SOUVENIRS, SOUVENIRS... :  DARNNA.COM
Nostalgie du Maroc, nos voisins et amis d'enfance. Les differents quartiers ou nous habitions... 
Aller à la page: PrécédentPremière...5657585960616263646566Suivant
Page courante: 65 of 66
Re: Nostalgie, Casablanca
Posté par: Vicmiami (IP enregistré)
Date: 19 juin 2013 a 15:32

Bonjour Emilio,

je m'appelle Victor Maor (à l'epoque AMAR). Nous avions une imprimerie papeterie qui s'appelait ATELIER 26 au 58 rue Dupleix et qui plus tard passa au 30 Rue Hadj Omar Riffi, pas loin du Rond Point Mers Sultan.
Aurais-tu STP des photos de cette addresse ainsi que de la petite eglise qui etait en face?
10000000000 de mercis d'avance.

Re: Nostalgie, Casablanca
Posté par: jac2casa (IP enregistré)
Date: 20 juin 2013 a 07:38

Citation:
Vicmiami
Bonjour Emilio,
je m'appelle Victor Maor (à l'epoque AMAR). Nous avions une imprimerie papeterie qui s'appelait ATELIER 26 au 58 rue Dupleix et qui plus tard passa au 30 Rue Hadj Omar Riffi, pas loin du Rond Point Mers Sultan.
Aurais-tu STP des photos de cette addresse ainsi que de la petite eglise qui etait en face?
10000000000 de mercis d'avance.


Bonjour VICTOR
Es-ce toi qui étais chez les Scouts?
Etais-tu à l'école de la rue Dupleix pendant les années 1956-1961?
L'église se nomme Saint François d'Assise.
A bientôt
Amicalement

Mon email: jacquessalerno@gmail.com

Re: Nostalgie, Casablanca
Posté par: Boulriah (IP enregistré)
Date: 24 juin 2013 a 11:21

Bonjour,
cette rue Dupleix, ne donnait-elle pas sur la rue de l'aviation française qui est devenue rue Mustapha El Maani ?
Je n'arrive pas bien à me souvenir. Années 50 à 71.

Re: Nostalgie, Casablanca
Posté par: claudemy (IP enregistré)
Date: 24 juin 2013 a 22:50

salut a tous le monde
je suis de ain sebaa allee des prichardias villa claudemy, a droite de la feraille
contact :[wikimapia.org]
. ajouter ca au website apres ORG/ 20480958/fr/All%C3%A9e-Des-Pritchardias
ain sebaa etais toujours une zone tranquille , peut etre la mer, l'eau ,ou le climat.... tous ceux qui sent venu habite a ain sebaa , se sont mergeé dans le meme climat et mode de vie des habitants precedent... autres ont habité pour peux , il ne pauvais y ai rester ... alors ils se sont elloigé pour toujours .
les gends de ain sebaa etais toujours calm , et le sont toujours ... meme se il sont muslim ... , vouse souvener vous du "marché vert" il n exist plus des anneé 80 , il ont mis un rond point avec 2 lion ,2 sebaa, ain sebaa = oeil du lion .
le ZOO est toujours la' ,mais ce n est pas bien traiter .
oceanic est toujours la' aussi , mais plus un BAR , que piscine
LA MAISON BASQUE , n est plus la' , la mer c est encharger , demoli par les vague , et remplacer par un parking .
LES MAISON DU FOUSFAT , vide , pres a etre dimoli .
moi , je suis pas de votre generation , mais je vous aide dans votre nostalgie .
la vie a changé trops ,rien n'est le meme , just les souvenir des bons moment . chaqu'un vie sa vie , pense que sont temp etais mellieur , Vrai
LE TEMPS change tout le temps .
edith piaf . jake briel . .. le temps va tout s'en va ....
mes salutation chers anciens wlad derb lol hahaahahaha

CASABLANCA NOSTALGIE
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 05 novembre 2013 a 20:12

Ce texte m'est parvenu par email d'un ancien de Casa, la premiere partie est magnifique car elle ramene en nous tant et tant de souvenirs inoubliables et une saveur jamais oubliee de ces moments delicieux de l'enfance.

