagneux, sources, cours d’eau ou bassins, surtout c’est l’arbre qui occupe la place du choix. Par exemple : nom d’un certain arbuste exemple : Sidi Bu-Zeggar, Sidi Bu-Zouitina, Sidi Bu-Taghzaz….

Les 36 Saints Juifs Marocains
Posté par: echkol (IP enregistré)
Date: 24 avril 2009 a 15:20

Akachmir

tu parle d'un sujet qui m'est tres cher
j'ai entendu parler les anciens de pas mal de rabbins
exp: rabbi shlomo bel hnss =fils du serpent (route d'ourika)
rabbi haim pinto=fils de mogador (né a agadir)
rabbi nessim ben nessim (mort a khemis meskala) au milieu de rien
(montagne et un fleuve)
j'ai mis qq photos ici meme sur nos saints ( c'est tout ce que je peux faire)
david

Les 36 Saints Juifs Marocains
Posté par: akachmir (IP enregistré)
Date: 26 avril 2009 a 03:20

Citation:
echkol
Akachmir
tu parle d'un sujet qui m'est tres cher
j'ai entendu parler les anciens de pas mal de rabbins
Oui aussi je souhaite entretenir des discussions à ce sujet.

Le rite essentiel du culte des saints est le pèlerinage qui, suivant l’importance de la tombe vénérée, groupe les habitants d’un quartier, les membres d’une tribu où rassemble une foule de dévots venus par trains spéciaux de tous les coins du monde. L’essentiel du pèlerinage est un sacrifice accompli près du tombeau, suivi d’un repas communiel unissant les vivants entre eux et le groupe des vivants à l’Invisible. Cette alliance peut être rappelée aux moments critiques de l’année agraire ou de la vie humaine. Lorsque le sacrifice a été accompli, le repas terminé, les fidèles emportent avec eux des signes tangibles de la protection du saint : feuilles de l’arbre sacré, poignée de semoule du repas communiel ou de terre prise près du sanctuaire. Des jeux funéraires viennent disperser l’ambiance sacrée : jeux de balle, tir à la cible, jeux équestres. Une particularité s’ajoute à ce contexte musulman : l’autorité morale, spirituelle, des descendants vrais ou supposés. De ces saints personnages sur tout un groupe, parfois très étendu, donnant naissance à des confréries, ou à des fondateurs de villages.



Désolé, seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster sur ce forum.
Veuillez cliquer sur S'identifier pour vous enregistrer

   Rechercher sur
 

  Web    
Darnna

© 2008 Darnna.com - All rights reserved.

'