LE MAROC :  DARNNA.COM
Geographie, histoire, differentes villes du Maroc.  
Aller à la page: Précédent12345678910Suivant
Page courante: 8 of 10
LES CHEMINS DE FER DU MAROC ONCF
Posté par: tarzan (IP enregistré)
Date: 03 avril 2008 a 02:25

Bonsoir atoupry et mriziga,


Je vois que le métier de voleur,ne risque jamais d'être en chômage !!!!

Voir mon sujet:" LE LABYRINTHE " édition 2 avril.



EN OUTRE :


L'O.N.C.F. : Les trains rapides arrivent à faire des vitèsses de croisière de 160 k/h entre Casablanca-Rabat et Salé-Tabriquet-Kénitra.

Infos fournis par un agent de l'Office.



" T A R Z A N " ./.B*%_)C_+

LES CHEMINS DE FER DU MAROC ONCF
Posté par: atoupry (IP enregistré)
Date: 03 avril 2008 a 17:03

MRZIGA, tu as bien de la chance, j'avais les photocopies de tous mes documents, que j'ai montré au Commissariat, puis j'ai porté les mêmes documents avec la déclaration de vol etc.... je me suis faite jetée par une pétasse, qui m'a refusé tous les documents, j'avais même apporté le livret de famille de mon père, bref tout ce que le matin on m'avait dit de porter, la préposée n'était pas la même, elle m'a même crié devant tout le monde : si vous n'êtes pas contente des lois écrivez au Président de la République. c'est ce qui va arriver si on me refuse ma carte d'identité et prendre rendez-vous avec un médiateur. ce n'est pas la première fois que je me fais remballer. j'ai pourtant porté aussi le texte de loi qui dit: les personnes nés avant 1962 en Algérie sont française puisque jusqu'à cette date l'Algérie était Département français....à 74 ans alors que depuis 1964 je suis en France, que je montres la photocopie de la carte volée où il est dit que je suis Française.... je ne comprends pas cette attitude.
ce matin mon plus jeune fils, né en 1960 à RABAT, employé à la Mairie de Montpellier, m'appelle en catastrophe, on lui a rejeté sa demande de renouvellement de passeport pour cause : il vous faut un extrait de naissance de votre père (lui aussi né à ALGER en 1925) avec un certificat de nationalité de celui-ci. (mon mari est décédé il y a 4 ans)il a fait la seconde guerre mondiale en temps que Français.
mon fils a fait son service militaire en France... non il n'est pas français, né de père et de mère nés en Algérie. c'est un comble non.
Je me considère en ce moment comme "sans papiers, en situation irrégulière" drôle non!!!

LES CHEMINS DE FER DU MAROC ONCF
Posté par: Rick (IP enregistré)
Date: 03 avril 2008 a 21:32

Cher Tarzan, je te souhaite une bonne et joyeuse fête. RM

LES CHEMINS DE FER DU MAROC ONCF
Posté par: mriziga (IP enregistré)
Date: 04 avril 2008 a 11:50

Bonjour atoupry: Ma chère amie je ne serais te répondre, c'est à croire que ces préposés on leurs têtes. Moi une foie sa m'est arrivé de demander le renouvellement d'une carte d'identité que j'avais égarer et la seule piéce justificative que j'avais en main s'est un extrait de naissance et ma carte d'identité militaire du 3ème régiment de cuirassier et bien fugure toi que la personne à qui j'avais affaire ma tout refusé en me disant (la légion étrangére c'est Française et sa veut pas dire que tous les legionnaires sont Français), là franchement je me suis foutu de sa gueule et lui faire comprendre qu'il y a une difference entre la légion et les cuirassiers et que je demande de voir un superieur pour ne pas avoir affair à une personne ignorante et quant j'avais son chef en face on a eus des explications et il ma demander quant même un extrait de naissance de l'un ou l'autre de mes parent. l'aprés midi du jour même je lui est remis en personne un extrait de naissance de ma mére qui est une française et morte en 1952 a casablanca. Une semaine aprés j'avais ma carte. Un autre cas plus ABERRANT mon épouse et Française de pére et mére sauf qu'elle est née en algérie et bien avant 1962, pour le renouvelement de sa carte il lui on demander une photo copie de son certificat de nationalité Française, le même topo (foutre le bordéle et demander avoir affair à un superieur) et le tour et joué. Surtout ne te laisse pas intimidée et dit toi une chause au dessus des lois il y a des lois et ainssi de suite et comme on dit chez nous (ALLI MAÂNDOU BOUH AÂNDOU LALLAH).




