TEMPS MODERNES :  DARNNA.COM
Sujets divers, humour & actualites 
Aller à la page: PrécédentPremière...1112131415161718192021...DernierSuivant
Page courante: 16 of 160
Infos d israel - Israël, un pays en mode start-up
Posté par: gerard (IP enregistré)
Date: 26 juin 2011 a 19:56

Eric Dupin est de retour à Lyon apres son voyage pour la Terre promise… des startups: "Un programme-marathon de quatre jours mené au pas de course, servi par une organisation au cordeau, qui nous a permis d’avoir une vision élargie, sans tabou et sans préjugé, de ce pays de 7,1 millions d’habitants qui ressemble un peu à un concentré du monde."

Vous pourrez suivre son excellent résumé sur Presse Citron. J'ai choisi de reproduire le paragraphe sur L’incubateur de l’espoir


Peut-être le volet le plus « politique » (au sens noble du terme) de ce périple, la visite très inspirante chez NGT (New Generation Technologies) a rappelé justement aux européens parfois un peu ignares ou arrogants que nous sommes que les relations entre juifs et arabes ne sont pas uniquement celles qui sont décrites généralement et de façon un peu trop binaire dans les médias. En fait, et cela se vérifiera à plusieurs reprises sur place, même si nous savons que nous ne sommes pas au pays des Bisounours, la réalité vue de l’intérieur est comme souvent bien plus subtile que ce que nous en percevons dans les caricatures occidental


Situé dans le secteur arabe de Nazareth et dirigé par Nasri Said, un ingénieur arabe, NGT est un incubateur qui réunit des entrepreneurs juifs et arabes. Il faut savoir qu’il y a 23 incubateurs en Israël mais que NGT est le seul à œuvrer en secteur arabe. Lancé en 2002, cet incubateur technologique fait partie d’un programme financé par le gouvernement israélien et contribue au développement d’entreprises principalement spécialisées dans le secteur biotech (santé et médical). Pourquoi ? Parce-que historiquement les arabes ne pouvaient pas travailler dans les sciences informatiques, jugées comme un secteur trop sensible en matière de sécurité. NGT, doté d’un budget de 20 millions de dollars, distribue des fonds d’amorçage à hauteur de 7000 dollars par start-up, dont le gouvernement israélien prend en charge 80% du financement. Depuis sa création, NGT a aidé 20 entreprises dont 11 arabes, 6 juives et 4 réunissant des collaborateurs juifs et arabes. C’est peut-être une goutte d’eau dans le foisonnement de l’économie numérique de l’état hébreu mais je peux vous dire que cette perle de tranquillité et de collaboration intelligente entre arabes et juifs au cœur d’une terre de conflits est une sacrée leçon. De celles qui vous filent quelques frissons d’espoir et redonnent un peu foi dans le genre humain.

Infos d israel
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 26 juin 2011 a 21:57

Un article, celui ecrit par le fameux bloggeur de [www.presse-citron.net] que je choisis de placer em emtier.



Israël, un pays en mode start-up

De retour d’Israël, ou la Fondation France Israël dirigée par Nicole Guedj, ex-ministre et secrétaire d’état, avait invité une délégation de blogueurs et de journalistes[1] à découvrir et rencontrer les principaux acteurs de l’économie numérique locale.

Un programme-marathon de quatre jours mené au pas de course, servi par une organisation au cordeau, qui nous a permis d’avoir une vision élargie, sans tabou et sans préjugé, de ce pays de 7,1 millions d’habitants qui ressemble un peu à un concentré du monde.

Impressions de voyage

Pour le voyageur qui n’a jamais mis les pieds en Israël (c’était mon cas), la première surprise arrive dès la sortie de l’aéroport Ben Gourion de Tel Aviv. Celui qui s’attend à trouver une cité au style oriental en sera pour ses frais : une fois passés les faubourgs, les infrastructures routières et l’architecture des gratte-ciels ultra-modernes qui constituent le skyline de la ville évoquent davantage une mégalopole occidentale ou asiatique – entre Los Angeles et Singapour – qu’une ville du Moyen-Orient. Une impression qui sera confirmée à Jérusalem, ou hormis le cœur de la vieille ville et le site religieux (et touristique) du Mur des lamentations, les enchevêtrements de freeways entrecoupés de lignes de tramway dernière génération mais également les rues piétonnes et commerçantes du centre-ville, parfaitement aménagées et alignant restos, bars branchés et boutiques de grandes marques, font plutôt penser à une ville européenne. Village mondial.





Quand Tel Aviv prend des airs de Los Angeles

Global village

Une autre impression qui émerge, cette fois après avoir rencontré nombre de start-ups et d’entrepreneurs locaux, est celle d’un grand village où tout le monde se connaitrait. Impression évidemment renforcée par la taille réduite du territoire et de sa population. En fait, de par la diversité des paysages (les villes côtoient les déserts), de la topographie particulière (plaines arides et coteaux fertiles), du mixage de populations (immigration en provenance du monde entier, forte communauté arabe de 1,4 million d’habitants), et du voisinage entre économie traditionnelle et high-tech, Israël ressemblerait finalement à une incarnation du fameux village mondial. Ajoutez à cela le climat et vous composez une photo en couleurs vives qui n’est pas sans rappeler celle de la Californie (l’autre pays des start-ups).

Au cœur du futur

L’objet de ce voyage était donc de nous faire découvrir l’innovation « à l’israélienne ». Pour les blogueurs high-tech et journalistes spécialisés qui composaient la délégation, le fait qu’Israël soit un pays innovant n’était a priori ni une surprise ni vraiment une découverte. Nous avons tous eu l’occasion de chroniquer ou couvrir à plusieurs reprises des services web, start-ups ou applications développés par des entreprises israéliennes. C’est le cas aussi sur Presse-citron, ici ou entre autres. Nous connaissons aussi tous l’histoire de startupers français (comme Jérémie Berrebi ou Ouriel Ohayon par exemple), qui, chacun dans son style et à sa manière, incarne ces centaines d’entrepreneurs qui après avoir débuté leur carrière dans leur pays de naissance, ont fait le choix délibéré de s’installer dans la Silicon Valley israélienne (ou à proximité) pour être au cœur de la matrice.



