TEMPS MODERNES :  DARNNA.COM
Sujets divers, humour & actualites 
Aller à la page: PrécédentPremière...452453454455456457458459460461462Suivant
Page courante: 460 of 462
INFORMATIONS GENERALES
Posté par: dina a. (IP enregistré)
Date: 07 mars 2015 a 06:58

[www.lemonde.fr]
Il a bien raison !!

INFORMATIONS GENERALES
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 21 mars 2015 a 20:39

Une terrible tragedie a eu lieu a Brooklyn dans un incendie ou 7 enfants d'une famille ont brules a cause d'un court-circuit du plateau electrique de shabbat. Un voisin a entendu un des enfants crier en hebreu : "Maman vient m'aider"!!







INFORMATIONS GENERALES
Posté par: MESSAGE DEPLACE (IP enregistré)
Date: 17 juillet 2015 a 11:16

Posté par: Bravo
Date: 17 juillet 2015 a 09:33

NDRES – A la veille de l’annexion de l’Autriche par l’Allemagne nazie en 1938, George Weidenfeld alors âgé de 19 ans, a fui de Vienne pour le Royaume-Uni. Il a commencé à travailler à la BBC et dix ans plus tard a co-fondé la maison d’édition Weidenfeld & Nicholson.

L’ancien réscapé, aujourd’hui Lord Weidenfeld, a longtemps été associé à des organismes de bienfaisance juifs et israéliens. Toutefois, puisqu’il avait été aidé par une organisation chrétienne, the Plymouth Brethren, quand il arriva en Grande-Bretagne, il a estimé qu’il était temps de rembourser cette dette.

Un paiement partiel est venu la semaine dernière sous la forme d’une opération de sauvetage poignante de 42 familles chrétiennes syriennes, qui vivent désormais en sécurité à Varsovie.


« Nous avons été profondément émus par le sort des Chrétiens dans les pays du Moyen-Orient déchiré par les conflits, et nous aidons des familles chrétiennes à se rendre vers des refuges où ils peuvent mener une vie normale », a confié mardi Weidenfeld au Times of Israel.

L’opération de sauvetage a été menée en partenariat avec la représentation britannique du Fonds National Juif (KKL), qui a pris la décision d’aider Weidenfeld lors d’une réunion du conseil d’administration juste avant Pessah de cette année.

Selon Michael Sinclair, vice-président du KKL en Grande-Bretagne, la demande faite par des philanthropes juifs Weidenfeld and Martin Green au KKL était inhabituelle mais finalement convaincante. Martin Green dirige la Fondation Euripide, qui travaille pour l’amélioration des relations entre Juifs et Chrétiens.

« Nous avons compris que c’est la bonne chose à faire, offrir de l’aide », a dit Sinclair. « Nous étions conscients de ces occasions rares mais spéciales, où des Chrétiens ont tendu la main à des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. Les gens ont réalisé qu’il s’agissait d’une cause vraiment louable ».

Le remboursement honorable d’une dette de la Shoah était un facteur de motivation pour Weidenfeld.

« Dans les années 1930, des milliers de Juifs, surtout des femmes et des enfants, ont été aidés par des Chrétiens qui ont pris d’énormes risques personnels pour les sauver d’une mort certaine. Nous avons une dette de gratitude », a dit Weidenfeld.

Sinclair a cependant reconnu qu’il y avait eu une discussion interne quant à savoir si le sauvetage humanitaire était la bonne sorte de projet pour le KKL, une organisation qui est connue pour son travail dans le reboisement et le développement de la terre d’Israël, ainsi que pour l’éducation et la cause sionistes.

« Nous avons pensé à ce que nous aurions ressenti si nous avions appris qu’un groupe chrétien avait eu l’occasion de sauver des vies juives pendant la Shoah – et que nous avions décliné cette opportunité »
« Mais nous avons estimé que nos donateurs seraient d’accord – et nous avons également eu l’impression qu’une fois que nous avions été approchés, nous ne pouvions pas dire non », se souvient Sinclair.

« Nous avons pensé à ce que nous aurions ressenti si nous avions appris qu’un groupe chrétien avait eu l’occasion de sauver des vies juives pendant la Shoah – et que nous avions décliné cette opportunité. Ce fut vraiment la raison la plus convaincante pour s’engager ».

