LE MAROC :  DARNNA.COM
Geographie, histoire, differentes villes du Maroc.  
Aller à la page: Précédent123456Suivant
Page courante: 5 of 6
Re: LE TRITEL (saccage) de FES en 1912
Posté par: Lakhdar Omar (IP enregistré)
Date: 15 octobre 2009 a 10:53

phot3.jpg

Re: LE TRITEL (saccage) de FES en 1912
Posté par: Lakhdar Omar (IP enregistré)
Date: 15 octobre 2009 a 10:56

phot2.jpg

Re: LE TRITEL (saccage) de FES en 1912
Posté par: hifad med (IP enregistré)
Date: 15 octobre 2009 a 15:06

Ces témoignages et ces documents sont très interessants et vous m'apprenez que ces événements ont commencé en réalité en 1911.Par simple curiosité intellectuelle , je scrute personnellement leurs répétitions dans les prochaines années sous peut être d'autres masques , d'autres formes mais les mêmes dans leur structure profonde et je vous prends pour témoins pour ce faire si vous le voulez bien.Dans la répétition de nos situations vêcues et des événements , la durée minimale qui sépare le fait initial et sa répétition est une année.Je ne m'étonne pas si ces événements de 1911 se répétent à la même date en 1912.Je dirais que cette initiale s'étale sur une année puisqu'il s'agit de grands événements.Donc les dates possibles de leur répétition seront ( 2011-2012/2021-2022/2031-2032/ etc jusqu'à la répétition de tous les événements que vous citez ici avec des dates précises et des témoignages vivants et j'y ajouterai l'annonce de l'autonomie du Rif pour l'été 2010, la ville de fes sous les projecteurs de plus en plus , que ce soit la révolte des tribus du nord ou d'autres régions , ou celle des militaires qui ne veulent plus supporter el badrâ, la selle et non chouari qu'on met sur la bardâ en forme ,comme vous dites , de deux couffins liés qui pendent de chaque côté. Tous ces propos , ces petits faits , ces actions constituent pour moi les signes précurseurs de l'approche de la répétition qui est inévitable , incoutournable qu'elle nous soit consciente ou pas.Les juifs , les français et le palais seront de nouveau mêlés à ces événements malgré eux et en agent passifs cette fois-ci car on ne peut être libre que dans la situation initiale.La répétition est celle où s'exerce la justice divine qui vient équilibrer les événements de la situation initiale avant de les annuler définitivement.Tous ceux qui étaient mêlés à ces événements , ou pour qui la dynamique de la répétition fait jouer ce rôle ,vont subir en bien ou en mal les événements de la situation initiale dont vous donnez ici quelques constituants significatifs.

Re: LE TRITEL (saccage) de FES en 1912
Posté par: Lakhdar Omar (IP enregistré)
Date: 15 octobre 2009 a 15:27

Bonjour Si Hifad,

Pour ce qui est du passé, ayant le courage et l’honnêteté de dire les choses comme elles ont été. Nos concitoyens Juifs étaient souvent maltraités et humiliés par des foules musulmanes sujettes à des actes de fanatisme dans des régions où le despotisme et la cruauté de certains caïds ont été la cause principale de l’entière extinction de toutes espèces d’instruction.

Encore une autre fois, lors du bombardement de Mogador par les troupes du Prince de Joinville en 1844, les tribus de Chiadma forcèrent la Porte de Bab Doukkala et s'emparèrent de la ville qu'ils gardèrent pendant quarante jours. Ils se livrèrent, notamment dans le quartier des Juifs, à tous les excès et à toutes les violences. Les commerçants Israélites, comptant sur l'occupation de la ville par les Français après le bombardement, avaient conservé leurs marchandises dans la ville, au lieu de les envoyer à Marrakech. Les Chiadma rançonnèrent impitoyablement ces malheureux, enlevant de jour et de nuit, tout ce qu'ils trouvaient dans les maisons, et jusqu'aux serrures des portes et des fenêtres. Ils emmenèrent aussi dans les montagnes un grand nombre de juives, dont ils firent leurs femmes, après les avoir contraintes à changer de religion.
Le pacha Ben Treiss qui avait supervisé en personne la résistance de la cité, dut faire intervenir la garnison militaire pour pourchasser les brigands. En 1846, Moulay Sliman, fils du roi à l'époque, avait essayé de châtier les tribus responsables de ces actes de vandalismes, mais sans succés, car elles s’étaient réfugiées dans les montagnes. (extrait du bouquin « Sur les traces de Castello real à Amagdoul »

Si Hifad voilà un autre cas similaire !

