CULTURES ET TRADITIONS JUIVES :  DARNNA.COM
Musique andalouse, histoire juive, culture judéo-berbère, judéo-espagnol, littérature juive, Rabbins, cimetières juifs au Maroc, Patrimoine juif au Maroc 
Aller à la page: 12Suivant
Page courante: 1 of 2
LES JOURNEES DU JUDAISME MAROCAIN - du 3 au 17/02/2008
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 20 janvier 2008 a 07:37

JOURNEES DU JUDAISME MAROCAIN

CENTRE COMMUNAUTAIRE DE PARIS


Du dimanche 3 au jeudi 17 février 2008



Dimanche 3 février

11h00 ■ FILM

Sallah Shabbatti de Ephraïm Kishon

Le film raconte l'intégration d'un immigrant dans les premières années de l'Etat d'Israël. L'acteur Haïm Topol, plus connu pour son rôle dans "Un violon sur le toit", y joue le rôle d'un immigrant séfarade confronté auxréalités du XXe siècle dans un kibboutz. Ce film fut nominé aux Oscars en 1964, dans la catégorie meilleur film étranger....

13h00 ■ EXPOSITIONS

Deux expositions photos présenteront différents aspects de la vie juive au Maroc. Exposition de Photos prêtée aimablement par Gabriel Soussan, Photographe d’art. Cette exposition porte un regard sur des Juifs dans le Mellah et aux frontières du Mellah. Cette population aujourd’hui disparue continue de faire partie de notre mémoire. Ces portraits restituent aussi cette coexistence de proximité entre juifs et musulmans partageant les mêmes petits métiers et la même misère.

13h00 ■ EXPOSITIONS LUMIÈRES DU MAGHREB

« Les grandes figures de l’histoire des Juifs au Maroc »
Cette exposition présentée par Joseph Tolédano qui en est le conservateur retrace le parcours des Maîtres du judaïsme qui ont vécu ou séjourné au Maroc ainsi qu’une galerie de portraits d’hommes et de femmes qui participèrent activement aux fondements de cette
grande communauté. Cette exposition s’accompagne de biographies personnalisées.
STAND PERMANENT DE VENTE ET DÉDICACES DE LIVRES consacrés au judaïsme marocain, plus de 60 titres rassemblés par Biblieurope

13h30 ■ RENCONTRE-TÉMOIGNAGE

« Le patrimoine juif marocain aujourd’hui ? » avec Dr Arrik Delouya, Sociologue, Chercheur et Ecrivain.
La Communauté juive du Maroc est-elle arrivée au stade de sa maturité pour oeuvrer sur le terrain du patrimoine du judaïsme marocain ? C’est une véritable gageure aujourd’hui de faire redécouvrir sous ses multiples aspects longtemps ignorés ou occultés l’art, l’éducation, le savoir. C’est ce que nous essayerons de comprendre à travers ce témoignage.

14h30 ■ TABLE-RONDE

« La contribution de la Diaspora Judéo-Marocaine au Judaïsme Mondial et en Israël » sous la présidence de Edmond Elalouf, Président du Centre Communautaire de Paris
avec Amir Peretz, Ancien Ministre de la Défense (Israël)
Serge Berdugo, Secrétaire général du Conseil des Communautés Israélites du Maroc
Yolande Cohen, Professeur au Département Histoire (Université du Québec à Montréal)
Ofer Bronchtein, Conseiller du Ministre Espagnol des Affaires Etrangères, M. Moratinos. Casa Sefarad Israël (Madrid)

16h00 ■ RENCONTRE

« Ouverture et tolérance des Maîtres du Maroc » par le Dr Maury Amar
Cette présentation des maîtres du judaïsme du Maroc mettra en lumière, la diversité et l'immense connaissance, des textes fondamentaux du judaïsme par les Rabbins de toutes les Régions. Nous découvrirons les
différentes facettes de l'enseignement, de l’éducation et de la transmission , mais aussi cette lumineuse capacité à allier orthodoxie et ouverture, connaissance et tolérance.

