CULTURES ET TRADITIONS JUIVES :  DARNNA.COM
Musique andalouse, histoire juive, culture judéo-berbère, judéo-espagnol, littérature juive, Rabbins, cimetières juifs au Maroc, Patrimoine juif au Maroc 
Aller à la page: Précédent12345678Suivant
Page courante: 2 of 8
Re: FETES JUIVES
Posté par: Lucky (IP enregistré)
Date: 09 décembre 2005 a 17:25

je les ai apprises avec mes enfants. Merci soly tu es genial.

lucky

Re: FETES JUIVES
Posté par: place de france (IP enregistré)
Date: 11 décembre 2005 a 01:21

DEGUISEMENTS DE POURIM

La mode de se deguiser a Pourim remonte a la nuit des temps. Elle fut la cause, il y a quelque 400 ans, en Italie, d'une grave dissension rabbinique. En effet, le rabbin Yehouda Mintz publia, a cette epoque, un livre de Responsa (Sheeloth ou-Teshouvoth) dans lequel il autorisait les hommes a revetir, a Pourim, des vetements feminins. Le rabbin Israel Sirkis, autorite religieuse de premier plan et auteur du Beith Hadash, s'eleva avec vigueur contre cette violation du verset 22 du 22eme chapitre du Deuteronome : "Une femme ne mettra pas de vetements d'homme, et un homme ne se revetira pas d'une robe de femme". Il critiqua egalement la coutume, particulierement chere aux Italiens, de mettre des masques qui empechent les gens de se reconnaitre, chose absolument interdite, declara-t-il, aussi bien a Pourim qu'en toute autre occasion.

On lit dans le Sefer ha-Minhaguim (Livre des coutumes) de la communaute de Worms, en Allemagne la description suivante d'une journee de Pourim :

"Le Shabbath qui precede la fete, les jeunes gens se rendent dans une maison eloignee de la synagogue et ils y revetent leur revetement de Shabbath, appele aussi manteau de chasse, dont la manche droite est cousue. Chacun d'entre eux se recouvre d'un chapeau pointu. Ils quittent cette maison en cortege, deux par deux, precedes d'un gareon habille en clown qui danse et fait toutes sortes d'acrobaties..."
Aujourd'hui encore, le deguisement reste la manifestation la plus evidente de Pourim, pour les jeunes et les moins jeunes aussi.
De le s'est developpee la tradition du "Ad lo yada", le carnaval : en Israel, surtout e Tel Aviv, il y avait une grande procession de chars et de personnes costumees dans les rues, le jour de Pourim. Mais cette manifestation, qui etait tres vivace avant la cretion de l'Etat et durant ses premieres annees, n'est plus aussi importante aujourd'hui.

PLATS ET RECETTES DE POURIM
La patisserie la plus courante a Pourim est connue sous le nom../ d'"oreilles d'Aman". C'est une sorte de petit chausson triangulaire, generalement fourre de graines de pavot. On ne sait guere d'ou vient ce nom et les suppositions vont bon train. Pour certains, c'est le tricorne que portait Aman qui est ainsi ridiculise. D'autres rapportent un Midrash qui decrit Aman s'insinuant dans les archives du roi, "tout courbe, la tete recouverte et les oreilles basses ". En yiddish, les "oreilles d'Aman" se disent Homen Tashen ("poches d'Aman") ce qui ouvre la porte a un jeu de mots fonde sur le verbe hebreu Tash (affaiblir). On dit ainsi d'Aman que sa force s'est affaiblie (Tash ko'ho) et qu'il n'est plus a meme de faire du mal aux Juifs.

Mais une des explications les plus vraisemblables est que les Homen Tashen sont une deformation (volontaire) de Mahn Tashen, qui designe tout simplement, en yiddish, le chausson au pavot !

Une autre patisserie de Pourim s'appelle, en yiddish egalement, les kreple'h : il s'agit, le aussi, d'une sorte de chausson triangulaire, mais fourre de viande hachee. Pourquoi en mange-t-on ‘ Pourim ‘ Deux explications assez savantes nous sont proposees, fondees toutes deux sur des initiales :

Kippour, Hoshana Rabba et Pourim sont trois fetes oe il etait coutume de frapper ou de se frapper. En effet, e Yom Kippour certains fideles se faisaient donner 39 coups de lanieres pour les aider e se repentir de leurs peches; a Hoshana Rabba on frappe sur le sol un bouquet de feuilles de saule, comme expiation finale des fautes de l'annee ecoulee; a Pourim on frappe les pupitres de la synagogue lors de la lecture de la Meguila, pour conspuer Aman chaque fois que son nom est prononce.

Le verset 16 du 13eme chapitre du Deuteronome ("Frappe, frappe, les habitants de cette ville [idoletre]") commence en hebreu par les mots "Hake take...", d'oe l'on deduit, sur le mode plaisant, en prenant ces lettres comme initiales : Hoshana Rabba, Kippour, Aman, toukhlou krepple'h harbe - autrement dit : "gavez-vous de kreple'h" pendant les fetes en question.
Il existe egalement une 'Hala [pain natte] de Pourim, preparee specialement pour le festin de la fete et agrementee de raisins secs ; elle prend souvent des dimensions extravagantes.

Certains preparent aussi de petits gateaux triangulaires que l'on met a frire, et que l'on decore de chocolat et de bonbons.

N'oublions pas le poisson de Pourim, qui se sert accompagne d'herbes et de petits raisins.

Certains textes anciens relatent la coutume de servir des graines le soir de Pourim, en souvenir d'Esther qui, dit-on, se contenta d'une nourriture des plus frugales dans le palais du roi pour ne pas enfreindre les lois alimentaires. Ce serait l'explication des graines de pavot dont sont fourrees les "oreilles d'Aman ". Pour la meme raison, certaines communautes tiennent e mettre sur la table du repas de Pourim toutes sortes de noix, noisettes, pistaches, etc. D'autres encore pensent qu'il y faut aussi des feves, qui, elles, rappellent la tristesse et le deuil (jeene d'Esther avant sa confrontation avec Aman) car c'est un plat de feves que certains ont coutume d'apporter aux familles en deuil pendant la semaine de shiva qui suit l'enterrement d'un proche parent.

Enfin, dernier invite du festin de Pourim : la dinde (appelee aussi "poule d'Inde"). Elle doit rappeler e notre souvenir le roi Assuerus, qui regnait, on le sait, sur 127 provinces depuis...l'Inde jusqu'au pays de Koush (chap. 1:1) ! En Europe, on n'attribue pas une intelligence particuliere e ce volatile et le roi Assuerus ne doit guere etre flatte de la comparaison

LE MONDE A L'ENVERS
Dans l'atmosphere joyeuse de Pourim se developperent au cours des siecles mille inventions en rapport avec l'allegresse de la fete. On essaya d'appliquer, souvent au pied de la lettre, le 1er verset du 9e chapitre: Ve nahafokh hou ("ce fut le contraire qui arriva !"). On s'habille e l'envers, des clowns marchent sur les mains au milieu des rires, le monde entier est sur la tete.

JEUX DE POURIM
Des la periode du Talmud on avait pris l'habitude de se livrer a des jeux specifiques a Pourim, destines essentiellement a "augmenter la joie". Un de ces jeux, cite dans le traite Sanhedren (64b) du Talmud, est nomme mashwarta de- Pourim. Il consistait a suspendre un grand cerceau au dessus d'un feu de joie allume pour la circonstance et e faire sauter les enfants e travers.

A la periode des Gaonim on confectionnait de grandes figurines de paille qui avaient la forme d'Aman, on y mettait le feu et on dansait autour avec frenesie.

D'autres jeux encore se developperent avec le temps, et l'on on vit aussi apparaetre des parodies du Livre d'Esther qui s'appuyaient sur d'autres evenements de l'histoire biblique, comme la vente de Joseph par ses freres, l'animosite entre Jacob et Esae, ou encore la lutte de David avec Goliath.

Une autre coutume consistait a monter des petits groupes de theatre qui allaient faire leur numero de famille en famille, jouant des pieces de circonstance comme, par exemple "Le jeu d'Assuerus", agremente de chansons et de musique.

LA MALEDICTION D'AMAN
La lecture de la Meguila (le Livre d'Esther) se deroule a la synagogue, dans une atmosphere exceptionnelle. Beaucoup de fideles ont devant eux un texte de la Meguila sur parchemin qui a ete transcrit par un scribe, dans toutes les regles de l'art. Si, dans le brouhaha de la synagogue, un mot du texte lu en public venait a echapper a l'oreille d'un des assistants, il lui serait ainsi possible de le retrouver dans son manuscrit, pour pouvoir accomplir comme il se doit le commandement de la lecture de la Meguila.