La deuxieme partie est beaucoup moins enchanteresse et nous ramene a la realite actuelle, celle ou rien ne va plus et tout est si different. Tellement triste. Je vous laisse lire

Merci Jacques grand sourire classique

--------

POEMES ECRITS PAR UN CASABLANCAIS,
( pour des " BEIDAOUIS " )  

En ce temps là…
 
 

Quand tu retrouveras au cœur de ta jeunesse

Le chemin d’Aïn Diab, corniche enchanteresse,

Souviens-toi du ciel bleu,
du bon temps du Lido,

Des rues fleuries d’Anfa…
d’un slow au Calypso.


 
 Rappelle-toi des vagues aux écailles d’argent

 Où l’ardeur de l’été s’abreuvait lentement,

 Des plaisirs innocents de l’enfant insoucieux

Aux émois de la chair du jeune affectueux.

Demeurant l’immortel témoin et confident

D’une âme romanesque et d’un amour naissant,

L’album des souvenirs, jaloux de ses secrets,

 Renferme des clichés qui hantent le passé…
 


 Qu’il fait bon écouter ce quintette mythique

Qui ravit notre temps au gré de sa musique !

Nous n’avions pas seize ans, pas plus que la sagesse

De ne pas nous griser de nos folles promesses.

La timide passion, bercée par Only you


Dans nos mœurs ingénues des premiers rendez-vous,

S’enhardissait avec les dernières mesures,

Des gestes maladroits d’une étreinte immature…


 Nous vivions au pays des belles traditions

Dans le profond respect des nobles convictions,

Sans affront ni l’effroi des ferveurs éperdues

D’un Islam excessif, jusqu’alors inconnu.


Et de Verlet Hanus à Saint François d’Assise,

 De l’ancienne mosquée au temple ou à l’église,

Que l’on portât l’étoile, un croissant ou la croix,

L’amour et l’amitié triomphaient de la foi… 
 

Mais le rêve s’éteint, une vive fraîcheur

Pénètre dans mon corps sans refroidir mon cœur.

Je frissonne soudain et réprime un sanglot ;

Le ciel se couvre, il pleut sur la rue Berthelot…




  suite….





 J’enrage au désespoir !

 
 On prétend que des rues sont jonchées d’immondices

Empuanties d’urine en des recoins propices
Que trop de chiens errants, maladifs de surcroît,

A défaut de pitié, nous remplissent d’effroi ;

Qu’au sombre de tes nuits, dans l’insécurité,

 Dealers, voleurs, pervers, ne sont pas inquiétés ;

Que la prostitution avilit tes quartiers

De désœuvrés contraints de se vendre ou mendier ;


A l’exception d’Anfa, bourgeoise endimanchée

En quête de vertus et d’une identité…

Centre ville d’antan devenu populaire, 

 Sillonné d’ambulants aux charretons précaires,

Carrousel bigarré d’un exode rural

Impatient et bruyant dès l’éveil matinal,

Terrasses habitées, bardées de paraboles,

 Pestilence et pollution d’effluves de gazole,

Cinémas convertis en décharges publiques

Gaiement palissadées d’affiches idylliques,

Trottoirs non réparés de leurs vieilles fissures,

 Caniveaux encombrés de tessons et vidures,

Permissive infraction d’étalages sauvages

De tabacs clandestins livrés au marchandage,


Racket organisé sur le stationnement

Des gardiens informels gratifiés indûment,

Ténébreuse industrie de la contrefaçon 

Inondant Derb Ghallef de Lacoste et Vuitton,

Attentats et complots, corruption et censure,

Libertés surveillées, semblant de procédure…


Je ne me souviens pas que de tels errements

Aient pu, un tant soit peu, altérer notre temps !
Et serais complaisant si mon cœur savait feindre

Le mépris du passé.
Mais comment ne pas plaindre
 Un trésor Art déco laissé en héritage,

Détruit par ignorance au-delà de l’outrage ?