17h00 ■ LEÇON

Présidée par David Saada, Directeur Général du FSJU
Hommage à RABBI HAÏM BENATAR « Or Ha’hayim » (1696-1743) par le Rabbin Claude Sultan
Certainement le plus célèbre des grands exégètes marocains. Né à Salé (au Maroc) dans une grande famille de savants et d’érudits. Son oeuvre la plus importante est un commentaire sur la Torah. Commentaire d’inspiration allégorique et cabbaliste : « Or Ha’hayim » (« La lumière de la vie ») devient rapidement un classique de l’exégèse biblique. En 1740, Rabbi Haïm Benatar dont la célébrité lui vaut le titre de « Ha-Kadosh » (le Saint) accolé à son nom. Sa renommée a très rapidement gagné tout le monde juif, du Sahara à la Mer Baltique. Il quitte le Maroc et se fixe à Jérusalem où il fonde une Yéshiva qui devient un Centre de rayonnement pour toutes les Communautés Juives de par le monde. Cette académie talmudique « Yéshivat KnessetIsraël » continue à accueillir de nos jours des centaines

19h30 ■ LEÇON

« Le Maroc d’aujourd’hui face aux défis contemporains ? »
sous la présidence de Albert Cohen, Vice-président du Centre Rambam,
Président de la Commission du CRIF pour les relations avec les musulmans par S.E Fathallah Sijilmassi, Ambassadeur du Maroc en France

Le Maroc est géographiquement et culturellement le plus occidental des pays du Monde Arabe. Comment le Maroc définit-il son rôle, sa place dans le dialogue des cultures de notre temps ? Le choc des civilisations est-il inévitable ou doit-on imaginer plutôt un dialogue des cultures ? Le monde contemporain a besoin de passerelles qui empêchent le gouffre de s’installer entre nos sociétés et nos cultures. Le Maroc a-t-il vocation à devenir une de ces passerelles créatrices et fécondes ? Peut-on être à la fois un carrefour des échanges économiques mondiaux, et parallèlement avec ambition, un carrefour des échanges spirituels et culturels ?




LES JOURNEES DU JUDAISME MAROCAIN
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 20 janvier 2008 a 07:43

Lundi 4 février



20h30 : Concert Andalou
Dans la Grande Salle de l’UNESCO 125, avenue de Suffren 75007 Paris
P.A.F : 30€ Fauteuil Balcon -50€ Fauteuil Orchestre -100€ Carré d’OR




Mardi 5 février

19h00 ■ HOMMAGE À RABBI CHALOM MESSAS




« De Rabbi Raphaël Berdugo à Rabbi Chalom Messas, deux siècles de filiation spirituelle et halakhique » par David Messas, Grand Rabbin de Paris sous la présidence de Joël Mergui, Président du Consistoire de Paris

20h30 ■ LEÇON

« La contribution du judaïsme marocain, à la poésie, à la liturgie, à la littérature à l’exégèse biblique et à la cabbale » sous la présidence de Maurice Lasry, Universitaire
par le Professeur Moshé Bar-Acher, Président de l’Académie de la langue
(Université Hébraïque de Jérusalem)

Mercredi 6 février

18h00 ■ FILM

« Les Juifs du Maroc » de Haïm Shiran
Le réalisateur Haïm Shiran est retourné dans sa ville natale, Meknès, après vingt ans d'absence. Il revoit les maisons et les quartiers où il a habité, il rencontre des amis d'enfance et aussi les dirigeants de la communauté de Meknès. Haïm Shiran a accompli à travers son rôle de réalisateur, de documentaliste, un formidable travail mettant en lumière les lieux d’histoire, les personnalités du Maroc. Il a fait découvrir au public israélien la grandeur de la culture juive marocaine.

19h00 ■ LEÇON

« Les commentaires Judéo-Arabe de la Bible, au Maroc » (Sharh)
sous la présidence du Professeur Henri Bensahel
par le Professeur Moshé Bar-Acher, Président de l’Académie de la langue (Université Hébraïque de Jérusalem)

20h30 ■ LEÇON

« Le modèle Juif marocain et ses Maîtres » sous la présidence de André Azoulay, par Armand Abecassis
A travers l'Histoire, la diaspora juive a connu de nombreux visages et de nombreuses voies de réalisations et de créations. La voie marocaine est une de ces voies : dans la civilisation juive, dans le style de l'écriture, dans les méthodes de l’enseignement, dans le mode de réflexion… Pour explorer cette singularité, le Professeur Armand Abecassis, nous éclairera de son enseignement.

