DARNNA :  DARNNA.COM
Informations, bienvenue, anniversaires, etc... 
Devoir de memoire : Message de S.M. le Roi du Maroc, Mohamed VI, pour un dialogue interculturel
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 20 avril 2009 a 01:19

Message de S.M. le Roi à la Conférence de lancement du projet Aladin pour un dialogue interculturel

«Ma lecture de l'holocauste et celle de mon peuple ne sont pas celle de l'amnésie»

Publié le : 29.03.2009



Sa Majesté le Roi Mohammed VI a adressé un message aux participants à la Conférence de lancement du projet Aladin pour un dialogue interculturel fondé sur la vérité historique, la connaissance et le respect mutuel, qui s'est ouverte vendredi au siège de l'UNSECO à Paris.

**********




Quel choix et quelle responsabilité d’avoir fait appel au mythe d’Aladin pour nous inviter collectivement à réfléchir autrement à l’un des stigmates les plus tragiques et les plus indicibles de l’histoire contemporaine.
Responsabilité en effet et choix singulier s’il en est car aucun d’entre nous, Mesdames et Messieurs, ne peut prétendre à une lecture de l’holocauste qui ne soit pas totale, irréfragable et sans concession ou compromission.`

Concession ou compromission qui seraient dictées par les conjectures de l’instant ou les fragilités d’une mémoire coupable parce que délibérément sélective.

Ma lecture de l’holocauste et celle de Mon Peuple ne sont pas celles de l’amnésie.`Notre lecture est celle d’une blessure mémorielle que nous savons inscrite dans l’un des chapitres les plus douloureux, dans le Panthéon du Patrimoine Universel.

D’autres que Moi sauront à juste titre vous dire à cet égard que s’agissant du Royaume du Maroc, ce propos n’est pas nouveau et il ne sera jamais un propos de circonstance.`Si j’en esquisse aujourd’hui le rappel, c’est justement pour qu’Aladin, votre Groupe de Réflexion, se fixe l’objectif prioritaire de dire enfin au reste du Monde, ce qu’a été la résistance au nazisme des Pays qui, comme le Mien, à partir de l’espace arabo-musulman, ont su dire non à la barbarie nazie et aux lois scélérates du gouvernement de Vichy.

La Communauté des Nations s’est trop longtemps accommodée d’une lecture sélective de l’histoire de cette période sombre et régressive.
Une lecture par défaut qui a permis à tous les fantasmes de s’épanouir.

Dans quels manuels d’histoire et d’éducation civique apprend-on aujourd’hui en Occident que le Maroc dès les années 30 avait ouvert ses portes aux Communautés Juives Européennes qui avaient vu, à temps, le danger pointer à l’horizon ?

Dans quels instituts ou carrefours intellectuels en Europe ou aux Etats-Unis discute-t-on de l’attitude exemplaire et historique de feu mon Grand-père, Sa Majesté le Roi Mohammed V, que Dieu le garde en Sa Sainte Miséricorde. Lui qui, malgré un pouvoir bridé par les réalités implacables du protectorat français, avait su s’opposer à l’application des lois racistes de Vichy à Mes compatriotes de confession juive.

Chacun comprendra ici qu’en vous appelant à une lecture exhaustive et fidèle de l’histoire de cette période, je ne rends pas seulement justice aux faits.

Nous sommes chacun le sait dans un temps qui n’est pas neutre. Un temps où l’imaginaire collectif de toutes nos sociétés est aussi nourri par la perspective de l’exclusion et de l’échec quand se profilent les promesses du dialogue de nos Civilisations, de Nos Cultures et de Nos Religions.

Nous devons donc ensemble partir à la reconquête de la raison et des valeurs qui fondent la légitimité d’un espace de convivialité où les mots de dignité, de justice et de liberté auront à se conjuguer et à se comprendre de la même façon et avec les mêmes exigences, quelles que soient nos origines, nos cultures ou nos spiritualités.
C’est notre lecture au Maroc du devoir de mémoire que nous dicte la Shoah.

Un devoir de mémoire qui dans sa profondeur et dans sa tragique singularité, nous impose avec force les contours éthiques et moraux qui seront demain les vrais garants de cette paix de Justice et de Dignité également partagées à laquelle aspirent la majorité des Palestiniens et des Israéliens.

Je vous remercie pour votre attention.


Quand revoleront les colombes... Tableau de Andre Elbaz










Devoir de memoire : Message de S.M. le Roi du Maroc, Mohamed VI, pour un dialogue interculturel
Posté par: darlett (IP enregistré)
Date: 20 avril 2009 a 16:17

Qu'est-ce que le projet Aladin dont le Roi du Mohamed VI a justement choisi de s'exprimer par le discours mentionne ci-dessus ? Il s'agit d'un projet visant a expliquer la Shoah aux musulmans.

Le projet Aladin propose des ouvrages sur l’Holocauste en arabe et en persan.

La Fondation pour la mémoire de la Shoah a lancé recemment au siège de l’Unesco à Paris le projet Aladin, une initiative visant, grâce notamment à la diffusion d’ouvrages en langue arabe, farsi ou turque, à lutter contre la négation de l’Holocauste dans le monde musulman. Le projet, parrainé notamment par l’ancien président français Jacques Chirac et le prince Hassan de Jordanie, " est né du constat accablant de la prolifération du négationnisme dans le contexte du conflit israélo-palestinien ", selon la Fondation pour la mémoire de la Shoah , qui en prépare le lancement depuis quatre ans.

Il s’agit de rendre disponibles en ligne, dans les langues des pays musulmans, un fonds documentaire sur la Shoah et les relations judéo-musulmanes, mais aussi en sens inverse la traduction en français et en anglais d’ouvrages de référence écrits en arabe et en farsi (persan).

Outre l’histoire de la Shoah , seront disponibles une introduction à la culture et à l’histoire juives, ainsi qu’une histoire des relations entre musulmans et juifs au cours des siècles passés. Une bibliothèque numérique sera mise en ligne (www.aladdinlibrary.org) qui rassemblera des traductions inédites jusqu’ici de livres comme "Si c’est un homme" de Primo Levi ou du "Journal d’Anne Frank", relatant la Shoah.

La Fondation a constaté que les sites sur le négationnisme de la Shoah en arabe et en persan proliféraient et que, à la suite des déclarations du Président iranien et des caricatures de Mahomet, il ne s’agissait plus simplement d’un instrument de délégitimation de l’Etat d’Israël ", a déclaré Anne-Marie Revcolevschi, déléguée générale de la Fondation pour la mémoire de la Shoah. " Quand cela a commencé à irradier dans les jeunes générations et même parmi les élites, on a constaté qu’il s’agissait de négationnisme pur et simple ", a-t-elle ajouté. (AFP)


[www.lalibre.be]






Désolé, seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster sur ce forum.
Veuillez cliquer sur S'identifier pour vous enregistrer

   Rechercher sur
 

  Web    
Darnna

© 2008 Darnna.com - All rights reserved.

'