GENEALOGIE :  DARNNA.COM
L'origine étymologique des noms au Maroc, les noms sepharades et leurs origines. 
Aller à la page: 1234567Suivant
Page courante: 1 of 7
biographies des juifs du maroc et d'espagne
Posté par: place de france (IP enregistré)
Date: 16 mai 2005 a 13:02

ABEN DANANE, Mochè, (Rambam Elfassi) 1300

fils de Mimoune, établi à Fès en 1391, célèbre rabbin connu sous le nom de Rambam Elfassi, souvent confondu avec Rambam Maïmonide. Auteur de Hidouchim sur le Talmoud. Danan, nom d'une fraction de la Tribu de Milan au nord de la Mésopotamie, porté par une famille venue s'établir en Espagne.

soly






Re: biographies des juifs du maroc
Posté par: place de france (IP enregistré)
Date: 16 mai 2005 a 13:03

ABEN DANANE, Saâdya né à Fès, où il meurt en 1492
fils de Mochè, rabbin talmudiste, médecin, poète et grammairien espagnol de l'époque de l'Expulsion. Auteur de Al-Darouri fi al-Logha al-Ibraniyi, Les Règles nécessaires à la langue hébraïque, dictionnaire hébreu-arabe; un traité philosophique sur la forme des lettres de l'alphabet; Séfère hé-Âroukh, lexique talmudique; Maâmar âl-Sédère ha-Dorot, généalogie allant d'Adam jusqu'au Rambam, d'un ouvrage en langue arabe sur la grammaire hébraïque, d'un commentaire sur Yéchâya et d'un traité de prosodie hébraïque; Qassida, , poésie en l'honneur du Guide des Égarés de Maïmonide.


soly

Re: biographies des juifs du maroc
Posté par: place de france (IP enregistré)
Date: 16 mai 2005 a 13:04

ABIHSERA, Abraham Meknès 1868, 1948

descendant d'une branche illustre, ayant pour ancêtre Rabbènou Chémouèl Abihsera de Damas (Syrie). Il fait à Meknès de solides études auprès des professeurs renommés de l'époque. Guide éclairé, juriste et notaire de premier ordre, il s'installe à Casablanca en 1903. Il y est nommé juge au Tribunal Rabbinique dès sa création en 1918. Il exerce ses fonctions pendant 30 ans.

soly

Re: biographies des juifs du maroc
Posté par: place de france (IP enregistré)
Date: 16 mai 2005 a 13:05

ABOHAB II, Yitzhaq né à Tolède (Espagne) en 1433, décédé à Oporto (Portugal) en 1493 I HAUT DE PAGE I

élève de R' Yitshaq Kanpanton, le Gaon de Castille, il est rabbin de Tolède où il dirige une académique talmudique. Parmi ses disciples, citons R' Yaâqov Bè-Rab, R' Abraham Zacout, auteur du Séfère Youhassine, , et R' Yitshaq Abrabanèl. R' Yossèf Qaro le cite comme la lumière de la Diaspora juive. Après le décret d'expulsion de 1492, R' Yitshaq fait partie de la délégation de notables Juifs qui demandent au roi Jean II du Portugal la permission pour les Juifs de s'installer au Portugal. Sa demande agréée, plusieurs Juifs se réinstallent à Oporto et d'autres villes qui les reçoivent avec bienveillance. Son oeuvre comporte Nahar Pichone (1538), , un livre de sermons; un merveilleux commentaire sur le Commentaire de la Bible de Ramban intitulé Pèrouche âl Pèrouche Ha-Ramban âl Ha-Tora (1525); , un commentaire sur le Tour; et hidouchim sur le Talmoud. Une collection de correspondance halakhique entre R' Yitshaq et R' Nessim Benveniste a été préservée dans l'anthologie Chivâ Ênayim (1745) .

soly


Re: biographies des juifs du maroc
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 16 mai 2005 a 13:30

Merci motek !!!!!!

Toujours aussi devouee pour tout le monde !!!!!!!!!