Jeudi 7 février

18h00 ■ FILM

« Nûba d’or et de lumière » de Izza Génini en présence de la réalisatrice Izza Génini.

19h00 ■ COMMUNICATION

« La presse juive éditée au Maroc de 1870 à 1963 » par Pierre Pinhas Cohen

20h00 ■ COMMUNICATION



« La restauration de la Synagogue Danan de Fes, la cérémonie de la Dolha et l’origine du Mellah » par Benjamin Danan, Président de l’association « Synagogue Danan de Fes »


20h30 ■ FILM

« La Tragédie du Pisces (Egoz) » (TV. israélienne)
TÉMOIGNAGES
sous la présidence de André Dhéry, Président de la section française de la Fédération Mondiale du Judaïsme Marocain avec
- Yaacov Edery, Ministre de l’Intégration d’Israël
- Meïr Knafo, Président de l’organisation des membres actifs de la clandestinité en Afrique du Nord
- Sam Benchétrit, Président de la Fédération Mondiale du Judaïsme Marocain
- Edmond Elalouf, Président du Centre Communautaire de Paris




LES JOURNEES DU JUDAISME MAROCAIN
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 20 janvier 2008 a 07:49

Vendredi 8 et samedi 9 février

Shabbat Plein Au Centre Rambam

Dédié à la mémoire de David Cohen (zal) Président Fondateur du Centre Rambam
Animation des offices : Haïm Louk et Ouriel Elbilia

Dimanche 10 février

Sous le haut patronage de Monsieur le Président Jacques Chirac





25e Anniversaire du Centre Rambam Centre du Judaïsme Marocain - France : Concert exceptionnel avec l’Orchestre
« Chabab Al Andalous » de Rabat
Musée du quai Branly, 37, Quai Branly 75007 Paris
P.A.F : 30€ Gradins -80€ Fauteuil -150€ Carré d’OR


Lundi 11 février

18h00 ■ LEÇON

« Le Judaïsme Marocain de 890 à 1492, avant l’arrivée des Juifs d’Espagne » par le Rabbin Shmuel Toledano (Israël)

19h00 ■ TABLE RONDE

« Mémoire Vivante judéo-marocaine à travers l’oeuvre artistique Matrouz » avec
- Rachid Aous, Chercheur en ethnomusicologie maghrébine,
- Simon Elbaz, Auteur, comédien et musicien, Mchouga-Maboul Théâtre-Conte Matrouz (extraits) (45’), chants Matrouz et passerelles musicales, accompagnement au luth

- Lucette Heller-Goldenberg, Professeur Emérite de l’Université de Cologne, Directrice du Cahier d’Etudes Maghrébines
- Joseph Dadia, Avocat Honoraire, Président de l’Association des Juifs de Marrakech

21h00 ■ TABLE-RONDE

« Ecrire le Maroc : entre écriture et nostalgie ? » sous la présidence de Albert Mallet, Président du Forum de Paris, avec
- Anny Dayan-Rosenman, Maître de conférence en littérature à l’Université Paris7-Denis Diderot
- Marcel Benabou, Historien, Ecrivain
- Ami Bouganim, Ecrivain, Essayiste
- Paule Darmon, Ecrivain



Mardi 12 février

18h00 ■ HOMMAGE À RABBI DAVID HASSINE

Film (VO sous-titres français) présenté par le réalisateur Haïm Shiran

19h00 ■ « La vie et l’oeuvre de Rabbi David Hassine »
par André E. Elbaz, Professeur de Lettres Françaises à l’Université
Carleton (Ottawa, Canada), Auteur des livres : « Téhilla lé-David » de
David Ben Hassine aux Editions critique (Lod, 1999) et « Azharot » de
David Ben Hassine aux Editions Suger (Paris, 2000)
PYOUTIM
interprétés par Marc Marciano

20h00 ■ HOMMAGE À HAÏM ZAFRANI




« Haïm Zafrani : la rigueur de la science au service de l’histoire et du dialogue ? »
sous la présidence de Robert Assaraf, Président de Radio Shalom, avec
- Tahar Ben Jelloun, Ecrivain
- Joseph Chetrit, Professeur à l’Université de Haïfa
- Richard Ayoun, Professeur Paris VIII
- Ami Bouganim, Ecrivain
- David Znaty, Président du « Prix Haïm Zafrani »

