LE MAROC :  DARNNA.COM
Geographie, histoire, differentes villes du Maroc.  
Aller à la page: 12345Suivant
Page courante: 1 of 5
Statut de Dhimmis au Maroc
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 08 septembre 2007 a 15:54

Les Juifs vecurent au Maroc sous le status de Dhimmis (proteges) jusqu'a l'etablissement du Protectorat francais en 1912, date a laquelle il fut aboli.

Elaboree progressivement par les theologiens de l'islam, la doctrine de la "dhimma" ou protection trouve son fondement dans les Ordonnances d'Omar qui reglementent la vie des juifs et des chretiens a l'interieur du monde musulman.

Ordonnances d'Omar : la tradition attribue au successeur de Mahomet, le Calife Omar qui regna en 634, la redaction du statut qui garantissait aux Juifs leurs droits en tant que dhimmis (proteges) au sein de la societe musulmane.

Le statut de protection etait reserve aux Juifs et au chretiens, reconnus les uns et les autres comme des Gens de Livre.

Quant aux idolatres, ils n'eurent d'autres alternatives que d'accepter l'islam ou d'etre passes au fil de l'epee. Tel a ete le cas pour les Berberes qui furent nombreux a choisir de se convertir a l'islam.

Statut de Dhimmis au Maroc
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 08 septembre 2007 a 16:02

Au regard des ordonnances, le Juif vivant dans un pays musulman s'engage a :

- ne pas construire de nouveaux edifices de culte, a reparer ceux qui menacent de tomber en ruine, sans les agrandir ;

- ne pas faire etalage de sa foi, ni y convier quiconque ;

- ne pas ressembler aux musulmans sous le rapport du costume, de l'apparence et de la monture ;

- porter un signe distinctif, selon une vieille coutume etablie en Orient a l'egard des minoritaires ;

- ne pas elever de maison faisant saillie sur celles des fideles musulmans ;

- ne pas detenir d'armes ni s'engager dans les armees musulmanes ;

- ne pas posseder d'esclaves ou de livres religieux musulmans.



A ces restrictions, les docteurs de la loi en ajouterent d'autres :

- ne pas attaquer l'islam, son prophete et sa revelation ;
- ne pas epouser de musulmane ;
- ne pas espionner les croyants musulmans au benefice de leurs adversaires ;


Sous reserve du respect de ces regles, les Juifs jouissaient de la liberte du culte religieux, comme de la liberte de circulation. Vivant en communaute, ils jouissaient d'une large autonomie pour organiser la vie collective, gerer les synagogues, instaurer des regles en matiere de gestion des biens et des personnes.

Source : "Il etait une fois les Juifs marocains" de Armand Levy qui poursuit et ajoute que la rigueur des prescriptions decretales, fruit de l'esprit dogmatique des theologiens et des doctrinaires, n'a pas ete suivie a la lettre au Maghreb.




Statut de Dhimmis au Maroc
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 08 septembre 2007 a 16:16

Il est vrai que l'esprit de tolerance qui est a l'origine de la doctrine de la Dhimma a dependu au cours des siecles, au Maghreb, du bon ou du mauvais vouloir des Sultans et des representants du Maghzen.

"La tolerance a l'egard des Juifs fut plus grande en pratique qu'en theorie." ajoute Armand Levy. "Il n'en restait pas moins que le recours a la doctrine, veritable epee de Damocles, pouvait a tout moment s'abattre sur les dhimmis pour les delester des biens qu'ils avaient acquis quand il n'etait pas question aussi de porter atteinte a leur integrite corporelle.

En tant que sujet marocains, les Juifs sont proteges a vie a la fois a titre individuel et collectif. La protection est assuree par le souverain lui-meme en territoire soumis a son autorite, et ailleurs par les chefs locaux : gouverneurs, cadis...

La communaute est habilitee a s'administrer elle-meme. Ni le souverain, ni les representant du Maghzen n'interviennent dans la repartition des fonctions et des charges publiques dans les collectivites juives. Ils n'assurent pas non plus la police ou la justice dans les mellahs.

