ROND-POINT CULTUREL :  DARNNA.COM
Litterature, Arts & Opinions  
Un auteur marocain, FOUAD LARAOUI, et un livre
Posté par: (IP enregistré)
Date: 15 mars 2006 a 21:43

J'ai aim? ? la folie un bouquin d'un ?crivain marocain, "M?fiez vous des parachutistes" de Fouad LARAOUI.
Eduqu? dans les ?coles fran?aises de Casablanca (Foucault, je crois?) il en a dig?r? le fran?ais jusqu'? la lie pour nous raconter dans une langue color?e mais ch?ti?e, ? travers cette loupe qu'il ?cartait souvent pour regarder ? c?t?, un Casablanca et un Maroc que seul ses yeux ont pu voir, avec un humour qui est bien celui que l'on trouve chez tous les Marocains, m?lange de r?f?rences grotesques et d'autod?rision, de fatalisme et de tendresse.

Lisez ce livre, il vous divertira et vous fera r?fl?chir.

Re: Un auteur marocain, FOUAD LARAOUI, et un livre
Posté par: charly (IP enregistré)
Date: 15 mars 2006 a 21:55

bonsoir !
lilbg je ne connais pas tellement les auteurs marocains
a par tahar benjloul ,j'aime beaucoup son ecriture.
desolee si j'ecorche son nom .
dany

Re: Un auteur marocain, FOUAD LARAOUI, et un livre
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 16 mars 2006 a 09:09

Oui Tahar Benjelloun a fait paraitre dernierement un livre qui tombe justement a pic c'est "Les emigres" (je crois que c'est bien le titre). Je ne l'ai pas lu mais j'en ai vu la presentation dans quelques emissions.

La litterature marocaine subit un bond actuel assez interessant car les ecrivains et publications sont multiplies.Le Maroc participe activement au Salon du livre de Paris qui doit se tenir prochainement. De nombreuses maisons d?edition exposent quelques centaines de livres differents dans le but justement de promouver cette litterature.

Je crois ecrire juste Benjelloun car j'en avais dans ma classe au college des Benjelloun, filles de riches bourgeois qui arrivaient au college en voiture avec chauffeur attitre.






Re: Un auteur marocain, FOUAD LARAOUI, et un livre
Posté par: charly (IP enregistré)
Date: 16 mars 2006 a 14:01

Litt?rature : le Maroc ? l?honneur
A d?couvrir au Maghreb des Livres

jeudi 23 f?vrier 2006, par Olivia Marsaud


La 12e ?dition du Maghreb des Livres (H?tel de Ville de Paris, 25-26 f?vrier) met la litt?rature marocaine ? l?honneur. Une vingtaine d??crivains et d??diteurs vont faire le voyage pour assister ? la manifestation. Afrik, partenaire de l??v?nement, en profite pour faire un point sur l??criture marocaine contemporaine.



Voir aussi
- Coup de soleil sur le Maghreb
- Ces ?crivains fran?ais d?origine maghr?bine
- L?oeuvre de Cheikh Anta Diop restitu?e par son fils a?n?
- Des contes africains in?dits


Culture
- Lagunes de C?te d?Ivoire
- L?Skadrille : 1er album ? Nos Vies ?
- Harry Roselmack, premier journaliste noir au 20h de TF1
- La Journ?e internationale de la femme selon Queen Et?m?






L?Economiste



Afrique du Nord
- Alg?rie : des cartes pr?pay?es pour apprendre sur le Net
- EasyJet d?barque au Maroc
- Trip-hop, MIG : ? La diff?rence est une richesse ?
- Nigeria et Egypte : premiers foyers de la grippe aviaire en Afrique


Maroc
- ReKrute.com, premier portail de l?Emploi et du Recrutement au Maroc
- La tourn?e maghr?bine de Rumsfeld
- Rabat "d?ment" la construction d?une prison secr?te de la CIA
- Les pays maghr?bins pr?viennent contre la grippe aviaire




Des ?crivains marocains, on conna?t, en France, quelques noms. Celui de Mohamed Choukri, mort en 2003 et auteur (arabophone) du c?l?bre livre Le Pain nu, censur? au Maroc jusqu?en 2000, ou Driss Chra?bi, un des grands auteurs de langue fran?aise. Aujourd?hui, le plus connu est sans doute Tahar Ben Jelloun, natif de F?s vivant ? Paris, qui s?est fait conna?tre en 1985 avec L?enfant de sable et a obtenu le Prix Goncourt en 1987 pour La nuit sacr?e. On peut encore citer Fouad Laroui, qui vit ? Amsterdam, ?crit en fran?ais et a donn? ? l?humour ses lettres de noblesse, notamment dans M?fiez-vous des parachutistes (1999), portrait comique de la soci?t? marocaine.