Patrimoine historique, assujetti hélas,

Aux intérêts croissants de promoteurs voraces !


Face aux nombreux chefs d’œuvre, à ce jour disparus,

 L’invasion du béton n’attire pas la vue,

Contrairement aux grues de chantiers audacieux,

Souvent paralysés par un plan dispendieux.

Telle une parvenue qui se farde à outrance,

Tu exhibes un éclat pour masquer tes carences…

 Longées par un tramway que l’époque indiffère,


Les ruines du Lincoln ont l’air d’un champ de guerre

Evoquant tristement les destructions blâmables

D’endroits de notre enfance à jamais mémorables.

Illettrisme important, disette et délinquance, 

Tumulte séditieux, répression et violence …


Quand ta Sainte Ecriture, austère et redoutable,

Voile rire et beauté d’un rempart discutable,

Quand l’alcool s’y résume à la prohibition,

Transgressée au secret des amples libations,

Quand tes gamins des rues ont déserté l’école

Pour jouer au ballon et sniffer de la colle,

Quand l’exil diplômé briguant un meilleur sort

Te présage un modeste avenir sans essor,


Quand la nécessité frappant Sidi Moumen

Engendre un fanatisme exalté par la haine,

Quand la terreur sévit et pour quelques dirhams,

Sans doctrine inspirée, se fourvoie corps et âme,

Quand tu guerroies en vain, le mystique intégrisme

Fervent de la charia d’un vieil obscurantisme,

Quand les murs d’Oukacha gardent le désespoir

D’enchaînés croupissants, dissidents du pouvoir,

Quand le véto royal s’oppose et étatise,

Quand le droit féminin régresse et agonise,

Quand la mendicité se professionnalise,

Quand ton humanité se désolidarise,

Sur la Corniche on danse, on boit, on fume, on rit,


Etrangers aux fléaux de ta plèbe meurtrie.

A l’instar des ghettos accablés de misère,

L’affligeant dénuement des cités ouvrières

Contraste avec les Tours d’un Maârif fastueux

Où Cartier et Guerlain comblent des plus chanceux.

Les yeux bandés, tu valses avec tes dissemblances,

Sans égards ni vergogne, entre luxe et souffrance.

Tes infâmes penchants et ton écart social

Ne sont en rien l’effet du mythe colonial !...


Ouverts aux relations, quel que fût notre culte,

A l’insu des conflits que l’amitié occulte,

Nous nous accommodions de ta terre en partage

Où nous fraternisions sans esprit de servage.

Tu incarnais l’écrin de la maison natale,

L’ermitage fleuri de la pierre ancestrale 

Et la bonne harmonie d’une fusion ethnique.

Nos racines sont là et nos morts à Ben M’sick …


J’ai vécu dans tes bras d’adolescents plaisirs

Que nul autre idéal n’aurait pu assouvir.

Mais la plaie nostalgique, encore inapaisée,

A besoin de la source où mes lèvres ont trempé,

De ta plage écumeuse irisée d’arcs- en-ciel,

Au ressac sensuel sur nos corps au soleil,

De ce lien passionnel, envoûtant et subtil,

Noué par la douleur au moment de l’exil.

Mon cœur, jadis si fier de cet attachement,

Aujourd’hui pénétré d’un autre sentiment,

Languissant et déçu par tes métamorphoses,

Se tourmente à mourir du train où vont les choses.

 Quand tu auras brûlé tout ce qui nous a plu, 

Alors Casablanca, je ne t’aimerai plus.
 


