CULTURES ET TRADITIONS JUIVES :  DARNNA.COM
Musique andalouse, histoire juive, culture judéo-berbère, judéo-espagnol, littérature juive, Rabbins, cimetières juifs au Maroc, Patrimoine juif au Maroc 
Etre Sepharade...
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 03 juillet 2011 a 08:46

ETRE SEPHARADE


Josiane Luna Abitbol Marchan




Que de fois me suis-je demandé “pourquoi y-a-t’il des Séfarades dans ce monde dont beaucoup sont devenus “Lubavitch, Breslov, Bobov, etc…” Pourquoi, pourquoi?

Être Séfarade, c’est être fier de ce que nous ont inculqué nos parents et grand-parents, sans parler des centaines de Tzadikim qui sont la base et la fondation de la Torah.
Pour n’en nommer que peu: Rambam, Ramban, Rabbi Joseph Caro, Rabbi Haim Luzatto, Rabbi Haim David Azoulay, Rabbi Haim Benatar, Rabbi Amran Bendiwan, Rabbi Shalom Sharabi, Rabbi Joseph Haim Ben Ish Hai- (que leur mémoire soit bénie) que toutes les yeshivot étudient, etc… La liste est longue.

Être Séfarade, est-ce avoir honte de son passé? Ou, au contraire, notre fierté devrait se propager chez nos frères et sœurs Ashkenaze sans leur imposer nos minhagim, comme ils le font parfois pour nous.

Être Séfarade c’est rendre immortels nos Tzadikim et, sans nous Séfarades, qui parlerait de nos Rabbins de Tunisie , Maroc, Algérie, Syrie, Irak, Iran, Yemen et autres pays méditerranéens? Nous Séfarades, avons la responsabilité, le devoir et le privilège de nous remettre en mémoire par des articles que nos rabbins étaient de très grands rabbins.

Avons-nous lu ou entendu nos frères Ashkenazes faire l’éloge d’un Rabbin Séfarade avec toute l’admiration qu’il méritait. Qui d’entre eux connaissait Rabbi Hai Taieb?

Avons-nous jamais eu, en réponse à un sincère “Chabbat Shalom”, d’autre réponse que “Gutt Shabas”? Pourquoi? Parce que les Ashkénazes et les Hassides ont une très grande fierté de ce qu’ils sont, d’ou ils viennent et de leur futur!! Pourquoi nous Séfarades, n’avons-nous plus cette fierté d’ appartenir à une race d’élite?
A-t-on oublié combien nos parents et grand-parents étaient pieux? Y en avait-il un qui se dispensait d’embrasser la Mezuzah en entrant et en sortant? Et nos mères, n’ allaient-elles pas au Hammam, qui n’avait rien à envier au Mikvah moderne? Notre Tzedaka, ne valait-elle pas les petites boites que nous avons aujourd’hui?

Je me souviens de mon père (que sa mémoire soit bénie) ainsi que toute la communauté de Tunis et, j’en suis sure, toutes les communautés Séfarades, se faisaient une obligation de donner aux moins fortunés la même somme d’argent que celle qu’ils dépensaient pour leur propres enfants (Brit Mila, Henne, etc…) et ils le faisaient sans flon flon.

Rappelez-vous Séfarades, combien “entre voisins” on s'entraidait! Je me souviens que ma mère (que sa mémoire soit bénie) ne faisait jamais son Shabat avant d’ avoir partagé ce que mon père avait apporté en abondance.

Réveillez-vous Séfarades! Nous avons une richesse fabuleuse, il suffit d’ avoir la fierté de vouloir l’exposer et de se rappeler. Pourquoi nos Tzadikim et nos Rabbins n’ont-ils pas la place qui leur revient de plein droit.

Réveillez-vous Séfarades. Rappelez-vous quand nos mères allumaient les veilleuses de Rabbi Meir ou de Rabbi Shimon, combien elles priaient du fond du cœur, sans façon et avec une ferveur telle que la réponse, très souvent ne se faisait pas attendre.

