SOUVENIRS, SOUVENIRS... :  DARNNA.COM
Nostalgie du Maroc, nos voisins et amis d'enfance. Les differents quartiers ou nous habitions... 
Aller à la page: PrécédentPremière...4567891011121314...DernierSuivant
Page courante: 9 of 33
Re: LES FILMS DE NOTRE ENFANCE
Posté par: anidavid (IP enregistré)
Date: 12 juin 2005 a 15:08

Les Enfants du Paradis.
de Marcel Carne.
Avec, Arletty, Jean-Louis Barrault, Pierre Brasseur, et Maria Casares.
Un chef d'oeuvre francais. 1943-44
En 1828, à Paris, sur le Boulevard du Crime. Deux jeunes artistes, Baptiste Debureau et Frédérick Lemaître, font leur début au Théâtre des Funambules et se lient d'amitié. Une jeune femme mystérieuse et séduisante, au nom de fleur, Garance, intervient dans leur vie. Alors que Baptiste, timide, n'ose lui déclarer son amour, Frédérick, plus déluré, en fait sa maîtresse. Mais Garance, impliquée malgré elle dans les crimes d'un certain Lacenaire, obtient la protection d'un noble, l'épouse et disparaît. Sept ans plus tard, Baptiste, devenu un mime célèbre, a épousé la fille du directeur du théâtre. Le retour de Garance provoque des incidents dramatiques.

Réalisée trois ans après les célèbres Visiteurs du Soir, cette fresque colossale de près de 3 heures constitue l'apogée du fameux réalisme poétique postérieur aux années 30 et dont le tandem Jacques Prévert - Marcel Carné est devenu l'archétype.
Ce film fut la production la plus prestigieuse entreprise en France sous l'Occupation (1943) et ne fut d'ailleurs achevée qu'après la Libération. Évocation d'époque remarquable de vie et de vraisemblance dans un grouillement de figurants et de décors habilement utilisés. La reconstitution du Boulevard du Crime est admirable. Les dialogues de Jacques Prévert sont parfaits et comportent de nombreuses répliques mémorables d'une saveur acide. Le jeu des acteurs, légendaires et passionnés, est exceptionnel et Barrault réussit de savoureux numéros de mime.
Incontestablement, Arletty est l'irradiante pierre de touche du récit : c'est autour d'elle que gravitent, en un ballet amoureux un peu désordonné, des hommes fascinés. Elle est devenue la "femme mythique" du cinéma français.
Et toujours, les Enfants du paradis s'impose, de sondage en sondage, comme "le" chef-d'oeuvre du cinéma français. Ce film culte est devenu "sacré" et "intouchable" comme peu d'autres œuvres du patrimoine cinématographique français.







Re: LES FILMS DE NOTRE ENFANCE
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 12 juin 2005 a 15:15

Wowowwww Superbe Anidavid,

Ca c'est la merveille des merveilles !!!!!!!!!

Un titre inoubliable !!!!!!

Cette reconstitution de tous ces tresors fera fureur sur Darnna !

Merci Place de France, Hassan, Anidavid et Kenza.

Bravo a Pichourin pour cette image que je reprends volontiers en l'occasion !







Re: LES FILMS DE NOTRE ENFANCE
Posté par: place de france (IP enregistré)
Date: 12 juin 2005 a 15:36

et voila pour gerard,qui adore sissi l'imperatrice,
dites moi des titres et je vous met le film.J'EN AI PLUS DE 1.000

bisous a toi gerard.









Re: LES FILMS DE NOTRE ENFANCE
Posté par: place de france (IP enregistré)
Date: 12 juin 2005 a 15:40

ENCORE









Re: LES FILMS DE NOTRE ENFANCE
Posté par: place de france (IP enregistré)
Date: 12 juin 2005 a 15:43

0
SOLY







Re: LES FILMS DE NOTRE ENFANCE
Posté par: place de france (IP enregistré)
Date: 12 juin 2005 a 15:46

.O
SOLY







Re: LES FILMS DE NOTRE ENFANCE
Posté par: anidavid (IP enregistré)
Date: 12 juin 2005 a 15:53

Dr. Jekyl et Mr. Hyde

Avec Spencer Tracey, Ingrid Bergman et Lana Turner.







Re: LES FILMS DE NOTRE ENFANCE
Posté par: anidavid (IP enregistré)
Date: 12 juin 2005 a 15:55

King Kong.
Qui ne se souvient pas du King Kong de notre jeunesse?







Re: LES FILMS DE NOTRE ENFANCE
Posté par: anidavid (IP enregistré)
Date: 12 juin 2005 a 20:09

Un Tramway nomme Desir.