Mais au-delà de l’énumération des entreprises et personnes que nous avons rencontrés, nous avons surtout découvert un foisonnement et une énergie simplement incroyables. J’ignore si cette énergie est représentative d’un état d’esprit général qui règne dans le pays (nous n’avons rencontré que des entrepreneurs donc méfions-nous des généralisations un peu hâtives) mais ce que nous avons vu était plutôt enthousiasmant. A l’instar de ce qui se passe en Californie, tout ici semble un peu plus « facile » pour qui travaille dans l’innovation et souhaite développer une start-up liée au web ou au numérique. Une impression en trompe-l’œil ? Peut-être. Toujours est-il qu’avec 70 fonds d’investissement installés sur place, l’état hébreu compte le plus grand nombre de start-ups par habitant (plus de 3000) et jouit également de la plus forte densité d’ingénieurs au monde.

Concentré de QI

La première étape de notre French Blogs Tour 2011 nous a conduits au Technion, ou Israel Institute of Technology. Le Technion est un concentré de grosses têtes (sans Philippe Bouvard) qui rivalise sans complexe avec le prestigieux MIT américain, et où se forment les super-ingénieurs de demain. Ambiance campus à la coule où le QI de base doit se situer entre 150 et l’infini mais plus proche de ce dernier, et fait ressembler vos notions de PHP durement acquises à d’aimables graffitis rupestres. Témoin le jeune Yonathan qui, après avoir brillamment réussi Polytechnique à Paris prépare tranquillement son doctorat au GIP Lab en menant des expériences sur la compression d’image. Ses petits algorithmes l’ont conduit à inventer un format qui renverrait le .JPG à la préhistoire, ou à développer une caméra 3D assortie d’un logiciel de son crû qui modélise en relief et en temps réel les images filmées. Son avis sur Polytechnique ? « Bien, mais c’est le problème français : l’école forme des ingénieurs et produit des managers ou des politiciens, parce-que la recherche ou le développement informatique ne sont pas valorisés. Pas besoin de faire polytechnique pour diriger une entreprise ou devenir ministre. D’ailleurs je m’y ennuyais un peu. Trop facile… ».

Google et Yahoo, des entreprises israéliennes ?

Parmi les géants du web et de la high-tech présents sur place, Google et Yahoo! sont incontournables et dignement représentés. Prenons Google par exemple, sis à Matam, un quartier d’Haïfa, dans des locaux ultra-modernes avec vue sur mer. La division israélienne du géant de la recherche se spécialise dans la Recherche et Développement dans quatre domaines : Search, Google Apps, Networking et Analytics. Selon David Kadouch, chef de produit Moteur de recherche, l’objectif ici est « d’organiser l’information et la rendre accessible à tout le monde partout ». C’est ainsi que l’on apprend que quelques services célèbres de Google ont été imaginés et développés ici, en Israel. C’est le cas notamment de Google Suggest, Priority Inbox ou enbcore Got The Wrong Bob. Avec 200 collaborateurs, le bureau israélien de Google semble jouir d’une forte autonomie et est l’une des plus importantes implantations de la firme californienne à l’étranger, après Zurich.







Chez Google Haifa, il y a un télescope braqué sur la plage

Le centre de R&D de Yahoo, sur le trottoir d’en face, est du même acabit. Yahoo! Labs Israel est spécialisé dans le Search, et l’information sur l’audience internet. Dans une démonstration brillante et passionnée, Yoelle Maarek, responsable de l’équipe de recherche, est revenue aux basiques du search en nous expliquant au passage que chez Yahoo! aussi les algorithmes travaillent dur, aussi dur que Chez Google, même si Yahoo! est avant tout une entreprise focalise sur le contenu avant le search. En nous rappelant aussi qu’avec plus de 600 millions d’utilisateurs, Yahoo! Mail est loin devant Gmail (et juste derrière Hotmail).



La zone d’activité high-tech de Haifa (Google, Yahoo, Intel, etc…)

L’incubateur de l’espoir

Peut-être le volet le plus « politique » (au sens noble du terme) de ce périple, la visite très inspirante chez NGT (New Generation Technologies) a rappelé justement aux européens parfois un peu ignares ou arrogants que nous sommes que les relations entre juifs et arabes ne sont pas uniquement celles qui sont décrites généralement et de façon un peu trop binaire dans les médias. En fait, et cela se vérifiera à plusieurs reprises sur place, même si nous savons que nous ne sommes pas au pays des Bisounours, la réalité vue de l’intérieur est comme souvent bien plus subtile que ce que nous en percevons dans les caricatures occidentales.





Photos NGT : Jérémy Benmoussa – Locita

Situé dans le secteur arabe de Nazareth et dirigé par Nasri Said, un ingénieur arabe, NGT est un incubateur qui réunit des entrepreneurs juifs et arabes. Il faut savoir qu’il y a 23 incubateurs en Israël mais que NGT est le seul à œuvrer en secteur arabe. Lancé en 2002, cet incubateur technologique fait partie d’un programme financé par le gouvernement israélien et contribue au développement d’entreprises principalement spécialisées dans le secteur biotech (santé et médical). Pourquoi ? Parce-que historiquement les arabes ne pouvaient pas travailler dans les sciences informatiques, jugées comme un secteur trop sensible en matière de sécurité. NGT, doté d’un budget de 20 millions de dollars, distribue des fonds d’amorçage à hauteur de 7000 dollars par start-up, dont le gouvernement israélien prend en charge 80% du financement. Depuis sa création, NGT a aidé 20 entreprises dont 11 arabes, 6 juives et 4 réunissant des collaborateurs juifs et arabes. C’est peut-être une goutte d’eau dans le foisonnement de l’économie numérique de l’état hébreu mais je peux vous dire que cette perle de tranquillité et de collaboration intelligente entre arabes et juifs au cœur d’une terre de conflits est une sacrée leçon. De celles qui vous filent quelques frissons d’espoir et redonnent un peu foi dans le genre humain.



