CULTURES ET TRADITIONS JUIVES :  DARNNA.COM
Musique andalouse, histoire juive, culture judéo-berbère, judéo-espagnol, littérature juive, Rabbins, cimetières juifs au Maroc, Patrimoine juif au Maroc 
Aller à la page: PrécédentPremière...4567891011121314Suivant
Page courante: 10 of 14
Re: mémoire de la musique qu'on aime
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 25 janvier 2007 a 17:36

Merci abdou pour ton gentil message,

J'espere que tu trouveras sur notre site ou ailleurs des CD de musique andalouse comme il etait de coutume d'ecouter au Maroc.
Il y a sur Darnna quelques adeptes de cette musique avec Younes, Echkol, Albert Ettedgui et d'autres encore.

Bienvenue sur darnna et merci pour ces paroles

Darlett

Re: mémoire de la musique qu'on aime
Posté par: younes (IP enregistré)
Date: 25 janvier 2007 a 20:02

bienvenue mon cher abdou ds darnna
moi aussi je suis un grnd collectionneur de la musique judeo-marocaine ps seulement celle des ancien chanteurs mais aussi pour les nouveau qui ont en israel.
j'ai maintenent plus de 70chanteurs si cela te dit je peux les partager avec toi
a bientot
david=younes

Re: mémoire de la musique qu'on aime
Posté par: abdou1966 (IP enregistré)
Date: 01 février 2007 a 16:22

bonjour t le monde

merci Darlett vous etes gentille

je demande est ce que CHEIKH MWIJO est toujours actif ? ou vit il en ce moment j'aimerai connaitre ses nouvelles. il est formidable

merci amis

Re: a la mémoire de la musique qu'on aime
Posté par: abdou1966 (IP enregistré)
Date: 05 février 2007 a 13:15


Bonjour :

Si Youness, je souhaite partager avec vous ton trésor
de 27 chanteurs, est ce possible est comment ?


Merci d'avance

Re: mémoire de la musique qu'on aime
Posté par: anti-atlas (IP enregistré)
Date: 09 février 2007 a 06:10

salam je souhaiterais entendre de la musique juif shleuh stp

Re: mémoire de la musique qu'on aime
Posté par: younes (IP enregistré)
Date: 02 mars 2007 a 09:15

chers darnneurs
on cherchons sur le net j'ai trouvé un tré beau site pour telecharger de la belle musique sefarade ou bien comme en l'appel " el matrouz" donc a vous de vous telecharger.
j'espere mon cher albert que tu sera content?
[ouanounou.david.free.fr]

david=younes

Re: mémoire de la musique qu'on aime
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 02 mai 2007 a 14:06

Voici aussi quelques echanges sur la musique arabo-andalouse et judeo-andalouse. Il y a quelques bonnes adresses de sites aussi.

Re: a la mémoire de la musique qu'on aime
Posté par: mouline (IP enregistré)
Date: 22 mai 2007 a 14:55

bonjour tout le monde
je suis marocain comme vous et je cherche les chansons de salim el halali et sami el maghribi jai qlq unes mais la majeure partie je ne la trouve pas svp si qlq peut me filer qlq unes vraiment du fond du coeur je lui dirai merci parceke c une question de vie ou de mort je suis musulman mais mes origines a ce kil parait sont juives et dans notre grande famille on a tous un penchant tres calin pour ces chansons ki ont boulverse notre maroc et lon rendu libertin tout en restant traditionel jespere avoir une surprise de votre part bien .gros bisoux ou ke vous soyez chers freres et soeurs et vive la culture juive

Re: a la mémoire de la musique qu'on aime
Posté par: chouchana de sale (IP enregistré)
Date: 03 juin 2007 a 22:29

BONJOUR A TOUS

JE REGRETTE DE N AVOIR JAMAIS CONNU NOTRE CHANTEUR SAMI EL MAGHRIBI

JE NE L AI VU QU EN PHOTO ET CE QUI EST DROLE..C EST QUE SA FEMME
EST UNE COUSINE AU 2EME DEGRE ? CELA VEUT DIRE QUE SA MAMAN ET LA MIENNE SONT COUSINES GERMAINES ET VOILA QU AVEC LES DISTANCES
ON FINIT PAR NE PLUS SE CONNAITRE
CETTE ANNEE ? JE SUIS ALLEE AU CANADA ET J AI VU PAR CONTRE
LES BEAUX FRERES DE SAMY DONT J AI ETE TRES HEUREUSE DE LES VOIR
JE TROUVE QUE CE FORUM EST SUPER SYMPA ? MAIS J AVOUE QUE JE ME PERS UN PEU? JE N AI PAS TROP L HABITUDE ....A UN MOMENT JE SUIS TOMBEE SUR LES PHOTOS DES GENS QUI ONT DISPARUS DANS LE BATEAU EGOZ ET VOILA QUE J N ARRIVE PAS A TOMBER DESSUS, JAI RECONNU UNE FAMILLE BENARROCH DE SALE ET QUE SOUHAITERAI REVOIR
SI QUELQU UN POURRAI M AIDER A LES RETROUVER

MERCI ET BONNE NUIT A TOUS


Re: MUSIQUE ANDALOUSE MAROCAINE
Posté par: dinar (IP enregistré)
Date: 27 juillet 2007 a 00:57

oui,j'aimerais bien recevoir ce CD .ET SI POSSIBLE DE LA Musique andalouse juive _marocaine comme celle que nous faisait écouter Mr Benaim,ex prof d'hebreu au lycée yéshiva nevé shalom de Casa et qui nous charmait .gracias

Toutes les Andalousies chantent au Maroc
Posté par: gerard (IP enregistré)
Date: 03 novembre 2007 a 19:32

La quatriéme édition du Festival des Andalousies atlantiques se tient actuellement a Essaouira.