Les enfants sont deguises, et brandissent des instruments varies, tels que crecelles, betons, sifflets, e l'aide desquels ils creent un grand tumulte chaque fois que l'officiant prononce le nom de Aman. Celui-ci doit alors attendre que le bruit se calme avant de pouvoir reprendre sa lecture.

Ce tumulte, le "frappage d'Aman " est une coutume qui remonte loin dans le passe et elle est commune a toutes les communautes de Diaspora. Certains rabbins penserent en limiter la portee, mais a en juger par ce qui se passe aujourd'hui dans le monde juif, il semble bien que cette protestation vigoureuse continue allegrement e faire son chemin.

ENVOIS DE CADEAUX ET DONS AUX PAUVRES POUR POURIM
La coutume d'envoyer des cadeaux (mishloa'h manoth) e ses amis donne un cachet tout particulier a la fete de Pourim. Tout au long de la fete les rues se remplissent de grands et de petits, qui portent des assiettes, des plateaux, des paquets pleins de friandises et recouverts de jolies serviettes ou de papiers de couleur. Beaucoup de ces "livreurs" sont allegrement deguises, et donnent a la rue sa note "pourimesque".

Un vieil usage de Jerusalem voulait que la fiancee adresse a son futur mari un envoi de mishloa'h manoth tres impressionnant : il s'agissait d'un enorme plateau circulaire, surcharge de petisseries et d'autres friandises, artistement arrangees et decorees de bonbons multicolores.

De nos jours, l'envoi des mishloa'h manoth se limite a la famille et aux bons amis. Mais on n'oublie pas pour autant d'envoyer des colis aux soldats, connus ou non, et aux familles dans le besoin.

soly




Re: FETES JUIVES
Posté par: place de france (IP enregistré)
Date: 11 décembre 2005 a 01:29

Le moral Juif ?tait au plus bas. Le Temple de Y?rouchalayim avait ?t? d?truit, et le peuple Juif ?tait exil? et dispers?, depuis pr?s de 70 ans, dans les pays ?trangers. La proph?tie qui annon?ait la fin de l?exil ne s??tait toujours pas mat?rialis?e, et les risques d'assimilation devenaient grands.

C?est ? ce moment qu?apparut Haman, l'ennemi jur? du peuple Juif. C??tait un descendant de la tribu de Amalek. Haman imagina un plan diabolique pour r?gler la question Juive, une fois pour toutes ; en an?antissant tous les Juifs ? hommes, femmes et enfants ? partout dans le monde, le m?me jour. Il fit signer un d?cret contre les juifs. Le d?cret demandait d'exterminer tous les juifs de l'empire. La date fut tir?e au sort ? (Pour) en Babylonien. Le 13 Adar devait ?tre un jour noir pour le peuple Juif.



pour :veut dire en h?breux : SORT
pourim, SORTS au pluriel.
les juifs ont nomme la f?te de pourim: FETE DES SORTS , sur la chance , ben porat yossef qu'ont eus les juifs en perse au temps du roi cruel ahashverosh, et de son premier ministre le m?chant et cruel amman .
si a hannouka nous avons eu le miracle. pour pourim nous avons eu de la chance.

et voici l'histoire de pourim :

ahashverosh: ( son nom lui a ?t? donne , car chaque personne qui ?tait en contact avec lui avait peur pour sa t?te il ?tait connu pour sa mani?re de trancher la t?te de tout celui qui le contrarie, et en h?breux hossed la rosh veut dire a peur pour sa t?te, et le peuple lui donna se nom).
un jour le m?chant roi ahashverosh donna un tr?s grand festin dans son palais royal, le festin dura 7 jours de joies et d'ivresse, au bout desquels le roi ordonna a sa tr?s belle ?pouse vashty de venir se pr?senter devant lui pour la pr?senter ,que tout le royaume puisse admirer sa beaut? et son ?l?gance, lorsque la reine vashty refusa elle fut r?pudi?e du royaume et sa t?te fut tranch?e sur l'ordre de son cruel mari, ahashverosh.

le roi ordonna de faire venir toutes les filles du royaume pour choisir la plus belle , et la faire sa future ?pouse, sa reine, a la place de vashty.
les serviteurs a la cour du roi ahashverosh ont vu la belle esther ( esther en perse :astaar veut dire lune) esther ?tait la ni?ce et l'?pouse de mordekhay le juif, et esther fut conduite devant le roi ahashverosh qui en voyant entrer cette beaut? dans son palais , l'?pousa et en fit s femme la reine esther adassa ( adassa, est le 2 ?me prenom de la reine esther).
mordekhay recommanda a sa ni?ce et ?pouse esther de ne pas dire ni qu'elle ?tait l'?pouse de mordekhay ni qu'elle ?tait isra?lite.
un jour mordekhay le juif a entendu que 2 gardes du palais royal montaient un complot contre leur m?chant roi, et voulaient le tuer, il le dit a esther et esther en informa son mari, ahshverosh, les 2 gardes furent punis et pendus ( la punition de l'?poque),
ahashverosh ordonna que tout les gens du royaume se prostern?t devant lui , seul mordekhay le juif ne se prosternait pas , cependant un cruel amalecite du nom de amman, favori du roi ahshverosh,( amman fut choisi comme premier ministre) en voyant que le juif mordekhay ne se prosterne pas devant le roi , jura qu'il allait se venger de mordekhay, et de tous les juifs dans le pays de shoushan ( shoushan, capitale de la perse).
amman alla parler au roi et lui dit : il y a un peuple mon roi qui vit dans ton royaume dont les lois sont tr?s diff?rentes des n?tres , s'il vous plait mon roi donnez l'ordre d'exterminer ce peuple .

ahashverosh ?ta la grande bague qu'il portait a son doigt et le remis a amman et lui dit " toi amman mon fid?le premier ministre, et mon favori fais des isra?lites ce que tu voudras!"