Cisjordanie, quelque-part entre Nazareth et Jérusalem

Saul Singer, raconteur de start-ups

Après une visite de Jérusalem qui fut la seule « pause touristique » de cette expédition, une rencontre avec Yigal Palmor, porte-parole du Ministère des Affaires Etrangères (qui nous gratifia d’un joli tacle appuyé sur les médias européens et plus particulièrement l’AFP) et une écoute polie de la keynote d’ouverture de la conférence Facing Tomorrow avec entre autres Tony Blair (vivifiant), Amos Oz (bousculant) et BHL (lénifiant), petit déjeuner à la fraîche avec Saul Singer, co-auteur de Start-Up Nation, un best-seller qui raconte et explique pourquoi et comment Israël est, avec seulement 7 millions d’habitants, devenu le pays qui compte le plus de start-ups au monde avec les USA, et comment, après les USA, Israël est le pays le plus fortement représenté dans les entreprises côtées au NASDAQ. Son crédo ? « Dans la plupart des pays, les deux grandes étapes de la vie sont l’école puis la vie professionnelle. En Israël, il y a une troisième étape intermédiaire, l’armée. Ce passage obligé par le service militaire fait partie intégrante de la culture entrepreneuriale du pays car il inculque chez les jeunes et futurs étudiants une notion de mission à accomplir, d’un truc à réussir coûte que coûte quelles que soient les conditions, les difficultés et l’adversité. » Une vision intéressante même si peut-être quelque-peu idéaliste, car comme me le faisait remarquer un peu ironiquement un jeune entrepreneur, si tu es cuistot à l’armée, la notion de mission à accomplir est toute relative.

[img][/img]

Cela étant, cette vision a constitué une sorte de fil rouge de toutes nos rencontres : nous n’imaginons pas à quel point l’armée est importante dans l’économie et le « start-up state of mind » israélien. C’est ici que l’innovation est probablement la plus vivace et c’est des laboratoires de recherche de l’armée que sortent les technologies les plus pointues du monde. Un véritable moteur pour les entreprises du pays, ou la chose militaire n’est pas perçue comme une machine de guerre mais comme une sorte de campus de l’innovation permanente dans lequel les meilleurs cerveaux libèrent leur jus sans la pression des marchés, et dessinent le futur.

Start-ups et grosses boîtes israéliennes, work in progress

C’est entendu : Israël n’est pas que le pays des Oranges et des drones. Ici se joue aussi une portion de l’avenir de l’économie numérique et de l’innovation. Dans une version d’ailleurs davantage high-tech que social media en vérité. Les têtes bien faites semblent ici d’avantage s’intéresser à la technologie qu’au réseautage, même si de belles perles existent à peu près dans tous les domaines. Nous avons rencontré et/ou visité des dizaines de start-ups, d’entrepreneurs et de blogueurs, trop pour les énumérer dans cet article déjà très long, et ceci fera donc l’objet d’un prochain article.

Les acteurs du numérique israélien, en tout cas ceux que nous avons côtoyés, ont une chose en commun : l’enthousiasme, mais surtout un besoin d’attention qui m’a surpris. Amis blogueurs high-tech français, je peux vous dire que les entrepreneurs israéliens – et pas seulement les francophones – vous lisent assidument et témoignent une reconnaissance rafraichissante quand par hasard vous avez couvert leur entreprise dans vos colonnes.

Symptôme probable d’une volonté de sortir des clichés par la technologie et peut-être de montrer que la société israélienne est finalement assez éloignée de certains clichés véhiculés à son sujet.

La suite dans un prochain article : tour d’horizon des entreprises et blogueurs rencontrés sur place, et quelques mots sur les à-côtés du voyage



La délégation au complet écoute attentivement en mangeant des glaces chez Google

[1] délégation composée de :

Blogueurs

FRENCH WEB – Bertrand LENOTRE
KORBEN – Manuel DORNE
ACCESSOWEB – Philippe LAGANE
LOCITA – Jeremy BENMOUSSA
LE JOURNAL DU GEEK – Benjamin MORIN
PRESSE-CITRON – Eric DUPIN
STAN ET DAM – Damien DOUANI
GONZAGUE – Gonzague DAMBRICOURT
TECHCRUNCH France – Cedric GIORGI
READ WRITE WEB France – Fabrice EPELBOIN
GIRLZINWEB– Jessica GAUZI

Journalistes

Le Figaro – Cécilia GABIZON
01 Informatique – Stéphane BELLEC
Le Journal du Dimanche – Camille NEVEUX
Challenges – Jean-Baptiste DIEBOLD
AFP – Katia DOLMADJIAN

(je ne mets pas les liens car ce serait réduire ces publications à leur seule version web, ce qui ne serait pas très juste)

[www.presse-citron.net]




Infos d israel
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 27 juin 2011 a 21:39

Tsahal maintenant sur internet et en francais.

[blogtsahal.wordpress.com]

Infos d israel
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 27 juin 2011 a 21:45

Il est vrai qu’au Moyen-Orient la réalité dépasse toujours la fiction...

...Il ne s'agit que d'une pub sur l'internet rapide. Dommage !euh Mais combien positive et denuee de haine, bien au contraire !

