CULTURES ET TRADITIONS JUIVES :  DARNNA.COM
Musique andalouse, histoire juive, culture judéo-berbère, judéo-espagnol, littérature juive, Rabbins, cimetières juifs au Maroc, Patrimoine juif au Maroc 
Aller à la page: 12Suivant
Page courante: 1 of 2
La Kahena, reine des berberes
Posté par: place de france (IP enregistré)
Date: 09 décembre 2005 a 09:28

La Kahena

Kahena (feminin de Cohen)(ou Kahina), de son vrai nom Dihya est la principale figure de la resistance berbere e l'avancee des troupes musulmanes entre 695 a 705. a la tete de la tribu juive des Djerouas implantee dans les Aures (a l'est de l'actuelle Algerie) elle parvint a associer plusieurs tribus indigenes juives et chretiennes.


La Kahena est une reine berbere connue pour le talent avec lequel elle a su organiser le Maghreb, "de Gabes a Tanger", comment elle, juive, a amene les Berberes paeens a adopter cette religion et dans quelles conditions elle fut vaincue, en 702, par les Arabes arrives de Tunisie, dans les Monts des Aures ou, actuellement se dresse une statue la representant pres de Khenchela.

la fin du VIIe siecle apres J.-C., lorsque apres plusieurs tentatives infructueuses, les Arabes repartent e l'assaut du Maghreb, avec une armee commandee par Hassan Ibn-Noomane, ils se heurtent une nouvelle fois a la resistance berbere. C'est une reine de l'Aures, Dihya, surnommee « la Kahena « qui est l'ame de cette resistance. Elle combat energiquement et tient en echec les Arabes, mais elle finit par etre vaincue et capturee. Elle demeure vivante dans la memoire de tous les Berberes. (dont je fais partie personnelement,du cote de mon arriere grand-mere paternelle,nee a Mogador M'ssiida Barachichat)L




Re: LA KAHENA REINE DES BERBERE
Posté par: place de france (IP enregistré)
Date: 09 décembre 2005 a 09:52

Les origines juives de la Kahena

Une partie des Berberes professait le judaesme, religion qu'ils avaient recue de leurs puissants voisins, les Israelites de la Syrie, et de Palestine. (les juifs de palestine sont arrives il y a 2500 ans au Maroc)lorsqu'il n'y avait que des Berberes.
Le Maroc actuel n'existait pas
Parmi les Berberes juifs, on distinguait les Djeraoua, tribu qui habitait l'Auras et a laquelle appartenait la Kahena, femme qui fut tuee par les Arabes a l'epoque des premieres invasions.
Les autres tribus juives etaient :
- les Nefouea berberes de l'Ifrikia,
- les Fendelaoua,
- les Mediouna,
- les Behloula,
- les Ghiatha
et les Fazaz, berberes du Maghreb-el-Acsa.
Idris premier, descendant d'El-Hacen, petit-fils de Mahomet, fit disparaitre de ce pays jusqu'aux dernieres traces des religions chretienne, juive et paeenne et mit un terme a l'independance de ces tribus.




Re: LA KAHENA REINE DES BERBERE
Posté par: place de france (IP enregistré)
Date: 09 décembre 2005 a 10:06

C'est au coeur du massif des Aures, dans le sud de l'Algerie et de la Tunisie actuelles, qu'au VIIe siecle vivait la puissante tribu berbere des Djeraoua, d'origine juive, dont la Kahena etait la reine.
Cette femme, d'une beaute remarquable fille unique de son pere,et dotee de pouvoirs etranges, predisait l'avenir et guerissait les malades, jouissant parmi les siens d'une autorite indiscutee car elle rendait la justice avec equite mais savait aussi se montrer impitoyable.
Lorsque les Arabes deciderent de porter la parole du Prophete de par le monde, ils envahirent l'Afrique du Nord, detruisirent Carthage et chasserent les Byzantins installes dans les colonies cotieres. Refusant d'abjurer sa foi, la Kahena rassembla les peuplades de l'Ifrikia, de la Numidie et de la Mauritanie et, e la tete d'une armee innombrable, parvint a infliger aux Arabes une terrible defaite.
Ce fut le dernier acte de resistance contre l'islam de cet etonnant peuple berbere, souvent meconnu, melange d'anciens Libyens, Pheniciens et surtout Juifs...
qui marqua un tournant decisif dans la destinee des pays du Maghreb.