LES CHEMINS DE FER DU MAROC ONCF
Posté par: tarzan (IP enregistré)
Date: 05 avril 2008 a 00:31

Bonsoir Rick,


Merci de m'avoir adrèsser ton souhaît,par la même occasion,en retour,je t'adrèsse le mien avec autant de bonheur et de santé pour cette fête de la St.Richard.

Le plaisir de te lire.

Je suis dans un cyber-café de Mèknès.(de passage).


" T A R Z A N " ./.

LES CHEMINS DE FER DU MAROC ONCF
Posté par: tarzan (IP enregistré)
Date: 10 avril 2008 a 17:08

MON RETOUR DE VOYAGE DE MEKNES :


Mardi 8 avril,journée ensoleillée,chaleur dépassant les 35°,le train n°130 venant de Féz.


Il est 15 h 29,le départ du train de la gare de Méknès Emir Abdelkader,par prudence je prend la 3éme voiture du train,sur les 12 voitures que contient cette rame.

Durant le voyage,la voiture ne dispose pas de climatiseur,le voyage est devenu pénible pour tous les voyageurs.

En arrivant à Casablanca à 18 h 45,je ne trouve nez à nez sur le quai,avec mon ami cadre des chemins de fer de Casablanca-Voyageurs,Mr.KHAIL.

Je lui ai avouer qu'il n'y avait pas de climatiseur.

Il me répondit :

En regardant la machine,il reconnait une locomotive 1300,qui n'a pas besoin d'avoir à couple le wagon-générateur.

Ce dernier était en queue du train,ce qui fait que le générateur n'était pas assez puissant pour fournir toute la climatisation aux 12 voitures.

Comme quoi,étant trop malin,pour avoir une place sûre dans le train,de m'installer dans les premiers wagons de tête,étant donner qu'à Fez,les voitures de queue et du centre se remplissent au départ de cette dernière.


" T A R Z A N " ./.<?M_)^%




LES CHEMINS DE FER DU MAROC ONCF
Posté par: tarzan (IP enregistré)
Date: 03 mai 2008 a 01:04

Bonsoir atoupry,


Je viens de voir une jolie photo d'une équipe sportive de Rabat en 1950,des 56 mt Haie d'une Toupry de l'équipe (S M ).

Et une autre photo d'une équipe de lanceur de disque,où on voit Mr.Toupry et son fils Henry Paul Toupry.

Mes félicitations pour ta famille sportive.


Si tu veux d'autres renseignements à ce sujet,tu pourras me contacter par M.P.


" T A R Z A N " ./._)^%

LES CHEMINS DE FER DU MAROC ONCF
Posté par: atoupry (IP enregistré)
Date: 03 mai 2008 a 14:33