Derka, c'est pour repondre a la tentative de lynchage, aujourd'hui, du jeune homme juif de 28 ans, Ron Nachshon, qui pour une erreur due a son GPS est entre dans le village d'Issawiya situe a Jerusalem Est.








Infos d israel - pour retirer de l'argent
Posté par: aaron (IP enregistré)
Date: 28 juin 2011 a 15:48

Vous pouvez retirer de l'argent d'un distributeur sans carte, grâce à un sms
Les banques israéliennes améliorent leurs services à la clientèle. Vous avez oublié votre carte de crédit et vous voulez retirer des espèces du distributeur ? Vous ne vous souvenez plus de votre code ? Votre enfant est sans argent ? Ne vous en faïtes plus. Les banques israéliennes vous proposent une nouvelle méthode pour retirer des sous du distributeur. Grâce à une application sur votre smartphone et l'envoi d'un sms, vous pourrez de nouveau "palper des billets" dans votre poche.

Il était un… petit navire ! Par Rachel Franco
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 29 juin 2011 a 06:56


Il était un… petit navire ! Par Rachel Franco

Sont venus les beaux jours qui invitent aux vacances
De drôles de militants du même bord;

La grande Bleue, si calme, conforte les convictions
Qui font de ces prétendus activistes de la Paix
De si doux et de si braves gens;

Ohé, ohé ! Que les regards du monde se portent sur nos bateaux !
Nous que voilà,
Si impatients de paraitre devant vos caméras,
Sommes les nouveaux soldats du Hamas, devenus matelots !

Naviguons jusqu'à Gaza, ville de tous les enchantements
Et brisons les abjects sionistes, Indiens sauvages de l'Orient !

Ils ne savent rien de la science des vents
Pour eux, forcément Israël est l'éternel méchant ;

C'est entendu, entre aveugles de même allégeance,
Il est si doux de casser du sioniste à tous les vents ;

C'est ainsi que sur les flots
Naviguent les petits navires
Les soldats-matelots auront d'excitants souvenirs
À conter à leurs petits-enfants ;

Ils se drapent de Justice
Et pour refaire le monde, allègrement ils le détruisent
En glissant joyeusement sur la grande mer lisse.

Depuis Gaza, ils ignorent le terrorisme
Et n'évoquent jamais les centaines de milliers de missiles ;
Ces histoires de défense des citoyens juifs les lassent,
Leurs jolies lunettes de soleil sont "made in Hamas".


Ohé, ohé ! Que les regards du monde se portent sur nos bateaux !
Nous que voilà,
Si impatients de paraitre devant vos caméras,
Sommes les nouveaux soldats du Hamas, devenus matelots !


Activistes des droits de l'homme,
Vous choisissez un bien mauvais port ;
Curieuse est votre obstination à venir par la mer
Alors qu'aucune entrave n'empêche l'acheminement des denrées par la terre !

Activistes de la Paix,
Militants haineux ou idiots utiles du terrorisme,
Votre acharnement à briser le blocus militaire maritime
Permettra au Hamas de recevoir des tonnes d'armes militaires
Qui demain, feront couler le sang juif sur ma terre.

En réalité, peu vous importe que les Palestiniens soient otages des islamistes nazis,
Et peu vous importe que la terreur soit le fait avéré du Hamas ;
Activistes-Matelots du Mal,
Votre obsession est identifiable depuis des millénaires
Stigmatiser une seule cible : Israël, nouveau Juif des Nations.

Mais Israël ne change pas et ses jeunes soldats non plus,
Avec foi, Tsahal accomplira sa mission,
Défendre les enfants du pays et un joli coin d'horizon.

Que ne viennent-ils pour exiger la libération de Guilad,
Depuis cinq ans, prisonnier dans un bunker de Gaza,
Isolé du monde, sans aucun droit, ni une seule visite !

Mais peu leur importe la réalité infâme sur le terrain,
Pour ces soldats-matelots d'un été mémorable,
Les droits de l'homme sont à géométrie variable.

Ohé, ohé ! Que les regards du monde se portent sur nos bateaux !
Nous que voilà,
Si impatients de paraitre devant vos caméras,
Sommes les nouveaux soldats du Hamas, devenus matelots !

Qu'ils soient crédules ou haineux,
L'essentiel, pour ces braves soldats matelots
Est le si valorisant regard qu'ils portent sur eux.

Vaillants combattants de la Liberté,
Dans cette mascarade contre le méchant loup sioniste,
Vous paraissez bien courageux ;

Mais prenez donc la mer et dirigez-vous vers l'Iran,
Apportez votre soutien aux vrais opposants !
Vous verrez que c'est au fond des eaux
Que vos amis du Hamas vous couleraient sans un mot.


Rachel Franco
Israël, le 28/06/2011





Infos d israel
Posté par: Bravo (IP enregistré)
Date: 29 juin 2011 a 23:43

La flotille de la haine

Assez d’hypocrisie ! Il faut appeler un chat un chat.


Tous les soi-disant humanitaires qui s’agitent en France et ailleurs pour affrêter des bâteaux pour Gaza n’ont en réalité qu’un seul but que certains ont tout de même la franchise de reconnaître : provoquer Israël, le mettre en difficulté et poursuivre leur entreprise de déligitimation.

Ces militants pro-palestiniens purs et durs venus du christianisme, des milieux politiques les plus divers, du syndicalisme et d’ ONG partisanes n’ont qu’un seul but, détruire l’Etat des Juifs .

Car enfin quelle autre raison pourraient-ils avoir quand, sous pretexte de sentiments humanitaires, ils accourent au secours du Hamas, organisation terroriste qui enferme les Gazaouis dans un système islamiste djihadiste moyen-âgeux et qui n’a d’autre objectif et d’autre programme que la destruction d’Israël ?

