PUBLICATIONS DIVERSES :  DARNNA.COM
Publications, etudes ou articles divers concernant les religions, la litterature, la psychologie, la philosophie, les Arts, etc... 
Opération Némésis : La patiente et méthodique vengeance des arméniens
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 05 mai 2015 a 12:39

Opération Némésis : La patiente et méthodique vengeance des arméniens

par Pascale Davidovicz


Un plan machiavélique et un commando clandestin pour mener une chasse à l’homme.

Le 15 mars 1921 à Berlin un homme est tué d’une balle dans la tête.


La victime est Talaat Pacha, ancien chef du gouvernement turc, et l’assassin Soghomon Tehlirian, un étudiant arménien en mécanique, qui se laisse être arrêté par la police, après avoir été molesté par la foule.



Soghomon Tehlirian


Son procès a lieu à Berlin et attire journalistes et avocats.

C’est le présage d’une tribune au génocide arménien qui jusqu’alors n’a guère mobilisé la presse ni l’opinion internationales.

L’accusé raconte au juge comment, sur les ordres de l’ex-premier ministre Talaat Pacha, il fut déporté avec toute sa famille 6 ans plus tôt.

Il a assisté au massacre de sa mère et de ses sœurs, et a été laissé pour mort au milieu des cadavres des siens.

Il conclut sa déposition en disant : « je ne me crois pas coupable car ma conscience est tranquille. J’ai tué un homme, mais je ne suis pas un meurtrier. »



Talaat Pacha


C’est un peu comme si un juif avait eu la chance de mettre une balle dans la tête d’Adolf Hitler.

L’assassin Soghomon Tehlirian inverse la donne et oblige le tribunal à s’interroger sur le massacre des arméniens.

Le public est entraîné dans l’histoire mouvementée du peuple arménien dans l’empire ottoman, qui s’étend encore au début du 20ème siècle sur 3 continents, et où vivent 30 à 40 % de chrétiens et de juifs.

Les non musulmans sont dans un statut de seconde zone.

Tout ce qui est politique et militaire est musulman, le reste de la population est dans le commerce et la production.

Avec la modernisation de l’empire ottoman, des artisans grecs, juifs et arméniens se transforment en entrepreneurs, acquièrent une prospérité et envoient leurs enfants dans les universités en Europe.

Suite au déséquilibre socio économique entre dominants et dominés, les arméniens réclament des droits pour participer à la vie économique et politique de l’empire, commencent à être représentés par des partis politiques et demandent une identité, une autonomie et davantage de pouvoir.





Mais le sultan Abdülhamid II, hostile à toute réforme, choisit la répression de masse.

Les arméniens trouvent un allié dans le parti Jeunes Turcs qui veut sortir le pays de l’archaïsme.

Talaat Pacha milite dans ce mouvement qui s’inspire de la révolution française et réclame une monarchie constitutionnelle.

Il en gravit les échelons.

En juillet 1908, les Jeunes Turcs conduisent la révolution contre le sultan et demandent une constitution et un parlement.

Ils défilent dans la rue aux côtés des arméniens en chantant la marseillaise.


Sur les banderoles de ces manifestants arméniens, on peut lire:
liberté, égalité, justice.
C’est un immense espoir de libération du joug tyrannique et archaïque du sultan.

Jean Jaurès applaudit l’arrivée d’un régime qu’il imagine progressiste.

Les Jeunes Turcs remportent la majorité des sièges aux premières élections et Talaat Pacha devient député, puis ministre de l’intérieur et secrétaire du parti Comité Union et Progrès.

Les espoirs déçus.


Mais les promesses annoncées par le parti Jeunes Turcs : langue, autonomie et droits démocratiques restent lettres mortes car les Jeunes Turcs sont influencés par le nationalisme importé d’Europe qui rejette le modèle multi ethnique au profit d’un état nation.

En avril 1909, prélude au génocide, et 10 mois après l’instauration du nouveau régime, des massacres et des pillages organisés par le mouvement des Jeunes Turcs sont commis par des miliciens, avec le soutien des autorités locales, qui vont faire 30 000 morts arméniens.




