LES COMMUNAUTES JUIVES DANS LE MONDE :  DARNNA.COM
Maroc, Amerique du Nord, Europe, Israel et ailleurs ... 
Relations Maroc - Israel
Posté par: gerard (IP enregistré)
Date: 16 octobre 2016 a 21:13

Le Maroc a “aidé Israël à gagner la guerre des Six Jours” en prévenant les renseignements.
Le roi Hassan II a fourni des enregistrements top secrets des discussions entre les dirigeants arabes avant la guerre, dit l’ancien chef des renseignements militaires



Israël devrait largement remercier le Maroc pour sa victoire contre les ennemis arabes pendant la guerre des Six Jours de 1967, selon les révélations d’un ancien chef des renseignements militaires israéliens.

En 1965, le roi Hassan II a transmis à Israël des enregistrements d’une rencontre cruciale entre les dirigeants arabes où ils discutaient de leur préparation à la guerre contre Israël.

Cette rencontre a non seulement révélé que les rangs arabes étaient divisés – d’importantes disputes ont éclaté, par exemple, entre le président égyptien Gamal Abdel-Nasser, et le roi Hussein de Jordanie, mais aussi que les pays arabes étaient mal préparés à la guerre, a déclaré ce week-end le général Shlomo Gazit au quotidien Yedioth Ahronoth.

En se fondant sur ces enregistrements, ainsi que d’autres renseignements rassemblés dans les années précédant la guerre, Israël a lancé une frappe préventive au matin du 5 juin 1967, bombardant les aérodromes égyptiens et détruisant presque tous les avions de chasse de l’Egypte.

Pendant la guerre, qui a pris fin le 10 juin, Israël a saisi la bande de Gaza et la péninsule du Sinaï à l’Egypte, la Cisjordanie et Jérusalem Est à la Jordanie, et le plateau du Golan à la Syrie.


Le général Shlomo Gazit, ancien dirigeant des renseignements militaires israéliens. (Crédit : capture d'écran YouTube)


Le roi Hassan II avait secrètement enregistré la réunion de 1965 parce qu’il ne faisait pas confiance à ses invités de la Ligue arabe, a annoncé Yedioth.

Il avait initialement autorisé une équipe commune des renseignements intérieurs et extérieurs israéliens, le Shin Bet et le Mossad, connue sous le nom des « Oiseaux », à occuper un étage entier du luxueux hôtel de Casablanca où se déroulait la conférence. Cependant, craignant que les agents ne soient remarqués par les invités arabes, le roi leur avait demandé de partir à la veille de la conférence.

Pourtant, selon Rafi Eitan, homme politique israélien et ancien officier des renseignements, qui codirigeait « les Oiseaux » avec Peter Zvi Malkin, légende du Mossad, les Marocains « nous ont donné les informations nécessaires, et ne nous ont rien refusé » juste après la fin de la conférence. Il n’a pas été précisé si Eitan avait parlé au Yedioth ou avait déjà fait cette déclaration.

Meir Amit, chef du Mossad à l’époque, avait décrit l’opération marocaine comme « l’une des gloires suprêmes du renseignement israélien » dans un mémo adressé à Levi Eshkol, alors Premier ministre.

Les dirigeants arabes s’étaient secrètement réunis en septembre 1965 à l’hôtel de Casablanca, avec leurs chefs des renseignements et des armées, pour discuter de savoir s’ils étaient prêts à une guerre contre Israël, et, dans ce cas, pour décider de créer ou non un commandement arabe commun pour un tel conflit.

Il y avait eu un accord sur le besoin de se rassembler pour la guerre, a annoncé Yedioth Ahronoth, et les commandants militaires avaient ouvertement parlé de leurs capacités.

Les enregistrements des discussions avaient été transmis au département de recherche de la Direction des renseignements militaires d’Israël, où ils avaient été traduits en hébreu.

« Ces enregistrements, qui étaient vraiment une réussite extraordinaire des renseignements, nous ont encore montré que d’une part, les états arabes se dirigeaient vers un conflit auquel nous devions nous préparer. D’autre part, leurs divagations sur l’unité arabe et l’existence d’un front uni contre Israël ne reflétaient pas l’unanimité réelle entre eux », a déclaré Gazit, qui dirigeait à l’époque le département de recherche.