Réveillez-vous Séfarades. Aidez les Centres Séfarades dans le monde et croyez-moi, il y en a! Ils ne sont pas assez religieux, me direz-vous? Eh bien alors, aidez-les à le devenir, luttez pour votre patrimoine, n’allez pas autre part sous prétexte qu’ils sont bien organisés ou que leur chapeaux ou leur kipot sont plus grand que les nôtres! N’ oubliez pas que c’ est à cause de nous, Séfarades que nos frères Ashkénazes ne nous respectent pas. Avons-nous rejeté notre mémoire ?

Réveillez-vous Séfarades. Si nous ne parlons plus de nos Rabbins, n’ est-ce pas les reléguer dans une bibliothèque poussiéreuse? Et nos minhagim? Il est de notre devoir de les conserver et de les transmettre à nos enfants. Pourquoi chercher ailleurs?

Réveillez-vous Séfarades. Connaissez-vous un seul Ashkenaze qui soit venu rejoindre nos rangs et devenir Séfarade?
Réveillez-vous Séfarades. Avez-vous entendu dire ou avez-vous vu un seul Ashkenaze ou Hasside porter la Djelaba, vêtement pudique par excellence, qui reflétait la façon de vivre des Séfarades? Alors, pourquoi porterions-nous leurs chapeaux noirs.

Réveillez-vous Séfarades. Avez-vous entendu dire ou avez-vous vu les Ashkénazes vous demander quel était votre minhag (coutume) avant de vous enrôler dans leur rangs ?
Et maintenant, réveillez-vous Séfarades. Écoutez et regardez le “ bon coté” de nos frères Ashkénazes, voyez combien ils aiment leur pays, combien ils donnent de leur argent et toutes ces Yeshivot qu’ils construisent, au lieu de vous aligner de leur côté pourquoi ne pas les imiter et rester Séfarades! Ne choisissez pas la facilité, luttez pour votre patrimoine qui est si riche!

Réveillez-vous Séfarades. Avez-vous honte de votre mémoire ? Ont-ils réussi à nous traiter en 2 ième classe? Si nous avions des défauts comme certains se plaisent à dire, tempérament impulsif, vulgaire, ne serait-ce pas à nous de prouver le contraire. Les imiter et rester Séfarades! Ne choisissez pas la facilité, luttez pour votre patrimoine qui est si riche.

Réveillez-vous Séfarades. Avez-vous entendu dire ou avez- vous une synagogue Ashkenaze inviter un Rabbin Séfarade pour faire un "Dvar Torah” (commentaire de la Torah)? Il est grand temps de nous tenir la main et de prouver à nos frères Ashkénazes que nous sommes capables de faire de très grandes choses.

Réveillez-vous Séfarades. Combien Ashkénazes étudient dans une Yeshiva Séfarade? Et combien de Séfarades étudient dans leurs Yeshivot? Quoi, nous n’avons plus de fierté! L' Espagne avec l’Inquisition, c’était pour rien? Le “galout” dans les pays méditerranéens, ça aussi c’était pour rien? Il aura suffit d’une génération ou peut-être deux pour reléguer notre patrimoine.

Réveillez-vous Séfarades. Vos mezuzoth sont-elles Séfarades, sont-elles verticales comme le veut la coutume Séfarade, et vos Tzit-Tzit et Tefillin, etc… Et, croyez-moi il y a une différence!

Je vais terminer ici en reconnaissant à nos frères Ashkénazes tout le mérite qui leur est du pour avoit fermement tenu leur minghagim. Je rêve, oui je rêve que cette lettre aura un impact sur le cœur de tous les Séfarades et qu’ils prient Ribono Chel Olam de leur ouvrir la porte du ciel qui correspond à leur minghag.
Amen.

P/S Joseph et ses frères?

Josiane Luna Abitbol Marchan




Etre Sepharade...
Posté par: michou (IP enregistré)
Date: 03 juillet 2011 a 12:35

entierement d'accord avec vous.....comment faire pour deposer ce si beau temoignage sur ma page facebook?

Etre Sepharade...
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 03 juillet 2011 a 13:34

Cet article n'est pas de moi mais de Josiane Luna Abitbol Marchan et ce n'est pas un probleme de le passer ailleurs, il suffit de faire un copier-collergrand sourire classique.