Le Hamas qui maintient en captivité depuis cinq ans, dans des conditions inhumaines un pauvre garçon, Guilad Shalit, capturé en territoire israélien exige pour le libérer ou à tout le moins donner de ses nouvelles, la libération de plus de mille criminels condamnés par les tribunaux israéliens dans le respect absolu des règles de la justice des pays civilisés

Que veulent-ils donc ces ennemis implacables d’Israël soutenus hélas par des renégats juifs qui leur servent d’alibi ou de faire valoir ? Pourquoi veulent-ils finir le travail des nazis ?

Car, ôter à Israël les moyens de se défendre face à la haine qui l’entoure et aux dizaines milliers de missiles qui sont pointés sur son minuscule territoire, n’est-ce pas se rendre complice d’un nouveau génocide.?

A ne pas en douter, tous ces gens verseraint d’abondantes larmes de crocodiles, si haz ve chalom, à Dieu ne plaise, les Israéliens venaient à être massacrés, parce que les Juifs on les aime bien morts. On entendrait alors ces bonnes âmes nous expliquer qu’elles l’avaient bien dit, qu’il fallait négocier avec le Hamas, ouvrir les frontières terrestres et maritimes de la bande de Gaza, qu’il fallait accepter sans négociations un état palestinien de plein exercice, c’est à dire disposant librement de son espace aérien et de ses frontières, habilité à construire une armée aussi forte qu’il le voudra, accepter le retour de millions de pseudo-réfugiés , se retirer sur les frontières d’avant 1967 en attendant de revenir à celles de 1948 puis 1947, c’est à dire liquider ce qui fut le rêve du peuple juif pendant deux mille ans.

Alors Mesdames et Messieurs les moralistes, s’il vous plaît , assez d’hypocrisie, soyez aussi honnêtes que vos amis du Hamas, annoncez la couleur, dîtes tout haut ce que vous pensez, avouez que l’état juif vous gêne, que sa création fut pour vous un crime ou une faute, comme on voudra et qu’il ne doit plus avoir sa place dans le concert des nations. Arrêtez de bourrer le mou à d’ honnêtes gens que vous conditionnez et qui croient sincèrement que vous agissez dans un but humanitaire pour promouvoir la justice et arriver à la paix.

La paix que vous souhaitez pour Israël c’est celle du Hamas, du Hezbollah et de l’Iran, c’est-à-dire , au mieux la paix de la dhimmitude, autrement dit de la servitude, au pire la paix des cimetières.

Alors Bon Dieu, pourquoi cette haine ? Que vous a fait Israël ? Que vous a fait le peuple juif ?

Allez-vous enfin enfin un jour lui foutre la paix et le laisser poursuivre comme il le fait depuis 20 siècles le chemin du progrès et de la civilisation pour le plus grand bonheur de l’humanité, malgré tous les Amalek qu’il a rencontrés sur sa longue route et n’en déplaise aux pisse-vinaigres qui veulent sa perte ?

Oui, foutez-lui la paix. Il y a suffisamment de problèmes infiniment plus graves dans le monde pour vous occuper ...

Mise au point et précisions au sujet du blocus sur Gaza

La Marine Israélienne est résolue à maintenir le blocus maritime sur la bande de Gaza indépendamment des diverses provocations lancées par des organisations internationales qui ont pour but de délégitimer Israël et son droit à protéger ses citoyens des tirs de roquette du Hamas.

Voici quelques éclaircissements sur les questions les plus fréquemment soulevées concernant l’aspect légal du blocus maritime imposé sur la bande de Gaza par Israël.

Pourquoi Israël a-t-il décidé d’imposer un blocus maritime sur la bande de Gaza ?

Selon le droit international, l’imposition d’un blocus maritime est légale car Israël se trouve dans une situation de conflit armé avec l’organisation terroriste du Hamas, l’entité dirigeante de la bande de Gaza. Le Hamas est reconnu comme étant une organisation terroriste par les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Union Européenne et l’État d’Israël.

Depuis sa prise de pouvoir dans la bande de Gaza en 2007, le Hamas a tiré des milliers de roquettes sur les principaux centres de population israéliens, mettant ainsi en danger les vies d’un million d’habitants. Ces dix dernières années, le Hamas a orchestré une longue série d’attentats-suicides en territoire israélien, faisant des centaines de victimes civiles israéliennes. Le Hamas fait rentrer illégalement des roquettes dans la bande de Gaza via les tunnels souterrains de contrebande ou par voie maritime.

Quels aspects pourraient rendre ce blocus illégal ?

Le blocus maritime imposé sur la bande de Gaza est légal tant qu’Israël ne bloque pas l’accès des ports et des côtes de pays qui ne sont pas impliqués dans le conflit entre Israël et le Hamas. Selon le droit international, Israël doit également continuer à communiquer publiquement sur le blocus maritime auprès des belligérants et des États neutres.

Quelles sont les restrictions qui découlent du blocus maritime ?

Selon le droit international, si un blocus maritime est mis en vigueur, aucun navire (civil ou ennemi) ne peut entrer dans la zone concernée. Par conséquent, conformément au droit international, Israël est en droit d’intercepter un navire qui tente de violer le blocus maritime dans les eaux internationales.

Le simple fait qu’un navire prenne le départ dans l’intention de violer un blocus maritime, indépendamment de la marchandise qu’il transporte, est considéré comme une violation du droit maritime international, selon le Manuel du Commandant Américain sur le Droit des Opérations Maritimes.

Les organisateurs de la flottille violent-ils le droit international ?

Étant donné que les organisateurs de la flottille ont déclaré publiquement, aussi bien à l’écrit qu’à l’oral, leur intention claire de violer le blocus maritime légal imposé par Israël sur la bande de Gaza, Israël est en droit de prendre des mesures opérationnelles dès que la flottille aura appareillé.