Re: LE TRITEL (saccage) de FES en 1912
Posté par: hifad med (IP enregistré)
Date: 15 octobre 2009 a 16:18

bonjour si omar

Si Omar toujours bien documenté! La ressemblance des événements est en effet frappante.Mon arrière grand-père paternel a participé à l'une de ces razias et il s'est contenté d'apporter au village une belle porte en thuya , selon mon père alors que d'autres se sont plutôt interessés à l'or , à l'argent , aux pierres précieuses et aux belles femmes .Mais ils se sont attaqués à tous les habitants de la ville qui sont là depuis sa reconstruction par Sidi Mohamed Ben Abdellah contre leur gré . il n' y a pas une seule rue qui porte le nom de ahl Haha ou Chiadma.Ce sont des tribus dissidentes et la ville est reconstruite justement pour servir de base militaire pour les soldats du Sultan contre les tribus avoisinantes.Les gens de Haha ont toujours pillé le port de Mogador et les agents du Sultan qui venaient chez eux pour percevoir les impôts.Je ne sais pas si vous avez lu le livre publié par Frédéric Damgaard , celui du consul du Danemark à Mogador.Il raconte que douze Chioukhs de Haha et de Chiadma ont été massacrés par les habitants de la ville.Ils étaient entrés en ville en laissant leurs armées un peu loin en vue d'ouvrir les portes de la ville au moment opportun choisi pour l'attaque et malheureusement pour eux , les habitants ont eu vent de la nouvelle et les ont tous tués. Leurs soldats , dans l'absence de leurs chefs , ont fini par rebrousser chemin.Nos amis juifs de par leur instruction et les gens de l'écrit , comme on dit chez nous , ont toujours été sollicités par les Sultans et les occupants successifs du pays , ce qui engendre des ressentiments chez leurs concitoyens arabes ou amazighs qui finissent par se venger atrocement sur eux en cas de faiblesse du Sultan ou du départ de l'occupant.

Re: LE TRITEL (saccage) de FES en 1912
Posté par: skamed (IP enregistré)
Date: 15 octobre 2009 a 22:09

Hifad nous dit :
"et j'y ajouterai l'annonce de l'autonomie du Rif pour l'été 2010"
------------------------------------------------------------------

Ne faut-il pas, cher ami, attendre 2021 pour annoncer l'autonomie du Rif, puisque la premiere Republique du Rif etait declaree entre 1921 et 1922 ? Selon ta theorie de la repetition des evenements.
------------------------------------------------------------------

Et ilajoute :
"Mon arrière grand-père paternel a participé à l'une de ces razias et il s'est contenté d'apporter au village une belle porte en thuya , selon mon père alors que d'autres se sont plutôt interessés à l'or , à l'argent , aux pierres précieuses et aux belles femmes .Mais ils se sont attaqués à tous les habitants de la ville qui sont là depuis sa reconstruction par Sidi Mohamed Ben Abdellah contre leur gré ."
-------------------------------------------------------------------

Donc, toujours d'apres ta theorie, les habitants d'Essaouira doivent des maintenant se barricader contre d'eventuelles invasions des Chiadma-Haha et de futures razzias, de futures tueries. Un autre episode de la "SIBA" en quelque sorte.
Pauvres Souiris, ils sont appeles a disparaitre. Les Chiadma-Haha a l'Est, la montee de la mer a l'Ouest.

Au lieu de broyer des idees noires, pense cher ami a un petit projet d'auberge ou de motel que tu pourrais realiser sur ta propriete de Sidi Kaouki, seul ou avec notre groupe d'amis souiris.
C'est pas une bonne idee, ca ?