hello TARZAN! quel plaisir en ouvrant la rubrique CFM, alors que je suis rentrée du Maroc que depuis le 1er Mai à14h.j'ouvrais la rubrique car j'avais promis de me renseigner au sUjet des permis de circulation pour les retraités CFM-SNCFC'et fait mais avant de vous apprendre ce qu'il en ait, je voudrais bien, car je ne retrouve aucune photos de moi que ce soit en sports ou à l'école, c'est un grand mystère,que tu m'adresses les photos que tu possèdes de moi(c'est bien moi la "championne de haies" et de bien d'autres disciplines de l'athlétisme,de basket en minime,de volleyball en corporatif(équipe des CFM)moins fortiche en tennis(CFM)je progressais rapidement, mais mon mari a fait erruption dans ma vie et ne m'a autorisée que les sports fait à la maison:la c uisine, le repassage,la lessive etc... et de temps en temps le sport en chambre LOL, LOL,en athlétisme juste avant mon mariage, j'avais été sélectionnée pour les jeux olympiques car sur les haies j'étais 7°performer de France et d'Outremer. il ne reste plus rien de mon allure d'athlète hi!hi!hi.souvenirs, souvenirs.
Plus sérieusement parlons des facilités de circulation en temps que retraités:
à LYON avant le départ: pas possible, nous n'avons que des conctacts cheminots pour l'Europe.
à RABAT,mes amies habitants toujours le Maroc elles ont les permis marocains et les permis français, va comprendre.
comme je suis pour l'égalité en toute chose, je me présente à la Direction générale ONCF, qui se trouve à RABAT-Agdal quartier ou je réside quand je vais au Maroc.
passage obligatoire au poste d'entrée(même les employés passent là)présentation de la carte d'identité que j'ai pas (mais c'est une autre histoire) je présente mon passeport, qu'on me garde, en échange on me colle un badge gros comme une carte postale. et on me dit d'aller vers un Mr je sais pas son nom.à chaque franchissement de porte on se précipite sur moi,on vérifie que j'ai bien un badge, où allez-vous, bien passez, prenez l'ascenceur....au 2°étage même chose, je suis examinée et questionnée; j'arrive enfin devant un personnage qui lève à peine la tête: que voulez-vous? j'explique. ah!non, pas possible, vous n'avez pas fini votre carrière ici...je rétorque que mes amies qui n'ont pas fini à RABAT, mais finià la SNCF et revenues habiter le MAROC y ont le droit!!!etc.....où est le problème!!!
il décroche le bigophone: 10 mn de blablabla, car son interlocuteur, lui disait que même si je n'avais qu'une année aux CFM j'y avais le droit.
j'ai la tête toute retournée, me dit-il, de toutes façons vous savez c'est long pour faire des papiers, vous auriez du écrire de la France au Directeur. voilà un papier une enveloppe, un crayon, faites une réclamation, sur ce il me conduit dans le bureau d'à coté: 6 hommes sont assis(qui fument comme des pompiers) je fais une demande(pas une réclamation) en mon nom et au nom de vous tous retraités des CFM et SNCF,que pouvons-nous espérer? à quel moment faut-il demander nos droits?
Je retourne dans le premier bureau, le personnage examine ma lettre et me dit: n'espérez pas une réponse immédiate, il y a un circuit pour le courrier, donnez-moi vos coordonnés(pas ceux de RABAT) ceux de FRANCE, adresse personnelle, téléphone adresse e.mail.et me redit: ne soyez pas pressée....rigolez les amis, c'est mieux que de pleurez; TARZAN, merci je te donne mon adresse e.mail en privé.

LES CHEMINS DE FER DU MAROC ONCF
Posté par: tarzan (IP enregistré)
Date: 04 mai 2008 a 00:23

Bonsoir atoupry,

Bien reçu ton adrèsse é-mail,que je t'en remercie.

Tu sais pour ma demande de carte de réduction de chemin de fer de l'O.N.C.F à la gare de Casablanca-Voyageurs,ils m'ont dit de faire une demande à Rabat.

A tout hasard,je me rend à la gare de Casablanca-Port,le préposé du guichet me dit :

Il vous faut fournir une photocopie de l'attèstation de retraite de la C.N.S.S.
Une photocopie de la carte de Séjour(valable)

deux photos d'identité

et 50 Dirhams

La carte de réduction est valable cinq ans.

Mais là où la carte de réduction m'a été délivrée(CASA-PORT),je n'ai pas le droit de prendre les trains de cette gare,alors qu'à CASA-VOYAGEURS,là où ils ne veulent pas me délivrer la carte de réduction,je peux allégrement prendre tous les trains que je veux,de jour et comme nuit.

Atoupry,qu'est ce que tu comprends par-là ??????

" A NE RIEN COMPRENDRE !!!!!! ".


" T A R Z A N " ./._)B*%:clap:

LES CHEMINS DE FER DU MAROC ONCF
Posté par: mriziga (IP enregistré)
Date: 05 mai 2008 a 14:20

Bonjour Tarzan:

On dit que l'administration française c'est le bordelle, mais ci je comprend bien l'administration marocaine c'est encor pire, quoique ça se comprend les français sont passaient par là, sauf qu'il n' y avait pas des coups de pistons.

LES CHEMINS DE FER DU MAROC ONCF
Posté par: tarzan (IP enregistré)
Date: 08 octobre 2009 a 19:22

Bonsoir tous les Darnneurs et Meskellil,


Merci pour tes bélles photographies des gares d'Oujda et de Chebbabate,qui sont émisent sur ma rubrique"HISTOIRE DU TRANSPORT AU MAROC".

Tu pourras en éffet par la suite,faire des photos et de les éméttres sur cette même rubrique,qui concerne les Chemins de Fer du Maroc et toutes ses histoires.