Quelles précautions sont prises par Israël afin d’empêcher la confrontation avec les passagers de la flottille ?

Dès l’instant où la flottille pour Gaza pénétrera dans les eaux internationales, les soldats de la Marine Israélienne vont relayer des avertissements explicites aux capitaines des navires en réaffirmant qu’Israël est en droit d’imposer un blocus maritime sur la bande de Gaza. Si la flottille décide d’ignorer ces avertissements, Tsahal tentera de prendre contrôle des bateaux pacifiquement.

Si besoin est, le droit international autorise l’utilisation de la force lors de l’arraisonnement des soldats sur les bateaux. Par conséquence, les soldats israéliens useront de leur droit de légitime-défense s’ils sont attaqués par les passagers à bord des navires.

Comment Israël porte assistance à la population palestinienne dans la bande de Gaza ?

Parallèlement au blocus maritime qu’il impose sur la bande de Gaza, l’État d’Israël assure le transfert quotidien de 250 à 280 camions du dimanche au jeudi via le point de passage terrestre de Kerem Shalom. Ces camions transportent 6000 tonnes de marchandises et de matériel. En réalité, Israël transfère la quantité de marchandises commandée par l’Autorité Palestinienne, mais sa capacité de transfert est supérieure.

Quels sont les rapports de situation sur la population palestinienne dans la bande de Gaza ?

Selon un rapport du mois d’avril 2011 de la Banque Mondiale, « l’éducation et la santé à… Gaza sont très développées. Ces indicateurs sont comparables à ceux des pays de la région et du monde entier ». En outre, les palestiniens bénéficient d’une baisse récente du chômage.

Infos d israel
Posté par: aaron (IP enregistré)
Date: 30 juin 2011 a 14:02

La Jordanie va voter contre la création unilatérale d’un Etat palestinien à l’ONU en septembre.

« Les « intérêts nationaux de la Jordanie seront en danger si l’Autorité palestinienne déclare Etat unilatéralement – en particulier dans tout ce qui concerne la question des réfugiés, de l’eau, de Jérusalem et des frontières »

Infos d israel
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 03 juillet 2011 a 16:19

Titre sur Slate.fr Kristell Bernaud titre : Petit à petit, Gaza se reconstruit

Alors qu’une flottille internationale doit prendre la mer pour briser le blocus de Gaza, l’enclave palestinienne est en pleine reconstruction.

L'allègement du blocus l'an dernier a permis le retour des investisseurs et la réconciliation interpalestinienne semble porteuse de croissance

[www.slate.fr]



...MAIS sur [www.la-croix.com] on s'offusque du hola mis par la Grece au depart de cette flottille "Liberte II"

"La Liberté II , flottille internationale chargée de denrées humanitaires, (sic} devait prendre le départ pour Gaza mais en a été empêchée par les autorités grecques.

Témoignage d’Alain Bosc, l’un des porte-parole français du mouvement « Un Bateau pour Gaza » et militant à la Cimade, association française d’aide aux migrants

« Il faudra s’y habituer désormais, le blocus de Gaza commence à l’intérieur même des eaux territoriales de la Grèce et donc de l’Europe. Le ministre grec de la défense du citoyen Christos Papoutsis a en effet « décidé d’interdire le départ des bateaux sous drapeau hellénique ou étranger, depuis les ports grecs, ayant comme destination la bande sous blocus maritime de Gaza ».

Decidement, les hypocrites ont la dent dure et on se demande pourquoi ils refusent de s'occuper des centaines de civils tues quotidiennement en Syrie, en Lybie, au Yemen, et de tous les scandales et injustices qui pullulent sur la terre et de cesser de focuser sur Gaza qui recoit une aide financiere considerable de la part du monde entier.

Infos d israel
Posté par: gilou (IP enregistré)
Date: 06 juillet 2011 a 08:46

Il semble que la probable decision du gouvernement de declarer Dimanche ,jour ferié,provoque des menaces de la part des populations arabes qui pretendent que celà est une atteinte grave à leur dignité.On croit rêver !!!!

Infos d israel
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 06 juillet 2011 a 08:59

Quel gouvernement Gilou ? Celui israelien ?

Infos d israel
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 06 juillet 2011 a 09:12

En attendant, le Hamas espere rivaliser avec Abu Mazen qui a amene la prosperite en Judee et Samarie avec un PIB (Taux de croissance reelle) qui atteint les 9 % cette annee.

Face aux imbeciles qui esperent faire demarrer une flottille de provocation, Haniyeh s'adresse à la presse palestinienne : “nous sommes dans la période post-blocus !”



Il a souligné qu’il y “a des milliers de tonnes de matériaux de construction remplissant les villes de Gaza, et ceux qui veulent investir y trouverons les moyens nécessaires.”

Les exemples de projets de construction incluent un parc et terrain de jeux à Nusseirat, un Marché Central, un Club des jeunes de Maghazi, et un Centre social à Deir el-Balah.
Il a salué ces projets, car “ils reflètent la fermeté du peuple palestinien.”

Haniyeh a souligné que grâce aux efforts des hommes de Gaza, le dirigeants ont réussi à mettre en place de nombreux projets à tous les niveaux, afin de démontrer que Gaza avait vaincu les complots et triomphe du blocus

Par Safa Press Palestine – Adapté depuis l’arabe par Niso Amzar – JSSNews

Infos d israel
Posté par: gilou (IP enregistré)
Date: 06 juillet 2011 a 10:46

Prime Minister Benjamin Netanyahu on Monday tasked the Head of the National Economic Council, Professor Eugene Kandel, with examining the possibility of making Sunday an additional day of rest instead of a regular work day.


According to the proposal, Saturday and Sunday will be official days of rest while Friday will become a half day work-wise.

