LE MAROC :  DARNNA.COM
Geographie, histoire, differentes villes du Maroc.  
Aller à la page: Précédent123Suivant
Page courante: 2 of 3
DEMNAT, paradis perdu...
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 27 janvier 2008 a 02:17

Encore une vue aerienne de cette petite agglomeration

Photo Arrik Delouya



DEMNAT, paradis perdu...
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 27 janvier 2008 a 04:43

La fontaine du Mellah de Demnate




DEMNAT, paradis perdu...
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 27 janvier 2008 a 04:43

Une vue generale sur l'ancien cimetiere de Demnate ou
30 % de la population etait juive.





DEMNAT, paradis perdu...
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 27 janvier 2008 a 04:46

Une vue plus rapprochee...
Les tombes sont eparpillees au milieu de la verdure.

Un entretien serait necessaire...



DEMNAT, paradis perdu...
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 27 janvier 2008 a 04:47

On discutte de tout cela et peut-etre qu'une solution sera trouvee ?

Les notables avec Arrik en casquette a droite.









DEMNAT, paradis perdu...
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 27 janvier 2008 a 04:52

Encore une vue du cimetiere avec la muraille qui entoure...




DEMNAT, paradis perdu...
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 27 janvier 2008 a 04:59

Evidemment, il y avait aussi une synagogue dans ce Mellah

mais il ne reste que le souvenir de son emplacement...








DEMNAT, paradis perdu...
Posté par: Arrik (IP enregistré)
Date: 29 janvier 2008 a 21:06

Citation:
darlett
Suite a une recente visite dans cette region, Arrik Delouya a fait une serie de photos nous permettant ainsi de connaitre quelque peu cette region ou vecurent pour certains d'entre nous, nos ancetres, en bonne entente, suivant le temoignage ci-dessus du Vicomte Georges de Foucault.
Comme le temoignent ces photos, il y avait a Demnate une trentaine de familles juives et on y retrouve les vestiges d'un Mellah avec son ecole de l'AIU, sa synagogue, un cimetiere juif et quelques portes et maisons ayant appartenues dans un passe proche-lointain, a des familles juives.

Voici l'entree du Mellah tel qu'elle fut photographiee
la semaine derniere


Merci Arrik Delouya



J'ai photographié cette porte du café qui se trouve en face, à la porte principale du Mellah, le Mardi 22 jANVIER 2008
Bises
Arrik




DEMNAT, paradis perdu...
Posté par: Arrik (IP enregistré)
Date: 29 janvier 2008 a 21:08

J'étais en mission sur le terrain le 22 Janvier dernier 2008 en compagnie de Jacky Kadoch qui est le préisdent de la communauité juive de Marrakech-Essaouira pour négocier la restauration du cimetière juif de Demnate

Bises
Arrik




DEMNAT, paradis perdu...
Posté par: Arrik (IP enregistré)
Date: 29 janvier 2008 a 21:09

Citation:
darlett
Evidemment, il y avait aussi une synagogue dans ce Mellah
mais il ne reste que le souvenir de son emplacement...





Trop tard ! Sommes arrivés trop tard pour reconstruire cette vieille syna à Demnate au coeur du Mellah

Arrik




DEMNAT, paradis perdu...
Posté par: Arrik (IP enregistré)
Date: 29 janvier 2008 a 21:15

Citation:
Arrik
Citation:
darlett
On discutte de tout cela et peut-etre qu'une solution sera trouvee ?
Les notables avec Arrik en casquette a droite.






Sommes ici avec le Pacha et le Maire de la Ville de Demante, devenus amis et avec lesquels nous mettons sur pied une nouvelle coopération à double sens, nous essayons à travers l'aide de notre association des Permanances du judaisme marocain de erstaurer l'école de Demnate qui a été celle de l'AIU, nous faisons une étude de faisabilité humaine avec une visibilité financière et économique pour le développement du toursime local, et les autorités aideront nos doctorants juifs et musulmans à leur ouvrir les porte pourles interviews auprès de la population locale ancienne sur le mémoire juive e répondant à la sempiternelle question des Demanatis : "Pourquoi les Juifs sont-ils partis ? "

Bises
Arrik

Abderrahim Jouhadi Pacha de la Ville de Demnate, Maroc
Hassan Agourram Maire de la Ville de Demnate et ancien député
Signé Arrik




DEMNAT, paradis perdu...
Posté par: Arrik (IP enregistré)
Date: 29 janvier 2008 a 21:16

Citation:
darlett
La fontaine du Mellah de Demnate




Cette fontaine s'appelait et s'appelle encore "Skaiya"

DEMNAT, paradis perdu...
Posté par: Arrik (IP enregistré)
Date: 29 janvier 2008 a 21:17

Darlett tes un chou d'avoir posé ces photos, j'en étais incapable, tbkaa aissa




DEMNAT, paradis perdu...
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 06 février 2008 a 08:14

Au sujet de l'ecole de l'Alliance qui se trouvait a Demnate,

voici une photo ancienne d'une classe

Il s'agit de Jacob Kaplan, grand rabbin de France, en visite à l’école de Demnate au Maroc (sans date).