" T A R Z A N " +$%

LES CHEMINS DE FER DU MAROC ONCF
Posté par: Le DPM (IP enregistré)
Date: 10 octobre 2009 a 16:48

Bonjour

Je suis tombé par hasard sur votre site où j'ai vu que les chemins de fer à voie 0,60 semblaient poser beaucoup d'interrogations à certains d'entre vous.
Je suis l'auteur de plusieurs guides sur le Maroc (www.extrem-sud.com). Voici les textes qui sont passés dans le tome 4 du guide 4x4 Pistes du Maroc à travers l'histoire consacré à l'Oriental.

L’ancienne ligne de chemin de fer à voie étroite (0,60 m)
La stricte interprétation de l’accord franco-allemand de 1911, qui interdisait à la France la construction de toute voie ferrée commerciale avant la mise en adjudication et le commencement des travaux de l’ensemble de la ligne internationale de Tanger à Fès, traversant une zone d’insécurité qu’il appartenait à l’Espagne seule de pacifier, la guerre ensuite, retardèrent l’ouverture de ce réseau à voie normale, dont les grandes lignes avaient été cependant fixées en 1913. Pour assurer le transport des troupes et des marchandises destinées au corps d’occupation, la France fut donc conduite à établir activement, dès 1912, un chemin de fer provisoire à voie de 0,60 m, seul autorisé par les conventions diplomatiques. Comme il était question d’envisager la jonction des troupes du Maroc oriental avec celles du Maroc occidental et d’investir Taza, en quelques mois, se substitua, aux charrettes espagnoles (arabas) du train des équipages qui assuraient péniblement et lentement le ravitaillement des troupes d’opération et des civils, d’Oujda à Guercif, une voie ferrée étroite de 0,60 mètre, construite par le Génie militaire. Vers la fin de 1913, le train qui desservait Guercif en provenance d’Oujda mettait un jour et demi pour parcourir 160 kilomètres. Cette voie étroite, qui sera utilisée dans tout le Maroc, aux besoins de la pacification, fut rapidement prolongée, au printemps de 1914, jusqu’à Mçoun, nouvelle base d’opération vers Taza. L’année 1914 apporta des changements au Maroc oriental; le 10 mai ce fut la prise de Taza avec la jonction des deux Maroc. La voie étroite prolongée joignit Oujda à Taza. Exclusivement réservé, au début, aux besoins militaires, il put être mis à la disposition du public en 1915 (la guerre ayant libéré la France de l’hypothèque allemande) et jouer de ce fait un rôle important dans le développement économique des régions desservies. Mais ce réseau à voie étroite, dont les lignes ont dépassé un moment 1900 kilomètres de longueur, ne présenta plus ensuite qu’un intérêt historique. C’est au cours des années suivantes que débuta la construction des lignes à voie normale; le rôle de la voie de 0,60, au cours des opérations militaires de la guerre du Rif, ne fut pas diminué pour autant. De nombreuses troupes furent envoyées d’Algérie avec leur matériel; la ligne à voie étroite fut leur unique moyen de transport entre Oujda et Taza (230 km) et aussi, pour bon nombre d’entre elles, entre Taza et Fès (170 km). En 1920, la fin des hostilités avait amené un grand soulagement et la reprise des activités et des grands projets. On construisit par tronçons la route Oujda-Guercif; mais ce fut toujours la voie ferrée qui assura l’essentiel du trafic : outre le ravitaillement, la ligne desservait régulièrement les civils pour la colonisation et les militaires pour la réduction de la “tache de Taza”. Le petit “tacot” fut obligé de faire de gros efforts en effectuant d’une seule traite le trajet Oujda-Guercif, au lieu de passer la nuit à Taourirt. En effet, la ligne avait besoin rapidement de matériel, car après la fin de la pacification de la Moulouya, un embranchement de la voie de 0,60 avait été mis en chantier en direction de Midelt (290 kilomètres). Guercif, tête de ligne, avait un dépôt de machines, et il fallut construire une centaine de logements pour autant de familles des Chemins de fer militaires du Maroc. En 1921, le réseau comprenait une ligne continue de 1023 kilomètres joignant Oujda à Marrakech, avec une antenne de 131 km, remontant la Moulouya et une de 133 km, sur Oued Zem, susceptible de desservir les futures installations d’extraction des phosphates. Les opérations de 1926 entreprises pour la réduction de la tache de Taza utilisèrent à plein l’embranchement de la Haute Moulouya, prolongé jusqu’à Missour (à 180 km Sud de Guercif), et l’embranchement de Ahermoumou (42 km), l’un aboutissant au Sud-Est, l’autre au Nord de la région à investir. Enfin, sur le front occidental des opérations, contre les Beni Zeroual et les Beni Mestara dissidents, la voie de 0,60 offrit une aide inestimable. En 1932, la voie normale remplaça la voie étroite sur le tronçon Oujda-Guercif et en 1934, le rail à voie normale relia définitivement Marrakech à Tunis. En 1935, la voie de 0,60 reliant Guercif à Midelt fut supprimée comme toutes les voies étroites du Maroc.