21h30 ■ FILM

« Mogador .Essaouira-Maroc » présenté par Haïm Shiran




LES JOURNEES DU JUDAISME MAROCAIN
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 20 janvier 2008 a 07:54

Mercredi 13 février

18h00 ■ LEÇON

« La femme juive marocaine : socle de la famille, de l’éducation et de la transmission » par le Rabbin Shmuel Toledano (Israël)

19h00 ■ HOMMAGE À RABBI DAVID BOUZAGLO

sous la présidence de Fanny Elharrar (Radio Shalom)
par David Banon, Professeur des Universités, Directeur du Département d’Etudes hébraïques et juives (Genève)

21h00 ■ RENCONTRE-DÉBAT

sous la présidence du Grand Rabbin René-Samuel Sirat
« Elie Benamozegh et Yaacov Abouhatsira : les Maîtres du Maroc, penseurs de la modernité » avec
- David Banon, Professeur des Universités, Directeur du Département d’Etudes hébraïques et juives (Genève)
- Alessandro Guetta, Professeur de Philosophie et Pensée Juive à l’INALCO, Chercheur à l’Université de Pavie (Italie)

Jeudi 14 février

18h30 ■ LEÇON

« Juifs et Musulmans de 1859 à 1948. Contribution à l’Histoire des relations intercommunautaires en Terre d’Islam »
sous la présidence de Albert Sasson, Membre du Conseil Consultatif marocain des Droits de l’Homme
avec le professeur Mohammed Kenbib

19h30 ■ LEÇON

« L’apport du Judaïsme Marocain dans la mystique juive »
sous la présidence du Grand Rabbin René-Samuel Sirat
par le Rabbin Claude Sultan

21h00 ■ LEÇON

« La métamorphose ultra-orthodoxe des jeunes Juifs du Maroc »
sous la présidence de Edmond Elalouf, Président du Centre Communautaire de Paris par le Professeur Yaacov Loupo

Dimanche 17 février

JOURNÉE CINÉMA

13h00 ■ FILM

« Kazablan » interprète principal : Yoram Gaon

15h00 ■ FILM



« Les lieux juifs d’Espagne » de Haïm Shiran
Une broderie de mots et de pierres (hébreu-anglais)

17h00 ■ FILM

« Retrouver Ouled Moumen » de Izza Génini

19h00 ■ CONCERT JUDEO - ANDALOU

avec Lior Elmaliah (Israël) et Shimon Meïr Sibony (Canada)
Salle Rossini Mairie du IXème
6, rue Drouot - 75009 Paris


[www.centrecomparis.com]




LES JOURNEES DU JUDAISME MAROCAIN
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 20 janvier 2008 a 08:31

Pour ceux qui ne connaissent pas Haim Shiran et qui aimeraient le connaitre, le voici en train de danser...grand sourire classique


LES JOURNEES DU JUDAISME MAROCAIN - du 3 au 17/02/2008
Posté par: alex (IP enregistré)
Date: 21 janvier 2008 a 03:40

c est tres interessant, j ai pas de la chance, je peux pas etre present la bas. est ce que quelqu un y sera. si oui fait moi plaisir de me rapporter le contenu de la lesson du Lundi 11 février

18h00 ■ LEÇON

« Le Judaïsme Marocain de 890 à 1492, avant l’arrivée des Juifs d’Espagne » par le Rabbin Shmuel Toledano (Israël)

c est un sujet auquel je m interesse bcp. est j espere qui il va donner les noms des tribus convertis au temps des almohades mais aussi la situation des juifs juste avant 1492 et comment ont ils echappes aux executions des califes almohades. j ai entendu qui ils etaient presque aneanti mais c est la reconquista qui les a sauve en leur donnant un nouveau soufle (juifs d espagne).
et merci d avance.

LES JOURNEES DU JUDAISME MAROCAIN - du 3 au 17/02/2008
Posté par: alex (IP enregistré)
Date: 21 janvier 2008 a 04:08

j espere que les films de Haim Shiran sont aussi bon que sa dance:clap:
t as une drole facon de presenter les realisateurs Darlett

LES JOURNEES DU JUDAISME MAROCAIN - du 3 au 17/02/2008
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 21 janvier 2008 a 08:57

Tu as bien raison de t'interesser a ce vaste programme annonce pour ces journees du Judaisme marocain. Je regrette tres sincerement de ne pas me trouver a Paris, je crois que cela vaut vraiment la peine de s'y rendre car le programme est particulierement allechant.