DEMNAT, paradis perdu...
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 09 juillet 2008 a 22:34

Visite à Demnate
16 Mars 2008







Par Josiane Mayer née Assouline de Marseille
(Originaire du Maroc et vivant en Israël)
Membre de l’Association « Permanences du Judaïsme Marocain »

Texte transmis par Arrik Delouya que je remercie




La route Marrakech - Demnate traverse quelques villages très modestes dont les petits commerces et habitations s’alignent à proximité du trafic. Une fontaine publique, quelques ânes montés ou chargés, peu de circulation, des moutons paissant. Plus loin, se dessinent les premiers contreforts de l’Atlas aux sommets enneigés perdus dans la brume de ce jour caniculaire. Nous dépassons la petite route qui mène au Saint David Drâa. Quelques kilomètres plus loin, Hassan nous désigne un mausolée à quelques dizaines de mètres de la route. C’est le Saint Yaakov Nahmias appelé par les Musulmans Moul Almoy.

A l’entrée de Demnate, les voitures stationnées, la foule qui se presse nous laisse entrevoir le Souk du Dimanche où nous repasserons en fin d’après-midi. Nous traversons Demnate, petite ville depuis longtemps sortie de ses remparts. Petites échoppes, maisons modestes, cafés où les hommes discutent en ce dimanche matin. Nous nous arrêtons dans un café, celui de l’ami de Hassan, Abdelkarim. Tous deux nous désignent un mur rose brique, juste en face du café. C’est la maison de Yaquot, la dernière juive de Demnate. On ne voit que l’étage supérieur qui dépasse du mur, vieille bâtisse mal entretenue dont les volets sont clos. Elle est restée dans la maison que ses parents avaient achetée à des religieuses dans les années 40( ?).

Hassan nous dit qu’il s’agit en fait de 2 maisons au milieu d’un grand jardin qui fut magnifique mais qui n’existe plus aujourd’hui. Nous attendons Yaquot. Elle doit arriver dans quelques minutes. Impossible de faire la différence entre les Musulmanes et Yaquot. En tout cas pour nous. Elle n’a que 55 ans mais semble plus âgée. Corpulente, vêtue d’une longue jupe et de plusieurs couches de chandails malgré la chaleur, la tête enserrée dans un turban, chaussée de gros chaussons de laine rouge, se déplaçant avec peine…elle s’approche de nous , nous embrasse avec chaleur puis s’assoit à notre table.

Dans son visage vieilli, les yeux démentent le reste de la physionomie, ils sont pétillants et intelligents. Elle parle l’arabe, le berbère, le français, l’hébreu. Je la filme quelques minutes en lui posant des questions. Elle semble avoir beaucoup de connaissances, sans doute peu ordonnées et qui sont le résultat de sa grande solitude, d’après Abdelkarim.

Il dit qu’elle a beaucoup lu car elle vit seule depuis tant d’années. Elle se joint à nous dans la voiture et nous prenons la direction de Sidi Nasser UmHasser.

Un peu au dessus de Demnate, nous nous arrêtons pour contempler la petite ville depuis les hauteurs. Hassan nous situe au loin l’emplacement du cimetière juif.

Nous roulons encore 2 ou 3 km et arrivons au Pont Naturel de Um Hasser. Là, l’Oued a creusé de formidables gorges dans lesquelles nous descendons par un escalier aménagé. Au dessus des gorges, se dresse un pont naturel, merveille de la nature sur lequel la route passe quelques 200m plus haut.

Nous remontons sur la route et malgré la chaleur, Yaquot insiste pour que nous descendions de l’autre côté du Pont jusqu’au cours d’eau afin de nous montrer l’emplacement du Saint appelé par les Musulmans Sidi Nasser Um Hasser et par les Juifs Um Hasser (de l’eau en berbère).

Arrivés en bas, Yaquot nous désigne une petite résurgence, sous un gros rocher à quelques mètres du lit de l’oued. C’est ici nous dit-elle. Puis elle avise 2 hommes assis à l’ombre d’un olivier et leur emprunte une timbale de plastique qu’elle remplit et qu’elle boit en premier avant de nous la tendre l’un après l’autre. Françoise d’abord, puis moi, Hassan et enfin Abdelkarim.