Le droit de propriete est reconnu aux juifs mais il =s ne peuvent pas posseder d'esclaves musulmans. Ils jouissent de la liberte religieuse, y compris de la liberte des manifestations publiques du culte et de l'exercice des devoirs de bienfaisance et d'enseignement. Cela suppose de la part de la communaute la capacite de legiferer sur le plan fiscal et religieux.

Dans les pays du Sud marocain, le regime juridique traditionnel se fondait sur le droit coranique mitige par la coutume locale. Les Juifs, ecrit Ibn Khaldoun* "font partie des tribus berberes, ils n'ont pas de tribu a eux".
D'une maniere generale, les regles de la Dhimma avaient comme raison d'etre de maintenir une certaine difference entre musulmans et juifs.

Il en etait ainsi du costume et de la djellaba. Costume et djellaba portes par un juif etaient generalement de couleur noire alors qu'ils etaient de couleur blanche pour un musulman.

Mais ces interdictions comme ces contraintes n'etaient pas respectees a la lettre. On a pu voir des notables juifs devenus conseillers des sultants deroger a ces regles. Convies aupalais du Sultan ou du Gouverneur, ils traversaient la ville montes a cheval et accompagnes de leurs suites. Mais ces cas etaient, il est vrai, exceptionnels.

Par ailleurs, il etait facile aux Juifs de respecter l'interdiction de convertir un musulman a la religion juive. On ignore en effet l'usage du proselytisme dans l'histoire du judaisme et la regle qui leur etait imposee de ne pas convir un musulman a adopter la foi juive a pu etre respectee aisement.

Ces differentes regles etant admises, les juifs se gererent au sein de communautes propres, organiserent les tribunaux rabbiniques et se livrerent a leurs activites habituelles.


Source : Armand Levy - Il etait une fois les Juifs marocains.




Statut de Dhimmis au Maroc
Posté par: MESSAGE DEPLACE (IP enregistré)
Date: 30 janvier 2008 a 00:23

Posté par: Arrik
Date: 29 janvier 2008 a 22:13

POUR UN APPRENTISSAGE DE LA PAIX ET DE LA VIE ENSEMBLE
Saïd SAYAGH



L'apprentissage de la paix est une nécessité pour la préparation à la vie en société. Cet apprentissage passe par le recours à la mémoire collective. Et, même si celle-ci n'est pas commune, même si elle est obscure, il faut en faire une mémoire connue et partagée. Alors que dire quand elle est commune, imbriquée et malgré cela, ignorée.

Deux grandes victimes de cette injustice criante, les berbères et les juifs. Nous abordons à cette occasion la dernière question, sachant que la question berbère a besoin d’une étude spécifique.

A un moment où les remises en cause de la shoah (1) se font impunément publiques, la population scolaire, par son ignorance, est une proie facile et perméable à ce type de discours.

La tentation de marginalisation et d’exclusion devient forte et trouve des justifications rapides et prêtes à l’emploi. Plus grave encore et plus sournoise, car silencieuse, est la tentation de déni et de mise à l’écart.

Dans le cas des juifs marocains, le prétexte du conflit israélo-palestinien et la solidarité arabo- islamique ne peut justifier l’oubli de la part importante jouée par cette partie du peuple marocain dans l’histoire longue et riche du Maroc.

Les textes du Coran ne témoignent pas d’une attitude uniforme à l’égard des juifs. Un certain nombre de sourates reprennent les thèmes bibliques sans aucune modification, rappellent la mission qui incombe au peuple d’Israél, le don de la terre promise et des lois (2). D’autres appellent à les combattre.

La Dhimma, statut inique et dégradant, imposé aux non musulmans peut expliquer le comportement à l’égard des juifs marocains, y compris ceux qui ont émigré, comme d’autres marocains, pour diverses raisons. Dans l’attente de l’abrogation de ce statut, un travail de réhabilitation historique du judaïsme marocain est une priorité citoyenne (3).

Le protectorat français au Maroc, bien qu’ayant œuvré pour une émancipation des juifs marocains, n’a pas aboli la Dhimma comme il a aboli la traite des esclaves en 1912.
Sous le gouvernement de Vichy, malgré la bienveillance du sultan Mohammed V à l’égard des juifs marocains, La Résidence Générale a imposé les mêmes mesures raciales en vigueur en France (4).