________________________________________
Histoire d'une adaptation
Un Tramway nommé désir est l'adaptation sur grand écran de la pièce écrite par le dramaturge Tennessee Williams. Enorme succès populaire de l'année 1947 sur les planches de Broadway, elle révèle le comédien Marlon Brando qui reprend, à l'instar de la majeure partie de la troupe, son rôle sur grand écran cinq ans plus tard. Tennessee Williams, qui a activement travaillé au scénario du film, retravaillera avec Elia Kazan en 1956, officiant en tant que scénariste sur La Poupée de chair.


Vivien Leigh, qui souffrait de troubles de la personnalité, allait plus tard rencontrer de grandes difficultés pour distinguer sa vie de celle de Blanche Dubois.

La collaboration Kazan/Brando
Un Tramway nommé désir marque la première collaboration d'Elia Kazan avec l'acteur Marlon Brando.



Quatre Oscars au compteur
Un Tramway nommé désir a remporté quatre Oscars en 1952 : l'Oscar de la Meilleure actrice pour Vivien Leigh, celui du Meilleur acteur dans un second rôle pour Karl Malden, de la Meilleure actrice dans un second rôle pour Kim Hunter (également honorée du Golden Globe de la même catégorie) et des Meilleurs décors pour Richard Day et George James Hopkins.








Re: LES FILMS DE NOTRE ENFANCE
Posté par: anidavid (IP enregistré)
Date: 12 juin 2005 a 20:43

Les records des oscars

C'est louis B. Meyer, alors patron de la Metro Goldwyn Meyer (MGM), qui dans les années 20, pense à créer une association de l'élite créatrice d'Hollywood. De 36 membres en 1927, l'association grandit pour accueillir aujourd'hui plus de 5000 professionnels.

La première cérémonie des oscars (Academy awards) eu lieu le 16 mai 1929 à l'Hollywwod roosevelt Hotel. Les films qui concouraient étaient sortis entre le 1 août 1927 et le 31 juillet 1928.
Wings fut le premier film à gagner l'oscar du meilleur film.

Plutôt confidentiel au début, les oscars déchaînent vite la passion des médias. Dès 1931, la radio retransmet les moments forts de la soirée. Mais, il faudra attendre le 15 mars 1945 pour qu'ABC diffuse la cérémonie dans son intégralité. En mars 1953, la télévision (NBC) prend le relais. En 1967, la cérémonie des Oscars est retransmise pour la première fois en couleur.

Le film le plus récompensé est Ben Hur (sur 12 nominations - 1959) et Titanic (sur 14 nominations - 1997) à égalité avec 11 oscars.
Les suivants sont :
- Le dernier Empereur (1987) 9 oscars
- Gigi (1958) 9 oscars
- Le patients anglais (1996) 9 oscars
- Amadeus (1984) 8 oscars
- Autant en emporte le vent (sur 13 nominations- 1939) 8 oscars
- Cabaret (1971) 8 oscars
- Gandhi (1983) 8 oscars
- Tant qu'il y aura des hommes (1953)
- My flair lady (1964) 8 oscars
- Sur les quais (1954) 8 oscars

Cabaret est le seul film de cette liste a ne pas avoir reçu l'oscar du meilleur film.

Sans oublier bien sur West Side Story avec 10 Oscars ( 1961)
(Merci mille fois a Kenza de nous avoir rafraichi la memoire)





Re: LES FILMS DE NOTRE ENFANCE
Posté par: kenza (IP enregistré)
Date: 12 juin 2005 a 21:38

mon cher ANIDAVID
TU AS OUBLIE WEST SIDE STORY
TU DOIS SAVOIR LE NOMBRE D'OSCARS
JE L'AI VU AU CINEMA MEDINA A BAB MARRAKECH (ANNEE 60)

Re: LES FILMS DE NOTRE ENFANCE
Posté par: anidavid (IP enregistré)
Date: 12 juin 2005 a 23:11

Kenza,
Tu as tout a fait raison au sujet de West Side Story.
10 Oscars

Grands Mercis

Anidavid

Re: LES FILMS DE NOTRE ENFANCE
Posté par: anidavid (IP enregistré)
Date: 12 juin 2005 a 23:38

West Side Story

Tiré d'un spectacle à succès
Ce film est la transposition fidèle d'un spectacle de Broadway qui porte le même titre. Créé le 26 septembre 1957, West side story triomphe pendant trois ans au Wintergarden de New York. Les producteurs de la Mirisch Company en rachètent alors les droits en imposant Robert Wise comme réalisateur et en refusant de reprendre les artistes du spectacle.

