TEMPS MODERNES :  DARNNA.COM
Sujets divers, humour & actualites 
Le mal européen et la Norvège - par Guy Millière
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 01 août 2011 a 16:50

Le mal européen et la Norvège

par Guy Millière








Une semaine après les faits, un regard d’ensemble sur la réaction des médias français et européens face aux actes abominables commis par Anders Breivik s’impose, et montre une cécité consternante et, hélas, significative.


Anders Breivik est « chrétien », s’obstine-t-on à dire quasiment partout. En dehors d’une vague référence à l’ordre des Templiers, le rapport de Breivik au christianisme est pourtant très mince : il semble que la volonté d’incriminer un « chrétien », même s’il n’est pas chrétien soit la plus forte. Pourquoi cette haine du christianisme ? Le christianisme repose sur le respect de l’être humain, la compassion, l’éthique : tout ce que Breivik est venu fouler aux pieds.


Anders Breivik est d’« extrême-droite », continue-t-on à lire. Les références que Breivik donne dans le galimatias de mille cinq cent pages qu’il a rédigé sont hétéroclites, et vont d’Hitler à l’extrême gauche en passant par l’écologisme radical, mais, puisqu’il cite aussi des auteurs d’extrême droite, et divers auteurs conservateurs, il est clair que la volonté de pointer du doigt l’«extrême droite », et d’en profiter pour amalgamer extrême-droite et conservatisme, ressemble pour certains à une véritable aubaine. Pourquoi cette haine du conservatisme et cette volonté perverse de l’associer à l’« extrême-droite » ? Pourquoi, surtout, cette ignorance de ce qu’est le conservatisme du monde qui parle anglais (celui que cite Breivik) ? Le conservatisme du monde qui parle anglais respecte l’individu, la vie, est partisan d’un gouvernement limité à ses fonctions régaliennes : il n’a strictement rien à voir avec l’embrigadement militariste, collectiviste et belliciste du fascisme ou du national-socialisme que cite obsessionnellement Breivik.


Anders Breivik est « islamophobe », est-il ajouté sans cesse, et Breivik cite effectivement presque tous ceux qui ont écrit de manière critique sur l’islam dans le monde occidental aujourd’hui. Breivik dit aussi qu’il est prêt à passer des alliances avec les islamistes pour détruire l’ordre ancien et établir un ordre figé du chacun chez soi, les islamistes en terre d’islam et les Templiers en terre d’Europe : mais cela, les médias français et européens ne l’ont pas remarqué. Et ils ne disent, à ce jour, strictement rien des alliances que Breivik envisageait de passer avec les islamistes. Pourquoi cet aveuglement sur les alliances que Breivik évoquait avec les islamistes ? Et pourquoi ne pas dire que les islamologues cités par Breivik proposent d’adopter une démarche très différente, et qui n’a strictement rien à voir avec ce qu’écrit Breivik : combattre l’islam radical par la force s’il le faut, mais surtout par les idées, assumer la globalisation, dire que ce que sera l’islam en Europe dépendra de ce qu’est l’islam mondial. Breivik cite des islamologues dont il ne reprend fondamentalement en rien les analyses.


Anders Breivik s’en prend au « multiculturalisme », est-il noté enfin. Et c’est exact. Mais il tient aussi des propos antisémites et énonce un regret très explicite qu’Hitler n’ait pas expulsé tous les Juifs d’Europe, et ait commis « l’erreur » d’en tuer beaucoup, sans quoi il serait un « grand homme » : cela les médias français et européens ne l’ont pas vu. Certains journalistes le présentent, au contraire, comme un ami d’Israël, quasiment un « sioniste ». Y aurait-il chez eux une volonté d’assimiler « sionisme » à « extrême-droite » ? Je le pense. Y aurait-il une dimension antisémite dans la réaction médiatique française et européenne. Pourquoi, sinon, avoir décrit Breivik comme un ami de la cause israélienne ? Breivik est fondamentalement antisémite et accepte Israël comme un moyen de vider l’Europe de toute présence juive : il n’a rien d’un philosémite ou d’un ami d’Israël.


***



Il semble évident qu’Anders Brevik est mentalement malade et vecteur d’une forme de psychose paranoïaque : celle-ci ne l’empêchant pas du tout d’être très déterminé, et d’avoir une logique dans son délire et d’avoir écrit un galimatias. C’est ce qui se dit dans la presse conservatrice américaine, analyses à l’appui, et je pense que c’est exact.


