CULTURES ET TRADITIONS JUIVES :  DARNNA.COM
Musique andalouse, histoire juive, culture judéo-berbère, judéo-espagnol, littérature juive, Rabbins, cimetières juifs au Maroc, Patrimoine juif au Maroc 
Aller à la page: Précédent12
Page courante: 2 of 2
L'autre juive Solika la tsadika
Posté par: Arrik (IP enregistré)
Date: 02 mai 2009 a 14:57

L'autre Juive Solikha la Tsadika Roman de Saïd Sayagh
Aux Editions IBIS Press


Thème : Le martyre d’une jeune juive marocaine de Tanger, exécutée à Fès en 1834.
par

Said Sayagh
E-mail: said.sayagh@orange.fr

Résumé :
Sol, Zoulikha en arabe, est une jeune fille juive tangéroise. Elle était très belle, Sol, Zoulikha en arabe, la jeune fille juive tangéroise. Elle s’était liée d’amitié avec une voisine musulmane, Tahra, chez qui elle se rendait quand elle n’en pouvait plus des remarques de sa mère. Un jour, Tahra informa le pacha que la petite Sol voulait se convertir à l’Islam. Devant le pacha, Sol nia toute intention de laisser la foi de ses ancêtres. Elle fut condamnée à mort pour apostasie. Elle devait avoir entre quatorze et seize ans. Sa famille, ainsi que la communauté juive de Tanger, désireux de la sauver, lui conseillèrent de se convertir en apparence et portèrent l’affaire devant le sultan. Moulay Abderrahmane, le sultan du Maroc, à l’heure où la France conquit l’Algérie, plia sous la pression des faquihs musulmans et confirma la condamnation à mort. Le courage de la jeune fille marqua les esprits de l’époque, musulmans compris

Quatrième de couverture :
Le cadi traversa un vaste patio inondé par un soleil incendiaire et, que seul l’écoulement de l’eau de la fontaine centrale rafraîchissait. Il s’assit, croisa les jambes en tailleur, se couvrit les pieds avec un pan de son burnous, ce qui laissait entrevoir une partie de son sarouel, de sa chemise de corps aux marges brodées de fil de soie et son caftan dit Mahsour, marque de son goût sûr et de son appartenance aux familles de notables fassis. Autour de lui, quatre témoins instrumentaires préparaient leurs feuillets manuscrits, calames et encriers. Il referma un vieux livre relié, portant, en lettres andalouses le titre : « Jurisprudence sultaniennes » de son auteur Al Mawardi et attendit l’entrée de la coupable. Sol, pour atteindre la salle d’audience, fut obligée de se faufiler dangereusement dans une masse compacte, digne d’une foule, un jour de souk. Les mokhaznis la tiraient vigoureusement tout en repoussant les badauds avec leurs bâtons.
Elle se présenta devant le cadi. C’était une petite fille amaigrie, le visage livide, illuminé par de grands yeux creux. Le cadi, les traits desséchés, bien que les années n’aient pas encore alourdi son échine, la fixa …

SAID SAYAGH, marocain d’origine, 54 ans, agrégé d’arabe, docteur en Histoire. Né à Meknès, dans une de ces familles descendant, probablement de juifs convertis à l’Islam, chez qui se mêlent les héritages de Fès, de Mogador, de Tétouan, de Tanger, d’ Al Andalous et de l’Atlas. Il vit en France en Provence

Agrégé d’arabe, il enseigne cette discipline à Montpellier. Historien, il a préparé une thèse sous la direction de M. Jean-Louis Miège qui en a préfacé la publication aux éditions du CNRS, sous le titre de : La France et les frontières maroco-algériennes de 1873 à 1902, Paris, 1986.

Au cœur de ses préoccupations, se trouve l’histoire du judaïsme marocain. Pourquoi le Judaïsme marocain, jadis présent, rayonnant et dynamique a-t-il pratiquement disparu ? Pourquoi les descendants des juifs convertis par la contrainte n’osent-ils pas faire référence à la composante juive de leur identité ?