Guercif
Le poste de Guercif, créé en 1912, est l’oeuvre du colonel Bavouzet, commandant le 1er Régiment Étranger, dépendant de la colonne Alix, arrivée des Confins algéro-marocains. Guercif eut beaucoup de mal à attirer les colons; les premiers installés ne tardèrent pas à constater que la pluviométrie y était insignifiante et les terrains argileux. Dès l’annonce des futures opérations sur Taza, les colons attendirent avec impatience d’aller mettre en valeur les bonnes terres de cette région encore inconnue, mais sur laquelle ils avaient de si bons renseignements.
La construction de la ligne de chemin de fer à voie étroite reliant Guercif à Oujda permit quand même un développement local, surtout avec la présence militaire. En 1914, c’est la jonction des deux Maroc avec l’installation de la France à Taza. Après la guerre, Guercif connaît encore une période de grande activité avec la réduction de la “tache de Taza” puis la guerre du Rif. A compter de 1932, commence la “décadence” : une partie du personnel d’administration quitte Guercif. En 1934, la jonction Fès-Oujda par chemin de fer à voie normale réduit l’importance des gares intermédiaires et supprime le trafic des cars de la C.T.M. En 1935, la voie de 0,60 de Midelt est supprimée comme toutes les voies étroites du Maroc; Guercif perd, d’un seul coup, une centaine de familles de cheminots. La même année la garnison est déplacée; le camp de la Redoute est seulement gardé par quatre mokhaznis. Le commerce local est si touché que bon nombre de commerçants quittent le pays...

Le chemin de fer des mines de Bou Arfa, voie de pénétration vers le Sud
En 1926, la Société des Mines de Bou Arfa, désireuse de commencer rapidement l’exploitation de ses gisements, songeait à se relier à la voie ferrée la plus proche, en l’espèce, la voie algérienne d’Oran à Colomb-Béchar. Le gouvernement marocain, soucieux de conserver sur son territoire les produits de ces mines, décida d’entreprendre la construction d’une voie ferrée qui serait considérée comme chemin de fer d’intérêt général jusqu’à Berguent et comme chemin de fer minier de Berguent à Bou Arfa. Le dahir de concession est du 12 avril 1927, la ligne envisagée est une voie de 0,60. Mais au cours des études, il est apparu qu’une voie étroite risquait de devenir rapidement insuffisante en raison des possibilités de trafic que l’on avait reconnues, et le 25 juin 1927, un nouveau dahir décidait la construction du chemin de fer avec voie de 1,05 m, c’est-à-dire avec le même écartement que les voies de l’Oranie voisine.
A cette époque, la question du Transsaharien fut posée en France, en Algérie et au Maroc avec une acuité particulière. Pour des esprits avertis, il apparut qu’un des meilleurs tracés possibles pour cette voie d’intérêt national passait précisément par Oujda et Bou Arfa. D’autre part, la découverte du gisement de charbon de Jerada donnait au Protectorat des espoirs nouveaux. Aussi, par dahir de décembre 1928, la transformation de la voie étroite en voie normale de 1,44 m fut décidée et la construction du chemin de fer poussée activement. Prenant naissance à Beni Oukil, à 16 km d’Oujda sur la ligne de Fès, la pose de la voie, commencée le 27 novembre 1929, arrivait à Berguent le 20 mai 1930 et à Bou Arfa le 2 février 1931. A l’origine, la voie était prévue pour aller jusqu’à Bou Denib.
Le manganèse de Bou Arfa ne fut cependant qu’à demi-désenclavé, puisqu’il ne pouvait encore toucher la mer qu’à... Oran. Cette infrastructure d’évacuation reflétait la dépendance de la région vis-à-vis de l’Algérie française. Outre la route Casablanca-Oujda-Algérie et la grande ligne ferroviaire Casablanca-Tunis, le réseau des voies de communication se réduisait donc à un système de pénétrantes économiques. Alors que de Guercif une route et une ligne ferrée militaire à voie étroite avaient été implantées en direction de Missour et Midelt, d’Oujda, point de convergence des voies, se détacha vers le Sud une voie ferrée vers Bou Arfa, prolongée par le “Méditerranée-Niger” jusqu’à Colomb-Béchar en1941, puis Kenadsa, en 1948, amorce d’un transsaharien initialement projeté, avec un embranchement sur Jérada à partir de 1953 pour le transport du charbon. Vers le Nord, depuis 1935, un tronçon reliait Oujda au port de Nemours (Ghazaouet) à 60 km, en territoire algérien, véritable exutoire régional. Par la route Figuig-Oujda parallèle à la voie ferrée Bou Arfa-Oujda, l’Oriental exportait ainsi vers l’Algérie et la France à la fois le charbon de Jerada, le plomb et le zinc de Boubker-Touissit, le manganèse de Bou Arfa, l’alfa (vers l’Angleterre pour la pâte à papier), le bétail et des produits et denrées diverses comme la laine, les peaux, les céréales, les dattes, etc. Après l’Indépendance, les problèmes politiques occasionnant de fréquentes fermetures de la frontière ont placé l’Oriental dans une situation d’enclavement l’obligeant à réorganiser ses flux d’échanges vers le Maroc “intérieur”. L’axe Algérie-Oujda-Figuig, autrefois vecteur de pénétration économique et d’exportation, devint une pure et simple voie marocaine de déplacement frontalier entre le Nord et le Sud.
Cette ligne a été remise depuis peu en service pour un train touristique qui circule plusieurs fois par an d’Oujda à Bou Arfa.