et le cruel amman, envoya des lettres avec, le sceau royal ordonnant le massacre collectif de tout le peuple juif habitant shoshan le 13 du mois de nissan.
mordekhay apprit le malheur qui mena?ait son peuple , d?chira ses v?tements, se mis un sac sur lui, en signe de deuil et, se versa de la cendre sur sa tete, tout le peuple juif ?tait dans l'angoisse de la gzera qui leur tombaient sur eux pour rien .
mordekhay r?p?ta a esther ce que son mari ahshverosh avait dit a amman de faire aux juifs et lui dit :
esther tu es la seule qui puisses demander la gr?ce de notre peuple.
D. t'a faite reine qui sait , peut-?tre pour sauver et lib?rer ton peuple et la, commenca le taanit esther:
taanit esther( veut dire le jeune d'esther).
(C?est le jour qui pr?c?de le jour de pourim, il s'appelle comme ?a car c'est esther qui commen?a se jeune la premiere, )
elle dit a mordekhay , vas, appelles tous les juifs qui se trouve a shoshan et dis leur de faire un jeune sur moi , et ne mangez pas et ne buvez pas pendant 3 jours et 3 nuits, moi aussi ainsi que toutes mes servantes, les 3 jours ?taient youd gimel, youd dalet et tet vav du mois de nissan( apr?s avoir, entendu la gzera de amman le cruel et des livres qu'il a ?crit ).
esther dit, que si nous faisons ce jeune D. va nous ?couter et nous aider.
Apres ces 3 jours de jeune , esther paree de ses bijoux et vetements se presenta devant ahashverosh son mari, celui ci de son trone lui tendit le sceptre en or qu?il avait en main elle s?agenouilla devant le roi, et le roi lui demanda qu?as tu reine esther?
Demandes moi ce que tu veux , fut-ce la moitie de mon royaume .
Si j?ai trouve grace devant vous, mon roi , daignez venir au festin que je vous ai prepare pour demain accompagne de votre fidele premier ministre amman et la, je vous direz ce que je desire, le roi accepta l?invitation.
Lorsqu?amman sortit du palais , ce jour la , ayant vu mordekhay assis a la porte , et qui ne s?etait pas leve, devant lui, , il dit a sa femme, la mechante zerech, tant que vivra ce juif , mes honneurs ne comptent pour rien,( et malgre ses 365 conseilleurs d?amman un pour chaque jour de l?annee) , il n?ecoutait que sa femme.
Sa femme lui dit dresse une potence de 50 coudees ( une coudee est la mesure du bout des doigts jusqu?au coude), et demandes au roi d?y pendre mordekhay demain matin, et comme ca tu iras au festin donne par la reine esther dans la joie et le bonheur.
Le conseil de sa femme la mechante zerech, plut a amman le cruel, et il commenda la potence de 50 coudees.
Lorsque pendant la nuit le roi ahshverosh ne pouvant dormir,( on dit que d.ieu avait envoye l?ange du sommeil, pour reveiller le roi, )
Il y a un passouk dans le livre de tehilim( les psaumes,) qui dit ine lo yanoum , ve lo ychan chomer israel, et ca doit etre cet ange la qui surveille israel.
Il fit appeler le fils d?amman qui etait l?ecrivain du roi pour ce faire lire les annales de son royaume.
Et le fils d?amman lut comment le juif mordekhay avait decouvert comment 2 gardes du palais voulaient tuer le roi ahshverosh alors , le roi demanda et quelle recompence a-t-on donne a ce brave homme?
Aucun mon roi repondi son ecrivain , a ce meme moment amman arriva au palais pour demander au roi de faire pendre mordekhay des l?aube.
En voyant entrer amman le roi ahshverosh lui dit : d?apres toi que dois-je faire a un brave homme que je veux honorer?
Amman croyant qu?il s?agissait de lui, qui le roi peut honorer a part moi?
Et il repondit:
Que le roi fasse revetir cet homme de son vetement , et qu?il lui donne son cheval favori, qu?il le fasse monter dessus qu?il lui lui mette sur la tete la propre courronne du roi et que le premier officier du roi le promene dans toute la ville en disant a tous , c?est ainsi que le roi ahashverosh honore celui qui lui plait d?honorer,
Kakha ya?ashe a ych acher a melekh khafet?z bi karo.
Alors vas vite lui dit le roi a amman, prends mes vetements, et mon cheval favori et ma courronne et attes toi de faire pour mordekhay ce que tu viens de dire. c'est lui que je veux honorer.
mais quel mordekhay mon roi il y en a plusieurs dans le monde.
mordekhay le juif lui r?pondit le roi, mais il y en a plusieurs juifs qui s'appellent mordekhay.
je parle de celui qui est assis a la porte du palais r?pondit le roi, ah mais si c'est lui, dit amman un village ou un fleuve lui suffisent et le roi se mit a rugir comme un lion, ne changes pas ce que tu as dit amman,la r?compense a ?t? choisi par toi m?me .
lorsque mordekhay vit arriver amman de loin avec le cheval du roi en main, il ?tait sur et certain que que ce rachaa venait pour le pendre et il dit a ses talmidimes ( ils ?taient en plein cours de talmud).
sauvez-vous ,mes chers freres, et les talmidimes lui repondir tous ensembles, nous resterons pr?s de toi mordekhay a vie ou a mort, nous sommes ton peuple, israel, et c'est alors que mordekhay s'enroula dans son talite et se mit a prier, a ce moment entra amman le cruel et s'assit parmi les talmidimes et leur demanda :qu'elle est votre occupation? ils repondir nous faisons la mitsva du sacrifice du o'omer( qui se faisait au temps ou existait le beit a migdach qui tombe le 16 du mois de nissan.)
et amman leur demanda et comment est ce o'omer en or ou en argent( amman avait cru qu'il s'agissait d'une statue,( pessel).) ils lui repondir que o'omer ?tait une le?on de talmud, lorsque mordekhay fini sa pri?re amman lui dit debout mordekhay le pieu, fils de avraham,isaac, et jacob ( mordekhay etant le descendant de benyamine le fils de rahel et de jacob)le sac et la cendre que tu as verse sur ta t?te t'ont fait valoir ton m?rite, enl?ves ton sac et secoues la cendre de sur ta t?te et mets les habits du roi et montes sur son cheval.

mordekhay qui n'avait encore rien compris lui dit vas cruel amman descendant de amalek( amalek etait le descendant de essav frere de jacob)attends une heure que je puisse manger et boire, et apr?s viens pour me pendre , et amman lui redit l?ves-toi mordekhay le pieu , des grands miracles, vous ont ?t? donnes, viens portes l'habit du roi et mets sur ta t?te sa couronne et montes sur le cheval, car le roi veut t'honorer, et la c'est sa r?compense, et c'est la que mordekhay su que a kadosh baroukhou lui avait fait un miracle.

mordekhay dit a amman je ne peux pas m'habiller avec les habits du roi et porter sa couronne sans me raser, me laver et me couper les cheveux, et c'est amman lui m?me qui s'occupa de raser et couper les cheveux de mordekhay le juif.

et lorsque mordekhay sur le cheval et tous les talmidimes a sa gauche et a sa droiteet amman le cruel devant tenant les courroies du cheval entrain de crier : VOICI COMMENT LE ROI HONORE UN HOMME QU'IL DOIT HONORER.( cakha ya'asse a ych acher a melekhe hafetz bi'karo)

et mordekhay les yeux lev?s vers D. entrain de prier :AROMEM'KHA A.DONAY QUI DILITANI, VE LO SIMAKHTA OYE'VAY'LI.
(DU PASSOUK DE TEHILIM). que l'on recite egalement a hanouka.

et les talmidimes tous ensembles lui repondirent:ZAMEROU L'A.DONAY HASSIDAV, VE ODOU LE ZEKHER KOD'CHO QUI REGA BE APO HAIM BE'RETSONO ( DU PASSOUK DE TEHILIM).

et esther lui repondit: ELEKHA A.DONAY EKRA VE EL A.DONAY ET'HANEN MA BET'SA BEDAMI.

et tous les juifs de shoushan r?pondirent:AFAKHATA MIS'PEDI LE MAKHOL LI. ( qui veut dire tu as change le deuil en joie)

lorsque amman rentra chez lui plein de haine et de confusion , on vint l'avertir de se rendre au festin de la reine esther.
il s'y rendit et le roi dit ; quelle est ta demande reine esther? elle te sera accord?e, mon roi dit esther, je te demande de m'accorder la vie ainsi qu'a mon peuple , car il y un un cruel ennemi qui veut nous l'arracher .
mais qui est cet homme s'irrita le roi? c'est ce mechant et cruel amman ici assis pr?s de vous mon roi, amman veut exterminer tous les juifs de shoushan et ce peuple c'est mon peuple , amman se troubla .....
un des serviteurs appris au roi ahashverosh qu'amman avait dresse une potence de 50 coud?es pour pendre mordekhay le juif.
que amman soit pendu tout de suite ordonna le roi! et cet ordre fut ex?cute sur-le-champ.
ahshverosh publia un nouvel ?dit pour annuler le premier, et y'chtabah chemo, la aad, les juifs pass?rent du deuil a la joie .
esther et mordekhay en m?moire de ce miracle institu?rent le 14 adar une f?te annuelle : la f?te de POURIM, et depuis les juifs, en perse, ont repris la torah de leur propre volonte au nom du miracle

et voila pourquoi on fait un jeune le 13 du mois de adar au nom du jeune qu'ont faient esther et la ke'yla juive a shoushan en perse.
vous allez vous demander pourquoi au mois de adar on c?l?bre le taanit esther si ?a c'est passe au mois de nissan, car au mois de nissan on ne peut pas faire de jeune, et c'est pour cette raison que les grands khakhamimes, ont reportes la date au 13 adar , et qui restera si D. veut,
be'ezrat ashem mi dor le dor , de g?n?ration en g?n?ration.
voici les noms que l'ont donne aux enfants n?s a pourim.
garcons:MORDEKHAY, MARC, MARDOCHEE, MORDO, MORDY,, MARCOS, MARCUS,MORDOKH,NISSIM, SHOSHAN.
pour les filles:ESTHER, ISTER, ESTERIKA, ADASSA, ADAR,FORTUNE, MAZAL.
le 14 adar toutes les communautes juives du monde entier commemorent cette fete depuis 25 siecles deja.
et la ville de larache ou sont nes mes parent etait reputee dans tout le maroc pour sa fete et sa celebration particuliere.
jeux de cartes, jeux de des, boire jusqu'a l'ivresse.
il est ecrit sur le livre d'esther de s'ennivrer a pourim ad che lo tedaa.
au point de ne plus pouvoir distinguer amman de mordekhay.
a larache des pieces de theatre et des chansons, burlesques, en haketia ont ete ecrites pour divertir les juifs qui etaient de bons vivants, et surtout pour que l'argent aille aux pauvres de la ville,c' est surtout ,eux, ne devaient pas etre oublies.