Le statut de la Dhimma a-t-il réellement protégé les juifs marocains ou, au contraire, les a-t-il marginalisés et condamnés à une disparition inéluctable ?

Ces questions lancinantes relèvent, encore aujourd’hui, du tabou. Elles sont ignorées, tues et leurs auteurs sont mis à l’index.

Ces interrogations et bien d’autres se retrouvent dans le roman de M. Said Sayagh, inspiré de faits réels : « L’autre juive, Sol la tsaddika ».

Extraits de l’ouvrage « L’autre juive Solikha la tsadika » de Said SAYAGH, agrégé d’arabe, docteur en Histoire, vivant à Montpellier et enseignant l’arabe à l’Université de Montpellier (Il a publié aux éditions du CNRS : La France et les frontières maroco-algériennes de 1873 à 1902, Paris, 1986.

Issachar la surprit :
- Pourquoi tu ne deviendrais pas musulmane ?
Elle fit un effort pour reprendre son souffle et bredouilla :
- Pourquoi me ferais- je musulmane ?
- Pour protéger ta vie…pour rester en vie…pour ne pas mourir…
- En vérité, il ne passe pas une division du temps sans que je prenne une décision pour la renier juste après. Je t’aime, mon frère. J’aime mon père, j’aime ma mère, j’aime tous les juifs, ceux que je connais et ceux que je ne connais pas. J’aime la vie ; même Tahra, je l’aime. J’aime la petite rue étroite où nous habitons. Cet amour prend sa source dans ce que je sais sur moi-même ; dans le fait que je suis juive. Si je perds ce que je sais, mes repères, ce qui organise mon cerveau et mon imagination, je me perds, je perds mon âme, j’erre. Je suis Sol, juive, fille de Haïm et de Simha, eux-mêmes juifs. Je ne m’imagine pas Fatima, fille de je ne sais qui…ni rien d’autre. Quand j’essaie de m’imaginer en autre chose, vivant dans d’autres conditions, j’ai l’impression d’être au bord d’un précipice, au bord de la chute.
………………………………………………….