Qu?en est-il du reste de la production litt?raire ? Pour Abdelhaq Anoun, chercheur et enseignant ? la facult? des Lettres de l?Universit? Choua?b Doukkali d?El Jadida, la litt?rature marocaine actuelle conna?t une vraie ? effervescence ?. ? Le lecteur est embarrass? devant la multitude et la diversit? de notre litt?rature, notamment de langue fran?aise. Cette derni?re est devenue le lieu o? s?exacerbent toutes les tendances, tous les mod?les re?us, toutes les habitudes ?, explique-t-il. Et de citer Mahi Binebine, Abdellah Taia, Mohamed Nedali, Abdelfattah Kilito, Youssef Amine Elalamy, Abdelhak Serhane... Des ?crivains qui font partie du vent de renouveau qui souffle sur la production litt?raire ch?rifienne de langue fran?aise depuis une quinzaine d?ann?es.

Plumes f?minines

Au Maroc, on publie aujourd?hui en arabe comme en fran?ais et le chercheur note que ? la ?bi-langue? chez l??crivain marocain, qui a ?t? douloureuse dans le pass?, semble devenir source de richesse ? l??re de l?interculturel ?. Les ?crivains s?inspirent de l?actualit? politique et ?conomique : la pauvret?, le drame de l?incarc?ration ou l??migration clandestine comme dans Cannibales de Mahi Binebine (1999). Et ? de plus en plus de femmes prennent la plume pour s?exprimer, pour raconter, pour nous faire voir le Maroc autrement ?, note Abdelhaq Anoun. Parmi elles : Le?la Abouze?d, Yasmine Chami-Kettani, Le?la Houari, Fatima Mernissi, Bahaa Trabelsi ou encore Rachida Yacoubi.

Mais, ? dans un pays o? 48% de la population est analphab?te, il faut un ?norme courage pour opter pour l??criture. On ne peut pas vivre de sa plume au Maroc. Le livre ne se vend pas. C?est un probl?me de pouvoir d?achat, de tradition litt?raire et ?ditoriale mais surtout de culture de lecture ?, regrette l?enseignant. Marie-Louise Belarbi qui est ? la t?te de la librairie Carrefour des Livres ? Casablanca depuis 22 ans, et de Tarik Editions, une maison cr??e en 2000, analyse : ? C?est vrai qu?il y a un foisonnement : de plus en plus de gens ?crivent. Nous avons organis? un concours de nouvelles avec l?hebdomadaire TelQuel et nous avons re?u des textes de tout le pays, dont beaucoup de tr?s grande qualit?. Mais, c?t? ?ditorial, on observe une baisse tr?s nette des tirages et des ventes. Une dizaine de maisons d??dition surnage. Nous, qui sortons une dizaine de livres par an, misons sur les co?ditions avec la France. Pour la librairie, au d?but, ?a a tr?s bien march?. On a r?ussi ? faire venir les Marocains. Mais nous devons faire face ? de gros probl?mes de distribution. ? Un peu d?espoir tout de m?me ? Certainement car, comme le dit Marie-Louise, ? ceux qui restent sont d?termin?s ? ! ? Je suis contente que le minist?re de la Culture marocain participe financi?rement pour la premi?re fois au Maghreb des Livres. C?est une manifestation importante pour nous car elle permet de faire conna?tre nos livres en France. ?



Re: Un auteur marocain, FOUAD LARAOUI, et un livre
Posté par: charly (IP enregistré)
Date: 16 mars 2006 a 14:11



BARBUS JUSQU?AUX DENTS > ROMAN SATIRIQUE

Un interview de Abdelhadi Sa?d




Dans ? Barbus jusqu?aux dents ?, son premier roman, Abdelhadi Said porte un regard satirique sur son pays, le Maroc, ballott? entre ses aspirations modernistes et le retour mena?ant des obscurantismes. On y croise un po?te contrari?, informaticien dans une administration gagn?e par un m?lange ahurissant de technologisme et de religiosit?, et un astrologue qui d?couvre par accident que la Terre tourne. Annonc?e aux m?dias ? aux heures de pointe religieuse ?, la nouvelle fait ?moi chez le peuple, et scandalise le pouvoir?


