Grâce aux enregistrements, et à d’autres sources, « nous savions à quel point ils étaient peu préparés à la guerre, a continué Gazit. Nous avons conclu que le Corps des blindés égyptiens était dans un état pitoyable et qu’il n’était pas prêt au combat. »

Le commandant des Corps blindés de l’armée israélienne à l’époque, le général Israël Tal, « a rejeté notre opinion avec mépris, a déclaré Gazit, disant que leur situation ne pouvait pas été si grave. Nous avons ensuite vu qui avait raison. »

Les renseignements de ces enregistrements ont donné au gratin militaire israélien le sentiment « que nous allions gagner la guerre contre l’Egypte. Les prophéties de malheur et le sentiment d’une défaite imminente étaient majoritaires en Israël et chez les responsables extérieurs à l’establishment militaire, mais nous avions confiance en nos forces. »

Gazit a été nommé à la tête des renseignements militaires après l’échec de ceux-ci à anticiper les attaques de l’Egypte et de la Syrie contre Israël à Yom Kippour en octobre 1973.

Source: yedioth et timesofisrael

Relations Maroc - Israel / Secret. Impossible de tracer les échanges d’affaires Israël-Maroc
Posté par: gerard (IP enregistré)
Date: 27 août 2017 a 01:30

Tel-Aviv (Eyal Koren). Les relations entre le Maroc et Israël ont toujours été secrètes. Il est presque impossible de connaître précisément l’état des lieux dans le domaine du business. Tous les acteurs commerciaux sont très discrets. De temps à autres, le voile est levé.

Selon des sources sérieuses : « Le Maroc est classé parmi les cinq plus importants clients africains d’Israël. A l’échelle de l’Afrique, le Maroc arrive juste après l’Egypte, suivi de la Mauritanie, l’Ethiopie, l’Ouganda et le Ghana. Le Maroc a fait le choix d’avoir Israël comme partenaire économique ». « Les produits chimiques et mécaniques, ainsi que les appareils électroniques et engins dédiés au secteur agricole, sont en tête des exportations des entreprises israéliennes vers le Maroc ».




Les échanges commerciaux entre le Maroc et Israël ont atteint 52 millions de dollars sur dix-huit mois, indique le Bureau israélien central des statistiques (BCS). Les échanges commerciaux entre Israël et le Maroc connaissent une «nette embellie». Toujours selon le BCS, les exportations marocaines vers Israël sont passées de 6,6 millions de dollars en 2014 à 24,3 millions de dollars en 2015. S’agissant des importations marocaines depuis Israël, une tendance haussière est enregistrée.

Le BCS indique que « beaucoup d’entreprises marocaines et israéliennes recourent à des canaux commerciaux de plus en plus complexes ». En clair, il est difficile de les retracer. La raison du recours à de tels procédés ? Ils tendraient à camoufler l’ampleur des échanges entre les deux pays, dénoncés par l’opinion publique marocaine ».

A SAVOIR. « Les médias israéliens rapportent régulièrement la signature d’accords commerciaux, des transactions financières ou des programmes de coopération avec des instances gouvernementales ou par le secteur privé. Dans la finance, les banques Leumi et Hapoalim ont ainsi mis en place des passerelles pour les opérations d’import-export entre le Maroc et Israël, via des conventions de correspondant banking avec plusieurs institutions financières marocaines ».

LE PLUS. Netafim (firme israélienne rachetée en juillet 2017 par un groupe Mexicain), leader mondial des systèmes d’irrigation et de micro-irrigation a ouvert une filiale au Maroc.

Selon un article de presse : « Soucieuse de renforcer son service avec ses clients et partenaires, Netafim Morocco renforce son équipe technique et commerciale au Maroc. « L’ouverture de la nouvelle filiale s’inscrit dans le cadre de la croissance du marché et notre volonté d’améliorer la qualité de notre service et de notre assistance à nos clients et partenaires au Maroc » déclare Mr Shavit Dahan, Directeur régional pour l’Afrique du Nord et de l’Ouest.