Re: LE TRITEL (saccage) de FES en 1912
Posté par: Lakhdar Omar (IP enregistré)
Date: 15 octobre 2009 a 22:46

Si Hifad bonjour,

Au sujet des douze Chioukh qui avaient envahi Essaouira vers 1800, c'étaient des gens du fameux caïd Bacha Bella ( il y a une rue à la casbah qui porte encore son nom). Ce n'est pas Damgaard qui a écrit ce texte ( traduction du bouquin de Höst); c'est un Anglais mais je ne me souviens pads de son nom.

Cette histoire m'interesse beacoup. Si tu as des informations qui proviennent d'autres sources ce serait très interssant!

Re: LE TRITEL (saccage) de FES en 1912
Posté par: hifad med (IP enregistré)
Date: 15 octobre 2009 a 23:43

Cher skamed

Ce n'est pas moi qui le dit , ce sont les mouvements amazighs du Rif qui ont décidé de lancer leur idée de l'autonomie en été 2010.Pour moi, c'est un signe précurseur du retour des événements de 1912 , ce qui correspond à 2012 et j'apprends ici avec intérêt que cela a commencé en 1911 d'où les dates possibles de la répérition 2011-2012/2021-2022 etc.c'est la date équivalente qui est importante: pour la crise d'octobre 1929 qui correspond à octobre 2029 vous avez constaté que c'est arrivé bien avant en octobre 2008 mais à la veille de l'une de ses dates équivalentes , c'est-à-dire en 2009.Je serai heureux que mes amis souiris m'envoient de tempd en temps des clients car c'est très tôt pour penser à la création d'une maison d'hôtes : le tourisme rural n'est pas encore assez développé dans la région et Essaouira elle-même est tributaire aux excursions organisées par les établissements de Marrakech et d'Agadir et ce genre de clients n'y dépasse même pas une nuitée ou deux au maximum.Merci quand même pour le conseil et sois le bienvenu le premier pour donner l'exemple .Quant aux événements de Mogador et cités par Si Omar , c'est en 1844 , ce qui correspondrait à 2014/2024/2034/2044/ etc et il faut bien les attendre sous d'autres formes peut être méconnaissables pour nous mais bien réels .et crois-moi , je vis actuellement à la campagne et il suffirait d'un rien pour plonger le Maroc de nouveau dans la siba ou , qu'à dieu ne plaise , une guerre civile dont tous les ingrédients sont là de plus en plus visibles.Je t'invite à lire mon dernier article sur mon blog sur les événements du 11 septembre 2001 à New York et le bombardement d'Hiroshima et de Nagasaki aussi étrange que cela puisse vous paraître en faisant correspondre les constituants de la situation initiale et de sa répétition.
Si omar , ce n'est pas Damgard qui a écrit ce livre , c'est un manuscrit qu'il a acheté je crois aux héritiers et il l'a publié à son compte .mon ami My Brahim , l'artiste-peintre , l'un des rares au Maroc à fabriquer lui-même ses couleurs à partir de fleurs et de plantes du terroir , le frère de l'ancien propriétaire du café Mogador a un exemplaire que lui a dédié son ami Frédéric et c'est lui qui me l'a prêté.Lorsque tu seras là nous irons ensemble chez lui à Tidzi où il habite et nous lui demanderons de te le prêter ou d'en faire une photocopie..

Re: LE TRITEL (saccage) de FES en 1912
Posté par: Lakhdar Omar (IP enregistré)
Date: 17 octobre 2009 a 11:34

Citation:
hifad med
Cher skamed
Si omar , ce n'est pas Damgard qui a écrit ce livre , c'est un manuscrit qu'il a acheté je crois aux héritiers et il l'a publié à son compte .mon ami My Brahim , l'artiste-peintre , l'un des rares au Maroc à fabriquer lui-même ses couleurs à partir de fleurs et de plantes du terroir , le frère de l'ancien propriétaire du café Mogador a un exemplaire que lui a dédié son ami Frédéric et c'est lui qui me l'a prêté.Lorsque tu seras là nous irons ensemble chez lui à Tidzi où il habite et nous lui demanderons de te le prêter ou d'en faire une photocopie..


Bonjour Si Hifad,


Monsieur Damgaard a traduit 2 ouvrages très intéressants de georges Höst : il s'agit de :
1- Relation sur les Royaumes de Maroc et de Fes , avec la collaboration de Pierre Cailhanou
2- Histoire de l'Empereur Sidi Mohammed ben abdsallah

Puis à son compte :ESSAOUIRA Histoire & créations . Tous dans les Editions LaPorte.