Elle veille à ce que nous en avalions jusqu’à la dernière goutte.
« Buvez et faites un vœu, le Saint l’exaucera » Depuis de nombreuses générations, les femmes musulmanes comme juives viennent, selon la tradition, se tremper dans les eaux de la source afin de demander un mari ou de guérir leur stérilité. Elles ont coutume jusqu’aujourd’hui d’y abandonner un vêtement ou un accessoire de leur costume (ceinture, écharpes, chemise..) Hassan nous dit que le lieu de sépulture du Saint n’est pas connu mais Yaquot, d’un geste vague nous dit : « C’est ici qu’il est enterré » Puis, Yaquot se plie en deux pendant de nombreuses minutes et fouille dans le lit de la source, choisissant avec soin quelques petits cailloux qu’elle remet à chacun, nous conseillant de les placer sous notre oreiller pour bénéficier de la protection du Saint.

Vingt minutes plus tard, nous arrivons au cimetière juif de Demnate en empruntant une petite route cabossée grimpant à flanc de colline. De part et d’autre de la route, un mur de 1m50 de hauteur. Au sommet de la colline, quelques maisons se dressent arborant des lignes de linge multicolore flottant au vent chaud. Yaquot nous explique qu’à droite se trouve la sépulture des femmes .Là, le mur, détruit partiellement, donne un accès libre au cimetière. Le mur d’enceinte de la sépulture des hommes est complet, sans brèche et le gardien nous en ouvre le petit portail verrouillé.

Je commence à tourner entre les rares tombes qui subsistent en surface et les (encore plus rares) épitaphes. L’endroit est beau, entouré de collines verdoyantes. Sur le versant opposé de la colline, un peu plus bas, un petit mausolée se dresse. Celui d’un autre saint.
Des bruits de voix me font relever la tête.

Yaquot s’adresse avec véhémence au gardien du cimetière.

- Des maisons ont été construites sur l’emplacement du cimetière au sommet de la colline et -bien que les faits ne soient pas nouveaux- Yaquot laisse échapper sa colère.

L’émotion que je ressens à la vue de ce cimetière se double d’une légère déception.Bien sûr, j’avais imaginé qu’il serait en mauvais état mais j’avais le secret espoir d’y trouver au moins une épitaphe au nom de mes ancêtres. Mais non, rien.


Leurs pierres tombales se sont évaporées, comme celles de tant d’autres, entraînées par les eaux de pluie qui ravinent les collines chaque hiver, brisées par le soleil de plomb des jours et le froid glacial des nuits, détériorées par des mains d’ hommes en quête de matériaux de construction « gratuits ».Pourtant, leurs sépultures sont là ,sous l’ herbe rare que les moutons broutent .
Ils sont là tous ceux qui ont peuplé le Mellah de Demnate, qui ont prié dans ses synagogues, étudié dans ses Slat, produit et commercé dans ses souks, génération après génération.

Du cimetière, nous redescendons vers Demnate. A l’entrée du Mellah, Yaquot nous désigne une petite mosquée rose.
« Ici, c’était la synagogue de ma famille. Mon père en a fait don pour la transformer en mosquée, à condition qu’elle soit bien entretenue et ne tombe pas en ruine »
Hassan nous fait remarquer qu’on y accède par des escaliers, ce qui n’est pas habituel pour les mosquées. Nous continuons notre chemin pour arriver sur une petite place à l’entrée du Mellah. L’ancienne école del’AIU l’Alliance Israélite Universelle se trouve ici, entourée de hauts murs. C’est aujourd’hui une école primaire publique.

De là, nous empruntons un dédale de ruelles étroites et sombres, bordées de maisons en pisé, recouvertes pour certaines de crépi. La plupart des maisons sont hautes deux ou trois étages. Leurs façades sont percées de petites fenêtres grillagées dont les volets intérieurs en bois sont clos. Certaines semblent abandonnées, d’autres sont tout simplement en ruines. Tous les quelques mètres, Yaquot s’arrête et nous désigne une maison:

« Ici c’était la maison des Barchichat. Ils sont partis pour Marrakech dans les années 50.Ici habitait la famille Ammar…Ici la famille….

Au fond d’une ruelle, au pied de la grande mosquée au minaret blanc,Yaquot nous désigne quelques escaliers.

Ici c’était le mikvé

Puis nous passons devant les ruines de deux synagogues, amas de pierres qu’il nous aurait été impossible d’identifier sans les souvenirs de Yaquot. La visite se termine. Nous reprenons la route de Marrakech en faisant une dernière halte au souk de Demnate, immense terrain poussiéreux où se vendent à même le sol ou sur de petits étals, légumes, épices etc... Le coiffeur /barbier officie sous une petite tente.

Il est déjà tard et l’on charge charrettes et camions de marchandises. Sur ce même terrain poussiéreux, mes ancêtres et ceux ce Hassan et d’Abdelkarim commercèrent peut-être il y a plus de 150 ans.

Je devais voir Demnate.

Josiane precieuse




Aller à la page: Précédent123Suivant
Page courante: 2 of 3


Désolé, seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster sur ce forum.
Veuillez cliquer sur S'identifier pour vous enregistrer

   Rechercher sur
 

  Web    
Darnna

© 2008 Darnna.com - All rights reserved.

'