L’opération consistant à sortir les Chrétiens de leurs maisons dans un territoire contrôlé par l’Etat islamique – non spécifié pour des raisons de sécurité – a été coordonnée avec la Fondation Barnabas, une agence internationale de secours qui œuvre avec ce qu’elle appelle « l’église persécutée. »

Dans des conditions de grand secret, les 42 familles – 149 personnes au total – ont été transportées de Beyrouth à Varsovie, où beaucoup d’entre elles ont demandé à ne pas être identifiées par crainte de représailles contre des proches vivant encore en Syrie. Le gouvernement polonais a fourni des visas d’entrée, et un logement temporaire en Pologne a été offert par un organisme de bienfaisance basé à Varsovie, la Fondation Esther.

Des sources proches de l’opération ont révélé qu’il avait été question que les réfugiés passent d’abord par Israël, un plan qui a été rejeté pour des raisonsde sécurité.

Le sort des Chrétiens d’Orient, pris dans la guerre intestine entre factions musulmanes, a été largement ignoré par la communauté internationale. La Fondation Barnabas a lancé un plan de sauvetage appelé Operation Safe Havens – et la Fondation Weidenfeld Safe Havens distincte a couvert le coût de cette première mission d’un montant de 250 000 livres sterling. Le patron de la Fondation Barnabas, le marquis de Reading, Simon Isaacs, s’est félicité de l’argent versé par des associations caritatives juives et des particuliers au Royaume-Uni.

Le Fer de lance du projet a été le Lord Weidenfeld âgé aujourd’hui de 95 ans. 200 autres familles devraient arriver en Pologne dans les prochains mois.

Cependant, Sinclair dit que ce ne serait pas un « projet phare » pour le KKL. « Mais nous allons continuer à approcher des amis et contacts en Amérique du Nord et en Israël pour aider à financer les évacuations futures », a-t-il precisé.

Pour intensifier les efforts, la Fondation Barnabas est déjà en contact avec un certain nombre d’autres gouvernements d’Europe centrale et orientale pour discuter des projets de sauvetage similaires.

INFORMATIONS GENERALES
Posté par: Bravo (IP enregistré)
Date: 02 août 2015 a 23:43



Pour tous les Darnnassiens qui sont passés par l'ORT Annière Suisse et Canton de Genève, je signale le site suivant qui va leur rappeler de bons souvenirs, et surtout les intéresser en leur montrant que la chaîne d'union continue.

Voir : [www.aaa-ort.com]


INFORMATIONS GENERALES
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 03 août 2015 a 13:38

Des vacances au bord de la mer ? Pourquoi pas a Gaza dans ce palace construit par un riche palestinien ?.

Avouez que cet endroit n'a rien a envier aux autres hotels de vacances au bord de la mer.



Gaza by night



Le repas du soir au bord de la mer






INFORMATIONS GENERALES
Posté par: andre (IP enregistré)
Date: 03 août 2015 a 16:59

Citation:
Bravo

Pour tous les Darnnassiens qui sont passés par l'ORT Annière Suisse et Canton de Genève, je signale le site suivant qui va leur rappeler de bons souvenirs, et surtout les intéresser en leur montrant que la chaîne d'union continue.

Voir : [www.aaa-ort.com]


Très intérréssant, car je reconnais sur la photo nr.64 et sur d´autres photos, mon proffesseur de dessin en bâtiment à l´O.R.T d´Aïn Sebaa en 1960. (Mr. Paul (Pinhas) Abergel (Z.L.)

Donc, il avait surement obtenu sa formation à l´O.R.T. d´Anières..

"A"




INFORMATIONS GENERALES
Posté par: Bravo (IP enregistré)
Date: 06 août 2015 a 10:25


Les recrues étrangères de Daech en Libye | Arrêt sur Info

Libye - une-colonne-de-l-organisation-etat-islamique-a-derna-dans-l-est-de-la-libye_5186177 (1)



Une colonne de l’organisation Etat islamique à Derna, dans l’est du pays. REUTERS/Stringe



Ils viennent de toutes parts pour compenser les pertes humaines du groupe terroriste

La défaite subie par l’État islamique à Derna, dans l’est libyen, est une preuve que cette organisation peut être vaincue en Libye. Mais il faudrait que les Libyens se mettent d’accord sur un gouvernement d’union nationale, comme le souhaite l’ONU, parrain du dialogue interlibyen.

