SOUVENIRS, SOUVENIRS... :  DARNNA.COM
Nostalgie du Maroc, nos voisins et amis d'enfance. Les differents quartiers ou nous habitions... 
Aller à la page: PrécédentPremière...120121122123124125126127128129130
Page courante: 130 of 130
LA COMMUNAUTE JUIVE DE MAZAGAN, MESSAGES et PHOTOS Chapitre II
Posté par: anidavid (IP enregistré)
Date: 02 mai 2018 a 15:00

Maurice Assedo et ses amis a Mazagan dans les annees 1950.

Maurice est le second a partir de la gauche.



Maurice & friends.jpg

LA COMMUNAUTE JUIVE DE MAZAGAN, MESSAGES et PHOTOS Chapitre II
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 06 mai 2018 a 16:53

Quelles belles photos et combien c'est triste que beaucoup ne sont plus.

Vraiment, ces photos sont le temoignage d'une periode qui semble finalement faite de beaucoup d'insouscience et de bonheur et cela malgre les tracas des guerres et souffrance dont ils n'ont pas ete epargnes tous.
Je crois que les informations nous arrivaient beaucoup moins et ce n'etait pas un point negatif.

Merci encore a Anidavid et a vous tous pour avoir place de si belles photos et longue vie et bonne sante a vous tous.

Darlett

LA COMMUNAUTE JUIVE DE MAZAGAN, MESSAGES et PHOTOS Chapitre II
Posté par: anidavid (IP enregistré)
Date: 30 mai 2018 a 16:04

Merci beaucoup
Et a vous deux je vous souhaite longue vie et bonne Sante ad meah ve esrim ke esrim.

David

LA COMMUNAUTE JUIVE DE MAZAGAN, MESSAGES et PHOTOS Chapitre II
Posté par: YONA (IP enregistré)
Date: 24 juin 2018 a 06:56

Bonjour a tous...Je suis inqiet!!
Que se passe t-il???
POURQUOI CE SILENCE???
Rien de grave j'espère!!
Bernard.

LA COMMUNAUTE JUIVE DE MAZAGAN, MESSAGES et PHOTOS Chapitre II
Posté par: anidavid (IP enregistré)
Date: 09 août 2018 a 17:59

Elie Acoca nous annonce le deces de sa chere soeur Raquel Margen nee Acoca, a Paris.
Ses obseques ont eu lieu Jeudi 9 Aout a Troyes.

Sinceres condoleances aux famille Acoca et Margen durement eprouvees par cette douloureuse perte.


Yehi Zikhrah Baroukh

Raquel est a l'extreme droite,en compagnie de feu son mari Elie Margen 2007

raquel margen.jpg

LA COMMUNAUTE JUIVE DE MAZAGAN, MESSAGES et PHOTOS Chapitre II
Posté par: anidavid (IP enregistré)
Date: 30 mars 2019 a 19:13

De tres bonnes nouvelles au sujet de la synagogue Chaar Hashamaim (Bensimon) a el Jadida et du Cimetiere Juif.

Grand merci aux responsables de cette belle initiative
et merci a Elie Acoca pour la communication.



Hier, j'ai reçu cette photo de la synagogue Bensimon.
Donc, la réalité prend forme, les travaux sont en cours.
Bravo pour cette belle initiative.
Sur Watsap, on m'a montré le cimetière.
Là aussi, j'étais bien surpris.
Des travaux ont été entrepris, et se poursuivent m'a t on dit.
On pouvait circuler entre le tombes !!!
Ce que je n'avais pas pu faire en mai de l’année dernière.
Je voulais partager avec vous ces nouvelles;
Amitiés,
liaho
syna Mazagan.jpg

LA COMMUNAUTE JUIVE DE MAZAGAN, MESSAGES et PHOTOS Chapitre II
Posté par: anidavid (IP enregistré)
Date: 15 septembre 2019 a 21:35

