TEMPS MODERNES :  DARNNA.COM
Sujets divers, humour & actualites 
Aller à la page: PrécédentPremière...148149150151152153154155156157158...DernierSuivant
Page courante: 153 of 160
Infos d israel
Posté par: Bravo (IP enregistré)
Date: 25 juin 2015 a 09:38

Fabius : le bluff de trop

ARTICLE | MER, 24/06/2015 - 01:30

Fabius : le bluff de trop (info # 022306/15)[Analyse]

Par Stéphane Juffa © MetulaNewsAgency



Les temps stratégiques ne sont pas aux concessions territoriales de la part d’Israël, ni à l’ouverture du grand marchandage inévitable avec les Palestiniens ; alors que DAESH prépare une invasion du Liban et qu’al Nosra se trouve déjà aux frontières de l’Etat hébreu dans le Golan, tandis que l’on ignore si la proposition d’accord entre l’Iran et les 5+1 sera ou non présentée à la fin du mois comme annoncé, on n’imagine pas l’exécutif israélien disposé à négocier un retour aux lignes d’armistice d’avant mai 1967 ; celles qui coupent l’autoroute Tel-Aviv – Jérusalem et placent la Méditerranée à 14 kilomètres des frontières d’un éventuel Etat palestinien, rendant ainsi Israël militairement indéfendable.



Tout le monde, au Proche-Orient, comprend que les priorités régionales sont actuellement le nucléaire iranien et l’issue de la Guerre Civile Syrienne. C’est pourquoi les membres du Comité arabe de suivi du processus de paix, qui ont reçu Laurent Fabius samedi dernier au Caire, et Mahmoud Abbas, ainsi que Binyamin Netanyahu, qui en ont fait de même, dimanche, à Ramallah et Jérusalem, n’ont pas exactement saisi les motivations du ministre français des Affaires Etrangères.



Pourquoi prendre l’initiative de présenter maintenant un plan de paix destiné à résoudre le différend israélo-palestinien, alors qu’il ne recèle aucune idée originale et n’a strictement aucune chance de retenir l’attention de l’une au moins des deux entités en conflit ?



Au Caire et à Ramallah, on a écouté Fabius avec politesse, car ce qu’il promène dans sa mallette ne peut que faire pression sur Jérusalem ; à Jérusalem, on l’a, évidemment, écouté d’une oreille agacée.



Un plan en trois points, que nous qualifierons de simpliste, pour ne pas être méchants. M. Fabius l’a expliqué lors d’une conférence de presse à Jérusalem ; le 1er point consiste à reprendre les négociations entre Netanyahu et Abbas, ce que les Américains ont tenté vainement d’obtenir, avec des arguments un peu plus lourds que la seule bonne volonté dont le Quai d’Orsay dispose.



Phase 2 : convocation d’une conférence internationale réunissant les 5+1, d’autres pays européens et plusieurs Etats arabes, avec l’ "espoir" que cette conférence "assiste les parties lors de leurs négociations directes". Non seulement cela ne veut rien dire, non seulement, dans l’histoire, ce genre de réunions n’a jamais fait avancer les intérêts de la paix d’un seul centimètre, chacun s’y contentant, devant les caméras, de réitérer ses positions, dans leur mouture la plus jusqu’au-boutiste, dans le souci de bien rassurer la population que l’on représente ; mais Israël peut, de plus, difficilement rêver d’un forum qui lui serait plus hostile pour faire valoir ses positions. Cela fait penser à une invitation adressée à un crocodile de se rendre volontairement dans un atelier de maroquinerie.



La troisième étape est la plus controversée du projet français : elle prévoit de faire passer une résolution au Conseil de Sécurité, limitant à dix-huit mois la période impartie aux Israéliens et aux Palestiniens pour parvenir à s’entendre définitivement, et surtout, édictant à leur intention les principes sur lesquels devra s’échafauder leur accord.



Ces principes – inutile de faire durer les suspens inutiles – s’adresseront presque exclusivement à Israël. Ils prévoiront le retour aux lignes d’armistice de 68 pour y constituer la frontière occidentale de l’Etat palestinien, le retrait de la partie orientale de Jérusalem, et l’acceptation d’un corridor direct entre la Cisjordanie et Gaza. Car, en plus du reste, on demanderait aux Israéliens de reconnaître la bande de Gaza comme faisant partie de la Palestine, quand bien même elle resterait gouvernée par le Hamas, qui prône l’éradication d’Israël et le génocide de ses habitants.



Et si Israël refusait de se suicider, à la fin des dix-huit mois de grâce, on pressentirait des sanctions. La moindre d’entre elles, serait la reconnaissance par Paris de l’Etat de Palestine, mais cela pourrait aller, si les Etats-Unis n’opposent pas leur veto à cette funeste mascarade, jusqu’à l’adoption par le Conseil de sanctions économiques et militaires à l’encontre des Israéliens.



C’est d’ailleurs sur cette question du veto que se focalise l’unique intérêt de tout le mal que se donne Laurent Fabius pour ridiculiser l’image de la France dans notre partie du monde. Car si l’Administration Obama décidait de ne pas bloquer la route de ce plan, en septembre prochain à l’ONU à Manhattan, l’initiative sans intérêt et outrageusement déséquilibrée qu’il propose, se transformerait en problème existentiel pour Israël.



C’est d’ailleurs ainsi qu’il y a lieu de percevoir cette initiative : Paris permet à Washington de régler ses comptes avec Israël avant le départ à la retraite de Barack Obama. Ce soupçon est renforcé par le refus de Samantha Power, l’ambassadrice U.S. à l’ONU, la semaine dernière, lors d’une session du Congrès, de s’engager à faire usage du veto de l’Amérique pour contrer la résolution française.



Il est vrai que dans dix-huit mois, lorsqu’il faudra discuter des sanctions à infliger à Israël, M. Obama ne sera plus le pensionnaire de la Maison Blanche, et il existe de très grandes chances pour que son successeur jette la proposition Fabius et tout ce qu’elle implique, dans les poubelles de l’histoire auxquelles elle est destinée.