Le cadi qui prit la tête du clan adverse était le célèbre Ahmed Bennani. Il était connu pour sa mémoire puissante, ses références solides et pour les appuis dont il bénéficiait à Fès dont il était originaire.
Il avait été consacré par d’éminents oulémas en rhétorique, en fiqh, théologie, en hadith, en exégèse, en logique…Il avait hérité de la chaire d’exégèse à la mort de son maître Abou Yahya Sarraj. Il avait été nommé, ensuite, grand mufti de Fès. Sa rigueur à l’égard des délinquants et des hérétiques participait de sa renommée dans tout le pays. Ses admirateurs le désignaient avec les qualificatifs de grand savant, splendeur de son siècle, maître de l’excellence, de la rédaction, de la connaissance et du savoir.
Son exposé débuta par une mise au point. Pour lui, Mohamed avait appliqué la peine de mort à l’occasion de l’apostasie de Abdallah Ibn Al Akhtal qui s’était réfugié dans la Kaaba. Mohamed avait ordonné son exécution, ajoutant : « Même s’il s’abrite derrière la Kaaba. » On l’avait passé par les armes.
Le cadi rappela que les dhimmis étaient inférieurs en valeur aux musulmans conformément au hadith : « S’ils vous insultent frappez-les. S’ils vous frappent, tuez-les. »
Les musulmans avaient droit de vie et de mort sur les dhimmis, aussi, par décision divine. Dieu, ne les avait-il pas condamnés à l’avilissement et à l’abaissement, comme il est écrit dans le Coran : « quiconque d’entre vous apostasie, puis meurt tandis qu’il est mécréant, les voilà ceux qui ont fait faillite ici-bas et dans l’au-delà »
La peine de mort était par conséquent la juste sanction de l’apostasie.
Il développa ensuite une démonstration alambiquée qui suscita l’admiration de ses pairs : « Le non croyant a la liberté de croire ou de ne pas croire, avant d’énoncer sa croyance. Son jugement se fera sur son choix entre la croyance et l’incroyance. Mais celui qui croit par choix, puis se détourne de l’Islam est puni pour apostasie. Toutefois, avant l’application de la sentence au musulman qui a apostasié, il faut lui appliquer le délai de repentance, estimé à trois jours. S’il se repent, il ne sera pas tué. » Il cita à l’appui, un hadith de Mohamed :
« Celui qui change sa religion, tuez-le. »
Il commenta le hadith : « Il s’agit de ceux qui suscitent le désordre, divisent la Umma et s’allient aux ennemis de celle-ci. »
Il attira l’attention de ses collègues sur les dangers qui guettaient la terre d’Islam et justifiaient la rigueur dans l’application des peines. Pour accentuer son propos, il rappela les versets du Coran : « Combattez ceux qui ne croient pas en Dieu ni au jugement dernier et n’interdisent pas ce que Dieu a interdit et ne suivent pas la vraie religion, parmi les gens du Livre, jusqu’à ce qu’ils paient la Djizia .» Il n’hésita pas à rappeler les conditions de la Dhimma :
« Six conditions sont obligatoires :
- Interdiction aux dhimmis de porter atteinte au Coran et de le travestir en le citant, à l’oral et à l’écrit.
- Interdiction de citer le prophète en usant de suspicion ou de dérision.
- Interdiction de citer l’Islam pour en dire du mal.
- Interdiction d’épouser une musulmane, en mariage légal ou en fornication.
- Interdiction de chercher à détourner un musulman de sa religion, de porter atteinte à ses biens.
- Interdiction de s’allier aux ennemis de l’Islam, même s’ils sont leurs coreligionnaires, de signer la paix avec eux ou de les renseigner.
Ces conditions sont obligatoires et ne peuvent subir aucune concession. Leur publication et affichage sont obligatoires. Il faut les leur rappeler avec insistance pour qu’ils prennent conscience de leur importance. Le non respect de l’une des conditions équivaut à la rupture du pacte.
Six conditions ont valeur de recommandations :
- Obligation de porter des vêtements spécifiques, différents de ceux des musulmans.
- Interdiction d’élever des constructions plus hautes que les constructions musulmanes et obligation d’abaisser les constructions anciennes.
- Interdiction de faire entendre les cloches, de lire leurs livres ni de faire savoir leur position sur le Christ.
- Interdiction de consommer le vin en public, d’afficher les croix et de montrer les porcs en public.
- Interdiction des enterrements et de tout signe de deuil, en public.
- Interdiction de monter à cheval, par contre, autorisation des mules et des ânes.
Ces dernières conditions ne deviennent obligatoires qu’après leur publication. Leur respect est obligatoire. Le non respect n’entraîne pas une rupture du pacte, mais est sanctionné. »
En conclusion, le cadi attira l’attention sur la tendance des juifs de Fès à ne plus respecter les conditions du pacte qui justifiait le maintien de leur présence. Il donna en exemple, le cas de Makhlouf Gdalia, dont les richesses étaient innombrables et qui se permettait de rentrer au palais du sultan chaussé de babouches jaunes, contrevenant en cela à une interdiction plusieurs fois séculaire.
Cette deuxième position prévalut et fit l’objet de la fatwa. Le dernier mot restait, toutefois, au sultan. Mais celui-ci pouvait-il aller à l’encontre d’une fatwa des oulémas ?
…………………………………………………………..