Il semble évident qu’Anders Breivik est un homme isolé, qui a conçu son plan et rédigé son manuscrit tout seul, même s’il semble avoir rencontré des membres de la (plutôt fasciste) British Defense League. C’est ce qui se dit dans la presse conservatrice américaine toujours, analyses à l’appui, toujours. Et je pense que, jusqu’à preuve du contraire, cela correspond aux faits.


Il semble évident, ajouterai-je, que nul ne pourrait suivre la logique d’Anders Breivik, sauf, peut-être un autre homme atteint du même dérangement mental : nul, sauf un malade dans un état grave ne peut imaginer susciter un soulèvement de « Templiers » en massacrant des adolescents et en posant une bombe dans un centre ville.


Il semble que si on veut tenter de trouver un sens dans le galimatias écrit par Anders Breivik, ce sens soit à chercher dans une référence délirante aux Templiers, mais pas du tout dans le christianisme, dans des relents fascistes, nationaux socialistes, mais pas du tout dans le conservatisme (et surtout pas dans le conservatisme qu’il cite), dans une idée du chacun chez soi et d’alliances tactiques avec les islamistes, et pas du tout dans un rejet de l’islam en lui-même, dans une idée de la pureté des cultures teintée d’antisémitisme, et pas du tout dans le philosémitisme.


***



Il semble évident aussi, ce doit être précisé en ce contexte, que le délire d’Anders Breivik s’est trouvé alimenté par une réalité : la dérive de l’Europe vers une police de la pensée généralisée qui annihile la réflexion, et la remplace par une bouillie informe, faite de détestations vagues vis-à-vis de tout ce qui serait extérieur à une pensée unique génériquement social-démocrate, et le glissement parallèle de l’Europe vers l’émergence de zones de non droit, de bandes ethniques et de poussées islamistes.


Dans une démocratie fonctionnant normalement, il existe une liberté de parole, des débats logiques et rationnels, et tous les problèmes peuvent être abordés en regardant la réalité en face.


Dans les sociétés européennes, qui n’ont plus rien de démocratique et qui ressemblent, comme vient de le rappeler à juste titre Caroline Glick, à la « démocratie totalitaire » décrite par Jacob Talmon dans ses analyses de la Terreur sous la Révolution française, la liberté de parole est asphyxiée, les débats disparaissent au profit des anathèmes et des amalgames, et il est impossible d’aborder certains problèmes sans recourir à une langue de bois, qui voile soigneusement certains faits et rend tabou de les évoquer. Cela n’incite pas ceux qui souffrent de cette situation d’ensemble, ou qu’elle révolte, à adopter un comportement violent.


Mais une telle situation d’ensemble, lorsqu’elle croise la trajectoire d’un malade mental peut alimenter certains délires et entraîner certains comportements.


Les Norvégiens se demandent aujourd’hui comment la Norvège, paradis policé du politiquement correct, a pu produire un Anders Breivik : je dirai que précisément, en étant un paradis policé du politiquement correct, de la pensée unique et de la bouillie susdite, et en se laissant gagner par des enclaves de non droit, par la développement de bandes ethniques et par des poussées islamistes sans pouvoir répondre, la Norvège constituait un terrain fertile pour qu’un Anders Brevik puisse y émerger.


Les médias français et européens se demandent gravement ce qui s’est passé, et leurs réponses biaisées, faussées, falsifiées par le politiquement correct, la pensée unique et la bouillie ne permettent pas de comprendre, au contraire. Elles témoignent de l’ampleur du mal européen qui plonge ce continent vers l’agonie et un lent chaos.


***


C’est en détruisant la démocratie et la liberté de parole, en installant une police de la pensée, une pensée unique, et une bouillie qui empêche de comprendre quoi que ce soit, qu’on produit des malades mentaux qui se conduisent comme Anders Breivik. Celui-ci est une abominable exception. Il pourrait y avoir d’autres exceptions, hélas.


Les médias français et européens, en continuant obstinément à aller dans la même direction, mettent en place les conditions faisant qu’il peut risquer effectivement d’y avoir d’autres abominables exceptions. Les dirigeants politiques parlent globalement comme les médias.


***


Au lendemain de la Deuxième Guerre Mondiale, des dirigeants européens ont construit, au nom du rejet du fascisme et du national-socialisme, un édifice absolutiste reposant fondamentalement sur la défiance vis-à-vis de la démocratie, sur la défiance vis-à-vis du marché, sur la remise du pouvoir à des technocrates censés être « éclairés » et avoir les « bonnes idées », sur des orientations de type social-démocrate.