Ce qui précède explique la position du 1er ministre israélien, qui, peu avant de rencontrer Fabius, déclarait en conseil des ministres, que sa proposition ne prenait pas en compte les besoins sécuritaires élémentaires d’Israël, et qu’elle cherchait à "nous parquer dans des frontières qui ne sont pas défendables". Netanyahu, de surenchérir, affirmant que "l’effet de propositions de ce genre se limitait à éloigner les perspectives de paix, car, évidemment, Israël leur résistera, et les Palestiniens n’accepteront jamais de négocier".



Il y a lieu de clarifier la fin du commentaire de M. Netanyahu : si les Palestiniens ne négocieront jamais, c’est parce que la proposition française leur promet d’obtenir tout ce à quoi ils aspirent, sans négocier, sans ne rien avoir à concéder, et en voyant Israël se faire sanctionner si elle refuse.



J’ajouterai que même si la résolution de Paris est rejetée par le Conseil de Sécurité, ou neutralisée par le prochain président des Etats-Unis, elle aura tout de même eu cet effet préjudiciable, puisqu’elle poussera les Palestiniens à attendre une autre conjoncture politique internationale favorable, pour remettre sur le tapis ce qui "leur aura été promis par le Conseil de Sécurité", et qui fera pour eux, après avoir été présentée à New York par Fabius, office de base de négociation a minima pendant les années à venir.



En fait, et malgré les timides dénégations du ministre français des Affaires Etrangères, dès qu’il aura rédigé et soumis son plan au Conseil, aucun exécutif palestinien n’acceptera jamais plus de négociations directes avec Israël.



A terme, en considération des relations de force très inégales existant entre l’Etat d’Israël et l’Autonomie palestinienne, la démarche des Français, en rigidifiant durablement les positions de Ramallah, rendant ainsi tout compromis impossible, pourrait aboutir au démantèlement de l’AP et à l’enterrement de la perspective de création d’un Etat palestinien.



Ce scénario est d’autant plus plausible que Mahmoud Abbas a fait savoir aux Français qu’il n’interrompra pas – même si leur résolution était acceptée en septembre - les procédures anti-israéliennes qu’il a engagées auprès d’organisations internationales, en particulier à la Cour Pénale Internationale de La Haye. Or chaque corde possède son point de rupture, cela participe du domaine public.



J’assure le lecteur que l’hypothèse que je décris ci-dessus est éminemment plus réaliste que celle brandie par Laurent Fabius, quand il répète, au Caire, à Ramallah et à Jérusalem, qu’ "il existe un risque réel d’explosion entre les parties", et que, "si nous ne faisons rien, la situation peut se dégrader à chaque instant". En considération de ce qui se déroule tout autour du binôme Israël-Palestine, des 300 000 morts en Syrie, des combats qui s’étendent au Liban, du démantèlement de facto de l’Irak et de la Syrie, de la guerre au Yémen, de l’implosion de la Libye, des affrontements incessants entre le régime égyptien et les terroristes islamistes dans le Sinaï, le différend israélo-palestinien prend soudain des allures de partie d’échec au Club Med au bord de la piscine.



Mais Fabius et le ministère qu’il dirige sont des adeptes de la théorie également chère à John Kerry, selon laquelle le conflit israélo-palestinien constituerait la mère de toutes les guerres. Pour ces personnes, sans évidemment pouvoir l’expliquer, les affrontements que j’ai cités précédemment sont indirectement causés par la dispute israélo-arabe. Cette fixation leur est imposée par leur incapacité, située au niveau convictionnel, d’imaginer que le conflit millénaire entre chiites et sunnites se poursuit, et qu’il n’a, bien entendu, rien à voir avec Israël. Mais accepter que les musulmans continuent à s’étêter à cause de la succession de Mahomet au XIIème siècle, est au-dessus de leurs forces, et surtout, cela ne convient pas à leur perception du monde. Dans un cas pareil, les gens intelligents modifient leur perception, c’est moins dommageable que d’essayer de changer le monde.



A Jérusalem, Binyamin Netanyahu a fait remarquer à son hôte que, pendant qu’ils s’entretenaient, un terroriste palestinien avait poignardé un policier, et que, deux jours plus tôt, un autre avait assassiné un citoyen israélien, sans entraîner de condamnation de la part du ministère de Fabius.



Le 1er ministre a fustigé cette attitude consistant à préserver le terrorisme palestinien de toute condamnation. Peut-être Netanyahu ignore-t-il que l’agence de presse semi-officielle de l’Etat français, l’AFP, a officiellement banni l’usage du mot terroriste concernant les individus armés, palestiniens ou arabes, qui s’en prennent systématiquement à des civils juifs. Belle exonération !



En attendant que M. Fabius rentre chez lui s’occuper de la vague d’antisémitisme, à laquelle ses oublis et omissions participent, sans précédent depuis Vichy ; nous, de lui signaler, qu’à cause de sa politique étrangère outrageusement déséquilibrée et de l’incitation incessante à la haine antisémite propagée par ses media, c’est en France que "la situation peut se dégrader à chaque instant".



Et de l’avertir, aussi, qu’en tentant de mettre Israël au pied du mur en voulant l’obliger à se suicider sur la base d’une résolution onusienne, il joue, en fait, le tout pour le tout. Souhaitant, en dix-huit mois, forcer Israël à se placer dans une situation d’insigne faiblesse militaire face à ses adversaires iraniens et islamistes en pleines offensives, il utilise l’ultime recours prévu par la communauté internationale : celui d’une résolution contraignante. Netanyahu a évoqué l’idée d’un diktat, et je ne peux que lui donner raison sur ce point ; mais un diktat est incontestablement une forme de violence extrême, de nature à provoquer plus de violence encore en réaction à cette agression.



Qu’on se le dise, si cette initiative française passait la rampe du Conseil de Sécurité mais se brisait ensuite sur la détermination d’Israël, la situation de relations "supportables", qui prévalent actuellement entre Israéliens et Palestiniens, mais aussi entre Français et Israélites, se verront altérées par la force des choses, et de façon définitive. C’est le prix à payer, lorsque l’on entend imposer un choix par la force à un Etat démocratique et énergique, ou à un peuple plurimillénaire, qui sait distinguer ses amis de ceux qui ont mis intentionnellement sa survie en danger.



