CULTURES ET TRADITIONS JUIVES :  DARNNA.COM
Musique andalouse, histoire juive, culture judéo-berbère, judéo-espagnol, littérature juive, Rabbins, cimetières juifs au Maroc, Patrimoine juif au Maroc 
Aller à la page: Précédent1234567Suivant
Page courante: 3 of 7
Fin du Patrimoine Juif Tangérois ? En une nuit, l'hopital Benchimol a été rasé !!!
Posté par: tangerois (IP enregistré)
Date: 09 mai 2010 a 00:39

pour sauter du coq à l'ane comme on dit en psychiatrie j'ai trouvé un article interessant sur alarabiya.net qui parle de l'apparition d'un nouveau islam au sein des sportifs marocains internationaux (et donc trés connus par la jeunesse marocaine): c'est un article en arabe:
[www.alarabiya.net]

hier les forums maintenant les medecins les sportifs.....

regardez les barbes les visages, ca vous rappelle pas une certaine revolution islamique?
ya rebi salama :(

Fin du Patrimoine Juif Tangérois ? En une nuit, l'hopital Benchimol a été rasé !!!
Posté par: Arrik (IP enregistré)
Date: 11 mai 2010 a 22:30

COMMUNIQUÉ d’Arrik Delouya / Kamal Hachkar

Juifs et Musulmans marocains contre la démolition de l’Hôpital Juif Benchimol de Tanger & pour la sauvegarde du patrimoine judéo marocain pour plus de 50 000 personnes.

Sont signataires entre autres :

L’Association des Permanences du Judaïsme Marocain Paris et l’Association Israélienne pour la Préservation, la Diffusion & le Rayonnement du Judaïsme Marocain, le CRJM Centre de recherche sur les Juifs Marocains ; l’Association Créations Mosaïques ; La Casa de Sefarad y La Casa de la Memoria Cordoue Espagne ; La Fédération Française du Judaisme Marocain et son président Derhy André ; Le CRJM Centre de recherche sur les Juifs Marocains ; La Revue Brit des Juifs du Maroc Ashdod Israël et son fondateur Knafo Asher ; The Sephardic Library Bnei Issakhar Institute Jerusalem et son président le Rav Abitbol Meïr, Les amis de la Communauté Israélite de Marrakech-Essaouira Maroc ; Azran Soly Association des originaires de Safi ; Riveline Ephraim, Directeur de l’Equipe d’accueil doctorale Equipe de Recherche EAD Etudes Juives et Hébraïques Université Paris 8 ; Segev Shmuel Grand Reporter et Ecrivain Israël ; Oustouh Moha Meknès Maroc ; Ouadani Ali Président de l'association "Arraw N'Ghriss" (« Les Enfants de Ghriss » en Amazigh, Berbère) à Goulmima dans l’Atlas du Maroc ; Sayagh Said Professeur agrégé d’Araabe Montepellier; Khouloud journaliste Casablanca, El Mghari – Baida Mina Professeur Faculté des Lettres et des Sciences Humaines Université Mohammed V, Agdal Rabat & Secrétaire Générale de la Commission Nationale Marocaine pour l'Education la Culture et les Sciences Icomos ; Baida Tilila universitaire Rabat ; Friedmann Daniel Sociologue, Chargé de Recherches au CNRS Paris ; De Louya Danièle Miami Boca Raton Florida USA ; Elbilia Janet Voyagiste Morgan Tours Paris ; Dayan Aimé Canada ; Zrihen-Dvir Thérèse Israël ; M° Franco Rachel Ecrivian & Ministère de la Justice Israël ; Ohnona Daniel Journaliste Paris ; Bouhnik Camus Israël ; Kusserow Mourad Allemagne ; Tanger Eva Paris ; Cohen Lydie ; Elbaz Georgia Directrice commerciale et Marketing Paris ; Mohcine Hafid Maroc ; Ondine Roustan ; Elie Azoulay Gérant de société Montréal Canada ; Jack Tordjman Amsteram ; Kaspi Sami Président Association Maimon Stichting Maimon Patrimoine Culturel Judéo-Marocain aux Pays-Bas ; Victor Delouya Paris ; Solarz Claude chef d’entreprise et Président Kadima-France 95330 Domont ;; Solarz Mireille 95330 Domont ; Clairet Alain et martine chirurgien dentiste clinique les iris port van Gogh Asnières ; Paccaud Judith et Julien route de montmorency à Soisy ; Sibour Gerard caves Legrand 75002 Paris ; Massol Claude cartonnier 84480 Bonnieux ; Decaux Alain fromager 95170 Deuil la Barre ; Hadassah International Hopital et Fondation 72 bd Haussman 75008 Paris Kadima-France chez William Zerbib 75017 Paris ; Parra Claudine sculpteur 93200 St-Ouen ; Costa Jose jardinier Domont ; Elmoznino David Eilat Israël ; Cohen-Machtinger Dora Toronto ; Asseraf George Président NeôMaroc Respect, Tolérance, Dialogue, Solidarité ; Dr Azran Jack, PhD General Manager RITE Israel ; QUEROUB Salomon. Co-Directeur de l'Hôpital Benchimol de 1965 à 1970. Anesthésilogiste et urgentiste. Responsable des Blocs opératoires , multi-chirurgicaux. Vit en Suisse ; M° Dadia Joseph Avocat au barreau et président de l’Association des juifs originaires de Marrakech ; Lakrati Olivier Omar ; et 3000 autres personnes


Nous, marocains, toutes obédiences confondues, attachés au Maroc et à son patrimoine, riche et fidèle témoin de son histoire plusieurs fois millénaire, accueillons avec émoi les nouvelles alarmantes qui nous parviennent de Tanger, après les chocs consécutifs aux divers actes de vandalisme et de destructions qui ont affecté les cimetières juifs de Tinghir et de Safi en 2010.


Constatons encore une fois le danger qui guette notre patrimoine commun et menace les promesses d’un avenir de tolérance et de paix. L’Hôpital Juif Benchimol, propriété de la communauté israélite de Tanger, le plus vieux de tous les hôpitaux du Maroc, fondé en 1904, et dédié à la santé de tous les marocains sans distinction aucune, a été rasé dans la nuit du 2 au 3 avril 2010, en pleine fête de Pessah, sur ordre des autorités locales. Cela dans des circonstances contestables et à l’insu de la Communauté israélite de Tanger qui en est le propriétaire.

Affirmons notre attachement aux liens indestructibles qui unissent dans la paix toutes les communautés et au respect des biens qui constituent le Patrimoine Marocain commun.

Condamnons avec force cet acte irresponsable, visiblement motivé par de vils profits spéculatifs.

Sollicitons l’intervention urgente des plus hautes Autorités Marocaines afin de mettre fin à de tels actes et de prendre toutes les mesures nécessaires pour que cessent ces opérations abusives de nettoyage patrimonial.

Demandons avec l´insistance la plus grande que le droit de propriété soit respecté.

Exigeons que la communauté juive soit réintégrée dans ses droits patrimoniaux.

Renouvelons notre espérance inébranlable en un avenir de considération mutuelle et d’harmonie.

Paris le 29 Avril 2010











זעם במרוקו: הרשויות הרסו בי"ח יהודי בפסח


מאת: ניר יהב, כתבנו לענייני ערבים, מערכת וואלה! חדשות

[news.walla.co.il]

יום שלישי, 27 באפריל 2010, 12:17
הוסף תגובה גירסה להדפסה


בית החולים היהודי "בן-שימול" בעיר טנג'יר, הנחשב למבנה יהודי היסטורי נהרס במהלך חג הפסח על ידי הרשויות. הקהילה היהודית העבירה מחאה חריפה נגד הפגיעה בזכויותיהם
תגיות: מרוקו

נגד הבניין הוצא צו הריסה והוחלט להרסו כבר לפני מספר חודשים (צילומים: יח"צ)

"בלילה שבין 2 ל-3 באפריל 2010, בעיצומו של חג הפסח, מספר בולדוזרים הגיעו למתחם של בית בחולים בן-שימול על מנת להרסו"
הקהילה היהודית במרוקו זועמת על כך שהרשויות במדינה הרסו את בית החולים היהודי "בן-שימול" בעיר טנג'יר, הנחשב למבנה יהודי היסטורי. גורמים רשמיים בבירה רבאט צוטטו בכלי התקשורת באמרם כי נגד הבניין הוצא צו הריסה והוחלט להרסו כבר לפני מספר חודשים. נשיא איחוד הקהילות היהודיות בספרד העביר למושל טנג'יר מכתב מחאה שניסחו יהודים מהקהילה במרוקו: "מדובר בצעד חריג", נכתב. "זהו בית החולים הראשון בטנג'יר. אני מבקש ממך לשמור על זכויות הקהילה היהודית בטנג'יר ולכבד אותן".

בקהילה היהודית בטנג'יר הביעו תמיהה על המועד שבו נהרס המבנה: "בלילה שבין 2 ל-3 באפריל 2010, בעיצומו של חג הפסח, מספר בולדוזרים הגיעו למתחם של בית בחולים בן-שימול על מנת להרסו", דיווחו יהודים למשרד לענייני גמלאים האמון על השבת רכוש יהודי גזול. "בחירה בשעות אלה להריסה של המבנה תמוהה, כמו גם הבחירה ביום שבת של חול המועד פסח, דווקא כשמרבית עסקני הקהילה היהודית נמצאים מחוץ למרוקו. הקהילה היהודית של טנג'יר היא הבעלים הרשמיים של בית החולים. האם משמעות הדבר היא כי שמירה על זכויות אינה קיימת יותר במרוקו? אני מקווה שלא".

פרסומת
ההיסטוריה של בית החולים היהודי "בן-שימול" היא רבת שנים. חיים בן שימול, מתורגמן של הקונסוליה הצרפתית בטנג'יר שבמרוקו וחבר ועד הקהילה בעיר, יזם בשנת 1889 את הקמתו של בית החולים, שהתפרש על פני שטח של כשני קילומטרים רבועים. 121 שנים לאחר מכן הוחרב בית החולים היהודי. העיר טנג'יר ממוקמת בצפונה של מרוקו. הקהילה היהודית בעיר נחשבת לאחת הקהילות הוותיקות בעולם. היום נותרו בעיר כמה מאות יהודים. בעיר קיימים מוסדות ציבור שונים של הקהילה, כדוגמת בתי הכנסת בן עטר ושער רפאל, בית הקברות היהודי, המרכז הקהילתי ומוסדות חינוך.

אנשי הקהילה היהודית הביעו בפני אנשי המשרד לענייני גמלאים חשש לפיו הרשויות יהרסו גם את בית הקברות העתיק בעיר. "השמועה הרווחת עכשיו בעיר היא שישנה כוונה להרוס את בית העלמין היהודי בעיר, בו קבורים קדושים, רבנים רבים ובני משפחותינו", אמר אחד מהם. סגנית השר לענייני גמלאים, ד"ר לאה נס, פנתה בנושא זה לראש הממשלה כדי לוודא שלא תימשך פגיעה במורשתם של היהודים החיים במרוקו.









Jewish hospital in Tangiers torn down
[www.ynetnews.com]
Moroccan Jewish communities around the world outraged after ancient structure, which has been abandoned for 10 years, demolished before Passover, blame president of Tangiers Jewish community for current troubles, ask him to either take steps to prevent further actions or step down
Elad Benari

04.27.10, 15:14
Israel Jewish Scene
Moroccan Jewish communities around the world are upset after the Jewish hospital in Tangiers was torn down.

According to reports, the Benchimol Hospital in Tangiers which has been standing for more than 110 years was torn down Friday night before Passover at 2 am. “There is a law in Morocco that you cannot enter any private property between 10 pm and 6 am,” explained a concerned member of the Moroccan Jewish community in Toronto. “There was no warning about it.”

The community is now concerned that further action against Jewish institutions may be taken by the authorities in Morocco and wishes to make the public aware of the situation. Although the Tangiers Jewish community now only consists of about 40 Jews (at its peak there were 22,000 Jews in the community), there are still important Jewish landmarks in the area, such as a Jewish nursing home and two cemeteries.

“The new cemetery which is in the outskirts of Tangiers is on the highway going to Rabat. At one point it was really let gone. You could hardly go inside the cemetery because there were snakes; there were bushes in between the tombs,” said the concerned individual. “It was not maintained at all. Last year we sent e-mails and finally they got their act together and they cleaned it completely, and I do have to admit that they did a very good job. But it took years of pounding and pounding until they did it.”

The second Jewish cemetery in Tangiers is commonly known as the old cemetery, and was in operation already in the 1910s. There are many righteous individuals buried there, but it has not been maintained for the last 60-70 years. As a member of the local Moroccan Jewish community explained, the cemetery faces the port of Tangiers and the Moroccan authorities have their eyes on it. The community fears that if nothing is done, the authorities will take over that property and remove all the corpses.

Members of the Moroccan Jewish community, both in Canada and around the world, have begun to send e-mails to the president of the Tangiers Jewish community, whom they say is responsible for the current troubles, asking him to either take steps to prevent further actions or step down. “The Jewish community in Tangiers is run by Mr. Azancot. He’s the president,” explained one member of the Moroccan Jewish community in Toronto. “He was elected many years ago when the Jewish community was numerous. He’s hardly ever in Tangiers and doesn’t run things properly.”

'Main concern is Jewish cemetery'

According to the sources in the community, Azancot was given a year’s notice by the Moroccan authorities to fix up the hospital, which has been abandoned for about 10 years. The hospital has given care to Jews, Christians, and Muslims over the years. The members of the community explained that the problem arose when the president of the Jewish community went to the authorities with a plan to tear down the hospital and build an apartment building on that property. This opened up “a Pandora’s Box” as they put it, since the Moroccan authorities said that obviously, if the Jews want to build something on that property, that means they do not care about the building and it can be torn down.

They added that Azancot had no authority to decide to tear down the building since the Jewish community does not own the land. The land is owned by the Benchimol family and the deed has been deposited in the French Consulate. This means that only the Ministry of Foreign Affairs of France has a say on the fate of that building.
Besides bringing attention to Jewish communities worldwide, letters have been sent to Azancot by many Moroccan Jewish around the world. So far, said the sources, the e-mails have gone unanswered.

Representatives of the Jewish communities in Madrid, Montreal, and Toronto have already been in contact with Azancot. Now, contact is also being made with the Canadian ambassador of Morocco.