Vous l'avez évoqué su Darnna et beaucoup de journaux en parlent.
L'occasion donc de mettre a l'honneur la musique judeo-arabe.

Toutes les Andalousies chantent au Maroc
Posté par: gerard (IP enregistré)
Date: 03 novembre 2007 a 19:35

Arabo-andalou et judéo-arabe

Les origines. En 756, Abd al-Rahman, seul membre de la dynastie des Ommeyades à avoir échappé au massacre de sa famille à Bagdad par les Abbassides, s'installe en Espagne, à Cordoue, et y fonde l'émirat ommeyade d'El Andalous. Ce "jardin de la félicité éternelle qui n'abrite aucun péché" préside à la cohabitation plus ou moins pacifique de trois cultures - catholique, musulmane, juive.

Chassé de Bagdad par un maître jaloux de son talent, le musicien Ziryab (Abou Al-Hasan Ali Ibn Nafi, 789-857) arrive en 829 à Cordoue, "surprenant mélange de races, de vêtements et d'accents : hispano-musulmans, juifs, mozarabes, chrétiens des royaumes du Nord, Arabes d'Orient, nègres du Soudan, Francs, Génois". Cuisinier, philosophe, musicien, il y fixe les règles des douze Noubas qui constituent le répertoire classique.

L'exode. En 1492, Isabelle de Castille et Ferdinand d'Aragon achèvent la reconquête de l'Espagne, contraignant les juifs et les musulmans à l'exil au nord de l'Afrique. Au fil du temps, le corpus d'Al Andalus se transforme. Appelé "çana'a" à Alger, il prend le nom de "Al Ala" au Maroc, où il se perpétue à travers différentes écoles (Tétouan, Fez, Marrakech, Rabbat, Meknès...). En Algérie principalement, les musiciens juifs développent une musique dansante, populaire, connue sous l'appellation de judéo-arabe.

Source:le Monde

Toutes les Andalousies chantent au Maroc
Posté par: gerard (IP enregistré)
Date: 03 novembre 2007 a 19:49

Le Festival des Andalousies atlantiques participe à l'entreprise de restauration multiculturelle d'une cité touristique et portuaire emblématique d'une diversité marocaine mise à mal par l'histoire. Organisée par une entité locale, la Fondation Alizés, la manifestation est essentiellement financée par la fondation Tres Culturas del Mediterraneo (les cultures catholique, musulmane et juive), fondée en 1999 après l'Exposition universelle de Séville et où sont associés le Maroc, le gouvernement de la province autonome d'Andalousie, Israël, par le biais du Centre Pérès pour la paix, et l'Autorité palestinienne.

La ville d'Essaouira fait ainsi figure de bravache. L'ex-Mogador portugaise, qui abritait l'une des plus importantes communautés juives du Maghreb, définitivement dispersée en 1967 après la guerre des Six-Jours, a évité le déclin en affirmant ses racines multiculturelles.

En dix ans, ce festival a grandi, attirant à Essaouira étrangers et Marocains. Et a été créée la manifestation de musique andalouse. Essaouira a ainsi retrouvé une image, avec en arrière-plan l'infatigable messager de l'ouverture souiri, André Azoulay, devenu en 1991 conseiller financier du roi Hassan II, et à qui Mohammed VI n'a pas ôté son titre sans pour autant lui préserver son importance politique.
Source: Le Monde

Toutes les Andalousies chantent au Maroc
Posté par: gerard (IP enregistré)
Date: 03 novembre 2007 a 19:57

Suffisement parle, et maintenant la musique
voici le fameux yedidim qui accompagna notre enfance.
souvenirs, nostalgie, priere, enfance, maroc, tout s'y joint.

[www.darnna.com]

Toutes les Andalousies chantent au Maroc
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 03 novembre 2007 a 20:47

Voici encore l'article paru sur Le Monde.fr, dont parle plus haut Gerard et qui m'est signale par Echkol. Merci David


Toutes les Andalousies chantent au Maroc LE MONDE | 02.11.07 |

Le pianiste Maurice El Medioni, grande figure de la musique judéo-arabe, a ouvert le 1er novembre la quatrième édition du Festival des Andalousies atlantiques d'Essaouira, qui doit s'achever samedi 3 novembre. Ce Français né en Algérie, champion des arabesques et des ornementations pianistiques, joue désormais avec un bassiste cubain et un percussionniste colombien, une façon comme une autre de rappeler que la musique maghrébine s'est aussi nourrie, à un moment de son histoire, de rumba et de boléros.