Si tu as des références d'un autre ouvrage, pense à me les envoyer!

Re: LE TRITEL (saccage) de FES en 1912
Posté par: hifad med (IP enregistré)
Date: 21 octobre 2009 a 12:45

ma réponse à ce dernier message a été supprimée.

Re: LE TRITEL (saccage) de FES en 1912
Posté par: Moderateur (IP enregistré)
Date: 21 octobre 2009 a 15:06

Désolé hifad med d'avoir supprimé le message en question mais il n'était nullement relié au sujet.
Svp. essayez de respecter le sujet débattu afin de garder l'intérêt aux differents topics de ce forum.

Merci d'en tenir comptegrand sourire classique

Moderateur darnna

Re: LE TRITEL (saccage) de FES en 1912
Posté par: hifad med (IP enregistré)
Date: 21 octobre 2009 a 16:11

Depuis que j'interviens sur ce site que j'ai décovert par hasard grâce à des amis que j'ai reconnu et retrouvé ici , j'ai toujours agi d'une manière spontanée faisant comme si je suis chez moi entre frères et soeurs , à darnna à prprement parler et puisqu'il s'agit d'un site ordinaire comme les autres et d'un forum comme vous dites qui a ses prpres régles , je vous souhaite bonne continuation et ce sera mon denier message ici et ailleurs.merci votre aimable attention.

Re: LE TRITEL (saccage) de FES en 1912
Posté par: Lakhdar Omar (IP enregistré)
Date: 23 octobre 2009 a 19:47

Bonjour Si Hifad,

Tu ne veux pas faire comme Zidane dans la coupe du monde! Tu donnes un coup de tête et tu claques la porte! Heurement il y a tes amis qui ont intervenu à temps! Tant mieux pour tout le monde.

Mais j'ai une petite remarque à faire quoique je ne sais pas le fond du problème. Il est très important que dans le cadre d'un sujet concernant 'intitulé d'un forum, les intervenants se concentrent sur le sujet principal. J'ai commis moi-même une fois une erreur en débordant sur des détails qui n'intéressent pas la majorité des gens qui souhaitent apporter leur contribution. En fin de compte la participation devient de plus en plus moindre car le sujet du forum se trouve dilué dans d'autres détails.

Rendons hommage aux gens qui ont créer ce site et qui ne cessent d'innover pour l'améliorer. Nous sommes tous redevables à DARNNA pour les sujets, les images et cartes postales qui ont été mis à la dispostion de tout le monde. Seule l'ingratitude pourrait n'en déplaire à Dieu, inciter à prétendre le contraire!

Merci Darnna!

Merci Si Hifad d'être revenu !

Re: LE TRITEL (saccage) de FES en 1912
Posté par: hifad med (IP enregistré)
Date: 09 novembre 2009 a 13:55

Livre-L'Histoire du Maroc...: Un ouvrage en cours d'élaboration sur le Royaume depuis la préhistoire jusqu'en 1999
(Le Matin 07/11/2009)

L'Institut royal pour la recherche sur l'histoire du Maroc (IRRHM) est sorti hier de sa réserve pour présenter l'essentiel de sa mission et de ses travaux sur l'Histoire du Maroc et préciser le rôle joué par la science historique dans la préservation et la perpétuation de la mémoire nationale.

L'Institut scientifique, créé en octobre 2005 sur décision royale, a pour missions premières de promouvoir des études portant sur l'Histoire du Royaume, d'assurer l'archivage, la publication et la vulgarisation du patrimoine civilisationnel du Maroc et d'entreprendre la réactualisation synchronique de l'histoire. Objectif poursuivi : faciliter l'accès de ce savoir historique à un large lectorat, tout en consolidant l'identité nationale. Dans cette perspective, l'institut, depuis 2006, a entrepris la préparation d'une chronologie détaillée de l'Histoire du Maroc et a publié le 1er numéro du Bulletin de l'institut dans le but d'élaborer un ouvrage de synthèse sur l'Histoire du Maroc. «Notre volonté est de rédiger l'Histoire contemporaine du Maroc en donnant un éclairage précis et dûment documenté sur les mouvements, les mutations sociaux majeurs ainsi que les constances de l'Histoire marocaine et la façon dont les événements ont continuellement interagi au cours des siècles, a souligné le Pr. Mohamed Kably, directeur de l'IRRH, sans oublier d'ajouter, que ces travaux de recherches permettaient aujourd'hui aux historiens d'établir un lien entre les faits et les événements de l'Histoire du Maroc, ce qui n'avait pas été possible de réaliser depuis plus de 40 ans.