A letter written by one of the communities here in Canada to the Moroccan ambassador in Canada said that “Morocco represents the paragon of coexistence in the Arab world. At a time when we are targeting a Jewish-Muslim reconciliation, measures such as those taken in anger in Tangiers leave us puzzled.” The letter urges the ambassador to convey the Jews’ dismay to the Moroccan authorities.
“The hospital is done and there’s nothing we can do to reconstruct the building. Our main concern is the Jewish cemetery. They can go anytime and take over. There’s a lot of tzadikim in that cemetery and that is our major concern,” said the community members. “The representative of the Jewish community has been warned already: Either do something or step down. Mr. Bardugo, who is the secretary of the entire Jewish community in Morocco, has advised him the same but unfortunately the Jewish community in Tangier does not answer to the general communities of Morocco. It’s a separate entity and has always been that way so nobody can do anything against that.”
Reprinted with permission from Shalom Life


From: Salomon QUEROUB salomon.queroub@sunrise.ch
To: Arrik DELOUYA
Sent: Friday, April 30, 2010 2:53 PM
Subject: Tr : Communiqué "Tanger" dans lequel vous êtes signataire et si vous ne figurez parmi les premiers sympathisants allez signer notre attaché

Bonjour,

Même si je n'ai pas l'honneur de vous connaître, c'est très volontiers que je signe votre pétition.

Malgré mes 71 ans, je peux vous dire qu'en voyant, ce qui restait de mon cher hôpital, j'ai pleuré.

Avec toute ma considération,
Salomon QUEROUB
Rue des Métiers, 4
CH-PRILLY ( VD. )
SUISSE.

Je signe :
QUEROUB Salomon. Co-Directeur de l'Hôpital Benchimol de 1965 à 1970. Anesthésilogiste et urgentiste. Responsable des Blocs opératoires, multi-chirurgicaux. Vit en Suisse.



From: Olak
To: Arrik DELOUYA
Sent: Saturday, May 01, 2010 11:40 AM
Subject: Re: Communiqué "Tanger" dans lequel vous êtes signataire et si vous ne figurez parmi les premiers sympathisants allez signer notre attaché

Cher ami,
je suis vraiment désolé et triste pour ce qui est arrivé à cet hopital patrimoine marocain;
c'est très regrettable et incompréhensible !

omar


David Bensoussan Montréal

Suite à la destruction de l’Hôpital Benchimol à Tanger, une missive exprimant l’inquiétude sur les conditions dans lesquelles s’est déroulée cette destruction a été adressée à des représentants diplomatiques marocains à l'étranger.

Dans la réponse obtenue par par télécopie, il est souligné qu’une mise en demeure en date du 26 novembre 2008 aurait été envoyée à la communauté juive de Tanger; qu’un réexamen de l’état de l’édifice se serait soldé par un arrêté de démolition en date du 15 mars 2010. L’Ambassadrice précise que la destruction de 251 mosquées en état de ruine a été également annoncée par le Ministère des Habous et des Affaires islamiques.

Suite à de nombreuses clarifications, il ressort ce qui suit :

La missive datée du 26 novembre 2010 donnait un délai de 8 jours pour démolir la résidence. Un mur problématique a été réparé dans les 8 jours. Selon les représentants de la communauté juive de Tanger, la bâtisse ne constituait aucun danger (ce qui est loin d’être le cas pour les bâtiments voisins qui n'ont pas été touchés par l'ordre de démolition).

Qui plus est, le Wali (Gouverneur) de Tanger avait annoncé son intention d’en faire un jardin qui débloquerait la vue de l’entrée de l’ancien palais du sultan Abdelhafid. Le Wali aurait proposé un contrat de location. Toutefois, ce contrat pouvait être révoqué en tout temps par le Conseil municipal et cette proposition de location est restée sans suite. Des négociations sur l’octroi d’un terrain de valeur équivalente étaient également en cours.

Ce qui précède n’explique aucunement pourquoi la démolition a été entreprise un vendredi soir à une heure du matin pendant la fête de la Pâque alors que le président de la communauté était absent de Tanger et qu’on ait confisqué aux gardiens leur téléphone cellulaire durant la démolition de l’hôpital.
La communauté juive de Tanger n'a pas été avertie ni du réexamen de l'état de l'édifice ni de l'arrêté du 15 mars.
L'affaire n'est pas classée et l'on est en attente du résultat de rencontres à venir entre les représentants de la communauté juive de Tanger et les autorités municipales.

Suite à cet évènement, beaucoup s’interrogent sur l’avenir du cimetière juif de Tanger, voire même sur celui du patrimoine juif au Maroc. Lors d'une conversation avec des représentants diplomatiques marocains, il m'a été assuré qu'il n'y avait aucun fondement à la rumeur selon laquelle il serait question de toucher au cimetière juif de Tanger.

Il n'en demeure pas moins que des solutions et des protocoles qui soient respectés devraient permettre de rassurer les ressortissants juifs du Maroc dans le monde quant à la préservation de leur patrimoine.

Sincères amitiés,

David Bensoussan



Responsables de tous bords, respectez le patrimoine national ! : L'hôpital Benchimol de Tanger rasé

En une nuit (NDLR. celle du vendredi 2 au samedi 3 avril, en pleine fête de Pessah), l'Hôpital Benchimol de Tanger a été rasé par les autorités. Il avait plus de cent ans et c'était le doyen des hôpitaux marocains. Son fondateur était torjman à la Légation de France, et « français » à ce titre, comme tant d'autres h_maya, juifs et musulmans. En tout état de cause, c'était le plus vieil hôpital du Maroc, fondé dix ans avant le Protectorat, à l'intention de la communauté juive mais ouvert aussi aux musulmans. Monument historique donc.

Mais, au Maroc, «on» détruit un monument historique en une nuit. Qui «on» ? L'administration locale sans doute… Mais le propriétaire -la Communauté israélite tangéroise- a aussi sa part de responsabilité, dans la mesure où il était « vendeur » de cet hôpital désaffecté, pour les besoins de ses pauvres, disait-il, et il le disait aussi aux autorités.

En son temps, la Fondation du Patrimoine culturel judéo-marocain s'était prononcée contre et l'avait fait savoir à la Communauté israélite tangéroise. Aujourd'hui, toute une population de vieux et authentiques Tangérois, musulmans ou juifs, amoureux passionnés de leur ville, protestent : au Maroc, sur Internet et sur tous les tons…
Cette destruction pose quelques graves problèmes. L'administration peut-elle détruire un monument légué par l'histoire, sans ouvrir un débat public, préalable? La Communauté israélite tangéroise, propriétaire du lieu, peut-elle vendre l'œuvre des anciens au moment où elle ne compte plus que quelques dizaines de membres, plus ou moins âgés? N'y a-t-il pas un « devoir de mémoire » dans un pays qui se veut touristique?

Cela fait beaucoup de questions. La Fondation du Patrimoine culturel judéo-marocain a, pour sa part, répondu en restaurant synagogues et cimetières, de Tétouan à Ifrane de l'Anti-Atlas, en créant à Casablanca le seul Musée juif du monde arabe, hommage judicieux à la composante historique juive du Maroc.

A Tanger, les « responsables » ont trouvé plus expéditif de raser un témoin du Maroc qui bougeait, avant la colonisation, et cela contre l'avis de la Fondation créée à cet effet, et plus grave encore, de la population de la ville, jalouse de son passé prestigieux.

Aujourd'hui, il ne reste que des photos de ce pauvre et si joli hôpital. On peut les voir au Musée du judaïsme. C'est bien peu… Mais c'est beaucoup si cela peut arrêter le massacre.

* Secrétaire général de la Fondation du Patrimoine culturel judéo-marocain

Lundi 19 Avril 2010
Par Simon LEVY *




Fin du Patrimoine Juif Tangérois ? En une nuit, l'hopital Benchimol a été rasé !!!
Posté par: Arrik (IP enregistré)
Date: 11 mai 2010 a 22:31

From: Daniele De Louya-Newman
To: ARRIK DELOUYA
Sent: Wednesday, April 28, 2010 4:57 PM
Subject: Fwd: Communiqué s'agissant de la démolition de l'hôpital Juif Benchimol de Tanger

Dear Mr. Hachkar,
i support wholeheartedly this petition to safeguard the heritage and culture of judeo moroccan. kindly please consider this petition and its attributes. i am hopeful you will correct this damaging news to our community and will repair in due time its consequences. thank you.

Daniele De Louya-Newman
Boca Raton, Florida, USA.


From: khouloud kebali
Sent: Wednesday, April 28, 2010 12:37 PM
Subject: Communiqué s'agissant de la démolition de l'hôpital Juif Benchimol de Tanger

Mes amis,

ci-joint un communiqué/pétition concernant la démolition de l'Hôpital Ben Chimol à Tanger (l'un des plus anciens monuments de la ville et du pays !),

prenez le temps de le lire, si vous sentez que cela vous concerne en temps que Marocains, Musulmans ou Juifs, vous êtes libres de prendre part à cet appel... Qui est celui du réveil de la conscience collective, pour que le Patrimoine Marocain soit sauvegardé et non détruit comme de misérables cabanes de bidonville !
Vous embrasse tous et vous remercie pour le temps que vous prendrez pour lire le communiqué.

Khouloud
Casablanca


From: ralph toledano To: Arrik DELOUYA Sent: Tuesday, April 27, 2010 7:01 PM
Subject: Re: la destruction de l'ancien hopital a Tanger

Depuis l’explication fournie par Monsieur Abraham Azancot, président de la communauté juive de Tanger, il ne convient plus de parler de la destruction de l’Hôpital Benchimol comme d’un scandale. La communauté elle même l’avait demandée afin de faire une spéculation immobilière. Le seul scandale demeure le peu de cas que les marocains font de leur histoire et de leurs sites et l’absence d’une réglementation patrimoniale stricte mais cela est une maladie universelle qui règne en Israël aussi bien….

…Il n’existe aucune magouille au sein de la communauté juive de Tanger. Abraham Azancot est une des personnes les plus honorables que je connaisse. Il se débat bénévolement depuis de longues années pour garantir au reste de juifs qui demeurent à Tanger des structures communautaires et aux trente pensionnaires de l’asile Laredo-Sabbah une fin de vie honorable. Le Maroc est un pays où la notion de patrimoine commence tout juste à surgir au sein d’une élite cultivée. Le palais royal n’est pas du tout sensibilisé à cette notion, c’est cela qui a rendu possible la destruction de l’Hôpital…

…Il n’est pas possible de défendre ce qui est à conserver à Tanger (ni juif, ni musulman, ni anglais, ni espagnol, ni portugais). Il n’existe pas de loi patrimoniale au Maroc, la vision actuelle du développement au Maroc est un réseau d’autoroutes traversant des barrières de béton. Les kasbah historiques de Ouarzazate s’effondrent et sont remplacées par des constructions de ciment peintes en rouge, Marrakech est devenu un enfer suburbain, la côte atlantique est en voie de devenir une muraille ininterrompue d’édifices dont les ossatures seront rouillées avant qu’ils ne soient vendus.

Ralph Toledano.



From: mounir el figuigui
To: Arrik DELOUYA
Sent: Tuesday, April 27, 2010 7:22 PM

Bien reçu, Arrik. Merci pour l'info.
Au fait, où en est l'affaire de l'hôpital de Tanger?
Qui peut me donner plus de détails cette affaire?
J'arrive pas à avoir des infos au niveau de la wilaya e Tanger!

Bonne fin de journée et encore une fois merci.

El Figuigui Mounir
Journaliste


Fin du Patrimoine Juif Tangérois ?
En une nuit, l'hopital Benchimol a été rasé !!!
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 27 avril 2010 a 16:38

Voici la traduction par Darlett de l'article paru sur Yediot Aharonot, article de Itamar Eichner.
Site web : www.darnna.com

Traduction pour Darnna.com

Emotion au sein de la communaute juive du Maroc depuis la destruction de l'ancien hopital "Benchimol" par le gouverneur de la ville dont le programme est de construire, a la place, un jardin public. De plus, l'intention est de detruire egalement l'ancien cimetiere juif de la ville, se trouvant a proximite, et dans lequel se trouvent enterres de nombreux saints juifs.

Cette information est parvenue a Lea Ness, Vice-Ministre (en Israel) et responsable du bureau des retraites. Le bureau s'occupe de la restitution des biens juifs spolies.

Cet hopital a ete construit en 1889 et depuis quelques annees, il a ete transforme en Hospice de vieillards.
Au milieu de la fete de Paques, pendant que les pensionnaires n'y etaient pas, les bulldozeurs sont arrives et ont rase le batiment. Des drapeaux marocains ont de suite ete places sur la devanture.

Au bureau de Lea Ness, sont arrives des informations sur l'intention de detruite maintenant le cimetiere juif dans lequel sont enterres des saints juifs ainsi que les anciens de la communaute morts.

Tanger est situe au Nord du Maroc et la communaute juive de la ville est une des communautes juives les plus anciennes du monde. Les membres de la communaute ont reussi a maintenir leur religion malgre les nombreux envahisseurs. En Israel, vivent la plupart des juifs de Tanger et dans la ville, il ne reste plus que quelques centaines.


Lea Ness a affirme qu'elle s'adresserait a ce sujet au Premier Ministre, Binyamim Nethanyahou, et a demande aux organisations et personnes pouvant temoigner de la destruction des biens juifs dans le monde, de venir l'en informer.



From: Fath-Allah Refai To: arrik.delouya@wanadoo.fr Sent: Tuesday, April 27, 2010 11:46 AM
Subject: journaliste /AU SUJET PATRIMOINE JUIVES MAROCAIN A TANGER

suite au dérnier drame de démolition de patrimoine juives israilite en tanger et comme vous étes trés occupé par ce sujet;je vous informe qur je suis directeur et redacteur du journal ALHAYAT ANNIYABIA (la vie parlementaire) et je couvre actuelement ce sujet et ma mission finira cet aprés midi et je voudrai bien que tu me résérve un renderz vous pouravoir votre opénion et l'opénion de
la communité juives marocain
FATHALLAH REFAI



Montréal, le 15 avril 2010

Madame Nouzha Chekrouni,
Ambassadrice du Maroc
Ambassade du Royaume du Maroc au Canada
38, Range Road
Ottawa - Ontario K1N 8J4

Votre Excellence,

Des tristes nouvelles nous sont parvenues de Tanger, à l’effet que l’Hôpital Benchimol a été démoli dans des circonstances contestables, la destruction ayant été ordonnée à l’insu de la Communauté israélite de Tanger qui en est le propriétaire, et sans son accord.

