ROND-POINT CULTUREL :  DARNNA.COM
Litterature, Arts & Opinions  
Les Cahiers d'Etudes Levinassiennes
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 27 mars 2006 a 14:49

Le "Nouvel Observateur" de la semaine derniere a repris une des publications de Emmanuel Levinas publiee lors du centenaire de la naissance du philosophe (1905-1995). Ecrit datant de 1990 sur les droits de l'homme.

"Les droits de l'homme sont-ils un nouvel imperialisme ?"

Je cite ces paroles dont la reflexion semble toujours actuelle :

"Voici derriere les droits a la vie et a la securite, a la libre disposition de ses biens et a l'egalite de tous les hommes devant la loi, a la liberte de la pensee et de son expression, a l'education et a la participation au pouvoir politique, tous les autres droits qui les prolongent ou les rendent concretement possibles : les droits a la sante, au bonheur, au travail et au repos, a la demeure et a la libre circulation, etc. Mais aussi, au-dela de tout cela, le droit de s'opposer a l'exploitation par le capital - les droits syndicaux - et jusqu'au droit au progres social ; a l'affinement - utopique ou messianique - de la condition humaine, le droit a l'ideologie ainsi que le droit a la lutte pour le droit integral de l'homme et le droit d'assurer les conditions politiques de cette lutte. La modernite des droits de l'homme va certainement jusque-la ! Il est certes necessaire aussi de se demander quels sont l'urgence, l'ordre et la hierarchie de ces droits divers et s'ils ne compromettent pas les droits fondamentaux quand on exige tout inconsiderement.
Mais ce n'est pas la, reconnaitre une limite a la defense de ces droits ; ce n'est pas contester, c'est poser un probleme nouveau a propos d'un droit incontestable et, sans pessimisme, lui consacrer une reflexion necessaire."


Je cite encore :

"Mais les droits de l'homme - c'est-a-dire les la liberte de chacun, l'unicite de la personne - ne courent-ils pas aussi le risque d'etre dementis ou offusques par les droits de l'autre homme ? Ce que Kant appelle "regne des fins" est une pluralite des volontes libres, unies par la raison. Une liberte n'est-elle pas cependant, pour l'autre volonte, sa negation possible et ainsi au moins, une limitation ?"

"Mon devoir a l'egard d'autrui qui interpelle ma responsabilite est une investiture de ma propre liberte"

----------

D'autre part, toujours sur Emmanuel Levinas, sur le site consacre au philosophe :

[www.levinas.co.il]

Il y a un article extremement interessant de Benny Levy - Commentaires de l'"Etre Juif" (dans les Cahiers d'Etudes Levinassiennes
no. 1)
Lire sur ce site des extraits du commentaire de Benny Levy sur l'article de Levinas "Etre juif".


Re: Les Cahiers d'Etudes Levinassiennes
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 27 mars 2006 a 20:30

Benny Levy (qui a ete l'ami, a une certaine epoque, de J.P Sartre) commente Levinas sur le theme "etre Juif" par ses quelques reflexions interessantes.

Quand Levinas parle des Juifs, il ne parle pas du judaisme mais de l'etre juif, de l'exister a l'existant (juif).

Le Juif est ineluctablement rive a son passe.

- L'horizon de l'assimilation : le present

- L'horizon du Juif : le passe

Dans Le temps et l'autre, Levinas avait fait le silence sur le passe. Pour donner sa jeunesse au commencement, son elan a l'instant, il avait fait le sacrifice du passe (a la verite, il l'avait laisse... a l'arriere, secretement).

' Nous voudrions tenter autre chose : caracteriser la signification ontologique de cette existence du monde non-juif vers laquelle l'assimilation accedait. '


Quand Levinas definit le monde moderne il le definit comme hypocrisie : non pas comme vilain defaut contingent, mais comme double attachement a la fois au philosophe et au prophete. Ici, l'hypocrisie, et c'est la meme chose, est definie comme double attachement au fond paien et a la forme chretienne.