Réhabilitation en cours de la synagogue Bensimon à El Jadida

Par Mustapha Jmahri
Les travaux de réhabilitation de la synagogue Bensimon à El Jadida sont bien avancés. Alors que ce lieu était il y a encore quelques mois dans un état déplorable du fait du manque d’entretien et de l’usure du temps, il apparaît en bien meilleur état car aujourd’hui la restauration du bâtiment est presque terminée.
De temps en temps, des membres de la famille Bensimon y viennent en visite pour pouvoir ensuite témoigner de cette transformation en cours. Ainsi, le 26 août 2019, Harry Cohen Bensimon est arrivé à El Jadida en compagnie de sa fille Noah âgée de 9 ans pour faire un pèlerinage au berceau marocain de sa famille. Il a été très impressionné par la restauration profonde qu’a connue la synagogue familiale et il avait tenu à montrer à sa fille née aux USA la cité d’El Jadida et la vie paisible qui régnait au Maroc. La réhabilitation de la synagogue en était une preuve supplémentaire s’il en était besoin de cette bonne entente entre les communautés. Selon Harry « même l’Espagne n’a pas fait de même alors qu’elle avait une grande communauté juive dans le passé et on n’y trouve plus aujourd’hui que trois synagogues réhabilitées, (datant de la période pré-expulsion des Juifs d’Espagne au XVème siècle), une à Cordoba et deux à Tolède ».
D’ailleurs, Harry Cohen Bensimon, qui travaille dans le secteur des finances aux USA, précise qu’il venait en personne à cette synagogue jusqu’en 1991 et que son père Haron Cohen, qui n’a jamais quitté El Jadida, était l’un des derniers représentants de la communauté restés à El Jadida et ce jusqu’à son décès en 1991.
Rappelons que la famille Bensimon est considérée comme l’une des familles notables de la communauté juive de cette ville. D’ailleurs, à ce jour, l’une des rues de la cité ainsi que la synagogue portent son nom. En effet, c’est l’arrière-grand-père paternel, Nessim Bensimon qui, avec ses trois frères Messod, Abraham et Mordechai, ont bâti la synagogue probablement au début du XXème siècle et celle-ci fut dédiée en 1926 à la mémoire de la première femme de Nessim, Sulika, morte en couches et à Sarah, sa deuxième femme. Ce lieu de culte connu sous le nom de la « Synagogue Bensimon » s’appelle officiellement Sha’ar Hashamayim (les portes des cieux).
Marlène Bensimon, née à Casablanca, qui vient également de faire une visite à El Jadida et à la synagogue, témoigne enfin : « Nous avons une immense reconnaissance envers le Maroc auquel nous
restons tous très attachés malgré le fait que nous soyons à l’étranger. Je pense que tous mes coreligionnaires éprouvent les mêmes sentiments. De ce fait, nous sommes tous très nostalgiques ».

jmahrim@yahoo.fr

LA COMMUNAUTE JUIVE DE MAZAGAN, MESSAGES et PHOTOS Chapitre II
Posté par: gilou (IP enregistré)
Date: 16 septembre 2019 a 09:17

"la vie paisible qui régnait au Maroc,"

la paix qui règnait était le resultat du comportement des juifs qui
en payaient le prix fort en acceptant leur statut de dhimmmis aux droits
inexistants .




"Nous avons une immense reconnaissance envers le Maroc auquel nous
restons tous très attachés",c'est risible d'entendre une telle declaration
quand nous avons dû fuir un pays de crainte d'y subir le sort de nos coreligionnaires européens.Avoir la nostalgie de notre jeunesse est normal,mais le dire à nos enfants est une erreur.Et demain,dans les pays occidentaux nous resterons des exilés soumis au bon vouloir de ceux qui ne font que nous tolérer.Notre errance s'achèvera quand nous retourneront sur la terre de nos aieux .