Re: biographies des juifs du maroc
Posté par: place de france (IP enregistré)
Date: 16 mai 2005 a 13:39

bonjour ma darlett,

ABRAHAM BÈN HA-RAMBAME, fils de rabbi moshe fils de maymon,le maimonide de fez,né au Caire, en 1186, décédé au Caire en 1237 I HAUT DE PAGE I


fils de Maïmonide, Rambame a enseigné personnellement à son fils unique, nommé sur notre Patriarche, Abraham. À l'âge de 19 ans, R' Abraham, qui est né alors que son père avait 51 ans, lui succède comme médecin personnel du Sultan et de sa cour royale, et assume le leadership de la communauté juive égyptienne en qualité de Naggid, poste qui place toutes les cours juives sous sa juridiction et le rend responsable de la nomination de rabbins et dayanes. Sa nouvelle position lui permet d'améliorer considérablement les affaires communautaires. Il supprime la pratique habituelle des excommunications énoncées par n'importe quel petit fonctionnaire à l'encontre de ses vrais ou supposés adversaires pour la plus petite atteinte à son prestige. R' Abraham, à ce sujet, institue un panel de trois dayanimes autorisés par le beth dine de la ville. Pour renverser l'honneur et le prestige de certains officiels, il institue une loi interdisant à quiconque de s'asseoir dans la synagogue en donnant le dos à l'arche, face à la congrégation, considérant cette position irrespectueuse envers la Tora. Comme son père avant lui, R' Abraham est interrogé sur les pratiques religieuses par des organisations d'Èrets Yisraèl, du Yemen, de la Provence, de Bagdad, de Syrie et, bien sûr, d'Égypte. Seulement 130 de ses innombrables responsa ont été préservées en manuscrits et dans des travaux halakhiques d'autres auteurs. Certaines de ses responsa présentent des exégèses bibliques, des questions d'éthique et des défenses des décisions de Rambame sur son code. Lorsque R' Abraham entend parler de la grande polémique contre les vues philosophiques de son célèbre père, il prend sa défense dans un essai intitulé Milhamat Ha-Chem dans lequel il rapporte que plusieurs enseignants français (parmi lesquels des Tossafistes) qui ont visité l'Égypte, sont capables de comprendre le Morè Nébouchim grâce à la traduction de R' Yehuda al-Charizl. Dans une lettre à son disciple, R' Yossef ibn Aknin, Rambame confirme l'élégance d'expression, la profondeur de pensée et la force du style de son jeune fils en disant : qu'il est le plus humble, en plus de ses autres nobles traits de caractère. Avec l'aide de D'ieu, in deviendra indubitablement fameux parmi les plus grands. R' Abraham démontre une forte austérité et de l'ascétisme ainsi que les avantages d'une solitude introspective. Par des exemples pratiques, il démontre aussi que la foi doit guider les actions du croyant véritable. De son commentaire de la Bible, seuls la Genèse et l'Exode ont survécu. Un essai sur la Aggada, connu comme le Maâmar al Ha-Derachot, a été imprimé plusieurs fois. Son fils David lui a succédé comme Naggid.

soly


Re: biographies des juifs du maroc et d'espagne
Posté par: place de france (IP enregistré)
Date: 16 mai 2005 a 13:43