Les “combattants” étrangers continuent d’affluer en Libye, pour compenser les pertes subies récemment par la branche locale de l’État islamique à Benghazi et à Derna (est), selon les médias locaux qui citent des sources proches de l’armée loyale au gouvernement de Tobrouk, internationalement reconnu. Ainsi, six anciens officiers de l’armée irakienne, du temps de l’ancien régime du président déchu Saddam Hussein, sont arrivés en Libye, en provenance de l’Irak, sur ordre du chef de l’État islamique, Abu Bakr al-Baghdadi, a rapporté Libya news24, citant une source haut placée au sein de l’armée libyenne que dirige l’ancien général à la retraite, Khalifa Haftar. L’information a été confirmée par les sites proches de l’organisation terroriste.

Les six lieutenants d’Al-Baghdadi ont rejoint Daech depuis longtemps et ont mené plusieurs opérations en Irak et en Syrie, avant d’être envoyés en Libye, où ils auront la mission de restructurer la branche locale de cette organisation terroriste, notamment à Derna d’où elle a été chassée en juin dernier par le Conseil des combattants de Derna, une milice islamiste radicale et farouche opposante à Haftar. Daech avait pris le contrôle de Derna après le départ des milices proches de Fajr Libya à Benghazi. Mais l’arrivée massive de “combattants” étrangers dans cette ville a fini par mettre en colère la population locale qui est sortie manifester dans la rue. Bilan de la manifestation : sept civils tués par les snipers de Daech.

Cette tuerie a amené le Conseil des combattants de Derna à lancer une offensive d’envergure contre les positions de l’État islamique dans cette ville. La tentative de Daech de reprendre le terrain perdu n’a pas abouti. De même à Benghazi où l’État islamique a essuyé d’importantes pertes face aux milices locales et aux troupes de Haftar.

Les combats se poursuivent toujours à Benghazi, mais le rapport de force est défavorable à Daech qui contrôle aujourd’hui la seule ville côtière de Syrte, soutenu par les partisans de l’ancien régime de Tripoli, du défunt guide Mouammar al-Kadhafi, selon plusieurs sources. Outre le soutien apporté par les pro-Kadhafi, l’État islamique compte aussi sur les terroristes issus d’autres nationalités, surtout au niveau de sa chaîne de commandement.

Comme dans certaines régions en Irak et en syrie, où l’organisation terroriste contrôle de larges territoires, Daech a placé des éléments étrangers à la tête de sa branche libyenne, estimant que les chefs locaux sont parfois tolérants envers leurs populations. Toutefois, selon toujours les médias libyens, l’arrivée des six lieutenants irakiens d’Al-Baghdadi, dont l’identité demeure secrète, coïncide aussi avec l’élimination de plusieurs chefs de l’organisation à Derna, à Benghazi et à Misrata. Un des chefs les plus connus en Libye était Abou Nadir al-Yameni, d’origine yéménite. Il a été éliminé fin juin dernier à Benghazi par un tireur d’élite de l’armée loyale au gouvernement de Tobrouk, selon des sources sécuritaires libyennes.

Il y a deux semaines, des informations ont fait état de l’arrivée d’une colonne de 70 véhicules, transportant des “combattants” étrangers, en provenance du Soudan, pour renforcer les rangs de Daech, qui cherche à étendre son influence à Tripoli et qui tente, depuis quelques jours, une percée à Misrata.

En l’absence d’un accord politique entre les parties libyennes en conflit, l’État islamique continue de progresser en Libye, obligeant même des migrants africains à intégrer ses rangs, selon les médias libyens et des ONG


INFORMATIONS GENERALES
Posté par: Bravo (IP enregistré)
Date: 08 août 2015 a 09:13



Le No. 1 de l'Europe

[m.canalplus.fr]


INFORMATIONS GENERALES
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 08 août 2015 a 13:04

Citation:
Bravo

Le No. 1 de l'Europe

[m.canalplus.fr]



Super rigolo. Juste ce qu'il faut desacraliser ces personnages.