Cadavres d’Arméniens massacrés à Adana.



Les dégâts matériels s’élèvent à plusieurs millions de livres turques, plus de cent mille arméniens sont sans-abri et 7 903 orphelins sont recensés.

Les massacres cessent le 17 avril 1909 avec l’arrivée des marines française, anglaise, russe, allemande, américaine et italienne, mais reprennent le 24 avril avec la venue de l’armée ottomane envoyée de Constantinople.

Les troupes constitutionnelles ottomanes participent aux massacres, comme en témoigne Stéphen Pichon, ministre des Affaires étrangères de la République Française, qui porte l’accusation à la Chambre française lors de la séance du 17 mai 1909 : « Il est arrivé malheureusement que des troupes qui avaient été envoyées pour prévenir et réprimer les attentats y ont, au contraire, participé. Le fait est exact. ».



Stephen-Jean-Marie Pichon



Le doute s’installe sur les volontés démocratiques du parti Jeunes Turcs.

Dans les provinces orientales, les arméniens fuient l’insécurité et la famine.

A la veille de la 1ère guerre mondiale 120 000 arméniens partent aux USA, 30 000 en Egypte et autant en Bulgarie ou en Roumanie.

En 1912, un évènement dans l’empire ottoman va tout faire basculer : la guerre des Balkans.

Un conflit initié par les chrétiens d’orient qui aspirent à retrouver leurs frontières ethniques mises à mal par le découpage impérial.

Serbie, Grèce, Bulgarie et Monténégro attaquent l’empire et sortent vainqueurs.

En une semaine les ottomans perdent 75% de leur territoire en Europe.

Tous les leaders Jeunes Turcs étaient originaires des Balkans, et après les Balkans ce ne pouvait qu’être le tour de l’Anatolie.

Le Parti Union et Progrès en conclut qu’il n’est pas possible de vivre avec les chrétiens, et le 23 janvier 1913, un triumvirat issu des Jeunes Turcs, dont Talaat Pacha, s’attribue les pleins pouvoirs par la force.



Réunion du Comité Union et Progrès
Reproduit de « Témoins de génocides impunis, Arménie 1895-1909-1915« .

Remerciements à Garbis Artin.



A la tête d’officiers radicaux, il chasse les membres du cabinet, tue le ministre de la guerreet se fait octroyer les pleins pouvoirs par une chambre terrorisée.

Cette radicalisation va donner lieu à une épuration, à l’instauration d’un parti unique totalitaire et à l’éradication des militaires de l’ancien régime au profit des officiers Jeunes Turcs.

Tous les préfets et gouverneurs de province vont être nommés selon leurs profils idéologiques.

La décision de la déportation arménienne.

En février 1914, des décisions sont prises en vue de la déportation de la population arménienne et de la confiscation de ses biens.

L’entrée de l’Empire ottoman dans la 1ère guerre mondiale au côté de l’Allemagne va favoriser le projet des Jeunes Turcs et, grâce à cette alliance, ils vont bénéficier d’un apport important de technologie militaire et de sommes colossales.

Depuis de longue date, la réorganisation de l’armée turque a été confiée à l’Allemagne.

L’Allemagne envoie à Istanbul une importante délégation militaire commandée par le général Otto Liman von Sanders qui devient conseiller et inspecteur général de l’armée ottomane.



Liman von Sanders Pascha als türkischer Oberbefehlshaber im Ersten Weltkrieg (1916)


C’est à ce titre qu’il sera appelé à témoigner en 1921 au procès de Soghomon Tehlirian.

Il ne niera pas qu’il y ait eu des déportations et des massacres, mais il mettra tout cela sur le dos de décideurs subalternes et tentera de disculper les dirigeants.

De la déportation au génocide.


A l’hiver 1914, l’empire ottoman, allié des empires allemand et austro-hongrois contre la Russie et les occidentaux, ouvre un front face aux russes au cœur de l’Arménie historique.

Mais l’empire ottoman est envahi.

Battu, il multiplie les violences à l’égard des arméniens, assyro-chaldéens et grecs orthodoxes.

Les arméniens se retrouvent soit du côté ottoman, soit du côté russe.