Après la double condamnation et la dégradation d’Alfred Dreyfus, Vichy et la Controverse de Nétzarim, la soumission de cette résolution d’infamie au Conseil de Sécurité rendra la poursuite des relations entre les nations d’Israël et française purement anecdotique. Quant aux Palestiniens, mal conseillés, ils engagent leur destinée sur un seul coup de dés, et ce n’est pas en exploitant les failles de la légalité et de la diplomatie internationales qu’ils obtiendront un Etat.

Infos d israel
Posté par: Bravo (IP enregistré)
Date: 25 juin 2015 a 23:35



Une petite flottille de bateaux était en direction de Gaza jeudi avec l’intention de livrer une cargaison de biens humanitaires et de briser le blocus naval israélien de l’enclave côtière contrôlée par le Hamas.


Le membre israélo-arabe de la Knesset Basel Ghattas (Liste arabe unie), a déclaré avant de monter dans le chalutier de pêche transformé, la Marianne de Göteborg, qui est en tête du convoi, qu’il était de son devoir de prendre part à l’événement pour le bien des habitants de Gaza.


« C’est de mon droit et une obligation morale de dire au monde : ‘voici, regardez, à Gaza il y a un bouclage et deux millions de personnes sont au bord de l’explosion », a déclaré Ghattas au site d’informations hébreux Walla.

« Une solution à ce problème doit être trouvée, ainsi que les moyens de mettre fin à la crise humanitaire à Gaza », a-t-il ajouté.

Cinq navires font partie de la flottille, qui devrait arriver au large de la côte de Gaza dans les trois prochains jours.

Les responsables israéliens ont informé que les bateaux seront arrêtés avant qu’ils ne puissent accoster à Gaza.

Le militant suédois né en Israël, Dror Feiler, a affirmé à Maariv que tous ceux qui participent à la flottille ont signé un document s’engageant à s’abstenir de résister de manière violente si Tsahal montait dans les vaisseaux, et qu’ils garantissaient qu’il n’y aurait pas d’armes à bord.


Feiler a également mis en garde contre les ramifications diplomatiques si les bateaux étaient arrêtés.

« Nous naviguons sous un drapeau suédois. Le bateau est suédois. Si l’armée israélienne tente de monter à bord du bateau, cela signifie qu’il entre dans le territoire suédois », a-t-il déclaré.

« Chaque soldat qui sera sur le pont sera considéré comme un criminel en vertu du droit international et nous nous assurerons de trouver son nom pour lui délivrer un mandat d’arrêt international contre lui ».






Infos d israel
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 26 juin 2015 a 06:06

3 informations importantes :

1 - Une des ONG derrière la " Flottille de la liberté 3 " est financée par le gouvernement français ! La Plateforme des ONG françaises pour la Palestine est parmi les groupes soutenant et financant la Flottille qui vise systématiquement à défier le blocus maritime imposé par Israël à l'enclave contrôlée par le mouvement terroriste Hamas. Cette plateforme est une organisation parapluie qui abrite plus de 40 groupes anti-israéliens, elle est régulièrement destinataire de l'argent des contribuables français via l'Agence Française pour le Développement ( AFD )
[koide9enisrael.blogspot.fr]

2 - Israël a la capacité de pirater (« hacker ») les missiles du Hezbollag électroniquement programmées par ordinateur, afin de les neutraliser et les empêcher de poser une menace, a déclaré mercredi l’ancien Général de Brigade de Tsahal, inchas Barel Buchris, à l’Université de Tel Aviv.[jforum.fr]

3 - Israël a décidé de suspendre sa relation avec les autorités américaines sur les opérations coordonnées de sécurité jusqu’à ce que après l’accord sur le nucléaire avec l’Iran soit finalisé a rapporté « Walla! » .
[www.tel-avivre.com]




Infos d israel
Posté par: Bravo (IP enregistré)
Date: 26 juin 2015 a 10:15


WASHINGTON – Après des semaines de feuilleton législatif, un projet de loi commercial, contenant des dispositions s’opposant au Boycott, désinvestissement et sanctions (BDS), efface le dernier obstacle législatif mercredi après-midi.

Adopté dans le cadre de la législation controversée de la Trade Promotion Authority, il devrait être légiféré par le président Barack Obama.

Deux amendements s’opposant au BDS en Europe – l’un parrainé par le sénateur démocrate Ben Cardin et le sénateur républicain Rob Portman, et l’autre par le représentant républicain Peter Roskam et le représentant démocrate Juan Vargas – ont été inclus dans un ensemble d’autorisations commerciales considérées comme des lois obligatoires par l’administration.

Le président avait besoin du vote du Congrès l’autorisant à négocier des accords commerciaux, mais il y a dix jours, les démocrates de la Chambre ont fait volte-face et fait échouer une partie clé de l’accord commercial.

Après une rapide manœuvre législative la semaine dernière, les républicains de la Chambre ont adopté la partie dont le président avait besoin le plus urgemment et qu’ils ont tendance à soutenir. Mercredi après-midi, le Sénat a accordé à la législation controversée son approbation finale.

Les dispositions anti-BDS se réfèrent aux pourparlers de libre-échange entre les Etats-Unis et l’Union européenne.

Les dispositions exigent que les négociateurs américains rejettent l’objectif commercial principal du BDS dans les négociations de Commerce transatlantique et de partenariat d’investissement avec l’Union européenne. Ces lignes directrices, espèrent les initiateurs du projet de loi, décourageront les gouvernements européens de participer aux activités de BDS en bénéficiant plutôt du libre-échange avec les États-Unis.

« Aujourd’hui, pour la première fois en près de quatre décennies, le Congrès a présenté une loi au bureau du président en vue de combattre les efforts d’isolement et de délégitimation de l’État d’Israël », a écrit Roskam dans un communiqué publié peu après le vote du Sénat.

« La récente vague de boycotts venue d’Europe, y compris la décision de la société française Orange de rompre ses liens avec Israël, exige une réponse robuste des États-Unis. Voilà la réponse. Les dispositions bipartites dont je suis l’auteur sont simples : ‘si vous voulez un libre-échange avec les États-Unis, vous ne pouvez pas boycotter Israël’ « .

« Désormais, la guerre économique contre Israël sera au centre de nos négociations de libre-échange avec l’Union européenne », a-t-il poursuivi.

