LE MAROC :  DARNNA.COM
Geographie, histoire, differentes villes du Maroc.  
Aller à la page: Précédent12
Page courante: 2 of 2
Re: Le General Oufkir
Posté par: Oiknine Léon (IP enregistré)
Date: 28 août 2005 a 15:31

L'auteur du livre de BABA SALE est edité par son fils Rabbi Baroukh et publié par son gendre Rabbi David Yehoudaiof et le titre est LE SABA KADICHA et dés que j'aurai scané le livre je publierai sur ce site la page..
Bien à toi. Léon Oiknine

Re: Le General Oufkir
Posté par: Oiknine Léon (IP enregistré)
Date: 28 août 2005 a 15:59

Page frontispice du livre








Re: Le General Oufkir
Posté par: Oiknine Léon (IP enregistré)
Date: 28 août 2005 a 17:25

la page couverture







Re: Le General Oufkir
Posté par: Oiknine Léon (IP enregistré)
Date: 29 août 2005 a 00:44

Merci Lionel/Babounet pour les précisions donnaient quant au role tenu par les personnes dans la conjuration de SKHIRAT et du géneral Driss Ben Omar, personnage qui avait une place importante dans le gouvernement de l'époque.

Léon 0iknine

Le colonel Oufkir
Posté par: Bint Bladi (IP enregistré)
Date: 28 avril 2006 a 16:09

Le Maroc et le Mossad

Des le debut des annees 60, le Maroc et les services secrets israeliens ont tisse des liens. Ils debuterent avec la question de l'exode des juifs marocains vers Israel pour s'etendre a une cooperation plus etroite.
L'histoire des relations entre l'un des services secrets les plus emblematiques du monde, le Mossad israelien, et le royaume cherifien remonte aux premieres annees de l'independance du Maroc. A l'epoque, Israel, polygone territorial faconne par les grandes puissances au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, recherche a tout prix des moyens de survivance dans un environnement arabe en ebullition et forcement hostile. L'Etat hebreu est conscient que son avenir depend avant tout de sa demographie et de sa capacite a entretenir des relations strategiques avec nombre de jeunes nations encore non-alignees. Le Maroc correspond aux desseins des sionistes.
Selon Agnes Bensimon, auteur du celebre a Hassan II et les Juifs ", c'est parce que les services secrets israeliens ont fourni des renseignements tres precis quant a un complot visant a tuer le prince heritier en fevrier 1960 que les relations entre le Maroc et Israel ont debute. L'historien Yigal Bin-Nun dement une telle version des faits. Pour lui, c'est en 1963 que la cooperation officielle entre les deux pays a commence.

Quel interet pour Hassan II ?

Les Israeliens avaient contacte Emile Benhamou, un ami d'enfance de Mohamed Oufkir, afin qu'il les fasse entrer en contact avec le chef des services de securite marocains. Apres plusieurs tentatives, la rencontre est finalement arrangee en fevrier 1963 chez Benhamou lui-meme, rue Victor Hugo a Paris, entre l'agent Yaakov Karoz et Oufkir. Les Marocains craignent qu'un membre de l'opposition ne se fasse passer pour un representant du Palais pour acheter des armes. Le Mossad confirmera plus tard qu'il s'agissait d'une fausse alerte. Les relations entre le Maroc et Israel deviennent des lors officielles. Hassan II craignait que son trone ne soit menace par le panarabisme. Il faisait mine de sympathiser avec la vague nasserienne qui submergeait le monde arabe ; en realite, il le faisait pour ne pas se laisser distancer par l'opposition. Selon Yigal Bin-Nun, le Roi a peut-etre voulu se rapprocher d'Israel parce qu'il etait attire par ce qu'on appelait alors le " miracle israelien ". Beaucoup etaient fascines par la capacite qu'avait eu ce jeune Etat a " fleurir le desert ", selon l'expression consacree. L'inexistence des relations israelo-arabes etait propice a un rapprochement entre le Palais et les dirigeants israeliens, d'autant plus que Ben Gourion avait decide d'opter pour la politique dite des Etats peripheriques : il fallait developper une ceinture d'Etats lointains mais conciliants.
L'intrusion du Mossad au Maroc s'est faite par des voyages clandestins de nombreux agents du Mossad et de leur chef Isser Harel, entre 1958 et 1960. Le premier eut lieu le 1er septembre 1958. Si les autorites marocaines eurent vent de sa visite, elles n'en laisserent rien paraitre, preparant ainsi le terrain a "l'accord de compromis" conclu entre le Palais et Israel favorisant l'exode des Juifs marocains. Plus tard, les officiers Oufkir, Dlimi et bien d'autres se rendirent clandestinement en Israel et des politiques et militaires israeliens firent durant de longues annees le chemin inverse.