La suite est connue : constitution d’Etats providence hypertrophiés, prise en main des médias, des universités, de tout le secteur de l’enseignement par les tenants des « bonnes idées », dissémination par ce biais d’un rejet graduel de tout ce que la civilisation occidentale a produit de plus fécond, et que christianisme, conservatisme au sens où je l’ai défini plus haut, et judaïsme, préservent et incarnent, diffusion d’un relativisme généralisé.


Les résultats sont là : la démocratie est très largement abolie en Europe, ce qui entraîne des révoltes des peuples, les marchés dirigés sont asthéniques, les « bonnes idées » des technocrates ont construit un château de carte en train de s’effondrer, les Etats providence sont en faillite, les « bonnes idées » sont hégémoniques, la haine du christianisme, du conservatisme, du judaïsme, se disséminent, le relativisme produit tout à la fois la non intégration de fragments vastes des communautés musulmanes, et la crispation symétrique de gens qui glissent vers l’extrémisme de droite, pour certains, vers l’extrémisme de gauche pour d’autres.


A l’intersection de la crispation et de la maladie mentale, il peut y avoir un Anders Breivik et des atrocités.


***


L’Europe qui s’est construite ressemble à une grande fuite en avant vers un précipice.
Dans cette fuite en avant, il y a d’autres ingrédients dont il faut parler : une attitude d’apaisement vis-à-vis de l’islam radical qui a pour pendant des réactions de haine globale pour les populations musulmanes. La montée d’un « antisionisme » qui n’est qu’un masque supplémentaire pour le nouvel antisémitisme européen et permet, au nom de l’apaisement, à cet antisémitisme de se mêler à l’antisémitisme islamique.


La Norvège est un pays qui incarne la quintessence de la fuite en avant européenne, même si elle n’est pas dans l’Union Européenne. L’économie y garde une apparence de prospérité parce qu’existe l’effet de rente venu d’exploitations pétrolières : ce n’est pas une prospérité reposant sur la création entrepreneuriale. La Norvège est aussi l’un des pays européens qui vont le plus loin dans la direction de l’apaisement vis-à-vis de l’islam radical. C’est l’un des pays les plus antisémites d’Europe, et c’est le pays le plus « antisioniste » d’Europe.


Les jeunes socialistes norvégiens sur lesquels Anders Breivik a tiré étaient réunis dans un camp de formation très politiquement correct, très « pensée unique », très porteur d’apaisement vis-à-vis de l’islam radical, et très imprégné d’antisémitisme déguisé en « antisionisme ».


Ces jeunes très politiquement corrects et très « pensée unique » rêvaient de soutien au terrorisme arabe pourvu qu’il tue des Juifs, et ne craignaient donc pas un attentat islamiste. C’est un autre type d’attentat auquel ils ne s’attendaient pas, qui a pris leur vie.



Avoir vu, quelques jours plus tard, l’ambassadeur de Norvège en Israël donner un entretien à un quotidien israélien, le Maariv, et justifier le terrorisme « palestinien », incriminer Israël, soutenir le Hamas, dire que les attentats d’Oslo n’étaient pas justifiés mais que ceux qui tuent des Juifs en Israël le sont, a montré ce qu’est la Norvège aujourd’hui, et ce que pourrait devenir l’Europe si on continue à y dire et à y écrire ce qu’on y dit et ce qu’on y écrit.


Guy Millière

[www.drzz.info]


PS : Les « jeunes du Fatah » viennent de publier un communiqué condamnant les attentats d’Oslo. Perdre des compagnons de lutte est toujours triste. Ils ne pourront plus rêver ensemble de tuer des Juifs. Les « jeunes du Fatah » avaient été invités l’an dernier sur l’île d’Utoya par les jeunes travaillistes norvégiens. Aucun communiqué n’a été publié par les « jeunes » du Hamas.

Le terrorisme norvégien en contexte
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 02 août 2011 a 08:56

Le terrorisme norvégien en contexte

par Daniel Pipes

Vue de loin, la Scandinavie, dont les familles royales et les Premiers ministres vivent pratiquement sans protection rapprochée, peut sembler idyllique. Toutefois, cette région a eu sa part de violence, notamment les assassinats, en Suède, du Premier ministre Olof Palme et de la ministre des Affaires étrangères Anna Lindh, ou encore les massacres dans deux écoles de Finlande, perpétrés en l'espace d'un an, l'un tuant huit personnes, l'autre dix. Pour le dire autrement, la folie meurtrière d'Anders Behring Breivik n'est pas tout à fait sans précédent.