ABRAHAM, Ibn Êzra, (Rabaâ) né à Tolède (Espagne) en 1089, mort en 1164

fils de Méir, rabbin, poète, philosophe, mathématicien, astronome, grammairien et exégète, une des figures les plus remarquables du judaïsme espagnol et le plus sagace des commentateurs de la Bible, qu'il interprète selon la grammaire et la linguistique sans tenir compte de la littérature homélitique. Il excelle dans tous les genres, en philosophie comme en poésie, mais c'est son commentaire sur la Bible qui est surtout célèbre par son style brillant, ses remarques profondes et même critiques. Sa poésie est teintée d'amertume et de poésie. Au cours de sa vie mouvementée, qui le mène de son Espagne natale en Italie, en France, en Angleterre et en Terre Sainte, il compose de nombreux poèmes didactiques et des traités d'astronomie, de mathématiques, de linguistique et de théologie, il vit au début de sa vie à Cordoue, mais décide de quitter l'Espagne pour Rome. Initiateur des études grammaticales de l'hébreu en Italie, il part pour Lucques, après un assez long séjour à Rome. Là-bas, il se concentre à l'étude de l'astronomie et de l'astrologie. Il est l'auteur de Sèfèr ha-Yachar, , des commentaires sur le Pentateuque, les livres des Psaumes, Job et Danièl; , Sèfèr ha-Yéssod; , Séfat Yètèr; , Sèfèr Ha-Chèm; , Yéssod Mispar, des ouvrages sur la grammaire hébraïque; , Sèfèr ha Ehad; Louhot, , sur l'astronomie et les mathématiques; Kéli Ha-Néhochète, , sur l'astrolabe...

soly


Re: biographies des juifs du maroc et d'espagne
Posté par: place de france (IP enregistré)
Date: 16 mai 2005 a 13:44

ABRAHAM, Ibn Daoud, (Ravad I) Né à Cordoue en 1110, tué à Tolède en 1180

connu sous le pseudonyme de Ravad I pour le distinguer du Ravad de Posquières, auteur des gloses sur le Rambam et du Séfer ha-Qabala. Médecin, historien et philosophe. Son ouvrage traite de l'histoire du peuple juif depuis les origines. Il tente particulièrement d'y démontrer, face aux Caraïtes, la chaîne ininterrompue qui relie le judaïsme rabbinique à Mochè. À noter une mise au point remarquable sur la datation de l'époque du Nazaréen selon les sources de la Guémara.

soly


Re: biographies des juifs du maroc et d'espagne
Posté par: place de france (IP enregistré)
Date: 16 mai 2005 a 13:55

ABRAHAM HA-NASSI, (Rabah) né à Barcelone en 1140 ,hanassi veut dire le prince,et j'ai la biographie complete de cette riche et illustre famille juive,qui en 1510,etaient des marrannes malgres eux,et qui ont gardes leur judaime secret pendant des siecles,en se marriant entres marrannes,et juifs.le livre s'appelle la senora,et il a ete ecrit,par catherine clement qui ressuscite toute une epoque ou secrets,finances,diplomatie,meurtres,ces juifs d'espagne et du portugal,contraints a la conversion,cette senora qui a pour nom dona gracia nassi,avait pour nom secret hanna,qui veut dire en espagnol gracia,elle utilisera son immense fortune,pour venir en aide aux pauvres victimes de l'intolerance.

fils de Hiya, l'un des plus grands Sages d'Israël de l'Espagne médiévale, auteur de nombreux ouvrages de mathématiques, d'astronomie et d'éthique, né au sein d'une famille princière à Barcelone connue sous le pseudonyme de Ha-Nassi, le prince. Il est souvent mentionné sous le surnom de Ha-Sefaradi (l'Espagnol) ou de Ha-Bartseloni. On sait très peu de sa vie et de son histoire, et on le situe chronologiquement par les dates de parution de ses livres (1116, 1133). Il jouissait du respect et de la considération des grands de ce monde. Dans la littérature chrétienne de l'époque, on l'appelle Abraham le Juif, et ses ouvrages scientifiques sont aussi célèbres que ses écrits hébraïques. Auteur de Hegyion HaNefech, ouvrage sur la morale; Megilla HaMegaleh, calcul de l'année de la rédemption messianique; son traité sur l'astronomie est d'un grand intérêt à cause du calcul du calendrier juif; Tzuras HaAretz; Halbbur, calcul sur les dates de la nouvelle lune, le début des années, des mois et des saisons; Chibur HaMeshichah VehaTishbores, sur la géométrie. R' Abraham est seul parmi les auteurs espagnols de son ère à avoir utilisé l'Hébreu au lieu de l'Arabe, même dans ses traités scientifiques (afin qu'ils soient étudiés également par des Juifs français). R' Abraham a joué un rôle important dans la transmission de la science grecque aux Chrétiens d'Europe en traduisant les textes originaux de l'Arabe au Latin. Quelques ouvrages de R' Abraham ont également été traduits en Latin et en d'autres langages européens.