« Le Congrès ne se rendra pas complice de la marginalisation de notre allié israélien en contemplant ces attaques de loin. Au lieu de cela, nous avons décidé de lutter contre le mouvement du BDS et de veiller à maintenir les fortes relations entre Israël et les Etats-Unis. »

Peu de temps après son passage, le Congrès juif mondial (CJM) a également salué l’inclusion de la législation anti-BDS dans le projet de loi.

« Le Sénat a pris aujourd’hui une position ferme contre la diffamation croissante d’Israël. Les valeurs américaines telles que la liberté et l’ouverture ont triomphé de l’hypocrisie flagrante et de la partialité des militants anti-israéliens. Ce vote marque une défaite majeure pour le BDS », a écrit le président du CJM Ronald S. Lauder.

Les « Américains pour la Paix Maintenant » et JStreet se sont opposés au projet de loi, alléguant que les amendements jouent en faveur des revendications des militants du BDS, en confondant le boycott d’Israël et le boycott des produits des implantations.

Infos d israel
Posté par: derka (IP enregistré)
Date: 26 juin 2015 a 13:50

Message erreur




Infos d israel
Posté par: Bravo (IP enregistré)
Date: 26 juin 2015 a 19:29


Tunisie: 37 morts dans une attaque contre un hôtel à Sousse
26/06/2015 à 13h41 Mis à jour le 26/06/2015 à 19h09

Un homme armé a ouvert le feu vendredi dans un hôtel de Sousse, au sud de la capitale tunisienne, faisant au moins 37 morts, dont des touristes étrangers. Un assaillant a été abattu, a annoncé le porte-parole du ministère de l'Intérieur.

Il s'agit du pire attentat de l'histoire récente de la Tunisie. Au moins 37 personnes dont des touristes étrangers, ont été tuées vendredi lorsqu'un homme armé a ouvert le feu dans un hôtel de la station balnéaire de Sousse petite ville située à 140 kilomètres au sud de Tunis, la capitale . Retour sur une attaque sanglante qui survient à peine trois mois après l'attentat meurtrier contre le musée du Bardo à Tunis.

Que s'est-il passé?

L'attaque, qui s'est produite vers midi heure locale (13h, heure française) dans la zone touristique de Port el Kantaoui, aux abords de la ville de Sousse, se serait déroulée en deux temps: d'abord sur la plage puis dans à l'intérieur de l'hôtel Riu Imperial Marhaba.

"Un homme est entré par la plage, habillé comme quelqu'un qui allait se baigner, et il avait un parasol avec dedans son arme. Puis arrivé à la plage, il a utilisé son arme", a indiqué le secrétaire d'Etat aux affaires sécuritaires, Rafik Chelly. Une version confirmée par le pâtissier de l'hôtel, interrogé par l'AFP, qui a assuré que l'assaillant visait les clients sur la plage et au bord des piscines.

"J'ai vu quelqu'un tirer sur des touristes âgés (sur la plage). Ils sont morts", a raconté Slim Brahim. "J'ai cherché à me cacher parce que j'ai vu le terroriste entrer dans l'hôtel du côté de la piscine. Il a ensuite jeté une grenade près de la piscine". "Il s'est infiltré par l'arrière de l'hôtel et a ouvert le feu", a également affirmé le porte-parole du ministère tunisien de l'Intérieur, Mohamed Ali Aroui. Une journaliste de l'AFP qui a pu entrer dans l'hôtel a vu deux corps allongés dans du sang sur le parking, ainsi que trois corps ensanglantés sur le rebord de la piscine couverte.

Un vingtaine ou une trentaine de coups de feu ont été entendus, a précisé une touriste britannique à la télévision SkyNews.

Qui sont les victimes?

Un nouveau bilan fait état de 37 morts et 36 personnes, notamment de nationalité britannique, belge, allemande et norvégienne, ont aussi été blessées.

Au moment de l'attentat "il y avait 565 clients dans l'hôtel. Les clients sont majoritairement du Royaume Uni et d'Europe centrale" a indiqué le groupe dans un communiqué où il précise qu'il cherche encore à confirmer les nationalités des victimes.

Concernant d'éventuelles victimes françaises, François Hollande a indiqué ne pas pouvoir encore "confirmer la présence" ou non "de Français. "Nous n'avons pas l'identité de toutes les victimes. Nous faisons tout pour avoir ces informations et soulager l'angoisse des familles concernées", a dit le chef de l'État. Dans un communiqué de la présidence française, le chef de l'Etat français et le président tunisien Béji Caïd Essebsi ont exprimé "leur solidarité face au terrorisme". Le Premier ministre Manuel Valls a rendu hommage sur Twitter aux victimes des "terroristes" en Isère et en Tunisie.

Une cellule de crise vient d'être constituée au ministère français des Affaires étrangères ainsi qu'à l'Ambassade de France en Tunisie. Elle a appelé ses ressortissants par SMS à la vigilance et à "limiter les déplacements et à éviter les rassemblements". Un numéro d'urgence pour les personnes qui auraient des proches en Tunisie a été mis en place par le Quai d'Orsay (01.43.17.56.46) à destination des familles qui ont des proches en Tunisie et qui s'inquièteraient pour eux.

Qui est l'assaillant?

Les autorités tunisiennes ont indiqué que l'auteur de cette attaque est un étudiant tunisien qui n'était pas connu des services de police. "Il est Tunisien, originaire de la région de Kairouan", l'une des villes saintes de l'islam située dans le centre de la Tunisie, a déclaré le secrétaire d'Etat aux affaires sécuritaires, Rafik Chelly, à la radio Mosaïque FM. Selon ce dernier, "a priori, un seul élément" a mené l'attaque.

Même si les unités de sûreté de Hammem Sousse auraient arrêté deux individus dans la région de Oued Arouk. Ces deux personnes sont suspectées d’avoir aidé le terroriste qui a ouvert le feu, rapporte Mosaïque FM.

[www.youtube.com]

[www.youtube.com]

[www.youtube.com]


[www.bfmtv.com]


Infos d israel
Posté par: Bravo (IP enregistré)
Date: 28 juin 2015 a 09:35

L'attentat de Sousse Vidéo Directe :

[www.youtube.com]

[www.francetvinfo.fr]


Infos d israel
Posté par: CEREJIDO (IP enregistré)
Date: 28 juin 2015 a 09:53

Il n'y a pas si longtemps, l'on pouvait lire des banderolles déployées sur les Facs et universités de Kérouan, VIVE HITLER, et voilà que le mal appelle le mal et la haine.
Ce pays je l'ai deserté depuis 15 ans où j'avais plusieurs amis hauts placés magistrature, médecine pilotes de ligne etc...
La Tunisie ne retrouvera pas son tourisme avant plusieurs années.
Chavoua Tov Lékoulam.