Un Roméo et Juliette moderne
L'histoire de West side story est inspiré de Roméo et Juliette de Shakespeare. Jerome Robbins réfléchit à sa transposition dès 1949. Au départ, il veut opposer des Juifs et des Irlandais catholiques, puis il abandonne l'argument religieux pour celui de l'immigration en choisissant de mettre en scène un gang de Portoricains affrontant une bande d'Américains. Il colle ainsi à l'actualité, New York commençant dans ces années-là à connaître des affrontements ethniques. La scène chantée qui comporte le titre "Tonight" et réunit Tony et Maria est inspirée de la scène du balcon de Roméo et Juliette.

Un tournant dans la comédie musicale
Au début des années soixante, la comédie musicale hollywoodienne est en plein déclin à Hollywood. West side story va connaître un succès énorme en rompant complètement avec les codes du genre. La joie de vivre fait place dans ce film au drame, le mythe de l'American way of life est démonté en présentant les difficultés des immigrés portoricains à s'intégrer, et les séquences dansées représentent pour la plupart la violence avec laquelle deux gangs rivaux s'opposent.

La collaboration Bernstein/Robbins
Le chorégraphe Jerome Robbins et le compositeur Leonard Bernstein ont derrière eux une longue collaboration avant le tournage de West side story. Ils ont travaillé ensemble sur des films comme Un jour à New York en 1944 et sur des spectacles créés à Broadway tels que Fancy free (1944), Le Roi et moi (1951), Peter Pan (1954) et West Side story (1957).

Deux réalisateurs
Si Jerome Robbins est crédité en tant que réalisateur au même titre que Robert Wise, c'est qu'il a réglé les séquences dansées et chantées du prologue, de "America", "Cool" et "I Feel pretty". Les deux hommes ont travaillé en étroite collaboration même si Jerome Robbins n'a assisté qu'à une toute petite partie du tournage.

Les décors
L'équipe du film s'est installée pendant cinq semaines dans le West side de Manhattan (68e et 110e rues), notamment pour tourner la séquence dansée d'ouverture. Le reste a été réalisé dans les Studios Goldwyn à Hollywood.

Une production ambitieuse
Doté d'un budget de 6 millions de dollars, le tournage a commencé le 10 août 1960 et a duré six mois. Une production ambitieuse pour une comédie musicale.

Natalie Wood est Maria
Contrairement à son partenaire masculin Richard Beymer, Natalie Wood est une star internationale au moment où elle doit jouer dans ce film. Son rôle de Maria dans West Side story sera l'un des plus gros succès de sa carrière.

Un inconnu du nom de George Chakiris
Le comédien et danseur George Chakiris qui a interprété le personnage de Riff dans le spectacle de Brodway donné à Londres, est inconnu du public quand il décroche le rôle de Benardo dans ce film. Sa prestation lui vaut un Oscar du Meilleur second rôle masculin.








Re: LES FILMS DE NOTRE ENFANCE
Posté par: ETTEDGUI ALBERT (IP enregistré)
Date: 13 juin 2005 a 10:27

WEST SIDE STORY A ETE PROJETE A CASA AU CINEMA LYNX EN 70 M/M TOD-AO . SA PROJECTION A DUREE 4 SEMAINES A CASA. AUJOURD HUI IL EST DISPONIBLE EN DVD EN SON DOLBY DIGITAL 5.1 EN VERSION ANGLAISE ET FRANCAISE POUR LA ZONE EUROPE ( 2).
AMITIES ALBERT E
TOUS A MARRAKECH

Re: LES FILMS DE NOTRE ENFANCE
Posté par: anidavid (IP enregistré)
Date: 13 juin 2005 a 12:51

Pour qui sonne le glas.

Gary Cooper & Ingrid Bergman. 1943.

Un grand film, americain,

Robert est venu combattre pour la Republique espagnole. Il est charge de faire sauter un pont que gardent les fascistes. Il est conduit dans les montagnes a un petit groupe de republicains qui l'aidera. Le chef Pablo est peu combatif et c'est sa femme Pilar qui prend le commandement. Robert rencontre une jeune fille recueillie par Pilar, Maria. Entre Maria et Robert vont se derouler de breves et lumineuses amours. "Une fidele transposition du livre que nous croyons sans exemple dans les annales du cinema."







Aller à la page: PrécédentPremière...4567891011121314...DernierSuivant
Page courante: 9 of 33


Désolé, seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster sur ce forum.
Veuillez cliquer sur S'identifier pour vous enregistrer

   Rechercher sur
 

  Web    
Darnna

© 2008 Darnna.com - All rights reserved.

'