Netafim est le leader mondial des systèmes d’irrigation de goutte à goutte intelligent et des solutions de micro-irrigation, Netafim aide le monde à grandir plus et mieux avec moins. Cela signifie réaliser des récoltes de qualité et produire de meilleurs rendements, en limitant l’utilisation des ressources naturelles du monde : l’eau, la terre et l’énergie ».

Relations Maroc - Israel / Amir Peretz au Maroc
Posté par: gerard (IP enregistré)
Date: 09 octobre 2017 a 14:38

La présence de l’ancien ministre de la Défense israélien Amir Peretz au Maroc suscite des reactions des reactionnaires marocains.

Ce dernier se trouvait au Maroc ce weekend pour participer à une conférence organisée par la chambre des Conseillers en partenariat avec l’Association Parlementaire Méditerranéenne (APM) et l’Organisation Mondiale du Commerce, mais celle-ci a été boycottée par de nombreux membres du parti de la Justice et du développement (PJD) et certains membres des syndicats de l’UMT et de la CDT pour protester contre sa venue et celle d’une délégation de la Knesset.
Pour eux, il s’agit d’une « normalisation » déguisée des relations avec Israel alors que d’autres évoquent une « dangereuse infiltration » de l' ancien ministre d’origine marocaine. Né en 1952 à Bejaâd, il avait émigré vers Israel avant de devenir ministre de la Défense en 2006.

Relations Maroc - Israel / Le Maroc sera-t-il équipé d’armements fabriqués en Israël?
Posté par: gerard (IP enregistré)
Date: 17 janvier 2018 a 07:49

Selon certains médias marocains, le roi Mohammed VI aurait décidé d’équiper son armée avec du matériel militaire israélien, notamment en achetant des composants électroniques pour radars et des missiles antichars Spike de 4e génération (1), fabriqués par l’israélien Rafael.
Si ce contrat est signé, alors le Maroc deviendra le premier pays arabe et africain à acquérir des missiles Spike.

Rappelons que bien que le Maroc prenne souvent position contre Israël et qu’il n’entretienne pas de relation diplomatique, il n’en demeure pas moins le 6e partenaire commercial africain, juste après l’Egypte, la Mauritanie, l’Ethiopie, l’Ouganda et le Ghana. Les échanges commerciaux entre le Maroc et Israël sont important car le Maroc importe des produits israéliens pour plus de 4 millions de dollars par mois et Israël importe du Maroc pour plus de 24 millions de dollars par an. (Source Koide9enisrael)


(1) Le Spike est une famille de missiles antichar israéliens. Il est développé dans les années 1980 – 1990 par Rafael. Le Spike est entré en service en 1997. Le Spike est une famille de missiles de quatrième génération. Le mode de guidage est « tir et oubli » grâce au capteur thermique autodirecteur du missile doublé par filoguidage. Le Spike peut être tiré à partir d’un espace confiné.
Le Spike est équipé d’une charge creuse double en tandem. La charge principale est placée derrière le propulseur, permettant de réduire la taille du missile. Durant le vol, le missile retransmet l’image au poste de tir pris par le capteur thermique, permettant la correction de la trajectoire, le confirmation de la destruction de l’objectif et l’observation des abords immédiats de la cible.

Source: Israelvalley.com

Relations Maroc - Israel / Le Maroc sera-t-il équipé d’armements fabriqués en Israël?
Posté par: gilou (IP enregistré)
Date: 17 janvier 2018 a 17:53

Souhaitons que le Maroc par solidarité islamique ne tranfert un jour ce materiel à la Syrie ,au Liban ,au Hamas .La fourberie est partagée par tous les dirigeants de ces pays.L'histoire nous l'a prouvé .
N'oublions jamais que ce sont les "marchands du Temple" qui nous ont infligé les malheurs de l'exil.S'enrichir n'est pas une raison suffisante pour survivre.

Relations Maroc - Israel / La technologie de l’eau d’Israël , une aubaine pour le Maroc
Posté par: gerard (IP enregistré)
Date: 22 mai 2018 a 06:51

La technologie de l’eau d’Israël pourrait être une aubaine pour le Maroc car les réservoirs d’eau sont à sec. Rabat est ouvert à l’aide de l’État juif.