Infos d israel
Posté par: Bravo (IP enregistré)
Date: 28 juin 2015 a 15:56


www.israel-flash.com/2015/06/larriere-plan-de-linitiative-de-paix-francaise-au-proche-orient/

Infos d israel
Posté par: Bravo (IP enregistré)
Date: 28 juin 2015 a 22:37


UNE BELLE HISTOIRE VRAIE


Lorsqu’un train plein de prisonniers juifs est arrivé à l'un des centres d'extermination nazis, de nombreux polonais sont sortis pour regarder le dernier groupe qui était emmené. Les Juifs désorientés rassemblaient les biens qu’ils voulaient prendre avec eux dans le camp, lorsqu’un officier nazi appela les villageois qui étaient à proximité : « Vous pouvez prendre tout ce que ces juifs laissent, car c’est sûr qu'ils ne reviendront pas pour les reprendre ! »

Deux femmes polonaises qui se tenaient non loin de là ont vu une femme vers l'arrière du groupe, portant un grand manteau, lourd et qui avait l’air cher. N’attendant pas qu’une autre personne ne prenne le manteau avant elles, elles ont couru vers la femme juive, l’ont jetée à terre, lui ont saisi son manteau et sont parties à toute allure.
S’éloignant des autres, elles ont rapidement posé le manteau par terre pour partager le butin qui était dissimulé à l’intérieur. En fouillant dans les poches, elles ont découvert le cœur chavirant des bijoux en or, des chandeliers en argent et d’autres objets de famille. Elles étaient ravies de leurs trouvailles, mais lorsqu’elles ont de nouveau soulevé le manteau, il semblait toujours plus lourd qu’il n’aurait dû être. Après avoir encore vérifié, elles ont trouvé une poche secrète, et caché à l'intérieur du manteau il y avait un bébé .... une petite fille !

Choquées par leur découverte, une des femmes a eu pitié et a plaidé auprès de l'autre, « Je n’ai pas d'enfant, et je suis trop vieille aujourd’hui pour en avoir un. Prenez l'or et l'argent et laissez-moi le bébé. » La femme polonaise emporta sa nouvelle "fille" chez elle, au plus grand plaisir de son mari. Ils ont élevé la petite fille juive comme leur propre enfant, la traitant très bien, mais ne lui révélant jamais quoi que ce soit à propos de ses antécédents. La jeune fille excella dans ses études et devint même médecin, travaillant en tant que pédiatre dans un hôpital en Pologne.



Lorsque sa « mère » décéda de nombreuses années plus tard, une visiteuse vint pour lui présenter ses condoléances. Cette vieille femme s’était invitée elle-même et dit à la fille: «Je veux que vous sachiez que la femme qui est décédée la semaine dernière n’était pas votre vraie mère ..." et elle s’est mise à lui raconter toute l'histoire. Elle ne la croyait pas au début, mais la vieille femme a insisté.
« Quand nous vous avons trouvée, vous portiez un magnifique collier en or avec une écriture étrange, qui doit être de l'hébreu. Je suis sûre que votre mère a gardé le collier. Allez voir de vous-même ». En effet, la femme ouvrit la boîte à bijoux de sa mère décédée et trouva le collier tout comme la vieille dame le lui avait décrit. Elle était choquée. Il lui était difficile d'imaginer qu'elle avait été d'origine juive, mais la preuve était là, dans sa main. Comme ce fut son seul lien vers une vie antérieure, elle chérit le collier. Elle l'avait fait agrandir à la taille de son cou et le portait tous les jours, même si elle n’avait aucune pensée pour ses racines juives.

Un peu plus tard, elle est allée en vacances à l'étranger et a rencontré deux garçons juifs qui étaient sur une rue principale, essayant de convaincre les passants juifs de porter des Tefillins sur les bras (pour les hommes) ou d’accepter des bougies pour les allumer le Chabbat, le vendredi après-midi (pour les femmes). Saisissant cette occasion, elle leur a raconté toute son histoire et leur a montré le collier. Les garçons ont confirmé qu’un nom juif était inscrit sur le collier, mais ne savaient pas quel était sa situation du point de vue religieux. Ils lui ont conseillé d’écrire une lettre à leur mentor, le Rabbi Loubavitch ZT "L, pour tout lui expliquer. Si quelqu'un saurait quoi faire, ce serait lui.

Elle suivit leurs conseils et envoya une lettre le jour même. Très vite, elle reçut une réponse indiquant que selon les faits il était clair qu'elle est bien une jeune fille juive et peut-être qu'elle devrait envisager d'utiliser ses compétences médicales en Israël où les pédiatres talentueux sont très recherchés. Cela éveilla sa curiosité, et elle se rendit en Israël où elle consulta un tribunal rabbinique (Beth Din) qui la déclara juive. Peu de temps après, elle fut acceptée dans un hôpital pour travailler, et ensuite rencontra son mari et éleva une famille.

En août 2001, un terroriste a fait exploser le café Sbarro dans le centre de Jérusalem. Les blessés ont été transportés à l'hôpital où cette femme travaillait. Un patient a été amené, un homme âgé en état de choc. Il cherchait partout sa petite-fille qui avait été séparée de lui.
Demandant comment elle pourrait la reconnaître, le grand-père frénétique donna une description d'un collier en or qu'elle portait.

Finalement, la petite-fille fut retrouvée parmi les blessés. A la vue de ce collier, la pédiatre se figea. Elle se tourna vers le vieil homme et lui dit: « Où avez-vous acheté ce collier ? » Il lui répondit "Vous ne pouvez pas acheter un tel collier. Je suis orfèvre et j’ai fait ce collier. En fait, j’en ai fait deux tout à fait identiques pour chacune de mes filles. Voilà la petite-fille de l’une, et mon autre fille n'a pas survécu à la guerre ".