Des liens ambivalents
Les archives nationales d'Israel regorgent de documents historiques qui retracent ces liens. Les Marocains auraient souvent demande aux Israeliens de les renseigner sur les Etats arabes favorables a un renversement de la monarchie alaouite. Israel aurait aussi soutenu le Maroc dans sa "Guerre des Sables" avec l'Algerie en livrant des blindes . Des officiers de Tsahal et du Mossad ont forme et encadre la jeune armee royale et les services de securite dont le celebre Cab-1, l'embryon de la DST. En retour, et malgre l'envoi de troupes au Golan juge "anecdotique", le Maroc n'a eu de cesse de normaliser l'existence de l'Etat hebreu aupres du monde arabe, en jouant par exemple un role capital dans l'accord de paix avec l'Egypte qui couta la vie a Anouar Sadate ou encore d'ouvrir a Rabat et a Tel-Aviv des antennes diplomatiques. Plus recemment, Israel aurait continue a aider "technologiquement" le Maroc au Sahara, notamment dans la securisation du Sud par la construction du Mur de defense, ceinture modernisee de la fameuse ligne Barleev experimentee dans le Sinai ou diplomatiquement via le lobby pro-israelien aux Etats-Unis.


Par Ines Bel Aiba (a PARIS) Younes Alami, Ali Amar & Aboubakr Jama




Oufkir et Israel
Posté par: Bint Bladi (IP enregistré)
Date: 28 avril 2006 a 16:19

Oufkir et Israel

Dans son livre Hassan II et les Juifs, Agnes Bensimon affirma que vers la fin decembre 1959 et au debut janvier 1960, le Mossad organisa plusieurs rencontres a Paris entre Oufkir et un diplomate israelien en fonction a Paris . Cette rencontre a ete rendue possible grace a des Juifs marocains, avec lesquels le colonel Oufkir entretenait de bonnes relations. Il s'agissait a son avis de David Amar, president du Conseil des Communautes Juives, de Robert Assaraf, collaborateur du ministre de l'interieur de l'epoque, Reda Guedira et surtout d'Elie Torjman le frere de lait d'Oufkir. Par la suite, le Mossad, aurait fourni a Oufkir des renseignements sur les comploteurs de fevrier 1960, et mis en garde le Palais contre un coup d'etat qui se preparait. La plupart des chercheurs considerent que le complot de fevrier a aussi servi de pretexte par le Palais pour sanctionner ses adversaires politiques afin de preserver l'hegemonie du pouvoir. Sur ordre de Mohamed V, Oufkir se serait rendu a cette epoque en Israel pour definir les modalites d'une cooperation entre les services secrets des deux pays. Ainsi commencerent, selon Bensimon, de fructueux contacts entre Oufkir et le Mossad.

Toujours d'apres Bensimon, les intermediaires qui servirent de passerelles pour etablir des negociations entre le roi et Tel-Aviv etaient Robert Assaraf et Sam Benazeraf, membre du PDI (Parti Democratique pour l'Independance) et ancien directeur de cabinet de Abdelkader Benjeloun lorsque ce dernier etais ministre de finances en 1956 et qui en 1961 occupait le poste de ministre du Travail et des questions sociales. Grace a ces deux intimes, explique Agnes Bensimon, le roi appris qu'Israel lui faisait des propositions dignes d'interet en vue de negocier le depart de la communaute juive. La deuxieme etape s'effectua entre Oufkir et le porte parole de la Misgeret le plus indique pour la circonstance Elie Torjman.