Dans le passé, on savait, et c'était commode, que des actes fous tels que ceux de Breivik étaient le fait d'individus sous l'emprise d'idéologies extrémistes. Ce n'est pas le cas de Breivik. Ce terroriste compte parmi ses auteurs favoris George Orwell, Thomas Hobbes, John Stuart Mill, John Locke, Adam Smith, Edmund Burke, Ayn Rand et William James. La rupture entre le conservatisme politique classique de Breivik et sa démence présente un dilemme et un défi aussi neufs que choquants.


Behring Breivik a plagié Ted Kaczynski, surnommé Unabomber.
Ceci dit, il n'y a aucune raison de penser que Behring Breivik ait un quelconque émule ni qu'aucun autre conservateur classique cherche à l'imiter dans le massacre de socialistes. Cela n'est jamais arrivé et cela ne se reproduira probablement plus jamais. Cette folie macabre constitue une exception.
Et pourtant, cette exception nous montre, à nous conservateurs, que nous devons être conscients d'un danger auquel nous n'avions pas pensé. Nous pouvons certes nous opposer aux socialistes mais nous ne pouvons pas les dénigrer.

Compte tenu du soin méticuleux avec lequel Breivik a planifié non seulement ses attentats à la bombe et sa fusillade mais aussi la mise en ligne d'un manifeste et d'une vidéo et compte tenu de son projet de faire de son procès une mise en scène politique, son terrorisme apparaît finalement comme destiné surtout à attirer l'attention sur ses opinions politiques. En effet, lors de sa comparution initiale le 25 juillet, il a, selon l'Associated Press, présenté la violence « comme du "marketing" pour son manifeste » intitulé 2083 – A European Declaration of Independence (2083 – Une déclaration d'indépendance européenne).

En ce sens, Behring Breivik ressemble à Ted Kaczynski, surnommé Unabomber, qui a utilisé la violence comme un moyen de promotion pour son manifeste de 1995 intitulé Industrial Society and Its Future (La société industrielle et son avenir). En effet, le lien entre les deux est très étroit : Hans Rustad montre, documents à l'appui, à quel point Behring Breivik a plagié Kaczynski et n'en a changé que certains mots-clés.

Si on ajoute à ces deux cas, ceux de Timothy Mc Veigh (l'auteur des attentats à la bombe d'Oklahoma City en 1995) et Baruch Goldstein (l'auteur du massacre d'Hébron en 1994), on obtient les quatre exceptions marquantes à la règle quasi générale des massacres perpétrés par les islamistes.
Un site internet, TheReligionOfPeace.com, dénombre 17 500 actes terroristes commis au nom de l'Islam ces dix dernières années ; en extrapolant, on arrive à 25 000 actes depuis 1994. Nous sommes donc en présence de deux phénomènes d'ampleurs très différentes. Comme l'observe David P. Goldman, « il y a un monde de différence entre l'usage organisé de l'horreur par les terroristes et les actions dépravées d'individus. » Certes, nous devons nous inquiéter aussi de la violence non-islamiste, mais l'islamisme dans toutes ses variantes est prédominant et le restera étant donné sa nature extrémiste.

Ravi Shankar, rédacteur en chef du New Indian Express, écrit que « ce qui s'est passé à Oslo vendredi peut être le germe d'une nouvelle guerre civile – opposant les Européens musulmans et chrétiens entre eux. » Il pourrait bien avoir raison. Comme je le soutenais dans une analyse de 2007, « Les options peu engageantes de l'Europe », l'avenir du continent consistera probablement soit en une islamisation soit en un conflit civil de longue durée. J'évoquais alors la possibilité selon laquelle « les Européens indigènes – qui constituent toujours 95% de la population du continent – se réveillent un jour et imposent leur volonté. "Basta !", diront-ils, en restaurant leur ordre historique. Cela n'est pas si improbable ; un mouvement d'irritation se fait jour en Europe, moins parmi les élites qu'au sein des masses, qui proteste bruyamment devant l'évolution en cours. »

Bien qu'il ait attaqué des socialistes, et pas des musulmans, Behring Breivik s'inscrit clairement dans ce mouvement d'irritation. Plus largement, il s'inscrit dans le cadre d'une violence grandissante entre chrétiens et musulmans que l'on observe du Nigéria aux Philippines, en passant par l'Irak.