' Car la vie quotidienne est essentiellement un present : avoir affaire a l'immediat, s'introduire dans le temps, non pas en parcourant tout le fil du passe, mais d'un coup ; ignorer l'histoire. Et si l'immediat est rapporte a un passe, ce passe, a son tour, prend allure de present. Toujours limite, il se detache arbitrairement d'un passe plus lointain. '


et encore de Levinas qui entre dans le present aussi :


' Etre dans le present, c'est traiter le monde, c'est nous traiter nous-memes, comme on traite les gens qui nous entourent, dont on ignore la biographie, qui arraches a leur famille, a leur milieu, a leur interieur, sont tous de "pere inconnu", abstraits en quelque maniere, mais, pour cela precisement, donnes immediatement. '



L' individu ' moderne est de pere inconnu.

Comme l'enfant tire sur le double noeud, au lieu de le denouer. Etre dans le monde moderne, c'est dechirer le passe. On dechire le lacet. On tranche le noeud, au lieu de le denouer avec precaution, tel Alexandre, fondateur de la vie moderne en etant le chef du monde grec et la racine du monde romano-chretien. Le glaive d'Alexandre, c'est la coupure du present. Ce geste prend le present comme s'il sortait de rien, comme s'il naissait de soi. Autant de formules que Levinas lui-meme semble reprendre a son compte dans De l'existence a l'existant et dans Le temps et l'autre.




Re: Les Cahiers d'Etudes Levinassiennes
Posté par: CASAANITA (IP enregistré)
Date: 28 mars 2006 a 08:59

"Mon devoir a l'egard d'autrui qui interpelle ma responsabilite est une investiture de ma propre liberte".
S'il n'y avait qu'une phrase de Levinas a retenir, je me demande si ca ne serait pas celle-la.
On pourrait l'ecrire en lettres d'or autant dans notre esprit que dans notre coeur. N'est-ce pas?




Re: Les Cahiers d'Etudes Levinassiennes
Posté par: kirstine (IP enregistré)
Date: 28 mars 2006 a 10:29

Et en plus simple a retenir: ma liberte finit la ou celle de l'autre commence...




Re: Les Cahiers d'Etudes Levinassiennes
Posté par: lionel (IP enregistré)
Date: 28 mars 2006 a 12:11

Laila, tu me parais dans d'excellentes dispositions......

Bisou

Re: Les Cahiers d'Etudes Levinassiennes
Posté par: kirstine (IP enregistré)
Date: 28 mars 2006 a 13:28

Lionel....GRRR!

Re: Les Cahiers d'Etudes Levinassiennes
Posté par: CASAANITA (IP enregistré)
Date: 28 mars 2006 a 14:03

Kirstine, "ma liberte finit la ou celle de l'autre commence", c'est une phrase que j'emploi a tout bout de champ, mais la prose de Levinas renouvelle le genre! Et elle va plus loin pour moi.




Re: Les Cahiers d'Etudes Levinassiennes
Posté par: kirstine (IP enregistré)
Date: 28 mars 2006 a 14:08

Exact casaanita... j'ai juste voulu m'amuser un peu! Moi aussi je dis souvent cela pour moi ou quand je vois le comportement de trop de gens de nos jours...suivez mon regard! Tu vois ou nous en sommes en France! CPE ou pas CPE....




Re: Les Cahiers d'Etudes Levinassiennes
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 15 avril 2006 a 21:32

Je retrouve avec bonheur ces quelques phrases de Levinas et Benny Levy - toujours interessants a lire ! Il faudrait continuer la reflexion la dessus.



Désolé, seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster sur ce forum.
Veuillez cliquer sur S'identifier pour vous enregistrer

   Rechercher sur
 

  Web    
Darnna

© 2008 Darnna.com - All rights reserved.

'