INFORMATIONS GENERALES
Posté par: Bravo (IP enregistré)
Date: 11 août 2015 a 20:07



GÉOPOLITIQUE
Pourquoi Syriza a-t-il signé un curieux pacte militaire avec Israël ?
Vendredi 07 Août 2015 à 5:00
Paul Conge
Alors qu’un cataclysme financier s’abat sur la Grèce, des avions de chasse israéliens arpentent librement le ciel hellène depuis plusieurs jours. Un exercice d'entrainement de grande ampleur dans le cadre d'accords bilatéraux signés entre la Grèce et l'Etat juif. Etonnant de la part de Syriza qui se voulait un grand défenseur de la cause palestinienne...

Des F-16 israéliens sur une base militaire grecque le 30 avril 2015 - Photo : Ministère Grec de la Défense nationale

La géopolitique réserve toujours des surprises inattendues : un axe militaire serait-il en train de s’édifier en coulisses entre la Grèce et Israël ? L'étrangeté a éclaté ce lundi 3 août, dans un communiqué passé inaperçu. L’armée de l’air israélienne se félicitait d’un pittoresque « exercice d’entraînement », de « grande ampleur », s'étant déroulé fin juillet dans le ciel hellène. Onze jours durant, des hélicoptères de l’Etat hébreu ont ainsi joyeusement bourdonné aux côtés des aéronefs grecs, dans le cadre d’une manœuvre conjointe de leurs aviations militaires.

Des hélicoptères israéliens sur le Mont Olympe

Les survols ont été nombreux : il y eut là des jets de surveillance Beechcraft B-200 « Tzofit », des hélicoptères spécialisés, ainsi que des avions de transport C-130. Défi de taille pour les pilotes israéliens, car l’exercice a notamment pris place autour du célèbre Mont Olympe (2 917 mètres), et des chaînes de montagnes avoisinantes. « Des zones montagneuses qui n’existent pas en Israël », a observé le lieutenant colonel Matan, commandant de l’armée israélienne, cité dans le communiqué et apparemment ravi de découvrir un nouveau terrain de jeu.

« Nous comprenons la grande importance d’une activité conjointe avec l’Etat d’Israël, qui contribue à la sécurité de nos deux pays », a déclaré, sans maquiller son enthousiasme, le commandant de la base de Larissa, dans la région de Thessalie, où s’est déroulée l’opération. « Les choses que nous avons apprises ensemble ont contribué à l’amélioration de la coopération entre nos armées. »

Ces détonantes escouades se sont déployées dans l’espace aérien grec des suites d’un important accord militaire, qui s’est conclu à Tel Aviv le 19 juillet dernier, entre le gouvernement israélien de Netanyahu et le gouvernement dirigé par Syriza.

Un pacte similaire à l’accord Israël-Etats-Unis

Pour le moins étonnants, mais d'une importance capitale, ces accords bilatéraux ont été ratifiés à la demande du ministre grec de la Défense, Panagiotis Kammenos, fondateur du parti de la droite radicale Anel, et allié de circonstance de Syriza au pouvoir.

Cosigné avec son homologue israélien, Moshe Ya’alon, membre du Likoud, l’accord confère une immunité légale au personnel militaire grec et israélien au cours de leurs entraînements dans chaque pays. Outre l’immunité, il prévoit également des « entraînements conjoints » entre Tsahal et les forces grecques. D’après le Jerusalem Post, ce pacte n’a pour seul équivalent que celui signé entre l’Etat juif et les Etats-Unis, leur allié héréditaire.



Peur conjointe de l’Iran ?

« Nous apprécions beaucoup votre visite ici durant cette difficile période pour la Grèce, a déclaré Ya’alon lors de la venue de Kammenos. Cela souligne l’importance des relations entre nos pays. » Dans l’agenda de la rencontre entre les deux hommes figurait aussi la « coopération dans le domaine de l’industrie militaire » et la « sécurité maritime ».