Je vais essayer de me procurer quelques informations concernant ce qui s'y dira, mais forcement ce ne sera pas grand chose. Mais peut-etre y aura-t-il quelques enregistrements des conferences?! Je pense que cela se fait de plus en plus.

LES JOURNEES DU JUDAISME MAROCAIN - du 3 au 17/02/2008
Posté par: CEREJIDO (IP enregistré)
Date: 21 janvier 2008 a 17:54

Chers amis, si un jour le film marocain de BENJELOUN venait à passer dans votre ville allez le voir il relate le départ des juifs du Maroc en 1967 et c'est " Où vas-tu Shlomo" avec Simon ELBAZ.

LES JOURNEES DU JUDAISME MAROCAIN - du 3 au 17/02/2008
Posté par: alex (IP enregistré)
Date: 22 janvier 2008 a 03:20

Citation:
CEREJIDO
Chers amis, si un jour le film marocain de BENJELOUN venait à passer dans votre ville allez le voir il relate le départ des juifs du Maroc en 1967 et c'est " Où vas-tu Shlomo" avec Simon ELBAZ.
merci, mais je pense par qui passera dans les cinemas de USA! alors j attendrai le voir en tv.

LES JOURNEES DU JUDAISME MAROCAIN - du 3 au 17/02/2008
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 04 février 2008 a 18:52

Toujours dans le cadre des "Journees culturelles marocaines" qui se tiennent actuellement a Paris, le film "NÛBA d'OR et de LUMIERE" dont la realisatrice n'est autre que la talentueuse Izza Genini, sera projeté Jeudi 7 Février à 18 H au Centre Communautaire de Paris, ( métro et Parking Gare du Nord & Poissonniere ). Il me semble que cela vaut le deplacement.

"Nûba d'or et de lumière raconte l'histoire d'une musique. La musique arabo-andalouse dont la Nûba serait la symphonie…
A l'image d'un arbre musical, ses branches sont nourries d'une sève qui, depuis 14 siècles, monte des confins marocains et des courants venus d'Arabie, grandit dans les cours des califes andalous, se fortifie dans l'Espagne médiévale, se mêle au chant des trouvères et des sépharades puis, replantée au Maghreb, s'épanouit au Maroc sous le nom de el Ala.




LES JOURNEES DU JUDAISME MAROCAIN - du 3 au 17/02/2008
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 05 février 2008 a 18:54

Au sujet de cet evenement culturel qui se tient actuellement a Paris et ou se retrouve la creativite judeo-marocaine avec notamment ceux qui oeuvrent pour faire connaitre, promouvoir, mettre en scene notre culture en nous offrant films, livres, concerts de musique andalouse, Art et artisanat, voici a ce sujet la conference donnee par Arrik Delouya au Centre Communautaire de Paris Dimanche 3 Février 2008 à 13H30.



Dr. Arrik Delouya
Président de l’Association
« Permanences du Judaïsme Marocain par l’action humanitaire »



Par cette quinzaine et les initiatives des dirigeants de Rambam et de ce Centre Communautaire, il me faut souligner comme une résurgence du judaïsme marocain qui renaît de ses cendres avec ses historiens, ses écrivains, ses poètes, ses artistes dont plusieurs d’être nous continuent de faire le relève de plus en plus impressionnant : Juifs et musulmans sont désormais unis et fédérés pour le même but : le sauvetage du patrimoine du judaïsme marocain est l’affaire de tout le Maroc, de son million d’ambassadeurs à travers le monde dont une immense majorité d’Israël et de toute la communauté juive du monde.

De 1972 à ce jour, nous continuons d’être impressionnés par l'élan créatif de notre communauté juive marocaine où qu’elle soit, qui travaillent 6 jours par semaine et prend la peine d'écrire sur notre patrimoine. Qu’ils soient tailleur ou vendeur de pépins, retraité ou artisan, patron d’entreprise ou politicien.