Comme on pouvait s'y attendre, Behring Breivik appartient à l'école de pensée selon laquelle « l'Islam est le mal », ce qu'il indique d'ailleurs à plusieurs reprises dans son manifeste :

« … un Islam tolérant est une contradiction et la "création" d'un passé tolérant de l'Islam en vue d'apaiser la position des musulmans libéraux est un leurre.

… pour extraire la violence de l'Islam il faudrait lui faire renoncer à deux choses : au Coran en tant que parole d'Allah et à Mahomet en tant que prophète d'Allah. En d'autres termes, pour pacifier l'Islam il faudrait le transformer en ce qu'il n'est pas.

L'Islam aujourd'hui est ce qu'il est depuis quatorze siècles : violent, intolérant et expansionniste. C'est une folie de croire que nous serons, en l'espace de quelques années ou décennies, en mesure de changer la conception fondamentale du monde qui est celle d'une civilisation étrangère. La nature violente de l'Islam doit être acceptée comme un fait.

Beaucoup, du côté des conservateurs modérés, ont suggéré que l'interdiction de la charia résoudrait tous nos problèmes et forcerait les musulmans à s'intégrer. Malheureusement, l'Islam est un peu plus résistant qu'on le pense souvent... Extraire la charia (et tous les aspects politiques) de l'Islam est tout simplement impossible. »


Cette position diffère fondamentalement de la mienne puisque selon moi « l'islam radical est le problème, l'islam modéré est la solution ». Bien qu'elles aient des adversaires communs, ces deux conceptions divergent sur la nature de l'islam, ses capacités de changement et la possibilité de s'allier à des musulmans.

Outre le fait d'avoir massacré des Norvégiens innocents, Behring Breivik a porté un coup au conservatisme, à l'antidjihad et (surtout) aux auteurs – dont je fais partie – qu'il cite dans ses écrits. Une lecture attentive de son manifeste laisse supposer qu'il y a eu préméditation. Observant que son ancienne affiliation au parti conservateur, le Parti du Progrès, nuirait à celui-ci, il se montre satisfait, pensant que cela favorisera ses objectifs révolutionnaires :

« Je me réjouis à l'idée que les médias norvégiens persécutent et enfoncent le Parti du Progrès pour le fait que j'ai adhéré à celui-ci par le passé. Ce n'est pas une chose négative de voir qu'un nombre croissant de Norvégiens verra alors ses « illusions de changement démocratique » brisées (si le Parti du Progrès est anéanti par les médias multiculturalistes) et préférera recourir à la résistance armée. »

Dans le même esprit, il écrit : « L'Amérique en tant qu'État est bai*ée, et que les dieux en soient remerciés. »

Par extension, Behring Breivik peut très bien avoir voulu faire du tort aux analystes de l'Islam cités dans son manifeste. Ainsi il me qualifie de « modéré », ce qui n'est bien sûr pas un compliment, et rejette jusqu'aux critiques de l'Islam les plus durs qu'il accuse de manquer de courage :

« Si les auteurs qui écrivent sur des sujets liés à Eurabia et à l'islamisation de l'Europe – Fjordman, Spencer, [Bat] Ye'or, Bostom, etc. – ne parlent pas ouvertement d'expulsion, c'est parce que cette méthode est jugée trop extrême (et pourrait dès lors ternir leur réputation)… Si ces auteurs ont trop peur de propager une révolution conservatrice et une résistance armée, alors c'est à d'autres auteurs qu'il reviendra de le faire. »

Behring Breivik espère nuire à toute personne qu'il perçoit comme un obstacle à la révolution dont il rêve. Pour le moment, du moins, il a réussi.

[fr.danielpipes.org]

Version originale anglaise: Norway's Terrorism in Context
Adaptation française: Johan Bourlard

Le mal européen
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 23 août 2011 a 09:19

Première apparition télévisée du candidat identitaire à la présidentielle Arnaud Gouillon dans l’émission « Toutes les France » du 4/01/2011.








Désolé, seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster sur ce forum.
Veuillez cliquer sur S'identifier pour vous enregistrer

   Rechercher sur
 

  Web    
Darnna

© 2008 Darnna.com - All rights reserved.

'