Par le passé et jusqu’à tout récemment, cet hôpital a rendu de grands services à l’ensemble de la population tangéroise, toutes confessions confondues. De nombreux ressortissants marocains en gardent un souvenir ému!

Le Maroc représente le parangon de coexistence dans le monde arabe. À l’heure où nous visons un rapprochement judéo-musulman, des mesures telles celles qui ont été prises à Tanger, laissent pour le moins perplexe.

Nous sollicitons de votre Excellence qu’elle transmette aux autorités gouvernementales concernées notre consternation et notre souhait afin qu’il soit fait en sorte que les droits de la Communauté israélite de Tanger soient respectés.

Veuillez agréer l’expression de notre plus haute considération,



Dr David Bensoussan
Porte-Parole,
Communauté Sépharade Unifiée du Québec



From: Pol Serge Kakon
To: Arrik DELOUYA
Sent: Sunday, April 18, 2010 5:24 PM
Subject: Re: Synthèse d'Arrik Tanger Hôpital Benchimol .doc

C'est du bon de l'excellent boulot Arrik.
Bien à toi .
Pol Serge Kakon


From: rachel franco
To: Arrik DELOUYA Sent: Sunday, April 18, 2010 5:10 PM
Subject: Re: Synthèse d'Arrik Tanger Hôpital Benchimol .doc

Ecoute Arrik,

Si tu penses que je peux aider pour vous rediger une de ces lettres , tu me le dis.

Bises
Rachel Franco
Jérusalem

From: "kamal hachkar"
To: Sent: Sunday, April 18, 2010 12:24 PM Subject: hopital benchimol

Mon cher Arrik

Je suis profondément choqué et attristé par ce qui vient de se passer à Tanger. Encore une fois, les autorités ne prennent pas l'importance de ce patrimoine marocain. Nous sommes tous blessé. J'adresse toute mon amitié et mon soutien à la communauté juive de Tanger et à tous les marocains soucieux de la préservation de notre patrimoine commun.

Ma boite voila a été suspendu hier soir, je ne sais pas pourquoi, je ne peux y accéder pour l'instant. Je suis en train de rédiger cette pétition, je vais te l'envoyer, tu y rajouteras des corrections. Je vais demander à notre webmaster qui est à Tel aviv en ce moment, si on peut l' héberger sur notre site creations mosaiques comme cela il suffira, une fois les personnes prévenues leur dire où la signer. Je peux rédiger une pétition courte en reprenant l'ancienne que j'avais rédigé.sur le cimetière de safi Avant de la faire connaitre, la mettre sur un site ou les gens iront la signer directement; Nous n'aurons pas à récolter les signatures. Juste à faire connaistre le lien et là on peut tabler sur des milliers de signatures.

Dans ma dernière pétition, j'insistais sur l'amnésie des programmes scolaires sur ce patrimoine après je ne m'étonne pas et comme le dit si bien Tililia , le Maroc va très mal.

Il n'assume pas toutes ces parts identitaires

Bises

Ne lâchons pas car c'est un noble combat, je suis tout simplement dégoûté par le peu de considérations sur notre histoire commune.

bises
kamal


From: R. Nilsen
To: 'Arrik DELOUYA' Sent: Saturday, April 17, 2010 10:20 PM Subject: RE: Tanger Hôpital Benchimol .doc

Cher Arrik,

Merci beaucoup de ton mail.

En principe j’irai mardi ou mercredi prochain avec David Gozal voir le cimetière de la rue du Portugal.
Amitiés
Ragnvald


From: "Yaacov Medina"
To: "Arrik DELOUYA"
Sent: Sunday, April 18, 2010 6:24 AM
Subject: Re: Tanger Hôpital Benchimol .doc

C'est vraiment triste ce qui est arrive a l'Hopital Benchimol, raison de plus pour ma famille, mon pere ABRAHAM MEDINA Z.L. membre de la communaute et president pendant plusieurs annees de cette institution, aussi une de mes filles est nee dans cet Hopital.
Bravo pour le travail que vous faites.

Shalom u Bracha.
Yaacov Medina


From: M EDERY
To: arrik.delouya@wanadoo.fr
Sent: Friday, April 16, 2010 9:14 PM
Subject: Fw: El viejo cementerio judìo de Tanger

-- On Fri, 4/16/10, SollyMado wrote:
From: SollyMado
Subject: El viejo cementerio judìo de Tanger
To: "Samuel Keslassy" , "Carlos Laredo" , "Chemaya Keslassy" , "Elito Benchetrit" , "Elito Benchetrit" , "Gaby Israel" , "Haham Amram Assayag" , "Jack Benchimol" , "Joe Beniluz" , "Jose Bitton" , "Jose Buenos Aires Cohen" , "Marc Kadoch" , "Marcos EDERY" , "Max Benaim" , "Moses Bendayan" , "Ralph Anidjar" , "Reine et Elias Bendelac" , "Salomon QUEROUB" , "Shalom Delmar" , "Stanley Bendelac" , "Yaacov Medina"
Date: Friday, April 16, 2010, 3:24 PM



From: omar akalay
Mon cher Nilsen, je serais heureux si tu profitais d’un passage à Tanger pour aller visiter le vieux cimetière juif de la rue du Portugal. Je m’y suis rendu samedi dernier et il m’a semblé que l’entretien était négligé par rapport à ce qu’il était mais mon impression est peut être subjective. Le cimetière n’est pas protégé par la fondation du patrimoine du judaïsme marocain qui a en charge les cimetières juifs historiques de Tétouan et de Chaouen. En conséquence, il peut disparaître à tout moment. J’ai suggéré à la fondation de le prendre en charge. J’espère qu’elle le fera. Paradoxalement, l’hôpital Benchimol n’était pas inscrit dans le cadre du patrimoine.

Omar Akalay

De : R. Nilsen [mailto:r.nilsen@comarit.com]
Envoyé : jeudi 15 avril 2010 13:35
À : 'Maurice Bendelac'; 'sasha'; 'Alain Salama'; 'Yvonne Kleefield'; 'Bebert Solbes'; 'Bob (Bebert) Teboul'; 'Edith Astruc'; 'Gaï de Ropraz'; 'Georges (Jojo) Barchechat'; 'Henri Cohen'; 'Jacques Vignet-Zunz'; 'Jean-Claude Sultan'; 'Simon Barchechat'; 'Sylvia Albo'; 'Jojo Aflallo'; 'Josi Schapira'; 'Judith Cooper-Weill'; 'Georges (Jurek) Estryn'; 'Laurette Garcia-Balestrino'; 'Madeleine Caron'; 'Marcel Sultan'; 'Marina Pinto Kaufman'; 'Maurice Messeri'; 'Solly & Madeleine Levy'; 'Mohcine Fkih Regragui'; 'Omar Akalay'; 'Pablo Valadez'; 'Paolo Spizzi'; 'Salomon Nezry'; 'Nicolas Ignatiew'; 'Armand Dayan'; 'Albert Bendelac'; 'Maurice (Picho) Bendelac'; 'Jean-Claude Thebault'; 'Simon Cohen'
Objet : RE: Rue Bouarrakia

Bonjour à tous,

Je suis passé hier soir par ce qui fut l’hôpital Benchimol avec notre ami Mohcine Fkih Regragui: oualou hôpital Benchimol, mchat…. À la place un terrain applani, safi .

Certains disent qu’il s’agit d’une operation immobilière….?? Mais maintenant on voit bien le palais Moulay Hafid des institutions italiennes et justement hier soir il y
Avait une réception pour la semaine du livre…..La dernière vision que j’ai de l’hôpital, il y a deux semaines: état délabré, dans un abandon total et personne ne s’est
Soucié d’arranger le jardin, de le repeindre… Finalement: une catastrophe…

Au sujet de la liste cénacle etc je crois que le mieux est que Sasha passe un email à tous et que nous reprenions à chaque fois son email pour correspondre, car
Les autres formules ne sont pas faciles surtout pour deux qui comme moi ne sont pas des spécialistes de l’informatique etc…
Saludos tangerinos

Ragnvald

From: James Sweetbaum
To: Arrik DELOUYA
Sent: Saturday, April 17, 2010 1:45 AM
Subject: Re: 12-04-2010 Lettre de Jacobo Israel Garzón au Wali de Tanger.pdf

Cher Monsieur Delouya,

merci pour vos emails - je vous envoye un photo de la cimitiere pris de ma maison,

Je reste toujours a votre disposition est je suis pres a faire n'importe quoi pour le preserver et je sais que mes voisins ici sont pres aussi,

merci infiniment,

James



From: tilila.baida@.
To: Arrik DELOUYA Sent: Saturday, April 17, 2010 2:05 PM
Subject: Re: Fin du Patrimoine Juif Tangérois ? Ralph Toledano lance un appel international pour stopper le massaccre

Je suis à la fois choquée et attristée par un acte aussi méprisable. Le Maroc va mal, très mal et son avenir m'inquiète beaucoup.
Merci de m'envoyer la pétition pour que j'y ajoute ma signature.

Shabbat Shalom
Amitiés
Tilila (Rabat)


De: Maurice Bendelac [mailto:mbendelac@hotmail.com]
Enviado el: miércoles, 14 de abril de 2010 17:53
Para: R. Nilsen; 'sasha'; 'Alain Salama'; 'Yvonne Kleefield'; 'Bebert Solbes'; 'Bob (Bebert) Teboul'; 'Edith Astruc'; 'Gaï de Ropraz'; 'Georges (Jojo) Barchechat'; 'Henri Cohen'; ' Jacques Vignet-Zunz '; 'Jean-Claude Sultan'; 'Simon Barchechat'; 'Sylvia Albo'; 'Jojo Aflallo'; 'Josi Schapira'; 'Judith Cooper-Weill'; 'Georges (Jurek) Estryn'; 'Laurette Garcia-Balestrino'; 'Madeleine Caron'; 'Marcel Sultan'; ' Marina Pinto Kaufman'; 'Maurice Messeri'; 'Solly & Madeleine Levy'; 'Mohcine Fkih Regragui'; 'Omar Akalay'; 'Pablo Valadez'; 'Paolo Spizzi'; 'Salomon Nezry'; 'Nicolas Ignatiew'; 'Armand Dayan'; 'Albert Bendelac'; 'Maurice (Picho) Bendelac'; 'Jean-Claude Thebault'; 'Simon Cohen'

Asunto: Rue Bouarrakia

Bonjour tout le monde,

Pour autant que je me souvienne, à la Rue Sidi Bouarrakia, se trouve ce qu'on appelait El Asilo qui est ou a été jusqu'à il y a peu une Maison de retraite appartenant ou gérée par la
Communauté juive de Tanger. Je crois même que Monsieur Berdugo, (le même dont parle Omar Akalay dans son dernier mail?) en était l'Administrateur. Et en effet, comme dit Ragnvald,
le cimetière ne peut être que "l'ancien" (le nouveau étant celui de la Route de Rabat), cellui de la rue du Portugal, entrée à l'angle de la Cuesta de la Playa, si la memoria no me falla ...
Saludos tangerinos

Picho


From: R. Nilsen Sent: Wednesday, April 14, 2010 1:08 PM To: 'sasha' ; 'Alain Salama' ; 'Yvonne Kleefield' ; 'Bebert Solbes' ; 'Bob (Bebert) Teboul' ; 'Edith Astruc' ; 'Gaï de Ropraz' ; 'Georges (Jojo) Barchechat' ; 'Henri Cohen' ; 'Jacques Vignet-Zunz' ; 'Jean-Claude Sultan' ; 'Simon Barchechat' ; 'Sylvia Albo' ; 'Jojo Aflallo' ; 'Josi Schapira' ; 'Judith Cooper-Weill' ; 'Georges (Jurek) Estryn' ; 'Laurette Garcia-Balestrino' ; 'Madeleine Caron' ; 'Marcel Sultan' ; 'Marina Pinto Kaufman' ; 'Maurice Messeri' ; 'Solly & Madeleine Levy' ; 'Mohcine Fkih Regragui' ; 'Omar Akalay' ; 'Pablo Valadez' ; 'Paolo Spizzi' ; 'Salomon Nezry' ; 'Nicolas Ignatiew' ; 'Armand Dayan' ; 'Albert Bendelac' ; 'Maurice (Picho) Bendelac' ; 'Jean-Claude Thebault' ; 'Simon Cohen'
Subject: RE: lettre a Shlomo Ben-Ami / liste Cenacle Tangerois

Hello,

Le cimetière n’ est pas celui de Bouarakia, à mon avis c’est celui de la rue du Portugal près de l’ancienne légation us et du lido kursaal. Celui de Bouarakia qui a lui aussi
été concerné est le cimetière musulman.
Saludos tangerinos
Ragnvald


De: sasha [mailto:sashaw@post.tau.ac.il]
Enviado el: miércoles, 14 de abril de 2010 11:42
Para: Alain Salama; Yvonne Kleefield; Bebert Solbes; Bob (Bebert) Teboul; Edith Astruc; Gaï de Ropraz ; Georges (Jojo) Barchechat; Henri Cohen ; Sasha Weitman ; Jacques Vignet-Zunz ; Jean-Claude Sultan ; Simon Barchechat ; Sylvia Albo ; Jojo Aflallo; Josi Schapira; Judith Cooper-Weill; Georges (Jurek) Estryn; Laurette Garcia-Balestrino; Madeleine Caron ; Marcel Sultan ; Marina Pinto Kaufman; Maurice Messeri ; Solly & Madeleine Levy; Mohcine Fkih Regragui; Omar Akalay ; Pablo Valadez; Paolo Spizzi ; Ragnvald Nilsen; Salomon Nezry; Nicolas Ignatiew; Armand Dayan; Albert Bendelac ; Maurice (Picho) Bendelac; Jean-Claude Thebault; Simon Cohen
Asunto: lettre a Shlomo Ben-Ami / liste Cenacle Tangerois
Buenos dias a todos,

1. Demolition de Hopital Benchimol et menace de demolition de l'ancien cimetiere
israelite (Bourrakia).

D'abord je vous ecris pour vous dire que j'ai expedie ce matin a Shlomo Ben-Ami - qui un ex-collegue du Dept. d'histoire a l'univ. de Tel-Aviv et qui, autant que je sache, habite actuellement en Espagne - une lettre pour l'alerter de cette situation, au cas ou il n'en a pas encore eut vent. Si mon mail lui parviendrait (je ne sais pas s'il est toujours affilie au Centre Toledano) et qu'il me repondrait, je le mettrai en contact avec Omar Akalay qui est le plus proche de nous tous de la situation et le plus branche sur le reseau des autorites pertinentes. Je vous tiendrai au courant.