En janvier 1915, prétextant le passage à l’ennemi de certains soldats, les Jeunes Turcs désarment les 120 000 arméniens de l’armée ottomane et les affectent dans des bataillons de travail.



Groupe d’Arméniens affecté aux travaux de voirie. Source : Maria Jacobsen: Diary (Oragrutjun) 1907-1919, Kharput-Turkey. Antelias 1979


Mais un autre plan est à l’œuvre.

Ils vont être exécutés, par petits groupes, parfois après avoir creusé les tranchées de leurs fosses communes.



Aux alentours de Bitlis : cadavres décapités de travailleurs.


«Des groupes de 80 à 100 hommes ont été éloignés, isolés, entourés par des soldats et des officiers turcs et tués à coups de fusil ou de baïonnette… On ne trouve trace d’aucune relation de ces faits, aucune trace de poursuites contre les assassins de ces soldats arméniens, qui avaient été préalablement dépouillés de leurs insignes et de leur uniforme et réduits à des bataillons de travailleurs»

Témoignage du suisse S. Zurlinden, qui fait ici allusion aux activités des soldats de la 52e division commandée par Khalil Pacha.

La question des volontaires arméniens dans l’armée russe est l’un des arguments négationnistes pour justifier le génocide sous prétexte de trahison, et les déportations pour éviter le coup de poignard dans le dos d’une cinquième colonne.

La radicalisation se cristallise en mars 1915 au cours de plusieurs réunions du Parti Jeunes Turcs dans son quartier général à Istanbul où on passe de la volonté de déportation à celle d’extermination systématique.

Le 24 avril 1915 marque le début des rafles dans la capitale Constantinople.

Plus de 2000 intellectuels et notables arméniens sont arrêtés.



Pendaison des notables arméniens de Constantinople par la police ottomane le 24 avril 1915 (Source Comité de Féfense de la Cause Arménienne.)


Dans tout l’empire ottoman c’est le même scénario.



Photo du génocide arménien, prise à Alep en 1915. AFP


Une idée nouvelle de la déportation arménienne vers le désert de Syrie est alors envisagée.



Déportés arméniens, 1915. Femmes, enfants, vieillards, sont soit massacrés sur place, soit déportés le plus souvent à pied vers les déserts de Syrie et d’Irak. CNRS


Le télégramme chiffré de Talaat Pacha qui prouve que la destination réelle est l’extermination.

Une note interne du 26 mai 1915 fait état du sérieux problème arménien pour l’état et envisage la solution finale.

Au procès, un des avocats de Soghomon Tehlirian montre un des télégrammes chiffrés de Talaat Pacha, ministre de l’intérieur, destiné au préfet d’Alep.



égramme adressé par Talaat Pacha


à la préfecture d’Alep le 29 septembre 1915.

« Il a été précédemment communiqué que le gouvernement, sur l’ordre du Djémièt a décidé d’exterminer entièrement tous les Arméniens habitant en Turquie. Ceux qui s’opposeraient à cet ordre et à cette décision ne pourraient faire partie de la forme gouvernementale. Sans égard pour les femmes, les enfants et les infirmes, quelques tragiques que puissent être les moyens de l’extermination, sans écouter les sentiments de la conscience, il faut mettre fin à leur existence. »

Les termes sont clairs.

Mais le procureur s’insurge.

Il refuse que soit examinée son authenticité, ni qu’il soit porté au dossier

Pour lui, les jurés n’ont pas à se prononcer sur la culpabilité de Talaat Pacha, mais sur celle de son meurtrier.

Pourtant les Jeunes Turcs avaient prévu de réduire le nombre d’arméniens autour de 200 000.

Ils en ont déporté 1 million 300 000.

Entre 150 à 200 000 ont survécus en Syrie et en Irak.

Ce ne sont pas des fanatiques et leur précision est mathématique.

Il faut réduire la population chrétienne à 10% des musulmans, c’est la condition de lutte pour la survie animale appliquée à l’homme, c’est ce qu’on appelle le darwinisme social, obsessionnel chez les Jeunes Turcs, qui visent une homogénéité du peuple et une économie nationale.