Dans les Aures, au VIIe siecle, elle fut la derniere avec sa tribu des Djeraoua a opposer ses armes a l'avancee des Arabes et de l'Islam.

Au milieu des trahisons et des embuscades, elle livre un combat sans merci a cette force montante tout pres d'imposer sa loi a une Afrique du Nord religieusement divisee.
Voici un tres beau portrait de femme de pouvoir, sorciere aux charmes puissants, a l'energie sans faille, qui marchera au martyre avec grace et detachement apres avoir exhorte ses fideles a se dresser contre la fatalite.




Re: LA KAHENA REINE DES BERBERES
Posté par: arrifi (IP enregistré)
Date: 25 décembre 2005 a 22:21

Quels sont les sources exactes qui vous font dire que Dihya etait juive?




Re: LA KAHENA REINE DES BERBERES
Posté par: arrifi (IP enregistré)
Date: 25 décembre 2005 a 22:23

kahina etait le surnom donne par les arabes , ces derniers la consideraient comme une sorciere.




Re: LA KAHENA REINE DES BERBERES
Posté par: place de france (IP enregistré)
Date: 26 décembre 2005 a 09:49

ARRIFI,VOILA TU VAS TE METTRE A LIRE TOUT SUR LA KAHENA
[www.amazon.fr]
[fr.search.yahoo.com]

TU AS ICI 67 000 TEXTES
LIS ET TU VERRAS.




Re: LA KAHENA REINE DES BERBERES
Posté par: arrifi (IP enregistré)
Date: 26 décembre 2005 a 19:21

Je connais l histoire de Dihya, mais son origine juive n est pas sur, car il s'avere que dans les traditions juives on ne donnait pas le pouvoir a une femme.

[www.arrif.com]




Des femmes célèbres dans la culture marocaine.
Posté par: attarbladi (IP enregistré)
Date: 23 janvier 2007 a 03:08

je propose ce sujet en hommage à toutes les femmes du Monde et en particulier celles qui sont avec nous dans ce site.

Originaire de Nafzawa, elle a marqué son temps :

Zaïnab Tanfzawit : Une grande femme berbère du XIe siècle

L'une des plus grandes figures féminines du XIe siècle au Maghreb était sans doute l'étonnante Zainab, originaire de la tribu de Nefzawa. Elle avait joué un grand rôle dans l'histoire du Maghreb médiéval, grâce à sa large connaissance des affaires politiques.

Après avoir été mariée à plusieurs hommes de pouvoir, Zainab devient, en 1071, non seulement l'épouse, mais également la conseillère perspicace du maître des Almoravides, Yusuf Ibn Tachfine. Elle l'a considérablement aidé, voire poussé à conquérir la majeure partie du Maghreb et de l'Espagne.

Ainsi, la fondation de cet immense empire allant de l'Atlantique jusqu'au-delà d'Alger, et du Sénégal jusqu'à l'Espagne musulmane, peut être attribuée au génie de Yusuf, mais aussi et surtout aux conseils judicieux et à l'extrême habilité politique de sa femme Zainab. Car en effet, et selon la plupart des sources, notamment les descriptions données par Ibn Idari, El Bakri, et Ibn Khaldoun, Zainab était une femme très belle, énergique, dotée d'une intelligence peu commune, et d'une large connaissance des affaires politiques au point qu'on l'appelait «la magicienne».

En fait, avant d'épouser Yusuf b. Tachfine, elle avait déjà partagé la vie du chef de l'Ourika, Yusuf Ibn Ouatas, dont elle avait était la concubine. Ensuite elle avait épousé le prince d'Aghmat, Laghout. Devenue veuve, elle s'est remariée avec Abu Bakr b. Umar, le cousin de Yusuf b. Tachfine, et le premier chef almoravide.

Toutes ces années partagées avec des hommes de pouvoir l'ont enrichie de beaucoup d'expériences, surtout sur le plan politique, car elle réglait la plupart des affaires conjointement avec ses ex-époux successifs. C'est donc grâce à ses qualités et à ses expériences qu'elle était devenue le grand guide de son quatrième mari, Yusuf b. Tachfine, novice en matière de politique.

Quelle était donc l'origine de cette femme si fascinante et si ambitieuse ? On a très peu de renseignements concernant son passé. On sait tout juste qu'elle était la fille d'Ishaq El Houari, et qu'elle venait vraisemblablement de Kairouan, originaire de la tribu de Nefzawa, une fraction de la grande tribu zénète située dans l'Ifriquiya méridionale.