Pouvez-vous vous pr?senter ?
Je suis n? en 1974, dans une sorte de presque ville qui s'appelle Bouche-du-Puits. Je suis tomb? dans l'amour des livres d?s mon enfance, que j'ai pass?e ? Marrakech. Une certaine faiblesse pour les maths m'a destin? au m?tier d'ing?nieur. Dans la r?publique litt?raire, je suis un sans-papiers.
Cette clandestinit? ne me d?range pas tant que ?a, et semble-t-il, ce que j'?cris pla?t aux gens. A tort ou ? raison, mon premier recueil de po?mes fut prim?, j'avais 22 ans. J'en suis ? mon cinqui?me livre.


Le personnage principal du roman est un po?te "contrari?" exer?ant sa fonction d'ing?nieur dans une administration qui a grand mal ? se d?kafka?iser. Difficile de ne pas faire un rapprochement autobiografique...
Dans ce roman, je tente en partie de d?crire l'administration ? travers le regard anti-officiel et irr?v?rencieux de M., po?te-ing?nieur tiraill? entre son m?tier et sa vocation. Ce qui m'int?ressait, c'?tait d'entrevoir ce qui, au del? des vell?it?s de r?forme ou de modernisation, r?siste justement ? toute "d?kafka?isation".
Il y a quelque chose d'intrins?quement ?trange dans tout lieu de travail. Voil? des gens avec qui vous passez le plus clair de votre vie, sans jamais qu'ils ne deviennent "les v?tres". La familiarit? est subordonn?e au degr? d'"officialit?" qui r?git vos rapports. C'est un arrangement collectif tacite et compl?tement artificiel, qui fait que dans une administration, les gens ne sont presque jamais eux-m?mes. Quant ? savoir si M. me ressemble, la r?ponse est plus qu'?vidente.


Le roman s'attaque ? quelques sujets sensibles tels que la religion, la situation de la femme, l'arbitraire de la politique. Besoin de coller ? l'actualit? ?
Dans un pays o? la libert? se conjugue encore au futur, il est normal que l'acte d'?crire questionne cette actualit? et cherche ? la d?passer. Nos soci?t?s arabo-musulmanes sont tenues en otage dans des pseudo-projets de modernisation, qui ne font qu'ajouter au malaise et au d?sarroi de peuples entiers. Ces pseudo-projets sont bas?s sur un mensonge de taille, ?rig? en objectif national : vouloir b?tir une soci?t? moderne sur la base de l'h?ritage religieux. Je dis que cette entreprise est impossible, elle est techniquement infaisable. A l'exception de quelques voix sporadiques, les intellectuels locaux cautionnent par leur silence cette attente chim?rique dans laquelle s'emp?trent de plus en plus les jeunes g?n?rations, d?chir?es entre une modernit? mal assum?e (et mal assimil?e) et un h?ritage qu'on refuse de d?poussi?rer et dont le poids p?se, comme un boulet,sur la marche des individus et des communaut?s.
Un autre mensonge, corollaire au premier : selon le discours ambiant, il y aurait une discontinuit? entre la sph?re des mod?r?s et celle des radicaux, si bien qu'il suffirait de courtiser les premiers (pour les contenir) et de d?simpl?menter les seconds. Cette strat?gie proc?de ?galement d'une erreur d'optique. Au lendemain du terrible tsunami asiatique, la presse du parti islamiste repr?sent? dans le parlement a soutenu la th?se du ch?timent divin. C'est dire ? quel point ce parti est mod?r?.


Quel ressort l'humour actionne-t-il dans cette construction ?
L'humour est une approche parmi d'autres. Comment amener un lecteur emmur? dans un ?difice de convictions ? se concevoir autrement, sans pour autant vulgairement le heurter ? Voil? une des difficult?s ? laquelle devait faire face le roman. L'humour permet plus facilement le partage et la participation. Il fluidifie ?galement l'?change occasionn? par la lecture, l'auteur avait peut-?tre besoin de se d?faire de son propre lot d'illusions, en prenant en quelque sorte le lecteur ? t?moin...