Tous ces renseignements sont faciles à trouver dans les différents centres d'archives en France :
- Archives de l'Armée au fort de Vincennes
- Archives d'Outre-Mer à Aix en Provence
- Archives des Protectorat à Nantes.
A noter que j'ai vendu aux archives de Nantes une collection de cartes postales anciennes dont certaines représentaient quelques trains (chargés de militaires) de ces lignes à voie de 0,60, de la construction des ponts et des gares en service à l'époque.
Avant d'avancer une réponse dont on n'est pas sûr, il vaut mieux consulter ces archives...
Le problème est qu'il faut se déplacer.
Merci de votre attention.
Bien cordialement.

LES CHEMINS DE FER DU MAROC ONCF
Posté par: tarzan (IP enregistré)
Date: 10 octobre 2009 a 20:19

Bonsoir tous les darnneurs et Le DPM,

Merci ce cette longue éxplication des installations férroviaires Marocaines.

J'ai bien apprécié toute la documentation et les parcours de la construction des Chemins de Fer.


" T A R Z A N " ./.+$%

LES CHEMINS DE FER DU MAROC ONCF
Posté par: Meskellil (IP enregistré)
Date: 11 octobre 2009 a 08:28

Fès-Oujda;arrêt à la gare de Oued-Amlil(40 Km à l'ouest de Taza)

LES CHEMINS DE FER DU MAROC ONCF
Posté par: tarzan (IP enregistré)
Date: 13 octobre 2009 a 23:36

Bonsoir tous les Darnneurs et Meskellil,


Tu parles d'OUED AMLIL ?????

Dommage que le train ne s'arrête pas pour 30 minutes comme à Sidi-Kacem ?????

Car dans la nuit,on sent l'odeur de brochèttes à plusieurs kilomètres avant d'arriver à cette fameuse localité,tant elles sont bonnes !!!!!!

Aucun conducteur ne peut résister à ne pas s'arrêter dans cette halte de routier,sans que son estomac crie "au secours" J'ai faim !!!!!

Je crois savoir que c'est le "plus grand restaurant" du Maroc !!!!!

Avec ses plusieurs étalages où se trouvent des quantités d'autocars et de camions sur plusieurs centaines de mètres.


" T A R Z A N " ./.+$%

Aller à la page: Précédent12345678910Suivant
Page courante: 8 of 10


Désolé, seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster sur ce forum.
Veuillez cliquer sur S'identifier pour vous enregistrer

   Rechercher sur
 

  Web    
Darnna

© 2008 Darnna.com - All rights reserved.

'