« Le gouvernement marocain est ouvert aux solutions, quel que soit le pays d’où elles proviennent », a déclaré Dr Clive Lipchin, chercheur israélien et directeur du Centre pour la gestion des eaux transfrontalières de l’Institut Arava pour les études environnementales.

« J’ai été invité en tant qu’Israélien à participer à une table ronde. Les représentants du gouvernement marocain qui m’ont rencontré m’ont dit qu’ils étaient heureux de considérer Israël comme un exemple », a déclaré Lipchin.

Les efforts marocains visant à économiser l’eau et à éviter l’apocalypse du « Jour Zéro » connaissent un certain succès, a permit de trouver un consensus sur le fait que la coopération avec nous est presque inévitable, a déclaré M. Lipchin.

Une véritable sécheresse, la croissance démographique et une mauvaise planification ont causé la crise au Maroc, a déclaré Clive Lipchin, qui a grandi en Afrique. La technologie israélienne peut être particulièrement utile au Maroc.

Israël est un modèle de ce que l’on peut faire de manière très efficace. Nous exploitons cinq des plus grandes usines de dessalement du monde et nous le faisons de manière très performante» a déclaré M. Lipchin.

« Israël est particulièrement bien placé pour apporter son aide au Maroc dans ce domaine par rapport à d’autres pays. Il doit trouver des solutions pour les marocains pour récupérer l’eau » a déclaré l’expert israélien.

« Accepter l’aide d’Israël est toutefois sujet à controverse. Maintenant que nous sommes en présence d’une sécheresse au Maroc il y a une explication qui dit que c’est en fait un problème qui doit être géré loin des considérations politiques »
explique M. Lipchin.



Le stress hydrique a rendu les experts marocains sur le terrain plus conscients des prouesses d’Israël dans le domaine de la technologie de l’eau, a déclaré M. Lipchin. Il a constaté une nette augmentation des discussions sur les réseaux sociaux au sujet d’Israël, a-t-il dit, et estime avoir lu de 40 à 50 articles sur le lien entre Israël et le Maroc au cours de l’année dernière. Le sujet retient régulièrement l’attention des médias juifs, mais aussi à la radio et à la télévision israélienne.



Les responsables marocains sont ouverts à la coopération avec Israël, a dit M. Lipchin. Les obstacles à la coopération sont d’ordre bureaucratique, commercial et financier, et non pas le résultat d’un boycott du gouvernement, et les sources déclarant que le gouvernement à Rabat a rejeté l’aide d’Israël sont inexactes, a-t-il dit.

« Nous commençons à voir des politiciens se manifester », dit M. Lipchin. « Je pense que ce sera un processus lent »

Il pense qu’ à un certain moment, les entreprises israéliennes vont vendre de la technologie au Maroc et espère que cette technologie finira par fournir de l’eau à la fois aux grandes agglomérations marocaines et aux régions défavorisés du Royaume.

Relations Maroc - Israel / Très bel accueil à la Knesset pour une délégation du Maroc
Posté par: gerard (IP enregistré)
Date: 12 juin 2018 a 12:58

Une délégation marocaine, composée de 11 personnes se trouve en visite de 5 jours en Israël pour rencontrer les membres de la Knesset et plusieurs hauts responsables israéliens.
Des ingénieurs, des intellectuels et des hommes d’affaires marocains se sont rendus dans les villes de Haïfa et de Jérusalem et dans certains lieux saints musulmans et ont rencontré des étudiants qui participent à une session de formation en langue orale juive marocaine. Dans une déclaration à Hespress, l’activiste amazigh Mounir Keji a confirmé l’existence de cette visite « malgré la tutelle idéologique que des organisations panarabes et islamistes tentent d’imposer aux gens pour limiter leur liberté ». « Il n’y a pas d’hostilité entre le Maroc et Israël, c’est son troisième partenaire économique dans la région méditerranéenne et il accueille la deuxième plus grande communauté marocaine dans le monde », a-t-il ajouté.

De son côté, Khalid Soufiani, coordinateur général du Congrès nationaliste islamique, a estimé dans une déclaration à Hespress que de telles visites servent « l’Etat sioniste, amoindrissent l’impact du boycott imposé par les Etats sur Israël, et lui donnent un nouveau souffle pour commettre de nouveaux crimes ».