Selon l'historien israelien Yigal Bin-Nun, des relations entre les autorites israeliennes et le Palais marocain ne pouvaient en aucun cas avoir eu lieu en decembre 1959. a cette epoque Oufkir etait aide de camp de Mohammed V et Mohamed Laghzaoui etait directeur de la Surete Nationale. Une rencontre entre le chef du Mossad et du Shin Bet Isser Harel et le colonel Oufkir dans le domaine de l'immigration ne pouvait s'effectuer a cette date. Si non, comment expliquer la poursuite des operations clandestines du Mossad dans le domaine de l'emigration et aussi le naufrage du Pisces, bateau clandestin, et les arrestations qui en ont decoule.

Muni de ses sources, il affirme que l'accord entre les deux pays n'a ete conclu qu'en aout 1961, avec l'avenement de Hassan II. a cet accord de compromis precederent la mission de Bensalem Guessous a Jerusalem pour rencontrer le ministre des Affaires etrangeres Golda Meir en mars 1960 et les entretiens preliminaires entre Moulay Hassan avec Alexandre Easterman et Jo Golan, delegues du Congres Juif Mondial, en aout de la meme annee .

Le 27 fevrier 1961 Isser Harel avait adresse a son homme de confiance a Paris Ephraim Ronel, une lettre ou il evoquait l'emigration des Juifs du Maroc et l'attitude du Palais a cet egard: "En conclusion j'estime qu'il est souhaitable et envisageable de trouver un lien direct avec le nouveau monarque. Si nous creons ce lien, nous aurons besoin en premier lieu de lui fournir toutes les informations et les renseignements indispensables qu'il serait interesse a connaitre. Ses principaux ennemis, s'ils prennent le pouvoir, ne manifesteront pas une attitude positive " l'egard des Juifs de leur propre initiative. Ils y ont meme fait obstacle. Aujourd'hui, nous ne leur devons rien". Cette attitude, explique Bin-Nun, marque un virement dans la politique des israeliens, qui jusqu'alors avait entretenu des contacts assidus avec Ben Barka, apres que celui-ci demanda par l'intermediaire d'un delegue du Mossad a Paris, une aide militaire a Israel pour prendre le pouvoir au Maroc par la force des armes.

Encore a cette epoque, une ouverture d'esprit concernant l'emigration des Juifs Maroc suscitait de fortes reticences. Le journal de l'Istitqlal ecrivit en effet le 10 mai 1961: "l'emigration des Juifs marocains pour Israel devrait etre puni de mort car elle equivaut a un acte de haute trahison. La peine frappant 20 Juifs arretes alors qu'ils essayaient de quitter illegalement le pays et recemment condamnes a trois mois de prison par le tribunal de Nador, est insuffisant ".
Cette date d'octobre-decembre 1959 a ete reprise dans plusieurs publications, dont les livres de Rene Faligot et Remy Kaufer, Jacques Derogy et Hesy Carmel, Stephen Smith, Ahmed Boukhari et d'autres, qui tous citent le livre d'Agnes Bensimon, sans la nommer . Mais Yigal Bin-Nun est formel. Selon ses sources, un "accord de compromis" n'a ete conclu dans le domaine de l'immigration qu'en aout 1961. En outre, Robert Assaraf, Elie Torjman n'avaient aucun lien avec cet accord qui fut realise par l'intermediaire de deux personnalites juives locales : Isaac Cohen-Olivar et Sam Benazeraf et avec le concours de deux personnalites proches du Palais : le cousin du roi Moulay Ali et le ministre du travail Abdelkader Benjeloun.

Dans un hotel a Geneve, l'ambassadeur d'Israel a Paris, Walter Eitan, accompagne d'un emissaire du Mossad et du representant de l'Agence juive remirent le montant d'un demi million de dollars en especes a Moulay Ali et Benjelloun et s'engagerent a verser aux Marocains la montant de 250 dollars par emigrant qui serait autorise a quitter le Maroc a partir du 28 novembre 1961. Ainsi commenca l'Operation Yakhin dans le cadre de laquelle les Israelien evacuerent vers Israel jusqu'a la veille de la Guerre des Six jours, a l'aide de passeports collectives signes par le ministre de l'interieur Oufkir, un peu moins de 80 000 Juifs .
Mon pere appris avec retard les retombes pecuniaires de ce dossier. Il en fut scandalise. Il comprenait que le Maroc puisse tirer parti de l'operation mais seulement s'il beneficiait au developpement du pays. Ceci dit, pour moi l'attitude d'Hassan II envers les juifs dans le contexte de l'epoque non seulement pragmatique mais aussi audacieuse et courageuse. Quel dommage que ce geste politique fort a ete entache de vils profits. Neanmoins s'il y a une chose qu'on peut mettre a l'active d'Hassan II c'est bien sa politique exterieure, laquelle fut un exemple d'intelligence, d'anticipation, de realisme. Au cours de 38 annees de son regne, le roi a entretenu avec une finesse et un talent rares des relations internationale judicieuse et... hautement rentable. Elles furent la clef de sa longevite politique exceptionnelle.