Ynews

Infos d israel
Posté par: Bravo (IP enregistré)
Date: 06 juillet 2011 a 10:54

Israël veut empêcher des pro-Palestiniens d’envahir l’aéroport de Tel Aviv.


Israël se prépare à contrer un projet de militants pro-palestiniens qui envisagent d’arriver par centaines vendredi à l’aéroport Ben Gourion de Tel-Aviv pour exprimer leur solidarité avec les Palestiniens.



Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a ordonné au ministre de la Sécurité publique Yitzhak Aharonovitch de coordonner le travail des forces de l’ordre et des autorités aéroportuaires pour faire face à ce projet, selon un communiqué de son bureau. Selon les médias israéliens, les vols attendus vendredi à l’aéroport international de Ben Gourion en provenance d’Europe seront dirigés vers un terminal séparé et tous les passagers seront soumis à une fouille minutieuse.

"Nous allons agir face à cette provocation planifiée conformément à la loi israélienne et aux conventions internationales", a assuré le communiqué du bureau du Premier ministre sans autre précision. Des militants pro-palestiniens ont annoncé sur internet leur intention de débarquer à l’aéroport de Tel-Aviv par centaines le 8 juillet. "Nous avons répondu à l’appel des associations palestiniennes et nous sommes plus de 500 femmes, hommes et enfants à partir le 8 juillet, à leur rencontre, pour leur montrer que le monde ne les oublie pas", annonce ainsi le site www.bienvenuepalestine.com.

Quelques 300 Français et des délégations de Belgique, d’Allemagne, de Grande-Bretagne, des Etats-Unis et d’Italie doivent participer à cette opération "Bienvenue en Palestine", selon les organisateurs. L’objectif de ces militants est d’"arriver ensemble le même jour (vendredi 8 juillet) à l’aéroport de Ben Gourion en provenance de nombreux pays". "Nous n’allons pas cacher le fait que nous venons rendre visite à nos amis palestiniens. Le gouvernement israélien n’a aucun droit de nous refuser d’entrer dans les Territoires palestiniens occupés", soulignent-ils.

Des militants pro-palestiniens internationaux sont régulièrement interpellés à l’aéroport international de Tel-Aviv puis expulsés. Cette opération est programmée alors qu’une flottille internationale tente depuis des jours d’appareiller de Grèce pour forcer le blocus de Gaza. La Grèce, semble-t-il sous pression israélienne, a interdit tout départ de bateau de ses ports à destination du territoire palestinien. "Des centaines de militants internationaux ont été empêchés de se rendre à Gaza à partir des ports de Grèce. Néanmoins nous espérons que des centaines d’autres réussiront à arriver en Palestine via l’aéroport Ben Gourion", a expliqué la militante Elsa Rassbach dans un communiqué. Mais pour le bureau de M. Netanyahu, ce projet est "une poursuite des tentatives de porter atteinte au droit d’Israël d’exister et de violer ses frontières et sa souveraineté par air, mer et terre".

JERUSALEM, 4 juil 2011 (AFP)

L’activiste newyorkaise Laura Durkay prévoit de dire que sa destination est la Palestine lorsqu’elle atterrira à l’aéroport Ben-Gourion ce vendredi, même si une telle réponse pourrait entraîner son expulsion.



Alors que les militants propalestiniens tentent de faire partir la flottille pour Gaza depuis la Grèce, un autre groupe vise lui l’aéroport Ben-Gourion.

Durkay est l’une des 700 activistes, venant principalement d’Europe, qui prévoient d’arriver à Ben-Gourion le même jour lors d’un événement intitulé "Bienvenue Palestine". Ils souhaitent soutenir l’indépendance palestinienne et la lutte du peuple palestinien contre "l’occupation" d’Israël en Judée-Samarie.

Le ministère des Affaires étrangères a d’ores et déjà indiqué qu’il prévoyait d’empêcher le groupe d’entrer en Israël. Par le passé, l’Etat hébreu a refusé l’entrée sur le territoire à des militants internationaux dont il pensait qu’ils crééraient des problèmes une fois sur place.

Dans une vidéo postée sur Youtube, l’activiste palestinienne Lubna Marsawa déclare : "Ce que nous avons prévu de faire le 8 juillet pourait être le début des marches de Palestine. Nous en avons assez des mots et nous devons agir."

Un communiqué de presse publié par le groupe indique que les activistes ont été invités par une quarantaine d’organisations palestiniennes. "Les procédures draconiennes et discriminatoires aux frontières d’Israël n’ont qu’un but : isoler un peu plus les Palestiniens et les maintenir à un statut inférieur".

"Nous partons pour Ben-Gourion le 8 juillet pour rendre visite à nos amis de Palestine, et nous insistons sur le fait que nos propres gouvernements nous soutiennent à faire cela. Soutenir notre visite en Palestine sera un petit pas en avant pour amener la liberté de mouvement pour tous les peuples d’Israël/Palestine, ce qui est essentiel pour la paix et la justice au Moyen-Orient", ajoute le groupe.

Durkay, 29 ans, indique qu’elle est devenue active dans la lutte palestinienne lorsqu’elle était étudiante à l’Université Columbia à New York.

Elle a voyagé à Gaza en 2009 et a visité la Judée-Samarie l’été dernier. Même si elle n’a pas rencontré de problèmes au début pour entrer en Israël, elle a été détenue pendant cinq heures au pont Allenby, lorsqu’elle est revenue en Israël après un bref passage en Jordanie.

"Nous n’essayons pas de faire quelque chose de menaçant. Tout le monde devrait avoir une liberté de mouvement et de voyage dans les territoires palestiniens. Voilà pourquoi cette action est mené", indique-t-elle. "Nous sommes ici dans un esprit de solidarité pacifique."