Source article 19 (http://koide9enisrael.blogspot.com)

Relations Israël-Maroc-USA / Mike Pompeo a quitté le Maroc sans voir le Roi.
Posté par: gerard (IP enregistré)
Date: 07 décembre 2019 a 22:30

La normalisation avec Israël derrière l’annulation de la réunion entre Pompeo et Mohammed VI ?



Mike Pompeo a quitté le Maroc sans rencontrer le roi Mohammed VI, alors que l'entrevue avait pourtant été annoncée par le Département d’Etat. Ce qui n’est pas sans soulèver des interrogations.



Le ministère marocain des Affaires étrangères n'a pas communiqué sur le motif de l’annulation de ce rendez-vous, alors que le souverain se trouve à Rabat et non à l'étranger. D’ailleurs, il préside ce soir une veillée religieuse à l’occasion du 21è anniversaire du décès du roi Hassan II, indique un communiqué du ministère de la Maison Royale, du Protocole et de la Chancellerie.

En l'absence d'une réaction officielle, le quotidien Achark Al Awsat, dans son édition de ce vendredi 6 décembre, attribue l’absence d’une audience royale accordée à Pompeo à l’«agenda de pression» pour une normalisation avec Israël que le chef de la diplomatie américaine voulait imposer.
Le chef de la diplomatie des Etats-Unis «est venu au Maroc avec la demande d’établir des relations avec Israël au même niveau que celui de 1994, lorsque Tel Aviv avait ouvert un bureau de liaison à Rabat. Néanmoins, Rabat estime que la situation en 1994 est complètement différente de celle de 2019», rappelle Achark Al Awsat.

Et d’ajouter que le royaume n’aurait pas apprécié la réunion entre Mike Pompeo et le Premier ministre israélien, tenue le mercredi 4 décembre à Lisbonne, à seulement vingt-quatre heures du déplacement du secrétaire d’Etat au Maroc.
Une chaîne israélienne a, d’ailleurs, révélé que les Etats-Unis ont proposé au Maroc, Oman, Emirats arabes unies et au Bahreïn de signer un pacte de non-agression avec Israël.
En novembre 2009, le Maroc avait refusé de se plier aux pressions américaines pour recevoir l’ancien ministre israélien des Affaires étrangères, Avigdor Liberman, notamment exprimées par le sénateur George Mitchell alors envoyé de l'ex-président Barack Obama au Moyen-Orient.


Source : [www.yabiladi.com]




Relations Israël-Maroc / Huile d’argan : Israël, rude concurrent pour le Maroc
Posté par: gerard (IP enregistré)
Date: 20 décembre 2019 a 21:58

Israël se positionne comme un concurrent redoutable pour l’huile d’argan marocaine. Le pays a privilégié la recherche scientifique pour accroître sensiblement sa productivité. Et le succès est là. Ainsi, la société israélienne Sivan a produit bien plus que les autres pays producteurs dont le Maroc, après 25 ans de recherches, fait savoir Barlamane. En effet, il y a actuellement 20.000 arganiers plantés en Israël grâce à la technique de clonage des arbres. Cette technique a permis de produire pas moins de 1.000 arbres issus d’un seul.



Face à cette situation peu reluisante, le Maroc entend redevenir leader mondial. Dans ce sens, le royaume a pu mobiliser 45 millions de dirhams MDH : 15 MDH investis par l’Agence nationale pour le développement des zones oasiennes et de l’arganier (ANDZOA) et 30 MDH sous forme d’équipements par l’Agence allemande de coopération GIZ. Cet investissement servira à construire un centre de l’arganier l’année prochaine. Selon les parties prenantes dans ce projet, le centre de l’arganier sera une plateforme d’interprétation du patrimoine, de convergence et de coordination de la recherche et de gestion des connaissances et un accompagnement de la filière et des acteurs.
Avec le contrat programme du secteur, le Maroc devrait atteindre 10.000 tonnes de production de l’huile d’Argan d’ici 2020 contre 4000 tonnes, afin de satisfaire la demande mondiale qui est estimée à 20.000 tonnes

Relations Israël-Maroc / Israël réclame l'indemnisation des juifs «expulsés» des pays arabes, dont le Maroc
Posté par: gerard (IP enregistré)
Date: 17 janvier 2020 a 22:36

Israël réclame l'indemnisation des juifs «expulsés» des pays arabes, dont le Maroc
Des documents rapportés par des médias israéliens révèlent que Tel Aviv continue de recenser et d'estimer les biens laissés par des juifs dans leurs pays d'origine, dont le Maroc, accusant ces nations d'avoir «expulsés» leur ressortissants de confession juive. Des demandes d'indemnisation qui restent injustifiées selon des Marocains de confession juive.