La culture sépharade et notamment juive marocaine fut reconnue en Israël reconnue de fait aujourd’hui en Israël et imposée avec vigueur contribue à ce que l'image du juif marocain soit redressée et qu’elle soit perçue dans sa totalité expressive.

« Le patrimoine Juif Marocain d’aujourd’hui: résistance ou persistance ? de l’Olympe à la Vallée des Pleurs »

Le Maroc dépossédé de sa grande communauté juive est arrivé au stade de sa maturité pour œuvrer sur le terrain du patrimoine du judaïsme marocain, ressemblant à une véritable gageure.

C’est aussi faire connaître ce judaïsme marocain sous ses multiples aspects, longtemps méprisé, ignoré ou occulté: communauté, société, art, éducation, savoir, judaïsme spécifique ancien et judaïté contemporaine…

Cela à travers des groupes de réflexion, des actions de sauvetage du patrimoine, des symposiums, des écrits, des synthèses de films, face à l’érosion et l’oublie de l’histoire, voilà ce que propose une nouvelle association de « Permanences du Judaïsme Marocain » de mener à son terme, accompagné de thésards et chercheurs chevronnés d’obédience juive et musulmane vivant en France, en Israel, en Espagne, au Canada ou au Maroc: à Marrakech ou à Demnate, même à Fès et à Rabat, à Oujda.

Œuvrer sur le terrain du patrimoine du judaïsme marocain mais aussi réunir régulièrement des « thinks tanks » accompagnés d’opérations rigoureuses de « fund raising » était une véritable gageure.

Pour la réaliser, il a fallu s’entourer de professionnels et de sages originaires du Maroc, juifs et musulmans, de professions variées incluant doctorants et chercheurs, directeurs de centres de recherches et de départements universitaires de tous les continents.

Des jeunes étudiants de 20 ans mais aussi des seniors de 85 ans, tous ont décidé, là où l’histoire pourrait s’effacer, de raviver sa mémoire presque mouvante devant nos yeux.

Tous ouvrent pour les mêmes buts multiples de faire connaître l’immense richesse du judaïsme marocain tel que patrimoine vivant, résistant et persistant, de le rendre accessible la lecture de thèses devenues ouvrages de références, en assurer la traduction en différentes langues, restaurer les sites qui ont été marqués par l’histoire, organiser des conférences et séminaires de façon itinérante à travers plusieurs pays et villes depuis Cordoue jusqu’à Marrakech, puis de Tiberiade à Demnate, ré - éditer tous les ouvrages de références épuisés et qui sont le plus demandés. L’accent est mis sur le soutien affirmé aux programmes mis en oeuvre en France, au Maroc, en Espagne et en Israël & à la mise en œuvre des actions présentées

La conception de cette action humanitaire passe par le constat de ce lieu de réparation, de compensation, dans un monde où les Droits de l’Homme ne sont pas universels et où l’on naît inégal. C’est dans ce monde tissé d’inégalités que nous constatons les injustices, l’organisation non antagoniste de la réduction de toute aliénation, de la chance à toute différence.

L’humanitaire est alors une dynamique qui crée et pratique des circuits de communication entre trois univers sociologiques aux structures internes complexes, la finalité étant d’établir une communication inclusive entre les hommes.

L’univers de la marginalité sociale, quelle que soit sa nature (judaïsme minoritaire souvent baignant au sein d’une société majoritaire, patrimoine abandonné et / ou abîmé, pauvreté ou danger d’acculturation et trans-culturation, misère ou abandon culturel, mal développement, catastrophe naturelle, maladie, lésions morales ou sociales, handicap, malnutrition, urgence, exceptionnel, accidentel, quotidien et des premiers opérateurs qui sont en contact avec elle, proches de son terrain, témoins susceptibles de faire le diagnostic et de déceler les besoins essentiels d’éléments marginaux pour « émerger », et d’élaborer des actions permettant l’émergence.

A l’opposé, est l’univers, immense comparativement, de la normalité sociale, de structures, de groupes, d’éléments sociaux intégrés et constituant un potentiel de complémentarité, d’apport - d’ordre financier ou technique -, qui peuvent contribuer à la démarginalisation de l’univers précédent. Leurs mobiles étant la solidarité, la charité, le goût à de la justice, une réflexion, personnelle, parfois un intérêt stratégique… Ce 2° univers est de plus en plus technique et spécialisé.