Les deux homologues ont soulevé ce qui les rassemble : leur peur commune de... l’Iran. Crainte saillante pour les Israéliens, au lendemain des accords sur le nucléaire iranien, qui ont enclenché l’ire du premier ministre israélien Netanyahu. « Nous percevons l’Iran comme un générateur et un catalyseur central de l’insécurité dans la région, à travers son soutien d’éléments terroristes dans le Moyen-Orient », s’est alarmé Ya’alon. Le leader des « Grecs indépendants » lui a emboîté le pas, au bord de la paranoïa, en affirmant que le Grèce est « aussi dans le rayon des missiles iraniens ». L’Etat perse n’ayant pourtant jamais émis aucune menace à l’encontre des Grecs, la justification s’apparente à un miroir aux alouettes.

Des escadrilles de F-16 israéliens dans le ciel hellène

Ce revirement n'est pas soudain. Déjà en avril et en mai, des escadrilles de F-16 israéliens réalisaient des entraînements intensifs dans les bases militaires hellènes, à la suite d'une invitation à participer à l'exercice annuel de l'INIOHOS.

« La coopération gréco-israélienne a pris de la vitesse ces dernières années, et à la lumière du succès des récents déploiements, les vols mutuels vont probablement continuer en 2016 », a indiqué Tsahal. A en croire aujourd’hui le JPost, des pilotes d’hélicoptère grecs vont aller s’entraîner en Israël dans les prochains mois.

Un accord contre les convictions de Syriza

Cette coopération militaire se poursuit dans une période trouble. Des observateurs pro-palestiniens redoutent désormais que ces échauffements militaires soient employés dans les futurs assauts dans la bande de Gaza.

En parallèle, une commission des Nations Unies a publié une enquête indépendante qui accable Israël de « crimes de guerre ». Le récent rapport d’Amnesty international va dans le même sens, accusant Tsahal d’avoir provoqué des centaines de pertes civiles à Gaza.

Pourtant, Tsipras l’a dit et répété au lendemain de son élection : face à la brutale répression contre les Palestiniens, « nous ne pouvons pas rester passif, parce que ce qui nous arrive aujourd’hui sur l’autre rive de la Méditerranée, peut arriver sur notre rive demain. » Cette signature est d’autant plus étrange que le programme de Syriza, farouche soutien de la cause palestinienne, réclamait la fin des accords de coopération militaire entre la Grèce et Israël. Quel intérêt a Syriza à torpiller ses convictions ?

Un ministre de la Défense roublard

Panos Kammenos : Instigateur de l’accord, le leader nationaliste des « Grecs indépendants » Kammenos est donc dans une drôle de position. Roublard, il a profité de la débâcle des tractations avec l’Eurogroupe pour se rendre à Tel-Aviv, quand la Grèce était prise en tenailles par le poids de la dette.

Sollicité par Marianne, un cadre important de Syriza a avoué ne même pas être au courant de la signature de l'accord.

Lors des pourparlers avec Tsipras pour former la coalition, soucieux de conserver un statut d’électron libre, il avait par ailleurs exigé qu’Anel ait la mainmise sur l’armée. Il serait toutefois douteux de parier que Kammenos soit « indépendant » au point de faire cavalier seul.

Succès personnel de Kammenos, l’accord militaire signé avec Israël n’a pas pu s’effectuer sans un gramme de consentement de la part de Tsipras. Lequel ne peut en revanche retirer aucun profit politique à ébruiter l’affaire.

Un rapprochement voulu par Tsipras ?

Plusieurs indicateurs consolident la piste que l’inflexion est venue, du moins approuvée, par Syriza. Fin janvier, Tsipras avait laissé entendre des signes de rapprochement avec l’Etat hébreu. Autre signe annonciateur, le 6 juillet, le ministre des Affaires étrangères grecs Nikos Kotzias s’est rendu à Jérusalem afin de « renforcer les liens bilatéraux entre les deux pays ». Au terme de la rencontre, Netanyahu s’est engagé à assister le pays en capilotade.

Les deux pays ont intérêt à consolider leurs liens pour contrebalancer l’influence de la Turquie dans la région, hostile à Israël, tandis que Tsipras aspire à réunifier Chypre. Une manière de tisser un réseau d’alliés dans une situation géographique et géopolitique délicate. Mais qu’il y ait des incitations commerciales et financières est à ce stade encore peu clair.