Infos d israel
Posté par: Bravo (IP enregistré)
Date: 06 juillet 2011 a 11:21

ISRAEL : La recherche en photonique pour accélérer le haut débit

lundi 4 juillet 2011,


Stratégie numérique : l’Europe et Israël investissent dans la recherche en photonique pour accélérer le haut débit.

Définition du mot PHOTONIQUE, Désigne l’étude de la possibilité d’employer des photons à la place des électrons, moins rapides, pour composer des équipements électroniques.

Treize projets de recherche en photonique sont en cours de lancement dans le domaine des réseaux à fibre optique à haut débit. L’objectif est de mettre au point des technologies permettant d’atteindre des débits très élevés (de plus d’un gigabit par seconde) pour l’utilisateur final à son domicile.

Ces projets de recherche ont été sélectionnés conjointement en 2010 par la Commission européenne, l’Allemagne, l’Autriche, la Pologne, le Royaume-Uni et Israël, dont la contribution cumulée s’élève au total à 22,3 millions d’euros. Leur mise en œuvre s’étalera sur une période de deux à trois ans. L’accès, pour tous les Européens, à l’internet rapide et ultrarapide d’ici à 2020 et le renforcement des investissements dans la recherche européenne en technologies de l’information et de la communication comptent parmi les grands objectifs de la stratégie numérique pour l’Europe.

Neelie Kroes, vice-présidente de la Commission européenne chargée de la stratégie numérique, a déclaré : "Je me réjouis du démarrage de la recherche relative aux technologies qui doivent permettre à 500 millions d’Européens, particuliers et entreprises confondus, de bénéficier à terme de l’internet ultrarapide. Ces technologies pourraient jouer un rôle majeur en répondant pour longtemps aux besoins de l’Europe en matière de communications à haut débit."

Tous ces projets de recherche portent sur la manière dont les divers équipements (par exemple, émetteurs-récepteurs, amplificateurs et routeurs) et systèmes informatiques peuvent être améliorés pour offrir à l’abonné des débits de 1 gigabit/seconde et plus, tout en réduisant le coût d’exploitation de l’internet ultrarapide. Autrement dit, l’objectif est de mettre au point des technologies qui permettront de proposer à la clientèle un service plus rapide sans frais supplémentaires.

La contribution de la Commission représente un tiers du financement des projets, les organismes de financement nationaux prenant en charge le reste. Grâce à l’approche conjointe, les pays participants peuvent espérer développer beaucoup plus rapidement des réseaux à fibre optique à haut débit : le fait d’unir leurs efforts peut leur permettre d’atteindre une masse critique propice à une pénétration plus efficace du marché.

Les treize projets de recherche sont regroupés au sein de l’initiative Piano+, qui est un projet ERANET+ relevant du 7e programme-cadre de recherche de la Commission européenne (7e PC).



Exemples de projets

Le projet ADDONAS a pour but d’améliorer la qualité des applications vidéo mobiles et des applications en temps réel, comme l’informatique en nuage, en optimisant les technologies de commutation des circuits à très haut débit. Le trafic de données serait acheminé exclusivement vers sa destination, ce qui supprimerait les goulets d’étranglement nuisant aux performances des routeurs. Dans le même temps, les technologies en question tendraient à réduire de plus de 50 % la facture énergétique totale des opérateurs et des utilisateurs.

Le projet ALOHA vise à renforcer la capacité de transmission des semi-conducteurs à haut débit (tels que les lasers optiques) pour permettre une transmission de données ultrarapide. L’objectif est d’atteindre des débits de transmission de 10 gigabits/seconde et au-delà et d’accélérer la commercialisation à grande échelle de composants laser plus rapides.

Le projet TUCAN a pour objectif la mise au point de technologies à faible coût pour les émetteurs-récepteurs accordables (c’est-à-dire des lasers dont la longueur d’onde de fonctionnement peut être modifiée). Il s’agit de réaliser des objectifs en matière de coût du réseau d’accès tout en conservant des performances élevées et en réduisant la consommation d’énergie. Les réseaux actuels sont conçus pour des lasers à longueur d’onde fixe d’un coût inférieur à 10 euros par laser, mais qui ne sont pas adaptés aux transferts de données à débit élevé (de 1 à 10 gigabits/seconde pour chaque client) qu’exigeraient les réseaux d’accès ultrarapides.

Le projet SEPIANet vise à mettre au point des composants, modules et sous-systèmes optiques pour de nouveaux produits d’accès équipés de technologies intégrées de cartes de circuits imprimés électro-optiques qui réduiraient sensiblement la consommation d’électricité et accroîtraient l’efficacité énergétique et le débit, ce qui n’est pas possible dans les systèmes de réseaux d’accès actuels en fils de cuivre. Contexte

La photonique est une technologie stratégique qui constitue un moteur de l’innovation dans beaucoup de secteurs, comme les communications (y compris l’internet ultrarapide), l’éclairage et les applications médicales.

Le haut débit ultrarapide devient de plus en plus important en Europe, où la demande de services gourmands en bande passante s’amplifie. Pour les nouveaux services du divertissement et de l’entreprise, comme la télévision HD (haute définition) ou 3D, le téléchargement de musique ou de vidéos sur les téléphones intelligents ("smartphones") et les équipements de visioconférence, l’Europe doit proposer des connexions internet beaucoup plus rapides que celles dont elle dispose généralement aujourd’hui.

Pour de plus amples informations (en anglais) sur les projets de recherche, voir : [www.pianoplus.eu]


Aller à la page: PrécédentPremière...1112131415161718192021...DernierSuivant
Page courante: 16 of 160


Désolé, seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster sur ce forum.
Veuillez cliquer sur S'identifier pour vous enregistrer

   Rechercher sur
 

  Web    
Darnna

© 2008 Darnna.com - All rights reserved.

'