Les actions humanitaires nécessaires pour réduire le mal et le souci humanitaire d’éléments sociaux relativement privilégiés. Le rassemblement des moyens est nécessaire aux actions, du fund raising (de la collecte des fonds) sans lesquels aucune action n’est possible.

Voilà ce qui aidera à comprendre cette conception utile à sauver ce patrimoine Juif Marocain deux fois millénaire pour le faire résister et persister




LES JOURNEES DU JUDAISME MAROCAIN - du 3 au 17/02/2008
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 05 février 2008 a 18:56

Mémoire du Judaïsme Marocain
Coopération scientifique et sur le terrain à Marrakech


Arrik Delouya



Lors de récents séjour à Marrakech, nous avons rencontré 8 doctorants en « tourisme », tous Marocains et d’obédience musulmane qui ont à cœur de travailler la mémoire des Juifs du Maroc et notamment du Sud. Ils sont issus de Marrakech et Demnate.

Les 8 sujets de thèse sont sous la tutelle du professeur d’économie Abdelmajid ElCohen de l’Université Cadi Ayyad de Marrakech et du
Prof Richard Ayoun de l’Institut national des langues et civilisations orientales, docteur en histoire, habilité à diriger des recherches, licencié d’hébreu. Il enseigne l’histoire des Juifs d’Afrique du Nord à l’Université Vincennes-Saint-Denis Paris 8. Il est l’auteur de 449 comptes rendus, quatre livres, a collaboré à 62 ouvrages, et a écrit 145 articles sur le judaïsme séfarade, sur le judaïsme d’Afrique du Nord, et sur le judaïsme français.

Ceci en coaching avec Arrik Delouya et avec l’association « Permanences du Judaïsme Marocain par l’action humanitaire ».

La Mémoire du Judaïsme Marocain ne sera plus occultée et cette destinée est confiée à nos amis chercheurs et thésards du Maroc dont la coopération scientifique et sur le terrain a reçu l’aval des intéressés, de leur communauté majoritaire et de la très réduite communauté Juive de Marrakech: travail de partage dans le cadre de la coexistence pacifique entre Juifs et Musulmans à partir de l’exemple du Maroc.

Un accord de collaboration et de tutorat d’Ephraim Riveline (Professeur des Universités et directeur des Etudes juives et hébraïques et des recherches doctorales) est alors donné et facilitera les tâches dans un cadre scientifique et « académique ». E. Riveline est Directeur du département d’Etudes hébraïques à l’Université de Paris 8. Il est Directeur de la Formation doctorale : Langues, Littératures et Civilisations Juives dans cette même Université. Il est également Président du concours externe du CAPES d’hébreu (ancien président du concours externe d’Agrégation d’hébreu et vice-président du Comité National des Universités). Il est enfin Directeur de l’Equipe de recherche EA 2303 : Etudes juives et hébraïques. Directeur de la publication de la Revue Européenne des Etudes Hébraïques REEH. Domaine de la recherche : l’intertextualité et l’imaginaire social dans littérature hébraïque. Depuis l’Archéologie du littéraire: les constantes de la littérature hébraïque moderne (1986), a dirigé des ouvrage et a publié de nombreux articles sur la littérature hébraïque, moderne et contemporaine, dans une approche intertextuelle.

LES JOURNEES DU JUDAISME MAROCAIN - du 3 au 17/02/2008
Posté par: alex (IP enregistré)
Date: 05 février 2008 a 22:39

voila un article u matin sur ces journees. ils citent surtout les paroles du haut conceiller royal M Azoulay:

S'exprimant lors de l'ouverture, dimanche soir, des "Journées du judaïsme marocain", organisées à Paris du 3 au 17 février, M. Azoulay a qualifié cette manifestation de "moment d'exception et de moment historique". "Nous célébrons le judaïsme marocain et le bonheur et la fierté de beaucoup d'entre nous d'avoir su résister à la tentation de l'amnésie", a-t-il souligné.

"Généralement en effet, nous Juifs, nous avons une mémoire douloureuse.