Et voilà comment une fille juive, brutalement arrachée à sa mère sur une plate-forme de camp nazi il y a près de soixante ans, a retrouvé son père .....

Infos d israel
Posté par: Bravo (IP enregistré)
Date: 29 juin 2015 a 08:34



Photo du jour – Les touristes continuent à manifester leur soutien à la Tunisie

publié le 28/06/2015 16:00

Après l’attaque meurtrière du vendredi 26 juin 2015, qui a visé un hôtel de la ville de Sousse faisant 39 morts et tout autant de blessés, les touristes continuent pourtant d’exprimer leur solidarité à la Tunisie. Après les Algériens qui ont promis « d’envahir » les plages tunisiennes cet été, des touristes de différentes nationalités ont fait part de leur volonté de revenir en Tunisie.



Alors que nombreux voyages et séjours en Tunisie ont été annulés, plusieurs touristes ont décidé de terminer leurs vacances et même de revenir en Tunisie. Des spectacles ont été organisés sur les plages de Sousse, un mariage a été célébré et des touristes ont porté sur leurs bras, marqués au harkous, l’inscription « I love Tunisia ». Une manière d'envoyer un message aux terroristes, que Tunisiens et visiteurs ne se laisseront pas abattre par le drame.




Infos d israel
Posté par: Bravo (IP enregistré)
Date: 29 juin 2015 a 08:46



Médecin de l'hôtel tunisien attaqué

LE PLUS. Amina L. est médecin et responsable de l’hôtel Riu Imperial Marhaba, sur la plage duquel un terroriste a ouvert le feu et tué 38 personnes le 26 juin dernier en Tunisie. Elle est arrivée sur place une heure après le début du drame. Pendant 24 heures, elle a soutenu les familles des victimes jusqu'à l'identification des corps. Témoignage.

Édité et parrainé par Barbara Krief

Un bouquet de fleur déposé sur les lieux du drame en Tunisie, à Sousse, le 27 juin 2015 (D. VOJINOVIC/SIPA).


"Il y a un terroriste qui tire sur les clients de la plage devant l’hôtel !" Le 26 juin vers midi, seulement quelques minutes après le début du drame, j’ai reçu un coup de téléphone affolé d’un membre du personnel de l’hôtel Riu Imperial Marhaba, dans lequel je travaille comme médecin au centre de thalassothérapie.

Mes enfants m'ont demandé de ne pas y aller

Je n’y ai d’abord pas vraiment cru, je me suis dit qu’ils avaient paniqué sans savoir et qu’ils avaient dû prendre le bruit de quelques pétards inoffensifs pour des coups de feu. Je me suis donc empressée d’appeler le standard, qui m’a confirmé l’horreur.



Les membres de l’hôtel avaient appelé les secours et la police avant de tenter de me joindre, mais comme ceux-ci mettaient du temps à arriver sur place, mes collègues cherchaient des renforts partout. Ils ont bien fait de m’appeler, j’étais dehors, je n’étais pas piégée avec eux, je pouvais faire quelque chose.


J’avais donc le choix : rentrer me terrer chez moi, rester scotchée devant la télévision et vivre le drame à travers un écran ou bien aller sur place, être solidaire et faire mon travail de médecin. Mes enfants m’ont demandé de choisir la première option, ils avaient peur pour moi.



Finalement, et sans trop réfléchir, j’ai sauté dans ma voiture en direction de l’hôtel. Le trajet, qui me prend d’habitude une dizaine de minutes, a duré plus d’une heure ce jour-là.



En chemin, j’ai pensé à mes amis français en visite dans l’hôtel, ils avaient un avion à midi ce jour-là, le 26 juin, pour rentrer en France. À leurs réponses désinvoltes, j’ai tout de suite compris qu’ils n’étaient pas encore au courant. Ils l’avaient échappé belle.



J'étais présente pendant l'identification des corps



Je suis finalement arrivée sur le lieu du drame vers 13 heures, soit une heure après la fin de la tuerie. Les morts étaient déjà évacués et les blessés étaient en train d’être secourus.



Ma place était donc aux côtés des rescapés et des proches des victimes, à qui j’ai pu apporter un soutien médical et psychologique pendant 24 heures.



Avec le personnel de l’hôtel et d’autres médecin, majoritairement des psychiatres, nous avons installé une cellule de crise dans l’hôtel, entre le restaurant et la salle de réception. Nous y avons accueillis tous ceux qui avaient vécu le drame, depuis la plage, leur chambre ou le spa.



J’ai pu venir en aide à cinq familles. Avec elles, j’ai tenté d’instaurer un dialogue. Le plus important dans ces moments-là est de mettre des mots sur l’horreur, d’échanger, de lier une relation de confiance qui peut permettre d’amorcer le processus de deuil et de réparation.



Les victimes dont je m’occupais étaient soit anglaises soit belges. La majorité du temps, je devais tenter de m’exprimer et de les comprendre en anglais, ce n’était pas toujours évident.



Il y avait un jeune homme anglais qui était littéralement sidéré, il venait de perdre sa fiancée dans la tuerie. Un autre homme, plus mûr, pleurait sa femme, morte sous les balles à peine une heure avant. Entre panique et souffrance, ils arrivaient à discuter un peu avec moi. Le grand soulagement pour eux ? Savoir que le tueur était mort.



Le lendemain du drame, je les ai accompagnés pour identifier les corps de leurs proches. Une épreuve d’une rare violence.



Courageux, calmes, soudés... les victimes m'ont bluffées



Même si nous avons tenté de limiter au maximum l’utilisation de médicaments, nous avons été obligés de donner des calmants à certaines personnes en état de choc ou d’épuisement psychologique.



J’ai administré la plus faible de dose de valium possible à un jeune qui me suppliait de l’aider à dormir. "Je veux simplement fermer les yeux et me reposer un instant", disait-il.



Dans la majorité des cas le dialogue a suffi. Sûrement parce qu’ils étaient tous si courageux et si humainement soudés les uns avec les autres. On a pleuré, ensemble. Certains tentaient même de me réconforter. Ils étaient remplis de chagrin et de dignité face à l’adversité.



Au moment de rejoindre les avions affrétés par les tours-opérateurs et de rentrer chez eux, les touristes ont enlacé un à un les membres du personnel de l’hôtel. C’était comme si nous faisions tout d’un coup tous partie de la même famille.