Lucien




CASABLANCA NOSTALGIE
Posté par: nenwton (IP enregistré)
Date: 06 novembre 2013 a 12:49

Bonjour Claudemy sur ton dernier message une petite correction s'impose.
Aïn Sbaa ne signifie pas Œil du lion mais plutôt Source du Lion comme pour Aïn Harouda, Aïn al Borja ou encore Aïn Chock de son vrais nom Aïn Chouk. Il est vrais que le mot Aïn veut dire aussi Œil.
Pour information le ZOO se trouve très exactement là ou il y avait une source.

CASABLANCA NOSTALGIE
Posté par: kenza (IP enregistré)
Date: 21 novembre 2013 a 18:34

Citation:
nenwton
Bonjour Claudemy sur ton dernier message une petite correction s'impose.
Aïn Sbaa ne signifie pas Œil du lion mais plutôt Source du Lion comme pour Aïn Harouda, Aïn al Borja ou encore Aïn Chock de son vrais nom Aïn Chouk. Il est vrais que le mot Aïn veut dire aussi Œil.
Pour information le ZOO se trouve très exactement là ou il y avait une source.


Exact Nenwton ,

Aîn veut dire oeil , mais aussi Source , d'oû le nom de plusieurs sources à l'époque

Quand au zoo de Aîn Sebâa , il se trouve collé à une source et un mausolée d'un Saint et pour être précis le train passe juste derrière pour entrer en gare de Aîn Sebâa
En face du zoo , il ya toujours une station d'essence et le prolongement vers Sidi Bernoussi

Driss le Bidaoui dit kenza

CASABLANCA NOSTALGIE
Posté par: marc.david (IP enregistré)
Date: 22 novembre 2013 a 14:59

Bonjour Monsieur,

Je me suis inscrit récemment sur le Forum ; je mets en référence mon premier message afin de vous expliquer la raison pour laquelle je réponds à votre message : "Bonsoir à toutes et à tous, Je m'appelle marc et je suis en ce moment même en pleine rédaction de ma thèse dans la salle d'études de la Bibliothèque Patrimoniale Romain Gary de Nice. Le sujet de ma thèse porte sur les "Processus culturels de patrimonialisation à Casablanca -- Valeurs maghrébines patrimoniales entre héritage colonial, identités Amazighe et Judéo-marocaine."
Je participe régulièrement à la lecture des sujets de vos forums pour une raison très simple: la dimension sociale du sujet que j'aborde est fondamentale; les travaux scientifiques ont été une base de travail indispensable mais vos témoignages me permettent de positionner la permanence du judaïsme à distance de l'objet (Le Maroc). La mémoire d'une communauté peut s'incarner dans une multitude de référentiels artefactuels mais il est néanmoins impératif de sauvegarder les référentiels immatériels et notamment les pratiques sociales.

Ma culture religieuse, mon mode de vie ne s'apparentent pas au judaïsme marocain pas plus qu'à l'amazighité mais mes valeurs personnelles me poussent à m'intéresser à tous ce que je ne suis pas et donc à toutes les identités culturelles qui seraient susceptibles de définir ma propre identité. J'ai entrepris un beau voyage, difficile mais passionnant!
Je suis un peu intimidé alors je ne vais pas monopoliser l'attention et je vais reprendre ma rédaction (Mon directeur de thèse me harcèle avec les chapitres!!!)
Je dois rendre la première partie de mon travail avant de partir à Casablanca le 12 décembre 2013. À ce sujet j'adresse un petit message personnel: je dois prendre des photos et m'immerger à nouveau sur mon terrain d'étude pour une relecture de la ville ; la qualité de mon travail serait meilleure si j'avais l'opportunité de pratiquer le terrain en compagnie d'une personne ayant été initiée à quelques urbanités de la capitale économique. Bonne soirée à tout le monde, Marc."

Darlett m'a dit que vous étiez la personne vers laquelle je pourrais adresser ma requête !

Je suis à Casablanca du 12 au 20 décembre ; serait-il possible de se rencontrer dans la mesure ou votre emploi du temps le permet.