En fait, outre les Masmouda, qui représentaient le plus ancien groupe amazigh du Maghreb, une autre branche était constituée par les Sanhadja. Ces derniers comportent les Sanhadja du nord-est rassemblés par les Zirides, et les Sanhadja du sud-est, fondateurs de l'empire Almoravide.

Par ailleurs, un troisième groupe se distinguait de plus en plus par sa pression dans le Maghreb, il s'agit de celui des Zanata, composé de plusieurs tribus, dont entre autres, celle des Maghrawa, des Banu Ifren, et des Nefzawa.

Au début, Zainab s'installa d'abord à Aghmat, située au débouché du nord de l'Atlas, et qui fut une ancienne dépendance de Masmouda. Mais les Maghrawa (Imgharen) avaient écrasé cette dernière et se sont emparés d'Aghmat et c'est ainsi que leur chef Yusuf Ibn Ouatas la domina en devenant Cheikh de l'Ourika, et prit Zainab pour concubine. Mais peu de temps après, ces Maghrawa avaient été envahis par les Banu Ifren, et l'Ourika tomba sous leurs mains. Aghmat ne tarda pas à tomber à son tour, leur prince Laghout épousa légalement la belle Zainab.

Néanmoins, elle ne tarda pas à perdre son second compagnon. Les Almoravides, venant du Sud saharien pour faire leur conquête vers le nord, avaient envahi en 1056 les régions de Sous, de Massa à Taroudant avant de s'emparer d'Aghmat. Son prince Laghout, forcé par le chef Almoravide, Abu Bakr b. Umar, la quitta pour se réfugier à Tadla, mais cette dernière finit aussi par succomber, et Laghout fut tué dans le combat.

C'est ainsi que Zainab devint la veuve héritière d'Aghmat et de ses richesses. Selon Ibn Idari, elle reçut de multiples demandes en mariage, surtout de plusieurs princes de Masmouda. Mais elle refusa toutes ces demandes, en affirmant qu'elle n'épouserait que celui qui serait capable d'unifier tout le Maghreb. Peu de temps après, elle épousa le maître des Almoravides, Abu Bakr.

Mais encore une fois, et sous la contrainte, cette union ne dura pas longtemps. Car en effet, Abu Bakr avait reçu de mauvaises nouvelles parvenant du Sahara, où avait éclaté un grave conflit au sein de Sanhadja, entre les tribus de Lemtouna et de Messoufa. Ce conflit était devenu tellement alarmant qu'il avait obligé Abu Bakr à se rendre sur place pour le régler, d'autant plus qu'il menaçait l'intégrité de son pouvoir, car c'étaient ces tribus sahariennes qui avaient constitué les bases mêmes de la domination Almoravide.

Mais sachant qu'il ne pouvait pas se rendre au Sahara en abandonnant les terres conquises, ainsi que les luttes acharnées contre les Zénètes d'une part, et les Barghwata d'autre part, il décida alors de déléguer ses pouvoirs à un lieutenant pendant son absence, et choisit son cousin Yusuf b. Tachfine pour cette mission.

Ainsi, avant de quitter Aghmat, devenue la capitale de son pouvoir, il confia à Yusuf la moitié de son armée, et commanda l'autre moitié vers le sud. Et craignant le pire une fois parti, il préféra libérer des liens du mariage Zainab qui avait été, selon la plupart des sources, l'instigatrice de ce divorce.

L'attitude de Zainab était révélatrice de son importance et de sa forte personnalité dans l'univers du rudes Sanhadjiens. Abu Bakr lui conseilla de se remarier provisoirement avec Yusuf b. Tachfine, à qui il dit avant son départ « Marie-toi avec elle, c'est une femme de génie ».

Trois mois plus tard, en mai 1071 et après la fin de la période de retraite légale ordonée par le Coran, Yusuf se maria avec Zainab, cette ambitieuse qui allait l'aider à combler ses volontés expansionnistes vers le nord du Maghreb.
Ainsi, Yusuf b. Tachfine ne disposant pas d'une forte armée pour continuer les conquêtes de son cousin, Zainab lui fit don de toute sa fortune pour l'équipement et l'organisation de ses troupes.

Il termina d'abord l'oeuvre d'Abu Bakr en fondant la ville de Marrakech, qui devint la capitale de son pouvoir ascendant. Il semblerait que Zainab ait été l'instigatrice du choix de son emplacement, vu que cette nouvelle capitale était située pas loin d'Aghmat où elle avait vécu.