les gateaux :
pourim est la fetes des gateaux , des repas, ( la seoudat pourim) , du pain avec les yeux de amman ( le pain des oeufs), le berkoukesh au lait pour le matin de pourim, le pain aux amendes. les fajouelos ( fijouelitas, la choubaikia, les marron-chinos, les massapanes.............)
et surtout le michloakh manote, on prepare des assiettes avec, toutes sortes de gateaux qu'on distribue a la famille aux voisins aux amis.

voici les 4 mitsvotes: d'apres le sanedrine de jerusalem, a cette epoque :
1 - la lecture de la megilat esther.
2 - la nouriture et la joie.
3 - le michloakh manote ( distribution d'assiettes avec les gateaux
4 - l'argent dristribue aux pauvres.

toutes ses mitsvotes doivent etre faites le youd dalet de adar car le lendemain tet-vav de adar est shoushan pourim qu'on celebre qu'a jerusalem, et a yaffo villes qui sont entourees de murailles( rempares).
du temps de yoshoua ben-noun.
La mode de se d?guiser ? Pourim remonte ? la nuit des temps.
Elle fut la cause, il y a quelque 400 ans, en Italie, d'une grave dissension rabbinique. on critiqua ?galement la coutume, particuli?rement ch?re aux Italiens, de mettre des masques qui emp?chent les gens de se reconna?tre, chose absolument interdite dans la loi juive.aussi bien ? Pourim qu'en toute autre occasion.
les deguisements ont etes portes tres longtemps apres c'est une tradiction europeenne, qui a ete introduite par les azkenazs et puis ensuite par les sepharadimes.
aujourd'hui tout le monde porte et masque, et deguisement.


voici la chanson :shashon ve ykar

ou mordekhay ytsa milifnei amelekh
beleboush malkhout ve ateret zaav
ou mordekhay yatsa milifnei amelekh
ve a yr shoushan tseala ve sameha
la youdim ayta , ora ve simha
ora ve simha , ve sason veykar

voici la chanson : hag pourim

pourim voici la chanson : hag pourim
hag pourim, hag pourim
hag gadol layladim
masekhot, raachanime
shirim ve rikoudime
aba narisha: rash rash rash
aba narisha: rash rash rash
aba narisha : rash rash rash , beraashanime
CHANSON DE POURIM en haketia

POURIM POURIM POURIM LANOU .
BAROUKH ACHER BAHAR BANOU.
A ALKAZAR FOUYMOS DOUROS GANIMOS ,
Y EN LA KASBA DEL REY LOS PERDIMOS.
POURIM POURIM POURIM LANOU ,
BAROUKH ACHER BAHAR BANOU.

voici encore une autre chanson en haketia,que chantait, ma grand mere maternelle , mama sol ( paix a son ame)
CANTAR DE LA REINA ESTHER.

EMPEZAR QUIERO
HECHAS DE D. ALTO
DE LO QUE QUIERO EMENTAR
NADA DE ELLO FALSO
CON RISA Y CANTO
YA AHASHVEROSH CANTARE EN ALTA VOZ
Y CON ALEGRIA ESTA MARAVILLA
Y CON GRAND PLAZER
PORQUE AMMAN EL MAMZER
QUIERIA MATARMOS
TAMBIEN ATEMARMOS
ABASTECIO A COMANDAR
EN ESAS COMARCAS
MORDEKHAY EL SANTO
EMPEZO A COMANDAR LAS QUE ERAN FALCAS
LAS ENFORTECIO
Y TAMBIEN LAS ENGRANDECIO
EMPERADOR FUERTE FUE, CON UNA GRAN SUERTE.
Y NUESTRAS JUDIAS, AMARGAS Y FRIAS
PUESTAS EN UN CANTO
QUE MANDABA A INFANTO
CORAL Y TOPACIO
TODO VA DESPACIO
ESTHER DIOLE SU INTENCION
DE HAZER CONVITE
SIENDO ASI SU VOLUNTAD
NO HAY QUIEN SE LO QUITE


soly




Re: FETES JUIVES
Posté par: Jacotte (IP enregistré)
Date: 11 décembre 2005 a 15:43

Je profite de ton texte pour te poser une question : est-ce que haketia et ladino, c'est la meme chose ? Sinon, quelles sont les differences STP ?
Merci chere Soly.




Re: FETES JUIVES
Posté par: place de france (IP enregistré)
Date: 11 décembre 2005 a 22:38

BONNJOUR JACOTTE
HAKETIA ET LADINO NE SONT PAS PAREILS
LE HAKETIA EST DU FRANCAIS+ARABE MAROCAIN+ESPAGNOL+PORTUGUAIS+HEBREU
LE LADINO EST DU TURC+FRANCAIS+HEBREU+ESPAGNOL+PORTUGUAIS.
BISOUS SOLY
JE PARLE LES 2 LANGUES.

Re: FETES JUIVES
Posté par: place de france (IP enregistré)
Date: 11 décembre 2005 a 22:49

a pessah on celebre la sortie d'egypte, c'est la delivrance apres 400 ans d'esclavage.
la fete de pessah est la plus belle de toutes les fetes et je vais vous raconter un peu a ma facon toutes les etapes pour preparer cette jolie fete du printemps.:

1-NETTOYAGE DE PESSAH:

Tout ce qui touche a la periode de Pessa'h est beau. "Refaire sa maison", c'est-a-dire son environnement, pour la fete devrait avoir une experience vraiment agreable. Mais pour toutes sortes de raisons, ce nettoyage nous donne souvent l'impression d'etre un si lourd fardeau, demandez a suzy, emeraude, arielle,esther carciente, fabienne et autres , mais avec ce lourd fardeau du nettoyage a fond nous gagnons la joie que nous apporte Pessa'h.

2-VENTE DU HAMTZ:

Il est une tradition religieuse scrupuleusement observee par les Juifs traditionalistes, qui veut que la veille de Pessa'h, l'on vende le 'Hamets, tout levain et toute pate levee qui se trouveraient encore a ce moment dans notre dans maison, a un non juif.
3-SOIR DE KALHAMIRA:
ou noche de kalhamira, c'est 24 h avant le seder de pessah on mange du foie grille dans une pita.et on commence la bedikat hametz, pour chercher la trace de miettes ou aliments fermentes. et le matin du seder on brule le reste des petits bouts de pains qui restent de la bdikat hametz.

apres le nettoyage de un mois on est tous pres, baroukh achem pour ecouter la aggada.

chez nous nous la lisons qu'un seul soir mais en dehors d'israel il y a 2 veillee.

dans ma famille on li la aggada en vieil espagnol, judeo-espagnol et en hebreux .la aggada a papa a environ 160 ans et elle appartenait a son grand pere david anidjar vous pourrez voir quelques pages au bas de cette article.


apres la vente du hamtz,

3-SOIR DE KALHAMIRA:

ou noche de kalhamira, c'est 24 h avant le seder de pessah on mange du foie grille dans une pita.et on commence la bedikat hametz, pour chercher la trace de miettes ou aliments fermentes. et le matin du seder on brule le reste des petits bouts de pains qui restent de la bdikat hametz.

apres le nettoyage de un mois on est tous pres, baroukh achem pour ecouter la aggada.

chez nous nous la lisons qu'un seul soir mais en dehors d'israel il y a 2 veillee.

dans ma famille on li la aggada en vieil espagnol, judeo-espagnol et en hebreux .la aggada a papa a environ 160 ans et elle appartenait a son grand pere david anidjar vous pourrez voir quelques pages au bas de cette article.

4- BIB'HILOU YATSANOU:
avant de reciter la aggada on chante le bib'hilou yatsanou............on fait tournoyer le plateau ou il y a le seder rituel des aliments , couvert d'un napperon , en chantant et en passant 3 fois au dessus de chaque invites et chaque convives, c'est une adda typiquement marocaine.

dans le plateau il y a :

LE PLAT DU SEDER:


- MATSA:
Pourquoi mange-t'on un morceau de Matsa a la fin du repas du seder?
Ce morceau de Matsa remplace l'agneau pascal que l'on consommait obligatoirement a ce moment et par lequel on terminait le repas le soir de Pessa'h

[ OEUF:BEITSA.