Arrivée de familles juives marocains au port de Haïfa dans les années 1950.



Dans le cadre de ses projets visant les juifs séfarades, Israël compte aller jusqu’au bout dans ses demandes d’indemniser ceux qui ont été, selon Tel Aviv, «expulsés» des pays arabes dans les années 1940 et 1950.
En ce mois de janvier, la Bibliothèque nationale d'Israël a commencé à publier des histoires orales de l'initiative «Sephardi Voices», destinée à documenter et à préserver les histoires de vie des Juifs qui vivaient dans les pays arabes et islamiques. Des témoignages dans lesquels certains reviennent sur les conditions de leurs départs et ce qu'ils ont laissé derrière eux.
Le mois dernier, un rapport exclusif révélé par le média israélien Israel Hayom a révélé la première estimation de la valeur des biens que les Juifs auraient été «contraints de laisser derrière eux lorsqu'ils ont été expulsés». Un montant qui se chiffre actuellement à 150 milliards de dollars. De plus, Israël continue, selon la même source, à recenser ces biens.

Des revendications qui étonnent au Maroc
Au Maroc, les accusations d’Israël ne laissent pas les juifs du royaume indifférents. Jacky Kadouch, président de la communauté israélite de Marrakech, considère que les demandes israéliennes sont «complètement absurdes». «Demander une quelconque indemnisation n’a pas de sens», souligne-t-il auprès de Yabiladi, rappelant que «les juifs du Maroc n’ont jamais été spoliés de leurs biens».
«La preuve : ceux dont les parents ou les grands-parents sont partis en Israël avec des titres de propriétés, ont pu revenir au Maroc et récupérer ces biens. Ceux qui ont décidé de ne pas revenir et qui ont abandonné, nous n’allons pas les chercher pour leurs affaires», ajoute-t-il.
Le président de la communauté israélite de Marrakech rappelle, à cet égard, avoir personnellement «aidé des juifs» venus récupérer les biens de leurs parents au Maroc. «Ils avaient réussi à mettre les titres de propriétés à jour mais ils avaient justement des papiers en règles, comme des certificats signés par des adouls ou des rabbins et ils n’avaient qu’à suivre les démarches», nous informe-t-il.

«Le Maroc n’a rien spolié à personne. Il n’a jamais, non plus, renvoyé ou expulsé ces gens. Ces derniers sont partis volontairement, tout le monde connait l’histoire.»
Jacky Kadouch


«Le Maroc est certainement le pays où il n’y a pas eu d’expulsion ou de pression. Au contraire, les Marocains étaient tristes de voir leurs compatriotes de confession juive partir», conclut-il.
La position de Jacky Kadouch, partagée par d’autres membres de la communauté juive au Maroc, rejoint celle exprimée déjà en mars dernier par la Fédération canadienne des séfarades qui avait défendu le Maroc. Son président, Avraham Elarar, avait affirmé qu’Israël «accuse injustement le Maroc pour un crime qu’il n’a pas commis». Il avait également déclaré, dans une tribune, que les demandes de Tel Aviv «intentionnelles ou par inadvertance, placent le Maroc sur le même banc des accusés que l’Iraq et l’Égypte», ce qui affaiblit surtout ces revendications».

C’est en janvier 2019 qu’Israël a exprimé, pour la première fois, son intention d’exiger des remboursements atteignant les 250 milliards de dollars de sept pays arabes, dont le Maroc, en plus de l’Iran pour compenser la valeur des biens de juifs ayant quitté ces pays-là depuis 1948.
Dans une pétition parue le même mois, des chercheurs, des intellectuels, des artistes et des acteurs de la société civile au Maroc avaient dénoncé un «révisionnisme et une falsification de l’histoire par Israël».