2. Liste Cenacle Tangerois.


a. Paolo Spizzi m'a ecrit pour me rappeler que notre liste est loin d'etre une liste complete des ex-Tangerois, et qu'il en existe d'autres, ce qui est tres vrai.

Je vous propose donc de rebaptiser la notre " Cenacle Tangerois ", pour la departager de ces
autres listes. ("Cenacle" a ete propose par Solly Levy l'ete dernier, et plusieurs l'utilisent deja.)

Je vous invite donc a dorenavent utiliser cette rubrique et d'en prendre dans votre carnet d'adresses electronique.

b. Jojo (Aflallo) m'a signale que j'avais omis les noms et adresses de Armando Dayan et de Simon Cohen de la liste - soi-disant mise a jour (ha!) - que je vous ai envoyee pas plus tard qu'hier (ou etait-ce deja avant-hier?). L'omission m'est incomprehensible ainsi qu'impardonnable. Neanmoins je presente mes excuses a Armando et a Simon, dont je vous rappelle les coordonnees:
Armand Dayan
Simon Cohen
Je vous prie donc de ne pas oublier de verifier qu'ils se trouvent tous les deux dans votre liste Cenacle Tangerois.

Sacha


Lettre de Jacobo Israel Garzón Presidente de las Comunidades Judías de España
à Son Excellence le Wali de Tanger Wilaya Tanger – Maroc
Copie :
• Ministre de l'Intérieur – Rabat
• Communauté Israélite de Tanger
• Conseil des Communautés Israélites du Maroc
Objet :
Destruction des bâtiments de l`Hôpital Benchimol, actuellement fermé, appartenant à la
Communauté Israélite de Tanger, et cela sans son accord.


Son Excellence le Wali de Tanger
Wilaya
Tanger – Maroc


Madrid, le 12 Avril 2010


Excellence,


Nous venons d´apprendre que les dernièrs jours de Mars 2010 il a été procédé à la destruction des bâtiments de l`Hôpital Benchimol, actuellement fermé, appartenant à la Communauté Israelite de Tanger, et cela sans son accord.

Cecí constitue à nos yeux un acte très grave à l´encontre du droit à la propriété, de ce qui fût le premier hôpital à Tanger.


Ce double sentiment de non respect au droit à la propriété privée et la disparition d´une Institution qui a vu naître, soigner et mourir des milliers de personnes, juives, musulmanes, chrétiennes et d`autres croyances, la plus part à titre gratuit, atteint les plus hauts sentiments des Communautés Juives d´Espagne, France, Canada, Venezuela, Israel où résident de nombreuses personnes originaires du Maroc et plus spécifiquement de Tanger.


A ce titre et en tant que Président de la Fédération des Communautés Juives d´Espagne, je prie instamment Son Excellence de bien vouloir veiller à ce que les droits de la Communauté Israelite de Tanger soient rétablis et respectés come cela a été la règle depuis des centaines d`années pour les citoyens Marocains de religion juive.


Dans l´attente de recevoir une réponse favorable, veuillez accepter, Excellence, l´assurance de ma plus haute et respectueuse considération et mes meilleures salutations.


Jacobo Israel Garzón
Président


De : Arrik DELOUYA
À : Undisclosed-Recipient:;@orange.fr
Envoyé le : Mer 14 avril 2010, 20 h 52 min 45 s Objet : 12-04-2010 Lettre de Jacobo Israel Garzón au Wali de Tanger.pdf

From: "k.hachkar"
To: "Arrik DELOUYA"
Sent: Wednesday, April 14, 2010 10:32 PM
Subject: Re: 12-04-2010 Lettre de Jacobo Israel Garzón au Wali de Tanger.pdf

Mon cher Arrik,

Je suis profondément choqué et attristé par ce qui vient de se passer à Tanger. Encore une fois, les autorités ne prennent pas l'importance de ce patrimoine marocain. Nous sommes tous blessé. J'adresse toute mon amitié et mon soutien à la communauté juive de Tanger et à tous les marocains soucieux de la préservation de notre patrimoine commun.

Kamal Hachkar

Kamal Hachkar
Président de Créations Mosaïques
www.creationsmosaiques.org
Documentaire en cours Echos du Mellah à Tinghir




From: Arrik DELOUYA
To: toledanomir@wanadoo.fr
Sent: Wed, April 14, 2010 1:02:10 PM
Subject: Fin du Patrimoine Juif Tangérois ? Ralph Toledano lance un appel international pour stopper le massacre

Fin du Patrimoine Juif Tangérois ?
Ralph Toledano lance un appel international pour stopper le massacre
Merci de parcourir la lettre suivante de Ralph Toledano décrivant avec force le danger qui guette notre patrimoine juif au Maroc !!!
Il faut réagir, établir et constituer un véritable dossier, former un comité de soutien, aligner une pétition, ré-acheminer ce mail à tous vos correspondants pour que cesse ce spectacle de démolition d'un site juif commencée un shabbat de Pessah sans témoins. Hier, nous étions impuissants devant la construction d'école et de maisons individuelles au coeur même du cimetière de Tinghrir séparé en deux par une décision du gouverneur local sans que le Ministre des Habbous et du culte de Rabat n'en soit informé, puis le 10 Août dernier c'était au tour de celui de Safi où les pierres tombales ont connu des actes de vandalisme, aujourd'hui celui de Tanger avec son hôpital juif vieux de plus d'1 Siècle démoli par les caterpillars, ensuite...le prochain n'est pas sur nos listes mais nous nous attendons au pire : un véritable début d'hémorragie !!!

Arrik Delouya


De : ralph toledano
Date : Sun, 11 Apr 2010 11:51:24 +0200
À : Hervé Smadja
Conversation : PATRIMOINE JUIF TANGEROIS
Objet : PATRIMOINE JUIF TANGEROIS

Cher Hervé,

Suite à notre conversation d’hier soir et comme promis, je t’envoie un résumé de la triste situation qui s’est créée à Tanger ces derniers jours.

Au coeur de la nuit du vendredi 2 au samedi 3 Avril, en pleine fête de Pessah, plusieurs machines de démolition sont intervenues sur le site de l’Hôpital Benchimol pour le raser. Ordre du Wali déclarèrent les ouvriers au gardien désespéré. Tu verras une belle image de l’entrée de la vénérable institution p.78 de mon livre, ornée d’un verset d’un psaume du Roi David. Ce genre d’horaires est étrange pour une démolition, de même qu’est étrange le choix du shabbat de Pessah, alors que les quelques membres actifs de cette communauté très réduite se trouvaient à l’étranger. L’information m’est parvenue par Sonia Cohen Azagury qui se trouvait chez sa fille à New York.
L'hôpital, crée il y a cent dix ans était un des nombreux repères patrimoniaux de Tanger, il rejoint la liste sans fin des édifices historiques de la ville victimes du marteau piqueur. La communauté juive de Tanger est propriétaire légale de l’hôpital. Cela signifie-t-il que le respect du droit n’existe plus au Maroc? Je ne peux l’imaginer, convaincu que c’est une regrettable initiative du seul Wali, à l’insu du gouvernement de Sa Majesté. Ce n’est pas seulement le caractère juif de l’édifice qui élève mon émotion. Toute destruction de témoignage historique représente une perte irréparable, le patrimoine étant la seule valeur qui ne puisse se reconstituer. Cela faisait quelques temps que le bruit me parvenait selon lequel les autorités locales voulaient détruire l’Hôpital. J’entendais que le but (étrange) était de transformer en jardin public son tout petit terrain sans atout particulier qui jouxte l’ancien palais du Sultan Moulay Hafid. Il ne faut pas mépriser les rumeurs, il arrive souvent quelles s’avèrent.
Un autre écho dont je ne voudrais pas attendre qu’il se transforme en une réalité me parvient de Tanger. La Municipalité aurait des visées sur notre cimetière de dar el San’a, situé rue du Portugal, face à Bab America. Le cimetière qui fit l’objet d’une concession négociée à la fin du XVIII siècle entre notre Communauté et le représentant de Sa Majesté Chérifienne s’étend sur le terrain d’un ancien bastion de la muraille portugaise.
Il mesure plus d’un hectare, et comme il convenait à un bastion, sa vue stratégique embrasse le Détroit. Nos rabbins vénérés, nos saints et les membres moins illustres de nos familles y reposent. Je ne peux imaginer sans un frémissement d’horreur l’éventualité du saccage de ce lieu saint ( p.62 de mon livre).
Je ne voudrais pas imaginer non plus celui du Cimetière de Castille à Tétouan (pp.12-14 de mon livre) datant du XV siècle dont la position n’est pas moins admirable.
Voici les informations promises.
Avec toute mon amitié,
Ralph Toledano




Fin du Patrimoine Juif Tangérois ? En une nuit, l'hopital Benchimol a été rasé !!!
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 12 mai 2010 a 05:07

Une escalade incompréhensible
Le : 2010-05-10

Ahmed Charaï





L’affaire de la destruction de l’hôpital Benchimol à Tanger a provoqué une vive polémique. Une pétition signée par les Juifs marocains de par le Monde laisse même entendre qu’il s’agit d’une entorse à la tolérance et à la convivialité entre les communautés marocaines.

Rien n’est plus faux. On peut critiquer le manque de communication des autorités locales de Tanger qui auraient dû négocier avec la communauté Juive, propriétaire du bien. Mais de là à en faire un manque de tolérance officiel, il faut une grande dose de mauvaise foi.

Le judaïsme marocain est partie intégrante de la nation marocaine. Les Juifs sont des citoyens à part entière et, faut-il le rappeler, Mohammed V a refusé d’appliquer les lois de Vichy au nom de cette citoyenneté.

Ceux qui ont choisi de rester sont parfaitement intégrés. Ils jouissent des mêmes droits que les musulmans. Ils sont présents dans le commerce, la fonction publique, les hautes fonctions de l’Etat et la politique.

Les 700.000 Juifs marocains installés en Israël gardent des liens forts avec le Maroc et désignent le Roi par le terme Sidna qui signifie une allégeance. Un ministre Israélien a même été critiqué pour avoir dit «Sidna».

Comparer la destruction de l’hôpital à celle du quartier de «la Porte du Marocain» à Jérusalem est tout aussi incompréhensible. La politique de Judaïsation d’Israël, condamnée par le monde entier obéit à une logique politique qui n’a pas lieu d’être transposée au Maroc.

C’est finalement à la communauté juive marocaine de rétablir les vérités. Elle a le devoir, bien entendu de défendre le patrimoine juif. Ce faisant, elle défend l’identité plurielle du Maroc. Mais elle a aussi le devoir de crier la vérité, c'est-à-dire que nul ne la stigmatise dans son pays en dehors de quelques fous intégristes qui stigmatisent l’ensemble des Marocains. Il faut que certains de ses membres se rendent compte que la victimisation est une impasse, qui porte tort au pays et à leur communauté.



[size=large] «Mohammed VI, un homme de paix»


Shlomo Amar le Grand Rabbin séfarade d’Israël
propos reccueillis par HAKIM ARIF

Les Juifs marocains restent toujours Marocains même quand ils ont quitté le pays depuis des décennies. Le grand rabbin d’Israël Shlomo Amar est l’un d’eux. Défenseur d’une paix durable et juste entre tous les peuples, très au fait du conflit du Proche-Orient, il fait partie de ceux, rares, qui pèsent de leur poids sur le cours des choses par leur sagesse. Il nous livre ses impressions sur le Maroc, sur le roi Mohammed VI. Parole nécessaire à un moment où des milieux tendent à propager l’idée d’un malaise des juifs marocains. Comme tous les Juifs qui ont vécu au Maroc, Shlomo Amar n’oublie pas ce que la monarchie marocaine a fait pour sa communauté. La résistance de Mohammed VI au régime français de Vichy qui voulait poursuivre l’œuvre des nazis ; l’intermédiation pour la paix de feu Hassan II ainsi que les efforts du roi Mohammed VI pour instaurer un dialogue sain et serein entre Palestiniens et Israéliens.

Bio

Shlomo Amar est né à Casablanca en 1948. Il fit toutes ses études primaires à l’école juive Otsar Ha-Tora de cette ville, et en 1962, immigra en Israël avec ses parents. Il étudia ensuite dans l’Institut Tiferet Tsion de Bne Braq et dans la maison d’étude Shlomi. Alors qu’il n’avait que vingt ans, on lui demanda de diriger ce qui concernait le rabbinat à Shlomi. En 2002, il fut nommé Grand rabbin de la ville de Tel-Aviv Jaffa, et, en 2003, il fut élu Grand rabbin de Jérusalem (Rishon Le-Tsion) et Grand rabbin sépharade d’Israël. Il occupe ce poste en même temps que Yona Metzger, le Grand rabbin Ashkénaze d’Israël.


L’Observateur du Maroc Le Maroc a toujours vécu dans la diversité confessionnelle. Aujourd’hui encore, les juifs originaires du Maroc viennent régulièrement en pèlerinage et le roi du Maroc est pour eux un protecteur. Comment voyez-vous cette relation ?

Shlomo Amar. Le roi Mohammed VI est une personne intelligente, il s’est toujours préoccupé des religions suivant en cela le chemin tracé par son père et son grand-père. C’est un ami de l’humanité qui porte une véritable affection à son peuple. J’ai senti cela lors de la première audience que sa Majesté a bien voulu m’accorder. Je n’oublierai jamais lorsque je lui ai demandé : «Majesté, je vous conjure de protéger les Juifs là où ils sont». Il m’a alors répondu : «Au Maroc, il n’y pas de distinction entre Juifs et Arabes, il n’y a que des citoyens marocains». J’ai senti cette sincérité incroyable qui se dégageait de lui.

Qu’est ce qui lie le plus les Juifs à leur terre marocaine ?