soly


Re: biographies des juifs du maroc et d'espagne
Posté par: place de france (IP enregistré)
Date: 16 mai 2005 a 13:57

ALBO, Yossèf né en Aragon 1360, mort en Espagne en 1444

rabbin théologien et prédicateur, disciple de R' Hasdaï Crescas et selon certains de R' Nissim Gérondi (Rane). Ce grand maître du judaïsme espagnol est très versé dans les systèmes philosophiques aristotéliciens des Arabes et dans la médecine, notamment au travers des écrits de Thomas d'Aquin. Il fait reposer la croyance sur la seule révélation divine et attribue ainsi une importance primordiale à l'accomplissement minutieux des préceptes traditionnels. Il défend sa religion au Concile de San Mateo, sous la présidence de Benoît XIII, ce qui l'incite à rédiger le célèbre ouvrage Sèfèr ha-Îqarim, , Livre des principes, ouvrage qui expose les grands principes de la religion juive. Pour lui, le judaïsme se fonde sur trois principes, six doctrines et huit dogmes corollaires. Les trois principes sont l'existence de D'ieu, la révélation divine et le principe de la rétribution et du châtiment. Les six doctrines sont : la création du monde à partir du néant; dans la suprématie de Mochè, le plus grand des prophètes; dans la valeur éternelle de la loi de Mochè; dans la capacité de l'homme à se perfectionner par l'observance de la loi divine; dans la résurrection des morts; dans la venue du Machiah. Les huit dogmes corollaires développent les trois principes cardinaux. Malgré les critiques, son ouvrage connaît un grand succès. Albo en ancien castillan signifie blanc.


soly

Re: biographies des juifs du maroc et d'espagne
Posté par: Arrik (IP enregistré)
Date: 16 mai 2005 a 13:57

Il faut demander à Darlett de récuperer tous les textes passés sur Rambam pour les déposer ici par exemple, pour l'efficience

Arriko

Re: biographies des juifs du maroc et d'espagne
Posté par: place de france (IP enregistré)
Date: 16 mai 2005 a 13:58

ALMOSNINO, Mochè né à Salonique en 1510, mort à Constantinople en 1581

fils de Baroukh, ses grands-parents périssent sur le bûcher durant l'Inquisition, et ses parents s'installent à Salonique. Rabbin de la congrégation Névè Chalom de la communauté juive espagnole puis de la congrégation Liviat Hène. Réputé pour son érudition et ses connaissances en Tora et en culture générale; en 1565, il représente les Juifs face au Sultan Sélim II, pour solliciter la confirmation de leurs droits civils. Apès six tentatives, le sultan accepte sa requête et rédigee une proclamation garantissant aux Juifs l'égalité des droits. Il publie des ouvrages en hébreu et en espagnol, certains sont encore manuscrits et d'autres sont perdus; auteur de Téfilla lé-Mochè, , sur le houmache; Pirqè Mochè, , sur le Traité Avot; Mé-âmèts Koah, , recueil de sermons et d'oraisons funèbres; Regimento de la Vida, homélies traitant de l'origine du bien et du mal, de la providence, de la vie morale, l'éducation, les enfants, le libre arbitre et un chapitre sur les rêves; Hanhagat Hayim, , Chemin de la Vie, Yédè Mochè, , Les Mains de Mochè, sur les cinq méguilot. Almosnino, nom aragonais, dérivé de l'ancien substantif castillan : Almosnero, aumônier, ou celui qui aime faire des aumônes.

soly


Re: biographies des juifs du maroc et d'espagne
Posté par: place de france (IP enregistré)
Date: 16 mai 2005 a 13:59

ANQAOUA, Abraham né à Salé 1810, 1860 .