En conclusion, il est urgent de se poser des questions sur ce qui fait la spécificité de ce révisionnisme, chercher à en cerner les fondements, afin de dispenser une information objective, la seule capable de répondre à une vision fausse et exclusive de l'histoire. Il va sans dire que l’examen et le traitement sérieux de cette question s'imposent comme une priorité pressante.

Les thèmes suivants méritent d'être repris et approfondis:

- le Judaïsme en "Maison de l'Islam"
- Les Juifs dans les textes fondateurs.
- Les dispositions du pacte dit "d'Omar"
- Le Judaïsme en Afrique du Nord.
- Le conflit israélo-palestinien.
- La shoah

Les références, sous réserve et sans restriction, qui peuvent servir de supports sont les suivantes :

- Textes classiques arabes: Coran, littérature religieuse et profane.
- Presse arabe et internationale.
- Récits populaires de tradition orale.
- Tous supports sur l’holocauste.


Annexes

1- cf. le congrès tenu à Téhéran sur la remise en cause de la réalité historique de la Shoah.
2- :

“يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُواْ لاَ تَتَّخِذُواْ الْيَهُودَ وَالنَّصَارَى أَوْلِيَاء بَعْضُهُمْ أَوْلِيَاء بَعْضٍ وَمَن يَتَوَلَّهُم مِّنكُمْ فَإِنَّهُ مِنْهُمْ إِنَّ اللّهَ لاَ يَهْدِي الْقَوْمَ الظَّالِمِينَ”. المائدة، 51

" O vous qui croyez, ne prenez point les Juifs et les Chrétiens comme des amis. Ils sont amis les uns avec les autres. Quiconque, parmi vous, les prendra pour amis sera des leurs. Allah ne guide pas les peuples prévaricateurs"
Coran, Sourate V (La table servie), verset 51

يَا بَنِي إِسْرَائِيلَ اذْكُرُواْ نِعْمَتِيَ الَّتِي أَنْعَمْتُ عَلَيْكُمْ وَأَنِّي فَضَّلْتُكُمْ على العالمين
َ
2.47. Ô enfants d'Israël, rappelez-vous Mon bienfait dont Je vous ai comblés, (Rappelez-vous) que Je vous ai préférés à tous les peuples.
La vache, verset 47

يَا قَوْمِ ادْخُلُوا الأَرْضَ المُقَدَّسَةَ الَّتِي كَتَبَ اللّهُ لَكُمْ وَلاَ تَرْتَدُّوا عَلَى أَدْبَارِكُمْ فَتَنقَلِبُوا خَاسِرِينَ

5.21. Ô mon peuple! Entrez dans la terre sainte qu'Allah vous prescrite. Et ne revenez point sur vos pas car vous retourneriez perdants.
La Table servie, 21

3-"DHIMMA"

الذَّمُّ: نقيض المدح. ذَمَّهُ يَذُمُّهُ ذَمّاً ومَذَمَّةً، فهو مَذْمُومٌ وذَمٌّ. وأَذَمَّهُ: وجده ذَمِيماً مَذْمُوماً. وأَذَمَّ بهم: تركهم مَذْمُومينَ في الناس؛ عن ابن الأعرابي. وأَذَمَّ به: تهاون. والعرب تقول ذَمَّ يَذُمُّ ذَمّاً، وهو اللوم في الإساءة، والذَّمُّ والمَذموم واحد. والمَذَمَّة: الملامة. لسان العرب، ابن منظور

Etymologiquement, de la racine DhMM: dire du mal, mépriser, mettre sous tutelle, être sous protection.
Dans les pays conquis par les musulmans, aux communautés monothéistes refusant de se convertir à l'Islam, et par voie de conséquence, ne faisant pas partie de la "Umma"(la communauté islamique), était imposé le statut de "dhimmi", c'est à dire un ensemble de dispositions infamantes en contrepartie d’une protection aléatoire et du droit à appliquer leurs rites.

Au Maroc, ce statut a été appliqué, quelquefois, modérément, souvent dans toute sa rigueur.