Le monde de la technique n'est pas ?pargn?. Pourtant, vous portez un regard presque tendre sur ces "bataillons d'ing?nieurs, jeunes puceaux form?s ? la va-vite et recrut?s en masse dans tous les secteurs". La technologie est-elle la voie s?re pour acc?der ? une forme acceptable de modernit? ?
Dans un passage du roman, Mouh, en pleine r?union, suspend religieusement son intervention, pour avoir entendu une voix de muezzin. Mais tr?s vite, il se rend compte que ce n'est pas l'heure de la pri?re et provoque un scandale en s'en prenant ? ce satan? muezzin qui ose ainsi d?boussoler les musulmans. Un moment plus tard, on d?couvrira qu'il s'agit d'un muezzin ?lectronique install? sur le propre PC de Mouh, dont l'horloge est d?phas?e...
Les rapports entre la religion et la technique m'ont toujours fascin?. J'observe que les islamistes recrutent davantage chez les ing?nieurs que parmi les chercheurs en lettres ou en sociologie. Les r?seaux et la messagerie sont une aubaine. J'observe aussi qu'un ing?nieur islamiste, en plus du muezzin, installe toujours un logo aux lettres d'Allah en guise de fond d'?cran sur son PC. L'islamiste moderne non seulement adopte la technologie mais tente d?sesp?r?ment de l'islamiser, tout en rejetant en bloc et sans examen la la?cit?, la libert?, les lumi?res et les sciences humaines. Cette contradiction, qui proc?de d'une vision utilitariste et s?lective, ne semble pas le g?ner.






Re: Un auteur marocain, FOUAD LARAOUI, et un livre
Posté par: ahmed (IP enregistré)
Date: 17 mars 2006 a 00:10

darlett a ecrit:
-------------------------------------------------------
> Oui Tahar Benjelloun a fait paraitre dernierement
> un livre qui tombe justement a pic c'est "Les
> emigres" (je crois que c'est bien le titre).

Bonjour Darlett,
Le dernier livre de T. Benjelloun, dont tu parles, s'intitule " Partir"

Re: Un auteur marocain, FOUAD LARAOUI, et un livre
Posté par: charly (IP enregistré)
Date: 17 mars 2006 a 06:10

Tahar Benjelloun cartonne
Partir, le dernier livre de Tahar Ben Jelloun se classe en cinqui?me position dans le classement des meilleures ventes en France deux semaines apr?s sa parution.
Tir? ? 35.000 exemplaires, le livre a d?j? ?t? r?imprim? ? 5.000 exemplaires.

R?sum? de livre

L?action commence ? Tanger, port depuis lequel on aper?oit les c?tes espagnoles brillant la nuit. Face ? Tanger, le bonheur... Mais sur la mer, le danger, avec tous ces passeurs peu scrupuleux qui font commerce du r?ve et dont le cynisme m?ne chaque ann?e ? la mort des dizaines de jeunes gens. Azel, pour sa part, choisit un autre mode de passage : il b?n?ficie de la g?n?rosit? d?un homosexuel espagnol qui va lui permettre d?obtenir un visa pour s?journer en Europe. Et l?amour dans tout ?a ? Peut-?tre est-ce celui de la belle Kenza, qui reste sur le sol marocain, qui remettra Azel sur le ? bon chemin ?, entre mirage et d?sespoir. Revenir ?




Re: Un auteur marocain, FOUAD LARAOUI, et un livre
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 17 mars 2006 a 08:48

Merci Dany, je me marre car j'en ai fait "Les emigres" !! J'ai vraiment la memoire qui flanche !

Il y a d'ailleurs un petit compte-rendu place par moi-meme il n'y a pas bien longtemps au sujet de ce livre justement. (Oh rage, oh desespoir... grand sourire classique)




Re: Un auteur marocain, FOUAD LARAOUI, et un livre
Posté par: charly (IP enregistré)
Date: 17 mars 2006 a 08:55

'ten fais pas darlett
(oh rage oh desespoir) cela m'arrive
plus souvent que je ne le voudrais aussi
j'ai la memoire qui flanche je me souviens plus tres bien
dany



Désolé, seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster sur ce forum.
Veuillez cliquer sur S'identifier pour vous enregistrer

   Rechercher sur
 

  Web    
Darnna

© 2008 Darnna.com - All rights reserved.

'