A ce sujet, je rappellerai seulement la position de feu Mohammed V au moment de la Shoah, lorsqu’une bonne partie des pays européens s’est comportée en barbare. Le roi Mohammed V a tenu bon. Il a non seulement protégé les Juifs du Maroc, mais il a aussi ouvert le pays aux Juifs menacés en Europe. Plusieurs d’entre eux ont trouvé la paix et la quiétude au Maroc. C’est un exemple pour le monde entier.

Comment voyez-vous le rôle du Maroc dans l’instauration d’une paix durable entre Palestiniens et Israéliens ?

J’aimerais tout d’abord rappeler que la paix entre Israël et l’Egypte s’est faite grâce à feu Hassan II. Le roi Mohammed VI poursuivra, j’en suis convaincu, l’œuvre de paix. Il a tout le charisme pour s’imposer en tant qu’homme de paix. Il ne faut pas oublier d’ailleurs que le Maroc est un pays de tolérance. Il a une particularité en ce sens que le roi est le commandeur des croyants qui bénéficie de l’estime de toutes les communautés religieuses.



Chronologie des faits

A Tanger, au cours de la nuit du vendredi 2 au samedi 3 avril 2010, en pleine fête de Pessah (Pâque juive), l’Hôpital Benchimol est rasé. L’ordre a été donné par le wali de Tanger, selon les ouvriers en charge de la démolition.

• L’information est relayée par le journal local «La dépêche du nord» dans sa livraison du 10 avril. Titre de l’article paru en 1ère page : Démolition de l’hôpital israélite/Le caïd emprisonne les gardiens et confisque leurs téléphones – Les vieillards de l’asile ont failli vivre une tragédie humanitaire». Le surlendemain, une copie scannée de cet article est mise en ligne à travers différents forums web.

• Le 12 avril, Jacobo Israel Garzón, président des communautés juives d’Espagne demande des explications sur cette affaire au wali de Tanger. «Ceci constitue à nos yeux un acte très grave à l´encontre du droit à la propriété», lit-on dans cette correspondance écrite sur un ton outré.

• En même temps, l’historien de l'art Ralph Toledano et Simon Levy, secrétaire général de la Fondation du patrimoine culturel judéo-marocain, lancent, chacun de son côté un appel international pour protester contre la démolition de l’hôpital Benchimol. «Responsables de tous bords, respectez le patrimoine national !», lance en titre de son appel S. Lévy. De son côté R. Toledano s’émeut : «Ce n’est pas seulement le caractère juif de l’édifice qui élève mon émotion. Toute destruction de témoignage historique représente une perte irréparable, le patrimoine étant la seule valeur qui ne puisse se reconstituer».

• Le 15 avril, le Dr David Bensoussan

Porte-Parole, de la communauté sépharade unifiée du Québec proteste aussi auprès de Nouzha Chekrouni, ambassadrice du Maroc au Canada. Réponse lui est apportée quelques jours après.

• Cependant, une pétition est lancée depuis Paris et vise à recueillir plus de 50.000 signatures contre la démolition de l’hôpital Benchimol.

• Le 22 avril 2010, la communauté israélite de Tanger, très critiquée dans cette affaire, diffuse un communiqué explicatif. Tous les faits (confirmés dans l’interview de Serge Berdugo publiée dans ce dossier) sont relatés, y compris le détail des réponses données par le wali de Tanger lors de la réunion tenue avec une délégation du comité de la communauté israélite de Tanger que préside Abraham Azancot, en compagnie de Serge Berdugo, Secrétaire général du Conseil des communautés israélites du Maroc. Ce dernier diffuse aussi, le 26 avril, un communiqué. «Les incidents de parcours ne doivent pas occulter le travail accompli et les résultats obtenus dans la préservation des sites et des signes du passé juif marocain», écrit-t-il.



Extrait des réponses de Mohamed Hassad, wali de Tanger


• La démolition de bâtiment a été décidée par le Conseil Municipal le 26/11/2008, décision notifiée le 28/11/08.

• Cette initiative était dictée par la Commune Urbaine pour des raisons de salubrité et dans le cadre d’une étude du plan d’aménagement sectoriel de la zone où se trouve le Palais Moulay Hafid (Institutions italiennes)

• Il est hors de question que la Communauté Juive de Tanger soit l’objet d’une quelconque discrimination et encore moins, d’une spoliation.

• La coïncidence de la date de démolition avec la fête de Pessah est la résultante d’un hasard malheureux.

• L’Administration procède généralement aux démolitions les vendredi soir pour profiter du week-end et éviter les attroupements et la perturbation du trafic.

• Le statut de propriété de la Communauté sur le terrain de l’Ex-Hôpital Benchimol est inviolable.

• Les autres bâtiments situés sur le même îlot que l’Ex-Hôpital Benchimol seront également démolis dans un très proche avenir dès lors que les procédures administratives seront accomplies.

• Le wali s’est déclaré ouvert, dans le cadre de l’aménagement urbanistique de la ville, à toute solution du problème créé par la démolition de l’Ex-Hôpital Benchimol, solution qui pourrait être soit une éventuelle juste compensation financière, soit l’approbation d’un projet immobilier qui serait présenté par notre Comité.

• Il n’y aura jamais de violation des cimetières juifs.



Simon Levi, Secrétaire général de la Fondation du patrimoine culturel judéo-marocain

«Détruire ce monument sans nous prévenir est un scandale»


M. z

La Fondation du patrimoine culturel judéo-marocain a été créée en 1995. Simon Lévy est son secrétaire général. Il se dit «indigné par la destruction de l’hôpital Ben Shimol». «Détruire ce monument sans nous prévenir est un scandale. Ce qui est grave aussi, c’est que les autorités osent détruire la nuit, pendant la fête de Pessah. Avec cet acte, ils viennent de déclencher un scandale international», estime-t-il.

«Nous avons restauré une dizaine de synagogues, ce travail énorme permet à notre pays de recevoir des touristes juifs de partout dans le monde, spécialement des Etats-Unis», avance S. Levi. «Les juifs de Tanger sont une centaine de vieillards qui se ne préoccupent pas de l’histoire du judaïsme dans la ville. Eux, ils pensent qu’à vendre le patrimoine. En 2000, cette communauté a vendu la synagogue d’Abraham Tolédano, qui est la plus vieille de la ville pour 200.000 DH, ce qui est honteux », accuse-t-il. Et d’ajouter : «Ils voulaient faire la même chose avec l’hôpital pour financer le home pour vieux. Je leur ai dit qu’ils ont suffisamment de biens pour faire en même temps les deux choses, sauvegarder le patrimoine et veiller sur les personnes âgées de la communauté». Selon S. Lévy, le bâtiment détruit devait être entretenu. «Ce n’est pas une raison pour le laisser se détruire par lui-même et venir aujourd’hui dire que c’est des ruines», proteste-t-il.

Concernant ce que fait la Fondation qu’il dirige, S. Levi répond : «Nous avons réalisé le musée du judaïsme marocain à l’Oasis, le seul à Casablanca. Nous avons restauré des synagogues et des cimentières. Malheureusement l’administration ne nous aide pas dans notre travail. Aujourd’hui, je pousse un cri de protestation avec tous les Tangérois et tous les Marocains. Je me demande si nous misons vraiment sur le patrimoine culturel pour le transformer en patrimoine touristique et gagner des devises». «Assez de faire une chose et son contraire en même temps !», conclut-il. Concernant la sécurité de la communauté juive marocaine, Lévy se dit rassuré. Apaisé, il confie : «Le peuple marocain ne peut s’attaquer à une partie de lui-même, j’ai confiance totale en mes compatriotes sur ce point».



«Le dossier de l’hôpital Benchimol est clos»


Serge Berdugo Secrétaire Général du Conseil des communautés israélistes du Maroc.

propos reccueillis par Mohamed Zainabi

L’Observateur du Maroc Selon vous, pourquoi la destruction de l’hôpital Benchimol par les autorités de Tanger a suscité autant de réactions…


Serge Berdugo. L’hôpital Benchimol de Tanger est une institution très chère aux juifs originaires de Tanger et particulièrement ceux parmi eux qui vivent au Canada. La plupart d’entre eux sont nés dans cet hôpital qui est, rappelons-le, le 1er hôpital moderne à avoir été construit au Maroc, en 1904. Il est tout à fait normal que la destruction de cet hôpital ait provoqué autant d’émotion surtout que les circonstances de cette destruction restent regrettables, même si elles sont dues à de malencontreuses coïncidences. En effet, cela s’est passé au courant d’une nuit de shabbat au cours de la fête de Pessah (Pâque juive). Ceci étant, et après enquête précise, il apparaît de manière irréfutable que les procédures de démolition dans la ville de Tanger sont généralement exécutées durant la nuit pour éviter les attroupements et les perturbations du trafic routier. Je voudrais préciser que dans le cadre des aménagements urbanistiques de la ville de Tanger pour la mettre à niveau du 21ème siècle, des dizaines de bâtiments publics et privés ont touchés, y compris une mosquée et une église. La municipalité avait décidé en 2008 de détruire l’ensemble d’un îlot jouxtant l’ancien palais MoulayHafid, propriété de l’Etat italien. L’hôpital Benchimol faisait partie de cet îlot et la décision de le démolir avait été notifiée à la communauté juive de Tanger le 28 novembre 2008. Cette démolition que l’on peut regretter puisqu’elle touche un patrimoine historique de la communauté juive, bien que non religieux, a été faite dans un cadre légal. Il est donc aberrant de vouloir en conclure que cela ait pu être d’une quelconque manière un acte dirigé contre la communauté juive, d’autant que les autres bâtiments de «l’îlot My Hafid» sont actuellement en cours de démolition.

Certains protestataires via différents forums soulignent que c’est une perte sèche pour la communauté juive de Tanger. Est-ce aussi votre avis ?

Après mon entrevue avec le wali de Tanger, je peux réaffirmer qu’il n’y aura aucune conséquence dommageable pour la communauté juive de Tanger qui reste propriétaire du terrain et a l’opportunité soit de le vendre à un juste prix, soit de l’échanger, soit de déposer une demande d’autorisation de construction dans le cadre du plan d’urbanisme de la ville. Je voudrais préciser que la communauté juive de Tanger, après plusieurs expertises et un long débat, avait conclu à l’impossibilité de restaurer cet hôpital désaffecté depuis 1965 à un coût compatible avec ses moyens. Elle avait envisagé dans un premier temps de le vendre, puis s’est ravisée et souhaitait construire un immeuble de rapport permettant de faire face à ses besoins de restauration des deux cimetières juifs de Tanger et du cimetière d’Asilah. Il faut savoir qu’en sacrifiant l’hôpital Benchimol, vétuste et menaçant ruine, la communauté juive de Tanger voulait restaurer les cimetières juifs dont la préservation est le principal souci des juifs marocains où qu’ils vivent dans le monde.

A cet égard, je réaffirme avec force que le cimetière juif de la rue du Portugal à Tanger n’a fait, ne fait et ne fera l’objet d’aucun projet, qu’il sera restauré dans les meilleurs délais et que les travaux ont déjà été lancés.

L’information selon laquelle ce cimetière devait être touché par des aménagements urbanistiques est une fable. Ce cimetière est inviolable. Le wali de Tanger a déjà initié la procédure de son classement au patrimoine national.

Qu’en est-il du patrimoine juif marocain en général ?

Le Conseil des communautés israélites du Maroc est parfaitement conscient de l’importance de la préservation des cimetières et mausolées juifs au Maroc constituant un patrimoine national qui mérite d’être sauvegardé. Il se trouve que nous avons établi un plan ambitieux qui permettra de dresser l’inventaire des cimetières juifs. Dans un très court délai, ce plan permettra d’engager la sécurisation, la réhabilitation et la maintenance de tous les cimetières et mausolées juifs au Maroc. Comme à l’accoutumée, cet important travail se fera avec l’assistance du ministère de l’Intérieur, tuteur de notre communauté.

S’il est vrai qu’au cours des dernières années, un ou deux cimetières ont été l’objet d’incivilité, les autorités ont toujours pris les mesures adéquates. Il est un fait patent, en général, les cimetières juifs sont sous la protection des populations musulmanes, même si on peut déplorer ici ou là des actes de vandalisme.

Plus généralement, le Conseil des communautés juives au Maroc a créé la Fondation du patrimoine judéo-marocain. Reconnue d’utilité publique, elle s’est attelée à la préservation des sites juifs du Maroc et a à son actif la restauration de plusieurs synagogues et cimetières historiques du Maroc.

Que s’est-il passé à Tinghir où l’on parle carrément de la spoliation d’un cimetière juif ?

Après enquête, nous avons établi que le cimetière de Tinghir est clôturé et n’a pas été spolié. Les bâtiments construits depuis une dizaine d’années le jouxtant l’ont été par le ministère des Habous sur un terrain lui appartenant (titre foncier n° 28/1095).

Certains membres de la communauté juive vont jusqu’à parler d’une menace qui pèserait sur tout le patrimoine juif au Maroc. Qu’en dites-vous ?

Ceux qui vivent à l’extérieur du Maroc et qui font état de l’éventualité d’une quelconque menace qui pèserait sur le patrimoine juif, menace qui serait, selon certains, à connotation antisémite, sont en dehors des réalités. Il est absolument dément de penser que dans le Maroc d’aujourd’hui, sous la conduite de SM le Roi Mohammed VI, il puisse même être question d’un acte, et a fortiori, d’un plan qui pourrait toucher le patrimoine juif marocain. Je voudrais rappeler à cet égard cette déclaration de SM le Roi qui a réaffirmé solennellement : « Sa responsabilité religieuse historique et constitutionnelle dans la préservation des personnes, des droits et des valeurs sacrées de (nos) sujets de confession juive à l’instar de toutes les composantes de la nation. »

Considérez-vous donc que ce dossier est clos ?

Ce dossier n’aurait jamais dû être ouvert, en tout cas de cette manière. Il est donc clos. Je pense avoir répondu à tous les questionnements posés et démenti toutes les allégations, le plus souvent exprimées de bonne foi, relayées par les organes de presse internationaux et locaux. Seuls ceux qui ne veulent rien entendre continuent à alimenter une polémique stérile. La communauté juive du Maroc gère et préserve son patrimoine.