La puissance de Yusuf avait pris une grande ampleur, ce qui inquiéta Abu Bakr, celui-ci annonça alors à son cousin son prochain retour, certainement dans l'espoir de reprendre son pouvoir et sa femme. Mais Yusuf n'entendait pas lui céder sa puissance acquise et le prestige de son pouvoir, et encore moins Zainab qui ne se réjouissait d'ailleurs pas à l'idée de redevenir l'épouse d'Abu Bakr.

C'est ainsi qu'elle intervint en conseillant à Yusuf d'accueillir Abu Bakr froidement, en alignant devant lui sa rude armée, tout en le couvrant de riches présents qui représentaient un luxe pour le saharien. Ébloui par tant de richesses, Abu Bakr en demanda la raison à Yusuf, celui-ci lui répondit « C'est pour que tu ne manques de rien au désert où t'attendent de nouveaux exploits ».

Abu Bakr avait compris le sens de ce message, il avait jugé, en voyant le nombre des soldats de Yusuf, qu'il serait plus prudent d'accepter ses cadeaux. Et après un court séjour à Aghmat, il rédigea le document de cession de pouvoir en présence de deux notaires. Ensuite, il repartit définitivement vers le sud, où il continua son prosélytisme en Afrique noire jusqu'à sa mort, survenue en 1087 à Tagant.

Yusuf b. Tachefine devint alors le souverain incontestable du Maghreb, et le maître de l'immense empire après son intervention en Al-Andalus. C'est ainsi que les conseils pertinents de l'ambitieuse Zainab créèrent la première grande dynastie amazigh homogène.

Sources: Fatima Moutaoukil
LE MATIN




Re: Des femmes célèbres.
Posté par: hassanazdod (IP enregistré)
Date: 29 janvier 2007 a 21:40

ATTARBLADI
la plus clebre de toutes une reine berbere la kahina juive ou musulmane
a voir
hassan
kahena.jpg

Re: Des femmes célèbres.
Posté par: hassanazdod (IP enregistré)
Date: 29 janvier 2007 a 21:46

oh oui mon ami beacoup a dire sur cette femme qui sort de l ordinaire
et marque son temps tu n es pas berbere AMAZIGH et je t in vites a decouvrir la vie de cette reine
hassan
tableau amazigh kahina.gif

Des femmes célèbres dans la culture marocaine
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 28 août 2007 a 14:32

Pour Vidal Sarfaty qui me demandait si le sujet avait ete traite sur darnna.




Des femmes célèbres dans la culture marocaine
Posté par: noemi (IP enregistré)
Date: 28 août 2007 a 14:42

Bonjour,

Une femme que j'aime spécialement, une Berbère Mririda n'Aït Attik

je vous laisse la découvrir, ou la redécouvrir sur ce site où vous lirez aussi ses merveilleux poèmes, nous en reparlerons après, avec plaisir...si vous le voulez bien.

[www.souss.com]





Mririda n'Aït Attik



Des femmes célèbres dans la culture marocaine
Posté par: suzanne (IP enregistré)
Date: 28 août 2007 a 22:59

oui j'ai lu ca et entendu parler par ma mere qui est de souss.


liberez-le

Des femmes célèbres dans la culture marocaine
Posté par: mriziga (IP enregistré)
Date: 21 mars 2009 a 02:30

Vous n'avez jamais enttendu parlez de Tourya Chaoui(Première femme Aviateur au Maroc morte assassinée par unanti fiministe. Il y avait même une réaction du roi Mohammed V a ce sujet.
je ne connait pas vraiment l'histoire, si quelqu'un peut nous en dire un peut plus sur cette jeune femme.

Des femmes célèbres dans la culture marocaine
Posté par: andre (IP enregistré)
Date: 21 mars 2009 a 11:47

Citation:
mriziga
Vous n'avez jamais enttendu parlez de Tourya Chaoui(Première femme Aviateur au Maroc morte assassinée par unanti fiministe. Il y avait même une réaction du roi Mohammed V a ce sujet.
je ne connait pas vraiment l'histoire, si quelqu'un peut nous en dire un peut plus sur cette jeune femme.

On peut en lire d´avantage en se dirigeant vers ce lien.


[www.telquel-online.com]




Aller à la page: 12Suivant
Page courante: 1 of 2


Désolé, seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster sur ce forum.
Veuillez cliquer sur S'identifier pour vous enregistrer

   Rechercher sur
 

  Web    
Darnna

© 2008 Darnna.com - All rights reserved.

'