LA COMMUNAUTE JUIVE DE MAZAGAN, MESSAGES et PHOTOS Chapitre II
Posté par: anidavid (IP enregistré)
Date: 10 décembre 2019 a 19:32

Salomon Assedo


Salomon Assédo qui aura 100 ans en 2020 reste un homme alerte et sympathique. Cet ancien instituteur à El Jadida est resté très vif d’esprit. Il a été heureux, comme il me l’a dit, de découvrir mes recherches sur El Jadida et de me recevoir chez lui dans la banlieue parisienne. Dès le début de notre rencontre, il m’a rapporté une anecdote amusante. Lors de sa jeunesse à El Jadida, il avait participé à un match de football opposant une équipe d’élèves juifs marocains et une autre d’élèves français, celle du collège de la ville. Francophile et francophone de la première heure, son objectif avait été en effet d’entrer au collège français, et, dès la première année, il fut sélectionné dans l’équipe des élèves, occupant le poste de gardien de but. A la mi-temps de ce match, un de ses amis lui demanda : « Assédo, dis-donc, tu es juif comme nous, laisse-nous marquer un but s’il te plaît ! » Et Salomon de répondre : « Je regrette, ce n’est pas sportif ».
Au-delà de cette anecdote, Salomon a toujours été attaché à son origine juive marocaine en n’oubliant pas que sa langue maternelle est l’arabe dialectal.
Salomon Assédo est né à Azemmour en 1919. Sa famille se composait de huit frères et sœurs. Le grand-père maternel de Salomon était propriétaire terrien près de Chtouka et cultivait du henné destiné principalement à l’exportation. Après sa mort, ses descendants, ruinés par la crise de 1929, perdirent leurs propriétés dont la plus importante fut achetée par un colon français nommé Caffin. Du côté paternel, son grand-père était marchand d’étoffes dans différents souks des Doukkala. La famille a d’abord habité rue du Commandant Lachèze, aujourd’hui avenue Moulay Abdelhafid, puis dans la rue Bensimon. Son père était également marchand de tissus dans les souks de la région, et son frère Habib était mécanicien au garage du Français Quercy.
Salomon Assédo, après avoir obtenu son CEP à Azemmour en 1932, s’inscrivit au collège d’El Jadida où il eut comme camarade de classe Abderrahmane Khatib, qui deviendra plus tard ministre de l’Intérieur au Maroc. Il eut comme professeurs : Mme Planas, Ardonceau, professeur de sciences et Lhuisset, professeur de maths. Après le collège, il devint instituteur à El Jadida en 1942 à l’école des filles de derb Hejjar. Il a également exercé dans d’autres villes : Oued-Zem, Casablanca et Tiznit, où il est resté quatre ans dans une école disposant de deux classes, dont l’une, pour les petits, était confiée à son épouse Marcelle. Il a aussi eu l’occasion de travailler dans le privé, en 1943 et 1944, comme comptable au siège de la Société Générale, avenue Mohammed V à Casablanca.
Salomon a fait également un passage dans l’administration du Protectorat. En effet, celle-ci fit appel à lui pour remplacer le régisseur-comptable du Contrôle Civil de sidi Bennour (70 km d’El Jadida) ; c’était au temps du contrôleur civil Husson, mais là Salomon n’est pas très sûr de ce nom. C’est là que notre ami s’est intéressé à un petit moussem juif qui se tenait près de la commune rurale de M’tal (30 km de sidi Bennour). Les pèlerins accédaient par une piste pour arriver à un endroit dit « Rabbi Aaron » où, selon la tradition, avait été enterré le saint, le Rabbi Aaron Cohen. Sur place, il n’y avait aucune tombe apparente, mais uniquement un emplacement vénéré, matérialisé par des pierres et entouré de quelques arbustes. A la hiloula (pèlerinage sur la tombe de saints personnages) les Juifs de Safi, d’Azemmour et d’El Jadida venaient y passer une dizaine de jours. Le transport se faisait en car ou en voiture jusqu’à M’tal, puis les chevaux, ânes ou mulets emmenaient les pèlerins sur la piste conduisant au moussem. Au niveau régional, Salomon n’a pu obtenir d’autres informations sur l’histoire de ce saint.
Pendant trois heures, Salomon, tout en fumant sa pipe, me parla de ses souvenirs d’Azemmour, d’El Jadida, de Casablanca et d’autres villes du Maroc où il avait exercé. Des moments heureux et d’autres moins. Comme cet épisode regrettable concernant son épouse qui était directrice d’un important établissement d’enseignement public marocain à Casablanca. En ce temps-là, le délégué de l’Education nationale était Si Mohammed Chiadmi, un Mazaganais que Salomon avait connu quelques décennies auparavant et avec lequel le couple entretenait d’excellentes relations. Le 11 juin 1967, le journal al-Alam publia un article qui, sans mentionner ses sources, rapportait « des propos calomnieux et injustifiés, non seulement sur les compétences professionnelles de Marcelle Assédo mais aussi sur sa propre personne ». Salomon affirme que l’information était bien sûr dénuée de tout fondement. Marcelle reçut de nombreux soutiens, celui du Délégué, ceux de la majorité des collègues du corps enseignant et de bien d’autres personnes. Malgré cela, étant donné la conjoncture de l’époque (cela coïncidait avec la guerre au Moyen-Orient), il décida à contre-cœur de quitter son pays pour aller vers la France. Il a vécu ce départ forcé comme un grand déchirement pour lui et pour sa famille. D’autant plus qu’il se considère toujours comme marocain et qu’il avait même appartenu au parti de l’Istiqlal quand il exerçait à Casablanca.
Avant que je ne le quitte, Salomon a tenu à m’expliquer pourquoi ses quatre pipes posées devant lui avaient chacune une pose différente et une utilisation précise. En fait, m’a-t-il dit, il existe une dizaine de formes de pipes et chacune a ses avantages et ses inconvénients, tout comme pour le tabac. Je garde de lui le souvenir d’un homme très attachant, toujours prêt à partager avec son visiteur son important florilège de grandes et petites histoires personnelles.