Soudain, un grand fracas, en provenance de Tanger, retentit. Les explosions se succèdent. D’épais cercles de fumée montent au ciel, se fondent dans les nuages bas, dessinant d’étranges bêtes qui changent de formes au grès des vents. Le spectacle le subjugue. La distance et la surprise donnent un aspect brumeux à sa vision, la balançant entre le rêve et la réalité. Il lui semble que Tanger et les montagnes tremblent. Ses sens s’enflamment. Il ne sait comprendre ce qui se passe ni ne parvient à maîtriser son émoi. Il arrive à souffler, libérant un long et bruyant soupir qui se propage dans sa tête.
Plus tard, il apprendra que des navires, galiotes et frégates de la flotte française ont bombardé Tanger. Aucun juif de la ville ne fut touché. Aussi, un Pourim de las Bombas fut-il dédié à l’événement.
Mais Issachar ne peut oublier ce jour d’Iyyar de l’an cinq mille cinq cents quatre-vingt- quatorze où le soldat a coupé la tête de Sol avec son sabre. La vision obsédante ne le quitte plus. A chaque fois, il essaye d’arrêter la lame avant qu’elle ne traverse le cou fin et fragile. A chaque fois, il pense, si seulement elle avait crié, le bourreau se serait arrêté, au moment où la lame caressa sa joue ; il lui aurait demandé si elle s’était repentie…
Si elle avait crié,…
Si elle avait prononcé la shahada,…
Si elle était restée vivante…
La vision finit par disparaître. Issachar, le cœur lourd, aurait souhaité mourir avec elle.





Said Sayagh 8 Décembre 2008

…Mon Maroc sans judaïsme n’est pas le Maroc. Mon Maroc sans les juifs n’est pas la Maroc. Ce n’est pas que je regrette le Mellah. Le Mellah n’est ni une terre promise ni un paradis perdu. Mais les enfants qui courent entre Derb Sekkakine, les boutiques des orfèvres, celles des tailleurs, Cherabli, passementiers, etc.…Les noms, les prénoms qui s’entendent à haute voix : « Douidou zib lqftan min °and °amtk Friha ».

Je ne suis pas dans la confusion. Mais la confusion entre les sons « S » et « ch », entre « z » et « j » résonne encore dans ma bouche et dans ma tête, comme elle a résonné dans la bouche de mes parents, de leurs grands et arrières grands parents.
Un trésor retrouvé et conservé dans un musée est un trésor quasiment mort. C’est pour cela que l’évocation n’est pas vaine nostalgie, mais souffle qui relie hier à aujourd’hui et remet les traces du passé sur les pas du présent qui avance.
C’est cela la permanence. Retrouver la trame de la broderie, la continuer et s’émerveiller devant le travail bien fait. C’est ce que fait « l’Association des Permanences du Judaïsme Marocain » et le fait bien….

Un poème

Où étais-tu où étais-je quand s’est levée la nuit
Et que les jours ont noirci noirci
Et que les vert-de-gris grosses plantes fétides
Ont immolé les agneaux immolé les agneaux
Les agneaux par milliers de milliers
Et le sang des corps frêles a coulé coulé
Rouge rouge dans le noir noir de la nuit
La lumière qui brillait cette nuit
Etait-elle une lumière
Elle brillait de ce gris
Si gris si gris qu’il est noir
Elle est noire la lumière noire l’as-tu vue
Au zénith de la nuit du silence
Tous les cris tous les feux toutes les suies
Toutes les femmes tous les hommes tous les enfants
Pas un bruit dans ce noir nuit de nuit




L'autre juive Solikha la tsadika
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 10 mai 2010 a 15:03

Un livre "L'autre juive" de Said Sayagh dont je recommande vivement la lecture est un roman qui s’inspire d’un fait historique : le martyre d’une jeune juive marocaine de Tanger, exécutée à Fès en 1834.

L’auteur, 54 ans, est né à Meknès dans une famille aux origines complexes, descendants de juifs convertis à l’Islam, sa grand-mère est une « Cohen » chez qui se mêlent les héritages de Fès, de Mogador, de Tétouan, de Tanger, d’al Andalous et de l’Atlas.

Historien, il a préparé une thèse sur La France et les frontières maroco-algériennes de 1873 à 1902 publiée aux éditions du CNRS en 1986




L'autre juive Solikha la tsadika
Posté par: saadoun (IP enregistré)
Date: 10 mai 2010 a 16:20

La version arabe du livre est prête pour "La Comédie du Livre" de Montpellier

Aller à la page: Précédent12
Page courante: 2 of 2


Désolé, seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster sur ce forum.
Veuillez cliquer sur S'identifier pour vous enregistrer

   Rechercher sur
 

  Web    
Darnna

© 2008 Darnna.com - All rights reserved.

'