Leur calme m’a également bluffé. Le lendemain matin du drame, ils évoluaient toujours dans une sorte de douceur, celle qui donne l’illusion que le temps s’est arrêté.



Nous ne fermons pas l'hôtel



L’hôtel s’est vidé à mesure que les tours-opérateurs appelaient leurs clients à rentrer chez eux. Certains m’avaient dit qu’ils souhaitaient rester, mais je ne les ai plus jamais revus. Finalement, je ne sais pas s’ils avaient vraiment le choix.



Nous ne fermons pas l’hôtel, mais le lendemain du soir du drame il était déjà bien vide. S’il n’y a plus de clients, plus personne à aider, je pense que nous serons obligés de fermer les portes. D’autres arrivées étaient prévues, mais je ne suis pas certaine qu’elles seront maintenues.



Beaucoup ne voudront plus jamais remettre un pied dans l’hôtel, et je le comprends très bien, mais ce n’est pas le cas de tout le monde.



Des clients, qui viennent au Riu Imperial Marhaba depuis plus de dix ans, m’ont dit qu’ils reviendraient en septembre, comme d’habitude. Face à eux, et à tous les autres, je me suis sentie impuissante. J’aurais aimé en faire plus, mais de toutes les façons, ça n’aurait jamais été assez.





Propos recueillis par Barbara Krief


Infos d israel
Posté par: Bravo (IP enregistré)
Date: 29 juin 2015 a 15:59



Le Hamas rassemble des troupes à la frontièrePourtant, préoccupé par les tensions entre ses ailes militaires et politiques, le groupe de la bande de Gaza ne tient pas à reprendre les armes contre Israël dans l’immédiat mais s’y prépare.

Des militants palestiniens de la branche armée du Hamas, patrouillent près d'une zone de la frontière israélienne avec Rafah dans le sud de la bande de Gaza, le 3 juin 2015 .

Avi Issacharoff est notre spécialiste du Moyen-Orient. Il remplit le même rôle pour Walla, le portail leader d'infos en Israël.

Quelque chose de relativement nouveau est en train de se passer à la frontière entre Gaza et Israël.


Quelque chose de visible, même à l’œil nu : de plus en plus de troupes armées du Hamas sont en mouvement, à deux pas de la clôture servant de frontière, peut-être pour habituer les Israéliens à leur présence dans les parages.


Difficile de savoir pourquoi ils sont là. Une partie des troupes du Hamas mène des opérations de sécurité, tandis que d’autres équipes sont en formation dans des camps très proches de la frontière, comme celui établi sur les ruines de Dugit, une implantation juive évacuée en 2005.

Bien sûr, on ne peut pas exclure la possibilité que le Hamas, en habituant les Israéliens à voir des hommes armés du Hamas à seulement 300 mètres de la frontière, cherche à préparer un raid surprise à l’intérieur du territoire israélien en cas de guerre ou d’escalade des tensions. Ou peut-être que l’objectif, en particulier en ce qui concerne la formation au sein des camps du Hamas, est de créer un effet de dissuasion pour Israël.

Quel qu’en soit le but, il est clair que le Hamas a récemment formé ses troupes pour d’autres buts que les tirs de roquettes ou les attaques de commandos en mer, comme elles l’ont fait pendant la guerre de l’été dernier.

L’aile militaire du Hamas a mené l’infanterie et des exercices de combat en zone urbaine au niveau du peloton, de la compagnie et même au niveau de la division.

En d’autres termes, il est possible qu’en parallèle avec ses méthodes habituelles de fonctionnement pendant la guerre (commandos depuis les tunnels, la mer et l’air), le Hamas tentera la prochaine fois de piller une communauté israélienne ou une base de l’armée, tuant autant de civils et de soldats que possible.

L’entraînement à la guerilla urbaine (en lançant des grenades sur les bâtiments, avant de tirer) est similaire aux exercices de troupes d’infanterie d’Israël. Nous ne pouvons que deviner les intentions du Hamas au sujet de ces exercices de combat en zone urbaine.

Son objectif est peut-être simplement de dissuader Israël de se lancer dans des combats dans la bande de Gaza, car l’organisation est bien consciente qu’un seul raid de l’une de leurs équipes sur une communauté israélienne pourrait entraîner des dizaines de morts du côté palestinien.

Ce modèle relativement nouveau n’est toutefois pas totalement inconnu des Palestiniens.

Le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a parlé à quelques reprises au cours des deux dernières années de « la conquête de la Galilée », s’il devait y avoir une autre guerre avec Israël.

Bien sûr, il ne faisait pas allusion à une réelle appropriation des territoires d’Israël. Il évoquait une éventuelle attaque d’une communauté près de la frontière, avec la mort d’autant de personnes, civiles ou militaires, que possible.

Une telle attaque aurait un effet dévastateur sur le moral d’Israël. C’est peut-être la raison pour laquelle le Hamas s’efforce de former ses troupes à une telle éventualité, en gardant un œil sur une guerre en territoire israélien. En somme, aller à l’offensive plutôt que de rester sur la défensive.

Le Hamas a mené des initiatives similaires au cours de la guerre de l’été dernier, en tentant un raid en mer et en planifiant une attaque terroriste à grande échelle en utilisant les tunnels creusés près du kibboutz Kerem Shalom.

Le Hamas peut aller plus loin lors d’un prochain conflit. Peut-être même en amorçant la guerre en prenant Israël par surprise, grâce aux dizaines de soldats d’assaut massés près de la barrière frontalière et en kidnappant un ou plusieurs soldats israéliens.

S’agit-il d’un scénario imaginaire ? Peut-être. Mais c’est intéressant de remarquer que, pendant un exercice de formation, plus d’une centaine de troupes du Hamas ont été vues s’essayer à l’attaque.

En même temps, le Hamas a travaillé avec diligence sur d’autres méthodes pour une future guerre : raids de commandos, production massive d’obus de mortier à courte portée (y compris ceux avec de grandes ogives) et, bien sûr, le projet de construction de tunnels.

Même si le but de toutes ces activités est de dissuader Israël, peut-être qu’un autre objectif est de marquer un succès pour le Hamas dans le prochain conflit avec l’armée israélienne, après ce que les habitants de Gaza ont perçu comme une défaite dans la guerre de l’été dernier.