fils de Mordekhaï, rabbin talmudiste et poète liturgique, fonde une école talmudique à Tlemcen pour restaurer la communauté de cette ville décimée par les persécutions. Il est nommé Grand Rabbin à Salé, Mascara Tunis et Livourne. Spécialiste dans les règles de chéhita (lois sur l'abattage rituel) il est l'auteur de Zékhor lé-Abraham, , Souviens-toi d'Abraham, sur les lois alimentaires; Zébahim Chélamim, , Offrandes de Paix, ouvrage à l'intention des chohatim; Kèrèm Hèmèr, , La vigne qui porte le vin, des consultations juridiques; Otsar ha-Hokhma, , Trésor de la sagesse; Hamar Hadat wé-Âttiq, , Vin nouveau et ancien; Âfra lé-Abraham, , Poussière d'Abraham; Millèl lé-Abraham, , Dires d'Abraham, homélies; Chibat Abraham, , Repos d'Abraham, sur le Talmoud; Kol bo, , un rituel de prières pour l'année; Hèssèd lé-Abraham, , rituel de prières avec commentaires; Chaâr ha-Chamayim, , La porte des cieux, rites de prières avec dinim; Haggada Chèl Pèssah, , une Haggada avec traduction arabe. Anqawa, nom allégorique arabe : la pureté, la propreté, porté par une célèbre famille de Tolède dont les descendants se sont établis au Maroc, en Algérie et en Orient.

soly


Re: biographies des juifs du maroc et d'espagne
Posté par: place de france (IP enregistré)
Date: 16 mai 2005 a 14:01

ANQAOUA, Rafaèl né à Salé en 1848 mort en 1935 ,il etait le mari de la tante a mon papa.

rabbin, Président du Haut Tribunal Rabbinique du Maroc et juriste réputé partout en Afrique du Nord et en Israël, chevalier de la Légion d'Honneur, très estimé par les autorités marocaines et françaises du Maroc. Il est l'auteur d'un grand nombre d'ouvrages de jurisprudence : Qarnè Réèm, , des consultations et décisions juridiques; Paâmonè Zahab, , sur le Choulhane Âroukh et le Hochène Michepat; Séfère Hadad wé-Tèma, , des nouvelles sur le Talmoud.

soly


Re: biographies des juifs du maroc et d'espagne
Posté par: place de france (IP enregistré)
Date: 16 mai 2005 a 14:02

ÂRAMA, Yitshaq né en Espagne en 1420, mort à Naples en 1494

fils de Mochè, rabbin, philosophe et prédicateur en Castille, en Catalogne et en Aragon, fuit l'Espagne en 1492 pour aller mourir à Naples. Ses écrits sont inspirés de l'esprit de l'époque : controverse avec le christianisme, influence de la philosophie, en particulier de celle de Maïmonide. Son commentaire sur la Tora, Âqèdat Yitshaq, , Le Sacrifice de Yitshaq, s'efforce de montrer que les idées aristotéliciennes figurent déjà dans l'Écriture sainte. Il démontre que les 6 fêtes symbolisent chacune un des concepts qu'il considère comme fondamental. Auteur de Yad Avchalom, , commentaire sur les Proverbes (en mémoire de son gendre, Avchalom, décédé peu après son mariage), Hazot Qachè, sur les rapports entre la philosophie et la théologie; Pérouche âl hamèche Méguilot. Les ouvrages d'Ârama sont appréciés aussi par les étudiants chrétiens et, en 1729 l'Université de Helmatedt, publie en latin une étude sur la section 63 de la Âqèdat Yitshaq, sous le titre Dissertatio Rabbinica de Usu Linguae in Akedat Ischak.

soly


Aller à la page: 1234567Suivant
Page courante: 1 of 7


Désolé, seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster sur ce forum.
Veuillez cliquer sur S'identifier pour vous enregistrer

   Rechercher sur
 

  Web    
Darnna

© 2008 Darnna.com - All rights reserved.

'