Quand le Temple existait, on offrait un deuxieme sacrifice (eHagiga), qui luietait consomme en plat principal. L'oeuf present sur le plateau nous rappelle le deuil de la destruction du Temple. Les Sages du Talmud font remarquer que chaque annee, le jour de la semaine ou tombe le premier jour de Pessa'h est le meme que celui ou tombe Ticha Beav, jour de la destruction du Temple
Pourquoi mange-t-on un oeuf dur au cours du seder?:
L'oeuf a une nature differente des autres aliments : en general, plus on cuit un aliment, plus il ramollit. L'oeuf, au contraire, durcit en cuisant.

- LE HAROSSET:

C'est un melange doux, compose, en fonction des coutumes familiales ou communautaires, de pommes, poires, noix hachees et melangees avec du vin, ou encore de dattes, pommes, noix et vin. Sa couleur brune nous rappelle le mortier que les hebreux utilisaient en Egypte pour fabriquer les briques necessaires aux constructions.
LE ZEROAA :
l'epoque ou le Temple existait, les juifs se rendaient aJיrusalem et y sacrifiaient l'agneau pascal en cette soiree du Seder.
Ils le faisaient rotir et le mangeaient en famille. C'etait le clou de la soireee, le dessert, apres lequel on ne mangeait plus rien. Le cou de poulet ou l'os d'agneau que nous pposons sur le plateau du Seder sont l'a pour marquer ce sacrifice que nous ne faisons plus.
Au temps du Temple, chaque juif consommait l'agneau pascal en se joignant a un groupe ( havrouta), Pour le Talmud, plus grand etait le groupe et mieux c'etait. C'est ce qui explique la raison pour laquelle on fait souvent des Seder avec de nombreux

- KARPAS:CELERI.
Il s'agit d'un legume sur lequel on peut dire la benediction " Bore peri haadama ". Ce peut etre du persil, de la carotte, de l'oignon, du celeri, ou de la pomme de terre bouillie. Pessa'h est la Fete du Printemps, la fete te de la naissance du peuple juif. Ces legumes sont ici le symbole du renouveau et de la regeneration , on mange a pessah egalement pendant tous les 8 jours , des feves nouvelles , de cardons des artichauds.

- MAROR ET 'HAZERET

Ce sont les fameuses herbes ameres, souvenir de notre esclavage en Egypte. On peut utiliser de la romaine, des endives, du raifort. de la laitue

Les aliments presents sur le plateau interviennent a plusieurs moments de la soiree du Seder.
Ils sont un moyen didactique pour transmettre l'essence du message de la Haggadah.
La soiree du Seder est une soiree de fete.

- LES 4 VERRES DE VINS:

les 4 kossotes nous rappellent les 4 types d'esclavages diff?rents qui se sont exerc?s contre le peuple juif, celui d'Egypte, celui de Babylone, celui de la Perse, celui de Rome



3- qui est moshe ( moise)

- moshe en hebreux.
- mose en espagnol.
- moise en francais
- moises en anglais.
- moussa en arabe.

MOISE est envoye par D. POUR DELIVRER LE PEUPLE JUIF.
moise en 40 jours montera 3 fois au mont sinai pour parler avec D. et recevoir 2 fois les tables de la loi,



Nom : Moshe fils d'Amram et de Yocheveth
Date de naissance : 7 du mois d'Adar
date de sa mort: 7 du mois d'adar.
frere de aaron et de miriam.
Lieu de naissance : Egypte
Lieu de s?pulture : inconnu !
il fut trouve sur les bords du nils par batia la fille de pharaon, qui le fit grandir comme son propre fils

Les qualites de dirigeant de Moshe d'apres le texte biblique se resument par les points essentiels suivants :

1. Traits de caractere de Moshe avant son election par Dieu comme guide d'Israel
2. Moshe, envoye de Dieu pour la delivrance du peuple
3. Moshe homme d'Etat, chchef militaire et legislateur
4. Rapports du dirigeant avec son peuple
5. Rapports du peuple avec son dirigeant
6. Moshe "le plus humble des hommes
Traits de caractere de Moshe avant son election par Dieu comme guide d'Israel
Rapports du dirigeant avec son peuple Moshe, "le plus humble des hommes... Par consequent, lorsque je lis la Haggada de Pessah et que l'esprit de Moshe fils d'Amram - ce heros parmi les heros, qui se dresse comme une colonne de lumiere au seuil de l'Histoire - m'enveloppe et m'eleve vers un "monde superieur.
le korban de pessah:
Ce korban Pessah est unique deja dans le fait que c'est le seul sacrifice qui se faisait en dehors du Temple de Jerusalem. De surcroit, ici, il s'effectuait encore en Egypte, en plein pays Quelle signification donner a toute cette multitude de precisions touta fait particulieresL'Egypte etait alors un pays d'idolatrie. . Pas question d'emporter la moindre parcelle de culte de statues ou d'animaux. La seule et unique justification de la sortie d'Egypte etait bien le perspectif que desormais il y aurait au moins un peuple sur terre qui consacrerait sa vie au D. unique!

D.ieu fit sortir le peuple juif d'Egypte au printemps.
Le Talmud observe que D.ieu fut tres attentionne
Non seulement Il voulut le liberer mais Il le fit dans les conditions meteorologiques optimales.
Ni trop chaud ni trop froid, au printemps
LA AGADA:
Le texte actuel comprend 3 parties :
1. Ceci est le pain de misere qu'ont mange nos peres en terre d'Egypte.( francais)
1. este es el pan de la fission que comieron muestros padres en tierra de egipto.


2. Que tout celui qui a faim vienne et mange et que tout celui qui est dans le besoin vienne et fasse Pessa'h !
2. que todo el que tenga hambre que venga y coma, y el que tenga menester que venga y pascue.

3. Maintenant ici, l'annee prochaine en terre d'Israel ; maintenant esclaves, l'an prochain libres
3 este agno aqui , y el que viene en tierra de israel ijos libres.

Pourquoi recite-t-on la moitie du Hallel avant le repas et l'autre moitie apres le repas ?:

Les psaumes du Hallel que l'on recite dans la 1ere partie de la Hagadah qui precede le repas, parlent de la sortie d'ֹegypte. Ils ont donc leur place au milieu du recit de cette liberation. Ceux que l'on recite apres le repas se rapportent, par contre, a l'avenir du peuple juif et de l'humanite et correspondent naturellement a cette 2eme partie du seder,





Les 4 fils de la hagada:

la Torah parle de quatre fils ", c'est-a-dire quatre types d'enfants :

- un Sage,
- un Mechant,
- un naif,
- un Qui-ne-sait-pas-demander (trop jeune pour demander).

Il faut dire a chacun d'eux, selon son niveau et de la meilleur facon
Pourquoi les 4 enfants se trouvent dans l'ordre suivant: le sage, le mechant, le naif et celui qui ne sait demander ? Ne faudraitail pas mettre le mechant a la fin pour que l'ordre soit decroissant ?
En verite il le faudrait. Mais le mechant est tellement mauvais qu'il se met entre le sage et les deux autres pour empecher que le sage les instruise et les eduque.
Mais il y a encore un cinquieme fils, celui qui n'est pas present a la table du Seder.
Ce n'est pas probablement de sa faute, car personne ne lui a jamais dit qu'il est Juif. Nous devons donc l'inclure aussi dans notre coeur, le faire sortir de son " (exil egyptien) et l'amener vers la Torah et les Mitzvot.

Les 5 rabbins de la hagada:

Rabbi Eliezer, :
Rabbi Eliezer ben Horkenoss, appele aussi Rabbi Eliezer hagadol (le grand), est ne de parents tres aisיes, gros proprietaires terriens. Il travailla chez son pere jusqu'a l'age de 22 ans, sans avoir fait aucune יetude religieuse. Aussi un jour, pendant qu'il etait occupe au labourage d'un champ avec ses freres, il fit part a son pere de sa decision d'aller etudier.

Rabbi Yehochoua, (ben 'HANANIA):
Contrairement a son collegue, Rabbi Eliezer, Rabbi Yehochoua fut destine des le berceau a l 'etude de la torah.