Certains organes de presse vous attribuent la paternité d’une pétition qui fait le tour du monde via internet dénonçant la spoliation du patrimoine juif marocain

C’est ridicule. Différentes pétitions ont été lancées de manière spontanée sur internet par des personnalités «amoureuses» de leur ville, qui, faute d’informations vérifiées, n’ont pas eu la patience d’attendre le résultat de nos investigations et de nos démarches. Même si on ne peut exclure quelques réactions malintentionnées.

Bien au contraire, nous nous sommes attachés à répondre à toutes les interrogations et à rétablir la vérité sur cette malencontreuse affaire. Notre dessein est clair, celui de rester mobilisés pour la restauration et la préservation du patrimoine juif marocain reconnu comme partie intégrante du patrimoine culturel national.

Que retiendriez-vous de cette affaire ?

Je crois qu’à quelque chose malheur est bon. L’émotion suscitée par la démolition de l’hôpital Benchimol a mis en lumière l’importance accordée au patrimoine juif marocain. Nous avons apprécié les manifestations de sympathie de nos concitoyens musulmans. Quant aux juifs originaires du Maroc qui vivent sous d’autres cieux, ils ont prouvé, encore une fois, leur attachement à leur patrimoine, à leurs traditions ancestrales, à leur pays d’origine et à leur communauté matricielle. Ils ont confiance en la clairvoyance, la lucidité et la sagesse de leur Roi.

[www.lobservateur.ma]




Fin du Patrimoine Juif Tangérois ? En une nuit, l'hopital Benchimol a été rasé !!!
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 12 mai 2010 a 05:11

Simon Lévy : «L’hôpital Benchimol à Tanger était une fierté pour les juifs marocains»

Selon Simon Lévy, il n’y aucune explication à la destruction de l’hôpital Benichmol construit en1904 et qui, selon lui, était la preuve que le Maroc n’avait pas besoin du protectorat.


ALM : Que révèle la destruction de l’hôpital Benchimol ?

Simon Lévy : Je me pose encore la question de savoir comment et pourquoi on peut détruire un monument historique qui peut attirer un nombre déterminé de touristes qui auraient pu voir le premier hôpital du Maroc construit, et c’était notre fierté, il y a dix ans avant le protectorat. Cela veut dire que déjà à cette époque, les Marocains étaient capables de construire un hôpital moderne. Et cela du point de vue historique et de mon point de vue, voulait dire qu’on n’avait pas besoin du protectorat. Garder ce monument voulait dire garder un peu de fierté nationale en tant que Marocains et aussi en tant que juifs marocains. Même s’il y avait en haut M. Benchimol citoyen français, ce dernier était marocain puisque la moitié des Tangérois de l’époque avait des nationalités étrangères. Cet hôpital avait belle allure et n’était pas menacé de ruine contrairement à ce qu’on propageait.

Cet hôpital n’était pas en activité, que fallait-il faire pour éviter sa destruction?

Il fallait organiser sa visite, le mettre dans le circuit comme le premier hôpital du Maroc. Mais pas le raser sans aucune explication, alors qu’il y avait une énorme campagne contre cette destruction notamment sur le net. Nous, dans la Fondation du patrimoine culturel judéo-marocain, fondation reconnue d’utilité publique, voulions l’inscrire parmi notre patrimoine. J’avais adressé déjà en 2006 une lettre aux autres membres de la fondation et puis une deuxième au ministère de la Culture. J’avais engagé une procédure avec le ministère de la Culture pour qu’on s’occupe de ce lieu. La seule réponse que j’ai eue du ministère, c’est qu’on lui fournisse des détails techniques que seule la communauté israélite pouvais fournir.

Qui sont les vrais responsables de cette destruction, sachant que c’est la communauté israélite qui l’a vendu ?

Le gouverneur et le président de la communauté peuvent raconter ce qu’il voudront. Moi, ce que je vois, c’est que ce monument a été rasé la nuit et pas n’importe laquelle : la nuit du vendredi au samedi, celle du shabbat pour que personne ne vienne déranger. Le président de la communauté, pour sa part, a prétexté la vente pour des œuvres sociales. Mais ce n’est pas une raison. Cela est une chose et les œuvres culturelles sont une autre chose.

Comment agit la fondation pour éviter que ceci ne se reproduise plus?

Crier, pleurer. Je le fais. Moi, je me bats tous les jours pour réunir des fonds et sauver des monuments historiques. Je trouve parfois un coup de main de l’administration comme à Fès actuellement pour la synagogue «Al Fassiyne» , mais je ne trouve jamais d’agent. J’ai mis deux ans à ramasser 65 millions de centimes pour racheter la part détenue par une famille musulmane et pour la terminer j’ai dû emprunter. Et puis, il y a le mellah de Fès dont il faudrait également ravaler les façades pour avoir un quartier qui attire au pays et à la ville des touristes. Parce qu’une journée pour un touriste, ça s’organise, si on veut qu’il y ait à Fès un tourisme plus consistant, dépassant une nuitée ou deux, et cela avec tout ce qu’il y à voir à Fès. Et c’est sur ce point que je travaille.

La communauté juive au Maroc est en diminution. Comment est-elle organisée?

Nous avons 20 synagogues à Casablanca et une à deux synagogues dans chaque ville. Il y a des comités religieux qui organisent la charité, etc. Aussi, la semaine dernière, on a reçu une famille qui est revenue d’Israël s’installer ici. Au point où nous en sommes, il s’agit d’une question de volonté politique : maintenir et développer une communauté, ou détruire ses monuments historiques ? Le seul intérêt qu’a eu la destruction de cet hôpital, c’est montrer l’intérêt que porte les juifs marocains du monde entier au patrimoine qu’ils ont laissé derrière eux. Autrement dit, il existe un lien très fort qui n’existe dans aucune autre communauté juive expatriée et son pays d’origine. C’est un modèle que nous avons à l’échelle mondiale et que nous devons protéger. Il faut que cette communauté s’organise, vive et survive. Qu’elle soit petite ou grande, elle est une partie du Maroc, de sa tradition, de sa culture.

Comment évaluez-vous les liens entre la communauté juive et la communauté musulmane ?

Toutes les petites communautés ont tendance à se refermer sur elles-mêmes. Il faut s’ouvrir, créer des occasions et une des occasions justement, c’est la culture. Notre musée du patrimoine culturel judéo-marocain est une occasion où les musulmans et les juifs peuvent se rencontrer grâce à notre fondation, il y a dans toutes les villes du Maroc des hauts lieux juifs qu’il faut visiter. Il faut qu’on en parle dans les écoles et qu’on dise que les juifs sont des marocains. Et grâce à Dieu, aujourd’hui j’ai dans le musée, des visites organisées par les écoles, les universités et les lycées. Récemment j’avais reçu un groupe de 80 étudiants de la Faculté des lettres de Ben Msik, ils posaient des questions et apprenaient un aspect inconnu de leur propre pays.

Les célébrations des saints juifs au Maroc constituent-elles un autre lien des juifs avec le Maroc ?

Ces célébrations, elles sont marocaines. Il n’y a pas des saint juifs aux État-Unis, en France. Ils sont 630 saints au Maroc et on n’en célèbre qu’une trentaine. Pour les 600 autres, il y a de temps à autre des particuliers qui viennent spécialement les visiter du fin fond du monde. Et cela est profondément marocain, ce n’est pas juif : Un juif russe ne revient jamais en Russie ? Un juif marocain, c’est différent, c’est le produit de notre histoire, de notre société. Et c’est tellement proche des musulmans qu’il faut se poser la question de «Est-ce que le judaïsme marocain est plus marocain que juif ou plus juif que marocain?»

[www.aujourdhui.ma]

Fin du Patrimoine Juif Tangérois ? En une nuit, l'hopital Benchimol a été rasé !!!
Posté par: aaron (IP enregistré)
Date: 12 mai 2010 a 13:57

très intéressants et très instructifs ces articles.
il faut d'urgence faire un recensement du patrimoine Juif au Maroc, des
synagogues aux cimetieres, et trouver des fonds pour leur entretien et
leur préservation.




Fin du Patrimoine Juif Tangérois ? En une nuit, l'hopital Benchimol a été rasé !!!
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 13 mai 2010 a 17:51

Toujours au sujet de cette polemique, voici l'article paru le 8 mai 2010 sur [www.lejournaldetanger.com]

Polémique démesurée autour de la démolition de l’ancien hôpital benchimol: la communauté juive de tanger remet les pendules à l’heure...

"La récente démolition de l’ancien hôpital israélite Benchimol à Tanger, construit il y a plus d’un siècle et fermé depuis une quarantaine d’années, se trouve au milieu d’une polémique entre les autorités de la ville et certaines personnalités ou institutions juives, à l’intérieur comme à l’extérieur du Maroc.

Cette polémique semble avoir pris une proportion démesurée par rapport à une affaire qui consiste finalement en une simple conversion en un futur espace vert qui entre dans le cadre de la mise à niveau et de la modernisation de la ville de Tanger, d’autant plus que cette bâtisse qui n’a jamais été classée patrimoine, et qui, de surcroît ne servait plus à rien, tombait en ruines.
Logiquement, on ne devrait pas hésiter longtemps à faire un choix entre ces deux options !"

























[www.lejournaldetanger.com]




Fin du Patrimoine Juif Tangérois ? En une nuit, l'hopital Benchimol a été rasé !!!
Posté par: tangerois (IP enregistré)
Date: 14 mai 2010 a 01:53

Bonsoir permettez moi de repondre aux 5questions:

1) Vous avez absolument raison de dire que cet hopital a été delaissé et en premier par les tangerois et l'elite de la ville, mais honorables messieurs cela arrangait surement beaucoup de monde. En tant que tangerois je savais qu'il y'avait un hopital juif QUELQUE part mais j'aurais été le premier le premier a participer à une quelconque collecte d'argent pour sa renovation.
Savez vous chers messieurs que l'internet peut realiser des miracles ? y'avait_il un seul appel à la solidarité pour ce grand hopital (dont chaque jour j'apprends une partie de sa magnifique histoire), peut etre quelques appels timides par des ames charitables qui sont restés vains.
En tant qu'institution medicale le premier qui devait reagir c'était le corps medical de tanger, ça ne vous semble pas bizarre leur silence car au fait la disparition de cet hopital arrange bien les affaires des fameuses cliniques de tanger dont la plupart des directeurs ont participé à l'enorme trou noir de la secu en france et la plus prestigieuses des assurances europeennes.

2) pour cette question chers messieurs je suis tangerois de souche Dar lbarroud sakkaya café delhafa, sidilmnara, merkala souani achakkar lkesbah mes études secondaires au prestigieux lycée ibn alabbar face au palais ou maison hssissen....mes grands parents et ancetres sont enterrés dans le cimetiére souani.... donc tanger au fin fond de mon coeur. et meme si les gens ne sont pas tangerois ou n'ont jamais mis les pieds au maroc, on est en 21éme siecle les moyens de communications peuvent permettre à chacun d'etre informer sur ce qui se passe partout dans le monde, on ne peux reprocher à des personnes de sympatiser ou d'aimer notre ville surtout aprés cette acte lache ignoble couard perpetré la nuit le jour de votre fete sacré (la raison de ce massacre evoqué par le wali me donnee l'impression qu'il se croit s'adresser aux habitants des bidonvilles et non à l'elite de tanger).
messiers croyez moi je comprend parfaitement votre situation , vous etes entourés par une vrai mafia lache et sanguinaire alors adoptez un profil bas est la plus sensée des attitudes.

3) l'hopital benchimol est çertes n'est pas la muraille de chine chers messieurs. N'empeche que pour le tangerois que je suis et en toute modestie represente ds mon coeur plus que tous les patrimoines reunis car en tant que medecin qui crois en le benevolat et aprés multes experiences avec l'honorable institution qu'est medecins du monde je sais ce qu'un hopital comme celui qui a été lachement detruit peut apporter aux patients tangerois riches et demunis surtout en ces moments dures ou la medecine et le pauvre serment d'hippocrates passent par un phase de crise jamais connue ds l'histoire. Là aussi la communication et l'internet aurait participé à reunir des signatures pour presenter un solide dossier à l'institution responsable et qui sait ? on aurait ou plutot l'hopital benchimol aurait gagner ce challenge.

4) messieurs je suis marocain tangerois musulman je sais ou est situé le cimetiére juif, je vous donne un exemple que vous connaissez peut etre, le cimetiére de Bouarraquia a survecu à des generations jusqu'aà l'avenement de la mafia actuelle (qd je dis mafia svp pour ne pas me repeter c'est: hauts fonctionnaires de l'etat corrompu jusqu'a l'os+ les islamistes que l'état croit controler+les nouveaux barons de la drogues+et pour laisser le meilleur à la fin les promoteurs immobiliers et en premiére file les medecins milliardaires) ces malfrats ont dit aux tangerois musulmans dont les parents sont enterrés ds ce cimetiére; salamoalikom, chouffo akhou maintenant ca fait 60 ans que ce cimetiére est là, vos parents st aux paradis biensure leurs os rchaw regardez il y'a les voleurs et les camés qui viennent faire la fete ici le soir et maintenant lissalamati lmouatinine on va le detruire ok?) chose dite chose faite allez faire un tour à l'interieur, les 2/3 du cimetiére ont été detruit et maintenant un immeuble est construit.
messieurs je vais vous le dire en arabe: welah votre cimetiére la bqa!! ils sont trés patients, avec l'hopital benchimol ils sont entrain de vous tester (vous les juifs tangerois en premier) tester votre resistance et vos reactions: si vous vous laissez faire toute votre existence à tanger est menacée. pour que le journal de tanger nous fais enfin l'honneur d'evoquer cette situation et de parler de votre honorable site c'est que ils commencent à sentir le roussi, la peur de ne pas avoir mesurer la vraie ampleur que cette affaire est entrain de prendre.