En gros, ces règles étaient les suivantes:

-Interdiction de porter la main sur le Coran.
-Interdiction de pactiser avec les ennemis de l'Islam.
- interdiction des mariages entre musulmanes et dhimmi (par contre un musulman peut épouser une dhimmi, les enfants doivent être musulmans).
-Interdiction de construire des édifices religieux ou des logements privés en quartier musulman.
-Interdiction d’élever des édifices religieux plus haut que les mosquées.
-Obligation de port de vêtement distinctif.
-Interdiction de posséder des chevaux.
-Interdiction d'avoir des esclaves.
-Primauté de la Loi coranique dans tous les jugements.
-Irrecevabilité des témoignages des dhimmis contre les musulmans.
-Assujettissement des taxes et impôts particuliers.
- Interdiction d'apprendre l'arabe littéraire.
- Obligation de se déchausser dans les quartiers musulmans.
Il faut, toutefois, souligner que le Judaïsme marocain jouissait d'une l'autonomie culturelle assez large accordée par la plupart des sultans qui se sont succédés au Maroc.


4- DAHIR (DECRET) DU 31 OCTOBRE 1940:

Article 3:

L'accès aux fonctions publiques et mandats énumérés ci-après est interdit aux juifs:

a) Membres de toutes les juridictions d'ordre professionnel et de toutes les assemblées représentatives issues de l'élection;
b) Directeurs, directeurs adjoints, sous-directeurs et chefs de service aux administrations centrales ou assimilées, secrétaires de services municipaux et adjoints. Agents de tout grade dépendant de la direction des affaires politiques, agents de tout grade attachés aux secrétariats de greffe et secrétaires de parquets et interprètes de la justice française, agents du notariat français, commissaires du gouvernement et agents de tout grade de la juridiction chérifienne, à l'exception des juridictions rabbiniques, agents de tous grades attachés à tous les services de police;
c) Membres du corps enseignant, à l'exception de ceux qui professent dans les établissements exclusivement réservés aux juifs,
d) Administrateurs, directeurs, secrétaires généraux dans les entreprises bénéficiant de concessions ou d'une subvention accordée par une collectivité publique, postes à la nomination du gouvernement pour les entreprises d'intérêt général;
e) Les juifs ne peuvent exercer soit la profession de défenseurs agrées près des juridictions du Makhzen, soit être inscrits sur les tableaux d'experts judiciaires ou d'interprètes judiciaires assermentés, à l'exception de ceux chargés de la traduction en langue hébraïque.





BIBLIOGRAPHIE INDICATIVE:

- Assaraf Robert, Une certaine histoire des Juifs du Maroc, Paris, Jean-claude Gawsewitch, 2005
-Bat Yeor, juifs et chrétiens sous l'Islam: les dhimmis face au défi intégriste, Paris, Berg International, 1994
- Chouraqui André, les juifs d'Afrique du Nord, Paris, 1952
- C.N.R.S., Les relations entre juifs et musulmans en Afrique du Nord, XIX-XX° siècles, Paris, C.N.R.S, 1980
- Coran (le), traductions de Blachère Régis et de Hamidullah Muhammad
- Kenbib Mohamed, Juifs et musulmans au Maroc.1859-1948, Rabat, 1994
- Mouttapa Jean, un arabe face à Auschwitz, Paris, Albin Michel, 2004
- Rivet Daniel, Le Maghreb à l'épreuve de la colonisation, Paris, Hachette, 2002
- Zafrani Haïm, Les juifs du Maroc. Vie sociale, économique et religieuse, Etudes de Taqqanot et Responsa, Paris, 1972

Statut de Dhimmis au Maroc
Posté par: MESSAGE DEPLACE (IP enregistré)
Date: 30 janvier 2008 a 00:23

Posté par: alex
Date: 29 janvier 2008 a 22:47

j ai des remarques sur ces annexes, d abord dans le verse coranique cite en annexe 2 , le mot traduit en tant qu ami est incorrecte. la traduction doit etre chef, laeder ou gouverneur. ceci explique pourquoi les islamistes refusent qu un musulman vote pour un non musulman. ils se base sur ce versee. et pourtant c est pas le vrai sense. mais c est qui il faut pas deserte le camp des musulmans et s allier aux autres (quique ce soit) mais une allience complete entre musulman et non musulman est possible. prenait en compte qu en ce temps la les musulmans faisaient parti d un etat unique. n ai plus le cas et donc tout est change.
pour l annexe 3, sur l etymologie du mot dhimi. je note la mauvaise foi dans le choix du mot. le mot dhimma veut re honneur, et on dit "ala dhimati", ce que veux dire "sur mon honeur".
et j ai pas encore lu l article!!!