Concernant les relations diplomatiques entre Israel et le Maroc, selon Bin-Nun, elles ne commencerent qu'en debut fevrier 1963. L'historien a reussi a identifier la personne qui a servi d'intermediaire entre Oufkir et le bras droit d'Isser Harel. Il s'agit du commissaire francais Emile Benhamou, ami d'Oufkir de l'epoque de leur service militaire en Algerie, qui plus tard representa son pays a l'Interpol. Cette rencontre s'effectua au domicile de la famille Benhamou a la rue Victor Hugo a Paris. Ce n'est qu'a cette date que debuta une cooperation etroite et assidue entre le Palais marocain et Israel dans divers domaines : la formation de la garde royal, les techniques du renseignement, la formation d'officiers, les projet d'irrigation et de cooperation rurale et autres.

L'historien israelien affirme aussi que le premier voyage d'Oufkir en Israel ne s'est effectue que le 3 janvier 1964. Les documents israeliens provenant du gouvernement et du Mossad sont unanime a affirmer : "Oufkir est incorruptible", ce qui ne fut pas le cas de plusieurs ministres et hauts fonctionnaires marocains qui ont travaille avec les emissaires israeliens. Quand a Harel, il n'a jamais effectue un voyage autorise au Maroc et n'a jamais rencontre Oufkir etant donne qu'il avait d'missionne de ses fonctions en mars 1963. Par contre, il avait effectivement effectue un voyage au Maroc en octobre 1959, a la suite de trois visites precedentes, mais tous ces voyages etaient clandestins, a l'insu d'autorites marocaines. Leur but n'etait que de verifier la securite de voies de departs clandestins du nord du Maroc .

A. Ben Simon, Hassan II et les juifs, Histoire d'une emigration secrete, pp. 129-131, 161-162.
Y. Bin-Nun, " La quete d'un compromis pour l'evacuation des Juifs du Maroc ", L'exclusion des Juifs des pays arabes, Pardes ne 34, (In press editions 2003)
R. Faligot & R. Kauffer, Les maitres espions, Histoire mondiale du rensegnement. tome 2, De la Guerre froide a nos jours. pp. 277. 290-291. J. Derogy & H. Carmel, Le siecle d'Israel 1895-1995 Les secrets d'une upopie, p. 538. A. Boukhari, Le secret, Ben Barka et le Maroc, un ancien agent des services speciaux parle, pp. 53-54, 103-105.
Ines Bel Aiba, Younes Alami, Ali Amar et Aboubaker Jamai, " Le Maroc et le Mossad ", Dossier, Le Journal Hebdomadaire, No167, (Casablanca, 3 au 9 juillet 2004)
Y. Bin-Nun, Les relations secretes entre le Maroc et Israel, 1955-1967, manuscrit et cycle de conferences au Centre Communautaire de Paris, 2004

Tire du livre de son fils Raouf Oufkir: Les invites, Edition de Poche J'ai Lu, Paris 2005, Edition revue et corrigee, pp.370-373.




Re: Le colonel Oufkir
Posté par: ahmed (IP enregistré)
Date: 11 mai 2006 a 12:44

MESSAGE DEPLACE a ecrit:
-------------------------------------------------------
> Auteur: hassanazdod
> Date: 25 August 2005 a 19:51
>
>
> LEON
> IL S AGIT DE DRISS BEN OMAR EL ALAMI TRES PROCHE
> DU PALAIS PLUSIEURS FOIS MINISTRE ET COMMANDANT DU
> CONTINGENT MAROCAIN AU CONGO ACTUEL ZAIR
> HASSAN
> LE VRAI ET FABULEUX OUFKIR LE VOICI
> ET DERRIERE LUI HASSAN 2 A CHEVAL
> UN DUO QUI A FAIT BEAUCOUP DE MAL AU MAROC ET AUX
> MAROCAINS
>
>
>
>