Sa mere l'emporta, quand il etait encore un bebe a la Maison d'etude pour que des ce moment il entende les paroles de la Torah. C'est pourquoi son maitre, Rabban Yo'hanane ben Zacai, disait a son propos : " Heureux celle qui t'a donnele jour! Il etait membre de la tribu des Levi, i

Rabbi Elazar ben Azaria,
Rabbi Elazar ben Azaria est ne peu avant la destruction du Temple d'une famille riche dont la lignee remontait jusqu'a Ezra. Sa propre fortune etait colossale ; il devait verser a l'Empereur chaque annee 13.000 veaux en tant qu'imposition

Rabbi Akiba (ben JOSEPH)
Rabbi Akiba, considere comme le plus grand des maitres de la Michna, est un fils de convertis qui resta jusqu'a l'age de 40 ans absolument ignorant des choses de la Torah. II sentit un jour naitre en
lui le desir d'etudier lorsque, pauvre berger du riche Calba Saboua, il vit une pierre qu'une source dont l'eau s'echappait goutte par goutte avait profondement creusee. Comme il avait deja un fils, il alla s'asseoir avec lui sur les bancs de l'ecole et commenca par l'etude de l'alphabet.
le grand rabbi akiba est enterre dans la ville de tiberiade dans le nord d'israel, la-bas egalement sont enterres rabbi meir baal anes et le maimonide.

Rabbi Tarfone:
Rabbi Tarfone a vecu encore pendant le 2eme Temple et il a servi en tant que Cohen.
Son nom est d'origine grecque (trufaun) et signifie : maitre. II demeurait a Lod et fut eleve de Rabbane Gamlie, grand rabbin enterre a yavne a quelques kilometre de la ville d'ashdod, au centre du pays. Il fut qualifie de " tas de noix " ce qui signifiait : quand on enleve une noix d'un tas, celui-ci s'ecroule ; de meme quand on posait une question a Rabbi Tarfone il apportait un nombre infini de preuves et d'argumentsa ses dires.
Rabbi Tarfone eut la douleur de perdre tous ses fils de son vivant et de ne garder qu'une fille. Ce malheur s'etait abattu sur lui, dit-on, parce qu'il avait l'habitude de jurer en disant : " Que je perdre mes fils si je n'ai pas raison...
" Rabbi Tarfone est connu pour l'immense respect et la grande sollicitude envers sa mere: un jour que la sandale de celle-ci s'etait dechiree dans la rue, il la fit marcher jusqu'a la maison sur la paume de ses mains qu'il posait par terre devant elle.

LES 10 PLAIES:
les 10 plaies sont pour enseigner que la mechancete des hommes meme les plus puissants ne peut continuer toute une vie.
D. envoya des signes contre pharaon et contre ses serviteurs et la main forte et le bras tendu de D. nous ont aides.

repas de pessah:
poisson en sauce rouge, oeufs de poissons en sauce rouge,feves( que l'on mange a toutes les sauces et a chaque repas) truffes avec de la langue de veau, artichauds et pleins de salade.

pessah midi:
mouton avec une sauce, persil,ail et boulette au petits pois.

soir: soupe aux feves et legumes verts avec de la matsa coupe en petits carres dedans.

tous les matins de hol amoe'ed:
on coupe 2 matsas pour chaque personnes en petits carres,
on verse de l'eau boullante.
on couvre.
lorsque la matsa a augmente 2 fois son volume on ajoute un verre de lait boullant une cuillere de miel et un petit carre de beurre c'est tres bon pour le petit dejeuner.

soly




Re: FETES JUIVES
Posté par: Jacotte (IP enregistré)
Date: 13 décembre 2005 a 23:32

Merci bien chere Soly. Si cela ne t'embete pas, peux tu me donner deux exemples m?me tres courts si tu n'as pas le temps. Merci de ta comprehension. Et continue sur les fetes juives , tu es notre gardienne eclairee de la tradition, entre autres...
Toute mon affection.

Re: FETES JUIVES
Posté par: place de france (IP enregistré)
Date: 15 décembre 2005 a 20:29

Les f?tes Juives sont bien plus que des comm?morations ou de simples rappels d??v?nements lointains que l?on ressort comme un vieux livre de sa biblioth?que. Ce sont en fait, des moments privil?gi?s de l?ann?e qui nous permettent de revivre au quotidien les ?pisodes de notre histoire comme nos a?eux. D?ailleurs, nos sages demandent que nos actes, m?me les plus r?p?t?s, soient faits chaque jour ?comme des actes nouveaux ?. C?est dans cet esprit que nous lisons dans la M?guilah (Livre d?Esther) : ?Et ces jours seront rappel?s et v?cus chaque ann?e.?

Il est donc de notre devoir de prendre conscience que l?histoire des juifs oppress?s sous l?Empire Perse et pers?cut?s par Hamman il y a plus de 2300 ans, n?est pas un r?cit lointain faisant partie d?un riche patrimoine culturel, mais c?est un ?l?ment de notre pr?sent, le n?tre et celui de nos enfants. Ainsi, les rites et les c?l?brations qui entourent la f?te prennent une autre ampleur, ils deviennent plus chaleureux, plus vivants.

Le texte de la M?guilah nous indique que les Juifs ?accept?rent (? Pourim) ce qu?ils avaient commenc? de faire,? ce qui signifie, selon les ma?tres du Talmud, que c?est ? l??poque de Mord??ha? et Esther que les Juifs accept?rent vraiment et de plein gr? les commandements qu?ils avaient commenc?s de faire au moment du Don de la Torah, sur le mont Sina?. Car ? ce moment-l?, qui n?aurait pas ?t? ?bloui par les manifestations Divines ? La pratique qui est le fruit de ce type de R?v?lations est donc, pour le moins, des plus fragiles et sans m?rite. Alors qu?? l??poque d?Hamman, pour la premi?re fois, leur croyance aveugle fut mise ? l??preuve et c?est l? pr?cis?ment que nos anc?tres ont prouv? qu?ils adh?raient ? la Loi de fa?on objective et arbitraire. Pourim c?l?bre donc l?acceptation d?finitive de la Torah.

C?est pourquoi toutes les Mitsvoth pratiqu?es le jour de Pourim commencent par la lettre M?m :M

Mikra M?guilah, lecture de la M?guilah

Michloa?h Manoth, envoi de cadeaux (victuailles)

Matanoth la?vionim, cadeaux pour les pauvres

Micht?, le festin.

Le M?m a pour valeur num?rique 40 symbolisant les quarante jours qu?il fallut ? Moch? pour rapporter les Tables.
40 ans dana le desert............

Nos sages nous enseignent que le M?m repr?sente l??tat du monde tel que D-ieu l?a cr??, un monde incomplet qui est le champ d?action de l?Homme, cr?ature dot?e d?un libre arbitre et qui ne devra pas laisser cette petite ouverture devenir une br?che qui causera la destruction du Temple. L?Homme compl?tera le manque, le vide ou l?absence, pour devenir l?associ? de D-ieu dans la construction d?un monde Meilleur, complet de ses quatre c?t?s, comme le M?m Sophite.

Le lendemain de Pourim est aussi un jour de joie ; (chouchane pourim)

Initialement, il est coutume de lire la M?guillah, ce jour, dans les villes fortifi?es depuis le temps de Y?hoshoua a Jerusalem et a Tiberiade.








Re: FETES JUIVES
Posté par: place de france (IP enregistré)
Date: 15 décembre 2005 a 20:39

pour ceux qui ne savent pas se que Matsa Chmourah veut dire

En H?breu, "Chmourah" signifie gard?e et ce terme d?crit parfaitement ce qu?est cette Matsa. La farine utilis?e pour sa fabrication est gard?e, prot?g?e de tout contact avec de l?eau, depuis le moment de la moisson. En effet, si elle ?tait mouill?e, elle pourrait lever et devenir impropre ? la consommation pendant Pessa?h.

Ces Matsoth sont rondes, p?tries ? la main et ressemblent ? celles que les enfants d'Isra?l consomm?rent lorsqu?ils quitt?rent l?Egypte. Elles sont cuites sous stricte surveillance rabbinique, afin de s?assurer qu?elles ne puissent en aucune fa?on

lever pendant la fabrication. La Matsa Chmourah doit ?tre utilis?e pendant les deux nuits du S?d?r, en particulier pour les trois Matsot pos?es sur le plateau.

Chers amis si vous etes dans un pays au bout du monde,voici une adresse,pour recevoir vos galettes et votre vin cacher:
[apps5.oingo.com]

se sont le groupe de rabbins Habad,


Re: FETES JUIVES
Posté par: place de france (IP enregistré)
Date: 15 décembre 2005 a 20:42

LA FETE DE LALA MIMONA

Re: FETES JUIVES
Posté par: place de france (IP enregistré)
Date: 15 décembre 2005 a 21:45

Qu'est-ce que
la F?te de Chavouoth



Chavouoth est la deuxi?me des trois f?tes de p?lerinage ? Pessa?h, Chavouoth et Souccoth. Elle tombe exactement cinquante jours apr?s Pessa'h. Cette f?te comm?more le Don de la Torah par Hachem au peuple Juif sur le Mont Sina?, il y a 3315 ans. C??tait en l?an 2448.