jmahrim@yahoo.fr
salomon assedo.jpg

LA COMMUNAUTE JUIVE DE MAZAGAN, MESSAGES et PHOTOS Chapitre II
Posté par: gerard (IP enregistré)
Date: 11 décembre 2019 a 07:53

Superbe , tres touchant ce resumé sur Salomon Assedo 100 ans, institueur de nombreux mazaganais, et le voir avec sa pipe à 100 ans!

LA COMMUNAUTE JUIVE DE MAZAGAN, MESSAGES et PHOTOS Chapitre II
Posté par: anidavid (IP enregistré)
Date: 30 mai 2020 a 04:24

Emile.jpg


C'est avec douleur que nous apprenons le deces au Havre de notre grand ami

Emile Elalouf (Alavi.)


A son epouse Danielle a droite sur la photo et a son fils nos plus sinceres condoleances.

Que son ame repose en paix pour l'eternite.


YEHI ZIKHRO BAROUKH

LA COMMUNAUTE JUIVE DE MAZAGAN, MESSAGES et PHOTOS Chapitre II
Posté par: anidavid (IP enregistré)
Date: 21 août 2020 a 17:40

C'est avec tristesse que nous apprenons le deces de Albert Elmoznio
survenu recemment a Casablanca.

Albert etait un homme droit et juste aime et apprecie de tous.
Que son ame repose en paix.

Yehi Zikhro Baroukh



Albert Elmoznino.jpg

Aller à la page: PrécédentPremière...120121122123124125126127128129130
Page courante: 130 of 130


Désolé, seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster sur ce forum.
Veuillez cliquer sur S'identifier pour vous enregistrer

   Rechercher sur
 

  Web    
Darnna

© 2008 Darnna.com - All rights reserved.

'