Ils décident de récupérer les biens des populations encombrantes qui menacent la préservation d’un sanctuaire turc.

Et c’est bien la 1ère guerre mondiale qui a constitué la condition de mise en œuvre de cette politique systématique d’extermination, qui a levé toutes les inhibitions et libéré la violence avec de surcroît le blanc-seing de l’Etat.

Selon la loi allemande, si la préméditation est avérée, Soghomon Tehlirian risque la peine de mort.

A la barre, une rescapée des massacres bouleverse les jurés.

Elle raconte qu’en juillet 1915 à Erzurum, ville d’Anatolie orientale, on a réuni toute la population de la ville qui devait quitter les lieux et abandonner ses maisons sous prétexte que c’était dans la zone des combats.

C’était un mensonge.

Le convoi comportait 500 familles, la sienne était de 21 personnes avec 3 chariots à bœufs pour emporter tout ce qui était possible.

Dans la campagne, des gendarmes les ont arrêtés, ont cherchés des armes, se sont emparés de leurs couteaux et même de leurs parapluies.

Arrivés à Erzindjan, ils ne peuvent pas pénétrer dans la ville, sont privés d’eau et leurs bœufs sont confisqués.



Dead of exhaustion – a deported Armenian child – Kharberd, 1915


On les remet en route.

Ils commencent à apercevoir des monceaux de cadavres et ont les pieds tachés de sang.

Cinq cents jeunes gens attachés les uns aux autres sont précipités dans l’eau et périssent noyés.

Les survivants n’ont pas le droit de pleurer et sont poussés en avant à l’aide de barres de fer pointues.

Arrivés à Malatya, les hommes et les femmes sont séparés.

Les hommes sont abattus à coup de hache et à la nuit tombée les gendarmes viennent choisir les plus belles femmes.

Celles qui refusent sont transpercées à coup de baïonnette et écartelées.

Les femmes enceintes sont éventrées et le bébé jeté au sol.



On appelle ces escadrons les bataillons bouchers et on dénombre 32 sites abattoirs où ils attendent l’arrivée des déportés.

Ces groupes avaient été retirés de l’armée et était une émanation directe du parti – à l’instar de ce que sera la SS du 3ème Reich.

Ces unités spéciales venaient de 3 origines différentes :

- les tribus kurdes,
- les nombreux émigrants musulmans provenant du Caucase ou des Balkans qui avaient soif de vengeance contre les chrétiens suite à la débâcle subie dans les Balkans,
- les prisonniers de droit commun, dont des psychopathes, que le Parti Union et Progrès a fait sortir de prison.

Les plus dangereux criminels sont ainsi devenus membres de ces groupes paramilitaires chargés du processus d’extermination.

Durant le témoignage accablant du témoin, l’émotion gagne la salle d’audience qui montre son indignation, les turcs quittent leurs places, et le jury est impressionné.

Un des avocats de Soghomon Tehlirian dit que des milliers de témoignages sont avérés comme celui qui vient d’être rapporté à la cour.

Arrive le moment des experts médicaux.

Le docteur Robert Stormer qui a examiné Soghomon Tehlirian le déclare épileptique, mais pas de naissance et plutôt suite au massacre de sa famille.

Sur les 5 experts médicaux, 3 déclarent Soghomon Tehlirian responsable de son acte.

Le procureur insiste sur la préméditation et demande la peine capitale.

Les brillantes plaidoiries des défenseurs de Soghomon Tehlirian durent pendant 4 h et sont écoutées religieusement.

L’un d’eux rappelle que la cour martiale de Constantinople avait condamné à mort Talaat Pacha en 1919.

Un autre insiste sur l’image de l’Allemagne considérée comme complice des turcs massacreurs et qu’un acte de justice est indispensable pour démontrer que les turcs étaient les alliés de l’ancien gouvernement prussien mais que le vrai peuple allemand ne peut être solidaire de ces atrocités.

Le jury se retire pour délibérer.

La réflexion d’un jeune juriste polonais qui va laisser son nom dans l’histoire et créer le fondement du nouveau droit pénal international qui permet d’accuser de génocides et de crimes contre l’humanité.