L'inquisition, les millions de morts de l'holocauste, les pogromes et toute cette tragique litanie qui a forgé la destinée du monde juif en diaspora. Au Maroc, notre mémoire nous dit autre chose et notre histoire nous a heureusement enseigné une autre leçon", a relevé M. Azoulay devant une assemblée de plus de 500 personnes, précisant qu'"il y a aujourd'hui près d'un million de juifs qui, dans le monde, se réfèrent avec force et conviction à la profondeur de leurs racines marocaines".

Pour André Azoulay, ces centaines de milliers de juifs, qui cultivent et transmettent à leurs enfants, leur patrimoine, leur culture, les rites, leur musique, leur langage, leur cuisine, "illustrent la pérennité de notre communauté et ils sont aussi l'espoir pour ceux qui comme moi ont toujours pensé que le Maroc occupe une place singulière dans nos histoires".

"Personne à cet égard ne nous oblige aujourd'hui à protéger et à partager en toute conscience, les richesses de notre patrimoine. Nous le faisons parce que nous y trouvons notre équilibre. Nous le faisons aussi parce que nous sommes légitimes dans cette responsabilité que l'histoire contemporaine nous a donnée. Celle de passeurs de paix et de sentinelles de l'art du possible", a souligné M. Azoulay.

Notant que les juifs du Maroc ont une "mémoire positive, heureuse", André Azoulay s'est demandé : "Quel autre pays peut réunir une assemblée comme celle là ?", avant d'ajouter qu'en tant que Marocain, il est juif mais une partie de lui-même est arabe.

"Dans ma culture, mon identité, j'ai ce grand privilège, cette grande richesse d'additionner tout cela. Ce n'est pas donné à tout le monde", a-t-il poursuivi, affirmant que "nous sommes, tous ici, témoins d'un pays qui nous a donné la chance de partager une destinée hors du commun".

S'agissant du judaïsme marocain, André Azoulay a estimé que ce judaïsme "a su être moderne, ouvert et altruiste et cultiver l'altérité". "Notre judaïsme n'est pas celui du dogme. Il est celui de l'esprit. Il est soufi depuis toujours et a puisé dans la mystique les sources de sa modernité", a-t-il ajoute.

"Au Maroc, Musulmans et Juifs, nous avons su ensemble triompher de l'adversité et ensemble nous nous sommes progressivement libérés de nos aliénations respectives pour nous retrouver sur une base assainie et sans complexe", a observé M. Azoulay, indiquant que pour y arriver, aucun n'a dû concéder ou renoncer à quoi que ce soit.

"Cette réalité n'a pas toujours été au rendez-vous, elle l'est aujourd'hui.
C'est dans cette légitimité reconstruite et cette convivialité reconquise qu'il faut situer et comprendre l'importance de ces journées du judaïsme marocain qui nous rassemble à Paris, sous le Haut patronage de S.M. le Roi Mohammed VI", a-t-il dit.

M. Azoulay a, par ailleurs, souligné l'engagement du Maroc dans la recherche d'une paix "où les mots de dignité, de justice et de liberté se conjuguent de la même façon pour les Palestiniens et les Israéliens", et a affirmé que le Maroc est un "acteur engagé dans toutes ses solidarités avec le peuple palestinien"".

"Je partage cet engagement et cette responsabilité. J'étais et je reste un militant de tous les jours, pour que demain Israéliens et Palestiniens vivent ensemble", a poursuivi M. Azoulay, ajoutant que "nous, en tant que Marocains, nous sommes des passeurs de paix. Nous le sommes naturellement"."En tant que juifs marocains, nous sommes porteurs d'une responsabilité. Nous sommes à un moment où l'essentiel reste à faire et l'essentiel s'appelle la paix", a-t-il dit, soulignant qu'une fois la paix réalisée, "il faudra travailler à la réconciliation des coeurs et des esprits".


voila la source :[www.lematin.ma]

LES JOURNEES DU JUDAISME MAROCAIN - du 3 au 17/02/2008
Posté par: alex (IP enregistré)
Date: 05 février 2008 a 22:41

honnetement je suis plus que honore par chaque que M Azoulay a dit.

vive le Maroc, en toute integralite

Aller à la page: 12Suivant
Page courante: 1 of 2


Désolé, seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster sur ce forum.
Veuillez cliquer sur S'identifier pour vous enregistrer

   Rechercher sur
 

  Web    
Darnna

© 2008 Darnna.com - All rights reserved.

'