Pour mériter son nom, le festival du port marocain a invité des vedettes du flamenco (El Lebrijano, Estrella Morente), des musiciens soufis et des orchestres de musique classique andalouse. Et aussi Haïm Louk, né à Casablanca, qui a longtemps officié comme cantor et rabbin dans la communauté Em Habanim de Los Angeles, formée notamment par des Marocains ayant travaillé dans les bases américaines installées ici avant l'indépendance, en 1956.

Ainsi, le chapiteau blanc monté sur la place Bab El Menzeh d'Essaouira n'est pas si innocent qu'il paraît. Haïm Louk chante en arabe, mais aussi en hébreu, avec l'Orchestre Mohamed Larbi Temsamani de Tétouan pour un hommage à Abdessadek Chkara (1931-1998), le premier à avoir réconcilié sur une même scène des chanteurs et des styles appartenant à la sphère "andalouse".

DES TEXTES DE PAIX

Haïm Louk, qui enseigne en Israël, est un fabuleux chanteur de matrouz ("broderie" musicale, une strophe en arabe, une strophe en hébreu), un heureux chanteur de bonheur. Du corpus de la musique andalouse, il extrait des poèmes écrits en résonance avec la nature, les ivresses, mystiques ou non. Du Shir Yedidut, ancien recueil de piyyoutims (les poèmes religieux), Haïm Louk tire des textes de paix. Le public est connaisseur, emballé, les youyous fusent, contredisant les discours intégristes, qui refusent à la culture marocaine sa composante juive.

Le Festival des Andalousies atlantiques participe à l'entreprise de restauration multiculturelle d'une cité touristique et portuaire emblématique d'une diversité marocaine mise à mal par l'histoire. Organisée par une entité locale, la Fondation Alizés, la manifestation est essentiellement financée par la fondation Tres Culturas del Mediterraneo (les cultures catholique, musulmane et juive), fondée en 1999 après l'Exposition universelle de Séville et où sont associés le Maroc, le gouvernement de la province autonome d'Andalousie, Israël, par le biais du Centre Pérès pour la paix, et l'Autorité palestinienne.

Au Maroc, où le parti conservateur Istiqlal est arrivé en tête des élections législatives en septembre, la ville d'Essaouira fait ainsi figure de bravache. L'ex-Mogador portugaise, qui abritait l'une des plus importantes communautés juives du Maghreb, définitivement dispersée en 1967 après la guerre des Six-Jours, a évité le déclin en affirmant ses racines multiculturelles. La ville aimée des hippies depuis 1969, qui vit le passage éclair, mais mythifié, de Jimi Hendrix, alors en villégiature à Marrakech, a déniché une idée de premier ordre en créant en 1997 le Festival de culture gnaoua - du nom de la confrérie soufie dont les membres sont des descendants d'esclaves africains.

En dix ans, ce festival a grandi, attirant à Essaouira étrangers et Marocains. Et a été créée la manifestation de musique andalouse. Essaouira a ainsi retrouvé une image, avec en arrière-plan l'infatigable messager de l'ouverture souiri, le Français André Azoulay, devenu en 1991 conseiller financier du roi Hassan II, et à qui Mohammed VI n'a pas ôté son titre sans pour autant lui préserver son importance politique.

TABOUS TOUCHÉS

André Azoulay est président délégué de la Fondation Tres Culturas (dont le président exécutif est le chef du gouvernement andalou, Manuel Chavez, symbole d'une Espagne de plus en plus intéressée par son voisin marocain) mais aussi de la Fondation Alizés, aux côtés de l'historien Mohammed Ennaji, directeur du Festival des Andalousies atlantiques.

Ce dernier vient de publier Le Sujet et le Mamelouk (éd. Mille et une nuits), un ouvrage sous-titré Esclavage, pouvoir et religion dans le monde arabe. L'hebdomadaire marocain Le Journal consacre sa dernière "une" à ce livre, en illustrant son article avec une photo du roi, alors prince héritier, prise à Fès en 1971 : le fils d'Hassan II y est monté sur un cheval guidé par deux hommes à la peau noire, symboles de servitude ; l'image est forte, car elle touche au tabou des rituels royaux. D'autre part, pour une partie de la population soumise à l'influence des islamistes radicaux, qui affirment très fort que le festival d'Essaouira est une perdition, intégrer un rabbin comme Haïm Louk à un festival de musique marocaine peut constituer un affront.

Dans le cadre des Andalousies atlantiques, une exposition réunit une quinzaine de peintres marocains à qui il a été demandé de réfléchir au "choc des civilisations" - l'envers du dialogue des cultures.



Véronique Mortaigne




Aller à la page: PrécédentPremière...4567891011121314Suivant
Page courante: 10 of 14


Désolé, seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster sur ce forum.
Veuillez cliquer sur S'identifier pour vous enregistrer

   Rechercher sur
 

  Web    
Darnna

© 2008 Darnna.com - All rights reserved.

'