L’accusé, Soghomon Tehlirian, qui est venu poursuivre ses études à Berlin, prétend ignorer que Talaat Pacha s’y trouvait.

Il l’aurait rencontré dans la rue et le cadavre de sa mère le hantait.

Ce sont ces visions et ces crises d’épilepsie qui l’auraient conduit à le tuer.

Bien qu’il se soit installé en face de chez lui, la préméditation est écartée.



Raphael Lemkin (1900-1959)


Présent au procès, Raphael Lemkin pose la question à l’un de ses professeurs : « je ne comprends pas pourquoi on n’arrête pas un homme, Talaat Pacha, responsable de la mort d’au moins un million de personnes, qui peut marcher librement dans la rue, alors qu’on arrête un homme parce qu’il en a tué seulement un autre. Cela n’a aucun sens pour moi. Pourquoi n’arrête t-on pas d’abord celui qui a tué un million de personnes ? »

Son professeur lui répond : « Imagine un fermier qui a beaucoup de poulets et ce fermier tue ses poulets, qui s’en préoccupe ? Ce n’est pas ton problème, tu n’es pas supposé intervenir. »

Il continue en expliquant qu’il s’agit de souveraineté nationale et qu’un état souverain peut faire tout ce qu’il veut de ses citoyens.

Lemkin répond : « Mais les gens ne sont pas des poulets ! »

Raphael Lemkin sera à l’origine du mot génocide et ses travaux s’inscriront comme le fondement du nouveau droit pénal international qui permet d’accuser de génocides et de crimes contre l’humanité.

La tension est à son comble dans le public qui attend le verdict.

Le président du jury prend la parole : « les jurés de la cour criminelle de Berlin déclare l’accusé non coupable de meurtre avec préméditation. »

Le 3 juin 1921, soit moins de 3 mois après l’attentat, Soghomon Tehlirian est acquitté au terme d’un procès de deux jours.

Ce procès était particulièrement gênant pour la chancellerie allemande, seule capable de stopper la main du bourreau turc contre la population arménienne.

Elle ne l’a pas fait pour des raisons stratégiques et en porte la responsabilité.

Le crime.


L’Allemagne n’a jamais remis en question l’alliance de guerre avec la Turquie et a contrecarré tout ce qui pouvait le faire.

C’est ça le crime.

C’était un pacte avec des meurtriers et avec cette idée impérialiste de devenir une grande puissance comme la France, la Grande Bretagne ou la Russie.

L’Allemagne considérait que le Proche-Orient pouvait être une base pour cela.

Il y eut cette déclaration funeste de l’empereur d’Allemagne Guillaume II lors de son deuxième voyage en Orient, peu de temps après les massacres contre les arméniens, où il se définit comme le protecteur des 300 millions de musulmans vivant à travers le monde.



Guillaume II, dernier empereur allemand


Pour sauver la face, l’Allemagne acquitte Soghomon Tehlirian pour cause de perturbation psychologique et qui sort sous les applaudissements le 3 juin 1921.

L’ensemble du public et de la presse salue le verdict comme un geste véritable de justice de la jeune république de Weimar.

Mais ce que tout le monde ignore, c’est que Soghomon Tehlirian n’a pas dit toute la vérité.

Ses parents ont bien été massacrés, mais il n’a pas assisté à la tuerie, et encore moins été blessé ou enseveli sous le corps de ses proches.

Car en 1915, le jeune Soghomon est engagé dans les groupes de volontaires arméniens qui combattent aux côtés de l’armée russe contre les turcs dans le Caucase.



Un an plus tard, quand les troupes russes pénètrent en Arménie, Soghomon Tehlirian comprend qu’il ne reverra plus les siens.

En 1921, Soghomon Tehlirian ne se trouve pas à Berlin tout à fait par hasard.

Il n’est pas non plus l’étudiant en mécanique qu’il prétend être, tout comme Kevork Kaloustian et Vahan Zakarian ne se réduisent pas aux rôles d’interprètes qu’ils prétendent être.

Ils font en réalité tous partie d’un commando clandestin de jeunes militants arméniens constitué pour traquer les anciens criminels Jeunes Turcs à travers l’Europe.