5) En lisant cette question permettez moi à mon tour de vous poser une question: vous etes tangerois messieurs???? de quels espaces vert parlez vous?? messieurs vous connaissez RMILAT ou ce qui en reste????? de quel espace vert parlez vous messieurs?? Tanger n'est pas un jardin public une creche ou un ZOO messieurs, dites leurs de nous rendre notre belle rmilat , rmilat ou on a passé les meilleures moments de notre vie en piqueniquant les weekends en buvant son the merveilleux ds le café de L3rej....... de qoi parlez vous? les tangerois onnt plus besoin de logements messieurs et de medecine, savez vous qu'il y'a des milliers d'appartements vides à tanger situé partout ds la ville à commencer par nejma: des centaines d'immeubles appartenants aux barons de la drogues et promoteurs immobiliers servant au blanchissement d'argent...... de quels espaces verts parlez vous messieurs?????

non messieurs cette affaire n'est pas close et ne le sera que si hassad et ceux qu'ils protejent nous batissent un hopital dernier cri appelé hopital benchimol à tanger, seulement rebatir monsieur hassad pour le materiel et ressources humaines nous les tangerois on s'en chargera.
chers(es) compatriotes en aidant tanger vous dites non à l'impunité à l'escroquerie à la drogue à l'integrisme et à la corruption, aujourd'hui plus que jamais notre ville telle qu'on l'a connu est en danger.




Fin du Patrimoine Juif Tangérois ? En une nuit, l'hopital Benchimol a été rasé !!!
Posté par: gigi (IP enregistré)
Date: 22 mai 2010 a 01:54

AFFAIRE BENCHIMOL A TANGER SERGE BERDUGO :« La démolition de cet ancien hôpital a été faite dans un cadre légal »




A la suite de la crise résultant de la démolition de l’ancien hôpital juif Benchimol à Tanger, le secrétaire général du Conseil des communautés israélistes du Maroc,M. Serge Berdugo a bien voulu accorder un entretien à notre confrère.

« l’Observateur du Maroc »,que nous reproduisons ci-après :


— Il est absolument dément de penser que dans le Maroc d’aujourd’hui, sous la conduite de SM le Roi Mohammed VI, il puisse même être question d’un acte, et a fortiori, d’un plan qui pourrait toucher le patrimoine juif marocain ;
— Ce dossier n’aurait jamais dû être ouvert ; il est donc clos ; seuls ceux qui ne veulent rien entendre continuent à alimenter une polémique stérile ;
— ll n’y aura aucune conséquence dommageable pour la communauté juive de Tanger ;
— Le cimetière juif de la rue du Portugal à Tanger n’a fait, ne fait et ne fera l’objet d’aucun préjudice ; des travaux de restauration y sont déjà lancés.

• Selon vous, pourquoi la destruction de l’hôpital Benchimol par les autorités de Tanger a suscité autant de réactions ?

— L’hôpital Benchimol de Tanger est une institution très chère aux juifs originaires de Tanger et particulièrement ceux parmi eux qui vivent au Canada. La plupart d’entre eux sont nés dans cet hôpital qui est, rappelons-le, le 1er hôpital moderne à avoir été construit au Maroc, en 1904. Il est tout à fait normal que la destruction de cet hôpital ait provoqué autant d’émotion surtout que les circonstances de cette destruction restent regrettables, même si elles sont dues à de malencontreuses coïncidences. En effet, cela s’est passé au courant d’une nuit de shabbat au cours de la fête de Pessah (Pâque juive). Ceci étant, et après enquête précise, il apparaît de manière irréfutable que les procédures de démolition dans la ville de Tanger sont généralement exécutées durant la nuit pour éviter les attroupements et les perturbations du trafic routier.

Je voudrais préciser que dans le cadre des aménagements urbanistiques de la ville de Tanger pour la mettre à niveau du 21ème siècle, des dizaines de bâtiments publics et privés sont touchés, y compris une mosquée et une église. La municipalité avait décidé en 2008 de détruire l’ensemble d’un îlot jouxtant l’ancien palais Moulay Hafid, propriété de l’Etat italien. L’hôpital Benchimol faisait partie de cet îlot et la décision de le démolir avait été notifiée à la communauté juive de Tanger le 28 novembre 2008. Cette démolition que l’on peut regretter puisqu’elle touche un patrimoine historique de la communauté juive, bien que non religieux, a été faite dans un cadre légal. Il est donc aberrant de vouloir en conclure que cela ait pu être d’une quelconque manière un acte dirigé contre la communauté juive, d’autant que les autres bâtiments de «l’îlot My Hafid» sont actuellement en cours de démolition.

• Certains protestataires via différents forums soulignent que c’est une perte sèche pour la communauté juive de Tanger. Est-ce aussi votre avis ?

— Après mon entrevue avec le wali de Tanger, je peux réaffirmer qu’il n’y aura aucune conséquence dommageable pour la communauté juive de Tanger qui reste propriétaire du terrain et a l’opportunité soit de le vendre à un juste prix, soit de l’échanger, soit de déposer une demande d’autorisation de construction dans le cadre du plan d’urbanisme de la ville. Je voudrais préciser que la communauté juive de Tanger, après plusieurs expertises et un long débat, avait conclu à l’impossibilité de restaurer cet hôpital désaffecté depuis 1965 à un coût compatible avec ses moyens. Elle avait envisagé dans un premier temps de le vendre, puis s’est ravisée et souhaitait construire un immeuble de rapport permettant de faire face à ses besoins de restauration des deux cimetières juifs de Tanger et du cimetière d’Asilah. Il faut savoir qu’en sacrifiant l’hôpital Benchimol, vétuste et menaçant ruine, la communauté juive de Tanger voulait restaurer les cimetières juifs dont la préservation est le principal souci des juifs marocains où qu’ils vivent dans le monde.

A cet égard, je réaffirme avec force que le cimetière juif de la rue du Portugal à Tanger n’a fait, ne fait et ne fera l’objet d’aucun projet, qu’il sera restauré dans les meilleurs délais et que les travaux ont déjà été lancés.

L’information selon laquelle ce cimetière devait être touché par des aménagements urbanistiques est une fable. Ce cimetière est inviolable. Le wali de Tanger a déjà initié la procédure de son classement au patrimoine national.

• Considérez-vous donc que ce dossier est clos ?
— Ce dossier n’aurait jamais dû être ouvert, en tout cas de cette manière. Il est donc clos. Je pense avoir répondu à tous les questionnements posés et démenti toutes les allégations, le plus souvent exprimées de bonne foi, relayées par les organes de presse internationaux et locaux. Seuls ceux qui ne veulent rien entendre continuent à alimenter une polémique stérile. La communauté juive du Maroc gère et préserve son patrimoine.

• Certains organes de presse vous attribuent la paternité d’une pétition qui fait le tour du monde via internet dénonçant la spoliation du patrimoine juif marocain ?

— C’est ridicule. Différentes pétitions ont été lancées de manière spontanée sur internet par des personnalités «amoureuses» de leur ville, qui, faute d’informations vérifiées, n’ont pas eu la patience d’attendre le résultat de nos investigations et de nos démarches. Même si on ne peut exclure quelques réactions malintentionnées.

Bien au contraire, nous nous sommes attachés à répondre à toutes les interrogations et à rétablir la vérité sur cette malencontreuse affaire. Notre dessein est clair, celui de rester mobilisés pour la restauration et la préservation du patrimoine juif marocain reconnu comme partie intégrante du patrimoine culturel national.

• Que retiendriez-vous de cette affaire ?

— Je crois qu’à quelque chose malheur est bon. L’émotion suscitée par la démolition de l’hôpital Benchimol a mis en lumière l’importance accordée au patrimoine juif marocain. Nous avons apprécié les manifestations de sympathie de nos concitoyens musulmans. Quant aux juifs originaires du Maroc qui vivent sous d’autres cieux, ils ont prouvé, encore une fois, leur attachement à leur patrimoine, à leurs traditions ancestrales, à leur pays d’origine et à leur communauté matricielle. Ils ont confiance en la clairvoyance, la lucidité et la sagesse de leur Roi.

• Qu’en est-il du patrimoine juif marocain en général ?

— Le Conseil des communautés israélites du Maroc est parfaitement conscient de l’importance de la préservation des cimetières et mausolées juifs au Maroc constituant un patrimoine national qui mérite d’être sauvegardé. Il se trouve que nous avons établi un plan ambitieux qui permettra de dresser l’inventaire des cimetières juifs. Dans un très court délai, ce plan permettra d’engager la sécurisation, la réhabilitation et la maintenance de tous les cimetières et mausolées juifs au Maroc. Comme à l’accoutumée, cet important travail se fera avec l’assistance du ministère de l’Intérieur, tuteur de notre communauté.

S’il est vrai qu’au cours des dernières années, un ou deux cimetières ont été l’objet d’incivilité, les autorités ont toujours pris les mesures adéquates. Il est un fait patent, en général, les cimetières juifs sont sous la protection des populations musulmanes, même si on peut déplorer ici ou là des actes de vandalisme.

Plus généralement, le Conseil des communautés juives au Maroc a créé la Fondation du patrimoine judéo-marocain. Reconnue d’utilité publique, elle s’est attelée à la préservation des sites juifs du Maroc et a à son actif la restauration de plusieurs synagogues et cimetières historiques du Maroc.

• Que s’est-il passé à Tinghir où l’on parle carrément de la spoliation d’un cimetière juif?

— Après enquête, nous avons établi que le cimetière de Tinghir est clôturé et n’a pas été spolié. Les bâtiments construits depuis une dizaine d’années le jouxtant l’ont été par le ministère des Habous sur un terrain lui appartenant (titre foncier n° 28/1095).

• Certains membres de la communauté juive vont jusqu’à parler d’une menace qui pèserait sur tout le patrimoine juif au Maroc. Qu’en dites-vous ?

— Ceux qui vivent à l’extérieur du Maroc et qui font état de l’éventualité d’une quelconque menace qui pèserait sur le patrimoine juif, menace qui serait, selon certains, à connotation antisémite, sont en dehors des réalités. Il est absolument dément de penser que dans le Maroc d’aujourd’hui, sous la conduite de SM le Roi Mohammed VI, il puisse même être question d’un acte, et a fortiori, d’un plan qui pourrait toucher le patrimoine juif marocain. Je voudrais rappeler à cet égard cette déclaration de SM le Roi qui a réaffirmé solennellement : « Sa responsabilité religieuse historique et constitutionnelle dans la préservation des personnes, des droits et des valeurs sacrées de (nos) sujets de confession juive à l’instar de toutes les composantes de la nation».

[www.lejournaldetanger.com]

Fin du Patrimoine Juif Tangérois ? En une nuit, l'hopital Benchimol a été rasé !!!
Posté par: tangerois (IP enregistré)
Date: 22 mai 2010 a 02:55

Lettre à Dr Benchimol un homme d'honneur

cher confrere

permettez moi de vous ecrire ces qlqs lignes afin de vous transmettre mes vifs remerciements pour ce que vous avez fais pour tanger , cher confrere vous avez non pas honorer votre femme mais toutes votre famille et vos ancetres, vous avez honorablement honoré le serment d'hippocrates vous avez travaillez pour l'humanité votre hopital a apporter medecine espoir aux habitants de tanger, vous n'avez jamais demandé à etre payer en echange vote seule quete etais la medecine et la memoire de votre femme, cher confrere je ne sais pas quels ont ete vos derniers souhaits avant de quitter ce bas monde mais croyez le , nous vos confreres qui avons choisi ce metier par amour et conviction vous honoreront à jamais, car comme le stipule le serment d'hippocrates:

"Que les hommes et mes confrères m’accordent leur estime si je suis fidèle à mes promesses ; que je sois déshonoré(e) et méprisé(e) si j’y manque" vous honoré haut et fort notre serment et donc vous et votre femme vous allez etre les derniers bougies qui illumineront nos coeurs et nous guideront dans ce bas monde pour accomplir au mieux notre mission celle de servir l'humanité.

cher confre les larmes aux yeux avec un sentiment d'impuissance et le coeur meurtri j'ai le regret de vous annoncer qu'Atilla(le wali) et ses sbires ont lachement proceder à la destruction de votre modeste institution , ils affirment que votre memoire n'est nullement atteinte au contraire les milliards et les immeubles qu'on va batir avec l'argent prix de la trahison permettra à beaucoup de nouveaux humains de vous garder dans leur memoire.
Cher confrere votre hopital a été detruit mais pas la purete de votre ame ni la noblesse de la memoire que vous avez voulu honoré, les laches qui ont perpetré ce crime s'en morderont les doigts, nous vos confreres et disciples les medecins d'honneur pas les traitres ni les pantins promettons solanellement de batir un hopital qui portera votre nom, pas à Tanger fief de la traitrise de la drogue de l'integrisme et des medecins traitres mais dans un pays de democratie vraie d'honneur de fierté et de vrais medecins.
cher confrere alors que la medecine connait ses plus mauvais moments plus en raison de faux medecins fourbes et traitres envers le serment d'hippocrates, la destruction de votre hopital nous a permis de vous connaitre votre loyauté et votre histoire nous a rendu confiance en nous meme et en notre metier, car sachez cher confrere que les medecins d'honneur st actuellement traités de cons ou d'imbeciles alors que l'espece d'attila et ses sbires sont devenus les vrais hommes de cette ere, alors nous jurons de continuer à travailler pour l'humanité à honorer nos patients à ignorer la traitrise et la fourberie des autres esprits faibles et sans honneurs.

cher confre que dieu vous benisse et benisse tous vos ancetres et votre descendance, gloire à tous medecins d'honneurs et leur famille

Fin du Patrimoine Juif Tangérois ? En une nuit, l'hopital Benchimol a été rasé !!!
Posté par: tangerois (IP enregistré)
Date: 22 mai 2010 a 03:22

Lettre à son excellence le wali de Tanger:

s'il y'avait 0.0005% de democratie à tanger moi un tangerois j'aurais eu le droit de me presenter à des élections contre vous, accepteriez vous monsieur le wali? et svp laissez notre Roi et la famille royale en dehors de ça.
je promet de rebatir la premiére année de ma "Wilayature" un hopital dernier cri Hopitalbenchimol de specialités, je promet de regler en deux ans le cas ambigu des centaines d'immeubles fermés (le dernier des tangerois sais que c de l'argent de la drogue), je promet de ma deplacer dans touts les continents et de reintegrer (meme si je dois me mettre à genou) l'elite tangeroise à leur ville et en premier les juifs tangerois et ensemble faire de notre ville un modele (comme elle l'a toujours ete) une trés belle ville touristique riche par la diversité de sa culture une ville ou differentes civilisations ont vecu cote à cote depuis des centaines d'années.
je ferais en sorte de rehabiliter ts les hopitaux à commencer par mohamed 5 l'hopital espagnol (ou je suis né) l'hopital italien anglais.... je promet de faie une guerre sans merci aux integristes barbus aux barons de la drogue à la corruption sous toutes ses formes, je ferais de tanger avec l'aide de l'elite tangeroise un modele à suivre pour les autres villes du royaume, sa majesté sera fier de nous.
oui monsieur le wali suis pret à donner ma vie pour cela, mes confreres me protegeront.