Cet ouvrage d'importance traitera de l'espace géographique et de la diversité nationale du Maroc, de la période préhistorique jusqu'à l'arrivée de l'Islam, de l'époque médiévale, de l'expansion ibérique et les nouvelles dynamiques au XVe siècle, des crises et des tentatives de redressement du XVIe au XVIIIe siècles et tout le long du XIXe siècle ainsi que l'histoire contemporaine depuis l'époque du protectorat jusqu'en 1999. Cet ouvrage de synthèse historique est destiné à être traduit dans plusieurs langues dont l'anglais, l'espagnol et le français afin de faire connaître leur histoire passée et présente aux Marocains intra-muros mais également outre la Méditerranée, et ceci afin d' approfondir et d'enrichir la mémoire communautaire et de renforcer les valeurs identitaires et pérennes de la nation marocaine.

«L'Institut royal est avant tout une institution scientifique et citoyenne, a déclaré le Pr. Mohamed Kably. Notre démarche consiste à concilier la recherche empirique, documentée et la sauvegarde de la mémoire collective ainsi que l'ancrage des valeurs citoyennes qui exclut la désinformation, les approximations et les allégations fallacieuses», a-t-il poursuivi. Un travail de rigueur, d'objectivité et d'impartialité auquel tient particulièrement le Pr. Mohamed Kably pour mener à bien la tâche qu'il s'est assignée et à laquelle il s'est attaché le concours de 47 auteurs, dont des professeurs, des universitaires et des historiens afin de satisfaire aux exigences requises par la recherche scientifique.

«La tâche de l'institut ne se réduit pas à produire des écrits historiques selon les normes de la profession mais d'aider par tous moyens à la publication d'ouvrages historiques de vulgarisation destinés avant tout aux élèves et aux étudiants pour participer au développement et au renforcement de leur identité historique».
Parallèlement à sa mission didactique, l'Institut royal veille à s'ouvrir sur la communauté scientifique étrangère afin d'établir des partenariats de recherches communs, d'où l'organisation d'un prochain colloque international... Une autre voie pour encourager la compréhension des apports culturels et l'interaction des civilisations et de leurs richesses les unes aux autres.
----------------------------------------------------------------------

Congrès international
L'Institut royal organisera du 12 au 14 novembre un congrès international sous le thème «Le Maghreb et la Méditerranée occidentale à l'époque ottomane » en collaboration avec le Centre d'études sur l'histoire, l'art et la culture islamiques d'Istanbul.
Cette manifestation se propose tout d'abord d'être un trait d'union entre les membres de la communauté scientifique au sens large en réunissant chercheurs et universitaires marocains, turcs, égyptiens, français, hongrois, roumains, américains, etc.
Elaborer un travail de recherche historique commun autour de la Méditerranée, de son histoire et de sa civilisation, est l'autre ambition affichée de l'institut.



Repères

Missions de l'Institut royal pour la recherche sur l'Histoire du Maroc


Promotion des études portant sur l'Histoire du Maroc,

Publication des textes et de travaux relatifs à l'Histoire du Royaume,

Organisation de conférences et de rencontres scientifiques,

Développement des archives et du fonds documentaire,

Coopération dans le cadre d'actions scientifiques avec des structures de recherche nationales et étrangères.





Par Samira EZZEL | LE MATIN





© Copyright Le Matin

Les evenements de FES en 1912 - Trit'l (saccage)
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 11 avril 2012 a 06:05

Le Centenaire du « tritel » ou
le « Pogrome de Fez »,
17-19 avril 1912


Dans quelques jours le monde juif devra s’apprête à commémorer le centenaire d’une des pages les plus sombres de l’histoire du judaïsme en terre d’islam – le « tritel » ou le « pogrome de Fez », qui eut lieu du 17 au 19 avril 1912 (30 nissan 5672).