En h?breu le mot "Chavouoth" veut dire "semaines", rappelant les sept semaines durant lesquelles le peuple Juif se pr?para au Don de la Torah. Pendant cette p?riode les juifs se d?barrass?rent des traces de l'exil et devinrent une nation sainte pr?te ? se pr?senter devant D-ieu.

Le mot Chavouoth signifie aussi ? serments ?. En effet, ce jour-l?, deux serments furent prononc?s. D-ieu s?engagea pour le peuple Juif et les B?n?-Isra?l firent v?ux de fid?lit? ? Hachem. Le Don de la Torah n?est pas seulement un ?v?nement historique, mais surtout un moment o? les juifs s'?lev?rent spirituellement, un ?v?nement qui toucha l'essence de l'?me juive pour toujours. Nos sages comparent ce jour ? un mariage entre D-ieu et le peuple Juif.
Nous sommes devenus Son peuple et Il devint notre D-ieu.

Nous avons coutume de donner d?autres noms ? cette f?te :

Hag Hakatsir, f?te de la moisson.

'Hag Habikourim, f?te des pr?mices.

Zeman matan Torat?nou, temps du Don de notre Torah.

Nous tous, hommes, femmes et enfants, m?me les nourrissons, devons ?tre pr?sents ? la Synagogue, Le premier jour de Chavouoth, pour ?couter la lecture des Dix commandements,c'est une grande mitsva.

La Torah est compos?e de deux parties : La loi orale et la loi ?crite. La Torah ?crite est compos?e des cinq livres de Moch?, les Proph?tes et les Ecrits. Moch? re?ut la loi orale en m?me temps que la Torah ?crite ; celle-ci explique et clarifie la Loi Ecrite. Elle fut transmise oralement de g?n?ration en g?n?ration et mise ensuite par ?crit dans le Talmud et le Midrash. A travers toutes les g?n?rations notre peuple ?tudia ces ouvrages, les commentant et ?clairant leurs sens jusque d?duire les applications pratiques de ces principes. C?est donc une cha?ne continue de traditions qui traversa toutes les g?n?rations nous liant, ainsi, ? la R?v?lation qui eut lieu au Mont Sina?.


Nos sages nous donnent une m?taphore, ?D-ieu regarda dans la Torah et cr?a le monde ?. La Torah n'est pas seulement un guide pratique pour notre comportement journalier, mais elle est aussi, ? un niveau plus profond, le plan de la cr?ation

La r?v?lation au Mont Sina? ?tait une exp?rience pleine d'inspiration. Tout l'univers trembla ? l??coute le son per?ant du Choffar, le tonnerre gronda et les ?clairs d?chir?rent le ciel. Puis, il y eut un silence complet, pas un oiseau ne gazouilla, chaque cr?ature avait la respiration coup?e. M?me les anges interrompirent leurs chants c?lestes. Soudain, on entendit, d'un bout ? l?autre de la terre ? l'autre, les fortes paroles prononc?es par Hachem : "Je suis l'E-ternel, ton D-ieu? "

Comme pour les autres f?tes, les femmes et les filles allument les bougies.

Nous veillons la premi?re nuit de Chavouoth et nous ?tudions afin d'exprimer notre impatience ? recevoir la Torah.(meme au Maroc ou on etait pas du tout religieux,papa et maman alles chez des amis et veillaient ce soir la.

Nous avons la coutume de manger un repas lact? ? Chavouoth car la Torah est compar?e ? la douceur du lait.

La journ?e de Chavouofh est consacr?e ? 'la 'lecture des T?hilim, les Psaumes, car Chavouoth marque aussi la disparition du Roi David qui en ?tait l'auteur. C'est aussi une des raisons pour laquelle nous lisons , ce jour, le Livre de Ruth, arri?re grand m?re de David.

Il est coutume de d?corer, ? Chavouoth, nos Synagogues ainsi que nos maisons avec des fleurs.

Ruth, une femme d'exception.


Ruth est une Moabite, et pourtant, elle est admise dans la communaut? d'Isra?l. Le livre de Ruth fait entendre douze fois le mot "leket" (r?colte), qui est le terme utilis? notamment dans les passages relatifs ? la r?colte de la manne, et dans ceux traitant des lois sur le glanage des ?trangers ; le mot assone avec malkut, le Royaume.

Boaz compare Ruth ? Abraham . Mais Abraham a moins de m?rite que Ruth, car c?est Dieu qui lui enjoint de faire mouvement ?lekh-lekha? ; alors que Ruth, d?cide de son propre chef d?entrer, malgr? les mises en garde de No?mi et les circonstances difficiles.

Le livre de Ruth peut ?tre lu comme un plaidoyer pour la sinc?rit? des pa?ens et leur droit ? entrer dans l?Alliance. Cela se traduit dans le vocabulaire utilis?. En r?ponse aux tentatives de No?mi de la d?courager,






Re: FETES JUIVES
Posté par: place de france (IP enregistré)
Date: 15 décembre 2005 a 21:56

L'histoire de Ruth
Le soleil brille, implacable, les champs jaunissent, la terre est dure et fendue ; cela fait longtemps qu'aucune goutte de pluie n'est tomb?e. Une caravane lourdement charg?e s'?loigne de Bethl?em : c'est Elim?lech, un des riches habitants de la ville, qui quitte le pays, accompagn? de sa femme No?mie et de ses deux fils,en direction de Moab, sur l'autre rive du Jourdain.

Elim?lech meurt, ses fils ?pousent des filles du pays, appel?es Orpa et Ruth. Dix ans plus tard les deux fils meurent aussi, et No?mie reste seule, sans mari et sans enfants. Apprenant que la famine est termin?e ? Bethl?em, elle d?cide de retourner chez elle. L'heure du d?part est venue, No?mie veut se s?parer de ses brus : "restez chez vous et que D. vous b?nisse". Orpa et Ruth refusent de la quitter : "Nous retournerons avec toi, chez ton peuple". No?mie essaie de les en dissuader : "attendez-vous de moi des fils pour vous marier ? Soyez raisonnables et restez chez vous". Elles se trouvent toutes trois au bord du chemin et pleurent; que de douleur renferm?e dans ces larmes : les deuils successifs, la solitude, le sentiment d'abandon... peut-on supporter maintenant une nouvelle rupture ? Mais Orpa prend la d?cision de rester. Quant ? Ruth, elle choisit de continuer la route avec sa belle-m?re : "N'insiste pas pr?s de moi pour que je te quitte et m'?loigne de toi ; car partout o? tu iras, j'irai ; o? tu demeureras, je veux demander ; ton peuple sera mon peuple et ton Dieu sera mon Dieu" lui dit-elle.

Les deux femmes cheminent en silence sur la voie du retour. Lorsqu'elles arrivent ? Bethl?em, tous sont frapp?s de stupeur : est-ce vraiment No?mie, cette femme, No?mie qu'autrefois tout le monde enviait ?

L'?t? est arriv? et la moisson est bonne, mais il n'y a rien ? manger dans la maison de No?mie. Aussi elle envoie Ruth r?colter les gerbes de bl? laiss?es intentionnellement pour les pauvres. Par hasard, elle-ci va glaner dans le champ de Boaz, un parent de No?mie, qui est l'homme le plus influent de la ville. quand celui-ci apprend de qui elle est la bru, il lui permet de r?colter du bl? pour subvenir ? ses besoins. Ruth rentre chez elle et raconte l'incident ? sa belle-m?re qui d?cide que le temps est venu pour la jeune femme de se marier. Elle lui dit d'aller se coucher aux pieds de Boaz quand il dormira dans sa grange. Ainsi fait-elle, et vers minuit, l'homme se r?veille et trouve Ruth ? ses pieds. Celle-ci lui explique qu'il doit racheter les terres qui appartenaient? Elim?lech, et aussi la prendre pour femme (selon la coutume). Boaz accepte et Ruth se faufile aux aurores pour rapporter la nouvelle ? Noemie qui attend impatiemment.