Dans l'attente d'une reponse favorable de votre part recevez monsieur le wali mes salutations distinguées

signé: un medecin

PS; au fait monsieur hassad , la prison 7villages est tjrs au meme endroit , c juste que mes parents st un peu agés ils aimeraient m'avoir prés d'eux, et svp ne laissez pas les barons de la drogue m'envoyer leur tueur m'assassiner puis prendre tranquillement le bateau pour l'espagne( voir l'article du journal de tanger du 08/05, une personne jeté d'un immeuble haut standing d'un appartement qui appartient à un mafiosi, les assassins ont ensuite pris le bateau en direction de l'espagne ni vu ni connus, no comment, le wali au lieu de faire la guerre à la mafia , prefere detruire les hopitaux sans defense) merci bcp




Fin du Patrimoine Juif Tangérois ? En une nuit, l'hopital Benchimol a été rasé !!!
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 22 mai 2010 a 15:50

Merci Gigi et Tangerois pour vos interventions et cette mise a jour des reactions concernant cette affaire.

Les notables de la ville (hommes d'affaires imposants) et avec eux, le concert de journalistes a la bonne volonte ne comprennent pas que voir une ville s'emanciper et se moderniser en realisant "des aménagements urbanistiques de la ville de Tanger pour la mettre à niveau du 21ème siècle" ne consiste nullement a detruire son patrimoine et architectures du passe comme cela est trop souvent le cas au Maroc sans que cela ne soit dirige uniquement contre le patrimoine juif de la ville auquel nous sommes ici sensibles.

Ainsi plusieurs "joyaux" du pays ont disparus a cause de ces speculateurs et hommes d'affaires empresses. Je pense, par exemple, au magnifique Theatre Municipal de Casablanca, Cinema Vox, les arenes de Casablanca, la piscine municipale, au delabrement du centre ville Art-deco, aux legendaires salles de cinema de Meknes (Camera), detruites en un tour de main, a Rabat, etc..etc...

Un paysage urbain digne d'interet est suppose etre entretenu avec respect afin de perpetrer son histoire, non seulement a travers ses livres mais aussi a travers le maintien et l'entretien de ses edifices et constructions du passe. Leur préservation assure un sentiment d’appartenance a une culture et le denigrement et le mepris de ces valeurs est un desastre pour le patrimoine et l'histoire de ce pays, privant ainsi les generations futures d'un patrimoine unique, celui qui a fait l'histoire de leurs parents.




Fin du Patrimoine Juif Tangérois ? En une nuit, l'hopital Benchimol a été rasé !!!
Posté par: tangerois (IP enregistré)
Date: 23 mai 2010 a 03:27

Bsr

chers amis je vais vous apporter encore une preuve sur l'oeuvre des criminels qui gouvernent la pauvre Tanger: en face de l'hopital espagnol il y'avait un terrain de foot sous le nom de CAMPO DECHRIFF c'étais un petit rubis qui permettait à bcp de jeunes de venir jouer le foot pdt les weekends et jours feriés , ça leur permettait au moins d'oublier la drogue ou d'aller faire quelque chose de mal.
eh bien allez le voir aujourd'hui il y'a 4immeubles à sa place , je me demande ce que l'ancien wali nous dira ce jour pour expliquer ce crime: peut etre ce terrain derangeait aussi rahate almouatine walmouatinine grand sourire classique.moi personnellement qui venait jouer de temps en temps dans ce campo j'ai eu "le plaisir" (c pas mechant je vous jure) d'avoir assez vecu pour voir le fils du wali destructeur de ce pauvre terrain de foot se faire jeter de l'honorable et grande faculté de medecine de rabat he oui la justice divine existe bel et bien.
cet ex wali a detruit un pauvre terrain de foot, le nouveau wali a ganger son surnom d'attila le destructeur des hopitaux bref entre collegues on se serre les coudes quoi, on fait c qu'on peux, les grands hommes laissent derriere eux les hopitaux à l'humanité pour que les nains viennent les detruire :(
cher(e) darlett il parait que les gens qui detruisent leur passé n'ont pas d'avenir, moi je dit on peux changer çela, le monde a changé, sa majesté que dieu le glorifie (et entre parenthese, un message à hassad et à tt ceux qui croient que c'est eux qui vont nous apprendre à aimer notre roi: sachez Attila que le modeste medecin que je suis j'ai eu l'honneur de saluer personnellement notre Roi, en lui embrassant les mains j'ai senti reellement que notre roi est un homme de grand coeur un homme d'honneur un homme bon et juste , j'ai compris tt de suite ce que veux dire le terme pere des marocains, c'est vraiment ça: on ajuré de donner notre vie pour lui monsieur) a dit le premier jour de son intronisation : je ne possede pas le baton de sidna moussa pour regler tt les pb du maroc, depuis il essai de faire ce qu'il peut, que voulez vous, il mal entouré c'est facil à comprendre: je ne divague pas, toutes les affaires et scandales des dernieres années le prouve, à commencer par le fameux IZOU cet ancien responsable de la securité de sidna qui etais trompé jusqu'a l'os avec les barons de la drogue les vrais maitres de tanger., l'affaire du petit schizophrene de hicham ce jeune baron de la drogue du nord du maroc qui disais à tout le monde: j'ai la meme voiture que le roi la meme montre q le roi ..bref le mec de plus en plus puissant se prenant vraiment pour le roi!!!... il a fallu des tirs d'armes ds les environs du palais du roi pour qu'on decouvre ce drole d'oiseau.
il y'a eu un grand scandal en 2008 tjrs à tanger biensure concernant les services qui delivrent les titres fonciers, des centaines de terrains legués sur des bases douteuses, des milliards de dirhams lapidés en un clin d'oeil.....
celui qui se prend pour le futur khalifa des musulmans ce lunatiq de l'adl walihssan cheikh houm yassine a un gentil fils qui est trempé jusqu'a l'os dans la drogue, on l'avait arreté region de ksar sghir, ce gentil enfant a compris que la drogue c l'argent et l'argent c les armes reste à attendre le jour du jihadgrand sourire classique . le jour ou ca va peter et baba yassine avec sa branche pacifistemonoeil d'al adl walmoussawate vont prendre prendre possession du pays, les vrais responsables partirons en europe et en amerique pour dire: les terroristes jraw 3lina.
qui c les vrais terroristes?
il est temps de changer cela
aidez tanger
j'étais à rabat quand feu sa magesté hassan deux est décédé: j'étais au service de gynecologie du grand chef du servuce feu Dr ostowarr: vous savez ce que les sages femmes ne cessaient de repeter alors que nous étions tous, patientes et leur familles inclus en pleurs: mli jabo(les gardes du corps) sidna allah yrehmo à l'hopital militaire de hay riad (feu sa majesté venait juste de l'inaugurer)ils ont trouvé l'hopital vide, alors ils l'ont pris à l'hopital avicennes pour le transferer d'urgence au service de cardiologie du PR Benomar situé au 4éme étage???? ils ont trouvé l'ascensseur en panne !!!!! no comment
que peux faire nootre roi contre des menteurs pareils? :((((

bonne nuit




Fin du Patrimoine Juif Tangérois ? En une nuit, l'hopital Benchimol a été rasé !!!
Posté par: tangerois (IP enregistré)
Date: 25 juin 2010 a 20:08

Bonsoir
permettez moi de partager avec vous ce cet article qui parle d'un livre intitulé: "quand le maroc sera islamiste" ames sensibles s'abstenier car ça donne froid au dos:

Quand le Maroc sera islamiste

Aujourd’hui, la question n’est plus de savoir si le Maroc est islamiste ou non, mais plutôt de se demander quand cette réalité se concrétisera au niveau politique.

Cette prise de conscience ainsi qu’une rénovation de fond en comble de l’institution monarchique sont le prix à payer pour sa survie. Et pour faire entrer le Maroc dans le XXIe siècle », écrivent les journalistes Nicolas Beau (Le Canard Enchaîné, auteur d’un précédent ouvrage Notre ami Ben Ali) et Catherine Graciet (indépendante, collaboratrice, notamment au journal marocain) en conclusion d’une longue enquête qui fait l’objet d’un livre à paraître le 12 décembre : Quand le Maroc sera islamiste (éditions ). Analysant le phénomène islamiste au Maroc, les auteurs estiment qu’une « impressionnante fièvre religieuse a gagné le Maroc » sous trois formes bien distinctes. « Un parti islamiste toléré et même instrumentalisé par le pouvoir, le Parti de la justice et du développement (PJD), pourrait rafler la mise lors des élections législatives prévues en 2007 — si celles-ci sont transparentes et démocratiques. » Méconnu en Europe, le PJD est considéré comme l’une des principales forces politiques du royaume. Depuis 2002, ses membres occupent même 42 sièges de députés au Parlement (sur 325) et dirigent cinq municipalités, dont celles de Meknès, Khenifra et Témara. A Casablanca, 11 de ses candidats sont élus députés. « Le double discours du PJD lui permet de rassembler une base électorale aussi large qu’hétéroclite, qui se compose néanmoins d’une majorité d’urbains, de jeunes et de personnes ayant suivi des études. Il lui sert également à braconner sur les terres de l’Istiqlal ou sur celles de Justice et Bienfaisance et à attirer de nombreux déçus du système. » Deuxième pôle beaucoup plus radical et hostile à la monarchie, celui de la mouvance fondamentaliste de « Justice et bienfaisance ». Fort de plusieurs dizaines de milliers de personnes, le mouvement de cheikh Yacine possède un atout majeur : il ne s’est jamais compromis avec le pouvoir. Il ne dispose d’ailleurs même pas de l’autorisation de se constituer en parti politique.

Premier exportateur d’apprentis terroristes

Troisième composante, « beaucoup plus minoritaire mais bien plus dangereuse, celle des courants radicaux qui commencent à infiltrer la société, au point que le Maroc semble être devenu le premier exportateur d’apprentis terroristes en Europe et dans le Sahel ». « Apparu tardivement, le djihad dans sa version marocaine va s’épanouir rapidement », relèvent les auteurs, ajoutant que « l’année 2005 voit les liens se renforcer entre les extrémistes marocains et algériens ». « Le royaume de Hassan II est passé un peu vite, pour un rempart contre les excroissances violentes de l’islam politique. Les attentats de Casablanca font prendre conscience de la réalité du danger », relèvent les auteurs du livre. Un des patrons de l’anti-terrorisme en France, cité par les auteurs, considère que « la situation est dangereuse : le Maroc, c’est la Russie en 1916 ». « C’est sans doute vers une alliance entre la revendication populaire et le corps des officiers subalternes et sous-officiers, longtemps frustrés, séduits par l’islamisme, que risque de s’articuler la relève du pouvoir au Maroc. L’inexpérience et la frénésie de ces forces trop longtemps contenues comportent les germes d’une imprévisible violence et peut-être de la rupture de l’unité du pays », selon une note des services français. Les origines des blocages économiques et sociaux que vit aujourd’hui le Maroc, gangréné par la plaie d’une corruption généralisée font l’objet d’une analyse détaillée.La maison Maroc prend l’eau de partout

« Emportée par la tornade de la mondialisation, la maison Maroc prend l’eau de partout », selon le cabinet américain Mckinsey. C’est en matière d’enseignement que le diagnostic est le plus sombre. Avec 55% d’enfants seulement qui dépassent le cap de l’éducation primaire, le royaume est au même niveau que le Malawi (50%), et loin derrière des pays comme le Bangladesh (70%). La drogue reste une plaie importante. Le Maroc est devenu le principal producteur et exportateur de cannabis dans le monde, comme l’a révélé une enquête en 2005 menée conjointement par le gouvernement marocain et l’ONUCD, l’office des Nations unies contre la drogue et le crime. Les auteurs du livre démontreront que les premiers bénéficiaires de ce trafic sont les piliers des classes dirigeantes marocaines. Dans le seul Rif, le cannabis représente jusqu’à 27% de la surface agricole utile, soit 134 000 ha. En 2003, la moitié du faible revenu annuel des 2/3 de la population rurale de cette région, soit 800 000 personnes, provenait de cette activité illicite. L’immigration clandestine est une autre plaie. Selon les instances européennes, le Maroc est devenu le passage préféré, via les côtes espagnoles, des clandestins subsahariens.




Fin du Patrimoine Juif Tangérois ? En une nuit, l'hopital Benchimol a été rasé !!!
Posté par: tangerois (IP enregistré)
Date: 25 juin 2010 a 20:23

Pour les gens qui participent ds les forums voila un lien dédié aux medecins marocains (malheureusement) et qui devrait plutot porter le nom de "jihad contre israel et les juifs" car au Maroc on a resoud tous nos problemes il ne reste que preparer les medecins marocains au jihad contre israel :(((.

[www.simsp.org] (syndicat independant des medecins du secteur privé)

c'est en arabe, vous pouvez y adherer par une adresse email et aprés vous allez recevoir chaq jour 8 à 10 émails dont au moins 6 sont pour l'extermination d'israel et des juifs. on t'envoi des videos de la palestine des verset coraniques (alors que le coran et l'islam le vrai sont innocents mais alors dix milles fois innocent de ce que rapporte ces cons) bref tout pour endoctriner les jeunes medecins. qui est derriere ça? qui a interet à ce que le syndicat des medecins marocains soit tenu par des mwesskhines integristes qui????
la question est : que fait l'état? moi qui suis un medecin marocain, ces gens ne me representent en aucune façon tout le contraire comment peut on les qualifier de medecins?
le syndicat des medecins au maroc ainsi que le forum des medecins tenus par des integristes!!!!!! que fait l'état???? machi moussiba hadi !!!!

Maintenant vous savez comment ça se passe chez nous au bled grand sourire classique grand sourire classique on va pas chercher à trouver les islamistes mais plutot le pauvre tangerois :Hello ketrete lham katdahak wellah
bonne fin de journée




Aller à la page: Précédent1234567Suivant
Page courante: 3 of 7


Désolé, seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster sur ce forum.
Veuillez cliquer sur S'identifier pour vous enregistrer

   Rechercher sur
 

  Web    
Darnna

© 2008 Darnna.com - All rights reserved.

'