Ce qui peut nous aider à comprendre pourquoi les dirigeants du Hamas ne veulent pas d’une escalade, même s’ils s’entraînent, recrutent et équipent leurs troupes. Ils sont bien conscients du prix que cela pourrait leur coûter. Même les commandants d’escadre militaire Mohammed Deif, Marwan Issa, ou le haut fonctionnaire de longue date Yahya Sinwar et son frère Muhammad, ne font pas pression pour passer à l’action.

Malgré les différences qui se creusent et le manque de confiance qu’ils entretiennent avec la direction politique, principalement celle située à l’étranger et dirigée par Khaled Mashaal, ils se rendent compte qu’un nouveau cycle de violences avec Israël nuirait au soutien au Hamas et causerait encore plus de dommages à son infrastructure militaire à Gaza.

Les frères Sinwar semblent être une force montante dans l’aile militaire du Hamas. Yahya, le frère aîné, a été libéré de prison en Israël lors de l’échange de prisonniers pour Gilad Shalit, en octobre 2011. Il est considéré comme l’un des fondateurs de l’aile militaire du Hamas à Gaza et était présent lors de la formation du groupe, tout comme le Sheikh Ahmed Yassin.

A cause de sa peine de prison, il a été mis à l’écart du pouvoir, mais il a rejoint la direction des ailes politiques et militaires après sa libération.

Sa relation avec son frère Muhammad, qui est considéré comme un commandant de brigade de premier plan dans l’aile militaire, crée un important canal reliant les départements politiques et militaires du Hamas et renforçant la position de Yahya.

Muhammad n’est pas considéré comme un partisan enthousiaste de Mashaal, qui s’est attiré un grand nombre de critiques, surtout dans la bande de Gaza, pour la façon dont il a mené la guerre de l’été dernier (depuis les hôtels cinq étoiles du Qatar) et est désormais controversé pour ses relations problématiques avec l’Iran.

Il existe une réelle possibilité que Sinwar succédera à Mashaal en tant que chef de l’aile politique lors de la prochaine élection. En effet, Mashaal n’a réussi que de justesse à conserver sa position lors du dernier scrutin.

Les temps sont difficiles pour le Hamas. La mauvaise situation économique dans la bande de Gaza, la baisse de sa popularité, les conséquences dévastatrices de la dernière guerre et son isolement sur la scène arabe : tout ceci fait vaciller son fonctionnement dans la bande de Gaza.

Les personnalités du Hamas ne sont donc pas à la recherche d’une escalade. Mais c’est toujours intéressant de relever que le Hamas souhaite éviter d’être perçu comme ayant cédé devant « les Juifs ».

Après qu’Israël a attaqué des positions du Hamas il y a environ deux semaines en représailles à des tirs de roquettes, le Hamas a averti que si Israël bombardait un autre de ses attributs, des roquettes seraient lancées sur le territoire israélien.

La semaine dernière, nous avons vu comment l’armée a répondu aux tirs de roquettes sur Israël : en bombardant une zone ouverte. Bien sûr, il n’y a pas eu de victimes.

Egypte
Pendant ce temps, Le Caire a finalement décidé de nommer un ambassadeur en Israël.

Et le passage frontalier de Rafah dans la bande de Gaza a été ouvert dans les deux directions pendant plus d’une semaine, ce qui n’est presque jamais arrivé depuis la révolution en Egypte en 2011.

La décision a été commentée dans les médias israéliens, pour tenter d’expliquer ces mesures. Il semble que l’Egypte de Abdel Fattah al-Sissi essaie de faire plusieurs choses en même temps.

La première était de préserver l’état de calme. Au regard de la mauvaise situation économique dans la bande de Gaza, Le Caire voulait faire en sorte de maintenir le calme, et l’ouverture du passage de Rafah a été utilisée à ce but. Il s’agissait également d’un geste en direction du Hamas.

Les responsables égyptiens ont réalisé que le Hamas avait finalement commencé – modérément – à agir contre la contrebande d’armes et d’hommes armés de Gaza vers le Sinaï, et ils ont décidé de ‘laisser une porte ouverte’ pour le Hamas.

La lutte contre les terroristes dans le Sinaï a également entraîné un calme relatif, et l’armée égyptienne a remporté plusieurs victoires.

Tout récemment, les troupes égyptiennes ont enlevé aux terroristes la route entre Sheikh Zaweed et El Arish et mis en place cinq nouveaux avant-postes. Mais aucune décision n’a encore été prise sur le changement de sa politique envers le Hamas.

Le Caire exige toujours que seuls les fonctionnaires de l’Autorité palestinienne puissent être stationnés à la frontière de Rafah pour s’assurer de son ouverture régulière. (L’une des idées récemment soulevées par les délégués de l’ONU et le quartet international au sujet de l’ouverture des passages frontaliers vers et depuis Gaza était la présence des forces de sécurité de l’AP du côté égyptien. Les Egyptiens ont qualifié cette proposition de ridicule.)

Par ailleurs, les responsables du Caire estiment que les prochaines semaines seront cruciales pour la diplomatie entre Israël et l’Autorité palestinienne.

À la lumière du projet des Palestiniens consistant à impliquer la Cour pénale internationale de La Haye et d’autres organisations internationales, les Egyptiens voulaient nommer un ambassadeur expérimenté en Israël qui pourrait être en mesure de servir de médiateur entre les deux parties et calmer le jeu une fois de plus.

À bien des égards, Le Caire veut retrouver son ancien statut en tant que médiateur, principalement dans le cadre des pourparlers de paix.







Infos d israel
Posté par: Bravo (IP enregistré)
Date: 29 juin 2015 a 23:44



Times of Israël :

[fr.timesofisrael.com]


Infos d israel
Posté par: Bravo (IP enregistré)
Date: 01 juillet 2015 a 05:31

A Genève, des juifs et des chrétiens de toute l’Europe manifestent pour Israël :

[fr.timesofisrael.com]


Aller à la page: PrécédentPremière...148149150151152153154155156157158...DernierSuivant
Page courante: 153 of 160


Désolé, seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster sur ce forum.
Veuillez cliquer sur S'identifier pour vous enregistrer

   Rechercher sur
 

  Web    
Darnna

© 2008 Darnna.com - All rights reserved.

'