Source: [www.yabiladi.com]

Relations Israël-Maroc / Israël ouvre ses portes aux Marocains
Posté par: gerard (IP enregistré)
Date: 01 février 2020 a 07:51

À travers son compte Twitter, le ministère israélien des Affaires étrangères a lancé une invitation officielle aux hommes d’affaires et opérateurs économiques marocains à se rendre en Israël.
Le message, diffusé jeudi 30 janvier en début d’après-midi, offre un billet gratuit pour découvrir les potentialités du marché israélien et à dynamiser les échanges commerciaux entre les deux pays.
Cette initiative, selon le communiqué du ministère, intervient suite à la quasi-normalisation des relations entre les deux peuples et au respect culturel mutuel exprimé de part et d’autre. « Ensemble, nous pouvons construire un avenir meilleur. Nos portes sont ouvertes et nos mains sont tendues vers vous », a précisé le directeur du département Maroc au ministère.



Source: bladi.net




Relations Israël-Maroc / L’appel des Facebookers marocains à la normalisation avec Israël
Posté par: gerard (IP enregistré)
Date: 04 juillet 2020 a 17:27

Des Facebookers marocains ont appelé à la normalisation avec Israël à la suite d’un sondage d’opinion lancé par le ministère israélien des Affaires étrangères sur sa page "Israël parle arabe"


Les Facebookers marocains justifient leur appel par le fait que ce sont "des États et des peuples qui aiment la paix, et qui n’accordent aucune importance aux différences religieuses. Ils appartiennent également à la Méditerranée où les coutumes et traditions sont similaires, sans oublier le fait qu’ils ont besoin d’établir une coopération économique entre eux", rapporte Morocco Jewish Times.
Pour bon nombre d’internautes, il est temps qu’Israël renforce ses relations avec les pays voisins, en particulier la Syrie et le Liban en raison d’importantes retombées économiques qui pourraient en découler. Ils proposent l’ouverture d’un passage d’Israël vers l’Europe en passant par le Liban, la Syrie et la Turquie. D’autres internautes ont appelé Israël à nouer des relations avec l’Irak considéré comme le berceau de la plus grande civilisation de l’histoire. Mieux, le pays a un emplacement géographique stratégique avec Israël.
"Tous les pays ont besoin de politiques étrangères et de bonnes relations avec tous les pays du monde, sans exception", écrit l’un des followers de cette page "Israël parle arabe".

Le Maroc pourrait être l’un des prochains pays à normaliser ses relations avec Israël
Posté par: gerard (IP enregistré)
Date: 17 août 2020 a 20:00

Israël-Émirats arabes unis : le Maroc de nouveau cité comme potentiel candidat à une normalisation


Depuis l’annonce tonitruante du pacte entre Israël et les États-Unis, les spéculations vont bon train sur le prochain pays arabe qui pourrait normaliser ses relations avec l’État hébreu. Une fois n’est pas coutume, en Israël comme aux États-Unis, des voix font état du caractère imminent d’un rapprochement avec le Maroc.

Accord surprise pour les uns, pas tant que ça pour les autres, l’annonce de la normalisation des relations diplomatiques entre les Émirats arabes unis et Israël, ce 13 août, a eu pour effet, aux yeux de nombreux observateurs, de mettre sur la table l’inlassable question : quelle autre nation arabe sera la suivante ? Une chose semble dorénavant quasiment actée : l’État hébreu ne fait plus office d’épouvantail dans le monde arabe et, au nom d’intérêts aussi divers que variés, d’autres pays pourraient emboîter le pas à Abu Dhabi. Au lendemain de l’officialisation du rapprochement entre les deux pays, un reportage de la chaîne publique israélienne KAN, relayé par le Times of Israël, indiquait que le Maroc pourrait être l’un des prochains pays à normaliser ses relations avec Israël.



Désolé, seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster sur ce forum.
Veuillez cliquer sur S'identifier pour vous enregistrer

   Rechercher sur
 

  Web    
Darnna

© 2008 Darnna.com - All rights reserved.

'