Au début du XXe siècle, le Maroc fraye la chronique internationale. Convoité par la France qui désire étendre son empire colonial sur l’Afrique du Nord, il excite aussi les ambitions de l’Angleterre et de
> l’Allemagne et faillit être la cause d’une guerre mondiale. Profitant de l’instabilité politique interne du pays, la France propose son aide militaire au faible sultan Mouley Hafid qu’elle accule à signer en mars 1912 un traité de protectorat. Cet accord fut perçu comme une trahison de la part du « commandant des fidèles » qui vendit aux infidèles une partie du dâr al-Islâm. Presque immédiatement l’étendard de la guerre sainte fut hissé, mais impuissante devant l’armée française, la colère arabe se déversera sur les boucs émissaires traditionnels de la hargne musulmane,¬ la communauté juive, accusée d’avoir attiré les Français au Maroc. Au lendemain de la « mimouna », qui devait marquer une certaine symbiose sociale entre Juifs et musulmans, des hordes déchaînées
> envahirent le quartier juif de la capitale, et pendant trois jours sans répit le pillèrent, le saccagèrent, et en massacrèrent une partie de sa population. Les scènes de barbarie furent effroyables, enfants et vieillards fauchés, femmes et fillettes violées et des enfants kidnappés. Le plus horrifiant fut sans doute la vision apocalyptique de la fuite effrénée des 12 000 habitants du mellah qui cherchèrent refuge dans la ménagerie du sultan où ils demeurèrent sans toit, dans une misère pitoyable pendant des semaines.

La catastrophe ne se mesura pas uniquement en pertes humaines et matérielles. L’incendie du mellah allumé par les Arabes détruisit tout un univers et réduisit en cendres des trésors culturels des oratoires et des bibliothèques, accumulés au fils des siècles par une des communautés les plus anciennes du monde islamique. Des photographies bouleversantes du drame furent diffusées dans la presse internationale mobilisant le judaïsme mondial comme au temps de l’Affaire de Damas (1840). Il est significatif que la presse sioniste perçut dans le cataclysme marocain la nécessité impérieuse d’un foyer national juif. Mais, à la différence des pogromes de Kichinev tout récents, le tritel, qui les dépassa peut-être en horreur, n’engendra pas une copieuse production littéraire.

Un regard superficiel donnerait à croire que la tragédie juive de Fès a été oblitérée par les douceurs du Protectorat. Dans l’ouvrage commémoratif que vient de publier aux éditions de l’Institut Ben Zvi,

Paul Fenton, professeur à la Sorbonne, montre que la persistance de cette tragédie dans la mémoire collective du judaïsme maghrébin pourrait constituer un des facteurs de l’exode massif des Juifs du Maroc au cours du XXe siècle.

La politique coloniale de la France suscita une confrontation à triple voix, non seulement entre l’Occident chrétien et le Maghreb musulman mais aussi, en raison de ses retombées dramatiques sur la communauté juive, avec le judaïsme nord-africain. Le recul d’un siècle qui a été témoin de l’extinction des communautés juives du Maghreb, permet d’analyser avec objectivité ce chapitre douloureux de leur histoire. Son étude montre clairement les complicités machiavéliques du pouvoir chérifien et du gouvernement de Paris pour détourner la fureur inévitable de la population musulmane du colonisateur et du sultan. Enfin, ce dernier n’a pas hésité à sacrifier les plus faibles de ses sujets - la minorité juive.

Une soirée commémorative sera consacrée au centenaire du tritel à l’Institut Ben Zvi, le lundi 16 avril, le lendemain aura lieu une journée de réflexion à l’Université de Bar-Ilan, et le mercredi le Professeur Fenton donnera une conférence en français au Centre de recherche français à Jérusalem.

Paul B. Fenton

Aller à la page: Précédent123456Suivant
Page courante: 5 of 6


Désolé, seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster sur ce forum.
Veuillez cliquer sur S'identifier pour vous enregistrer

   Rechercher sur
 

  Web    
Darnna

© 2008 Darnna.com - All rights reserved.

'