Statut de Dhimmis au Maroc
Posté par: MESSAGE DEPLACE (IP enregistré)
Date: 30 janvier 2008 a 00:24

Posté par: alex
Date: 29 janvier 2008 a 23:08

ÇáÐãÉ áÛÉ : ÇáßÝÇáÉ æÇáÖãÇä æÇáÃãÇä ¡ æÃäÊ Ýí ÐãÉ Çááå Ãí Ýí ßäÝå æÌæÇÑå æÃãÇäÜå .

voila la traduction de ce qui en haut en arabe:
adhimma : la garentie et la protection, on dit "fi dhimati allah" cad dans au voisinage du Dieu et sous sa protection. ( c est ce que dit pour annonce le mort de quelqu un au lieu de dire "il est mort")
et cette explication n ai pas bien detaille!

il y a d autres sense du mot, et je comprend pas pourquoi vous avez choisi le pire, et encore c est appartir du verbe, alors que dhimma est un nom. et en langue arabe il faut surtout pas confondre les deux.

Statut de Dhimmis au Maroc
Posté par: MESSAGE DEPLACE (IP enregistré)
Date: 30 janvier 2008 a 00:24

Posté par: Arrik
Date: 30 janvier 2008 a 00:08

J'ai demandé à Said de répondre
Cela ne tardera pas

Arrik

Statut de Dhimmis au Maroc
Posté par: Mihal (IP enregistré)
Date: 30 janvier 2008 a 07:40

Bonjour Alex,
Suivant Wikipedia, voici le sens du terme Dhimmi et on parle de "engagement, pacte, obligation", ce qui signifie un certain controle, une liberte surveillee en quelque sorte.

"Le terme dhimmi (arabe : ذمّي [ḏimmī]), habituellement traduit en français par allié ou protégé), désigne un sujet non-musulman dans un État régi par la charia, la loi musulmane. Ce terme est le génitif dérivé du terme dhimmah ((arabe : ذمة ) engagement, pacte, obligation) qui lui-même conditionne le rapport entre un dhimmi et un tel Etat.
Le terme dhimmi s'applique essentiellement aux gens du livre (Ahl al-kitâb), qui, dans le champ de la gouvernance islamique, moyennant l'acquittement d'une capitation (jizya), une certaine incapacité juridique et le respect de certaines règles édictées dans un "pacte" conclu avec les autorités, se voient accorder une liberté de culte restreinte ainsi que la garantie de sécurité pour leur personne et pour leurs biens."

Statut de Dhimmis au Maroc
Posté par: alex (IP enregistré)
Date: 30 janvier 2008 a 08:09

salut Mihal, voila ce wekipidea en englais dit, et note bien qui ils ont donne 9 mots et explication a ce mot
The word dhimmi (plural dimam) literally means "protection, care, custody, covenant of protection, compact; responsibility, answerableness; financial obligation, liability, debt; inviolability, security of life and property; safeguard, guarantee, security; conscience" and ahl-dhimmi is "the free non-Muslim subjects living in Muslim countries who, in return for paying the capital tax, enjoyed protection and safety."[9]

ceci pour te montrer qui il y plus qu un sense a ce mot mais aucun d eux est lie au mots "mal, mepris" donne dans l article d Arrik ou ils ont utilise un verbe qui n existe dans aucune des definition de wekipedia ou d autres encyclopedies autant que je sache. ( le verbe existe mais il n est pas liee a la dhimitude, il est independant de tout ca)

puisque c est ma langue j ai pas besoin de dictionnaire. mais c est pour corriger l information pour vous en reponse au message d Arrik
et merci