Etre Sepharade...
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 05 août 2011 a 08:37

Sur ce theme "Sepharade" et "Traditions Sepharades", dans le contexte politique actuel israelien il est interessant de lire cet article redige par le "dissident" Haim Amsellem, celui qui a fait parler de lui lorsqu'il remettait en question les "nouvelles" normes de l'extremisme religieux sepharade en Israel surtout mais ailleurs egalement.
-----


Pourquoi Deri et Shas se méritent

Par HAÏM AMSALEM


A l'occasion de mes visites à travers le pays pour expliquer les objectifs d'Am Shalem lors des prochaines élections, une question revient régulièrement à la fin de ma présentation : "Prévoyez-vous d'unir vos forces avec Arieh Deri ?" Ou sous une forme plus suggestive : "Pourquoi ne pas vous allier avec Deri ?" Ou encore, lorsque le choix des mots reflète un vœu pieux : "Si vous et Deri faisiez liste commune, Shas gagnerait plus de sièges."


Ainsi, le sujet d'une éventuelle alliance avec l'ancien ministre Deri aux prochaines élections occupe l'esprit de beaucoup, même au sein d'Am Shalem. Ce qui me montre que la route est encore longue. Car je sais que je n'aurai pas l'esprit tranquille tant qu'il restera une âme qui n'aura pas saisi l'abîme entre ma vision du monde, mon parcours politique, mes actes passés et présents, et ceux de Deri.

Celui qui a ingénieusement créé le mouvement antisioniste extrémiste, connu sous le nom de Shas, n'est pas le ministre de la Construction et du Logement Ariel Attias, ni son adversaire politique, le ministre de l'Intérieur, Eli Yishaï, ni même le Rav Ovadia Yossef. Le fomenteur de cette mutation, aujourd'hui à l'extrême opposé des traditions séfarades, n'est autre qu'Arieh Deri. Et reconnaissons qu'il a œuvré avec une grande sophistication.

C'est lui qui a focalisé l'attention, maintes et maintes fois, en annonçant son possible retour à la vie politique. Qui a conduit le Shas vers l'état brumeux dans lequel il se trouve aujourd'hui, où combiner étude de la Torah et travail honnête est devenu incompatible. Ma réponse à tous ceux qui s'intéressent à un possible partenariat entre Arieh Deri et moi est claire. M'allier avec la personne qui a nourri l'idéologie extrémiste de Shas, qui s'oppose au partage du fardeau national commun (un service militaire, civil ou national pour tous les citoyens), et à la résolution du douloureux problème des conversions en Israël - tout cela en raison d'une peur paralysante des éléments extrémistes - est tout simplement hors de propos. Par manque de valeurs communes.

Au contraire, la place naturelle de Deri, qui a affirmé dans une interview à la radio ne voir aucune nécessité de revenir à l'approche religieuse traditionnelle sépharade modérée - "nous ne voulons pas retourner à l'époque de Fès et Jalabiya" - est à la barre du parti Shas.

Am Shalem, le mouvement que j'ai fondé, est d'abord et avant tout l'expression d'un nouvel esprit politique courageux.[n] Un mouvement dont les dirigeants comprennent qu'ils doivent servir le public, et non eux-mêmes.[/n] Am Shalem veut construire des ponts entre les différents secteurs de la société et s'éloigner des divisions et désaccords sur tous les sujets religieux. Un mouvement à la plate-forme claire, à l'épine dorsale solide, ignorant les déclarations vagues et dénuées de sens. Am Shalem combat toutes les formes de discriminations, au lieu de les perpétuer au nom de motivations politiques étroites et sectaires. Ses dirigeants assument la responsabilité de leurs actes, et ne sont pas de simples marionnettes.

Par conséquent, je recommande que les leaders politiques et spirituels de Shas renouent avec Arieh Deri. La tête du parti lui va comme un gant. Shas convient à Deri. Sur le principe, peu importe que Deri ou Yishaï préside le parti lors des prochaines élections, puisqu'il n'existe aucune différence substantielle entre les deux. Une seule variante : la politique de Deri est la même que celle de Yishaï, seulement plus élégante. Une chose est sûre : ni moi, ni Am Shalem ne voulons nous y frotter.

L'auteur est fondateur et président du mouvement politique Shalem Am.

[fr.jpost.com]



Désolé, seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster sur ce forum.
Veuillez cliquer sur S'identifier pour vous enregistrer

   Rechercher sur
 

  Web    
Darnna

© 2008 Darnna.com - All rights reserved.

'