Le matin venu, Boaz propose ? un parent plus proche de No?mie de racheter les terres d'Elim?lech ; celui-ci accepte, mais quand il apprend qu'il doit aussi ?pouser Ruth, il refuse et c?de ses droits ? Boaz qui, devant les habitants de la ville, rach?te les champs et l'?pouse lui-m?me. Celle-ci donne naissance ? Obed, qui sera le grand-p?re du roi David.

cette histoire je l'adore comment une fille paienne est l'arriere grand-mere du roi David

Re: FETES JUIVES
Posté par: place de france (IP enregistré)
Date: 15 décembre 2005 a 22:28

voici l'histoire de ruth en portuguais pour ma famille qui habitent le Bresil et lisent ce forum

Um rico mercador, habitante de Yehud?, de nome Elimelech, n?o acostumado ? fome e ? pobreza, pensou em escapar da mis?ria mudando-se para outro lugar. Assim foi viver em Moav com sua esposa Naomi e seus dois filhos.

Ruth, uma princesa moabita, imbu?da de elevados ideais, n?o estava satisfeita com a idolatria de seu pr?prio povo e quando chegou a oportunidade, abriu m?o do privil?gio da realeza em sua terra, aceitando uma vida de pobreza entre um povo que ela admirava. Ruth fez amizade com essa fam?lia judia e come?ou a comparar o diferente modo de vida com o seu pr?prio. Aprendeu a admirar as leis e costumes judaicos, e a insatisfa??o que j? sentia com a idolatria de seu povo, tornou-se uma obje??o positiva. Quando um dos filhos de Naomi a pediu em casamento, ela sentiu-se feliz e orgulhosa em aceitar. N?o ficou com remorso frente ao que estava renunciando: a vida de lux?ria no pal?cio, o t?tulo real, as perspectivas de riqueza e honra no futuro, pois percebia o valor do povo ao qual agora se unia.

Com a morte de Elimelech e seus dois filhos, Naomi, pobre e vi?va, ficou sem saber o que fazer ou para onde ir. Portanto, disse a Ruth e ? sua outra nora Orp?: "Minhas filhas, devo partir, e decidi voltar a minha cidade natal, Beit Lechem. L?, as coisas n?o devem ser muito boas, e n?o vejo raz?o porque tamb?m voc?s deveriam sofrer. Portanto, aceitem meu conselho e voltem ? casa de seus pais. Seus maridos est?o mortos e, talvez, se permanecerem em sua pr?pria terra, poder?o encontrar outros homens com quem se casar. Eu perdi meus filhos para sempre, mas voc?s s?o jovens, poder?o encontrar outros maridos."

Orp? despediu-se tristemente de sua sogra. Mas Ruth se apegou a Naomi em prantos e implorou-lhe para partir com ela. Com estas tocantes palavras pediu: "Eu te suplico, n?o me pe?as que te deixe, e que retorne ap?s te seguir, porque aonde quer que fores, eu irei; e onde pousares, pousarei; teu povo ? o meu povo e teu D'us ? o meu D'us; onde morreres, morrerei, e ali serei enterrada; somente a morte me separar? de ti." Ruth sabia muito bem o que estava fazendo. Naomi a havia prevenido das dificuldades com que se defronta um judeu em qualquer tempo, mas Ruth estava inabal?vel em sua determina??o de seguir sua sogra e de apegar-se a f? de sua escolha. S? o futuro provaria que Ruth seria justamente recompensada por sua elevada decis?o, pois mesmo em seus momentos de pobreza ela n?o se arrependeu.

Era tempo de colheita quando Ruth e Naomi chegaram ? Terra Prometida. Estavam exaustas ap?s a longa jornada e Ruth conseguiu fazer com que Naomi repousasse, enquanto saiu aos campos de Beit Lechem para ver o que poderia encontrar para saciar a fome. Entrou em um campo onde havia muitos homens ocupados na colheita de gr?os, enquanto alguns os amarravam em fardos e outros os empilhavam em carretas para transport?-los. Com certa hesita??o, mas estimulada por sua fome e pelo pensamento de que deveria levar alguma coisa para sua sogra, Ruth entrou no campo e sentou-se por algum tempo para descansar, enquanto esperava para ver o que a sorte lhe traria.

De repente, foi surpreendida ao ouvir uma voz que lhe disse, suave e gentilmente: "Que D'us esteja contigo, estrangeira!"

Ruth retribuiu a gentil sauda??o. E ficou grata ao ouvir a mesma pessoa bondosa continuar: "Entra no campo! N?o te acanhes! Recolhe algumas espigas, sacia tua fome!" Era o pr?prio Boaz, juiz de Israel naquele tempo e propriet?rio daquele campo, que assim se dirigia a Ruth. Ela agradeceu e colheu algumas espigas.

Estava prestes a partir, quando a mesma voz gentil lhe disse para permanecer ali mais um pouco e recolher o que os segadores haviam abandonado pelos cantos do campo, como pe?. "O
que ? pe??" - perguntou Ruth. "A Tor? nos diz; que, quando o dono de um campo j? apanhou sua colheita, deve deixar um canto para os pobres, os necessitados e os estrangeiros, a fim de que venham e colham eles mesmos" - respondeu Boaz. "Que maravilha!" - exclamou Ruth.

Ela ficou ali, colheu o trigo de um canto do campo, e preparou-se novamente para partir. "Ainda n?o precisas partir" - sugeriu Boaz. "Por que n?o ficas e te beneficias do leket?"

"O que significa leket?" - perguntou novamente Ruth. "De acordo com a Tor?, se um segador deixa de cortar alguma planta??o com sua foice, n?o lhe ? permitido voltar. Deve abandonar o que esqueceu de cortar, ou que deixou cair, e este deve ser deixado atr?s como respiga para os pobres e estrangeiros" - explicou pacientemente Boaz. Ruth n?o disse nada, mas n?o via raz?o para recusar e se beneficiar das leis da Tor?, as quais ela havia incorporado. Depois de encher todo um cesto, ela foi a Boaz e agradeceu-lhe sinceramente por sua bondade e preparou-se para partir.

"Ainda n?o precisas ir" - persuadiu-a Boaz. "Ainda podes vegar a shichech?". "A Tor? ? realmente infinita em sua preocupa??o com os menos afortunados" - disse Ruth. "Agora, por favor, diga-me o que ? shichech??"

"Quando o dono de um campo est? levando sua carga aos celeiros, pode acontecer que ele tenha esquecido alguns fardos no campo. A Tor? o pro?be de voltar e recolh?-los, pois ele deve deixar esses fardos esquecidos para os pobres, as vi?vas, os ?rf?os e os estrangeiros."

Ruth estava muito feliz com sua boa sorte. J? havia recolhido mais do que poderia carregar. Ela e Naomi estavam agora bem-providas por um bom tempo. Mais uma vez, agradeceu a Boaz, e prometeu voltar. Ruth estava muito contente quando voltou e contou para sua sogra o que lhe havia acontecido nos campos de Boaz. Naomi ficou feliz pelo fato de Ruth ter sido t?o bem-sucedida e por ter encontrado favor aos olhos de Boaz, o nobre propriet?rio das terras. Contou a ela que Boaz era parente de Elimelech. Nesse meio-tempo, Boaz havia inquirido sobre a estrangeira que passou por seu campo e descobriu que ela era a nora enviuvada de Naomi. Quando Boaz pediu Ruth em casamento, Naomi insistiu para que aceitasse. Ruth foi inesperadamente recompensada com riqueza e felicidade.

Ruth e Boaz tiveram um filho chamado Oved. Este, por sua vez, foi pai de Yishai. O filho mais jovem de Yishai foi David, ungido por D'us e amado rei de Israel.

O rei David faleceu no Shabat que coincidia com a Festa de Shavuot, no ano 2924 (837 anos antes da Era Comum). Seu reinado durou quarenta anos (2884-2924); nos primeiros sete, ele reinou em Chevron (Hebron) sobre a tribo de Yehudaa cute e nos trinta e tres restantes em Jerusalem, sobre todo Israel








Re: FETES JUIVES
Posté par: place de france (IP enregistré)
Date: 30 décembre 2005 a 08:47

S'il vous plait racontez-nous vos jours de fetes au Maroc
merci soly

Re: FETES JUIVES
Posté par: place de france (IP enregistré)
Date: 11 janvier 2006 a 11:38




Aller à la page: Précédent12345678Suivant
Page courante: 2 of 8


Désolé, seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster sur ce forum.
Veuillez cliquer sur S'identifier pour vous enregistrer

   Rechercher sur
 

  Web    
Darnna

© 2008 Darnna.com - All rights reserved.

'