Statut de Dhimmis au Maroc
Posté par: alex (IP enregistré)
Date: 30 janvier 2008 a 08:17

dans la version francaise et ang tu trouvera "la protection". et dans la version a tu trouvera "la garentie". c est ce que j avais utilise. alors que Arrik ( ou plutot son ami) a utiliser " mal" et " mepris". c est pas deficile de comprendre pourquoi ca me gene.
j ai perdu l envie de lire l article rien qu on voyant ces traductions et j ai pas l intention de le lire. ( lorsque j ai vu des ecriture arabes je me suis derige directement au bas d article, sans rien voire de ce qui precedait)

Statut de Dhimmis au Maroc
Posté par: alex (IP enregistré)
Date: 30 janvier 2008 a 10:13

je reviens sur le verset coranique cite par Arrik ( ou son protege). voila la traduction d andre chouraqui de ce meme verset ( souate 5 "al maidah", verset 51)

Ohé, ceux qui adhèrent,
ne prenez pas les Judéens ni les Nazaréens pour protecteurs.
Les uns sont les protecteurs des autres.
Qui de vous les prend pour protecteurs
devient des leurs.
Voici, Allah ne guide pas le peuple des fraudeurs.
et voila le lien pour verifier [nachouraqui.tripod.com]
(merci Darlett, c est toi , il y a quelque jours, qui ma suggere de lire la traduction de la bible faite par Chouraqui)


vous pouvez le note, ici chouraqui a utilise le mot "protecteurs" au meme place que Arrik a utilise le mot " amis"
la difference est immense. car en utilisant le mot "amis" ce qui est incorrecte , on fait une accusation au coran et donc toute la religion musulmane dans ces bases d etre contre toute bonne cohabitation avec juifs et chretiens. alors que si vous mettez le mot correcte ( qui protecteurs voire meme gouverneurs) ca donne un meilleur sense dans le contexte politique du temps de revelation de ce verset. les musulmans faisons une seule nation, et un seul etat ( c est n est plus le cas) considerait comme traitre tout ceux ( des musulmans) qui choisissent les non musulmans comme gouverneurs et protecteurs, car ceci aide un pays etranger a metre la main sur le jeune etat musulman, age de quelque annees et qui avait deja assez d ennemis.
tout ceci est change. cependant les extremistes utilise encore ce verset pour interdire qu un musulman vote pour un non croyant! meme en europe ils refusent que les musulmans participe et vote pour un condidat presidentiel!

Statut de Dhimmis au Maroc
Posté par: Mihal (IP enregistré)
Date: 30 janvier 2008 a 11:10

Merci Alex pour ces explications mais je dois te dire, et bien que je m'en suis basee plus haut pour tenter de donner une explication au terme de Dhimmi, que les explications et informations que nous fournit Wikipedia, sont faites par n'importe qui (connaisseurs et non connaisseurs) et parfois certaines informations ne sont pas a 100 % exactes.
En ce qui concerne le terme de "Dhimmi" si tu relies son sens (celui de Wikipedia), avec ce que ce terme impliquait par decret plus haut, tu verras toi-meme, que bien qu'ayant un effet protecteur sur les Juifs du Maroc par exemple, il impliquait aussi enormement de restrictions, interdits et contraintes, choses nullement positives pour personne.
Auusi, je conseillerais d'etre prudent avec les explications fournies par Wikipedia et de s'en servir avec circonspection.




Statut de Dhimmis au Maroc
Posté par: alex (IP enregistré)
Date: 30 janvier 2008 a 11:59

je connais tres bien le probleme avec wekipedia et je tente de ne pas trop se referer a elle, et je t ai donne la version ang pour te permettre de voir la vision d autres gens que ceux qui ont ecris la version francaise.
mon niveau de langue arabe est bon pour ne pas dire plus. je suis pas bon a trouver les traduction exacte d un mot mais je connais bien comment un mot doit etre utiliser. le mot dhima n est jamais et je dit JAMAIS utiliser au mauvais sense. et j ai donne des exemples