L’opération Némésis.

L’opération, du nom de la déesse de la vengeance dans la mythologie grecque, voit le jour dès la fin de la guerre.

Lorsqu’en 1918, les alliés entrent dans Constantinople, la Turquie vaincue est montrée du doigt par la communauté internationale face aux massacres perpétrés à l’encontre des arméniens.

Le nouveau gouvernement turc voulant se démarquer des responsables du génocide organise leur procès.

Talaat Pacha et les membres du triumvirat Jeunes Turcs sont condamnés à mort par contumace mais ont déjà été exfiltrés par leur allié allemand.

L’Allemagne refuse leur extradition.

Dès lors, il ne reste plus qu’à se rendre justice soit même et naît la patiente organisation clandestine de l’opération Némésis, c’est-à-dire vengeance.



On réunit quelques jeunes gens qui ont tous des raisons personnelles de vouloir venger l’assassinat de leurs familles et de leur peuple.

Une dizaine de noms parmi lesquels Soghomon Tehlirian, membre du parti Dachnak, qui n’en est pas à sa première mission.

Il a déjà exécuté un agent des services de renseignements turc d’origine arménienne à Istanbul.

Le choix d’exécuter Talaat Pacha correspond à une stratégie du parti Dachnak.

Soghomon Tehlirian ne doit pas seulement l’abattre, il a aussi pour consigne de se laisser arrêter pour que son procès propulse le génocide arménien au centre de l’actualité.

C’est une opération de justice et de réparation pour rappeler cette cause au moment où elle est en train de disparaître de la scène internationale du fait de la sortie de guerre.

La fédération révolutionnaire arménienne avait le plus investi dans sa relation avec le Parti Union et Progrès, au sein duquel un climat de confiance s’était établi.

Les militants dînaient ensemble le soir à l’Ile des princes à Istanbul, manifestaient dans l’opposition à Paris ou à Genève, se connaissaient parfaitement, avaient des traits culturels communs et étaient francophones.

Pour les arméniens un génocide était inconcevable.

Ils ne pouvaient pas imaginer une seconde que leur allié, avec lequel ils avaient une telle intimité, pourrait aller jusqu’à cette extrémité.

Entre 1920 et 1922, c’est une dizaine de hauts responsables Jeunes Turcs qui tombent sous les balles des vengeurs arméniens de l’opération Némésis.

L’opération Némésis est décidée en Arménie par le parti Dachnak au Congrès d’Erevan en 1919.

C’est un règlement de comptes, l’exécution d’une sentence rendue par contumace et aussi une vengeance contre des gens qui ont trahi le parti.

Mais il ne fallait rien précipiter, rien bâcler et chaque détail avait son importance.

Un élément fondamental est qu’au sein des Jeunes Turcs, il y a un arménien infiltré de Dachnak, Hratch Papazian, qui se fait passer pour un étudiant turc sous le pseudonyme de Mehmet Ali et qui va renseigner les commandos.

Il ira jusqu’à se faire circoncire et porter le cercueil de Talaat Pacha, alors que sa propre famille a été massacrée sous ses ordres.

Entre 1920 et 1922 a lieu sur trois continents, une traque des responsables du génocide des Arméniens.

L’Opération Némésis organisée à partir de Boston et Constantinople, répercutée à Genève, exécutée à Berlin, Rome et Tiflis organisera l’élimination des personnalités suivantes:

- Haroutioun Meguerditchian, traître arménien qui avait aidé à l’élaboration de la liste des intellectuels arméniens de Constantinople déportés le 24 avril 1915. Il est abattu par Soghomon Thelirian en mars 1920 à
- Vahe Ihsan, traître arménien, abattu par Archavir Chiragian le 27 mars 1920 à
- Fath Ali Khan Khoiski, premier ministre d’Azerbaïdjan, et responsable des pogroms anti-arméniens de Bakou de septembre 1918, abattu par Aram Yerganian en juin 1920 à Tiflis (aujourd’hui Tbilissi, capitale de la Géorgie).
- Talaat Pacha, ancien ministre de l’Intérieur, abattu par Soghomon Tehlirian,à Berlin le 15 mars 1921. Arrêté par la police allemande, Tehlirian est acquitté devant l’immensité des crimes de sa victime.
Behbud Khan Civanşir, ministre de l’Intérieur de la République d’Azerbaïdjan, responsable des pogroms anti-arméniens de Bakou de septembre 1918, abattu par Missak Torlakian à Constantinople dans la nuit du 28 juillet 1921 alors qu’il se rendait au « Pera Palace ». Torlakian est jugé par les autorités britanniques et déclaré irresponsable en novembre 1921.
- Said Halim Pacha, ancien Grand Vizir, abattu par Archavir Chiragian, à Rome le 5 Décembre 1921.
- Cemal Azmi, ancien préfet de Trébizonde, surnommé le bourreau de Trébizonde, abattu par Archavir Chiragian et Aram Yerganian, à Berlin, le 17 avril 1922
- Bahattin Şakir, responsable des unité de tueurs de l’Organisation Spéciale dans les provinces orientales, abattu par Aram Yerganian et Archavir Chiragian, à Berlin le 17 avril 1922
- Cemal Pacha, ministre de la Marine, abattu par Stepan Dzaghigian, à Tiflis (aujourd’hui Tbilissi, capitale de la Géorgie), le 25 juillet 1922

En 1943, à la demande de la Turquie, l’Allemagne nazie transfère les restes de Talaat Pacha de Berlin à Istanbul.

Il a un mausolée sur la colline de Sisli.

Les restes d’un autre membre du triumvirat ont été transférés en 1996, comme une nouvelle provocation des autorités turques qui persistent à nier le génocide des arméniens.

Car si les turcs reconnaissent le génocide, ils devront réparer le tort commis, rembourser et compenser les pertes subies.

Ils ne le veulent pas.

La première raison est matérielle.

Mais la deuxième raison est morale.

C’est l’effet Pinocchio : les turcs mentent depuis plus de 90 ans.

L’identité nationale turque, comme toutes les nations a besoin de héros, de pères fondateurs mais ceux-ci sont si impliqués dans le génocide arménien qu’il est difficile de les considérer comme des voleurs et des meurtriers.

A la fin de la première guerre mondiale, une petite république arménienne est créée sous les hospices des vainqueurs.

Mais coincée entre deux grands voisins prédateurs et abandonnée par les puissances alliées, elle finit par succomber à l’entente de la Turquie kémaliste avec la Russie soviétique.

Elle devient de 1920 et jusqu’en 1991 une des républiques socialistes soviétiques.

La main qui a vengé le peuple arménien.

Soghomon Tehlirian a vécu en Yougoslavie, puis aux USA.

Partout où il passait les arméniens se mettaient à genoux et lui baisait la main droite.

Il est enterré à Fresno en Californie.

Il n’y a pas son visage mais la main qui a vengé le peuple arménien.



L’artiste qui a conçu le monument à sa mémoire dit qu’il a voulu exprimer par un aigle l’arme de la justice arménienne contre le serpent de Talaat Pacha.

Les militaires allemands, alliés des turcs, ont bien retenu la leçon d’une parfaite extermination.

Les prochains à en faire les frais seront les juifs.

Pascale Davidovicz

Sources :
Arte La vengeance des arméniens – Tessa Hofmann sociologue et historienne Université Libre de Berlin – Claire Mouradian historienne au CNRS – Gaïdz Minassian journaliste au Monde Armélogie.blogspot.com – Taner Akçam historien université Clark University Worcester – Gérard Chaliand géopolitologue – Raymond Kevorkian historien – Jacques Derogy journaliste auteur du livre Opération Némésis les vengeurs arméniens publié en 1986 aux éditions Fayard – findagrave.com – genocide-museum.am – oullins-patriote.com –

araratnouvelles.wordpress.com – imprescriptible.fr – herodote.net – arfarshavirshiragian.com



[www.tribunejuive.info]






Désolé, vous n'avez pas d'autorisation poste/réponse dans ce forum.

   Rechercher sur
 

  Web    
Darnna

© 2008 Darnna.com - All rights reserved.

'