Salut Hassan,
On ne se connait pas suffisament car, quand j'ai pris le train Darnna en marche tu etais souffrant. C'est avec plaisir que je lis tes interventions interessantes.
J'ai decouvert ce topic en retard et j'aimerais en dire quelques mots.
Oufkir on le reconnait de dos ou de face pour l'avoir vu souvent. La photo est bien du Gale Driss ben omar qui a un peu les allures de feu Mohammed V.
Deux reflexions:
Je sais que c'est le Gale Driss ben omar qui eut conduit la guerre fracticide entre le Maroc et l'Algerie en 62. Il avait prepare un plan pour recuperer Tindouf et aurait dit a Hassan 2 quelque chose comme : "Majeste, laissez moi appliquer mon plan et les FAR ne s'arreterons qu'a Tindouf en 24 heures". Par contre je ne suis pas sur que c'etait lui qui ait conduit le contingent marocain en 76 pour la campagne du Shaba (Zaire) puisqu'il etait tres age a l'epoque. Je pense plutot au colonel Achehbar. Peut etre me trompe-je?????
Tu disais que le "duo Hassan2 et Oufkir a fait beaucoup de mal au Maroc et aux Marocains" et la je suis tout a fait d'accord avec toi.
Nos compatriotes juifs ne doivent pas juger de la valeur d'un homme qu'a travers ce qu'il pense ou comment il traite les juifs. Il est vrai que nos compatriotes juifs, hormis Abraham Serfati, n'ont pas souffert des annees de plomb, puisqu'ils etaient hors du pays.




Re: Le colonel Oufkir
Posté par: Oiknine Léon (IP enregistré)
Date: 14 mai 2006 a 04:27

Bonjour Ahmed,
j'avais commencé cette rubrique le 26 Aout 2005. Je vois que tu es bien informe sur le sujet des généraux, entre autre, OUFKIR, mais maleureusement HASSAN n'es plus dans ce site, meme si il a donne de ses nouvelles dernierement a Darlett. J'espere que tu feras en sorte pour qu'il revienne, car il n'a que des amis, lui et Arik a qui je souhaite aussi un retour.
Amities. Leon OIKNINE

Léon




Re: Le colonel Oufkir
Posté par: ahmed (IP enregistré)
Date: 15 mai 2006 a 00:55

Oiknine L?on a ecrit:
-------------------------------------------------------
> Bonjour Ahmed,
> j'avais commence cette rubrique le 26 Aout 2005.
> Je vois que tu es bien informe sur le sujet des
> generaux, entre autre, OUFKIR, mais maleureusement
> HASSAN n'es plus dans ce site, meme si il a donne
> de ses nouvelles dernierement a Darlett. J'espere
> que tu feras en sorte pour qu'il revienne, car il
> n'a que des amis, lui et Arik a qui je souhaite
> aussi un retour.
> Amities. Leon OIKNINE

Hassan, si tu nous ecoutes........




Re: Le colonel Oufkir
Posté par: MEMOIREANCIENS (IP enregistré)
Date: 11 novembre 2008 a 17:09

Bonjour Messieurs;
je m'adresse à vous car après de vaines recherches, je pense que vous êtes les seuls à pouvoir me renseigner grâce à votre mémoire .
Je voudrais savoir si quelqu'un d'entre vous, qui a vécu au maroc dans les années 70, se souvient d'un colonel dénommé Yafi, prénom El Miloudi, originaire de Settat. Je sais qu'il était dans le cercle Ababou.Il a été mis en résidence surveillée à Casablanca après le coup d'état de 72. Je ne sais pas si il était important ou quoi, si il a joué un rôle, et lequel; il y a prescription aujourd'hui, bien sûr. Je m'intéresse à cette histoire pour des raisons familiales. Merci beaucoup.

Aller à la page: Précédent12
Page courante: 2 of 2


Désolé, seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster sur ce forum.
Veuillez cliquer sur S'identifier pour vous enregistrer

   Rechercher sur
 

  Web    
Darnna

© 2008 Darnna.com - All rights reserved.

'