pour ce qui est du statut de dhimmi je le connais tres bien, et je ne le defend pas. en plus il etait etabli apres la mort du prophet et possede des loi qui ne sont pas mentionne par le prophete. je veux pas entre en details car ca peux me prendre des heures a ecrire. mais l origine du mot dhimmi est importante , car si c est le sense donne par Arrik. donc l islam dans sa totalite mepris les juifs et les chretiens et interdit tout bon traitement pour eux. mais si c est l autre sense sur quel j insiste, la religion a donne protection a ces monotheistes, en gardant certaines limites qui seront agrandies par les generations suivante des theolegiciens jusqu a la rendre une protection nominale ( rien que la vie qui est sauf et pas toujours, alors que l honneur et la securite ne sont pas assure). et cette protection est totalement dependante du gouverneur ( qui parfois tue tout les non musulmans et parfois les respectes! toujours se basant sur la meme loi dhimmi!!!)
rien que l origine de ce mot peux change la vision des choses, au moins pour moi

Statut de Dhimmis au Maroc
Posté par: Mihal (IP enregistré)
Date: 30 janvier 2008 a 18:03

C'est tres interessant ce que tu avances ici. Tu voudrais dire que les termes ont subi une evolution et une re-interpretation par les hommes, en l'occurrence les theologiens divers, qui les ont adaptes et modifies au gre de leurs convenances ?
De toutes les manieres, l'ecriture des textes dits "sacres" aussi bien pour le christianisme que pour le Coran ont ete rediges par des hommes, (y compris l'ancien testament, bien sur). Ainsi la Bible chretienne a ete redigee 300 ans apres la mort de Jesus et en grec en plus. Ce qui nous parvient n' est que traduction et peut-etre meme traduction "tendancieuse", ainsi le rapport aux Juifs qui y est donne, etc...(puisqu'il s'agissait d'evincer totalement le Judaisme en vigueur alors!)
En ce qui concerne le Coran, je pense qu'il y a eu au depart egalement confusion sur la version orginale du Prophete Mahommet et une seconde ecriture. Il faudrait en savoir plus la-dessus et verifier l'evolution semantique d'un terme au cours des annees dans l'ecriture des textes.




Statut de Dhimmis au Maroc
Posté par: alex (IP enregistré)
Date: 30 janvier 2008 a 19:58

c est exactement ce que je veux dire. quoique je suis un musulman croyant et ceci implique que je defend la saintete du coran mais je ne peux que reconnaitre que la signification de certains termes ont evolue durant 14 ciecles. et ceci a fauce l interpretation de pas mal de verset fondamentaux du coran. en plus le hadit (recits du prophetes) sont presque tous ete rassemble 300 ans apres sa mort!!! et il y a une these musulmane qui confirme que 90% de ces recits sont faux!!!
les arabes ne parle plus la langue arabe classique qoraychite dont laquelle le coran est ecris. on parle des dialectes a la maison et on a prend l arabe moderne aux ecoles, dans les 2 cas il s agit d une langue pratiquement differente de la langue du coran.
je peux donner un exemple tres utilise par des musulmans ignorants pour montre que dieu a mentionne l atomme il 14 siecle alors que c est faux: au coran au dernier hizb (je vais verifier le chapitre et verset ulterieurment car je suis pas chez moi mnt) il est dit que Dieu compte toute "dharra" de nos peches et nos bons actes. le mot "dharra" dans l arabe moderne et tout les dialectes arabes actuel veux dire l atome ( le tres petit particule fondamentale de la matiere avec un poids pratiquement nul). alors qu on arabe classique ca veux dire fourmie ( le tres petit insect, tres leger) ici le sense n est pas divie car Dieu dans les deux observes tous ce qu on fait, mais en changeant le sense du mot on attribue un faux mirale au coran ( les arabes ne s avaient rien de l atome a ce temps la et ca n existaient pas dans leur vocabulaire). dans d autres versets le changement du sense peut bien etre plus radicale et touche a l interpretation du verset, et ceci se voit dans la majorite des textes fondamentaux des radicaux

Aller à la page: 12345Suivant
Page courante: 1 of 5


Désolé, seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster sur ce forum.
Veuillez cliquer sur S'identifier pour vous enregistrer

   Rechercher sur
 

  Web    
Darnna

© 2008 Darnna.com - All rights reserved.

'