En attendant de vous lire prochainement, bonne journée

Marc

CASABLANCA NOSTALGIE
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 26 novembre 2013 a 13:07

Casablanca d'aujourd'hui. Un tour avec Tahir Shah

Quelle desolation et il vaut mieux rester sur nos souvenirs.


CASABLANCA NOSTALGIE
Posté par: kenza (IP enregistré)
Date: 30 novembre 2013 a 13:31

Bonjour Marc.David,

Bonjour les Amis,


Vu que mon congé annuel est épuisé , donc , on verra pour s'arrager en week end si vous voulez bien
Si c'est pour des ballades à travers Casa et commentaires

Merci

CASABLANCA NOSTALGIE
Posté par: marc.david (IP enregistré)
Date: 30 novembre 2013 a 22:18

Bonsoir Kenza, bonsoir à tout le monde,


Merci pour votre réponse : j'ai vraiment besoin d'être accompagné avec une personne qui maîtrise bien la ville ( Le centre ville mais également les abattoirs si possible). J'ai été intéressé par la petite séquence posté par Darlett: la préservation du patrimoine c'est également la prise de conscience des réalités du terrain.
J'arrive à Casablanca vers 17h00 le 12 décembre et je me rends dispo pour une visite en fonction de votre temps libre en fin de semaine.
Merci de m'indiquer de quelle manière on peut prendre contact (rdv dans un café par exemple).

Bonne soirée à toutes et tous,

Marc

CASABLANCA NOSTALGIE
Posté par: marc.david (IP enregistré)
Date: 08 décembre 2013 a 20:59

Bonsoir à toutes et à tous,

Je mets le lien d'une chanson qui va vous faire plaisir : Casablanca 41 "Récital à Barbizon"

[www.youtube.com]



Excellente soirée

Marc




CASABLANCA NOSTALGIE
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 10 décembre 2013 a 08:11

Merci Marc et combien cette chanson est emouvante.

Quel bonheur de revoir ces boulevards tels qu'ils etaient alors et combien ces images et ces paroles sont nostalgiques. Vraiment merci a toi pour avoir pense a nous faire connaitre ce clip.

Bien amicalement a toi

Darlett

CASABLANCA NOSTALGIE
Posté par: marc.david (IP enregistré)
Date: 10 décembre 2013 a 20:42

Bonsoir Darlett,

J'ai trouvé le texte très émouvant et j'ai immédiatement pensé à Darnna ; j'ai d'autres documents qui devraient vous faire plaisir et notamment des plans de Casa (Quelques perles !).

Je n'ai pas trop le temps en ce moment (Paris - Tours - Montpellier et prochainement Casa) mais je tiendrais ma promesse au plus tôt.

Je vous quitte car il serait temps que j'organise un peu mon départ pour le 12 décembre ; à ce sujet, je vais adresser un message à l'attention de Kenza par le biais d'un modérateur.

Ps J'ai également pris un peu de retard avec la fascinante Casa car je prépare un papier sur le Mellah de Fès !
Bien amicalement Darlett ainsi qu'aux lectrices et lecteurs

Marc

Re: Nostalgie, Casablanca
Posté par: guitou (IP enregistré)
Date: 04 mars 2016 a 16:50

[quote darlett]...et de la corniche pour designer cette promenade le long de la cote ![/quote

Bonjour
J'ai habité 20 ans au 39 Bd de la corniche à côté du Restaurant La Marée. J'ai retrouvé quelques photos de la Corniche dans ma collection personnelle ( années 50 à 60) Celà a bien changé depuis. Ma maison d'enfance est devenue un restaurant et la belle Villa de mon voisin a été complètement rasée pour faire place à l'hôtel Azur... Voici les photos en pièce jointes
Vue mer001.jpg

Aller à la page: PrécédentPremière...5657585960616263646566Suivant
Page courante: 65 of 66


Désolé, seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster sur ce forum.
Veuillez cliquer sur S'identifier pour vous enregistrer

   Rechercher sur
 

  Web    
Darnna

© 2008 Darnna.com - All rights reserved.

'