INFORMATIONS GENERALES
Posté par: Bravo (IP enregistré)
Date: 12 août 2015 a 18:03


Et si l’Etat islamique avait déjà gagné ?

“C’est une erreur fatale d’entrer en guerre sans la volonté de la gagner”, disait le général américain Douglas MacArthur. Mais que veulent vraiment les Etats-Unis, après dix mois d’attaques en Irak et en Syrie contre l’organisation Etat islamique (EI) ? Certes, ils opèrent des frappes aériennes, avec l’aide de leurs alliés ; forment et équipent des militaires irakiens ; dépensent chaque jour presque 10 millions de dollars dans ce nouveau conflit.

Côté résultats, c’est pourtant le grand désert. Un an après la proclamation de son califat entre le Tigre et l’Euphrate, l’EI n’a pas reculé. Pis, pas un mois ne passe sans l’annonce d’une nouvelle extension du domaine de la lutte djihadiste. En Syrie et en Irak, avec les prises de Palmyre et de Ramadi. Mais aussi ailleurs au Moyen-Orient, en Libye ou au Nigeria…

> > > En kiosque : notre numéro “Et si Daech avait déjà gagné ?”

Cruelle et totalitaire, la machine Daech [acronyme en arabe de l’EI] continue de recruter en Europe et ailleurs. Sur le plan financier, l’argent du pétrole et la taxation des fidèles lui assurent une confortable rente. Arrivé sans crier gare sur l’échiquier géopolitique du Moyen-Orient il y a moins de quatre ans, le concurrent d’Al-Qaida non seulement résiste aux assauts menés contre lui mais semble devoir perdurer.

“Que devrions-nous faire si l’Etat islamique gagnait ?” s’interrogeait récemment la revue américaine Foreign Affairs. Et de répondre : “Vivre avec lui”. Un scénario défaitiste mais proche de la réalité. Trop impatient de parvenir à un accord dans le domaine nucléaire avec l’Iran, Washington est incapable d’aligner une stratégie efficace face à l’EI. Quant à la réponse de l’Union européenne, elle est inaudible. C’est d’autant plus dommage que nous sommes concernés au premier chef par l’onde de choc provoquée par Daech. Ce mouvement terroriste n’est pourtant pas invincible. Mais pour arrêter ses combattants, il faut une détermination sans faille. Or que ce soit à Washington, à Bruxelles ou à Bagdad, la volonté politique est ce qui manque le plus à nos dirigeants.




INFORMATIONS GENERALES
Posté par: derka (IP enregistré)
Date: 26 septembre 2015 a 13:40

Une bousculade a la Mecque a tué 717 personnes et en a blessé 805
Voici la fameuse bousculade. Ceux qui sont arrivés a passer vont leur chemin comme si rien n'y était car ils sont pressés d'accomplir le rite de la lapidation meme s'il faut marcher sur des cadavres
[m.youtube.com]




INFORMATIONS GENERALES
Posté par: derka (IP enregistré)
Date: 26 septembre 2015 a 23:27

En arabe : joyeuse fete de l'aid
[www.hostingpics.net]

INFORMATIONS GENERALES
Posté par: derka (IP enregistré)
Date: 01 octobre 2015 a 13:57

bombardement d'une salle de mariage au Yemen par l'Arabie seoudite 131 morts !!
c'est pas grave du moment que c'est pa Israel qui l'a fait.
Quand Israel pour se defendre tue un teroriste c'est le branle bas.
[www.france24.com]

INFORMATIONS GENERALES
Posté par: gilou (IP enregistré)
Date: 01 octobre 2015 a 17:12

Mais Derka tu ignores que c'est Israel qui est le coupable d'après Khamenei avec en plus coupable des morts de la Mecque,toujours d'après cet honorable chef d'etat.

Aller à la page: PrécédentPremière...452453454455456457458459460461462Suivant
Page courante: 460 of 462


Désolé, seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster sur ce forum.
Veuillez cliquer sur S'identifier pour vous enregistrer

   Rechercher sur
 

  Web    
Darnna

© 2008 Darnna.com - All rights reserved.

'